Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Première partie : Le prélude

Chapitre III. Les Îles mystérieuses de l'Atlantique

Texte intégral

1 - Un océan peuplé par l'imaginaire

1L'éloignement dans l'espace et l’éloignement dans le temps ont des effets identiques : qu’ils procèdent des zones les plus reculées du monde connu — continent africain et, surtout, continent asiatique — ou des époques les plus obscures de l’Antiquité, mythes et légendes participent à l’enrichissement de l’imaginaire européen. Le Moyen Âge va cependant puiser à une autre source, contemporaine et plus proche : le vaste espace de l’Atlantique.

  • 1 Cf. P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., A la S.C.R.M., p. 196.

2Les traditions de l'Antiquité ne sont certes pas oubliées mais des siècles se sont écoulés et les hommes ont cherché, à maintes reprises, à découvrir les secrets de la "Mer Ténébreuse". Les capitaines ont fait preuve d’audace, apportant un démenti à l’inscription qu'Héraclès aurait laissée sur ses célèbres colonnes : Ultra Gades nil1 !

  • 2 Cf. D'Avezac, "Îles de l'Afrique", dans L'Univers ou Histoire et description de tous les peuples, (...)
  • 3 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 1ère section, ch. 4, p. 146.
  • 4 Ibid., 2e part., 1ère section, ch. 4, p. 147.
  • 5 Ibid., 2e part., 1ère section, ch. 4, p. 147.
  • 6 Aristote, De mirabilibus auscultationibus (On marvellous things heard), dans Aristote, Minor Works(...)

3Oui, l’Atlantique offrait d’immenses possibilités ! Il y avait bien longtemps que l’on s’en était aperçu, et cela dès l’Antiquité, car le mythe d’Héraclès se perdait dans la nuit des temps. Hannon, le Carthaginois, aurait fait le tour de l’Afrique2 et Pythéas, nous l’avons vu, avait navigué vers l'Ultima Thule. Mais Sertorius, fuyant Sylla, Samien Coloeos3, Euphemos de Carie4 et Statius Sebosus5 s’étaient aussi aventurés dans l’Atlantique. On racontait qu’une expédition envoyée par Carthage y avait découvert une île déserte, fort agréable, avec des rivières navigables et de belles forêts. L'existence de cette île était tenue secrète et l’on promettait la peine de mort à ceux qui manifesteraient l'intention de s’y rendre. C'est, du moins, ce que nous apprend Aristote dans son De mirabilibus auscultationibus6.

4Le Moyen Âge reconnut les Canaries, Madère, les Açores, et, sous l’impulsion des Portugais, les côtes de l'Afrique et les îles du Cap-Vert. Mais toutes ces découvertes prirent du temps et, surtout, tardèrent à être fixées sur les cartes. Comme l’on manquait de points de repère et que la navigation "à l’estime" autorisait de considérables bévues, certaines îles furent perdues, retrouvées, rebaptisées. On n’avait qu’une idée approximative de leur place et de leur nombre. Les erreurs de localisation furent très nombreuses et cela jusqu'au XVIIIe siècle, jusqu'à ce que l'on apprît à déterminer précisément les longitudes.

  • 7 René Clozier, Histoire de la Géographie, Paris, P.U.F., 1972 (5e éd.), col. "Que sais-je ?" no 65, (...)

"Ces erreurs — dit René Clozier — multiplièrent, par exemple dans l'Atlantique, les îles imaginaires à proximité des îles véritables : il y eut ainsi deux Sainte-Hélène7."

  • 8 Cf. El Ramo que de los Cuatro Libros de Amadís de Gaula sale, llamado Las Sergas del muy esforzado (...)

5Mais, au Moyen Âge, on avait de bien curieuses conceptions. Ces îles à découvrir, perdues, retrouvées, pouvaient sembler enchantées. Elles apparaissent ainsi dans la littérature, par exemple sous la forme de l'île No-hallada, domaine de la magicienne Urganda, du roman de chevalerie Las Sergas de Esplandián8. C'était une explication, semble-t-il, satisfaisante pour des hommes épris de merveilleux. L'île fantôme était familière aux marins. Alors, pourquoi ne pas songer à des îles flottantes qui se déplaceraient à leur gré, trompant les navigateurs les plus vigilants.

  • 9 Irène Frain, Quand les Bretons peuplaient les mers, s.l., Librairie Arthème Fayard, 1979, col. "Ma (...)

"Et tout cela flotte et dérive sur les cartes d'imagination— écrit Irère Frain —. Il est vrai que certaines terres, vues de loin, ressemblent à des bateaux, et les légendes ne manquent pas, en Bretagne, qui racontent que si telle île se trouve ici ou là, c'est que les marins l'ont remorquée, telle un bateau échoué, pour libérer une passe dont elle gênait l’accès. Pourquoi ne trouverait-on pas de ces îles-bateaux au milieu des grands océans9 ?"

  • 10 J.-P. Seguin, L'Information..., op. cit., ch. 3, p. 47.

6Le Moyen Âge ne fut pas la seule époque où l'on imagina des îles flottantes. Ainsi, J.-P. Seguin signale un occasionnel de 1606 consacré à "une isle qui apparut nageante en la mer Meditrranee, au mois de decembre dernier"10.

***

7Les Celtes communiaient avec la mer ; leur paradis était maritime. Ils avaient parsemé l'Atlantique d'îles fantastiques. Yann Brekilien rappelle dans son ouvrage La mythologie celtique le nom de certaines de ces îles :

  • 11 Yann Brekilien, La Mythologie celtique, s.l., Jean Picollec, 1981, col. "Marabout université" no M (...)

"(...) "Tir na n-Og", la Terre des Jeunes, "Tir na m-Beo", la Terre des Vivants, "Mag Meld", la Plaine de plaisir, "Tir Tairngine", la Terre du bonheur, "Mag Mor", la Grande Plaine, "Tir Aill", l'Autre Monde, ou encore "Tir na m-ban", la Terre des Femmes"11."

8Tels étaient les noms qu'on donnait au Paradis quand on ne l'appelait pas "Avalon". Mais bien d'autres îles étaient nées de leur imagination. Les Celtes n'étaient pas les seuls à fréquenter l'espace océanique. Les Arabes, aussi l'avaient visité. Le géographe Al-Edrisi y compte dix-sept îles, dont certaines sont très remarquables. L'île Hhasaràt, par exemple, où

"(...) vivent des hommes basanés, de petite taille, ayant une grande barbe, la face large, les oreilles longues, et se nourrissant d'herbages comme les animaux."

9ou l'île Mostaschkyn encore appelée Tennyn ou Île du Dragon

"(...) fameuse par la destruction d'un énorme dragon qui y causait d'effroyables ravages (...)",

10ou enfin l'île de Qalhàn qui

  • 12 Cf. D'Avezac, "Îles de l'Afrique", art. cit., p. 16.

"(...) a pour habitants des êtres à forme humaine, mais à tête d'animal, qui plongent dans l'océan pour en retirer les monstres marins dont ils font leur nourriture12."

11L’influence des conteurs arabes semble ici manifeste car — les récits des Mille et une Nuits nous le prouvent — les îles merveilleuses étaient un de leurs thèmes favoris.

***

  • 13 Cf. Francisco Morales Padrón, Gran Enciclopedia de España y América, t. IV : El Descubrimiento - S (...)
  • 14 Cf. René Thévenin, Les Pays Légendaires devant la Science, Paris, P.U.F., 1971 (4e éd.), col. "Que (...)

12Les meilleurs témoins de l’incertitude et de la fantaisie qui régnaient à l’époque médiévale sont les cartes géographiques. Le XIVe et, surtout, le XVe siècle placèrent dans l’Atlantique une série d’îles — imaginaires pour la plupart — que l'on retrouve mentionnées pendant des décennies et même des siècles dans certains cas : île Antilia, île Brasil, île de saint Brandan, île des Sept-Cités, île Royllo, île Tanmar, (ou Danmar), île des Démons, île de la Man Satanaxio, îles Khosran, Al-Ghaur, Qalhán, Al-Ghanam, Raca...13 Mais aussi As Maidas, Salvaga, Stocafixa, Verde, Otitincha ou Cholumbi14.

  • 15 Ainsi, avons-nous trouvé 2 îles Brasil - l’une au sud-ouest de l'Islande, l'autre au sud-ouest du (...)
  • 16 Cf. D'Avezac, "Îles de l'Afrique", art. cit., p. 29.

13Certaines d’entre elles figurent à peu près toujours à la même place : l’île Brasil et l’île Maida (ou As Maidas) sont, la plupart du temps, situées au sud-ouest de l’Irlande. D’autres ont une forme caractéristique, telle l’île Antilia, sorte de rectangle orienté nord-sud. Mais, en général, nous ne quittons pas le domaine de la fantaisie. Et il n’est pas rare de noter des inconséquences ; deux îles Brasil situées à des latitudes différentes peuvent apparaître sur la même carte15. Les noms qu’on leur donne sont très changeants. On constate l’existence de nombreuses variantes. L’île Tanmar est parfois appelée Danmar ou Canmar ; celle de Satanaxio est aussi enregistrée comme S. Atanaxio, S. Atanagio, Sarastagio ou Saravagio16 !

  • 17 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 195.
  • 18 La carte est reproduite dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 1, p. 54.
  • 19 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 197.
  • 20 Samuel Eliot Morison signale dans son ouvrage The European Discovery of America - The Northern Voy (...)

14Les importantes modifications qui affectent le nom de l’île San Atanaxio procèdent, semble-t-il, de la mauvaise lecture d'une indication portée par Andrea Bianco dans son Atlas de 1436 (conservé à la bibliothèque Saint-Marc de Venise). Située à "soixante lieues au nord" d'Antilia17, elle est nommée"Ya de Lamansatanaxio"18. A partir de ce dernier mot, mal écrit, plusieurs interprétations sont possibles. On peut y voir une référence à S. Atanaxio — ou S. Atanagio, comme disent certains — ; c’est une possibilité car on sait que le martyrologe est très riche et qu'il était de tradition que l’on donnât aux nouvelles contrées le nom du saint auquel était dédié le jour de la découverte. Mais une autre lecture pouvait être faite, plus merveilleuse, plus fantastique : la man Satanaxio. C’était une évocation du démon dont la main puissante se serait manifestée en ce lieu isolé. Comme le signale Paul Gaffarel, on retrouve une telle légende dans "une certaine contrée de l’Inde, où, tous les jours, une grande main sortait de l’eau, saisissait les hommes et les entraînait dans l’abîme"19. Traduction "surréaliste" du grand effroi de navigateurs quotidiennement exposés aux périls de la mer ? On ne sait trop à quel saint se vouer...20

  • 21 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 196.
  • 22 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 162.
  • 23 Cf. Gilbert Chinard, L'exotisme américain dans la littérature française au XVIe siècle d'après Rab (...)

15Toujours est-il qu’une île des Demonios apparaîtra régulièrement près de Terre-Neuve et de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent. Nous l’avons repérée 15 fois sur des cartes diverses, entre 1537 et 1643. Paul Gaffarel attribue la paternité du nom à Corte Real et note sa présence dans l'Atlas de J. Ruysch (1507-1508)21. Gómara parle de cette "isla de los Demonios" dans son Historia22 et Gilbert Chinard signale qu’elle a intéressé Rabelais23. Nous savons que l'auteur de Gargantua était l’ami de Jacques Cartier, dont les voyages ont certainement inspiré Le Quart Livre, et Cartier devait bien connaître l'Insula daemonum.

  • 24 Nous ne l'avons repérée que sur une reproduction de la carte d'Andrea Bianco (datant de 1448), dan (...)

16L'ixola Otinticha, dont le nom est également estropié par Andrea Bianco, a posé, elle aussi, bien des problèmes. Elle semble avoir eu une vie plus éphémère24.

  • 25 Cf. Charles de La Roncière, Histoire de la Marine française, vol. II, Paris, Plon-Nourrit et Cie I (...)
  • 26 Ibid., p. 391. Ce passage est tiré du "Troisième compte de Jean Lallemant, receveur général des fi (...)

17Une mystérieuse île Verde apparaît régulièrement sur les cartes : nous l'avons repérée 25 fois, dont 21 fois dans l'Atlantique Nord entre 1480 et la fin du XVIe siècle. Mais on peut la voir 3 fois près des côtes de l'Amérique du Nord (1529-1530 et 1532) et une fois près de celles du Venezuela (1511). S'agit-il cependant d'une île imaginaire ? Le doute est ici permis, car le mot "Verde" peut s'appliquer à n'importe quelle île dotée d'une végétation luxuriante. C'est une appellation passe-partout qui n'indique pas forcément une intervention de l'imaginaire. Il ne faudrait pas la confondre, toutefois, avec l’Isle-Vert, aussi appelée Isla Verde par un portulan datant de 1479, qui n'est autre que l'île Saint-Jacques de l'archipel des îles du Cap-Vert25 où Louis XI envoya, en 1483, le capitaine Georges le Grec quérir "aucunes choses qui touchoient très fort le bien et santé de sa personne"26. Le roi de France avait la lèpre et, pour hâter sa guérison, il convenait de lui faire prendre des bains dans le sang miraculeux de grandes tortues que l'on capturait dans cette lointaine Isle-Vert...

  • 27 Andrea Benincasa : Carte marine dessinée à Ancône (1470), Londres, British Museum, Add. Ms. 31 318 (...)
  • 28 Cf. R. Thévenin, Pays lég., op. cit., ch. 2, p. 63.

18Peut-être pourrait-on ranger dans la même catégorie que l'île Verde, celle qui est appelée Salvaga, que, pour notre part, nous n'avons aperçue que sur la carte marine dessinée en 1470 par Andrea Benincasa27. Quant à l'île Stocafixa, son nom est trop proche de celui de la morue (en anglais : stockfish), pour que l'on ait quelque doute sur son origine28.

  • 29 Cf. Thomas Johnson Westropp, "Brasil and the legendary islands of the North Atlantic: their histor (...)
  • 30 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part. 2e section, ch. 3, p. 198.

19L'île Maida, ou As Maidas, constamment présente, au sud-ouest de l'île Brasil, a connu la faveur des cartographes. Nous l'avons remarquée 65 fois (entre 1470 et 1667) sur des cartes très différentes, toujours placée au large, au sud-ouest de l’Irlande, et une seule fois cependant près de l'Amérique du Nord (1532). Mais, si l'on en croit Thomas Johnson Westropp, cette île survit encore sur les cartes du XVIIIe siècle29. P. Gaffarel signale également sa présence sur l'Atlas Catalan de 136730 et précise qu’elle existe toujours, en 1869, sur certaines mappemondes. Le nom Maida que l'on a donné à cette île, est, probablement, d'origine irlandaise ou celtique. Louis-André Vigneras écrit à ce propos :

  • 31 L.-A. Vigneras "La búsqueda...”, art. cit., p. 45.

"Elle pourrait avoir quelque rapport avec le mot irlandais du Bas-Moyen Âge maigden ou moigden, que l'on trouve dans les textes du XVe siècle, et qui signifie "demoiselle" ; elle pourrait aussi dériver du mot matach employé en ancien breton31."

20Sa situation sur les cartes peut, effectivement, nous induire à penser qu'il s'agit d'une "création" des peuples de la partie nord-occidentale de l’Europe. Son nom "portugais" As Maidas ne doit pas nous tromper : il permet d'imaginer quelle fut l'importance des échanges maritimes le long des côtes atlantiques.

21Près de Belle-Île, en Bretagne, indique Gutierre Díez de Games dans sa chronique El Victorial, écrite au début du XVe siècle :

  • 32 Gutierre Díez de Games, El Victorial. Crónica de Don Pero Niño, Conde de Buelna, por su Alférez. G (...)

"Il y a là-bas une île habitée où les femmes ne peuvent accoucher. Et lorsqu'arrive le temps de la délivrance, on emmène la femme accoucher sur l'autre terre, ou bien on l'envoie en mer, dans une embarcation. Dès qu'elle a enfanté on la ramène à l’île32."

  • 33 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 188.
  • 34 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 190, p. 474-476.

22L'auteur, qui a beaucoup romancé sa chronique, se rappelle peut-être ici la fameuse Île des femmes Namnètes — dont parlait déjà Strabon — où les femmes ne peuvent accoucher33. Mais n'oublions pas que Marco Polo avait consacré le chapitre 190 de son Livre des Merveilles à certaines "îles Mâle et Femelle" — sujet assez proche de celui des femmes Namnètes — qui, d'après la légende, se trouveraient dans l'océan Indien34. Faut-il voir dans cette île curieuse dont l'existence est révélée par le Victorial, le souvenir de légendes annexes du mythe des Amazones ? L'Atlantique réserve décidément bien des surprises !

2 - L'île Brasil

  • 35 Cf. T. J. Westropp, "Brasil...", art. cit., p. 241 et W. H. Tillinghast, "The Geographical Knowled (...)
  • 36 Cf. le tableau proposé par J. Mees, Hist. Découv., op. cit., Annexes, p. 140.

23L'île Brasil est également appelée "de brazill", "de berzil", "brazir", "bracir", "brade", "Le Rocher de brésil", "brazi", "bracil", "braçiel"...35 Elle est parfois intégrée à l'archipel des Açores36, mais, la plupart du temps, semble être associée à l'île Maida dont nous avons parlé plus haut. D'ailleurs, c'est bien ainsi que la présente Jean Fonteneau, dit Jean Alfonse de Saintonge, dans sa Cosmographie :

  • 37 J. Fonteneau, dit J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 64 v°, p. 192.

"Tient, à l'occident d'elle [l'Irlande], l'isle que l'on appelle de Brésil, et est environ soixante lieues d'elle. Et aussi l'isle de Maide, qui est plus vers le midy. Ladicte isle de (ou du) Brésil est par les cinquante et ung degrez de la haulteur du polie articque, et ladicte isle de Maide de par les quarente et six. Ces deux isles aultrefoys ont esté veues et sont escriptes au pape monde, et ne sçait l'on si elles sont enchantées ou si elles sont fondues37."

  • 38 Cf. T. J. Westropp, "Brasil...", art. cit., p. 246.

24C'est effectivement au sud-ouest de l'Irlande qu’on la retrouve située le plus fréquemment. Nous l'y avons vue 89 fois sur des cartes dessinées entre 1325 et 1667. Mais on l'aperçoit aussi aux XIVe et XVe siècles, à l'ouest du Portugal. Nous en avons 5 exemples, entre 1367 et 1476, souvent (3 exemples sur 5) figurée deux fois : à l’ouest du Portugal et au sud-ouest de l’Irlande. Enfin, nous l’avons repérée 3 fois (1506-1507 et 1516) près de la côte nord de l’Amérique du Sud. Les dates montrent que les premiers explorateurs de cette région ont certainement indiqué la présence de l'île Brasil dans le voisinage du Nouveau Monde. Cette île est, à notre connaissance, celle qui a connu la plus grande longévité. L'une des toutes premières îles imaginaires à figurer sur les cartes de la fin du Moyen Âge, elle est aussi l'une des dernières à disparaître en 1865, d'après T. J. Westropp38. Humboldt signale d'ailleurs dans son Examen Critique (1836-1839) :

  • 39 Alexandre de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 2, section Ie, p. 163. P. Gaffarel, Étude..., (...)

"Des onze îles que je dois nommer, il n'y en a que deux, Mayda et Brazil-Rock, dans le méridien des Canaries, à l'ouest du golfe de Biscaye et de l’Irlande, qui se soient conservées sur nos cartes les plus modernes ; mais la plupart des autres ne méritaient pas pour cela le nom d'îles fabuleuses39."

  • 40 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 41 et Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit. (...)
  • 41 Cf. T. J. Westropp, "Brasil...", art. cit., p. 255.

25Le nom Brasil dériverait du celtique braz ou bres ('grand', 'fertile')40, mais son origine est assez obscure41. Il a d'ailleurs pu être confondu avec celui d'un arbre au bois rouge qui était très recherché : le palo del brasil, que le P. Bernabé Cobo décrit ainsi :

  • 42 P. B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 6, ch. 108, p. 278. Cf., également, Georg Friederici, Amerikanis (...)

"L'arbre nommé brasil est petit, un peu moins grand que le chêne vert. Son tronc est tordu et peu droit. Ses feuilles ont l'aspect de celles de l'yeuse et n'ont pas de piquants. L'écorce, à cause de sa rigidité, se détache seule de l'arbre. Le brasil est, maintenant, partout bien connu, à cause de son utilité pour la teinture et pour d’autres avantages. On en expédie de grandes quantités en Espagne depuis de nombreuses régions de ces Indes, et tout particulièrement de la Nouvelle-Espagne42."

  • 43 Pour A. de Alcedo, ce serait le contraire. Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr.,op. cit., t. 4, p. 275.
  • 44 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 398.

26Cet arbre aurait donné son nom au Brésil43. Charles de La Roncière, qui souscrit à l'étymologie couramment admise pour l’île Brasil (‘grande île'), signale cependant que ce serait l'"île d’où venaient les beaux bois de Brésil". Ces bois, également nommés "bois d'Irlande, parce que les courants les jettaient sur les côtes de la verte Erin", auraient été utilisés pour lambrisser la bibliothèque de Charles V dans le palais du Louvre44.

  • 45 Cf. Douglas R. Mc Manis, European Impressions of the New England Coast 1497-1620, Chicago, The Uni (...)
  • 46 Cf. Demetrio Ramos Pérez, "Los contactos trasatlánticos decisivos, como precedentes del viaje de C (...)
  • 47 Cf. David B. Quinn, "The argument for the english discovery of America between 1480 and 1494”, dan (...)
  • 48 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", op. cit., p. 54.

27Il était tout naturel qu'une île que l'on situait dans la région de l'Irlande attirât les marins de Bristol qui organisèrent plusieurs expéditions autour des années 1470 et 148045. Un document daté du 18 juin 1480 est très clair à ce sujet : le roi d'Angleterre autorisait Thomas Croft, officier des douanes de Bristol et trois marchands de cette même ville à "rechercher et découvrir une certaine île appelée île Brasil"46. L'expédition de Thomas Croft partit de Bristol le 6 juillet 1481 avec deux vaisseaux, le George et le Trinity47. Déjà un an auparavant un navire de 80 tonneaux avait été armé, dans le même but, avec John Lloyd pour capitaine : cette tentative se solda par un échec48. Le port de Bristol qui saluera aussi le départ de Cabot, organisait régulièrement des expéditions. Deux dépêches l'attestent. La première, adressée le 25 juillet 1498 aux Rois Catholiques par l'ambassadeur Pedro de Ayala dit ceci :

  • 49 Pedro de Ayala, "Dépêche de Pedro de Ayala aux Rois-Catholiques" (25-VII-1498), dans H. Harrisse, (...)

"Les gens de Bristol, depuis sept ans, ont armé chaque année deux, trois, quatre caravelles pour partir à la recherche de l'île du Brasil et des Sept Cités, encouragés par l’imagination de ce Génois [Jean Cabot]49."

28La deuxième, de Ruy Gonzales de Puebla, datée, semble-t-il, du même jour, destinée elle aussi aux Rois Catholiques, confirme ce renseignement :

  • 50 Ruy Gonzales de Puebla, "Dépêche de Ruy Gonzalès de Puebla aux Rois-Catholiques" (25-VII-1498 ?), (...)

"Le Roi d’Angleterre envoya cinq vaisseaux armés, avec un autre Génois, comme Colomb, pour rechercher l’île Brazil et en explorer les alentours. Ils étaient approvisionnés pour un an50."

29Le voyage était long. Mais la "Ysla de brasil" aurait été découverte ! C'est ce que prétend Johan Day, un marchand de Bristol dans une lettre — en espagnol — adressée à Christophe Colomb, grâce à cette lettre, certainement écrite en 1497, nous apprenons que des marins de Bristol, commandés par Jean Cabot, auraient atteint les côtes de l'Amérique septentrionale. Johan Day précise que c'est de Bristol que serait partie l'expédition qui aurait découvert l'île brasil. Christophe Colomb ne l'ignorait donc pas ! Voici la phrase qui donne cette information :

  • 51 Nous reproduisons ici le texte publié par Roberto Almagià dans "Sulle navigazioni di Giovanni Cabo (...)

"Il est tout à fait probable qu'en d'autres temps les côtes de cette terre ont été atteintes et découvertes par les gens de Bristol qui trouvèrent le Brazil —Votre Seigneurie sait déjà cela —, et cette terre était appelée Île de Brazil ; et l'on présume et l’on croit que les gens de Bristol ont découvert la terre ferme51."

30On continuera, cependant, à rechercher cette île légendaire perdue dans l’immensité de l'océan.

3 - L'île de Saint-Brandan

31Il est une île fantôme, fort mystérieuse, qui a longtemps excité la curiosité des marins européens car elle dépendait d'une légende médiévale très populaire : c'est l'île de Saint-Brandan. Les Espagnols la nomment "isla de San borondón" ou "isla de Samborombón".

32Au terme de la traversée qui le menait d'Espagne vers le Rio de la Plata, Concolorcorvo, l'auteur du célèbre Lazarillo de ciegos caminantes (paru en 73) conte l'anecdote suivante :

"Le lendemain à l'aube, pendant qu'on préparait la chaloupe, je pris congé des officiers et de l'équipage avec une joie tempérée, et en particulier du spirituel maître d'équipage que j'appelai et pris à part et à qui je demandai, sous le sceau de la confidence, en donnant ma parole d'honneur, son point de vue sur l'errante île de Samborombón."

33Il revient ensuite à la charge :

  • 52 Concolorcorvo [Calixto Bustamante Carlos Inca, dit], El Lazarillo de ciegos caminantes. Desde Buen (...)

"(...) je le suppliai à nouveau de me dire ce qu'il savait sur la question de cette île fantastique baptisée Samborombón. Il me répondit promptement qu’il n'avait point vu le nom de ce saint sur le calendrier espagnol et qu'il ne connaissait aucun îlien ni aucun étranger qui ait navigué avec lui qui portât ce nom, en foi de quoi il était convaincu que ce nom-là n'était que Saint-Lambredaines ou...Calembredaines52."

34L'île de San Borondón avait donc perdu, à la fin du XVIIIe siècle, tout son prestige, mais il est tout de même révélateur que l'on ait songé à poser la question de son existence.

***

  • 53 L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 35-36. Il en signale la présence sur le planisphèr (...)
  • 54 Le planisphère d'Herford porte la mention suivante : "Las seis islas Afortunadas. Elias son las Is (...)

35Pour les marins de la fin du Moyen Âge, "l'errante île de Samborombón" était une affaire beaucoup plus sérieuse. Cette île fantastique, parfois confondue avec d'autres, était habituellement placée dans l'Atlantique par des cartographes épris de merveilleux. Nous l'avons aperçue 3 fois dans la région des îles Canaries (surdes cartes de 1367, 1470 et 1492). Mais nous l'avons retrouvée 21 fois (entre 1440 et 1661), au milieu de l'Atlantique Nord et 8 fois (entre 1538 et 1594) près des côtes de l'Amérique du Nord. Enfin nous l'avons vue 26 fois, à l'est de Madagascar, au beau milieu de l'Océan Indien (de 1547 à 1667) ! Il n'y a aucun doute : cette île a beaucoup voyagé. Louis-André Vigneras signale qu’elle est déjà répertoriée par les cartographes de la fin du XIIIe siècle53. Quelquefois on parle des îles de Saint Brandan que l'on prend pour les îles des bienheureux54. Il est vrai que Saint Brandan a visité de nombreuses îles. Mais quel est ce saint mystérieux dont le nom est lié à une ou plusieurs îles ?

  • 55 Cf. Jacques Bernard, Bernard Boivin, Fernand Braudel (...), Le Monde de Jacques Cartier. L'aventur (...)
  • 56 Cf. J. Le Goff, Civ. Occ. Méd., op. cit., 2e part., ch. "Genèse", p. 101.
  • 57 Cf. Mgr Alfred Baudrillart, P. Richard, U. Rouziès, A. Vogt, Dictionnaire d'histoire et de géograp (...)
  • 58 Cf. P. Gaffarel, "Les explorations maritimes des Irlandais au Moyen Âge", dans La Revue politique (...)
  • 59 Cf. L. Duchesne, "La vie de saint Malo - Étude critique", dans Revue celtique, vol. 11 (1890), Par (...)
  • 60 Cf. E. O'Briain, "Brendan", art. cit., p. 533.

36Saint Brandan (ou Brendan) fut un Irlandais né dans le dernier quart du Ve siècle55. Il faisait partie de cette cohorte de saints que la verte Erin a exportés en Europe aux VIe et VIIe siècles56. Il fonda, et devint l'Abbé du célèbre monastère de Cluain-ferta-Brandain (Clonfert) qui lui donne son nom : "Saint Brandan de Clonfert"57. Il y dirigea "trois mille moines" bénédictins58 parmi lesquels se trouvait Saint Maclovius (Saint Malo) qui fut son second59. Saint Brandan serait mort en 577 ou 583. Il aurait été en rapport avec Saint Gildas (à Rhuys, en Bretagne), Saint Pol de Léon et Saint Euda d'Aran60.

  • 61 Il existe aussi une Vita Sancti Brendant. Cf. L'Introduction" (p. 14) de Brian Merrilees, à Benedei (...)

37Outre ses qualités religieuses, qui l'ont fait passer à la postérité, Saint Brandan avait aussi l’âme d'un navigateur. Le récit du voyage qu'il aurait entrepris a connu un grand succès à l'époque médiévale : c'est la Navigatio sancti Brendani61.

  • 62 Cf. B. Merrilees, "Introd.", ét. cit., p. 15. D’après O'Briain, "Brendan", art. cit., p. 534 : "Le (...)

"Au cours des siècles — nous dit B. Merrilees — sa popularité ne cessa de croitre, et on dispose toujours de plus d'une centaine de manuscrits contenant la légende en latin, et, en plus des ombreux manuscrits latins qui ont survécu, il existe plusieurs traductions et adaptations dans des langues vernaculaires62."

38Après une première tentative de navigation dans l'Atlantique, qui n'aboutit pas, Saint Brandan décida de repartir en emmenant 14 compagnons, tous moines de son couvent, dont Saint Malo qui fit donc partie de l'expédition. Son but était, tout simplement, d'atteindre le Paradis terrestre. Les Îles Fortunées des Anciens n'étaient pas tombées dans l'oubli au Moyen Âge ! L'intention de Saint Brandan est nettement exprimée :

  • 63 Benedeit, Voyage..., op. cit., p. 24-25. L'adaptation de Benedeit est du premier quart du XIIe siè (...)

"Mais de une rie li prist talent
U Dunt Deu prier prent plus suvent
Que lui mustrast cel paras
U Adam fud primes asis.
Icel qui est nostre heritet
Dun nus fumes deseritét."
("Il conçut un désir tout particulier, et se mit à prier Dieu instamment de lui montrer le Paradis, le premier séjour d'Adam et notre héritage légitime d'où nous fûmes exclus63.")

  • 64 Daniel Poirion, Le merveilleux dans la littérature française du Moyen Âge, Paris, P.U.F., 1982, co (...)

39Et Saint Brandan, avec son équipage monacal, visita une série d'îles étranges et merveilleuses : l'Île aux brebis, le Paradis des Oiseaux, l'Ile d'Ailbe... Il parvint, à la fin d'un long périple agrémenté d'aventures extraordinaires, au Paradis qu'il souhaitait tant contempler. Comme le souligne Daniel Poirion, le voyage de Saint Brandan est une véritable "odyssée chrétienne"64.

  • 65 P. Gaffarel semble préférer cette dernière solution, qui nous paraît moins probable que la premièr (...)
  • 66 Cf. Histoire de Sindbad le Marin, dans Le Livre des Mille et une Nuits, op. cit., 193e nuit, p. 69 (...)

40Il y a dans la Navigatio sancti Brendani de nombreux détails remarquables. On y trouve des monstres, un griffon ("grips"), un dragon, ingrédients fort prisés des amateurs de livres de chevalerie. Le griffon rappelle étrangement l'oiseau Roc des contes des Mille et une Nuits. D'ailleurs, on n'a pas manqué de souligner cette ressemblance qui existe entre certains éléments de la Navigatio et les contes arabes traditionnels. La première a-t-elle enrichi ces derniers, ou est-ce l'inverse ?65. L'un des épisodes est particulièrement révélateur. Au cours de leur voyage, Saint Brandan et ses compagnons débarquent sur une île et s'apprêtent à se restaurer. Mais voilà que l'île se met à bouger et nos braves Irlandais s'aperçoivent alors qu'ils se trouvent sur le dos d'une baleine ! Le passage est cocasse : il a retenu l'attention. Or l'aventure de l'île-baleine existe aussi dans l'Histoire de Sindbad le Marin, l'un des contes des Mille et une Nuits66. Il est certain que les hommes de la mer, de toutes les parties du monde connaissent de semblables histoires de monstres marins. L'animal est parfois différent, mais le récit change peu. Ainsi, le kraken, cette sorte de pieuvre nordique, joue le même rôle que la baleine de Saint Brandan.

  • 67 Richard Carrington, Sirènes et mastodontes. Des animaux fabuleux aux monstres de la préhistoire, T (...)

"Plusieurs naturalistes de la Renaissance — écrit Richard Carrington —, parmi eux le célèbre Olaüs Magnus, archevêque d’Upsala, racontent que des pêcheurs ayant débarqué dans une telle "île "avaient allumé un feu et s'étaient installés pour la nuit. Sur quoi, le kraken, mécontent d'avoir le dos brûlé, se serait laissé couler, entraînant les malheureux dans les ténèbres liquides67."

  • 68 Cf. Lucien de Samosate, Hist. Vér., op. cit., liv. 1, p. 19-20 et 26-27.

41Faut-il voir dans cette évocation une influence de la Navigatio sancti Brendani ? Faut-il remonter à Jonas et sa baleine ? Lucien, lui aussi, parle d'une baleine monstrueuse dans son Histoire Véritable68. Les îles-baleines paraissent si fréquentes ! Gonzalo Fernandez de Oviedo écrit, par exemple :

  • 69 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., II, liv. 38, ch. unique, p. 333.

"Et les marins peu experts sont parfois en grand danger lorsqu'ils accrochent leurs ancres à un quelconque endroit de la baleine en pensant qu'ils les ont fixées et qu’ils sont amarrés à une île69."

42Brunetto Latini semble considérer, dans son Tesoro, que le fait est courant :

  • 70 Brunetto Latini, El Tesoro-Bestiario, dans The Medieval Castilian Bestiary, éd. Spurgeon Baldwin, (...)

"(...) et c'est pour cela que les marins se trompent souvent : ils croient qu'il s’agit d'une île, y débarquent, y plantent des pieux et font du feu. Quand le cétacé sent la chaleur, il s'enfuit vers les profondeurs de la mer et provoque le naufrage de tout ce qu'il supportait sur son corps70."

43Les aventures de Saint Brandan ont eu beaucoup de succès. Elles montraient que les navigateurs devaient s'attendre à tout au cours de leurs voyages. Les conquérants de l'Amérique ne partaient-ils pas avec cette conviction

  • 71 Cf. Jean Markale, Les Celtes..., op. cit., ch. 12, p. 402.
  • 72 Ibid., ch. 4, p. 106.

44La légende de Saint Brandan a une parenté certaine avec la mythologie grecque et les contes orientaux, cependant, n'oublions pas qu'elle est d'abord l’adaptation chrétienne d'une légende celtique. Brandan c'est aussi le dieu Brân, "protecteur de la race bretonne"71, "héros d'une curieuse navigation vers la Terre des Fées"72. D'ailleurs, comme le précise Jean Markale, le dieu celte Brân apparaît sous diverses formes :

  • 73 Ibid., ch. 12, p. 402.

"Dans les Romans de la Table Ronde, il est devenu ban de Bénoïc, père de Lancelot, bran de Lis, brangore d’Estragore. Sous le nom de Bron il est un des visages du Roi Pêcheur. Il apparait dans des aventures étranges dont Gauvain est le héros, notamment dans une cité sous l'eau (symbole de l'Autre-Monde) (...)73"

***

  • 74 Cité par A. Graf, Miti..., op. cit. vol. 1, ch. 4, p. 97.
  • 75 Cf. A Graf, Miti..., op. cit., vol. 1, ch. 4, p. 114.
  • 76 Cf. Marcelino Menéndez y Pelayo, Orígenes de la Novela, Buenos Aires, Emecé Editores S.A., 1945, c (...)

45La légende de Saint Brandan est donc l'émanation d’une communauté culturelle située au nord-ouest de l'Europe, c'est "une des plus étonnantes créations de l'esprit humain et l'expression la plus complète peut-être de l'idéal celtique", dit Renan74. Mais cette légende a laissé des traces dans la péninsule Ibérique, surtout dans la partie anciennement dominée par les Celtes : le Nord-Ouest. Le héros "espagnol" ne s'appelle plus Saint Brandan. Son nom est Sant Amaro. Celui-ci a navigué, comme le premier, pour atteindre le Paradis terrestre et son "odyssée" merveilleuse est racontée dans La vida del bienauenturado Sant Amaro y de los peligros que passo hasta llego al Parayso terrenal75. Marcelino Menéndez y Pelayo, qui s'est intéressé à cette œuvre, y voit très justement un reflet des légendes celtiques relatives à la navigation du saint irlandais76.

  • 77 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., n. 29, p. 282-283.

"Dans cette espèce de légende qui n'a pas plus de dix-sept pages — écrit F. Denis qui analyse la Vida de Sant Amaro —, on raconte les voyages du saint au Paradis Terrestre (Paraiso terrenal), il passe sur des mers congelées d'une immense étendue, il reçoit de toutes parts des avertissemnets mystérieux, et il arrive enfin devant un palais splendide qui se trouve à l'entrée du Paradis. Là s'achève son voyage, et il ne peut pénétrer dans le jardin des délices éternelles77."

  • 78 Mgr A. Baudrillart..., Dict..., op. cit., t. 2, art. "Amaro", p. 963.
  • 79 Cf. Georg Friederici (Caráter da Descoberta e Conquista da América pelos Europeus, Tradução de Gut (...)

46Ce "pieux personnage à demi légendaire — précise le Dictionnaire d'A. Baudrillart78 aurait vécu à la fin du XIVe siècle". L’existence de cet émule de saint Brandan démontre que cette légende "atlantique" a traversé les siècles, qu'elle était bien connue à l'aube de l'époque des grandes découvertes maritimes et qu'elle s'était répandue dans tous les ports de la façade atlantique79. Les voyageurs qui partaient pour le Nouveau Monde, n'avaient-ils pas une pensée pour Saint Brandan ou Sant Amaro, ces deux pionniers de la navigation hauturière ?

***

  • 80 Cf. Eloy Benito Ruano, "La Leyenda de San Borondón. Octava isla canaria", dans Cuadernos Colombino (...)

47La fameuse île de Saint Brandan n'a jamais été retrouvée. Et pourtant, elle apparaîtrait de temps à autre. Certains la considèrent, depuis des siècles, comme la huitième île de l'archipel des Canaries80.

  • 81 José de Viera y Clavijo, Noticias de la Historia General de las Islas Canarias, Introducción y not (...)

"Il est patent — écrit au XVIIIe siècle Joseph de Viera y Clavijo — que, dès le début du XVIe siècle, la réputation de cette nouvelle terre faisait délirer les autochtones et les étrangers81."

  • 82 Cf. Georges Baudot, La Vie quotidienne dans l'Amérique espagnole de Philippe II - XVIe siècle, Par (...)

48Voilà, par conséquent, un bon sujet de conversation pour les candidats à l'émigration outre-Atlantique qui, après une escale — parfois longue — aux Canaries, passaient de nombreux jours confinés dans leur navire82 ! Les étranges apparitions de l'île de Saint Brandan ont préoccupé bien des nagigateurs. Christophe Colomb s'y intéressait : le journal de bord de son premier voyage le prouve. Las Casas, qui l'a transcrit, note à ce sujet :

  • 83 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 88. Cf., également, Fray Antonio de Remesal, Historia General (...)

"L'Amiral dit que de nombreux Espagnols honorables, habitants de l'île de Hierro, qui se trouvait à la Gomera avec doña Inés Peraza-mère de Guillén Peraza qui fut par la suite le premier comte de la Gomera-juraient quils voyaient tous les ans une terre à l'ouest des Canaries — soit au Ponant —, et d'autres de la Gomera affirmaient la même chose sous la foi du serment83."

  • 84 Cf. J. de Viera y Clavijo, Noticias..., op. cit., liv. 1, ch. 28, p. 83.
  • 85 Cf. L.-X. Eyma, Légendes..., op. cit., t. 1,1, liv. 2, ch. 4, p. 185.
  • 86 Cf. E. Benito Ruano, "La leyenda...", art. cit., p. 73 :
    "El 10 de agosto de 1958 el diario "ABC" d (...)
  • 87 L'apparition aurait eu lieu le 3 mai, mais on ne sait de quelle année. Cf J. de Viera y Clavijo, N (...)

49Ces apparitions fréquentes, si l'on en croit Las Casas, de l'île mystérieuse que l'on appelait également Non Trubada ou Encubierta84 ont encouragé les explorateurs. La dernière expédition partie à sa recherche, aurait levé l’ancre en 172185. Que de témoignages réunis par Joseph de Viera y Clavijo ! Que de dessins de l'île fantôme ! Et l'on aurait même une photographie datant de 195886 ! Les témoins sont formels : ils ont vu l'île. Le récit d’une apparition, écrit en 1759 par un religieux franciscain, dans une lettre adressée à l'un de ses amis ne peut laisser de doute à ce sujet87. On voit que l'affaire de l'île de saint Brandan est encore loin d'être terminée.

  • 88 Cf les croquis publiés dans J. de Viera y Clavijo, Noticias..., op. cit., liv. 1, ch. 28, p. 84 et (...)
  • 89 Cf Alexander Von Humboldt, Relation historique du Voyage aux Régions équinoxiales du Nouveau Conti (...)

50Une explication de ces faits curieux a été avancée, plusieurs fois, et Viera la propose dans son ouvrage : il s'agirait d'un mirage, d'une simple ( !) illusion d’optique. Une autre île des Canaries Palma qui a, semble-t-il, la même forme que l'île fantôme88 se reflèterait sur la couche nuageuse lorsque certaines conditions atmosphériques sont réunies. Cette explication n'a pas convaincu Alexandre de Humboldt qui y fait référence89.

***

  • 90 Cf. H. Colón, Hist., op. cit., ch. 9, p. 73.
  • 91 Cf. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 294.
  • 92 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 13, p. 48.
  • 93 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Histoire..., op. cit., t. 1, 1e déc., liv. 1, ch. 2, p. 7.
  • 94 Cf. D. Tomás Falkner, Descripción de Patagonia y de las partes adyacentes de la América meridional (...)
  • 95 Cf. Francisco Millau y Maraval, Descripción de la provincia del Rio de la Plata v de sus poblacion (...)
  • 96 Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr., t. 1, p. 166 (art. "Borombón (San)”).
  • 97 Ibid., t. 1, p. 129 (art. "Baba") et t. 4, p. 240 (art. "Zamborondón").

51Quoi qu'il en soit, la mystérieuse île de Saint Brandan a laissé de profondes traces dans les écrits des chroniqueurs. Hernando Colón90, Francisco López de Gómara91. Bartolomé de Las Casas92 et Antonio de Herrera y Tordesillas93 l'évoquent dans leurs œuvres. L'Argentine semble s'être beaucoup intéressée à la légende du saint navigateur : on y note la présence d'un Río de San Borombón, d'une Laguna de San Borombón94, d'une Ensenada de Samborombón95 et d'un village nommé San Borombón dans la province de Buenos Aires96. Mais on trouve aussi un village et des Cerros de Zamborondón près de Guayaquil, en Équateur. Cependant, dans ce dernier cas le doute est permis car, suivant Antonio de Alcedo, le village porterait ce nom à cause d'un "zambo — métis de Noir et d’indienne — appelé Rondón, qui fut le premier qui s’y établit"97.

52Saint Brandan, et Sant Amaro pour le Brésil, ont donc marqué l'Amérique latine. L'île de Saint Brandan, introuvable, fut parfois confondue avec Antilia ou l'île des Sept Cités, mais la légende qui l'accompagne témoigne de l’importance de l’imaginaire à l’époque des grandes découvertes.

4 - L'île Antilia et l'île des Sept Cités

53Parmi les nombreuses îles merveilleuses de l'océan Atlantique, il en est une dont le nom s'est perpétué jusqu'à nos jours : c’est l'île Antilia que l'on retrouve dans le mot "Antilles" appliqué aux îles de la mer des Caraïbes.

  • 98 Cf. Luis Thayer Ojeda, Ensayo de Cronología Mitológica, Valparaíso, Imprenta y Encuademación Roma, (...)
  • 99 Cf. A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 2, p. 211. Cité par L.-A. Vigneras, "La búsqueda. (...)
  • 100 Cf. E. G. R. Taylor, "Imaginary Islands : A problem solved”, dans The Geographical Journal, vol. 1 (...)
  • 101 Cf. G. R. Crone, "The origin of the name Antillia", dans The Geographical Journal, vol. 91, no 3 ( (...)
  • 102 Cf. Charles-André Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 6, p. 312, no 2.
  • 103 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 47.
  • 104 Cf. A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 1, section 1ère p. 250.

54Faut-il voir dans l'appellation Antilia le souvenir d'une ancienne île atlantique ainsi nommée par les Grecs, comme le suggère Luis Thayer Ojeda, ou celui d’un certain pays Antia, dont le nom serait la déformation du mot India98 ? Alexandre de Humboldt proposait une autre étymologie : Antilia viendrait de l'arabe al-tin ('dragon') et serait ainsi "l'île des dragons marins"99. On a également remarqué la présence d'un "préfixe" (an- ou ante-) dans ce nom, ce qui a engendré plusieurs interprétations100. Comme c'est souvent le cas, la mauvaise lecture des légendes qui figurent sur les cartes médiévales est la cause essentielle de tant d'incertitude. G.R. Crone propose pour sa part une explication fort judicieuse : Antilia serait la mauvaise reproduction d'"ante ripas Atulliae", erreur d'un copiste qui aurait dû écrire "ante ripas Getulliae"101. Getulia étant "le nom classique de la partie nord-ouest de l'Afrique", Antilia serait donc une île proche de cette région102. Quant à l'attribution du nom aux îles de la mer des Caraïbes, elle semble due à Pietro Martyre d'Anghiera103, car, ainsi que le fait remarquer Humboldt, Christophe Colomb n'a jamais donné le nom Antilia aux îles qu’il avait découvertes 104.

55L'île Antilia apparaît très tôt sur les cartes. Nous l'avons repérée 12 fois (entre 1424 et 1492) dans l'Atlantique, puis 2 fois (en 1508) dans la mer des Caraïbes. Le nom ne semble pas s'être longtemps maintenu au XVIe siècle. D'ailleurs, Pedro de Medina ne fait-il pas remarquer, en 1544 :

  • 105 Cité par Sainte-Croix de La Roncière, A la conquête des mers..., op. cit., ch. 1, p. 75.

"Non loin de l'île de Madère il y a une autre île qui se nomme Antillia et qui ne se voit plus aujourd'hui"105 ?

56La disparition d'Antilia ne doit pas nous surprendre car cette île est très souvent confondue avec l'île des Sept Cités. Les deux noms s'appliquant régulièrement à la même terre.

  • 106 Wilcomb E. Washburn, "Examen critique des questions cartographiques dans la Découverte", dans La D (...)

"La forme habituelle de l'île dans la cartographie du quinzième siècle — écrit W.E. Washburn — est rectangulaire ou en forme de boîte. Mais en même temps, elle a habituellement des découpures, quelquefois à espaces réguliers et découpés avec précision, quelquefois à espaces irréguliers et incisés sans précision, qui représentent probablement les sept villes qui sont souvent attribuées à cette île légendaire106."

***

57L'Île des Sept Cités eut une plus grande longévité. Elle se maintint sur les cartes jusqu'à la fin du XVIe siècle. Nous l'avons vue 16 fois, dans l'Atlantique (de 1474 à 1600), dont 7 fois placée près des côtes américaines (1541-1542-1543-1544-1546-1569-1600). Les cartographes justifient le nom qu'ils lui donnent en y plaçant les sept villes qui, d'après la légende, doivent s'y trouver.

58Cette légende qui s'attache à l'île imaginaire des Sept Cités est d'origine ibérique. Elle se rapporte à des événements qui se seraient produits au début du VIIIe siècle. Après la défaite de Guadalete, subie par le dernier roi wisigoth, Rodrigo, la péninsule Ibérique fut envahie par les Arabes.

"L'Ibérie était en proie au malheur,
Vide d'habitants, noyée dans le sang.
Tous les gens, riches et pauvres,
Mouraient de faim en s'enfuyant,
Sans une pièce d'or, d’argent ni même de cuivre.”

  • 107 Juan de Padilla (El Cartuxano), Los Doze Triumphos de los doze Apostoles, fechos por el Cartuxano, (...)

59écrit le poète Juan de Padilla107. Alors, en pleine débâcle, 6 évêques suivis de leurs ouailles et dirigés par l'archevêque de Porto, s'enfuirent vers l'Ouest peupler une île mystérieuse où ils fondèrent 7 villes. Telle est la légende de l'île des Sept Cités.

60Nous trouvons cette légende mentionnée en 1492. Tandis que Christophe Colomb s'élançait vers l'Ouest en quête de l'Asie, Martin Behaim rappelait sur son globe l'existence de l'île Antilia ou des Sept Cités. Et la silhouette de l'île était accompagnée de la mention suivante :

  • 108 Dans E. G. Ravenstein, Martin Behaim, his life and his globe, Londres, 1908, p. 20-22, cité par L. (...)

"En l'an 734 de l'Ère du Christ, alors que l’Espagne entière avait été vaincue par les Infidèles venus d'Afrique, l'île Antilia — que l'on voit ci-dessus —, nommée île des Sept-Cités, fut colonisée par un archevêque de Porto au Portugual, avec six autres évêques et d'autres Chrétiens, hommes et femmes, qui avaient quitté l'Espagne pour ce faire, en s'embarquant avec leur bétail, leurs biens et leurs outils. En l'an 1414, une embarcation partie d'Espagne l'approcha sans subir de dommage108."

61Ces explications ne manquent pas de précision et seront confirmées, quelques années plus tard, en 1508, par J. Ruysch qui, sur sa carte "Universalior Cogniti Orbis / Tabula / Ex recentibus confecta observationibus (...)", écrit près de l'île "Antilia" les mots qui suivent :

  • 109 Le texte est donné par A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 5, et la carte est reproduite (...)

"Ista insula (Antilia) aliquando a Lusitanis est inventa, / sed quandoignorantur. Invente sunt in ilia gentes Hispaniae / loquentes, quae tempore Regis Roderici gothorum ultimi, / a barbaris fugatae huc appulisse creduntur. Habent hic I. / Archiepisc. cum 6 aliis Episc. et quilibet illorum suam habet/propriam civitatem, quare a multis Insula 7 civitatum dicitur. / Populus christianissime vivit, omnibus divitiis seculi hujus plenus109."

  • 110 Eustache de la Fosse, Voyage à la Côte occidentale de l'Afrique, en Portugal et en Espagne (1479-1 (...)

62Mais la première trace écrite de la légende est certainement dans le récit du voyage qu'un Flamand, Eustache de ia Fosse, réalisa sur un navire portugais en 1479-1480110. Voici le passage qui donne les renseignements sur l'île des Sept-Cités :

  • 111 Ibid., p. 189.

"Et après nostre peschement passée, nous mismes le voîle vers le pais de Portugal et eusmes plusieurs jours vent a demy quartier, puis après eusmes tresbon vent, et en naviguant vismes plusieurs oyseaulx voiler ; et disoient nos maronniers que ces oyseaulx estoient des isles enchantées, lesquelles isles ne s'apparoissent point ad cause que ung evesque de Portugal, avec toutz ceulx quy l’avoient voulu sievir, s'y saulvèrent et fut devant le tampz de Charlemagne, roy de France, que touttes les Espaignes furent conquises des Sarrazyns, Arragon, grenade, Portugal, gallisse quy sont tout comprins dy reaulme d'Espaigne : et lors ledit evesque se saulva avec tous ceulx quy le voulurent sievir, et furent plusieurs navires, lesquelles arrivèrent es dites isles, comme me fut compté par les Portugalloys. Et lors ledit evesque quy estait grand clerc, sçavant l'art de nigromance, ençanta les dites isles et que jamais ne s'apparoistroient a personne tant que touttes les Espaignes ne seraient remises a nostre bonne foy catholicque, mais souvent les marronniers voioient les oiseaux de ladite isle en naviguant en icelluy quartier sans jamais pouoir veoir rien des dictes isles, ad cause dudit enchant111. "

  • 112 Cf. H. Colón, Hist., op. cit., ch. 9, p. 74.
  • 113 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 2, p. 20.
  • 114 Cf. J. de Solórzano y Pereyra, Polit. Ind., op. cit., liv. 1, ch. 5, par. 20, p. 56.
  • 115 Cf. Fray Jerónimo de Mendieta, Historia eclesiástica indiana, Estudio preliminar y edición de Fran (...)
  • 116 Cf. P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 1, p. 3.
  • 117 Cf. R. P. Touron, Hist. Gén. op. cit., t. 1, Dissertation, p. XXXVII-XXXVIII.

63On comprend alors que l'île fantôme de San Borondón ait été si souvent confondue, après 1492 — date de la chute du dernier royaume musulman de la péninsule Ibérique — avec l’île des Sept Cités, enchantée par un curieux évêque-magicien. Hernando Colon a repris la légende dans son Historia del Almirante112. Il y précise que l'exode aurait eu lieu en 714, et queles évêques, une fois arrivés sur l'île auraient brûlé leurs vaisseaux. Antonio de Herrera113, Solorzano114, Fr. Geronimo de Mendieta115, le P. Charlevoix116 et le P. Touron117 rappellent aussi la légende, mais nombreux sont les auteurs qui s'y réfèrent.

  • 118 Manuel de Faria y Sousa, Epítome de las Historias Portuguesas, 2 vol., Madrid, 1628. Cité par Will (...)

64Une version légèrement différente des faits est donnée par l'historien portugais Manuel de Faria y Sousa : les fugitifs seraient d'abord partis vers les îles Fortunées — les Canaries — puis se seraient déroutés vers l'île des Sept Cités118.

65Les héros qui s'exîlent, pour ne pas subir la domination des vainqueurs, sont assez nombreux pour qu'il soit nécessaire d'insister sur ce point. La légende des 7 évêques, garants de l'honneur ibérique, avait tout pour séduire des peuples engagés dans une lutte séculaire contre les Musulmans. Les Espagnols et les Portugais de l'époque médiévale n'ont jamais mis en doute cette légende que le P. Touron, en bon esprit du XVIII siècle, considère avec quelque scepticisme :

  • 119 R. P. Touron, Hist. Gén. op. cit., t. 1, Dissertation, p. XXXVIII.

"(...) on pourrait demander — écrit-il — comment ils firent sçavoir le lieu de leur retraite aux Fidèles qui ne les avoient point suivis ? Si dès leur arrivée ils brûlèrent tous leurs navires, par quelle voie a-t-on appris & le nom du pays où la Providence les avoit conduits, & le nombre des villes qu’ils y avoient bâties119 ?”

***

66La légende est certainement d'origine portugaise, même si elle se réfère à des événements antérieurs à la naissance du Portugal. Seuls des marins pouvaient évoquer de tels faits et la fuite vers des îles inconnues de tous n'aurait eu aucun sens si l'on avait choisi la façade méditerranéenne.

  • 120 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 2, p. 20.
  • 121 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit. t. 1, liv. 1, ch. 13, p. 48.

67On signale, de plus, avec une certaine insistance, que ce sont les Portugais qui auraient baptisé l'île des Sept Cités. Antonio de Herrera précise, en parlant d"'Antilla" : "dont les Portugais pensaient que c'était lîle des Sept Cités"120. Mais Fr. Bartolomé de Las Casas disait aussi : "Cette île [Antilla] est, d'après les Portuguais qui le pensent encore aujourd'hui —, l'île des Sept Cités121." La fameuse lettre de Toscanelli, d'où Christophe Colomb aurait tiré certaines conclusions quant à la possibilité d’atteindre l’Asie en partant en direction de l'Ouest, était envoyée au Portugal et, d'après Las Casas, Toscanelli écrivait :

  • 122 Ibid. t. 1, liv. 1, ch. 12, p. 46. Ce texte est également cité par H. Colón, Hist., op. cit., ch. (...)

"Et de l'île Antilla, que vous nommez ("que vosotros Ilamáis") île des Sept Cités, dont on a connaissance, jusqu'à la très noble île de Cipango, il y a dix intervalles (...)122"

68Ce "que vosotros llamais" ne s'adressait qu'aux habitants du Portugal. Et le P. Charlevoix, dans son Histoire de Saint-Domingue, confirme que

  • 123 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 1, p. 3.

"Les géographes Portugais plaçoient l'Antille environ à deux cens lieuës des Açorres vers l'Occident, & ils l’appelloient encore l'Isle des sept villes123."

***

  • 124 Cf. F. Morales Padrón, El descubrimiento... (Gran Encic t. IV), op. cit., ch. 2, p. 29. Pour le gl (...)
  • 125 Texte cité par E. Benito Ruano, "La leyenda...", art. cit., p. 57-59.

69L'île des Sept Cités fut activement recherchée. Un bateau espagnol crut la trouver en 1414 ; comme l'indique la metion portée par Martin Behaim sur son globe de 1492124. En 1444, d'après Fr. Manuel Fernandez Sidron125, une "caraque de Gênes" aurait abordé, par hasard, sur les côtes de l'île mystérieuse. De retour de ce voyage extraordinaire, les marins auraient raconté tout ce qu'ils y auraient vu. Les dimensions de l’île seraient de "300 lieues de longueur". On y trouvait 300 villes et la terre y serait très fertîle. Les insulaires parleraient portugais et, ajoutait-on :

  • 126 Ibid., p. 57.

"(...) et ils leur dirent que c'étaient des Portugais, de Porto au Portugal, qui, à l'époque du roi Don Rodrigo d’Espagne, fuyant tout le territoire portuguais, se réfugièrent à Porto avec leurs épouses, leurs enfants et leurs serviteurs, et que repliés dans ladite ville et considérant les grandes persécutions menées par les Maures et le dommage que ceux-ci causaient dans toute l'Espagne, ils tinrent conseil et, pour ne point subir le joug du châtiment qu'on faisait endurer aux Chrétiens, ils s'embarquèrent sur les navires qui se trouvaient dans cette ville et partirent à l'aventure sur cette mer Océane, en quête d'une île qui leur donnât asile et leur permît de vivre, car ils savaient qu'il en existait126."

  • 127 Cf. F. Morales Padrón, El descubrimiento... (Gran Encic..., t. IV), op. cit., ch. 2, p. 29.

70En 1447, des Portugais auraient débarqué sur ue île où l'on parlait leur langue. Les habitants leur auraient demandé si les Maures étaient toujours maitres de la péninsule Ibérique (127. Antonio de Herrera conte dans sa première Décade, que

  • 128 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 2, p. 20-21.

"(...) du temps de l'Infant Don Enrique de Portugual, un navire qui avait quitté le Portugual, poussé par une tempête, fila jusqu'à elle [l'île des Sept Cités] et les habitants de l'île menèrent les navigateurs à l'église afin de savoir s'ils étaient chrétiens et suivaient le ritee romain. S'étant assurés de cela, ils les prièrent de demeurer avec eux jusqu'à l'arrivée de leur Seigneur. Toutefois les marins, craignant qu'on ne mît le feu à leur navire et qu’on ne les arrêtât, rentrèrent au Portugal tout heureux, pensant profiter de la gratitude de l'Infant. Celui-ci les traita fort mal, pour s'en être retournés sans plus d'explications, et leur ordonna de repartir. Mais le capitaine et les marins n'osèrent point obtempérer : ils quittèrent le royaume et n'y revinrent jamais plus128."

  • 129 Cf. D. Leite, Hist. Desc., op. cit., vol. 1, liv. 1, p. 357.

71Diogo Teive, qui aurait atteint l'île de Terre-Neuve en 1452, était parti avec l'intention de rechercher l'île des Sept Cités129. Les Portugais se sont donc beaucoup intéressés à l'île de Sete Cidades ! Et d'autres documents le confirment. Le 10 novembre 1475, le roi du Portugal octroyait à Fernao Teles

  • 130 Cité par D. Ramos Pérez, "Los contactos… art. cit., p. 35.

"(...) les Sept Cités ou autres îles peuplées qui jusqu'à ce jour n'ont pas été découvertes, trouvées ni repérées par mes sujets130."

  • 131 Dulmo était d'origine flamande. Ce nom est probablement la traduction du nom flamand "Van den Olm" (...)
  • 132 Cf. Carta de El-Rei D. João II, de confirmação do contrato feito entre Fernão Dulmo. que ía por ma (...)
  • 133 Un deuxième texte, publié par J. Ramos Coelho, à la suite de celui-ci (p. 61-63), concerne, pour l (...)

72Quelques années plus tard c'est le Flamand Fernam Dulmo (Van den Olm)131, gouverneur de l'île de Terceira, dans l’archipel des Açores, qui, associé à "Joham Afomso do Estreito, habitant de l'île de Madère", était autorisé à conquérir l'île des Sept-Cités132. Le roi (Joao II) avait pris en considération la demande de Fernam Dulmo. La Carta royale est datée du 24 juillet 1486133 ; elle nous révèle les intentions des explorateurs :

"(...) et il Nous dit qu'il souhaitait découvrir pour Nous une grande île, ou des îles, ou une terre ferme que l'on pense être l'île des Sept-Cités, et tout cela entièrement à ses frais et dépens, Nous demandant que nous lui octroyions et baillions par Notre pouvoir royal ladite île, ou îles ou terre ferme "

73Les Sept Cités mystérieuses de l'Atlantique feront encore parler d'elles. Nous n'avons assisté qu'au premier acte... Le second ne tardera pas.

5 - Les secrets des Açores et des Canaries

74Les îles imaginaires de l'Atlantique n'ont pas été les seules à attirer l'attention des navigateurs. D'autres îles, bien réelles, ont vu naitre des légendes que les marins devaient raconter sur leurs navires ou dans les ports. Deux archipels jouent un rôle important : les Açores, dominées par la couronne du Portugal, précieuse étape pour la navigation hauturière, et les Canaries, dominées par la couronne d’Espagne, escale obligatoire où l'on s'approvisionnait en réparant les dégâts produits par la dernière tempête. L’isolement de ces îles favorisait l'apparition des légendes dont l'évocation devait agrémenter les longues traversées.

***

  • 134 Dans Vicomte de Santarem, Essai sur l'Histoire de la Cosmographie et de la Cartographie pendant le (...)

75Un géographe arabe, qui vécut au XIVe siècle, Ibn-Wardy, nous transmet une ancienne croyance au sujet des îles Canaries qu'il nomme Khalidat. Il y aurait, dans chacune de ces îles "une statue d'airain haute de cent coudées, qui montre de son doigt qu'on ne peut aller au-delà". Et il ajoute : "On ignore qui les a fait élever134."

76Un autre géographe arabe, Al-Edrisi, qui a vécu au XIIe siècle, écrivait déjà, à peu près la même chose :

  • 135 Cité par Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 101-102.

"On dit qu'il se trouve dans chacune d'elles [les deux îles dites Fortunées], sur un tertre en pierres haut de cent coudées, une statue en bronze indiquant de la main l'espace qui s'étend derrière elle. Les idoles de cette espèce sont, d'après ce qu’on rapporte, au nombre de six135."

77Mais c'est l'île de Corvo, dans l'archipel des Açores, qui recueillit plus tard cette légende. Nous la retrouvons dans l'Histoire de la Navigation publiée par J. Locke en 1722. Elle y est quelque peu différente, mais le fond n'en est pas trop modifié. Dans l'île de Corvo, dit Locke :

  • 136 J. Locke, Histoire de la Navigation, son commencement, son Progrès & ses Découvertes jusqu'à prése (...)

"On trouva au pied d'un rocher une statue équestre ; l’homme étoit couvert d'un manteau, la tête nuë, & tenant la main gauche sur le col du cheval, il étendoit la droite vers l'Ouest sur l'endroit du rocher, qui servoit de pied d'estal à cette statue, il y avoit une inscription : mais les Portugais n'en connoissant pas les caracteres, n'ont pû instruire les autres du sens de l'Inscription, ni du dessein de la statue136."

78On voit que la vieille légende a évolué, mais aussi qu'elle n'a pas perdu son pouvoir de fascination.

79A peu près à la même époque, le P. Charlevoix, reprenant des renseignements fournis pas l'historien portugais Joao de. Barros — qui vécut au XVIe siècle —, évoque également la présence d'une statue équestre :

  • 137 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dont., op. cit., t. 1, liv. I, p. 68.

"Il dit que dans l'isle de Corve, la plus Occidentale des Açorres, on trouva, lorsqu'on la découvrit, une statuë équestre de pierre, ou d'une espece de terre cuite, montée sur un pied d'estal de même matiere ; que sur les côtés de ce pied-d'estal, il y avoit des inscriptions, dont on ne put jamais déchifrer les caracteres, & que le cavalier, vétu comme la plupart des Americains, qui ne vont pas absolument nuds, montrait du doigt le Couchat, comme pour avertir qu'il y avoit des terres & des hommes de ce côté-là. Or cette découverte étoit trop récente au têms que Christophle Colomb alla en Portugal, pour qu'il n'eût pas entendu parler de cette circonstance137."

80Le rôle dissuasif de la statue avait cessé. L'espoir chassait la crainte, car, les limites du monde connu ne cessant de s'éloigner, elle montrait maintenant le chemin des régions à explorer.

***

  • 138 Certainement un dragonnier dont certains exemplaires subsistent encore de nos jours.

81Aux Canaries, dans l'île de Hierro, qui est la plus occidentale de l'archipel, une autre curiosité attendait le voyageur avide de nouveauté. L’île n'avait aucune source et ses habitants devaient leur salut au généreux apport en eau d'un grand arbre qu'ils nommaient Garoé138. Fray Juan de Abreu Galindo l'a décrit de façon très dét allée :

  • 139 Texte cité par J. de Viera y Clavijo, Notifias..., op. cit., liv. 2, ch. 7, p. 142-143.

"Le tour et la circonférence du tronc est de douze empans, et son épaisseur de quatre empans ; en hauteur il en mesure quarante depuis le pied jusqu'à la cime ; la circonférence de son feuillage est de cent-vingt pieds. Les branches sont de grandes envergure, très feuillues et à une bonne distance du sol. Son fruit ressemble au gland avec sa coque ; il est savoureux et parfumé comme un pignon, quoique plus mou que ce dernier. Cet arbre ne perd jamais ses feuilles qui ont l'aspect de celles du laurier, quoique plus grandes, larges et recourbées, donnant l'impression d'être perpétuellement vertes, car les feuilles qui sèchent tombent rapidement et ne restent que les vertes139."

82Les feuilles de cet arbre favorisaient la condensation de l'eau des nuages, et cette eau, recueillie à son pied, alimentait toute l'île.

  • 140 Cf. J. de Viera y Clavijo, Notifias..., op. cit., liv. 4, ch. 18, p. 340.
  • 141 Ibid., liv. 2, ch. 7, p. 144.

83Bien entendu, une légende annexe était venue se greffer sur la légende principale. Cette merveilleuse "source" avait été tenue cachée, et les premiers conquérants de l'île n'en connaissaient pas l'existence. Mais voilà qu'une jeune îlienne s,éprit d'un bel envahisseur et lui révéla le secret si jalousement gardé : sa trahison lui coûta la vie140. L'arbre "saint”, comme l'appelaient les habitants de Hierro, fut exterminé par un ouragan en 1610141. On avait toutefois eu le temps de l'examiner.

84Dès le XVe siècle, Juan de Padilla consacre quelques vers de ses Doze Triumphos à cet arbre étrange :

  • 142 J. de Padilla (El Cartuxano), Los Doze Triumphos..., op. cit., Triumpho 5, ch. 8, str. 6, p. 364.

"Et tout comme dans l'île de Hierro les gens
Boivent l'eau que l'arbre distille
Et qui s'écoule le long des feuilles pendantes
Jusqu'à remplir l’humide fontaine.
Ainsi s'écoulait le sang frais
Le long des membres des prisonniers (...)142 "

  • 143 Cf. P. Martyr Anghiera, De Orbe Nova, op. cit., 1e déc., ch. 1, p. 19.
  • 144 Cf. Antonio Pigafetta, Premier voyage autour du monde par Magellan (1519-1522), Mis en français mo (...)
  • 145 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., I, liv. 2, ch. 9, p. 36 et liv. 6, ch. 12, p. 17 (...)
  • 146 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., 1.1, liv. 1, ch. 20, p. 78-79.
  • 147 Cf. P. Ordóñez de Ceballos, Viaje.., op. cit., liv. 3, ch. 4, p. 300.
  • 148 Cf.-les nombreuses références qui figurent dans J. de Viera y Clavijo, Notifias..., op. cit.

85Nous retrouvons cet arbre légendaire dans les œuvres de Pietro Martyre d'Anghiera143, Antonio Pigafelta144, Gonzalo Fernandez de Oviedo145, Bartolomé de La Casas146, Pedro Ordonez de Ceballos147... et de bien d'autres historiens et chroniqueurs148.

  • 149 Thomas Nicols, A description of the fortunate Ilands, otherwise called the Ilands of Canaria, with (...)
  • 150 Sir John Hawkins, Sir John Hawkin's Second Voyage to the West Indies, 18 th. October 1564 - 20 th. (...)
  • 151 L. Morery, Le Grand Dict..., op. cit., t. 2, p. 47-48.
  • 152 Cf. Fray Benito Jerónimo Feijoo y Montenegro, Obras escogidas (...), Madrid, M. Rivadeneyra, impre (...)

86La légende, transmise par les marins, était bien connue en Europe. Thomas Niçois149 et J. Hawkins150 la rapportent dans leurs écrits. Au XVIIIe siècle, évidemment, on s'intéressa — parfois avec beaucoup de scepticisme — à l'arbre de Hierro qui avait disparu depuis plusieurs décennies. Morery en parle dans l'article "Canaries" de son Dictionaire151 et Feijoo dans son Teatro Critico152.

87L’arbre légendaire de l'île de Hierro est l'une de ces merveilles que l'on aimait tant évoquer à l'époque des grandes découvertes maritimes. Il se trouvait sur la route des Indes et devait annoncer au voyageur qu'il partait pour un univers encore plus étonnant. L'Atlantique a fourni, lui aussi, sa part de merveilleux.

***

No 2 – A gauche, détail de la carte de Fr. Pizigani (1367).
– A droite, détail de la carte d'Andrea Bianco (1436).
Cartes reproduites dans Allgemeine Geographische Ephemeriden, Weimar, 1807, vol. XXIV, p. 248.

Notes

1 Cf. P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., A la S.C.R.M., p. 196.

2 Cf. D'Avezac, "Îles de l'Afrique", dans L'Univers ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs, industrie, coutumes, etc., Paris, Firmin Didot Frères, 1848, t. 47, 128 p. (livraisons 1 à 8).

3 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 1ère section, ch. 4, p. 146.

4 Ibid., 2e part., 1ère section, ch. 4, p. 147.

5 Ibid., 2e part., 1ère section, ch. 4, p. 147.

6 Aristote, De mirabilibus auscultationibus (On marvellous things heard), dans Aristote, Minor Works (...) With an English Translation by W. S. Heet (...), London, William Heinemaun Ltd – Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1963, p. 271. Cette étude qui était fort connue ne serait pas, d'après certains, d'Aristote.

7 René Clozier, Histoire de la Géographie, Paris, P.U.F., 1972 (5e éd.), col. "Que sais-je ?" no 65, ch. 4, p. 61.

8 Cf. El Ramo que de los Cuatro Libros de Amadís de Gaula sale, llamado Las Sergas del muy esforzado Caballero Esplandián, hijo del Excelente rey Amadís de Gaula, dans Libros de Caballerías, Con un Discurso preliminar y un catálogo razonado por Don Pascual de Gayangos (...), Madrid, M. Rivadeneyra Impresor-Editor (...), 1857, col. "B.A.E." no 40, ch. 183, p. 558.

9 Irène Frain, Quand les Bretons peuplaient les mers, s.l., Librairie Arthème Fayard, 1979, col. "Marabout université" no MU 384, ch. 4, p. 96.

10 J.-P. Seguin, L'Information..., op. cit., ch. 3, p. 47.

11 Yann Brekilien, La Mythologie celtique, s.l., Jean Picollec, 1981, col. "Marabout université" no MU 383, ch. 1, p. 12-13. Cf., également, E. Beauvois, "L’Elysée transatlantique et l'Éden occidental", dans Revue d'Histoire des Religions, vol. VII, 4e année, no 3 (mai-juin 1983), p. 287.

12 Cf. D'Avezac, "Îles de l'Afrique", art. cit., p. 16.

13 Cf. Francisco Morales Padrón, Gran Enciclopedia de España y América, t. IV : El Descubrimiento - Siglo XV - Siglo XVI, Madrid, Gela S.A. - Espasa-Calpe/Argantonio, 1983, "Biblioteca del V Centenario", ch. 2, p. 29.

14 Cf. René Thévenin, Les Pays Légendaires devant la Science, Paris, P.U.F., 1971 (4e éd.), col. "Que sais-je ?" no 226, ch. 2, p. 63.

15 Ainsi, avons-nous trouvé 2 îles Brasil - l’une au sud-ouest de l'Islande, l'autre au sud-ouest du Portugal - sur 3 cartes, de 1367, 1424 et 1476. Voir l'étude publiée en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse.

16 Cf. D'Avezac, "Îles de l'Afrique", art. cit., p. 29.

17 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 195.

18 La carte est reproduite dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 1, p. 54.

19 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 197.

20 Samuel Eliot Morison signale dans son ouvrage The European Discovery of America - The Northern Voyages A. D. 500-1600, New York, Oxford University Press, 1971, ch. 4, p. 101, que cette île porte également les noms de Saluaga, Santa Ana et Salirosa. Nous avons retrouvé le nom de Salvaga, quant à celui de Santa Ana, nous l’avons repéré 6 fois sur les cartes, mais seulement entre 1569 et 1600.

21 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 196.

22 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 162.

23 Cf. Gilbert Chinard, L'exotisme américain dans la littérature française au XVIe siècle d'après Rabelais, Ronsard, Montaigne, etc., Paris, Librairie Hachette et Cie, 1911, p. 66-67.

24 Nous ne l'avons repérée que sur une reproduction de la carte d'Andrea Bianco (datant de 1448), dans Louis-André Vigneras, "La búsqueda del paraíso y las legendarias islas del Atlántico", Cuadernos Colombinos no 6, Casa-Museo de Colón - Seminario de Historia de América de la Universidad de Valladolid, 1976, p. 49. Cf., également, D. Leite, Hist. Desc., op. cit., p. 341.

25 Cf. Charles de La Roncière, Histoire de la Marine française, vol. II, Paris, Plon-Nourrit et Cie Imprimeurs-Editeurs, 1914, p. 392.

26 Ibid., p. 391. Ce passage est tiré du "Troisième compte de Jean Lallemant, receveur général des finances de Normandie, en 1483 (Ms. fr. 23 266, pièce 33, orig. ; ms. fr. 20 685, pièce 737, copie. (...)" Cf. n. no 4.

27 Andrea Benincasa : Carte marine dessinée à Ancône (1470), Londres, British Museum, Add. Ms. 31 318, dans William P. Cumming, R. A. Skelton, David B. Quinn, La Découverte de l'Amérique du Nord, Traduit de l’anglais par Jacqueline et Serge Ouvaroff, Préface d’Yves Berger, Paris, Albin Michel, 1972, p. 40.

28 Cf. R. Thévenin, Pays lég., op. cit., ch. 2, p. 63.

29 Cf. Thomas Johnson Westropp, "Brasil and the legendary islands of the North Atlantic: their history and fable. A contribution to the "Atlantis" problem", dans Proceedings of the Royal Irish Academy, vol. XXX, section C - Archaeology, Linguistic an Literature, Dublin, Hodges, Figgis & Co. Ltd - London, Williams & Norgate, 1912-1913, p. 246.

30 Cf. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part. 2e section, ch. 3, p. 198.

31 L.-A. Vigneras "La búsqueda...”, art. cit., p. 45.

32 Gutierre Díez de Games, El Victorial. Crónica de Don Pero Niño, Conde de Buelna, por su Alférez. Gutierre Diez de Games, Edición y estudio por Juan de Mata Carriazo, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1940, ch. 66, p. 187-188. Díez (ou Díaz) de Games était le second de Pero Niño, le héros de son œuvre.

33 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 188.

34 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 190, p. 474-476.

35 Cf. T. J. Westropp, "Brasil...", art. cit., p. 241 et W. H. Tillinghast, "The Geographical Knowledge...", art. cit., p. 49.

36 Cf. le tableau proposé par J. Mees, Hist. Découv., op. cit., Annexes, p. 140.

37 J. Fonteneau, dit J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 64 v°, p. 192.

38 Cf. T. J. Westropp, "Brasil...", art. cit., p. 246.

39 Alexandre de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 2, section Ie, p. 163. P. Gaffarel, Étude..., op. cit., 2e part., 2e section, ch. 3, p. 198, souligne aussi la longévité de l'île Brasil :
"Le souvenir de cette île errante s'est conservé jusqu'à nos jours dans le Brasil Rock que marquent les cartes anglaises et allemandes, à quelques degrés à l'ouest de l'extrémité la plus australe de l'Irlande."

40 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 41 et Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 398 qui donne "breas-î".

41 Cf. T. J. Westropp, "Brasil...", art. cit., p. 255.

42 P. B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 6, ch. 108, p. 278. Cf., également, Georg Friederici, Amerikanistisches Wörterbuch und Hilfswörterbuch fur den Amerikanisten - Deutsch, Spanisch, English 2. Auflage, Hamburg, Cram, De Gruyter & Co., 1960 (2e éd.), p. 98 (art. "brasil") et André Thevet, Les Singularités de la France Antarctique - Le Brésil des Cannibales au Xe siècle, choix de textes, introduction et notes de Franck Lestringant, Paris, La Découverte - Maspero, 1983, col. "La Découverte" no 68, ch. 59, p. 151.
Sur la confusion qui a pu exister, cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 41.

43 Pour A. de Alcedo, ce serait le contraire. Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr.,op. cit., t. 4, p. 275.

44 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 398.

45 Cf. Douglas R. Mc Manis, European Impressions of the New England Coast 1497-1620, Chicago, The University of Chicago - Department of Geography - Research Paper no 139, 1972, ch. l, p. 11.

46 Cf. Demetrio Ramos Pérez, "Los contactos trasatlánticos decisivos, como precedentes del viaje de Colon", dans Cuadernos Colombinos, no 2 - Casa Museo de Colon, Seminario de Historia de América de la Universidad de Valladolid, 1972, p. 45.

47 Cf. David B. Quinn, "The argument for the english discovery of America between 1480 and 1494”, dans The Geographical Journal, vol. CXXVII, Part. 3, (september 1961), p. 278.

48 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", op. cit., p. 54.

49 Pedro de Ayala, "Dépêche de Pedro de Ayala aux Rois-Catholiques" (25-VII-1498), dans H. Harrisse, J. et S. Cabot..., op. cit., doc. no XIII, p. 329-330.

50 Ruy Gonzales de Puebla, "Dépêche de Ruy Gonzalès de Puebla aux Rois-Catholiques" (25-VII-1498 ?), dans H. Harrisse, J. et S. Cabot..., op. cit., doc no XII, p. 328-329.

51 Nous reproduisons ici le texte publié par Roberto Almagià dans "Sulle navigazioni di Giovanni Cabote", Revista Geografica Italiana, Annata LXVII - Fasc. I, (Marzo 1960), p. 1-12. La lettre, de Johan Day, commence : "Al Senor grande Ammiralio de Castilia" (cf. p. 2-3). R. Almagià précise que L.-A. Vigneras, qui a découvert cette lettre, l'a déjà publiée dans son article "New Light on the 1497 Cabot Voyage to America", Hispanic American Historical Review, vol. XXXVI (1956), p. 503-509.

52 Concolorcorvo [Calixto Bustamante Carlos Inca, dit], El Lazarillo de ciegos caminantes. Desde Buenos Aires hasta Lima, Buenos Aires, Espasa-Calpe S.A., 1946, col. "Austral" no 609, 1ère part., ch. 1, p. 33-34.

53 L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 35-36. Il en signale la présence sur le planisphère d'Herford réalisé par Richard of Haldingham.

54 Le planisphère d'Herford porte la mention suivante : "Las seis islas Afortunadas. Elias son las Islas de Brandan." (Ibid., p. 35-36).

55 Cf. Jacques Bernard, Bernard Boivin, Fernand Braudel (...), Le Monde de Jacques Cartier. L'aventure au XVIe siècle, Montréal, Libre Expression - Paris, Berger-Levrault, avril 1984, p. 98.

56 Cf. J. Le Goff, Civ. Occ. Méd., op. cit., 2e part., ch. "Genèse", p. 101.

57 Cf. Mgr Alfred Baudrillart, P. Richard, U. Rouziès, A. Vogt, Dictionnaire d'histoire et de géographie écclésiastiques (...), Paris, Letouzey et Ané, éditeurs - L. Letouzey, Sucer., 1914, t. 10, p. 533-534 : art. "2. Brendan" de F. O'Briain.

58 Cf. P. Gaffarel, "Les explorations maritimes des Irlandais au Moyen Âge", dans La Revue politique et littéraire. Revue des Cours Littéraires (2e série), t. VIII [t. XV de la Collection], 4e année — 2e semestre (janvier à juillet 1875), (Cours de M. Paul Gaffarel, faculté des lettres de Dijon, Géographie), Paris, Librairie Germer Baillière, 1875, p. 627.

59 Cf. L. Duchesne, "La vie de saint Malo - Étude critique", dans Revue celtique, vol. 11 (1890), Paris, Emile Bouillon, Libraire-Editeur, 1890, p. 1-22, et Dom Guy-Alexis Lobineau et Abbé Tresvaux, Les vies des Saints de Bretagne et des personnes d'une éminente piété qui ont vécu dans cette province (...), t. 2, Du VIIe siècle au XIIIe compris, à Paris, Chez Méquignon Junior, Librairie de la Faculté de théologie, Rue des Grands-Augustins, 9, 1836, p. 44-71. Lobineau précise (p. 44) que saint Malo est aussi appelé Maclou, Macou et Macut, et, en latin, Maclovius, Macliavus, Macutus et Machutes.

60 Cf. E. O'Briain, "Brendan", art. cit., p. 533.

61 Il existe aussi une Vita Sancti Brendant. Cf. L'Introduction" (p. 14) de Brian Merrilees, à Benedeit, Le Voyage de saint Brandan, Texte et traduction de Ian Short, Introduction et notes de Brian Merrilees, Paris, Union Générale d'Editions, 1984, col. "10-18" no 1652, Série "Bibliothèque médiévale".

62 Cf. B. Merrilees, "Introd.", ét. cit., p. 15. D’après O'Briain, "Brendan", art. cit., p. 534 : "Le plus ancien manuscrit que l'on possède de la Navigatio sancti Brendani remonte au début du Xe siècle."

63 Benedeit, Voyage..., op. cit., p. 24-25. L'adaptation de Benedeit est du premier quart du XIIe siècle.

64 Daniel Poirion, Le merveilleux dans la littérature française du Moyen Âge, Paris, P.U.F., 1982, col. "Que sais-je ?" no 1938, ch. 1, p. 13-14.

65 P. Gaffarel semble préférer cette dernière solution, qui nous paraît moins probable que la première. Cf. P. Gaffarel, "Explor. marit....", art. cit., p. 629. Il est, en effet, assez difficile de dater certains contes avec suffisamment de précision.

66 Cf. Histoire de Sindbad le Marin, dans Le Livre des Mille et une Nuits, op. cit., 193e nuit, p. 696.

67 Richard Carrington, Sirènes et mastodontes. Des animaux fabuleux aux monstres de la préhistoire, Traduit de l'anglais par Max Roth, Paris, Robert Laffont, 1957, col. "La Vallée des Rois", ch. 3, p. 73.

68 Cf. Lucien de Samosate, Hist. Vér., op. cit., liv. 1, p. 19-20 et 26-27.

69 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., II, liv. 38, ch. unique, p. 333.

70 Brunetto Latini, El Tesoro-Bestiario, dans The Medieval Castilian Bestiary, éd. Spurgeon Baldwin, Exeter, University of Exeter, nov. 1982, ch. 126, p. 6.

71 Cf. Jean Markale, Les Celtes..., op. cit., ch. 12, p. 402.

72 Ibid., ch. 4, p. 106.

73 Ibid., ch. 12, p. 402.

74 Cité par A. Graf, Miti..., op. cit. vol. 1, ch. 4, p. 97.

75 Cf. A Graf, Miti..., op. cit., vol. 1, ch. 4, p. 114.

76 Cf. Marcelino Menéndez y Pelayo, Orígenes de la Novela, Buenos Aires, Emecé Editores S.A., 1945, col. "Horreó", vol. 1, ch. 4, p. 301.

77 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., n. 29, p. 282-283.

78 Mgr A. Baudrillart..., Dict..., op. cit., t. 2, art. "Amaro", p. 963.

79 Cf. Georg Friederici (Caráter da Descoberta e Conquista da América pelos Europeus, Tradução de Guttorm Hanssen, Rio de Janeiro - GB, Ministério da Educação e Cultura, Instituto Nacional Do Livro, Secção de Publicações, 1967, ch. 4, p. 164) qui signale la présence d'une "ilha de Santo Amaro" près des côtes brésiliennes et d'une "Capitania de Santo Amaro''qui existait également au Brésil.

80 Cf. Eloy Benito Ruano, "La Leyenda de San Borondón. Octava isla canaria", dans Cuadernos Colombinos no 8, Valladolid, Publicaciones de la Casa-Museo de Colon y Seminario Americanista de la Universidad, 1978, p. 7-74. Cet article est la reproduction de "La octava isla "San Borondón" en Canarias", précédemment publié dans Boletín de la Real Sociedad Geográfica, Madrid, t. LXXXVI, 1950, p. 286-308.

81 José de Viera y Clavijo, Noticias de la Historia General de las Islas Canarias, Introducción y notas por Dr. Alejandro Cioranescu.6e éd., Santa Cruz de Tenerife, Goya, 1967, vol. 1, ch. 28, p. 83.

82 Cf. Georges Baudot, La Vie quotidienne dans l'Amérique espagnole de Philippe II - XVIe siècle, Paris, Hachette, 1981, col. "La vie quotidienne", ch. 1, p. 33.

83 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 88. Cf., également, Fray Antonio de Remesal, Historia General de las Indias Occidentales y particular de la Gobernación de Chiapa y Guatemala, Edición y estudio preliminar del P. Carmelo Saenz de Santa María, S. J., Madrid, Ediciones Atlas, 2 vol. (1964-1966), col. "B.A.E." no 175 et 189, vol. 1, liv. 5, ch. 2, p. 335.

84 Cf. J. de Viera y Clavijo, Noticias..., op. cit., liv. 1, ch. 28, p. 83.

85 Cf. L.-X. Eyma, Légendes..., op. cit., t. 1,1, liv. 2, ch. 4, p. 185.

86 Cf. E. Benito Ruano, "La leyenda...", art. cit., p. 73 :
"El 10 de agosto de 1958 el diario "ABC" de Madrid publicaba una crónica de Luis Diego Cuscoy (actual Director del Museo Arqueológico de Santa Cruz de Tenerife), dando cuenta de una nueva aparición de la isla encantada (...)"

87 L'apparition aurait eu lieu le 3 mai, mais on ne sait de quelle année. Cf J. de Viera y Clavijo, Noticias..., op. cit., vol. 1, ch. 28, p. 87.

88 Cf les croquis publiés dans J. de Viera y Clavijo, Noticias..., op. cit., liv. 1, ch. 28, p. 84 et 88.

89 Cf Alexander Von Humboldt, Relation historique du Voyage aux Régions équinoxiales du Nouveau Continent, Fait en 1799, 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 par Al. de Humboldt et A. Bonpland. Rédigé par Alexandre de Humboldt (...), t. 1, A Paris, Chez Gel Dufour et Compie (...) 1814, t. 2, A Paris, Chez Maze, Libraire (...) 1819, t. 3 A Paris, Chez J. Smith, Libraire, (,..)et Gide Fils, Libraire (...),1825. Ed. moderne : Stuttgart, F.A. Brockhaus (...), 1970, t. 1, liv. 1, ch. 2, p. 140-141.

90 Cf. H. Colón, Hist., op. cit., ch. 9, p. 73.

91 Cf. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 294.

92 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 13, p. 48.

93 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Histoire..., op. cit., t. 1, 1e déc., liv. 1, ch. 2, p. 7.

94 Cf. D. Tomás Falkner, Descripción de Patagonia y de las partes adyacentes de la América meridional ; que contiene una razón del suelo, producciones, animales, valles, montañas, nos, lagunas & de aquellos países (...) escrita en inglés por D. Tomás Falkner que residió cerca de 40 años en aquellas partes. Primera edición castellana, Buenos Aires, Imprenta del Estado, 1835, CDA, t. 1, no 4, p. 8.

95 Cf. Francisco Millau y Maraval, Descripción de la provincia del Rio de la Plata v de sus poblaciones, con varias noticias históricas de éstas y de sus moradores, que expresan las particularidades y excelencias de todo el terreno que comprehende ese país, como algunas pensiones a que está sujeto al presente, y el método que puede remediarlas v contribuir a su mayor adelantamiento (...) Ano de 1772, Edición y estudio preliminar de Richard Konetzke, Buenos Aires — México, Espasa-Calpe Argentina S.A., 1947, (2e éd.), ch. 8, p. 93.

96 Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr., t. 1, p. 166 (art. "Borombón (San)”).

97 Ibid., t. 1, p. 129 (art. "Baba") et t. 4, p. 240 (art. "Zamborondón").

98 Cf. Luis Thayer Ojeda, Ensayo de Cronología Mitológica, Valparaíso, Imprenta y Encuademación Roma, 1928, ch. 1, p. 24 et ch. 16, p. 178-179.

99 Cf. A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 2, p. 211. Cité par L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 51.

100 Cf. E. G. R. Taylor, "Imaginary Islands : A problem solved”, dans The Geographical Journal, vol. 130. Pan. 1 (March 1964), p. 105.

101 Cf. G. R. Crone, "The origin of the name Antillia", dans The Geographical Journal, vol. 91, no 3 (march 1938), p. 260-262.

102 Cf. Charles-André Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 6, p. 312, no 2.

103 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 47.

104 Cf. A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 1, section 1ère p. 250.

105 Cité par Sainte-Croix de La Roncière, A la conquête des mers..., op. cit., ch. 1, p. 75.

106 Wilcomb E. Washburn, "Examen critique des questions cartographiques dans la Découverte", dans La Découverte de l'Amérique..., op. cit., p. 80.

107 Juan de Padilla (El Cartuxano), Los Doze Triumphos de los doze Apostoles, fechos por el Cartuxano, professo en Sancta Maria de las Cueuas de Seuilla, Triunfo 5, ch. 6, str. 16, dans Cancionero Castellano del siglo XV, Ordenado por R. Fouché-Delbosc, Madrid, Casa Editorial Bailly-Baillière S.A., 1912, (t. 1) — 1915 (t. 2), col. "Nueva B.A.E." no 19, t. 1, p. 360.

108 Dans E. G. Ravenstein, Martin Behaim, his life and his globe, Londres, 1908, p. 20-22, cité par L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 45.

109 Le texte est donné par A. de Humboldt, Examen crit., op. cit., vol. 5, et la carte est reproduite par J. Winsor, Narrative..., op. cit. vol. 2, ch. 1, p. 115 et vol. 3, p. 8-9. Son titre complet est "Universalior Cogniti Orbis / Tabula / Ex recentibus confecta observationibus / (Fragmentum depromptum / ex ed. Geogr. Ptolemaei. Romae 1508 / in folio).
Une autre carte de J. Ruysch, datant de la même année, est reproduite par Rolando A. Laguarda Trias dans son ouvrage : El Predescubrimiento del Rio de la Plata por la expedición portuguesa de 1511-1512, Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar, 1973, Agrupamento de Estudos de Cartografia Antigua, no 13, Secção de Lisboa, p. 16-17. Nous y retrouvons — à quelques détails près, qui ne modifient pas le fond du texte — la même explication.

110 Eustache de la Fosse, Voyage à la Côte occidentale de l'Afrique, en Portugal et en Espagne (1479-1480), éd. R. Fouché-Delbosc, dans Revue Hispanique, 1897, p. 174-201.

111 Ibid., p. 189.

112 Cf. H. Colón, Hist., op. cit., ch. 9, p. 74.

113 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 2, p. 20.

114 Cf. J. de Solórzano y Pereyra, Polit. Ind., op. cit., liv. 1, ch. 5, par. 20, p. 56.

115 Cf. Fray Jerónimo de Mendieta, Historia eclesiástica indiana, Estudio preliminar y edición de Francisco Solano y Pérez-Lila, (2 vol. ), Madrid, éd. Atlas, 1973, col. "B.A.E." no 260-261, vol. 2, liv. 4, ch. 23, p. 60-61.

116 Cf. P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 1, p. 3.

117 Cf. R. P. Touron, Hist. Gén. op. cit., t. 1, Dissertation, p. XXXVII-XXXVIII.

118 Manuel de Faria y Sousa, Epítome de las Historias Portuguesas, 2 vol., Madrid, 1628. Cité par William H. Babcock, "The Island of the Seven Cities", dans The Geographical Review (New-York - The American Geographical Society), vol. VII, no 1 (January, 1919), p. 101.

119 R. P. Touron, Hist. Gén. op. cit., t. 1, Dissertation, p. XXXVIII.

120 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 2, p. 20.

121 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit. t. 1, liv. 1, ch. 13, p. 48.

122 Ibid. t. 1, liv. 1, ch. 12, p. 46. Ce texte est également cité par H. Colón, Hist., op. cit., ch. 8, p. 69. Voir à ce sujet, H. Vignaud, La Lettre... op. cit.

123 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 1, p. 3.

124 Cf. F. Morales Padrón, El descubrimiento... (Gran Encic t. IV), op. cit., ch. 2, p. 29. Pour le globe de M. Behaim, voir plus haut.

125 Texte cité par E. Benito Ruano, "La leyenda...", art. cit., p. 57-59.

126 Ibid., p. 57.

127 Cf. F. Morales Padrón, El descubrimiento... (Gran Encic..., t. IV), op. cit., ch. 2, p. 29.

128 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 2, p. 20-21.

129 Cf. D. Leite, Hist. Desc., op. cit., vol. 1, liv. 1, p. 357.

130 Cité par D. Ramos Pérez, "Los contactos… art. cit., p. 35.

131 Dulmo était d'origine flamande. Ce nom est probablement la traduction du nom flamand "Van den Olm", nous signale J. Mees, Hist. Découv., op. cit., 2e part., ch. 1, p. 94, n. 1

132 Cf. Carta de El-Rei D. João II, de confirmação do contrato feito entre Fernão Dulmo. que ía por mandado de El-Rei a descobrir a ilha das Sete Cidades, partindo da ilha Terceira, e Joâo Affonso do Estreito, ácerca de qualquer ilha ou ilhas ou terra firme que o primeiro achasse. (24-VII-1486), ATT, Chanc. de D. João II. liv. 4, fol. 101 v°. Texte publié par José Ramos Coelho, Alguns documentas do Archiva Nacional du Torre do Tomba, Lisboa, Imprensa Nacional, 1892, p. 58-61 (cote BNL . HG 5044 A).

133 Un deuxième texte, publié par J. Ramos Coelho, à la suite de celui-ci (p. 61-63), concerne, pour la même affaire "Jeham Affomsso do Estreyto." Il reprend, en partie, la première carta.

134 Dans Vicomte de Santarem, Essai sur l'Histoire de la Cosmographie et de la Cartographie pendant le Moyen Âge, et sur les Progrès de la Géographie après les Grandes découvertes du XVe siècle, pour servir d'introduction et d'explication à l'Atlas composé de mappemondes et de portulans, et d'autres monuments géographiques, depuis le VP siècle de notre ère, jusqu'au XVIIe (...) Paris, Imprimerie Maulde et Renou, 1849 (2 t. en un seul vol. ), t. 1, p. 333.

135 Cité par Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 101-102.

136 J. Locke, Histoire de la Navigation, son commencement, son Progrès & ses Découvertes jusqu'à présent. Traduit de l'Anglais. Le Commerce des Indes Occidentales. Avec un Catalogue des meilleures Cartes Géographiques & des meilleurs Livres de Voyages, & te caractère de leurs Auteurs. A Paris, Chez Etienne Ganeau (...) MDCCXXII (...), vol. 1, p. 78.

137 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dont., op. cit., t. 1, liv. I, p. 68.

138 Certainement un dragonnier dont certains exemplaires subsistent encore de nos jours.

139 Texte cité par J. de Viera y Clavijo, Notifias..., op. cit., liv. 2, ch. 7, p. 142-143.

140 Cf. J. de Viera y Clavijo, Notifias..., op. cit., liv. 4, ch. 18, p. 340.

141 Ibid., liv. 2, ch. 7, p. 144.

142 J. de Padilla (El Cartuxano), Los Doze Triumphos..., op. cit., Triumpho 5, ch. 8, str. 6, p. 364.

143 Cf. P. Martyr Anghiera, De Orbe Nova, op. cit., 1e déc., ch. 1, p. 19.

144 Cf. Antonio Pigafetta, Premier voyage autour du monde par Magellan (1519-1522), Mis en français moderne et commenté par Léonce Peillard, Paris, Union Générale d'Editions, 1964, col. "Le monde en 10-18", p. 92. Cf., également, E. Charton, Vovageurs..., op. cit., t. 3, p. 275.

145 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., I, liv. 2, ch. 9, p. 36 et liv. 6, ch. 12, p. 172.

146 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., 1.1, liv. 1, ch. 20, p. 78-79.

147 Cf. P. Ordóñez de Ceballos, Viaje.., op. cit., liv. 3, ch. 4, p. 300.

148 Cf.-les nombreuses références qui figurent dans J. de Viera y Clavijo, Notifias..., op. cit.

149 Thomas Nicols, A description of the fortunate Ilands, otherwise called the Ilands of Canaria, with their strange fruits and commodities: composed by Thomas Niçois English man, who remained there the space of seven yeeres together, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 4, p. 23-32.

150 Sir John Hawkins, Sir John Hawkin's Second Voyage to the West Indies, 18 th. October 1564 - 20 th. September 1565, dans C. Raymond Beazley, F.R.G.S., Voyages and Travels mainly during the 16 th. and 17 th. Centuries, with an introduction by C. Raymond Beazley, F.R.G.S. (...), Westminster, Archibald Constable and Co. Ltd, 1903, vol. I, p. 31-80.

151 L. Morery, Le Grand Dict..., op. cit., t. 2, p. 47-48.

152 Cf. Fray Benito Jerónimo Feijoo y Montenegro, Obras escogidas (...), Madrid, M. Rivadeneyra, impresor-Editor (...), vol. 1, 1863, (vol. 2-3-4, éd. Atlas), col. "B.A.E." no 56-141-142-143. Voir le Teatro Crítico, disc. 2, par. 8 (Historia Natural), vol. 2, p. 125 et surtout l'llustración Apologética (...) (Historia Natural), vol. 4, p. 268-270.

Table des illustrations

Légende No 2 – A gauche, détail de la carte de Fr. Pizigani (1367).– A droite, détail de la carte d'Andrea Bianco (1436).Cartes reproduites dans Allgemeine Geographische Ephemeriden, Weimar, 1807, vol. XXIV, p. 248.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search