Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Première partie : Le prélude

Chapitre II. De lointaines légendes

Texte intégral

  • 1 Cf. Jean Delumeau, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles). Une cité assiégée. Paris, Fayard, 19 (...)
  • 2 Cf. Jurgis Baltrusaitis, Le Moyen Âge fantastique. Antiquités et exotismes dans l'art gothique, Pa (...)

1Le legs de l'Antiquité est fort estimable, mais le Moyen Âge a su créer, lui aussi, un monde merveilleux. Il a peuplé, à son tour, les confins de son univers de monstres et de merveilles et rêvé de pays fabuleux où sourd l'eau de Jouvence, où l'or et les pierreries abondent, où vivent les animaux les plus étranges. Il fallait bien oublier la faim, la peur, la peste et mille autres malheurs1. L'homme du Moyen Âge avait grand besoin de se réfugier dans le rêve. Ses légendes et ses fantaisies — dit Jurgis Baltrusaitis — ont été alimentées par deux sources principales : l'Antiquité classique et l'Orient2.

1 - L'Asie fabuleuse

2L'Orient ? On le connaissait bien mal ! On ne pouvait même pas y situer avec précision le Paradis terrestre qui s'y trouvait, assurément. Mais en dehors de cette certitude, qu’en savait-on ?

3L'Asie, pour l'homme du Moyen Âge, était avant tout une région d’une richesse prodigieuse, le pays de l’or — d’Ophir et de Tarsis — mais aussi des épices et d'incroyables merveilles. Là-bas il y avait, pêle-mêle, des éléphants, la Fontaine de Jouvence, des licornes, des palais aux toits d'or, des perles et le tombeau d'Adam. L’Orient était le pays des légendes par excellence.

4Quinte-Curce avait d'ailleurs déjà signalé, dans ses Histoires, que l'on pouvait y voir beaucoup de richesses et des animaux exceptionnels :

  • 3 Quinte-Curce [Quintius Curtius Rufus], Histoires, Texte établi par H. Bardou (...), Paris, Société (...)

"Des oiseaux y sont dressés à imiter la voix humaine. Ce même pays — il s’agit de l'Inde — nourrit des rhinocéros, sans toutefois leur donner le jour. Les éléphants y sont de force plus grande que ceux qu'on a l'habitude de dompter en Afrique, et leur taille correspond à leurs forces. L'or est charrié par ceux des fleuves dont les eaux paisibles suivent un cours lent et mesuré. La mer déverse sur les côtes gemmes et perles, et c'est essentiellement ce qui enrichit le pays (...)3 "

5C'était l'Inde d'Alexandre le Grand que décrivait Quinte-Curce. Le souvenir des exploits asiatiques de ce héros n'avait pas disparu au Moyen Age. La littérature conservait la mémoire de ses hauts faits. Que lui faisait-on dire dans le fameux Libro de Alexandre ? Que l'Asie était le plus beau pays du monde :

  • 4 El Libro de Alexandre. Texts of the Paris and the Madrid Manuscripts prepared with an Introduction (...)

"Plus grande que toutes les autres est l'Asie, et la meilleure.
Elle est tenue pour bonne, mais devrait être encore mieux considérée.
Les autres devraient lui rendre hommage et l'honorer,
Car c'est là qu'est né don Bacus, notre Rédempteur4."

6Que c'était un pays riche et fertile :

  • 5 Ibid., fol. 17 r°, str. 287.

"(...) Là se trouvent les belles pierreries, jaspes et diamants,
En Inde où se trouvent les grands éléphants,
Où l'on sème deux fois et récolte tout autant5."

7Telle était l’image de l'Asie pour le poète.

  • 6 Cf. Le Livre des Mille et une Nuits, Traduit par le Dr. J.-C. Mardrus, Présentation de Marc Fumaro (...)

8On avait cependant quelques notions plus précises de cette contrée. Les croisés avaient fait connaître le Proche-Orient et l'Islam fut pendant des siècles un lien précieux entre trois continents. Les splendeurs de Cordoue ou de Grenade permettaient de rêver à celles de Bagdad dont les contes musulmans faisaient un si grand cas6.

***

9L'Extrême-Orient, par contre, restait bien mystérieux. Il se manifestait dans le domaine des inventions techniques et grâce à quelques produits exotiques obtenus à grands frais auprès des Arabes : l'Asie c'était aussi le pays des épices dont les Européens étaient si friands. La recherche des épices obséda les découvreurs. Maximiliano Transilvano, évoquant les Moluques, dans sa Relación, ne retient que deux éléments d'importance à propos de ces îles :

  • 7 Maximiliano Transilvano, Relación escrita por Maximiliano Transilvano de cómo y por quién y en qué (...)

"(...) il n'y a que deux choses remarquables chez eux, à savoir : une paix, une quiétude infinie, et des épices en abondance (...)7"

10Puis il fustige l'attitude des Espagnols :

  • 8 Ibid., par. 17, p. 577.

"Cependant la deuxième-les épices-nous contraint, à cause de notre avarice sans mesure mais aussi de notre insatiable gloutonnerie, à les aller chercher dans ce monde nouveau et inconnu, sans tenir compte des dangers et des périls de la vie8."

  • 9 L'appellation était fréquente. Nous la retrouvons, par exemple, chez Hernán Cortés, Quinta Carta-R (...)
  • 10 Cf. Cristóbal Colón, Primer Viaje, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, (...)
  • 11 Cf. Lagarto, Letter from Lagarto to John the Third, King of Portugal (22-1-1539 ?) - ATT, Corpo Ch (...)

11Cette "insatiable gloutonnerie" permet de comprendre que de nombreux voyages aient eu pour but les épices ("la Especiería"). Le produit lui-même avait plus d'importance que le nom de son pays d'origine9. Les conquistadores, à l'imitation de Colomb, ne présentaient-ils pas aux indigènes leurs échantillons de cannelle10 ? Même Jacques Cartier recherchait les épices au Canada, d'après une lettre de l'espion Lagarto au roi du Portugal11 ! Enfin, n'oublions pas que l'Amérique du Sud fut dotée d’un País de la Canela.

  • 12 Cf. Arturo Graf, "Il mito del Paradiso Terrestre", dans Miti, Leggende e superstizioni del Medio E (...)

12Mais malgré les investigations effectuées en Amérique ou en Afrique, le domaine privilégié des épices restera toujours l'Asie. D'autant plus que — d'après Arturo Graf — les épices étaient considérées comme des produits venant du Paradis terrestre, qui se trouvait... en Asie12.

  • 13 Cf. Jean-Paul Roux, Les Explorateurs du Moyen Âge, Paris, Fayard, 1985.
  • 14 Claude Kappler, Monstres, Démons et Merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1980, col. "Le (...)
  • 15 Cf. John Maundeville [et Frier Odoricus], The Voiage and Travayle of Syr John Maundewille Knighl w (...)
  • 16 Cf. C. Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 2, p. 50.

13Les épices étaient des produits rares, aussi étranges que les pays d'où ils provenaient. Et les quelques voyageurs occidentaux qui avaient pris contact avec l'Orient ne manquaient pas de raconter les merveilles qu'ils y avaient admirées13 "Jean du Plan Carpin — dit Claude Kappler —, à son retour de Tartarie, avait engagé, en 1247, une véritable tournée de conférences en France14." Certains, comme Odoric de Pordenone ou Jean de Mandeville, écrivaient le récit de leur voyage15. Ce dernier, qui propose son Voyage d'Outremer, en 1356, ne semble pas avoir circulé autant qu'il le disait. Peu importe d'ailleurs qu'il soit le "voyageur en chambre" que l'on prétend16. Son récit nous intéresse parce qu'il est en parfaite correspondance avec l'idée que l'on se faisait de l'Asie en Europe Occidentale. Le succès qu'il obtint le prouve amplement. Voyons quelques-uns des titres de ses chapitres :

  • 17 Juan de Mandavila, Libro..., op. cit., p. 126-129. Signalons aussi que l'œuvre de Mandeville est a (...)

"Chapitre XLIX.

D’un pays où l'on mange les serpents.

Chapitre L.

Où l'on trouve des gens qui ont une tête de chien, et du plus beau rubis du monde

Chapitre LI.

Des serpents et des pierres précieuses qui se trouvent dans le lac d'Adam.

Chapitre LII.

D'un pays où l'on s'entre-tue à cause des déclarations de l'idole17."

14On pourrait multiplier les exemples. Mandeville nous montre bien dans son œuvre que l'Asie était considérée comme une contrée exceptionnelle dont la "monstruosité" fascinait les Européens. Christophe Colomb, lui aussi, fut victime de ces préjugés. Et d'autres lui emboîtèrent le pas !

***

  • 18 Marco Polo, Le Devisement du Monde. Le Livre des Merveilles, Texte intégral établi par A.-C. Moule (...)
  • 19 Il partit de Venise en 1271, avec son père (Nicolo Polo) et son oncle (Maffeo). Il ne rentra qu'en (...)
  • 20 Cf. A. Toussaint, Hist., op. cit., ch. 2, p. 30.
  • 21 Cf. M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., 1ère part. ch. 3, p. 43.
  • 22 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 192, p. 483. L'oiseau "Rokh" apparaît dans l'Histoi (...)
  • 23 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 1, ch. 41-43, p. 111-116. Le Vieux de la Montagne avait en (...)

15Nous ne retrouvons pas chez Marco Polo les excès délirants qui caractérisent l'œuvre de Jean de Mandeville. Le Devisement du Monde a une tout autre densité18. Marco Polo connaissait bien la Chine — où il vécut de nombreuses années —, l'Asie du Sud-Est, l’Océan Indien et l’Inde qu'il visita lors de son voyage de retour19. Observateur précis des pays et des peuples, doté d'une immense curiosité, il mérite bien le surnom d'"Humboldt du XIIIe siècle" que lui a donné V. A. Malte-Brun20. Marco Polo cherche surtout à intéresser le lecteur, à lui faire partager son émerveillement. D'ailleurs le sous-titre de l'œuvre n'est-il pas : Le Livre des Merveilles ? Christophe Colomb, qui possédait un exemplaire du récit de Marco Polo, a dû en savourer longuement tous les détails21. Le Livre des Merveilles sacrifie, bien entendu, au goût de l'époque. On y retrouve le griffon-oiseau Roc cher aux conteurs arabes22, et le "paradis" du Vieux de la Montagne23, mais aussi des monstres, comme ces étranges habitants de l'ile d'Angaman à propos desquels il nous dit :

  • 24 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 173, p. 422.

"Or sachez très véritablement que les hommes de cette île ont tous une tête de chien, et dents et yeux comme chiens ; et vous n'en devez douter, car je vous dis en bref qu’ils sont du tout semblables à la tête de grands chiens mâtins24."

16Mais l'Asie de Marco Polo est aussi dans ses impressionnantes descriptions de la cour du Grand Can et de la richesse des édifices. On comprend aisément que les Européens aient rêvé de terres lointaines après avoir lu des passages tels que celui-ci qui concerne le Japon :

  • 25 Ibid., t. 2, ch. 160, p. 397. Précisons que M. Polo n'a pas visité le Japon.

"Et vous dis donc qu'ils ont tant d'or que c'est chose merveilleuse, comme je vous l'ai dit, et qu'ils ne savent qu’en faire. Aussi vous conterai une grande merveille d'un palais du seigneur de cette île, selon ce que disent les hommes qui connaissent le pays. Je vous dis tout vraiment qu’il a un grandissime palais tout couvert de plaques d'or fin. Tout comme nous couvrons notre maison de plomb, et notre église, de même ce palais est couvert d'or fin, ce qui vaut tant qu'à peine se pourrait compter, et qu'il n'est personne dans le monde qui le pourrait racheter. Et encore vous dis que tout le pavage des chambres, dont il y a bon nombre, est lui aussi d'or fin épais de bien plus de deux doigts. Et toutes les autres parties du palais et les salles, et les fenêtres, sont aussi ornées d'or. Je vous dis que ce palais est d'une richesse si démesurée, que serait trop grandissime merveille si quelqu'un pouvait en dire la valeur25."

17L'Asie apparaissait donc, au Moyen Âge comme une contrée fabuleuse, étrange, envoûtante, où l'or, les pierreries et les épices semblaient attendre l'arrivée des Européens. L'Orient attirait comme une "pierre aimant". Encore fallait-il pouvoir y parvenir !

2 - Le royaume du Prêtre-Jean

18Grâce au livre de Marco Polo, on pouvait avoir, à la fin du Moyen Âge, quelque idée de la puissance du Grand Can. Mais cet empereur n'était pas le seul personnage important de l'Orient. Une autre silhouette apparaît dans les chapitres du Livre des Merveilles : celle du Prêtre-Jean. Le mystérieux Prêtre-Jean qui se manifestait depuis plus d'un siècle !

  • 26 Ferdinand Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Notes et Appendice, p. 179.

"Parmi les récits merveilleux qui ont eu cours durant le Moyen Âge, il n'est peut-être pas un mythe plus généralement répandu que celui du Prêtre-Jean — déclare Ferdinand Denis — ; non-seulement il circule dans toute l'Europe, mais il frappe toutes les imaginations, et s'il agrandit le cercle des fictions poétiques qui s'étendent jusqu'à la renaissance, à l'imitation des grandes traditions fabuleuses de l'antiquité, il contribue dès l'origine à étendre le champ des découvertes dans le monde réel26."

  • 27 Cf. Jacques Le Goff, La Civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1982, (1ère éd. Ar (...)
  • 28 On retrouve ce souverain mentionné dans la 1ère partie de Don Quichotte, ch. 47, p. 429. Nous util (...)

19Ce curieux souverain régnait, disait-on, sur un royaume riche et lointain ; il luttait contre les musulmans, ces mêmes infidèles que l’Europe entière combattait. Cet allié potentiel pourrait être la "botte secrète" de la Chrétienté, l'appoint indispensable pour écraser l'Islam27. D'où l'immense popularité de la légende du Prêtre-Jean28.

  • 29 La représentation cartographique de l'univers était pratiquement inexistante aux XIIe et XIIIe siè (...)

20Il ne restait donc qu'à prendre langue. Mais où ? Le Prêtre-Jean habitait les Indes ! Lesquelles ? Car il y avait trois Indes, que l'on distinguait mal à vrai dire29. On s'accordait toutefois sur le classement suivant, que rappelle Henry Vignaud :

  • 30 Henry Vignaud, La lettre et la Carte de Toscanelli sur la route des Indes par l'Ouest adressées en (...)

"Au moyen âge, la dénomination d'Inde avait un sens très vague et très variable. On reconnaissait plusieurs Indes. Il y avait l'Inde supérieure, dite aussi troisième et antérieure, qui était au-delà du Gange ; l'Inde moyenne ou secondaire, comprise entre l'Indus et le Gange et l'Inde première ou moyenne qui embrassait l'Arabie, l'Abyssinie, ainsi que toute la région de la mer Rouge30."

  • 31 Cf. Duarte Leite, "O preste Joào das Indias", dans História dos Descobrimentos - Colectânea de esp (...)

21Dans ces conditions, le royaume du Prêtre-Jean fut placé, successivement, en Ethiopie, en Chine, en Mongolie, en Inde, en Perse, puis une nouvelle fois en Ethiopie31. Il est vrai que la légende a vécu au moins quatre siècles !

  • 32 Cf. De Larenaudière, [Analyse critique de la] "Collection des voyages et découvertes des Espagnols (...)
  • 33 Cf. F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Notes et Appendice, p. 180.
  • 34 Cf. Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l'Afrique Noire. D'Hier à Demain, Paris, Hatier, 1972, ch. 6, par (...)
  • 35 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., p. 185-205. Nous utilisons ce "document" dans les lignes (...)

22On aurait repéré ce prêtre-roi exceptionnel dès le début du XIIe siècle32. D'après F. Denis, il n'apparaîtrait que vers 1145, signalé à l'attention du pape Eugène III par l'évêque de Gabala33. Cependant, la date la plus "sûre" semble être 1165. Cette année-là, une lettre apocryphe envoyée par ce mystérieux souverain serait parvenue à l'empereur de Byzance, Manuel Comnène34. Cette missive a été abondamment reproduite. F. Denis publie le texte intégral de la version française dans son ouvrage Le Monde Enchanté35.

23Que nous apprend ce "document" ? Le Prêtre-Jean régnerait, d'après ce texte, sur quatre régions, trois d'entre elles étant constituées par les Indes. Le pays, riche, est peuplé d'animaux étranges tels les "grifons", les "oliflans" (éléphants), l'oiseau "fénix" — "lequel vit cent ans" — et la "lycorne". Certains sujets du Prêtre-Jean sont bizarres. Près de la rivière Piconye se trouvent des gens "aussi petiz comme ung enfant de sept ans", et dans la région de "Feminie la Grant" vivent trois reines qui peuvent mobiliser des armées de "cent mille femmes". Les pierres précieuses abondent dans le fleuve Ydonis, qui "vient de paradis terrestre", et les eaux d'une "fontayne" merveilleuse rajeunissent celui qui s'y baigne : "s'il est en le age de cent ans ou de mille, il retourne en le age de trente et deux ans ". Nous pourrions citer bien d'autres merveilles car il y a dans cette lettre une accumulation considérable de croyances médiévales. Retenons simplement deux autres exemples qui intéressent directement notre propos : l'apôtre saint Thomas — celui qui fut chargé d'évangéliser les Indes — "presche une foys l'an corporellement en son église", et le Prêtre-Jean habite un palais fabuleux qui est ainsi décrit :

  • 36 Ibid., p. 203-204.

"Premièrement les paroys sont de cristal et la couverture de dessus est de pierres précieuses, et par dedans est aourné d'estoilles en semblance de celles des cieulx, et le pavement est cristal, et au dit palaix ne trouverez fenestre ne porte. Et dedans le palaix a vingt et quatre pilliers d'or et de pierres précieuses de toutes manières36."

***

  • 37 Le Nestorianisme avait été condamné par le concile d’Ephèse en 431.
  • 38 M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 1, ch. 64, p. 155-156.

24La présence de chrétiens nestoriens en Asie37 et de coptes en Ethiopie a certainement favorisé l'apparition de la légende du Prêtre-Jean. Comme le Livre des Merveilles de Marco Polo avait eu un succès prodigieux, au XIIIe siècle, on plaçait le royaume du Prêtre-Jean en Asie. Notre Vénitien consacrait, en effet, un long passage à ce mystérieux souverain, suzerain incontesté des Tartares qui lui donnaient le nom d"'Uncan" ('le Grand Sire') et lui payaient un tribut38.

  • 39 Ibid. t. 1, ch. 64, p. 156.

"C'était le Prêtre-Jean — nous dit M. Polo — dont le monde entier raconte la grande puissance39."

  • 40 Ibid., t. 1, ch. 68, p. 161.
  • 41 Ibid., t. 1, ch. 68, p. 161-162.

25Ce qui nous montre bien que la légende était déjà très populaire. Marco Polo narre également une bataille qui eut lieu entre les troupes du roi-prêtre et celles de "Cinghis Can"40. Ce dernier parvint à vaincre le Prêtre-Jean qui "fut occis en cette bataille", et — ajoute M. Polo — "de ce jour en avant, perdit sa terre que Cinghis Can alla conquêtant partout, et il prit sa fille pour femme41."

26Chez Jean de Mandeville nous retrouvons cette dernière "information" quelque peu modifiée : il s'agit d’un double mariage :

  • 42 Juan de Mandavila, Libro..., op. cit, liv. 2, ch. 63, p. 165.

"Cet empereur prend pour femme la fille du grand Khan, et le Grand Khan épouse sa fille42."

27Mandeville présente également le Prêtre-Jean comme un riche souverain chrétien — hérétique — vivant en Asie :

  • 43 Ibid., liv. 2, ch. 63, p. 165.

"Au pays du Prêtre-Jean il y a abondance de perles et de pierres précieuses. Il y a aussi beaucoup d'autres choses qu'il serait trop long d'évoquer ; mais je vous entretiendrai de quelques-unes des plus remarquables, touchant à son état et à ses lois.
Cet empereur nommé Prêtre-Jean est chrétien, tout comme la plupart des habitants de son pays. Néanmoins ces gens ne croient pas à tous les articles de notre foi (...)43"

28Puis il évoque les armées du Prêtre-Jean et son merveilleux palais.

29Quand on sait l'intérêt que porta Christophe Colomb aux œuvres de Marco Polo et de Jean de Mandeville, on ne peut s'étonner de l'empressement qu'il mit à rechercher le royaume du Grand Can.

***

30Malgré les "renseignements" qu'il était possible de glaner dans les récits des voyageurs, ce royaume restait tout de même bien mystérieux comme le reconnaît le R. P. Ieronymo Lobo :

  • 44 R. P. Ieronymo Lobo, Relation du R. P. leronymo Lobo de l'Empire des Abyssins, Des Sources du Nil, (...)

"Il y a tant d'Historiens qui ont parlé d'un Prince Chrestien tres-puissant dans les Indes Orientales, que l'on ne sçauroit douter qu'il n'ait esté, quoique nous ne puissions rien dire maintenant ni de ce Prince, ni de l'étenduë de son Empire44."

  • 45 Joaquim Bensaúde, Lacunes et surprises de l'Histoire des Découvertes maritimes, 1ère Partie, Coimb (...)

31Mais au XVe siècle, c'est plutôt sur le continent africain que l'on situait le domaine du Prêtre-Jean. L'Europe Occidentale essaya alors d'établir des rapports solides avec L'Ethiopie. Echanges de lettres et d'ambassadeurs étaient fréquents, comme le démontre la liste chronologique de ces contacts officiels, établie par Joaquim Bensaude, qui en enregistre une vingtaine entre 1391 et 149845. Les Portugais, surtout, qui s'intéressaient beaucoup à l'Afrique, voulaient avoir des relations suivies avec le pays de ce puissant souverain.

  • 46 J. F. Lafitau, Hist. Découv., op. cit., t. 1, p. 48.

"Il y avait quelques années — nous dit Lafitau — que sur les prémieres notices que le Roi [João II] avoit eu du Prêtre-Jean, il s'étoit mis en devoir de le faire chercher par mer & par terre, jusques à ce qu'il l'eut trouvé46."

  • 47 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. lnd., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 27, p. 100.
  • 48 Diogo do Couto, Década Quinta Da "Ásia", Texte inédit, publié d’après un manuscrit de la bibliot (...)
  • 49 J. F. Lafitau, Hist. Découv. op. cit., t. 2, p. 74-75.

32Ce sont les Portugais qui ont commencé à le rechercher dans cette partie du monde, sur la foi de renseignements peu sûrs47. Encouragés par les rumeurs qui circulaient, par cette "nouvelle confuse qui se répandait dans l’Europe entière" comme l'écrit Diogo do Couto dans sa cinquième décade, Da ãsia48, ils décidèrent d'envoyer deux explorateurs vers ces fameuses contrées. Le 7 mai 1487, Pero da Covilhã et Afonso de Paiva quittèrent Santarém avec leurs lettres de créance. Seul le premier parvint au but après un long périple : il était arrivé au royaume du "Grand Negus". Alors, au Portugal, on eut la conviction que l'empire d'Ethiopie et celui du Prêtre-Jean ne faisaient qu'un. Et, comme le souligne Lafitau, "il faut avouer que tous les signaux se rapportent"49. Mais le doute a pu subsister dans de nombreux esprits.

***

  • 50 Cf. Fr. T. de Benavente [Motolinía], Memor., op. cit., 2e part. ch. 13, par. 799-800. Niccolo dei (...)

33Le Prêtre-Jean n'a, à notre connaissance, jamais été signalé en Amérique avec son nom traditionnel. Mais l'Asie, où certains — dont Marco Polo — plaçaient son lieu de résidence, était, pour de nombreux hommes du XVIe siècle, reliée au continent américain. Pourquoi Motolinía insisterait-il alors sur l'étrange ressemblance qui existerait entre les "vacas de Cíbola" (les bisons) et des animaux décrits par Marco Polo ? Pourquoi ferait-il appel, après avoir évoqué l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado en Amérique du Nord, dans la région de Cíbola, à Marco Polo et Nicolo de Conti, cet autre grand voyageur vénitien qui était allé en Asie50 ? Le rapprochement est frappant. Et l'on trouve de bien curieuses correspondances entre un étrange souverain de Quivira, une ville mystérieuse placée au nord-ouest de la Nouvelle-Espagne et le fameux prêtre-roi des Indes. Francisco López de Gómara rapporte ainsi les informations obtenues par les membres de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado dans le pays de Tiguex :

  • 51 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 288.

"C'est là-bas qu'ils eurent des informations sur Axa et Quivira, où l'on disait que résidait un roi nommé Tatarrax, barbu, chenu, riche et ceint d'un braquemart, qui priait avec un livre d'Heures, adorait une croix d'or et une statue de femme, reine du Ciel. Cette nouvelle remplit de joie et encouragea l’armée, quoique certains la tinssent pour fausse et inventée par les religieux51."

  • 52 Cf. Alexandre de Humboldt, Examen critique de l'histoire de la géographie du nouveau continent, et (...)
  • 53 Cf. F. Lόpez de Gόmara, Hist. Vict., op. cit., 1, p. 288.

34L'intervention des religieux ("frailes”) est ici manifeste, mais auraient-ils inventé un tel personnage si l’idée de l’Asie toute proche et, par conséquent, celle de l'existence du Prêtre-Jean n'avaient point hanté l'esprit des soldats ? Auraient-ils donné des détails aussi précis sur les pratiques religieuses du célèbre Tatarrax ? Nous reviendrons plus tard sur ce personnage. Soulignons cependant ici cette ressemblance avec le Prêtre-Jean qu'Alexandre de Humboldt avait déjà remarquée52. Quivira semblait bien voisine de la Chine. D’ailleurs, n'avait-on pas cru apercevoir, au cours de la même expédition des navires chinois le long des côtes du Pacifique53 ?

35La méconnaissance de certaines réalités géographiques a peut-être conduit quelques explorateurs de l'Amérique septentrionale à penser qu'ils pourraient atteindre le riche et mystérieux royaume du Prêtre-Jean. Mais il y avait tant de riches et mystérieux royaumes à "découvrir" sur le continent américain !

No 1- L'Europe Occidentale au XVIe siècle.
Détail d’une carte de l'Europe illustrant la Cosmographie Vniverselle de S. Munster et F. de Belle-Forest (Paris, 1575)

Notes

1 Cf. Jean Delumeau, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles). Une cité assiégée. Paris, Fayard, 1978, col. "Pluriel" no 8350 - I.

2 Cf. Jurgis Baltrusaitis, Le Moyen Âge fantastique. Antiquités et exotismes dans l'art gothique, Paris, Flammarion, 1981, col. "Idées et Recherches", p. 7.

3 Quinte-Curce [Quintius Curtius Rufus], Histoires, Texte établi par H. Bardou (...), Paris, Société d'Edition "Les Belles Lettres”, 1947-1948 (2 t.), Collection des universités de France, Publiée sous le patronage de l'association Guillaume-Budé, t. 2, liv. 8, ch. 9, p. 319.

4 El Libro de Alexandre. Texts of the Paris and the Madrid Manuscripts prepared with an Introduction by Raymond S. Willis, Jr„ Princeton, N.J. (U.S.A.), Princeton University Press - Paris, Les Presses Universitaires de France, 1934, Elliott Monographs in the Romance Languages and Literatures - Edited by Edward C. Armstrong, no 32 ; Ms. de Madrid, fol. 17 r°, str. 284.

5 Ibid., fol. 17 r°, str. 287.

6 Cf. Le Livre des Mille et une Nuits, Traduit par le Dr. J.-C. Mardrus, Présentation de Marc Fumaroli, Paris, éd. R. Laffont, 1980, col. "Bouquins", 2 vol.

7 Maximiliano Transilvano, Relación escrita por Maximiliano Transilvano de cómo y por quién y en qué tiempo fueron descubiertas v halladas las islas Molucas, donde es el propio nascimiento de la especiería, las cuales caen en la conquista v marcación de la corona real de España. E divídese esta relación en veinte párrafos principales, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 2, Apéndice de documentas pertenecientes a Fernando de Magallanes y a su expedición al Maluco, doc. no 24, par. 17, p. 577.

8 Ibid., par. 17, p. 577.

9 L'appellation était fréquente. Nous la retrouvons, par exemple, chez Hernán Cortés, Quinta Carta-Relación de Hernán Cortés, al Emperador Carlos V (Tenuxtitan, 3 de Septiembre de 1526), dans H. Cortés, Carias de Relación, Nota preliminar de Manuel Alcalá (...), México, Editorial Porrúa S.A., 1976 (9e éd.), col. "Sepan Cuantos..." no 7, p. 281 : "(...) yo me ofrezco a descubrir por aquí toda la Especiería y otras islas(...)"

10 Cf. Cristóbal Colón, Primer Viaje, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, p. 109 :
"Mostró el Almirante a unos indios de allí canela y pimienta, parece que de la que llevaba de Castilla para muestra, y conosciéronla diz que, y dijeron por señas que cerca de allí había mucho de aquello al camino del Sueste.
Nous nous référerons désormais, pour plus de clarté, aux textes de Colomb publiés par Navarrete. Toute exception sera dûment signalée.
Le titre exact — que nous avons abrégé — donné par Las Casas, au récit de ce premier voyage, est : "Este es el Primer Viaje y las derrotas y camino que hizo el Almirante Don Cristóbal Colón cuando descubrió las Indias, puesto sumariamente, sin el prólogo que hizo a los Reyes, que va a la letra y comienza de esta manera"

11 Cf. Lagarto, Letter from Lagarto to John the Third, King of Portugal (22-1-1539 ?) - ATT, Corpo Chronologico, parte 3a, maço 14, doc. 37, dans H.P. Biggar, A Collection of Documents relating to Jacques Cartier and The Sieur de Roberval, Published by the authority of the Secretary of State under the direction of the Keeper of the Records, Ottawa, Public Archives of Canada, 1930, Publications of the Public Archives of Canada no 14, doc. no 75, p. 78-79.

12 Cf. Arturo Graf, "Il mito del Paradiso Terrestre", dans Miti, Leggende e superstizioni del Medio Evo, Torino, Ermanno Loescher, 1892, vol. 1, ch. 2, p. 29:
"Si credeva che le piante aromatiche, la spezie, i balsami, venissero del Paradiso terrestre, o da luoghi prossimi al Paradiso terrestre, e fatti, in certa misura, partecipi della sua condizione."
Une édition plus récente, en un seul volume, de l'œuvre d'A. Graf a été publiée par la même maison de Torino en 1925.

13 Cf. Jean-Paul Roux, Les Explorateurs du Moyen Âge, Paris, Fayard, 1985.

14 Claude Kappler, Monstres, Démons et Merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1980, col. "Le Regard de l'Histoire", ch. 2, p. 51.

15 Cf. John Maundeville [et Frier Odoricus], The Voiage and Travayle of Syr John Maundewille Knighl with lhe Journall of Frier Odoricus, London & Toronto, Published by J. M. Dent & Sons Ltd. - New York, E. P. Dutton & C°. (Introduction de Jules Bramont: 1928).
Pour Mandeville, nous utiliserons l'éd. de Gonzalo Santonja, cf. Juan de Mandavila, Libro de las maravillas del mundo, Madrid, Visor, 1984, Biblioteca de Obras Raras y Curiosas.

16 Cf. C. Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 2, p. 50.

17 Juan de Mandavila, Libro..., op. cit., p. 126-129. Signalons aussi que l'œuvre de Mandeville est abondamment illustrée.

18 Marco Polo, Le Devisement du Monde. Le Livre des Merveilles, Texte intégral établi par A.-C. Moule et Paul Pelliot, Version française de Louis Hambis, Introduction et notes de Stéphane Yerasimos, Cartes de Pierre Simonet, Paris, François Maspero, 1980, col. "La Découverte" no 21-22, 2 vol.

19 Il partit de Venise en 1271, avec son père (Nicolo Polo) et son oncle (Maffeo). Il ne rentra qu'en 1298.
Cf. Auguste Toussaint, Histoire de l'océan Indien, Paris, P.U.F., 1981, col. "Que sais-je ?" no 1886, et Victor Chklovski, Le Voyage de Marco Polo, Traduit du russe par Marc Slonim, Introduction de K. Kounine, Paris, Payot, 1980, col. "Histoire Payot" no 3.

20 Cf. A. Toussaint, Hist., op. cit., ch. 2, p. 30.

21 Cf. M. Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., 1ère part. ch. 3, p. 43.

22 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 192, p. 483. L'oiseau "Rokh" apparaît dans l'Histoire de Sindbad le Marin, en particulier dans la 306e nuit.
Cf. Le Livre des Mille et Une Nuits, op. cit., t. 1, p. 724.
Ibn Battûta a, également, entendu parler de "l'oiseau monstrueux nommé "Rokkh" au cours de son voyage de Chine en Inde. Il conte ainsi l'anecdote :
"(...) j'aperçus les marins qui pleuraient, se disant mutuellement adieu, et je fis : "Qu'avez-vous donc ?" Ils me répondirent : "Certes, ce que nous avions pris pour une montagne, c'est le Rokkh ; s'il nous voit, il nous fera périr." Il était à ce moment-là à moins de dix milles de la jonque. Ensuite le Dieu très haut nous fit la grâce de nous envoyer un bon vent, qui nous détourna de la direction du Rokkh ; nous ne le vîmes donc pas, et ne connûmes point sa véritable forme."
Cf. Ibn Battûta, Voyages, III-Inde, Extrême-Orient, Espagne et Soudan, Traduction de l'arabe de C. Defremery et B. R. Sanguinetti (1858), Introduction et notes de Stéphane Yerasimos, Paris, F. Maspero, 1982, col. "La Découverte" no 53, ch. 3, p. 346.

23 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 1, ch. 41-43, p. 111-116. Le Vieux de la Montagne avait enclos une montagne et réalisé une sorte d'Eden qu'il destinait à des jeunes gens nommés "assassins". Ces sbires devaient tuer les hommes que désignait le Vieillard. Le "paradis" du Vieux de la Montagne était très attirant car de "belles damoiselles" y attendaient les héros. Odoric de Pordenone parle aussi de ce "Vieillard des Montaignes". Cf. C. Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 3, p. 88.

24 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 173, p. 422.

25 Ibid., t. 2, ch. 160, p. 397. Précisons que M. Polo n'a pas visité le Japon.

26 Ferdinand Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Notes et Appendice, p. 179.

27 Cf. Jacques Le Goff, La Civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1982, (1ère éd. Arthaud (1964), col. "Champs". "Les grandes civilisations", 2e part., ch. 1, p. 124-125.

28 On retrouve ce souverain mentionné dans la 1ère partie de Don Quichotte, ch. 47, p. 429. Nous utilisons l'éd. de Clemencín : Miguel de Cervantes Saavedra, El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, edición IV Centenario adornada con 356 grabados de Gustavo Doré enteramente comentada por Clemencín y precedida de un estudio crítico de Luis Astrana Marín más un índice resumen de los ilustradores y comentadores del Quijote por Justo García Morales. Madrid, Ediciones Castilla S.A., s.d. Cf., également, l'intéressante note de Clemencín, p. 1441-1442.

29 La représentation cartographique de l'univers était pratiquement inexistante aux XIIe et XIIIe siècles et l'on avait une très mauvaise perception de l'espace qui s'étendait au-delà de l'horizon familier. Cf., à ce sujet, J. R. Hale, La Europa del Renacimiento 1480-1520, Madrid, Siglo Veintiuno Editores, 1973, col. "Historia de Europa Siglo Veintiuno", ch. 1, par. 6, p. 55-58.
Rabelais, évoque ainsi le "Prêtre-Jehan, le Roi d'Inde". Cf. Geoffroy Atkinson, Les Nouveaux Horizons de la Renaissance française, Paris, Librairie E. Droz, 1935, II, ch. 1, p. 310.

30 Henry Vignaud, La lettre et la Carte de Toscanelli sur la route des Indes par l'Ouest adressées en 1474 au Portugais Fernam Martins et transmises plus tard à Christophe Colomb. Étude Critique sur l'authenticité et la valeur de ces documents et sur les sources des idées cosmographiques de Colomb. Suivie des divers textes de la lettre de 1474 avec traductions, annotations et Fac-similé, Paris, Ernest Leroux, 1901, 1ère part. (La Lettre), ch. 3, p. 59.

31 Cf. Duarte Leite, "O preste Joào das Indias", dans História dos Descobrimentos - Colectânea de esparsos [du même auteur], Organizaçâo, notas e estudo final de V. Magalhāes Godinho, Lisboa, Ediçōes Cosmos, 1958 (2 vol.), vol. 1, liv. 1, p. 23.

32 Cf. De Larenaudière, [Analyse critique de la] "Collection des voyages et découvertes des Espagnols depuis la fin du quinzième siècle, etc., par M.-F. de Navarette, etc.", dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 40 (1828), p. 86 :
"L'Europe savoit déjà depuis long-temps le nom de cet être mystérieux. Des écrivains du commencement du 12e siècle, tels qu'Albéric d'Aix et Othon de Freisingen le connoissoient déjà sous le nom de prêtre Jean (...)"

33 Cf. F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Notes et Appendice, p. 180.

34 Cf. Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l'Afrique Noire. D'Hier à Demain, Paris, Hatier, 1972, ch. 6, par. 2, p. 205.

35 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., p. 185-205. Nous utilisons ce "document" dans les lignes qui suivent.

36 Ibid., p. 203-204.

37 Le Nestorianisme avait été condamné par le concile d’Ephèse en 431.

38 M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 1, ch. 64, p. 155-156.

39 Ibid. t. 1, ch. 64, p. 156.

40 Ibid., t. 1, ch. 68, p. 161.

41 Ibid., t. 1, ch. 68, p. 161-162.

42 Juan de Mandavila, Libro..., op. cit, liv. 2, ch. 63, p. 165.

43 Ibid., liv. 2, ch. 63, p. 165.

44 R. P. Ieronymo Lobo, Relation du R. P. leronymo Lobo de l'Empire des Abyssins, Des Sources du Nil, de la Licorne, dans Melchisedec Thevenot, Relations de divers voyages curieux, qvi n'ont point esté publiees ; ou qvi ont esté traduites d'Haclvyt, de Purchas, & d'autres Voyageurs Anglois, Hollandois, Portuguois, Allemands, Espagnols ; et de qvelqves persans, Arabes et Avtres Auteurs Orientaux. Enrichies de Figures de Plantes non décrites, d'Animaux inconnus à l'Europe, & de Cartes Géographiques de Pays dont on n'a point encore donné de Cartes. A Paris, De l'Imprimerie de Jacques Langlois, Imprimeur ordinaire du Roy (...) M. DCLXIII. [2e vol. MDCLVI], vol. 2, 4e part., p. 5 (pagination multiple).

45 Joaquim Bensaúde, Lacunes et surprises de l'Histoire des Découvertes maritimes, 1ère Partie, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1930, p. 324-326.

46 J. F. Lafitau, Hist. Découv., op. cit., t. 1, p. 48.

47 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. lnd., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 27, p. 100.

48 Diogo do Couto, Década Quinta Da "Ásia", Texte inédit, publié d’après un manuscrit de la bibliothèque de l’université de Leyde par Marcus De Jong (...), Coimbra, Biblioteca da Universidade, 1936 [1937 sur la couverture], Publicaçōes da Biblioteca Geral da Universidade, Série A - Inéditos, ch.7, fol. 193 b, p. 464.

49 J. F. Lafitau, Hist. Découv. op. cit., t. 2, p. 74-75.

50 Cf. Fr. T. de Benavente [Motolinía], Memor., op. cit., 2e part. ch. 13, par. 799-800. Niccolo dei Conti est un important voyageur qui a séjourné en Asie de 1428 à 1453.

51 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 288.

52 Cf. Alexandre de Humboldt, Examen critique de l'histoire de la géographie du nouveau continent, et des progrès de l'astronomie nautique aux quinzième et seizième siècles (5 vol. non terminés), Paris, Gide, 1836-1839, vol. 2, Section deuxième, p. 243.

53 Cf. F. Lόpez de Gόmara, Hist. Vict., op. cit., 1, p. 288.

Table des illustrations

Légende No 1- L'Europe Occidentale au XVIe siècle.Détail d’une carte de l'Europe illustrant la Cosmographie Vniverselle de S. Munster et F. de Belle-Forest (Paris, 1575)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 721k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search