Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Première partie : Le prélude

Chapitre IV. Les précurseurs

Texte intégral

1Alors que se dessinait lentement la silhouette des Indes Occidentales, les Européens cherchaient à comprendre de nouveaux mystères. Les îles du Couchant n’étaient autre qu'un "Nouveau Monde" que percevait mal l'entendement. La découverte de plantes, d'animaux, d’hommes inconnus posait l'immense problème de leur origine. D’où venaient tous ces êtres dot on ignorait l'existence ? Les chroniqueurs se sont, très souvent, interrogés à ce sujet, et chacun a apporté sa pierre à un imposant édifice de suppositions, d'hypothèses et d'affirmations.

1 - Le peuplement légendaire du Nouveau Monde

2La recherche d'une solution passait tout naturellement par l'examen des textes sacrés. Les Écritures étaient considérées comme une source incontestable. Toutes les explications s'y trouvaient. Il suffisait de remonter le fil du temps pour comprendre. Et l'on aboutissait à cette conclusion logique : les Indiens étaient, sans l'ombre d’un doute des descendants du patriarche Noé. La Bible était formelle : Noé, ses trois fils et leurs épouses respectives étaient les seuls rescapés du Déluge universel. Jean de Léry l'affirme catégoriquement :

  • 1 Jean de Léry, Histoire d'un vovage fait en la terre du Brésil, Edition, présentation et notes par (...)

"Reste maintenant pour la fin, que ie touche la question qu'on pourrait faire sur ceste matiere que ie traite : assauoir, d'où peuuent estre descendus ces sauuages. Surquoy ie di, en premier lieu, qu'il est bien certain qu'ils sont sortis de l'un des trois fils de Noé : mais d'affermer duquel, d'autant que cela ne se pourrait prouuer par l’Escriture saincte, ny mesme ie croy par les histoires prophanes, il est bien malaisé1."

  • 2 Cité par Joseph-François Lafitau, Mœurs des Sauvages Américains comparées aux mœurs des premiers t (...)

3Ainsi, les descendants de Noé auraient peuplé le continent américain. Lescarbot imagine même que le patriarche aurait pu y naître2. Les lointains ancêtres des Indiens auraient donc participé à la construction de la Tour de Babel !

  • 3 Cf. Ch.-A. Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 7, p. 434.
  • 4 Ibid., ch. 7, p. 434. Cf., également, J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., vol. 1, liv (...)
  • 5 Cf. Alonso de Borregán, Cronica de la conquista del Perú, dans Biblioteca Peruana, (1ère série), o (...)
  • 6 Cf. Handbook of American Indians - North of Mexico, Edited by Frederick Webb Hodge, Washington, Go (...)
  • 7 Cf. Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., t. 2, liv. 4, ch. 41, p. 112.

4Si l'on suppose, comme l'humaniste Benito Arias Montano, que le nord-ouest de l'Amérique communique avec l'Asie, on peut alors penser que les aborigènes sont les descendants de Sem qui s'installa en Orient3. Cependant, les trois fils de Noé furent sollicités. Du Bartas explique, par exemple, que les Américains sont de la lignée de Japhet, qui peupla l'Ouest et le Nord, et qu'ils "ont cerché de s'avancer en autres lieux plus commodes : et qu'ainsi peu à peu ces païs ont esté peupléz"4. Alonso de Borregán, lui, considère que l'Amérique a accueilli certaines des douze tribus d'Israël qui, du temps de Moïse, auraient quitté les autres5. Quelques-uns évoquent la séparation forcée, consécutive à la déportation de dix de ces douze tribus imposée par le roi d'Assyrie6. On croyait aussi que des Israélites, bannis de Jérusalem par Titus et Vespasien, auraient cherché refuge outre-Atlantique. Cette idée est exprimée par Fray Jerónimo de Mendieta7, mais également par Bernai Díaz del Castillo. Celui-ci, rapportant les propos tenus par des conquistadores qui examinaient de belles statuettes, écrit :

  • 8 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., t. 1, ch. 6, p. 82-83.

"D'autres disaient qu'elles appartenaient aux Indiens, chassés par Titus et Vespasien de Jérusalem, qui avaient débarqué des vaisseaux délabrés qu'on leur donna lors de leur expulsion (...)8"

5Les coutumes, les mœurs des indigènes, sont comparées à celles des Hébreux. Et l'on trouve beaucoup de ressemblances. Ainsi, Alonso de Zurita, évoquant la société aztèque, se réfère automatiquement à Israel :

  • 9 Doctor Alonso de Zurita, Breve y Sumaria Relacion de los Señores y maneras y diferencias que había (...)

"De sorte que jamais l'on ne donnait et que l'on ne donne pas de terres à quiconque n'est pas originaire du calpulli, du quartier, à l’instar des Israélites qui ne pouvaient ni n'avaient le droit d'aliéner les terres ou les biens d’une tribu au profit d'un tiers. Á cause de cela et pour cette raison, parmi d'autres, certains en viennent à croire que les naturels de ces régions sont des descendants du peuple d'Israël (...)9 "

  • 10 Cf. Juan de Betanzos, Suma y Narración de los Incas, dans Biblioteca Peruana (1ère série), vol. 3, (...)
  • 11 Cf. Fr. B. de Las Casas, Apologética Historia cuanto a las cualidades, dispusicion, descripcion, c (...)

6Il est vrai que certaines pratiques des aborigènes pouvaient induire en erreur : les marques, dont parle Juan de Betanzos, tracées sur les murs avec du sang de lama ("moutons et brebis") devaient rappeler des épisodes bibliques10. Quant aux langues indigènes, plus d'un a pu les comparer à l'hébreu11.

"Nous sommes tous réellement persuadés que les Indiens judaïsent (...)"

7déclare le P. Gumilla, qui conclut :

  • 12 P. José Gumilla, S. J., El Orinoco ilustrado y defendido, Comentario preliminar par José Nucete-Sa (...)

"(...) et nous sommes enclins à penser que ceux qui peuplèrent les Amériques étaient des Hébreux12."

  • 13 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. I, ch. 3, p. 5.

8Mais, bien souvent, l’amalgame que l'on fait entre Hébreux et Indiens ne repose que sur de vagues apparences. Lizárraga en donne la preuve lorsqu'il rapporte l'anecdote suivante : un Indien — qui comprenait quelques mots de castillan — aurait quitté soudainement la balsa qu'il pilotait pour s'être entendu dire "Comme tu es pénible, tu as tout d'un Juif !" Et l'auteur termine en disant "telle était l'importance de l'injure qu'on lui fit et du ressentiment qu'il en éprouva13 ". On voyait donc des Hébreux partout.

***

9Cependant le peuple Hébreu ne fut pas le seul à être sollicité car les explorateurs européens avaient une imagination très fertile.

  • 14 Cf. J. R. Hale, La Europa..., op. cit., ch. 1, p. 58.
  • 15 J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 1, p. 51.
  • 16 Cf. D. do Couto, Da "Asia", op. cit., fol. 23 a, p. 96-97.
  • 17 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 3, liv. 29, ch. 30, p. 330.

10Lucio Marineo Siculo, qui enseignait à Salamanque du temps de Christophe Colomb, prétend que l'on aurait trouvé une pièce de monnaie romaine dans la région de Tierra Firme. C'est d'ailleurs, comme le souligne J.R. Hale, la seule référence au Nouveau Monde que l'on puisse voir dans son œuvre14 ! L'affaire fit grand bruit. Marineo Siculo fut abondamment cité. Et l'on rajoutait beaucoup de détails ! On parlait de cette "médaille ou pièce d'or (...), que l'on découvrit en reconnaissant certains terrains miniers de Panama, avec le nom et l’effigie de César Auguste”15. Et, preuve de l'importance que l'on attribuait à cette découverte, on l'aurait envoyée au Pape, comme le précise Diogo do Couto16 Gonzalo Fernandez de Oviedo, lui, ne semble pas du tout convaincu. En bon chroniqueur il rappelle, bien entendu, l'histoire de la pièce de monnaie, mais conclut froidement : "Tout cela est de Lucio Marineo, et le plus grand mensonge du monde (...)"17. Solórzano y Pereyra, de son côté, n'est pas moins circonspect :

  • 18 J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 6, p. 67.

"C'est une chose trompeuse et qui n’a pas de sens : on a pu en faire accroire en jetant là cette médaille pour éclipser ou ternir quelque peu la gloire de l'Espagne, comme le reconnaissent même les auteurs qui sont d’un avis contraire18."

11Juan López de Velasco prtend même connaître les coupables :

  • 19 J. López de Velasco, Geogr., op. cit., p. 2.

"(...) il fut prouvé que deux Italiens, qui participèrent à la découverte, les avaient apportées — il s'agit, pour lui, de plusieurs pièces — et voulurent les faire passer pour de vieilles pièces dans le pays (...)19 ".

  • 20 Sainte-Croix de La Roncière, A la Conquête des mers..., op. cit., ch. 7, p. 232.

12Bien plus tard, on aurait fait une découverte encore plus étonnante : quatre pièces portant l'inscription suivante, en phénicien : "Du roi Cronis de l'Atlantide au roi Priam de Troye"20.

***

  • 21 Cf. Paul Gaffarel, Étude..., op. cit., 2è partie, 1ère section, p. 75-159.

13On mentionna très souvent les peuples de l'Antiquité : Grecs, Romains, Hébreux, Phéniciens, Égyptiens...21 Ces derniers ayant élevé des pyramides, il était tout naturel qu'on les retrouvât dans l'Anahuac.

14Il y aurait pourtant, d'après certains auteurs, la preuve de contacts anciens entre l'Europe et le Nouveau Monde. Des Indiens auraient débarqué en Allemagne à l'époque de l'occupation romaine ! C'est ce que relate F. Lopez de Gomara :

  • 22 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., p. 162.

"Et ainsi les anciens n'ont pas le souvenir que soit arrivé dans ces parages d'autre navire que celui qui, selon ce qu'écrivent Mela et Pline en se référant à Cornélius Népos, arriva en Allemagne et dont certains Indiens qu'il transportait furent présentés par le roi de Suèves — que d'aucuns nomment Saxons — à Quintus Métellus Céler, qui gouvernait alors en France comme représentant du peuple romain22."

  • 23 Cf. J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 1, ch. 19, p. 31.

15J. de Acosta évoque aussi cet événement dans son Historia Natural23 et Vazquez de Espinosa précise que d'autres Indiens seraient arrivés, plus tard, toujours en Allemagne :

  • 24 P. A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 1, ch. 6, p. 14.

"Et du temps de l'Empereur Frédéric Barberousse quelques Indiens, sur une pirogue qu'avait emportée la tempête, débarquèrent à Lübeck24."

  • 25 Voici les deux passages en question, reproduits par P. Gaffarel (Étude.... op. cit., 2è part., 1èr (...)

16Cette affaire a donné lieu à beaucoup de commentaires. Toutefois les renseignements donnés par Pline l’Ancien et Pomponius Mela sont trop imprécis pour être exploités valablement25.

***

  • 26 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 4, p. 201-222.

17Les Germains, prétendent certains auteurs, auraient traversé l’Atlantique et découvert le Nouveau Monde, tout comme les Basques, les Bretons, les Irlandais, les Gallois, les Arabes, les Africains...26.

"On pense que jadis des nègres d’Ethiopie s’étaient embarqués pour exercer la piraterie, et que par suite d’un naufrage, ils se fixèrent dans ces montagnes."

  • 27 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 3e déc., ch. 1, p. 227.

18écrit P. Martyre d’Anghiera dans sa troisième Décade, où il souligne que les Espagnols, en arrivant en Amérique Centrale, trouvèrent des esclaves nègres27.

  • 28 Cf. J. Markale, Les Celtes..., op. cit., ch. 12, p. 421.
  • 29 Ibid., ch. 9, p. 281.

19La moindre "coincidence" ou le moindre détail, furent mis à profit et servirent d’assise précaire à des considérations saugrenues. On cherchait à adapter diverses légendes pour prouver la réalité d’anciens voyages transatlantiques. C’est ainsi que furent parfois présentées la navigation du Celte Bran parti vers la "Terre des Fées"28, et celle du Gallois Madawc (Madoc), fils d’Owein Gwynedd29, qui disparut mystérieusement avec ses trois cents hommes et se serait établi, disaiton, en Amérique.

  • 30 Ibid., ch. 9, p. 281.

"D’aucuns ont même prétendu — précise J. Markale — avoir retrouvé en Amérique des descendants de ces trois cents hommes dont le langage était dérivé du gallois30."

  • 31 Cf. Handbook of American Indians, op. cit., 2e part., p. 282, art. "Popular fallacies".

20Cette légende des "Indiens gallois" fit couler beaucoup d’encre31 ; le P. Touron ne manqua pas de l’évoquer :

  • 32 R. P. Touron, Hist. Gén., op. cit. t. 1, Dissertation, p. LII-LIII.

"Il se trouve des Auteurs Anglais qui assurent que l'Amérique fut découverte avant la fin du douzième siècle, l’an 1170, selon quelques-uns, ou l'an 1190, suivant quelques autres. Ils prétendent qu’un Prince nommé Madoc, frere ou fils du Prince de Galles, fit dès-lors deux voyages dans le Nouveau-Monde, & qu’il y mourut, après avoir fait passer des Colonies dans la Virginie, dans la Floride, dans le Canada, & dans le Mexique même. Mais tout cela se dit sans preuve ; aussi en parle-t-on sans certitude & sans concert32."

  • 33 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 9, p. 42. A. de Herrera y Tordesi (...)
  • 34 Cf. J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 5, p. 55.

21Chacun cherchait, bien entendu, à mettre en avant ses propres héros pour justifier ses droits sur les terres nouvelles. Les anciennes légendes, interprétées dans un sens favorable, jouèrent alors un rôle appréciable. Elles participaient au développement d’un sentiment "national" qui s'épanouit quelque temps plus tard. Les "Espagnols", de leur côté, prirent part activement à cette entreprise et mirent en avant leur vieux roi Hespero, "douzième roi d’Espagne en comptant à partir de Tubal", qui aurait eu des contacts avec l'Amérique. Gonzalo Fernandez de Oviedo relate les faits tout en précisant : "je ne veux point m'arrêtre à ces conjonctures"33. Quant à Solorzano y Pereira, il évoque la possibilité d'un exode ibérique consécutif à l'arrivée des Maures dans la Péninsule34. L'ile de Cozumel, bien connue d'Hernan Cortés, et le Yucatan auraient donc pu remplacer l'ile des Sept Cités !

22L'imaginaire a cherché à combler le vide historique qui était si soudainement apparu avec la découverte des Indes Occidentales. Les légendes ont été mises à contribution : elles permettaient d'expliquer l'inexplicable, d'établir des liens précieux entre l'Ancien et le Nouveau Continent.

2 - Les Scandinaves et le Vinland

23A mi-chemin entre la légende et la réalité se situe l'aventure que les Scandinaves ont vécue dans la partie septentrionale de l'Atlantique.

  • 35 Cf. M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., ch. 1, p. 13.
  • 36 Cf. Dr. Fridtjof Nansen, "The Norsemen in America", dans The Geographical Journal (The Royal Geogr (...)

24Les Norvégiens, qui s'étaient établis en Islande — l’Ultima Thule de l’Antiquité —, avaient découvert le Groenland en 874. La Saga d'Eric le Rouge nous apprend que le nom Groenland ('Terre verte') qui servit à désigner cette contrée, avait été choisi pour "allécher" les futurs colons35. Il s'agissait donc de favoriser le peuplement en faisant appel à l'imagination. La petite colonie nordique se développa et se maintint fort longtemps. Depuis le Groenland, il était assez aisé de franchir le détroit de Davis pour atteindre la Terre de Baffin puis la presqu'ile du Labrador. C'est ainsi que d'intrépides Scandinaves, sous la conduite de l'Islandais Bjarne Herjolfsson, puis de Leif Erikson, fils d'Eric le Rouge, auraient exploré, à la fin du Xe siècle le nord-est de l’Amérique du Nord36. Ils baptisèrent leurs découvertes Helluland ('Pays des pierres plates'), Markland ('Pays des forêts') et Vinland ('Pays du vin').

  • 37 Cf. Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis Tan mil, Paris, Flammarion, 1983, col. "Cha (...)

25Le terme Vinland, que l'on s'empressa d'appliquer à une région où poussaient des plants de vigne sauvage, ne peut surprendre si l’on considère qu'il était possible de trouver de la vigne à cette latitude à une époque où le climat s’était sensiblement réchauffé. Le "petit optimum médiéval" que les spécialistes des questions historico-météorologiques constatent, de l'an 800 à l'an 1200, pourrait apporter une explication satisfaisante37. Alcide d'Orbigny signale même dans le chapitre 52 de son Voyage Pittoresque :

  • 38 Alcide d'Orbigny, Voyage pittoresque dans les deux Amériques. Résumé général de tous les voyages d (...)

"En plusieurs endroits sur le littoral de la mer d'Hudson, le terrain est assez fertile. Entre les arbrisseaux on est quelquefois surpris de voir des groseilliers, avec leurs fruits, et des vignes qui donnent du raisin de Corinthe, des fraises, de l'angélique, du mouron, des orties, des primevères et la plupart des plantes de la Laponie38."

26Dans le Récit des Groenlandais, saga nordique relatant les exploits de Leif Erikson, la découverte de la précieuse denrée est ainsi contée :

  • 39 Texte cité par M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., 2e part., doc. no 1, p. 96.

"Ils avaient à peine quitté la baraque que Tyrkir arriva à leur rencontre. Leif eut vite fait de remarquer que son père nourricier était de joyeuse humeur (...) Leif lui dit : "Pourquoi as-tu tardé si longtemps (...) ?" (Tyrkir) parla longtemps en allemand, il roulait les yeux de tous côtés et il faisait des grimaces (...) Au bout de quelque temps il dit en norrois : "Je puis vous annoncer une nouvelle : j'ai trouvé des vignes et des raisins" (...)39 "

27La joie de Tyrkir souligne bien l'importance de l'événement. Le pays portera donc le nom de Vinland, propre à exciter l'imagination des peuples Scandinaves. Un évêque du Vinland, Éric, se rendit, en 1121, dans son nouveau diocèse, ce qui laisse supposer que la région récemment découverte attirait beaucoup de colons puisque la présence d'un dignitaire de l'Église semblait nécessaire.

  • 40 Ibid., ch. 1, p. 14.

28L'établissement des Norsemen dans la partie septentrionale de l’Amérique ne semble plus pouvoir être contestée. Les archéologues modernes donnent de nombreuses assurances et les résultats de leurs recherches paraissent probants40.

  • 41 Ibid., ch. 1, p. 17.

29Un détail, d'importance, concernant l’aventure du Vinland, doit cependant retenir notre attention. D'après le Récit des Groenlandais, des Indiens auraient affirmé "qu'il existait de l'autre côté de leurs terres, un pays où "des gens vêtus de blanc, parlent fort et marchent en procession en portant des étoffes fixées sur des perches" (...)"41). Gabriel Gravier ajoute à ce sujet (en 1874) :

  • 42 Gabriel Gravier, Découverte de l'Amérique par les Normands au Xesiècle, Rouen, Imprimé par Esperan (...)

"(...) on a trouvé dans les anciens manuscrits du Mexique, la preuve que, longtemps avant Colomb, plusieurs parties de l'Amérique furent habitées par une population blanche qui pratiquait le christianisme42."

  • 43 Cf. Helen Wallis, F. R. Maddison, G. D. Painter, D. B. Quinn, R. M. Perkins, G. R. Crone, A. D. Ba (...)

30Une carte, se trouvant à la bibliothèque de l'Université de Yale, et dont l'existence fut rendue publique le 11 octobre 1965, révèle, dessinée à la place de la presqu'ile du Labrador, une "Vinlandia Insula". Ce serait une preuve supplémentaire de la présence des Scandinaves dans la région à l'époque médiévale. Mais l'authenticité de ce document est encore controversée43.

***

31Une autre carte, très douteuse, a suscité une grande curiosité. C’est celle qui illustre le récit du mystérieux voyage que deux Vénitiens, Nicolo et Antonio Zeno, auraient entrepris entre 1388 et 1404 dans le nord de l'Atlantique.

  • 44 Fr. B. J. Feijoo y Montenegro, Teatro crítico dans Obras escogidas, op. cit., t. 3, dise. 10 (Fábu (...)
  • 45 G. B. Ramusio, Navizationi et Viaggi (...) In Venetia nella Stamperia de Givnti, l'anno MDLXIII (1(...)
  • 46 Cf. M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., ch. 1, p. 16.

32Le texte qui relate leur expédition — qui est évoquée par Fr.b. J. Feijoo, dans son Teatro critico44 — a été publié en 1558 par Ramusio45 : Antonio Zeno qui écrit à son frère Carlo, demeuré à Venise, lui conte les péripéties de l'aventure. Il aurait, dit-il — lui aussi —, rencontré au cours du voyage des hommes blancs "qui possèdent un livre latin dont ils ne comprennent pas le sens"46. L'authenticité de cette relation a été discutée. La date tardive de sa publication l'a rendue suspecte. De plus, certains éléments incitent à la considérer avec beaucoup de prudence. Comme le faisait remarquer Malte-brun au début du siècle dernier :

  • 47 Malte-Brun, "Tableau historique des découvertes géographiques des Scandinaves” [Avec une copie de (...)

"Le seul endroit habité que la relation indique ressemble un peu à un château de fées, et a servi d'argument à ceux qui traitent de fabuleux tout le voyage47."

33La carte des frères Zeni fut pourtant exploitée par les cartographes qui n'hésitèrent pas à mettre en bonne place les pays nouveaux dont elle révélait l'existence (l'Estotiland, Drogeo et Icaria) dans la région occidentale de l'Atlantique Nord. Drogeo serait-il le nouveau nom du Vinland des Scandinaves ?

***

  • 48 P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 3e part., ch. 1, par. 7, p. 258-259.
  • 49 Cité par G. Gravier, Découverte..., op. cit., 8e part. ch. 1, p. 215-216.
  • 50 Martin Frobisher, Articles and orders prescribed by Martin Frobisher to the Captaines and company (...)

34Au XIIIe siècle, alors que le climat se refroidissait, la liaison maritime avec le Vinland devint plus difficile. Cette mystérieuse et lointaine contrée perdit peu à peu son prestige. Une autre légende apparut alors : "un énorme amas de glace, une banquise gigantesque, se serait interposée entre le Vinland et le Groenland48." Alexandre de Humboldt, lui, ne croit pas à ce "mur de glace", à ces "fables météorologiques" qui s'étaient largement répandues49. Les régions proches du cercle polaire, avec leurs énormes icebergs devaient pourtant inspirer beaucoup de crainte, si l'on en juge par les ordres donnés, au XVIe siècle, par le navigateur anglais Martin Frobisher qui évoque ces montagnes de glace ("Isie mountaines") aux dimensions monstrueuses ("hugenesse and monstrous greatnesse"), impressionnantes et incroyables ("that no man would credite")50.

35Les brumes de l'Atlantique Nord pouvaient recéler bien des secrets !

3 - L'étrange pays de Fou-Sang

36En Amérique du Nord, aurait existé sur les côtes du Pacifique, un autre pays fabuleux, le Fou-Sang, qui fit beaucoup parler de lui. Ce nom n'apparait pas chez les chroniqueurs espagnols. Pourtant, comme l'indiquent certains témoignages, on a cru à l'existence d'une liaison maritime être l'Extrême-Orient et l'Amérique. La question, à vrai dire, n'a été envisagée que tardivement. Le voyage autour du monde de Magellan, les tentatives diverses — en particulier celles d'Hernan Cortés — pour établir des relations maritimes entre l'Amérique et la Especería, les expéditions espagnoles vers la Californie, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et le Texas (autour de 1540), l'incertitude qui régnait au XVIe siècle à propos de la configuration de la partie nord-ouest de l'Amérique septentrionale, ont incité les conquérants du Nouveau Monde à penser que les Chinois avaient peut-être entrepris des voyages vers l'Est et atteint le continent américain. D'après F. López de Gómara, les troupes de Francisco Vazquez de Coronado qui se trouvaient en 1542 dans la région de Quivira, auraient aperçu, sur les côtes du Pacifique, de bien curieux vaisseaux :

  • 51 F. López de Gámara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 288.

"Ils virent le long de la côte — écrit-il — des vaisseaux chargés de marchandises, dont la proue était ornée de pélicans d'or ou d’argent. Ils pensèrent qu'ils venaient du Cathay ou de la Chine car il apparaissait qu'ils avaient navigué pendant trente jours51."

37Cette information apparait également, en 1582, dans la relation de voyage de David Ingram :

  • 52 David Ingram, David Ingram's relation, of 1582, August-September. (The Third Hawkin's Voyage, 1567 (...)

"(...) Vasquez de Coronado, qui découvrit un vaisseau de la Chine ou du Cathay dans la région du nord-ouest de l’Amérique52."

38Mais Ingram connaissait peut-être le texte de Gómara. Au XIXe siècle, A. de Humboldt présente les faits de la façon suivante :

  • 53 A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., t. 2, section 1, p. 67.

"Gomara assura que dans le seizième siècle on prétendait avoir trouvé sur les côtes du Quivira et de Cibora (l'Eldorado du Mexique boréal, site fabuleux d'une ancienne civilisation) les débris d'un navire du Cathay53."

  • 54 Pedro Meléndez est le nom que l'on donne à "Pedro Menendez Marquez de Avilés". Il fut gouverneur d (...)

39Le témoignage de Gómara n'est pas unique. José de Acosta rapporte dans son Historia Natural que Pedro Meléndez, qui était à la recherche du passage du Nord-Ouest, affirmait que l’on avait retrouvé dans le nord de l'Atlantique des débris de navires chinois54. Cela prouverait bien l'existence du fameux passage :

  • 55 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 3, ch. 12, p. 70.

"Il apportait des preuves pour faire prévaloir son point de vue, car il disait que l'on avait aperçu dans la mer du Nord des débris de ces navires dont se servent les Chinois, ce qui serait impossible s'il n'existait pas de passage d'une mer à l'autre55."

40C'est au XVIIIe siècle que commença vraiment l'affaire du Fou-Sang. Une étude, parue en 1761, dans les Mémoires de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres mit le feu a poudres. Elle s'intitule "Recherches s les navigations des Chinois du côté de l'Amérique, Et sur quelques Peuples situés à l'extrémité orientale de l'Asie". Son auteur se nomme De Guignes. Celui-ci prétendait, textes chinois à l'appui, que les Orientaux auraient découvert, au Ve siècle de notre ère, un certain "royaume de Fou-Sang", à vingt mille li à l’Est de la Chine. Et, citant au passage les témoignages de Coronado et P. Meléndez, il conclut :

  • 56 De Guignes, "Recherches sur les navigations des Chinois du côté de l’Amérique, Et sur quelques peu (...)

"Après cet exposé, nous voyons que les peuples les plus barbares étaient assez habiles dans l’art de la navigation pour aller dans des isles très-éloignées, & par une suite nécessaire, se rendre jusqu’en Amérique ; mais mon dessein n’est pas d’épuiser cette matière56.”

41L’encyclopédiste chinois Ma Touan-lin (ou Ma-tuon-lin) a donné dans son œuvre Wen-hien-t'oung-k'ao une description de ce pays légendaire :

  • 57 Texte cité par Henri Cordier, "État actuel de la Question du "Fou-Sang", par M. Henri Cordier (... (...)

"Ce royaume est situé à environ 20.000 li à l’est du royaume de Ta-han. Ce pays est à l’est du royaume du Milieu ; il produit un grand nombre d’arbres fousang, et c’est de là qu’est venu son nom. Par ses feuilles, l’arbre fou-sang ressemble à l’arbre thong (...)57."

  • 58 Ibid., p. 35.

42On apprend qu’il y a deux prisons dans ce royaume, que le roi s'appelle I-ki, qu'il y a des animaux de trait. L'auteur fournit aussi quelques renseignements sur les produits que l’on y trouve et sur les mœurs de ses habitants. Toutes ces données auraient été trasmises par un Cha-men (un bonze) nommé Hoeï-chin, "dans la première année de la période Yong-Youen de la dynastie des Thsi (499)"58.

  • 59 Cf. Diccionario espanol de la lengua china, Preparado por Fernando Mateos, S. J., Miguel Otegui, S (...)

43L'arbre fou-sang, qui a donné son nom à ce royaume, était, semble-t-il, considéré en Chine comme un arbre fabuleux qui poussait dans la région du Soleil Levant59. On conçoit alors aisément que le pays de Fou-Sang ait pu paraître lui-même merveilleux aux habitants du Cathay.

  • 60 Cf. Handbook of American Indians, op. cit., part. 1, p. 479-480, art. "Fu Sang".
  • 61 Cf. J. H. Von Klaproth, "Recherches sur le pays de Fousang mentionné dans les livres chinois et pr (...)
  • 62 Cf. De Paravey, "L'Amérique, sous le nom de Pays de Fou-Sang (Discussion ou dissertation abrégée, (...)
  • 63 Cf. Emmanuel Domenech, "L’Amérique avant sa découverte (Troisième et dernier article)", dans Revue (...)
  • 64 Cf. Gustave D’Eichthal, "Les origines asiatico-bouddhiques de la civilisation américaine", dans Re (...)
  • 65 Cf. les indications bibliographiques fournies par H. Cordier, "État actuel...", art. cit.

44En fait, le Fou-Sang pourrait n'être que le Japon, la Corée ou l'ile Sakhaline, qui se trouvent à l'Est de la Chine60. Mais les "témoignages" espagnols aidant, l'imaginatif De Guignes franchit le pas décisif et situa sur le continent américain le mystérieux pays de Fou-Sang. Cette affirmation fut beaucoup discutée. Klaproth61 en 1831, De Paravey62 en 1844, E. Domenech63 et G. d'Eichthal64 en 1864, traitèrent, parmi tant d’autres, cette curieuse question65

***

No 3 - Carte illustrant la Relation du voyage des frères Zeni (Venise, 1558).

Notes

1 Jean de Léry, Histoire d'un vovage fait en la terre du Brésil, Edition, présentation et notes par Jean-Claude Morisot (...), Genève, Librairie Droz, 1975, col. "Les classiques de la pensée politique", ch. 16, p. 259.

2 Cité par Joseph-François Lafitau, Mœurs des Sauvages Américains comparées aux mœurs des premiers temps, Introduction, choix des textes et notes par Edna Hindie Lemay, Paris, Maspero, 1983, col. "La Découverte", no 61-62, vol. 1, p. 42.

3 Cf. Ch.-A. Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 7, p. 434.

4 Ibid., ch. 7, p. 434. Cf., également, J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 1, ch. 5, p. 57.

5 Cf. Alonso de Borregán, Cronica de la conquista del Perú, dans Biblioteca Peruana, (1ère série), op. cit., vol. 2, ch. 10, p. 460.

6 Cf. Handbook of American Indians - North of Mexico, Edited by Frederick Webb Hodge, Washington, Government Printing Office, 1907, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, Bulletin 30, part. 1, p. 775, art. "Lost Ten Tribes of Israel".

7 Cf. Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., t. 2, liv. 4, ch. 41, p. 112.

8 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., t. 1, ch. 6, p. 82-83.

9 Doctor Alonso de Zurita, Breve y Sumaria Relacion de los Señores y maneras y diferencias que había de ellos en la Nueva España, por el (...), dans Nueva Colección de Documentas para la Historia de México, Publicada por Joaquín García Icazbalceta, México, 1886-1892 (3 vol.), réimpr. en fac-sim., Nendeln-Liechtenstein, Kraus Reprint, 1971, vol. 2, t. 3, p. 94.

10 Cf. Juan de Betanzos, Suma y Narración de los Incas, dans Biblioteca Peruana (1ère série), vol. 3, ch. 11, p. 247.
Yahveh n’avait-il pas demandé, à la fin de la captivité du peuple hébreu en Égypte, que les demeures des Israélites fussent marquées avec le sang de l’agneau pascal afin que leurs fils aînés fussent protégés de l’extermination ? Cf. Sagrada Biblia, op. cit., Éxodo, 12, verset 13, p. 97 :
"Dicha sangre os servirá de contrasena sobre las casas donde estéis, pues veré la sangre y pasaré de largo por vosotros y no os alcanzará golpe exterminador cuando yo hiera al pais de Egipto."

11 Cf. Fr. B. de Las Casas, Apologética Historia cuanto a las cualidades, dispusicion, descripcion, cielo y suelo destas tierras y condiciones naturales, policias, republicas, maneras de vivir y costumbres de las gentes destas Indias ocidentales y meridionales, cuyo imperio soberano pertenece a los reyes de Castilla, dans Obras Escogidas, op. cit, t. 3 et 4 (1957 et 1958), vol. 2, ch. 241, p. 365. Cf., également, A. de Alcedo, Dicc. Geogr, op. cit., t. 2, p. 360, art. "Malbala".

12 P. José Gumilla, S. J., El Orinoco ilustrado y defendido, Comentario preliminar par José Nucete-Sardi (...), Caracas, 1963, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, no 68, Fuentes para la historia colonial de Venezuela, 2è part., ch. 5, p. 301.

13 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. I, ch. 3, p. 5.

14 Cf. J. R. Hale, La Europa..., op. cit., ch. 1, p. 58.

15 J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 1, p. 51.

16 Cf. D. do Couto, Da "Asia", op. cit., fol. 23 a, p. 96-97.

17 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 3, liv. 29, ch. 30, p. 330.

18 J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 6, p. 67.

19 J. López de Velasco, Geogr., op. cit., p. 2.

20 Sainte-Croix de La Roncière, A la Conquête des mers..., op. cit., ch. 7, p. 232.

21 Cf. Paul Gaffarel, Étude..., op. cit., 2è partie, 1ère section, p. 75-159.

22 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., p. 162.

23 Cf. J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 1, ch. 19, p. 31.

24 P. A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 1, ch. 6, p. 14.

25 Voici les deux passages en question, reproduits par P. Gaffarel (Étude.... op. cit., 2è part., 1ère section, ch. 4, p. 148, n. 3 et p. 149, n. 1) :
- "Pomponius Mela, III, 5-8. Testem rei Q. Metellum Celerem adjicit (C. Nepos), eumque retulisse commemorat. Cum Galliae proconsule praesset, Indos quosdam a rege Boiorum dono sibi datos ; unde in eas terras devenissent requirendo cognosse, vi tempestatum ex Indicis aequoribus abreptos quae intererant tandem in Germaniae littora exiisse."
- "Pline, H. N., II, 67. Idem Nepos de septentrionali circuitu tradit Q. Metello Celeri, L. Afranii in consulatu collegae, sed tum Galliae proconsuli, Indos a rege suevorum dono datos qui ex India, commercii causa, navigantes, tempestatibus essent in Germaniam abrepti."

26 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 4, p. 201-222.

27 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 3e déc., ch. 1, p. 227.

28 Cf. J. Markale, Les Celtes..., op. cit., ch. 12, p. 421.

29 Ibid., ch. 9, p. 281.

30 Ibid., ch. 9, p. 281.

31 Cf. Handbook of American Indians, op. cit., 2e part., p. 282, art. "Popular fallacies".

32 R. P. Touron, Hist. Gén., op. cit. t. 1, Dissertation, p. LII-LIII.

33 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 9, p. 42. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., 5e déc., liv. 10, ch. 16, p. 397, cite Fernández de Oviedo en traitant ce sujet.

34 Cf. J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 5, p. 55.

35 Cf. M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., ch. 1, p. 13.

36 Cf. Dr. Fridtjof Nansen, "The Norsemen in America", dans The Geographical Journal (The Royal Geographical Society), vol. XXXVIII, no 6 (December, 1911), p. 562.

37 Cf. Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis Tan mil, Paris, Flammarion, 1983, col. "Champs" no 108 et 122 (2 vol.), vol. 2, p. 124. L'auteur se réfère (vol. 2, p. 121) à l'étude, très sérieuse, d'H. H. Lamb, Climate History and the Modem World, London & New York, Methuen, 1982.

38 Alcide d'Orbigny, Voyage pittoresque dans les deux Amériques. Résumé général de tous les voyages de Colomb, Las-Casas, Oviedo (...) ; par les Rédacteurs du Voyage Pittoresque autour du Monde ; publié sous la direction de M. Alcide D'Orbigny, naturaliste-vovageur (...). A Paris, chez L. Tenré (...) et chez Henri Dupuy (...), 1836, ch. 52, p. 527.

39 Texte cité par M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., 2e part., doc. no 1, p. 96.

40 Ibid., ch. 1, p. 14.

41 Ibid., ch. 1, p. 17.

42 Gabriel Gravier, Découverte de l'Amérique par les Normands au Xesiècle, Rouen, Imprimé par Esperance Cagniard (...), 1874, 9e part., ch. unique, p. 236.

43 Cf. Helen Wallis, F. R. Maddison, G. D. Painter, D. B. Quinn, R. M. Perkins, G. R. Crone, A. D. Baynes-Cope, Walter C. and Lucy B. McCrone, "The Strange Case of the Vinland Map. A Symposium", dans The Geographical Journal, vol. 140. Part. 2 (June 1974), p. 183-214. Une reproduction de la carte du Vinland accompagne cet article.
Cf., également, G. R. Crone, The Vinland Map cartographically considered", dans The Geographical Journal, vol. 132. Part. 1 (March 1966), p. 75-80.

44 Fr. B. J. Feijoo y Montenegro, Teatro crítico dans Obras escogidas, op. cit., t. 3, dise. 10 (Fábulas...), par. 11, p. 94. Feijoo signale que le Dictionaire de Morery les appelle Zevi. Il rectifie l'erreur.

45 G. B. Ramusio, Navizationi et Viaggi (...) In Venetia nella Stamperia de Givnti, l'anno MDLXIII (1er vol. - 3, éd.) – MDLIX (2e vol.) – MDLVI (3e vol.). [Cf. notre bibliographie]. Nous nous référerons à ces 3 volumes que nous avons pu consulter. Il y a eu plusieurs éditions de l'œuvre de Ramusio.
La relation du voyage des frères Zeni portait le titre suivant dans l'éd. de 1558 :
"Dei commentarii del / Viaggio in Persia di M. Caterino Zeno il K. / & delle guerre fatte nell'Imperio Persiano, / dal tempo di Vssuncassano in quà. / Libri Due. / Et dello scoprimento / dell' Isole Frislanda, Eslanda, Engrouelanda, Esto / tilanda, & Icaria, fatto sotto il Polo Artico, da / due fratelli zeni, M. Nicoló il K. e M. Antonio. / Libro vno. / Con vn disegno particolare di / tutte le dette parte di Tramontana da lor scoperte. / Con gratia, et privilegio. / Veri [vignette] tas. / In Venetia / Per Francisco Marcolini. /MDLVIII.”
Cf. J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 2, p. 70.

46 Cf. M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., ch. 1, p. 16.

47 Malte-Brun, "Tableau historique des découvertes géographiques des Scandinaves” [Avec une copie de la carte des frères Zeni], dans Annales des Voyages, de la Géographie et de l'Histoire (...), A Paris, chez F. Buisson, Libraire (...), 1808-1814 (24 vol.), vol. 10 (1810), p. 78.

48 P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 3e part., ch. 1, par. 7, p. 258-259.

49 Cité par G. Gravier, Découverte..., op. cit., 8e part. ch. 1, p. 215-216.

50 Martin Frobisher, Articles and orders prescribed by Martin Frobisher to the Captaines and company of every ship, which accompanied him in his last Northwestern voyage, dans R. Hakluyt, Principal Navig, op. cit., vol. 5, p. 239-240.

51 F. López de Gámara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 288.

52 David Ingram, David Ingram's relation, of 1582, August-September. (The Third Hawkin's Voyage, 1567-68; three narratives by survivors. no 1), dans C. R. Beazley, Voyages..., op. cit., vol. 1, p. 172.

53 A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., t. 2, section 1, p. 67.

54 Pedro Meléndez est le nom que l'on donne à "Pedro Menendez Marquez de Avilés". Il fut gouverneur de la Floride à partir de 1573. C'était le neveu de l'Adelantado Pedro Menéndez de Avilés. Cf. Carias de Indias, Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernandez, 1877, réimpr. : Madrid, Atlas, 1974, 3 vol., col. "B.A.E." no 264-265-266 ; vol. 3, p. 797-798.

55 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 3, ch. 12, p. 70.

56 De Guignes, "Recherches sur les navigations des Chinois du côté de l’Amérique, Et sur quelques peuples situés à l'extrémité orientale de l’Asie", dans Mémoires de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 28 (1761), p. 525.

57 Texte cité par Henri Cordier, "État actuel de la Question du "Fou-Sang", par M. Henri Cordier (...)", dans Journal de la Société des Américanistes (Paris, musée de l'Homme), t. A1 (1896), p. 35-37.

58 Ibid., p. 35.

59 Cf. Diccionario espanol de la lengua china, Preparado por Fernando Mateos, S. J., Miguel Otegui, S. J., Ignacio Arrizabalaga, S. J., en el Instituto Ricci, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1977. Nous y trouvons (p. 309), sous le caractère 1622 : Fu no 64-4, le vocable fu-sang qui est ainsi défini :
"1 (Bot.) Rosa de China ; hibisco.
2 Árbol fabuloso que crecía donde sale el sol.
3 (ant.) Japón."
Le nom botanique du Fou-sang serait : Hibisius rosa Sinensis.

60 Cf. Handbook of American Indians, op. cit., part. 1, p. 479-480, art. "Fu Sang".

61 Cf. J. H. Von Klaproth, "Recherches sur le pays de Fousang mentionné dans les livres chinois et pris mal à propos pour une partie de l'Amérique", dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., vol 51 (1831), p. 53-68, et "Appendice. Relation du Pays de Fou-Sang, Faite par un prêtre Bouddhique nommé Hoeï-chin au 5e siècle de notre ère, et extraite des grandes Annales de la Chine. (Avertissement de M. Klaproth).", dans Annales de Philosophie Chrétienne, no 50 (février 1844) – 14e Année, 3e série, t. IX (28e de la collection), p. 116-120.

62 Cf. De Paravey, "L'Amérique, sous le nom de Pays de Fou-Sang (Discussion ou dissertation abrégée, où l'affirmation est prouvée, par M. de Paravey, du corps royal du génie.)", dans Annales de Philosophie Chrétienne, no 50 (février 1844) - 14e Année, 3e série, t. IX (28e de la collection), p. 101-115. Cet art. est suivi d’un appendice. Cf. note précédente.

63 Cf. Emmanuel Domenech, "L’Amérique avant sa découverte (Troisième et dernier article)", dans Revue américaine (olim, Revue Orientale et Américaine), 2e série, no 1, t. 2, (1864), p. 98-111.

64 Cf. Gustave D’Eichthal, "Les origines asiatico-bouddhiques de la civilisation américaine", dans Revue Archéologique, Nouvelle série, 5e année, vol. X (2e semestre 1864), p. 187-201, 370-385 et 6e année, vol. XI (1er semestre 1865), p. 42-49, 273-292 et 486-496.

65 Cf. les indications bibliographiques fournies par H. Cordier, "État actuel...", art. cit.

Table des illustrations

Légende No 3 - Carte illustrant la Relation du voyage des frères Zeni (Venise, 1558).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search