Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre V. Christophe Colomb : un découvreur légendaire

Texte intégral

1 - Un personnage mystérieux

1Il n'est pas dans nos intentions d’étudier les faits et gestes de l'Amiral de la Mer Océane. Le terrain a été défriché depuis fort longtemps et il serait vain de s'engager dans le labyrinthe d'une biographie qui a passionné tant de chercheurs. Les œuvres de référence ne manquent pas sur ce point. Nous voudrions simplement souligner l’aspect extraordinaire du personnage qui a été remarqué par ses contemporains.

***

  • 1 Hernando Colón, Hist..., op. cit.
  • 2 Cf. Alexandre Cioranescu, "Christophe Colomb : Les sources de sa biographie" dans La Découv. de l' (...)
  • 3 Andrés Bernáldez, Memorias del Reinado de los Reyes Católicos que escribía el bachiller Andrés Ber (...)
  • 4 Fray Bartolomé de Las Casas évoque souvent l'action de Christophe Colomb. C'est lui qui a mis en f (...)
  • 5 P. Martyr Anghiera : De Orbe Nuvo, op. cit.
  • 6 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit.

2L'histoire présente peu d'exemples d'hommes qui ont suscité autant d'intérêt que Christophe Colomb. Compte tenu de l'impressionnante quantité d'œuvres, d'études, d'articles divers qui concernent le découvreur du Nouveau Monde, nous devrions tout savoir — ou presque — à son sujet. Et pourtant, malgré l'énorme machine critique qui s'est mise en place, on constate que subsistent d'immenses zones obscures qui ne manquent pas d'intriguer. Il résulte de cette situation paradoxale que la personnalité du navigateur génois est assez mal connue. Les renseignements qui nous intéressent proviennent trop souvent de sources indirectes parfois difficilement exploitables. Pouvons-nous accorder une entière confiance à l'œuvre de son fils, Hernando Colon ? L'Historia del Almirante1 n'est, en effet, parvenue jusqu’à nous qu'à travers une version italienne massacrée par un traducteur ignorant et peu scrupuleux2. Ne sommes-nous pas frustrés en lisant les Memorias del Reinado de los Reyes Católicos, où Andrés Bernáldez, l'ami du navigateur, relate, en bon chroniqueur, les exploits de Christophe Colomb sans nous éclairer sur ses sentiments ou ses impressions3 ? Fray Bartolomé de Las Casas, un familier des Colomb, ne nous permet pas, malgré toutes ses qualités et l'effort immense qu'il a déployé, de connaître les ressorts cachés qui expliquent les réactions d'un individu exceptionnel4. Pietro Martyre d'Anghiera5 s'attache peu à la personnalité de Colomb et Gonzalo Fernandez de Oviedo6 n'arrive pas à percer le mystère de ses origines.

  • 7 Jacques Heers, Christophe Colomb, s.l„ Marabout, s.d. (Hachette 1981), col. "Marabout Université", (...)

"En vérité — écrit Jacques Heers — tous ces livres paraissent aussi fragiles pour la connaissance de la vie même du héros de l'aventure. Ici, rien de comparable à un des chapitres d'une quelconque Vie des hommes illustres qui s'employaient à magnifier leur héros. L'homme s'y efface devant l'épopée et, par une sorte de paradoxe irritant, reste dans l'ombre7."

3Mais n'est-ce pas trop demander aux historiens ? Peut-on se faire une idée parfaite des intentions et des sentiments d'un être humain, fût-il universellement connu ?

***

4Colomb était un homme mystérieux, qui souhaitait qu'on le reconnût pour tel, et se complaisait dans le nuage d’incertitude qu’il avait su créer autour de lui. Son fils, Hernando, souligne cet aspect déconcertant du navigateur génois :

  • 8 H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 1, p. 48.

"J’en vins à penser que de même que la plupart de ses œuvres furent le résultat d'une influence mystérieuse, ce qui concernait les variantes de ce nom était aussi placé sous le sceau du mystère.8."

  • 9 Les recherches effectuées, en particulier à l'occasion du 400e anniversaire de la découverte de l' (...)
  • 10 Ce déplacement est contesté par A. Cioranescu ("Christophe Colomb...", art. cit., p. 46) qui écrit (...)

5Longtemps on a pu avoir des doutes sur son lieu de naissance, ses origines, ses activités premières. Les contemporains étaient fort mal renseignés. Seules les recherches menées aux XIXe et XXe siècles parviennent à donner une image satisfaisante de la jeunesse de l'Amiral9. Hernando Colón, lui-même, en aurait été réduit à mener son enquête en Italie10, mais, conclut-il dans son œuvre :

  • 11 H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 2, p. 50.

"Je tiens pour préférable que nous tirions plutôt toute notre gloire de sa propre personne que d'investigations sur la condition de son père, en cherchant à savoir s'il fut marchand où s'il chassait avec des faucons (...)11 "

6Christophe Colomb aurait donc caché ses origines à son propre fils ! Comment celui-ci, tenu dans l'ignorance de l'essentiel, pouvait-il prétendre rectifier les erreurs et rétablir la vérité qu'il estimait malmenée par les historiens ?

  • 12 Ibid., Proemio del autor, p. 45.

"Mais je me déterminai — écrit-il — à assumer la lourde obligation que je m'étais assignée en décidant de rédiger cette œuvre, pensant qu'il me serait plus supportable de narrer ce que je voulais dire, malgré les défauts de mon style et l'audace de mon propos, que de laisser dans les ténèbres de l'oubli ce qui relève d’un homme aussi illustre. Et je me console à la pensée que si quelque défaut pouvait ternir mon œuvre il ne serait pas de la même nature que ceux qui affectent la plupart des historiens, à savoir le peu de vérité ou les incertitudes de leurs écrits12."

  • 13 Cf. Pierre Chaunu, L'expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, P.U.F., 1969, col. "Nouve (...)
  • 14 Cf. Charles Verlinden, Christophe Colomb, Paris, P.U.F., 1972, col. "Que sais-je ?" no 1457, ch. 2 (...)
  • 15 H. Colón cite cependant quelques écrits de son père à propos de ces voyages. Cf. H. Colón, Hist... (...)

7Les travaux de cartographie de Colomb, ses voyages dans la mer Méditerranée, en Islande13 ou en Afrique, à São Jorge da Mina14, devraient nous permettre de mieux comprendre son action, or peu de renseignements sont parvenus jusqu'à nous15. L'absence de documents est-elle imputable à Christophe Colomb ? Le goût du secret qu'il manifeste si souvent en est peut-être responsable.

  • 16 Cf. Marianne Mahn-Lot, Christophe Colomb, Paris, Ed. du Seuil, 1960, col. "Le temps qui court" no (...)

8Et que faut-il penser du curieux sigle en forme de triangle qui précède sa signature au bas de ses écrits16 ? Pourquoi cherche-t-il à se singulariser de la sorte ? Nous n'avons aucune explication convaincante à ce sujet.

***

  • 17 Cf. Cristóbal Colón, La Carta de Colón anunciando el descubrimienlo del Nuevo Mundo, 15 febrero-14 (...)
  • 18 Cf. L. Febvre et H.-J. Martin, L'Apparition du livre, op. cit., ch. 8, p. 388 :
    "En fait, l'attenti (...)

9Le héros a défrayé la chronique. Comme il advient de tous les personnages qui sortent de l'ordinaire, ses "aventures" ont été exploitées par l'imagination de ses concitoyens. Mais Colomb avait une dimension "internationale". Le récit de son premier voyage — sa fameuse carta17 — a été rapidement traduit et largement diffusé en Europe18. Fait d’autant plus remarquable que l'imprimerie n'en était encore qu'à ses débuts. Colomb devint un héros légendaire, tout comme le deviendra Magellan pour la génération suivante.

10Les péripéties de son premier voyage seront connues de tous. Ne sont-elles pas, encore aujourd'hui, restées dans les mémoires ? L'être humain a toujours été friand d'anecdotes et l'intrépide Amiral devait satisfaire les plus exigeants. Un personnage aussi illustre, porté au pinacle, en 1493, lors de sa réception à Barcelone par les Rois Catholiques, puis couvert de chaînes quelque temps plus tard, était de nature à créer une légende. Le public apprécie qu'une histoire ait ses hauts et ses bas. Le voyage, lui-même, décidé dans les hautes sphères du pouvoir avec l'appui inconditionnel d'une souveraine à demi ruinée par les guerres, avait l’aspect d'un pari fou sur l'avenir. La traversée, pénible, semée d'embûches, sur de frêles embarcations qui partaient vers l'inconnu, la silhouette d'un capitaine obstiné luttant seul contre le désespoir, l'attente angoissée du moindre indice et le final radieux sur des îles paradisiaques : tout cela prenait des allures de conte merveilleux. C'était une sorte d'Odyssée moderne, de "Nef des Fous" atlantique, de voyage initiatique. Colomb avait bien mérité les honneurs dont on le comblait ! Puis, soudain, la courbe s'inverse, l'allégresse fait place à l'amertume et l'infortune s'abat sur le héros.

11Christophe Colomb était exemplaire à plus d’un titre. Sa nature singulière, son comportement mystérieux, sa destinée extraordinaire, ont fait de lui un personnage hors du commun, un véritable héros légendaire.

2 - La légende du pilote inconnu

  • 19 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 1, p. 69.

"Mais — dit le P. Charlevoix — une opinion vulgaire, qui eut assez de cours du vivant de Colomb aurait bien diminué la gloire de ce grand voyageur, si elle avoit trouvé créance dans les esprits des personnes capables de lui donner quelque autorité19."

  • 20 L'expression est certainement tirée de G. Fernández de Oviedo : voir plus loin.

12Quelle est donc cette "opinion vulgaire"20 capable d'amoindrir le mérite de Colomb ?

13Il s’agit d'une autre légende : un pilote inconnu aurait précédé le Génois outre-Atlantique. Celui-ci aurait, tout simplement, profité des renseignements fournis par le navigateur. L'affaire était grave et pouvait ternir la renommée de l'Amiral.

***

  • 21 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 1, liv. 2, ch. 2, p. 16.

14Le premier témoignage que nous ayons sur cette question est celui du chroniqueur Gonzalo Fernandez de Oviedo21. Il raconte qu'une caravelle qui transportait des marchandises espagnoles vers l'Angleterre se serait perdue lors d'une tempête, aurait dérivé, longtemps, vers le Couchant puis, atteint des îles où se trouvaient des Indiens nus. Comme la cargaison du bateau était surtout composée de vivres, le voyage de retour fut possible. Mais le navire tarda quatre ou cinq mois avant d'apercevoir les côtes du Portugal où seuls le pilote et trois ou quatre — "ou quelques autres" — marins arrivèrent, épuisés et fort mal en point ("qui trépassèrent peu de jours après leur arrivée"). Le pilote, un intime de Christophe Colomb ("qui était un ami très intime de Cristóbal Colom"), navigateur expérimenté ("et qui avait quelques notions de l'observation de la hauteur des astres"), lui aurait révélé le secret en le priant de dessiner une carte qui portât témoignage de sa découverte. Et Colomb aurait soigné son hôte qui se serait éteint quelque temps plus tard. L'identité du pilote est incertaine. On ne connaît pas son nom : le détail est d'importance. Et l'on ne sait pas trop où tout cela a bien pu se passer :

  • 22 Ibid., lère part., liv. 2, ch. 2, p. 16.

"D'aucuns disent que ce capitaine ou ce pilote était Andalou ; d'autres prétendent qu'il était Portugais ; d'autres Biscaïen ; d’autres disent que Colom se trouvait alors dans l'île de Madère et d'autres qu’il était dans les Îles du Cap-Vert et que c'est là qu'arriva la caravelle dont j'ai parlé, et qu'il eut, de cette manière, des renseignements sur cette terre22."

15On voit que le plus grand mystère règne dans cette affaire. Mais les légendes sont modifiables au gré de la transmission orale des données. Or, il s'agirait bien d'une légende. Fernandez de Oviedo l'enregistre tout en faisant preuve de scepticisme :

  • 23 Ibid., 1ère part., liv. 2, ch. 2, p. 16.

"Que cela se fût passé ainsi ou non, personne ne peut l’affirmer en toute certitude. Il n'empêche que cette histoire circule parmi le bas peuple ainsi que je l'ai raconté. Pour moi tout cela est faux et, comme dit saint Augustin : Melius est dubitare de ocultis, quam litigare de incertis. Il vaut mieux mettre en doute ce que l'on ignore que de s'obstiner à vouloir prouver ce qui n'est pas sûr23."

  • 24 La 1ère part, de l'Historia General a été publiée en 1534. Cf. Ch. V. Aubrun, Hist.... op. cit., c (...)

16Oviedo est très scrupuleux et n'affirme pas ce qu'il ne peut vérifier. Son témoignage apporte cependant de précieuses indications. Nous savons que cette légende était très répandue, qu'elle était diffusée par les gens du peuple et qu’elle circulait aux Antilles, où se trouvait Oviedo lorsqu'il écrivait ces lignes. Si cette histoire ("novela") avait pris tant d'importance c'est parce qu'elle devait exister depuis longtemps24.

17Or, Fray Bartolomé de Las Casas, qui est arrivé aux Antilles en 1503, dit avoir entendu raconter cette légende dès son arrivée :

  • 25 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind.. op. cil., t. I, liv. 1, ch. 14, p. 50.

"(...) ceux qui, comme moi, sont arrivés dans les premiers temps, en parlaient alors habituellement — ainsi que je l'ai déjà dit — comme d'une affaire incontestable. Et je crois qu’à l'origine de cela aurait pu se trouver un individu, ou des individus qui étaient au courant, ou quelqu'un qui par hasard l'aurait appris — en totalité ou partiellement — de quelque propos tenu par l'Amiral lui-même25."

18On voit que Las Casas n'est pas mieux renseigné sur l'origine de ces rumeurs. Cependant, même si son Historia a paru après celle d'Oviedo, l'indication qu'il donne nous permet de remonter jusqu’à l'époque où Colomb se trouvait dans les Caraïbes. Le récit de Las Casas diffère peu de celui d'Oviedo. On sent toutefois que Las Casas évoque de vagues souvenirs, et cela apparaît dans son texte :

  • 26 Ibid., t. I, liv. 1, ch. 14, p. 50.

"On raconta qu'une caravelle, ou un vaisseau, qui avait quitté un port d’Espagne (je ne me rappelle pas avoir entendu préciser son nom, quoiqu'il me semble que l'on ait parlé du royaume du Portugal) et qui naviguait chargée de marchandises destinées à la Flandre ou à l'Angleterre (...)26 "

19Il est important de constater que Fray Bartolomé de Las Casas ne donne pas le nom du pilote et qu'il n'est pas sûr des informations qu'il transmet :

  • 27 Ibid., t. 1, liv. 1, ch. 14, p. 52.

"(...) nous pouvons laisser cela de côté et le croire ou ne pas le croire car il est possible que Notre Seigneur soit intervenu dans l'un et dans l'autre cas (...)27 "

20Francisco López de Gómara évoque, lui aussi, cette légende dans son Hispania Victrix. Mais Gómara ne semble pas mieux renseigné que les deux écrivains précédents :

  • 28 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 165.

"Il eût été souhaitable de conserver au moins le nom de ce pilote, car tout le reste s’évanouit au moment de la mort. Certains disent que ce pilote était Andalou, qu'il se livrait au commerce dans les Canaries et à Madère lorsqu'il se trouva impliqué dans ce long et mortel voyage ; d'autres prétendent qu'il était Biscaïen et qu’il négociait en Angleterre et en France ; d'autres, qu'il était Portugais et allait à la Mina ou aux Indes, ou en revenait, ce qui correspond parfaitement au nom que l’on attribua et que portent toujours ces nouvelles terres. Il y en a encore qui disent que c'était de Madère ou d'une autre île, dans les Açores ; toutefois personne n'affirme rien28."

21L'incertitude règne toujours. Le nom du pilote n'est pas révélé. La légende, vu les nombreuses variantes relevées par López de Gómara, semble très bien connue vers le milieu du XVIe siècle. Ce dernier n'apporte cependant aucun élément nouveau.

22Il faut attendre le début du XVIIe siècle pour en savoir un peu plus long. L'Inca Garcilaso de la Vega raconte la légende dans la première partie de ses Comentarios Reales. Il se rappelle des souvenirs d'enfance et affirme avoir entendu conter cette étrange affaire à Lima :

  • 29 El Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, dans Obras Com (...)

"(...) j'entendis [le récit de ces événements] dans mon pays, de la bouche de mon père et de ceux qui vivaient à cette époque-là, car leur conversation était alors généralement et d'ordinaire alimentée par le rappel incessant des exploits les plus remarquables qui avaient été réalisés lors de leurs conquêtes (...)29 "

23Or, Garcilaso semble connaître bien des détails. C'est lui qui, le premier, nous informe sur la date — approximative — des événements et nous donne enfin le nom du fameux pilote inconnu :

  • 30 Ibid., liv. 1, ch. 3, p. 9.

"Vers l'année mille quatre cent quatre-vingt-quatre — un an de plus ou de moins — un pilote originaire de la ville de Huelva, dans le Comté de Niebla, nommé Alonso Sanchez de Huelva, possédait un petit navire avec lequel il se livrait au commerce sur la mer et transportait d'Espagne aux Canaries des marchandises qu'il vendait sans difficultés ; aux Canaries il chargeait les produits de ces îles et les transportait à Madère, puis rentrait en Espagne avec une cargaison de sucre et de conserves30."

24Et l'Inca Garcilaso narre la légende qu'il agrémente de détails et de considérations diverses. Il est tout de même curieux que l'on trouve plus d'informations chez Garcilaso que chez Las Casas. Garcilaso aurait-il amélioré la légende pour séduire ses lecteurs ? Les longues veillées de l'époque coloniale auraient-elles étoffé les vagues rumeurs que personne ne pouvait vérifier plusieurs lustres auparavant ? Garcilaso obtint-il quelques renseignements supplémentaires en Andalousie, où il vécut de nombreuses années ? Nous constatons toutefois que la légende s'est considérablement enrichie.

  • 31 Cf., en particulier, les références données par H. Vignaud, La Lettre..., op. cit., ch. 5, p. 112- (...)
  • 32 Lope de Vega Carpio, El Nuevo Mundo descubierto por Cristóbal Colón (Comedia), éd. critique, comme (...)

25De nombreux écrivains la mentionneront31. Elle sera même longuement exploitée par Lope de Vega dans sa comedia El Nuevo Mundo descubierto por Cristóbal Colón32.

26Pourtant, il n'y a pas unanimité ; tout le monde ne semble pas convaincu de l'authenticité des faits qui sont rapportés. L'Histoire Universelle, publiée dans le dernier quart du XVIIIe siècle ne croit pas à cette "fable" :

  • 33 Histoire Universelle, depuis le commencement du monde jusqu'à présent ; composée en Anglais par une (...)

"Mais ce qui détruit la vraisemblance de cette fable, c'est qu'il est de fait que Colomb avoit lui-même tracé & terminé tout son plan, & qu'il l'offrit à ses compatriotes les Génois au commencement de l'année [1484], à l'époque même ou Sanchez commença, dit-on, son voyage33."

27De nos jours les opinions sont très partagées. Plusieurs études ont été consacrées à cette question et diverses hypothèses ont été envisagées. Signalons, au passage, l'explication que donne Emiliano Jos : un navigateur de Palos, Pero Vásquez de la Frontera aurait pu servir de base à la légende. Et Jos conclut :

  • 34 Emiliano Jos, "El Plan y la génesis del descubrimiento colombino", dans Cuadernos Colombinos, t. I (...)

"Et il n'est pas surprenant que le nom lui-même de Pero Vásquez de la Frontera se soit transformé en Alonso Sánchez de Huelva34."

***

28L'histoire du pilote inconnu (Alonso Sánchez de Huelva ?) a l'allure d'une légende. Des "faits" incertains ont été transmis de bouche à oreille. La rumeur s'est amplifiée, des détails — variés — ont été rajoutés, on a donné un nom au héros qui est ainsi passé à la postérité. Mais s'agit-il vraiment d'une légende ? Le pilote inconnu a-t-il réellement été sauvé de l’oubli par la renommée dont il jouissait parmi les gens de peuple ? La question mérite d'être posée car l'origine de cette "légende" paraît très douteuse.

29Nous avons déjà souligné que, curieusement, les premiers témoignages écrits ne mentionnaient pas le nom du pilote. Nous avons également noté le scepticisme, ou tout au moins l'incertitude qu'expriment les deux premiers écrivains — les plus importants à nos yeux — qui enregistrent la légende, Gonzalo Fernandez de Oviedo et Fray Bartolomé de Las Casas. Tous deux laissent le lecteur juge de l'authenticité des faits qu'ils relatent.

  • 35 Marcel Bataillon, "L'idée de la découverte de l’Amérique chez les Espagnols du XVIe siècle (d'aprè (...)

30Marcel Bataillon35 a donné une explication fort séduisante : la légende du pilote inconnu aurait été créée de toutes pièces pour nuire aux intérêts de Colomb alors en procès contre la couronne d'Espagne :

  • 36 Ibid., p. 40.

"Imaginons — dit-il — cette rumeur naissant à l'époque où Las Casas débarque aux îles avec le Commandeur de Lares. Les discussions sur la disgrâce de l'Amiral battent leur plein. Ses partisans s'indignent de ce que la Couronne renie ses engagements, alors que le découvreur a réalisé avec ténacité un projet savamment conçu et a tenu sa promesse. Les royalistes et les indifférents haussent les épaules en disant : "Colomb ? un savant ? un obstiné ? Mais non ! un malin... D'autres soupçonnaient l'existence de terres nouvelles dans l'Océan. Qui sait si, au moment où il a proposé d'aller découvrir ces Indes, il n'était pas en possession de la trouvaille d'un autre, d'un navigateur moins chanceux dont il avait capté le secret ?"36

  • 37 Cf. H. Vignaud, La Lettre..., op. cit., ch. 5, p. 115, n. 104.

31Marcel Bataillon reconnaît qu'il est important que Fray Bartolomé de Las Casas ait signalé que la rumeur circulait lorsqu'il arriva aux Antilles, mais, ajoute-t-il, Las Casas n'a écrit ce qui concerne la fameuse légende que "sur le tard". Et c'est Fernandez de Oviedo, l'auteur du premier témoignage imprimé37, qui pourrait être le responsable de tous ces racontars :

  • 38 Marcel Bataillon, "L'idée...", art. cit., p. 39. Le texte cité par M. Bataillon se trouve dans les (...)

"Il n'est pas exclu qu'Oviedo en soit l’inventeur bien qu’il ne la prenne pas à son compte. Même en la niant, il la mettait en circulation, service appréciable. Car on en cherche en vain la moindre trace écrite avant lui. Il est significatif que le "fiscal" de Sa Majesté ne s'en soit pas prévalu, lorsqu'il prétend prouver, pour limiter la reconnaissance due par la Couronne aux Colomb, "que quando fué el Almirante a descubrir el primer viaje, un Martin Alonso Pinçon thenía ya noticia de las Indias por cierta escritura que obo en Roma e quería yrlas a descubrir". Si le "fiscal" avait entendu parler de ce pilote inconnu (dont le secret aurait pu être partagé entre l'Amiral et Martin Pinzón avant le premier voyage), ce personnage eût été pour sa thèse un précieux renfort38."

32En fait, conclut Marcel Bataillon :

  • 39 Ibid., p. 40.

"Que la légende soit née sur la place publique de Santo Domingo vers 1502-1503 ou dans le cabinet de travail d’Oviedo trente ans plus tard, son intention est sans doute la même, aussi "impure"39."

33La légende du pilote inconnu doit donc être considérée avec prudence. On peut cependant affirmer que l'histoire de ce pilote a circulé dans les Indes Occidentales. Le témoignage de Garcilaso de la Vega — qui dit avoir recueilli ses informations au Pérou — en est la meilleure preuve.

***

34Il est incontestable que la personnalité de Christophe Colomb et les circonstances de sa merveilleuse découverte ont beaucoup intéressé les hommes du XVIe siècle. Sa figure hors de pair et l'atmosphère mystérieuse qu'il avait créée autour de lui ont favorisé le développement de légendes très populaires, alors même que l'exploration du continent américain était à peine entamée...

Notes

1 Hernando Colón, Hist..., op. cit.

2 Cf. Alexandre Cioranescu, "Christophe Colomb : Les sources de sa biographie" dans La Découv. de l'Amér., op. cit., p. 39-49.

3 Andrés Bernáldez, Memorias del Reinado de los Reyes Católicos que escribía el bachiller Andrés Bernáldez. Cura de Los Palacios, Edición y estudio por Manuel Gómez-Moreno y Juan de M. Carriazo, Madrid, Real Academia de la Historia - Patronato Marcelino Menéndez Pelayo del Consejo Superior de Investigaciones Científicas - Biblioteca "Reyes Católicos" - Crónicas, 1962.

4 Fray Bartolomé de Las Casas évoque souvent l'action de Christophe Colomb. C'est lui qui a mis en forme le récit du premier voyage. Cf. C. Colón, Primer Viaje, op. cit.

5 P. Martyr Anghiera : De Orbe Nuvo, op. cit.

6 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit.

7 Jacques Heers, Christophe Colomb, s.l„ Marabout, s.d. (Hachette 1981), col. "Marabout Université", no MU 390, ch. 1, p. 14.

8 H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 1, p. 48.

9 Les recherches effectuées, en particulier à l'occasion du 400e anniversaire de la découverte de l'Amérique, ont été très fructueuses.
Beaucoup de documents intéressant Christophe Colomb ont été publiés sous la direction de C. Lollis, à partir de 1892. Cf. Raccolta di Documenti e Studi, Pubblicati dalla R. Commissione Colombiana pel quarto centenario della scoperta dell'America, Roma, 1892-1894, 15 vol. (14 vol. + suppl.).

10 Ce déplacement est contesté par A. Cioranescu ("Christophe Colomb...", art. cit., p. 46) qui écrit : "Il n'est pas croyable qu'il ait entrepris le voyage de Cugureo, qui semble d'ailleurs forgé de toutes pièces, car aucun des détails concernant cette ville n'est conforme à la réalité."

11 H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 2, p. 50.

12 Ibid., Proemio del autor, p. 45.

13 Cf. Pierre Chaunu, L'expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, P.U.F., 1969, col. "Nouvelle Clio - L'Histoire et ses problèmes", no 26, 2è part., ch. 4, p. 170.

14 Cf. Charles Verlinden, Christophe Colomb, Paris, P.U.F., 1972, col. "Que sais-je ?" no 1457, ch. 2, p. 22.

15 H. Colón cite cependant quelques écrits de son père à propos de ces voyages. Cf. H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 4, p. 56-57.

16 Cf. Marianne Mahn-Lot, Christophe Colomb, Paris, Ed. du Seuil, 1960, col. "Le temps qui court" no 18, p. 5-6.

17 Cf. Cristóbal Colón, La Carta de Colón anunciando el descubrimienlo del Nuevo Mundo, 15 febrero-14 marzo 1493. Reproducción del texto original español, impreso en Barcelona (Pedro Posa, 1493). Transcripción y reconstitución del mismo con notas críticas. Historia del impreso y de su influencia en la Historia Universal. Madrid, Talleres de Hauser y Menet, 1956.

18 Cf. L. Febvre et H.-J. Martin, L'Apparition du livre, op. cit., ch. 8, p. 388 :
"En fait, l'attention du public semble avoir été pour la première fois attirée sur l’activité des explorateurs lorsque parut la fameuse lettre de Christophe Colomb relatant son premier voyage. Incontestablement, les nouvelles ainsi annoncées provoquèrent un assez vaste mouvement de curiosité, puisque cette lettre fut imprimée simultanément en 1493, à Barcelone, Rome, Bâle et Paris, réimprimée à Bâle en 1494 et encore à Strasbourg en 1497, en allemand cette fois.”

19 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 1, p. 69.

20 L'expression est certainement tirée de G. Fernández de Oviedo : voir plus loin.

21 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 1, liv. 2, ch. 2, p. 16.

22 Ibid., lère part., liv. 2, ch. 2, p. 16.

23 Ibid., 1ère part., liv. 2, ch. 2, p. 16.

24 La 1ère part, de l'Historia General a été publiée en 1534. Cf. Ch. V. Aubrun, Hist.... op. cit., ch. 1, p. 26.

25 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind.. op. cil., t. I, liv. 1, ch. 14, p. 50.

26 Ibid., t. I, liv. 1, ch. 14, p. 50.

27 Ibid., t. 1, liv. 1, ch. 14, p. 52.

28 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 165.

29 El Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, dans Obras Completas (t. 2), op. cit., liv. 1, ch. 3, p. 10.

30 Ibid., liv. 1, ch. 3, p. 9.

31 Cf., en particulier, les références données par H. Vignaud, La Lettre..., op. cit., ch. 5, p. 112-142 ; l'article de Cesáreo Fernández Duro, "La tradición de Alonso Sanchez de Huelva, descubridor de tierras incognitas", dans Boletízn de la Real Academia de la Historia, tomo XXI (julio-septiembre 1892), p. 33-53, Madrid, Establecimiento Tipográfico de Fortanet, 1892 ; et l'ouvrage de Baldomero de Lorenzo y Leal, Cristóbal Colón y Alonso Sándiez ó el primer descubrimiento del Nuevo Mundo (...), Jerez, Imprenta de El Guadalete (...), 1892.

32 Lope de Vega Carpio, El Nuevo Mundo descubierto por Cristóbal Colón (Comedia), éd. critique, commentée et annotée par J. Lemartinel et Charles Minguet, Lille, Presses universitaires de Lille, 1980. Lope de Vega exploite la légende du pilote inconnu dans l'acte I, vers 65 à 116. Voici les propos que Lope de Vega fait tenir à Christophe Colomb (p. 2) :
COLÓN (...)
65 Ahora vivo en la isla
que de la Madera llaman,
adonde aportó un piloto
huésped de mi humilde casa.
Este, de la mar perdido,
70 enfermo, vino a tomarla
por hospital y por muerte,
por sepoltura y posada.
Llegado al tránsito, pues,
de dar a su dueño el alma,
75 moviendo en los dientes fríos,
la voz ya trémula y baja,
"No tengo. Colón, (me dijo),
otro premio ni otra paga
de tu rica voluntad
80 y tu pobre mesa y cama,
sino son estos papeles,
que de marear son cartas,
en que van mis testamentos,
mis codicilos y mandas.
85 Estos son mis muebles todos :
raíces, no hay que buscallas ;
que todos son bienes muebles
cuantos de la mar se sacan.
Por el Océano, pues,
90 de poniente caminaba,
cuando una tormenta fiera
mi seso y nave arrebata.
Sin norte, aguja ni tiento
por sus anchuras me pasa,
95 donde vi con propios ojos
nuevo cielo y tierras varias,
tales, que nunca los hombres
pensaron imaginarlas,
cuanto más que fueron vistas
100 y de nuestros pies tocadas.
La misma tormenta fiera
que allí me llevó sin alas,
casi por el mismo curso
dio consigo vuelta a España.
105 No se vengó solamente
en los árboles y jarcias,
sino en mi vida, de suerte
que ya, como ves, se acaba.
Toma esas cartas y mira
110 si a tales empresas bastas ;
que si Dios te da ventura,
segura tienes la fama.''
Dijo, y apretando el cuello
de donde entonces colgaba
115 el alma, que ya salía,
cortó el hilo a las palabras.
(...).

33 Histoire Universelle, depuis le commencement du monde jusqu'à présent ; composée en Anglais par une Société de Gens de Lettres ; Nouvellement traduite en François par une Société de Gens de Lettres : Enrichie de Figures et de Cartes. (...) A Paris, chez Moutard, Imprimeur-Libraire de la Reine, de Madame, & de Madame Comtesse d'Artois, rue des Mathurins, Hôtel de Cluni (...), 1779-1791 (126 vol.), vol. 119 (1788), liv. 34, p. 469.

34 Emiliano Jos, "El Plan y la génesis del descubrimiento colombino", dans Cuadernos Colombinos, t. IX, Valladolid, Publicaciones de la Casa-Museo de Colon y Seminario Americanista de la Universidad, 1979-1980, p. 99.

35 Marcel Bataillon, "L'idée de la découverte de l’Amérique chez les Espagnols du XVIe siècle (d'après un livre récent)", dans Bulletin Hispanique, vol. LV, no 1 (1953), p. 23-55.

36 Ibid., p. 40.

37 Cf. H. Vignaud, La Lettre..., op. cit., ch. 5, p. 115, n. 104.

38 Marcel Bataillon, "L'idée...", art. cit., p. 39. Le texte cité par M. Bataillon se trouve dans les Pleitos de Colon, CODOUL, t. 7, p. 340 ; cf., également, t. 8, p. 126 (indications de l'auteur).

39 Ibid., p. 40.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search