Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Première partie : Le prélude

Chapitre I. D'antiques présages

Texte intégral

  • 1 Cf. Marianne Mahn-Lot, La Découverte de l'Amérique Paris, Flammarion, 1970, col. "Questions d'Hist (...)

1Les Indes Occidentales... C’est ainsi que l’on nommait, en Espagne, les terres découvertes outre-Atlantique. Cette appellation qui restera en vigueur jusqu'au XVIIIe siècle est un indice remarquable1. Christophe Colomb pensait avoir atteint l'Asie : il était naturel d'évoquer les "Indes". Ces "Indes" avaient été "découvertes" au cours d'un long voyage où l'on avait mis, délibérément, le cap sur l'Ouest. Curieuse situation en vérité, où, paradoxalement, l’Extrême-Orient se retrouvait à l’Occident ! Or ceci est, à nos yeux, d'une importance capitale.

1 - îles des Bienheureux et îles Fortunées

  • 2 Parfois situés également en Asie. Nous aurons l'occasion de revenir sur cette question.
  • 3 Cf. Pierre Grimai, Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, Préface de Charles Picard, Pa (...)
  • 4 Ibid., p. 43 (art. "Apollon") :
    "On représentait aussi Apollon (et surtout l'Apollon Hyperboréen) c (...)

2Pour les civilisations du monde méditerranéen, le Ponant a toujours été une région mystérieuse. Les hommes de l’Antiquité situaient aux confins de leur univers des pays et des peuples étranges. Les Hyperboréens de l'extrême-Nord correspondaient aux Pygmées chasseurs de grues de l'extrême-Sud2. L'Orient, qu'Alexandre le Grand avait à peine exploré restait pour eux une région quasiment inconnue et l'Occident, ce vaste domaine de l'Océan que les embarcations — mal adaptées — ne pouvaient sillonner, semblait leur être interdit à tout jamais. Les colonnes d'Hercule, porte largement ouverte sur un monde inquiétant, ne devaient-elles pas rappeler aux capitaines téméraires qu'il était temps de changer de route ? L'Ouest, c'était le pays où Hélios — le dieu du soleil — se reposait de son harassante course diurne dans un palais d'or, avant de cheminer sous la terre pour reprendre son poste matinal3. L'Ouest, c'était aussi le lieu de séjour des Bienheureux qui peuplaient des îles sur lesquelles régnait Apollon, autre dieu solaire4.

  • 5 Hésiode, Théogonie, Les Travaux et les Jours, Le Bouclier, Trad. par P. Mazon, Paris, 1928. Le tex (...)

"C'est là qu'ils habitent, — nous dit Hésiode — le cœur libre de soucis, dans les îles des Bienheureux, aux bords des tourbillons profonds de l'océan, héros fortunés, pour qui le sol fécond porte trois fois l’an une florissante et douce récolte5."

  • 6 Cf. Justin Winsor, Narrative and Critical History of America, London, Sampson Low, Marston, Searle (...)
  • 7 Cf. Robert Graves: Les Mythes grecs, trad. de l'anglais par Mounir Hafez, Paris, Fayard, 1967 (éd. (...)

3Pour Hésiode, les Champs-Élysées — le paradis de la mythologie grecque — n'étaient que des îles : les îles des Bienheureux6. Ces îles, qui portaient aussi le nom d'îles Fortunées, seraient, en fait, d'après Robert Graves, une sorte de super-Paradis, l'endroit où résidaient les meilleurs parmi les meilleurs7. Elles jouissaient d'un climat idéal, comme le précise Homère :

  • 8 Homère, L'Odyssée, Traduction, introduction, notes et index par Mérédic Dufour (...) et Jeanne Rai (...)

"(...) point de neige, jamais de rigoureux hiver ni de pluie ; toujours les brises de Zéphyr au souffle clair, envoyées par l'Océan, y rafraîchissent les hommes8."

4Lucien de Samosate place dans les îles des Bienheureux un épisode de son Histoire Véritable et donne une description très détaillée des merveilles que l'on y admire. Peut-on rêver d'une introduction plus appropriée au mythe de l'Eldorado que ce récit, de pure fiction, où l'auteur laisse libre cours à son imagination ? Ainsi, écrit-il, dans le Livre second :

  • 9 Lucien (de Samosate), Histoire véritable de Lucien, Traduite et continuée par Perrot d'Ablancourt (...)

"Nous fûmes tous ravis en entrant de voir que la ville étoit d'or, & les murailles d'émeraudes, avec le pavé marqueté d'ébène, & d'ivoire ; les temples des dieux de rubis & de diamans, avec de grands autels d’une seule pierre précieuse, sur lesquels on voyait fumer des Hécatombes. Il y avoit sept portes, toutes de cinamome ; & un fossé d'eau de senteur large de cent coudées, qui n'étoit profond qu'autant qu'il falloit pour se baigner à son aise, Is ne laissoit pas d'y avoir des bains publics d'un artifice admirable, où l'on ne brûloit que des fagots de canelle. L'édifice étoit de crystal, & les bassins, où l'on se lavoit, de grands vases de porcelaine pleins de rosée.9 "

5Lucien évoque aussi l'immortalité des Bienheureux en ces termes :

  • 10 Ibid., liv. 2, p. 35.

"Ils ne vieillissent point, mais ils demeurent toujours à l'âge où ils meurent, hormis que les vieillards y reprennent leur beauté & leur vigueur10."

6C'est là, somme toute, une variante du mythe de la Fontaine de Jouvence ! Mais les îles des Bienheureux semblent avoir été visitées par des mortels. Sertorius y aurait-il abordé ? Plutarque nous le laisse supposer, en donnant de précieuses indications sur la situation et les caractéristiques de ces îles :

  • 11 Plutarque, Vies, t. XIII : Sertorius - Eumène - Agésilas - Pompée, Texte établi et traduit par Rob (...)

" 1 Le vent s'apaisant enfin, il fut porté vers des îles sans eau, disséminées çà et là, où il passa la nuit. Puis il se rembarqua, passa le détroit de Gadeires et gagna vers la droite la partie de l'Espagne qui est au-delà, un peu plus loin que l'embouchure du Bétis, qui se jette dans l'océan Atlantique et qui a donné son nom à la région de l'Espagne qu'il arrose. 2 Là, il rencontra des marins revenus récemment des îles Atlantiques : ce sont deux îles séparées par un bras de mer fort étroit, situées à dix mille stades de la Libye et nommées îles des Bienheureux. 3 Les pluies y sont modérées et rares, et les vents généralement doux et humides, ce qui rend la terre non seulement grasse et bonne pour le labour et les plantations, mais encore riche en fruits qui viennent d'eux-mêmes et qui suffisent, par leur quantité et leur douceur, à nourrir sans peine et sans travail une population oisive. 4 L'air qui règne dans ces îles est sain en raison des variations mesurées de la température des saisons, car les vents du nord et de l'est, qui soufflent de notre continent, ayant à traverser un espace d'une immense étendue, se dispersent et s'épuisent en chemin, tandis que les vents du large, ceux du sud et de l’ouest, qui soufflent autour d'elles, y apportent de la mer des pluies fines et clairsemées, et plus souvent encore des rosées de beau temps qui rafraîchissent la terre et la nourrissent doucement. 5 Aussi la ferme croyance s'est-elle répandue jusque chez les barbares, que là se trouvent les Champs-Elysées et le séjour des Bienheureux, chanté par Homère11."

7Les audacieux marins de l'Antiquité qui s'aventurèrent dans le proche-Atlantique étaient tout naturellement portés à croire que les rivages qu'ils avaient atteints étaient ceux de ces îles des Bienheureux — ou Îles Fortunées — dont la mythologie faisait un si grand cas. D'où l'appellation d'Îles Fortunées que les Canaries conserveront longtemps. Car il s'agit bien des Canaries. Le très sérieux Strabon, qui ne considère ici que l'aspect géographique de la question nous conforte dans cette opinion :

  • 12 Strabon, Géographie, Traduction nouvelle par Amédée Tardieu, Paris, Librairie de L. Hachette et Ci (...)

"Ajoutons — écrit-il — que les îles des Bienheureux sont situées à l'extrémité occidentale de la Maurusie, à la rencontre de laquelle semble s'avancer en quelque sorte l'extrémité correspondante de l'Ibérie : or, si l’on réputait lesdites îles Fortunées, cela n’a pu tenir qu'à leur proximité d'une contrée aussi réellement fortunée que l'était l'Ibérie12.”

  • 13 Pour Louis Morery (Le Grand Dictionaire Historique ou le mélange curieux de l'Histoire sacrée et p (...)

8L’appellation Îles Fortunées se maintint, excitant ainsi l'imagination de nombreuses générations d'Européens13.

2 - Le Jardin des Hespérides

9Mais le Ponant, séjour des Bienheureux, était aussi la région où l'on situait un jardin merveilleux : le Jardin des Hespérides.

"Il n'y a guère de sujet, sur lequel les Poëtes anciens ayent plus donné carriére à leur imagination, que sur celuy des Hespérides."

  • 14 Abbé Massieu, "Dissertation sur les Hespérides", dans Mémoires de l'Académie Royale des Inscriptio (...)

10écrivait, en 1723, l'abbé Massieu dans un mémoire présenté à l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres14.

  • 15 Cf. Pierre Grimai, Dict. de la Myth op. cit., p. 209 :
    "Les Hespérides sont les "Nymphes du Couchan (...)
  • 16 Cf. Abbé Banier, La mythologie et les fables expliquées par l'Histoire (...) A Paris, Chez Briasso (...)

11Les Hespérides, pour certains, étaient les "Nymphes du Couchant", cependant la question était controversée. On n’en connaissait ni le nombre exact ni l'origine précise, toutefois elles étaient souvent considérées commes les filles d'Atlas15. Et l'abbé Banier indique qu'elles portaient indifféremment — d’après Diodore de Sicile — le nom d’Atlantides ou d'Hespérides16. Leur domaine était en général situé à l’Occident, près des Îles des Bienheureux, mais sur ce point également les opinions exprimées étaient très diverses. Quoi de plus naturel, lorsqu'il s’agit d’un mythe ? Robert Graves résume bien ces divergences :

  • 17 R. Graves, Les Mythes grecs, op. cit., t. 2, p. 142. Voir également, à ce sujet, Pacho, "Sur le jar (...)

"On n'est pas d'accord sur le lieu où vivaient les Hespérides : certains disent que c'était sur le mont Atlas, dans le territoire des Hyperboréens, ou sur le mont Atlas en Maurétanie ; ou bien quelque part au-delà de l'Océan ; ou bien dans deux îles près du promontoire appelé cap Occidental qui se trouve près des Hespéries éthiopiennes, aux frontières de l'Afrique17."

***

12Dans le Jardin des Hespérides se trouvaient — d'après le mythe — des pommiers qui produisaient des fruits d'or.

"Sur ses arbres des feuilles qui resplendissaient de l'éclat de l'or couvraient des rameaux d'or et des fruits d'or."

  • 18 Ovide, Les Métamorphoses, Texte établi et traduit par Georges Lafaye... 3e édition revue et corrig (...)
  • 19 Cf. Jean Markale, Les Celtes et la civilisation celtique. Mythe et histoire, Paris, Payot, 1981, B (...)
  • 20 Ibid., ch. 2, p. 53-54.

13écrit Ovide dans ses Métamorphoses18. L'association de la pomme et de l’or est fréquente dans les mythes antiques19. N'oublions pas, de plus, que le pommier est l'arbre du Paradis terrestre. Évoquer un jardin — lieu d'agrément et de plaisir — où croissent des pommiers si remarquables, c’est évoquer l'Eden, le séjour éternel. Les Celtes, qui plaçaient le Paradis dans l'île d'Avalon — nom qui vient du gallois aval, 'pomme'— avaient recueilli cette tradition20. Il n'est donc pas surprenant que le Jardin des Hespérides soit voisin de l'Île des Bienheureux.

  • 21 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., liv. IV, v. 646, p. 117.
  • 22 D’après la Bible, l'Eden était gardé par des chérubins. Cf. Sagrada Biblia, Versión crítica sobre (...)

14Cette région fabuleuse, qui ne pouvait être accessible au commun des mortels, devait être convenablement défendue. De "solides murailles" — nous dit encore Ovide21 — protégeaient les vergers, mais le principal gardien des lieux était un dragon. Tout Eden peut compter sur un féroce protecteur, dragon ou chérubin22. Ce dragon, constamment associé aux pommes d'or, est la représentation symbolique des obstacles difficiles que doit franchir l'être humain qui aspire au bonheur éternel : le Moyen Âge saura s'en souvenir. Seul un homme d'exception pouvait alors parvenir au but et voler les précieuses pommes : Héraclès. Cet exploit est compté pour un de ses douze travaux légendaires. Une fois éliminé par le héros, le dragon dut, pour survivre, trouver une place parmi les constellations de la voûte céleste :

  • 23 Hygin, L'Astronomie, Texte établi et traduit par André Le Boeuffe (...), Paris, Société d'Edition (...)

"Avec son corps immense — écrit Hygin dans L’Astronomie — il apparaît situé entre les deux Ourses. Selon la légende, il gardait les pommes d'or des Hespérides, Hercule le tua et Junon le mit au ciel, car c'est sur son initiative qu'Hercule est allé l'affronter23."

***

15Le mythe du Jardin des Hespérides est d'une richesse considérable. Contentons-nous, cependant, de souligner un détail d'importance : près de ces arbres couverts de pommes d'or paissent des brebis. C'est toujours Ovide qui le précise, en parlant d'Atlas :

  • 24 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., liv. IV, v. 635-636, p. 117.

"Mille troupeaux de brebis et autant de troupeaux de bœufs erraient dans ses pâturages ; il n'avait près de ses terres aucun voisin pour en limiter l'espace24."

16Certains auteurs insistent beaucoup sur les brebis, ce qui déconcerte quelque peu l'abbé Massieu qui reprend leurs propos :

"Paléphate auteur tres-ancien, quoy-qu'on ne sçache pas au juste le temps où il a vescu, prétend qu'on doit l'en croire préférablement à tout autre. On a publié, ditil, beaucoup de choses touchant les Hespérides : mais voicy au vrai ce que c’estoit. (...) Hespérus estait un riche Milésien, qui alla s'establir dans la Carie. Il eut deux filles, nommées Hespérides, qui avoient de nombreux troupeaux de brebis, qu'on appelloit Brebis d'or, à cause de leur beauté. Car il n'y a rien de plus beau que l'or, ajoûte cet auteur. (...) Elles en confioient la garde à un berger, nommé Dracon, (...). Mais Hercule passant par le pays qu'elles habitaient, enleva & le berger et les troupeaux.

  • 25 Abbé Massieu, "Dissertation...", op. cit., p. 29.

Agroétas autre historien, souvent cité par les anciens Scholiastes, & sur tout par celuy d'Apollonius, parle des Hespérides à peu près comme Paléphate. Ce qu'elles gardoient avec tant de soin, dit-il au 3e livre des choses Libyques, ce n'estoit point des pommes, c'estoit des brebis, qu'on appelloit Brebis d'or, à cause de leur beauté surprenante. Et le berger qui en avoit la garde, n'estoit point un Dragon, mais un homme ainsi nommé, parce qu'il avoit la vigilance & la férocité de cet animal. Varron & Servius sont du mesme sentiment25."

17Il est très important, à nos yeux, que cet inaccessible pays de l'or et du bonheur soit associé, dès l'Antiquité, à l'Occident et... aux brebis. Ne nous étonnons pas de cet amalgame qui apparaît également — à peu de chose près — dans le mythe de la Toison d'or que nous évoquerons ultérieurement.

  • 26 Cf. San Isidoro de Sevilla, Etimologías, Edición bilingue, Texto latino, Versión Española y notas (...)
  • 27 Cf. Fernando Sánchez Dragó, Gárgoris y Habidis. Una historia mágica de España, Barcelona, Editoria (...)

18Le souvenir du Jardin des Hespérides resta longtemps dans les mémoires. Nombreux sont les auteurs qui parlent de ce jardin fameux. Isidore de Séville évoque la légende dans ses Étymologies26 mais il est loin d’être le seul écrivain du Moyen Âge préoccupé par ce mythe27. Au XVIe siècle, Gemma Frisius dans ses additions à la Cosmographie de Pierre Apian, défend encore l'existence du merveilleux jardin aux pommes d'or. C'est ainsi qu'il écrit sans sourciller :

  • 28 Pierre Apian [ou Apianus], Cosmographie, ou description des quatre parties du Monde, contenant la (...)

"En cette contrée — la Cyrénaïque — sont les Jardins des Hespérides, qui portent les pommes d'or28."

19Pietro Martyre d'Anghiera, lui, n'évoque plus qu'une lointaine légende, en parlant des îles du Cap-Vert :

  • 29 Pierre Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 1er déc., ch. 3, p. 43.

"Ce sont, à ce que je crois, les Hespérides d'autrefois29."

  • 30 Solórzano parle, en 1648, de "las Islas Hespérides, que oy se dicen de Cabo Verde". Cf. Juan de So (...)
  • 31 Cité par Bailly, Lettres sur l'Atlantide de Platon et sur l'Ancienne Histoire de l'Asie. Pour serv (...)

20Que les îles du Cap-Vert fussent les anciennes Hespérides était une opinion largement répandue aux XVIe et XVIIe siècles30. Cependant, un auteur d'importance, Gonzalo Fernandez de Oviedo, s’obstinait à placer les Hespérides dans les Caraïbes. Il est vrai qu'Hésiode les situait vaguement "au-delà de l'Océan"31... Fernandez de Oviedo aborde plusieurs fois le sujet dans son Historia General y Natural de las Indias, et semble profondément convaincu :

"De sorte que les poètes ne tinrent pour les Hespérides que ces îles de nos Indes (...)"

  • 32 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia General y Natural de las Indias, Edición y Estudio Prelimina (...)

21écrit-il en s'appuyant sur l'autorité d'Isidore de Séville32. Il se refuse nettement à admettre que les Hespérides soient les îles du Cap-Vert :

  • 33 Ibid., t. 2, 1e part., liv. 19, ch. 1, p. 189.

"(...) les îles d'Anton, communément désignées comme îles du Cap-Vert — celles-là même que les anciens cosmographes appellent Gorgades — puisque d'aucuns disent qu'elles se nomment Hespérides, ce que je récuse en me fondant sur cette autorité, et ces autorités alléguées dans le livre II, chapitre III, qui suffisent à prouver que les Hespérides sont bien ces îles de nos Indes33."

  • 34 Hernando Colón, Historia del Almirante, Edición de Luis Arranz, Madrid, Historia 16, 1984, col. "C (...)
  • 35 P. Pierre François-Xavier de Charlevoix (S. J.), Histoire de l'isle Espagnole ou de S. Domingue. E (...)

22Cette opinion d'un auteur souvent cité fut attaquée par bon nombre de ses lecteurs. Hernando Colon l'accuse de vouloir "se prendre pour une nouvelle autorité dans ses écrits"34. Le P. Charlevoix, plus prudent, indique qu'"Oviedo avance hardiment que les Antilles sont les fameuses Hespérides, si fort célébrées par les Poètes (...)35 ". Quant au P. Touron, il dénonce vigoureusement cette interprétation du chroniqueur officiel des Indes :

  • 36 R. P. Touron, Histoire Générale de l'Amérique depuis sa découverte ; qui comprend l'Histoire Natur (...)

"On ne peut traiter guères plus doucement l'opinion d’Oviedo, célèbre Auteur Espagnol, qui a avancé sérieusement, que les Isles de l’Amérique sont les fameuses Hesperides si vantées par les Poètes, & autant de Provinces de l'ancien Empire Espagnol (...)36 "

23Le fait demeure certain : on a songé très "sérieusement" à situer les Hespérides en Amérique, donc à déplacer outre-Atlantique un mythe de l'Antiquité.

3 - L'Atlantide

  • 37 Cf. Robert Graves, Les Mythes grecs, op. cit., 1.1, ch. 39, p. 157.

24S'il existe un rapport certain entre les Hespérides et Atlas, nous ne devons pas oublier que ce dernier était aussi le maître d’une vaste contrée, qui porte d'ailleurs son nom : l'Atlantide37. C'était une île gigantesque — à l'image de celui qui la gouvernait — située du côté du couchant, dans l'océan "Atlantique". Ce mythe, qui constitue une sorte de liaison, un trait d'union, entre l’Ancien et le Nouveau Monde, a toujours excité la curiosité. Sa vitalité est exemplaire.

***

  • 38 Cf. William H. Tillinghast, "The Geographical knowledge of the Ancients considered in relation to (...)

25Nous devons à Platon tout ce que nous savons de l'histoire de l'Atlantide ; son œuvre est notre unique source d'information38. Et, comme le précise E. Salone :

  • 39 E. Salone, art. "Atlantide", dans La Grande Encyclopédie. Inventaire raisonné des Sciences, des Le (...)

"(...) les autres écrivains de l'Antiquité n'ont jamais fait mention de la grande terre disparue qu'incidemment et presque toujours en se référant à son témoignage39."

  • 40 Platon, Timée ou De la Nature, dans Œuvres Complètes, t. 2, Paris, Gallimard - N.R.F., 1950, bibli (...)

26Deux textes de Platon évoquent l'Atlantide : le Timée ou De la Nature et Critias ou De l'Atlantide40. Dans le Timée, nous apprenons que Critias l'Ancien aurait recueilli de Solon — le législateur d'Athènes — tous les renseignements qui sont donnés. Mais Solon les aurait tenus, à son tour, des prêtres de Sais qui les lui auraient communiqués lors de son voyage en Egypte. Les faits remonteraient à environ neuf mille ans avant l'époque de Solon ! Il s’agirait donc d'une très vieille tradition bien antérieure, comme on le voit, à Platon.

27Que "rapporte" donc Platon ? Il nous décrit l’Atlantide :

  • 41 Platon, Timée, op. cit., p. 440.

"Il est question, en effet, dans nos écrits, de l'énorme puissance que votre Cité arrêta jadis dans sa marche insolente, qui envahissait à la fois toute l'Europe et l'Asie, se ruant hors de ses bases situées dans la Mer Atlantique. C'est qu'alors elle était franchissable, cette mer lointaine ; une île, en effet, s'y trouvait, devant le détroit que vous appelez, dites-vous, les Colonnes d'Hercule. Cette île était plus grande que la Lybie et l'Asie ensemble ; de là le passage vers les autres îles était possible aux navigateurs d’alors, et de ces îles, sur tout le continent situé en face et qui entoure cette mer lointaine, la mer véritable41."

28et il ajoute :

  • 42 Ibid., p. 441.

"Mais, dans le temps qui suivit, il se fit des tremblements de terre violents et des cataclysmes ; dans l'espace d'un jour et d'une nuit funestes qui survinrent, de vos combattants le peuple entier, en masse, s'enfonça sous la terre, et pareillement l'île Atlantide s'enfonça sous la mer et disparut. De là vient que, de nos jours encore, là-bas la mer est impraticable et inexplorable, encombrée par les bas-fonds de vase que l'île a déposés en s'abîmant42."

29Voilà les bases essentielles du mythe.

30Dans le dialogue Critias ou De l'Atlantide, dont nous ne connaissons, malheureusement, qu'une partie, Platon conte l'histoire des Atlantes. Constituant une société policée et remarquablement organisée, ceux-ci vivaient sur une terre très riche :

  • 43 Platon, Critias, op. cit., p. 531.

"D'autre part, la qualité du sol était en ce pays-ci supérieure à ce qu'elle est partout ailleurs ; ce qui permettait en outre au territoire de nourrir une armée, complètement dispensée de travailler aux travaux de la terre. Voici d'ailleurs, de cette qualité de son sol, un témoignage qui compte : c'est que les restes actuels de l'ancien pays peuvent, pour la variété des productions, pour l’excellence des récoltes, pour celle des pâturages qu'ils offrent à tous les animaux, soutenir la concurrence contre n'importe quel autre pays ; mais tout cela, alors, la terre le portait avec une abondance sans bornes, qui s'ajoutait à la beauté de ses produits43."

  • 44 Ibid., p. 533.

31En ce qui concerne l'or et l'argent — détail important —, nous savons qu’"ils n’avaient nul usage à en faire"44. Ils s'en servaient tout de même dans leurs temples : la chapelle de Poséidon, en particulier, était tout à fait remarquable :

  • 45 Ibid., p. 540.

"L'aspect extérieur en était quelque peu barbare : au-dehors on avait revêtu d'argent toute la chapelle à l'exception des assises extrêmes du fronton, et ces acrotères étaient revêtus d'or. Quant à l'intérieur, il présentait un plafond tout en ivoire, avec un bariolage d'or, d’argent et d’orichalque et un revêtement d'orichalque pour tout ce qui s'y voyait encore : murs, colonnes, pavement ; des statues d'or y étaient placées : celle du Dieu, debout sur un char et conduisant six chevaux ailés, le Dieu si grand lui-même qu'il atteignait le sommet du plafond, était entourée d'un cercle de cent Néréides (c'était le nombre accrédité parmi les gens de l'époque), montées sur des dauphins45."

32Platon rappelle aussi, dans le Critias, qu'un cataclysme a fait disparaître l'île :

  • 46 Ibid., p. 528.

"A la tête de l'autre camp étaient les rois de cette Île Atlantide, dont je vous ai dit qu'elle était alors plus grande que la Lybie et l'Asie ensemble, et qu'à présent, une fois qu'elle se fut enfoncée dans la mer à la suite du tremblement de terre, elle offre aux navigateurs qui de par ici veulent gagner la mer totale, l'obstacle de bas-fonds, impraticables au point de ne plus leur permettre de poursuivre leur route46."

  • 47 Ibid., p. 528.

33Il précise, de plus, "qu'il s'est écoulé neuf fois mille années" depuis ces événements47.

34S'agit-il d'un récit de pure fiction ? Platon a-t-il utilisé des éléments "historiques" ? Faut-il voir dans ses propos le souvenir d’un cataclysme particulièrement violent — tremblement de terre, éruption volcanique — qui aurait affecté de nombreuses années auparavant la région du proche-Atlantique ou le bassin méditerranéen lui-même ? Nous ne poserons pas le problème en ces termes. Les antécédents "historiques" sont, pour nous, de peu d'importance. Platon a pourtant pris soin de souligner que son récit est vrai. C'est ce que fait remarquer Proclus, son commentateur :

  • 48 Proclus, Commentaire sur le Timée, Tome premier, livre 1, Traduction et notes par A. J. Festugière (...)

"D’autres disent que "l'Atlantide" est une fable, une fiction qui n'a pas la moindre réalité, mais qui comporte une indication sur les réalités éternelles ou soumises au devenir dans le Cosmos. Mais ces gens-là n'ont même pas prêté l'oreille à ce que Platon proclame, que "le récit est sans doute très étrange, mais absolument vrai"48."

35Une polémique est née et va se poursuivre jusqu'à nos jours.

  • 49 Cf. Jean Gattefossé et Claudius Roux, Bibliographie de l'Atlantide et des questions connexes (Géog (...)
  • 50 Léon de Rosny, "L'Atlantide historique. Un continent englouti sous les flots", dans Revue Oriental (...)
  • 51 Cf., en particulier, le ch. 1 de son Étude sur les rapports de l'Amérique et de l'Ancien Continent (...)
  • 52 Cf. Jules Mees, Histoire de la découverte des Îles Açores et de l'origine de leur dénomination d'î (...)

36Le XVIIIe et le XIXe siècles nous proposent une quantité impressionnante de mémoires et d'articles sur le sujet49. Léon de Rosny, par exemple, évoque "Un continent englouti sous les flots"50, et le très érudit Paul Gaffarel, partisan convaincu de l’existence de l'Atlantide, a livré au public le fruit de ses longues recherches51. Au XXe siècle, même, les défenseurs de L'Atlantide géologique" ne manquent pas52.

"Des géographes prennent au sérieux cette hypothèse d'un continent effondré en plein Atlantique (...)"

  • 53 Marianne Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., 1, ch. 1, p. 10. Cf. également, Dr. Eduardo Alfonso (...)

37nous signale Marianne Mahn-Lot53.

  • 54 Cf. Sainte-Croix de La Roncière, A la Conquête des Mers. La navigation des anciens et les connaiss (...)

38L'Atlantide a enflammé l'imagination de nombreux chercheurs qui ont curieusement réussi à situer ce pays dans les endroits les plus divers. Sainte-Croix de La Roncière a tenté d'en donner la liste, et l'examen de celle-ci permet de constater que les "précisions" de Platon ne sont pas toujours prises en compte54.

***

39Mais que représentait l'Atlantide à l'époque de la découverte de l'Amérique ? Quel intérêt portait-on à ce mystérieux continent au XVIe siècle ? Le mythe était bien vivant, car la plupart des chroniqueurs y font allusion. L’Atlantide était dans tous les esprits. L'apparition du continent américain donnait une nouvelle jeunesse à ce mythe qui permettait, curieusement, d'expliquer bien des énigmes, en particulier celle du peuplement des Indes Occidentales. A partir du moment où l'on comprit que l'Amérique était une terre indépendante de l'Asie, il fallut bien trouver une solution au problème posé par la présence de centaines de milliers d'"Indiens".

40Christophe Colomb devait connaître le mythe, mais il était trop obsédé par le continent asiatique pour lui accorder la priorité. Vicente Yáñez Pinzón, par contre, qui atteignit le cap Saint-Augustin — la pointe la plus orientale de l'Amérique du Sud — a peut-être pensé à l'Atlantide. Pietro Martyre d'Anghiera, relatant l'expédition de Pinzón, donne son propre avis :

  • 55 Pierre Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 7, p. 200.

"Je crois qu'il s'agit de ce continent que les auteurs de cosmographie ont dit être la grande Atlantide, mais sans donner de plus amples détails sur sa situation et sur sa nature55."

41L’idée faisait son chemin, d'autant plus que Platon, grâce aux humanistes, était au goût du jour. L'Amérique n'était, pour beaucoup, que cette merveilleuse Atlantide décrite par le "divin Platon".

  • 56 Abbé Claude-Marie Guyon, Histoire des Amazones anciennes et modernes, Enrichie de Médailles (...) (...)

"La grandeur de cette Île — l'Atlantide — a fait croire à quelques-uns que c'était l'Amérique." déclare l'Abbé Guyon dans son Histoire des Amazones56.

42Les chroniqueurs espagnols, qui remontent d'ordinaire jusqu’à l'Antiquité dans les premiers chapitres de leurs œuvres, ne manquent pas de traiter la question. Bartolomé de Las Casas, après de savantes considérations, conclut ainsi :

  • 57 Fray Bartolomé de Las Casas, Historia de tas Indias, dans Obras escogidas, Madrid, Atlas, 1957-1958 (...)

"(...) Christophe Colomb put raisonnablement croire et espérer, bien que cette grande île eût disparu engloutie, qu'il devait en rester d'autres, ou tout au moins la terre ferme, et qu'en les recherchant il pourrait les trouver57."

  • 58 H. Colón, Hist...., op. cit., ch. 10, p. 76-77 et 82.
  • 59 Agustín de Zárate, Historia del descubrimiento y conquista de la provincia del Perú y de las guerr (...)
  • 60 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., lère part., p. 292.

43Hernando Colon58, Agustin de Zárate59 et Francisco López de Gómara60 nous proposent, de même, leurs commentaires. Martín del Barco Centenera, lui, apporte un témoignage original : des pilotes auraient aperçu des ruines sous-marines :

  • 61 M. del Barco Centenera, Argent., op. cit., chant 1, fol. 3 v°

"Ainsi ai-je appris de la bouche de nombreux pilotes,
Qu'ils ont vu, lorsqu'ils naviguaient, les traces
Et les vestiges d’anciens édifices.
Tout cela est naturel,
Et peut fort bien s'être produit,)...)61"

44Pour Sarmiento de Gamboa, il n'y a aucun doute possible : l'Atlantide a existé :

  • 62 Pedro Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas. Segunda parte de la Historia general llamada índ (...)

"Il est donc avéré que les Indes de Castille étaient attenantes à l'île Atlantique et, en conséquence, formaient l’île Atlantique elle-même. Celle-ci commençait dans la région de Cadix et se prolongeait dans cette mer que nous traversons pour arriver aux Indes, et que tous les cosmographes nomment Mer Océan Atlantique parce que l'île Atlantique s'y trouvait62."

45D'autres sont plus prudents. Ainsi, Antonio de Herrera, qui écrit :

  • 63 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia General de los hechos de los Castellanos en las islas y (...)

"Mais il est sûr que personne n'eut de renseignements clairs (...)63"

46José de Acosta, est également très réservé au sujet de l'existence de l'Atlantide :

  • 64 José de Acosta, Historia Natural y Moral de las Indias. dans Obras del Padre José de Acosta de la (...)

"Et ceux qui se persuadent que ce récit de Platon est historique — véritablement historique — présenté sous cette forme, disent que cette grande île, nommée Atlantis, qui dépassait par son étendue l'Afrique et l'Asie réunies, occupait alors la majeure partie de la mer Océane appelée Atlantique, sur laquelle naviguent de nos jours les Espagnols (...)64"

  • 65 Cf. J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 6, par. 24, p. 66, et Fr. (...)

47Solórzano ne croit pas à l'Atlantide et Lizárraga est du même avis65. Quant à Juan de Villagutierre, il se moque franchement des élucubrations de Platon :

  • 66 Juan de Villagutierre, Historia de la conquista de Itzá, Edición de Jesús M. García Añoveros, Madr (...)

"Et lorsqu'il raconte que les ruines et les vestiges de cette grande île peuvent être aperçus au fond de la mer, qui n'est pas pris d'envie de rire ? Parce que les navigateurs ne pouvaient voir cela, puisqu'ils ne pouvaient voguer en cet endroit où, dit-il, il est impossible de naviguer. Ce qui est sûr, c'est que l'on ne peut atteindre le fond, dans toute cette mer Atlantique, avec d'innombrables brasses de sonde. Ainsi faut-il tenir tout cela pour un rêve de Platon ou pour des chansons de Crisias, qui devaient l'occuper dans son enfance66."

  • 67 Cf. Fray Alonso de Molina, Vocabulario en lengua castellana y mexicana, mexicana y castellana, Est (...)

48On voit que chez les chroniqueurs, les opinions sont très diverses. Signalons aussi que certaines coïncidences d'ordre linguistique ont donné matière à réflexion : le mot atl ('eau'), par exemple, qui appartient à la langue nahuatl67, semblait tellement proche du mot Atlantide qui s'appliquait à une île ! Gómara ne manque pas de signaler cette ressemblance :

  • 68 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 292. Mais ces rapprochements forcenés sont surtou (...)

"(...) et à Mexico on appelle l'eau atl : nom qui ressemble à celui de l'île, quoique avec un sens différent68."

  • 69 On peut lire sur ce planisphère d'Edgard Well, la mention suivante écrite sur toute la largeur de (...)
  • 70 P. Gaffarel, "L'Atlantide", art. cit.
  • 71 Bory de Saint-Vincent, Essais sur les Îles Fortunées, Paris, 1803. Cité par J. Winsor, qui reprodu (...)

49Le mythe de l'Atlantide a également inspiré quelques cartographes. On le retrouve ainsi sur un planisphère imprimé à Oxford en 170169. P. Gaffarel a publié avec son article "L'Atlantide", une carte de "L'océan Atlantique et les restes de l'Atlantide"70. Et en 1803, Bory de Saint-Vincent a donné dans ses Essais sur les Îles Fortunées, une "Carte conjecturale de l'Atlantide"71.

50Voilà une question qui n'en finit pas d'agiter les esprits ! Ce mythe doit être considéré avec une attention toute particulière car il connut un regain d'activité lors de la découverte du continent américain : les historiens et chroniqueurs du Nouveau Monde le prouvent amplement.

***

  • 72 Cf. W. H. Tillinghast, "The Geographical Knowledge...", art. cit. p. 21-22.
  • 73 Silène, qui avait été enchaîné par Midas auprès des sources du Méandre est une sorte de génie des (...)
  • 74 Les deux noms semblent en effet indissociables, la Méropide étant considérée comme le domaine excl (...)
  • 75 Cf. F. Sánchez Dragó, Gárg., op.cit., t 1, ch. I, p. 47.

51L'existence d’un autre continent tout aussi mystérieux que l'Atlantide, est révélée par l'historien grec Théopompe de Chios, un contemporain d’Alexandre le Grand72. C'est l'écrivain romain Claudius Aelianus (Élien le Sophiste) qui rapporte les données fournies par Théopompe. Et, comme pour l'Atlantide, les données provenaient d'une autre source : un discours de Silène à Midas, le roi de Phrygie. Or Silène était un personnage d'une grande sagesse — tout comme les prêtres de Sais qui informèrent Solon — et ses "révélations" étaient dignes d'estime73. Le continent dont il parlait, et dont le nom sera dorénavant indissociable de celui de Théopompe, s'appellerait : la Méropide74. Il s'agirait, encore une fois, de terres situées du côté de l'Ouest, au delà de la "mer totale" qui entoure le monde connu75. La Méropide serait habitée par deux peuples puissants aux caractères tout à fait opposés. De plus, d'après Silène, ces nations auraient beaucoup d'or et d'argent. Voilà de quoi nourrir l'imagination ! Alors, pourquoi ne pas situer en Amérique — outre-Atlantique —, où se sont épanouis les empires des Aztèques et des Incas, cet étrange pays qui regorge de métaux précieux ? Il semble, si l'on en croit Nicolas Fréret, que l’on n'ait pas hésité à franchir le pas :

  • 76 Nicolas Fréret, "Observations générales sur la géographie ancienne" (art. 2), dans Mémoires de l'I (...)

"Parmi les diverses nations qui habitent ce continent — écrit-il —, Silène en distingue deux trop puissantes et trop nombreuses, dont l'une est pacifique et religieuse, et l'autre guerrière et cruelle.
Le caractère différent de ces deux nations, joint à l'abondance de l'or et de l'argent, a persuadé à plusieurs modernes que c'était là un portrait des Péruviens et des Mexicains, auxquels ces caractères opposés ne conviennent pas mal (...)76 "

52La Méropide aurait donc — à une échelle plus modeste —, après la découverte du Pérou, eu la même incidence que l'Atlantide. Il est vrai qu'il existe, entre ces deux pays fabuleux, une certaine analogie.

4 - La "prophétie" de Sénèque

53L'Atlantide est certainement la manifestation la plus évidente de l'idée largement répandue dans l'Antiquité qu'il devait exister au loin, dans l'océan Atlantique, des terres et des peuples encore inconnus. C'est ce qu'imagine Lucien dans son Histoire véritable :

  • 77 Lucien, Hist. vér., op. cit., liv. 1, p. 3.

"Un jour, touchés d'un noble désir de voir & d'apprendre des choses nouvelles, nous nous embarquâmes cinquante que nous étions dans un vaisseau bien équippé & fourni d'un bon pilote, & cinglâmes des colonnes d'Hercule dans la mer atlantique, pour découvrir la grandeur de l'océan, & voir s'il y avoit quelques peuples au-delà77."

54A l'extrême limite de l'univers des Anciens, se trouvait une île que l'on situait avec peine ; on la nommait : Thulé.

  • 78 Strabon, Géogr. op. cit., t. 1, liv. 4, ch. 5, p. 333.

"Sur l'île de Thulé — nous dit Strabon —, nos renseignements sont encore moins sûrs, vu l'extrême éloignement de cette contrée, qu'on nous représente comme la plus septentrionale de toutes les terres connues78."

55Pythéas — le Marseillais — était, semble-t-il, parvenu jusqu'à elle au cours de son expédition vers le nord de l'Europe. Mais les renseignements qu'il avait rapportés de son audacieux voyage semblaient sujets à caution, d'après le très pointilleux Strabon :

  • 79 Ibid, t. 1, liv. 4, ch. 5, p. 333.

"On ne peut guère douter, notamment, que tout ce que Pythéas a publié de cette contrée et de celles qui l'avoisinent ne soit une pure invention, à voir comme il a parlé des contrées qui nous sont aujourd'hui familières : comme il n'a guère parlé de celles-ci, en effet, que pour mentir, ainsi que nous l’avons démontré ci-dessus, il est évident qu'il a dû mentir encore davantage en parlant des extrémités mêmes de la terre79."

  • 80 Juan de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 6, p. 67. Pour Solórzano il (...)

56Thulé, cette île perdue dans les brouillards du Nord était peut-être l’Islande, que Solorzano nomme aussi "Escandia"80.

57La région de l'"Ultima Thule" devait être bien mystérieuse pour les habitants du bassin méditerranéen ! D'ailleurs peu d'entre eux s'y aventurèrent. Et il était impensable de naviguer au-delà. Les esprits audacieux n'avaient plus qu'un seul recours : en appeler à leur imagination.

***

58Et Sénèque fit preuve d'imagination. Originaire de la péninsule Ibérique — la partie la plus occidentale du monde romain — il avait dû rêver, lui aussi, à la possibilité de progresser par la voie océanique. Son rêve ne pouvait alors prendre forme que dans une œuvre de fiction.

59C'est dans sa tragédie Médée, où il est amené, par son sujet, à évoquer le voyage des Argonautes, qu'il nous fait part de ses espérances. Le chœur qui, traditionnellement, accompagne l'action et permet de prendre un peu de recul face aux événements, rappelle dans la pièce l'histoire de navigateurs courageux qui affrontèrent les périls de la mer. Sénèque puise abondamment dans le riche réservoir de la mythologie grecque, puis conclut l'intervention du chœur avec une note d'espoir : il envisage, dans le futur, de prodigieuses découvertes.

60Le texte de ces derniers vers a été maintes fois cité, mais il importe de le rappeler pour mieux prendre la mesure de son influence :

  • 81 Sénèque [Lucius Annaeus Seneca], Médée, dans Tragédies, t. 1, Texte établi et traduit par Léon Her (...)

"Dans un certain nombre d'années un temps viendra où l’Océan ouvrira les barrières du monde et où l’on découvrira une terre immense ; Tethys révélera un nouveau monde et Thulé ne sera plus alors la dernière des terres81."

  • 82 Cf., par exemple. Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 10, p. 42, et H. Colón, Hist. (...)

61L’être humain n’est ici que le jouet des Dieux et son destin est lié à leur bon vouloir — ce qui correspond, d'ailleurs, à la conception antique du devenir de l'homme —, mais ces vers expriment aussi une grande foi dans le progrès et une immense soif de connaissance. Mise en relief par la place qu'elle occupe et renforcée par le lyrisme de l'expression, l'idée qui est ici exprimée doit toucher profondément l'auditeur ou le lecteur. On ne peut détacher ce passage de son contexte sous peine de trahir les intentions de l'auteur. Or, il est possible, en isolant cette dernière phrase, de transformer la pensée de Sénèque. Alors que, bien des siècles plus tard, le progrès technique permettait à l'Homme de concrétiser ses rêves de découverte, ce cri du cœur d'un écrivain conscient des limites de son époque pouvait paraître prémonitoire. Quoi de plus normal que de rechercher dans le passé les présages éventuels du présent ? Pour les découvreurs, résolument tournés vers l’avenir, Sénèque, qui avait adopté la même attitude qu'eux, n'était qu'un précurseur. Et l'on parla de "prophétie"... On retrouve le texte de Sénèque chez beaucoup d'auteurs et nombreux sont ceux qui se sont intéressés à son aspect "prophétique"82.

62L’exemple que nous donnent les vers de Médée est révélateur du rôle important que l'océan Atlantique a joué dans l'Antiquité. Le Ponant, mystérieux et inaccessible permettait de donner libre cours à l'imagination. D'où l'existence de tant de légendes "géographiques". Mais les découvreurs ont trop souvent considéré les mythes antiques comme l'expression de réalités déformées par leur long cheminement à travers les siècles.

5 - Ophir et Tarsis

  • 83 Cf. P. Gaffarel, Étude.... 1ère section, 2e part., ch. 2, p. 90-91. P. Gaffarel précise que "La Bi (...)

63Lorsque l'Occident n'est autre que l'Extrême-Orient — comme le croit Christophe Colomb — il n'est pas étonnant de voir apparaître sur le continent américain des régions que l'on situait vaguement à l'est du monde antique. Deux pays, inconnus des Grecs et des Romains, qui ont pour noms Ophir et Tarsis devaient se trouver du côté du Levant. C'est la Bible qui révèle leur existence. Or le texte de la Bible était sacré, et il ne pouvait être question de remettre en cause les affirmations qu'il contenait. Ophir et Tarsis étaient donc des réalités. Les renseignements imprécis distillés par le texte biblique autorisaient cependant de multiples interprétations83. La grande curiosité suscitée par ces deux régions tenait à un détail d’importance : l'or et les richesses y abondaient.

  • 84 Tarsis est évoqué dans le Livre des Rois, ch. 10, verset 22, mais aussi dans Jonas, ch. 1, verset (...)

64Les données essentielles nous sont fournies par les chapitres IX et X du Livre des Rois84. Ophir et Tarsis avaient, en effet, des relations commerciales avec le royaume de Salomon. Les Israélites connaissaient alors une ère de prospérité pendant laquelle Salomon édifia un magnifique temple à Jérusalem : l'or d'Ophir et de Tarsis devait affluer en Palestine. C'est ce que dit clairement la Bible :

  • 85 La Bible (Ancien Testament, t. 1), op. cit., Livre des Rois, ch. 10, versets 21-22, p. 1076.

"21 – Tous les vases à boire du roi Salomon étaient en or et tous les objets de la Maison de la Forêt du Liban étaient en or fin. Pas d'argent : il n'était compté pour rien aux jours de Salomon. 22 – C'est que le roi avait sur mer une flotte de Tarsis, avec la flotte de Hiram. Une fois tous les trois ans, la flotte de Tarsis arrivait, transportant de l'or et de l'argent, des ivoires, des singes, des paons85."

65On ne sait trop d'où vient la flotte de Tarsis, mais elle transporte beaucoup de richesses. Quant au cycle de 3 ans qui est évoqué, il a autorisé deux interprétations :

  1. Le pays de Tarsis est très éloigné et le voyage (aller et retour) ne peut être effectué qu'en 3 ans ;
  2. Il n'y a qu'un départ de la flotte tous les trois ans, ce qui ne nous donne aucune indication sur la situation géographique de Tarsis86.
  • 87 La Bible (Ancien Testament, t. 2), op. cit., Le Livre d'Isaïe, ch. 23, verset 10, p. 75. Pléiade".

66Les Israélites semblent avoir été épaulés par les Phéniciens — bons connaisseurs des mers — puisque la ville phénicienne de Tyr est appelée "fille de Tarsis" dans le Livre d'Isaïe87.

***

67Ophir est un autre pays : il a beaucoup de points communs avec Tarsis. Cette ressemblance — qui est essentiellement le résultat d'un manque de données — a ainsi permis l'amalgame. Mais que savait-on du pays d'Ophir ? Bien peu de chose, à vrai dire. Deux courts passages du Livre des Rois nous livrent les renseignements. Le premier appartient au chapitre IX et dit ceci :

  • 88 La Bible (Ancien Testament t. 1), op. cit.. Livre des Rois, ch. 9, versets 26-28, p. 1073.

"26 – Le roi Salomon se fit une flotte à Ésion — Gabér qui est près d'Eyloth sur le bord de la Mer de Jonc au pays d'Edom. 27 – Hiram envoya à bord des navires, avec les serviteurs de Salomon, de ses serviteurs, navigateurs connaissant la mer. 28 – Ils arrivèrent à Ophir, d'où ils se procurèrent de l'or, quatre cent vingts talents, qu'ils rapportèrent au roi Salomon88."

68Le second, dans le chapitre X, explique :

  • 89 La Bible (Ancien Testament, t. 1, op. cit.. Livre des Rois, ch. 10, verset 11, p. 1075.

" 11 – La flotte de Hiram, qui avait transporté l'or d’Ophir, avait aussi rapporté d'Ophir des bois de santal en très grande quantité et des pierres précieuses89."

69L'or d'Ophir est enfin mentionné deux autres fois dans le Livre de Job. Ces quelques versets de la Bible ont inspiré découvreurs et chroniqueurs.

***

  • 90 Cf. Louis-Xavier Eyma, Légendes, Fantômes et Récits du Nouveau Monde, Paris, A. Lacroix, Verboeckh (...)

70Christophe Colomb, qui a fréquenté assidûment les textes bibliques, comme il le montre dans ses écrits, a cru retrouver dans son Asie ces deux pays richissimes90. C'est ce qu'il explique au Pape, à propos de Saint-Domingue :

  • 91 Cristóbal Colon, Caria del Almirante Colon a su Santidad, informándole de los sucesos de sus viaje (...)

"Cette île est Tarsis, Cethia, Ofir et Ophaz et Cipanga, et nous, nous l’avons nommée Española91."

  • 92 Cf. R. P. Joseph François Lafitau, Histoire des Découvertes et Conquestes des Portugais dans le No (...)
  • 93 Cf. P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, ch. 4, p. 66 :
    "L'Amiral croit avoir retrou (...)
  • 94 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 1, ch. 128, p. 342 :
    "Aquella isla de O (...)

71Les Portugais, de leur côté, pensaient avoir repéré, plus logiquement, Ophir sur les côtes de l'Afrique92. Mais l'idée lancée par Colomb devait faire son chemin. Pietro Martyre d'Anghiera la diffusa, bien entendu93. Fray Bartolomé de Las Casas, un fidèle de l'Amiral, nie que l'île Espanola, puisse correspondre à Ophir, mais trouve cependant des excuses à Colomb94 qui, dit-il, a cru cela jusqu'à la fin de ses jours :

  • 95 Ibid., vol. 2, liv. 2, ch. 38, p. 96.

"Il faut savoir à ce propos que l'Amiral est mort en ignorant une autre chose : il avait la conviction que cette île Española était le pays d'où l'on faisait parvenir à Salomon l'or pour le temple, et que l’Ecriture sainte nomme Ophir ou Tarsis95."

  • 96 Cf., par ex., P. Antonio Vázquez de Espinosa, O. Carm., Compendia y descripción de las Indias Occi (...)
  • 97 B. Díaz del Castillo cite bien les deux "islas" en les distinguant. Cf. Hist. verd,. op. cit., vol (...)

72Il apparaît, dans ces derniers mots de Las Casas, qu'une confusion s'était parfois établie entre Ophir et Tarsis. On la retrouve chez d'autres auteurs96. Mais beaucoup distinguent bien les deux pays97.

73Il est cependant un fait certain : pour de nombreux émigrants, Ophir et Tarsis se trouvaient dans les Indes Occidentales. Motolinía permet de juger à quel point l'idée était répandue lorsqu'il constate :

  • 98 Fray Toribio de Benavente [dit Motolinía], Memoriales o libro de las cosas de la Nueva España y de (...)

"Quand les Espagnols s'embarquent pour venir dans ce pays, l'on dit à certains, et d’autres ont la fantaisie de croire, qu'ils se rendent à l'île d'Ophir, d'où le roi Salomon tira l'or très fin, et que tous ceux qui y vont s’enrichissent ; d’autres pensent qu'ils partent pour les îles de Tarsis ou pour le grand Zupango, où l'or est si abondant en tous lieux qu'on le ramasse par poignées (...)98"

  • 99 Cf. R. P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire du Paraguay. Par le R. P. Pierre François (...)
  • 100 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Hist. Gen.. op. cit., déc. 3, liv. 9, ch. 3, p. 367-368.

74Ophir et Tarsis se situeraient donc en Amérique. Tout le monde n'en était pourtant pas persuadé puisque, en 1526, fut prévue une expédition de Sébastien Cabot vers "las Especerías", c'est-à-dire vers le Pacifique. Le voyage de Magellan a dû faire germer bien des espérances. D'ailleurs Cabot emmenait, pour lieutenant, Martin Méndez, l’ancien "Trésorier de l'Escadre de Magellan"99. Cette expédition vers les mers du Sud ne dépassera pas le Río de la Plata, mais son but premier était bien d'atteindre Tarsis et Ophir que l'on imaginait devoir exister dans le Pacifique100. La légende de la carte de 1544 concernant ce voyage au Río de la Plata est très claire à ce sujet :

  • 101 "Légende de la carte de 1544 concernant l'expédition de Cabot à la Plata", dans Henry Harrisse, Je (...)

"(...) lequel partait comme capitaine général d'une flotte que Sa Majesté fit armer pour aller découvrir Tarsis et Osir et le Cathay Oriental. Ledit capitaine Sébastien Cabot arriva dans ce fleuve fortuitement car le navire amiral sur lequel il se trouvait fit naufrage (...)101"

  • 102 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Hist. Gen., op. cit., déc. 1, liv. 1, ch. 1, p. 13.
  • 103 Cf. Alfred Métraux, Les Incas. Paris, éd. du Seuil, 1961, col. "Le Temps qui court", ch. 3, p. 36- (...)
  • 104 Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vêla, Historia de la Villa Imperial de Potosí, éd. de Lewis Hanke et G (...)

75Il y eut, cependant, des partisans acharnés de la présence d'Ophir et Tarsis sur le continent américain. Antonio de Herrera y Tordesillas, qui évoque la question dans sa première décade, nous apprend que pour certains, Ophir n’était autre que le Pérou102. Le plus convaincu semble être un moine du XVIIe siècle, l'Espagnol Montesinos103 qui — ainsi que l'indique Bartolomé Arzáns — prétendait que les premiers Américains étaient des Tartares qu'il nommait "Américains ophiristes" car ils descendraient d'"Ophir, premier habitant de l'Orient et sixième descendant du patriarche Noé"104. On voit que l'imagination n'a pas de limites.

  • 105 Alfonse de Saintonge [Jean Fonteneau dit], La Cosmographie avec l'Espère et régime du soleil et du (...)

76Toutefois c'est plutôt vers le Pacifique que se tournèrent beaucoup de chercheurs d'Ophir et de Tarsis. C'est là que Jean Fonteneau, dit Jean Alfonse de Saintonge, plaçait "les isles riches dont est faict mention en la sainte escripture, et plusieurs aultres qui sont à nous incongneues"105. Et, en 1567, Álvaro de Mendaña découvrit les îles... Salomon !

  • 106 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias, Edición de Don Marcos Jimé (...)

"(...) il les baptisa Îles de Salomon — écrit Juan López de Velasco —, parce qu'au Pérou l'on avait entendu parler de certaines îles situées vers le Ponant et que l’on disait être celles d'où Salomon avait tiré l'or et les richesses qui se trouvaient dans son temple (...)106 "

  • 107 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., dédicace "A la S.C.R.M.", p. 199.
  • 108 Cf. López Vaz, A discourse of the West Indies and South sea written by Lapez Vaz a Portugal, borne (...)
  • 109 Cf. Antonio de Alcedo, Diccionario Geográfico de las Indias Occidentales o América, Edición y estu (...)

77Mais tous n'y croyaient pas. Ainsi, Sarmiento de Gamboa parlait des îles "de l'archipel du Nom de Jésus, communément appelées de Salomon, bien qu'elles ne le soient pas'107 et López Vaz prétendait même que l’on nomma ainsi cet archipel pour attirer les colons108. L'appellation, pourtant, est restée109.

78Les pays merveilleux, nés de l'imagination des hommes de l'Antiquité ont profondément marqué des générations de découvreurs. Les "renseignements" légués par les Anciens ont été exploités par des êtres avides de nouveauté et de richesses. L'imprécision des données ne pouvait que renforcer le mystère et permettre de ce fait à l'imagination de se donner libre cours. Îles des Bienheureux, Îles Fortunées, Atlantide, Méropide, Orphir, Tarsis... Toutes ces contrées lointaines et fabuleuses ont contribué à faire rêver les Européens. Mais elles ne furent pas les seules !

Notes

1 Cf. Marianne Mahn-Lot, La Découverte de l'Amérique Paris, Flammarion, 1970, col. "Questions d'Histoire" no 18, 1e part., ch. 4, p. 72 :
"L'appellation d"'America" ne prévalut pas tout de suite (en Espagne, il fallut attendre le XVIII siècle) et, en tout cas ne s'appliqua d’abord qu'au continent du Sud."

2 Parfois situés également en Asie. Nous aurons l'occasion de revenir sur cette question.

3 Cf. Pierre Grimai, Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, Préface de Charles Picard, Paris, P.U.F., 1969 (4e éd.), p. 184 (art. "Hélios") :
"Tout le jour il chemine et le soir il parvient à l'Océan où se baignent ses chevaux fatigués. Lui-même se repose dans un palais d'or, d'où il repart le lendemain matin."

4 Ibid., p. 43 (art. "Apollon") :
"On représentait aussi Apollon (et surtout l'Apollon Hyperboréen) comme régnant sur les îles des Bienheureux, qui sont le Paradis de l'Orphisme et du néo-pythagorisme."

5 Hésiode, Théogonie, Les Travaux et les Jours, Le Bouclier, Trad. par P. Mazon, Paris, 1928. Le texte provenant de l'œuvre Les Travaux et les Jours, (170-175) est cité par Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Paris, Seghers, t. 3 (8e éd. - 1974), art. "île", p. 51.

6 Cf. Justin Winsor, Narrative and Critical History of America, London, Sampson Low, Marston, Searle & Rivington, Limited, St. Dunstan's House, Fetter Lane, Fleet Street, E.C., 1889, vol. 1, ch. 1, p. 13:
"In the Hesiodic poems the Elysian Fields are transformed into islands, the
home of the fourth race, the heroes, after death:
"Them on earth's utmost verge the god assign'd
A life, a seat, distinct from human kind:
Beside the deepening whirlpools of the main,
In those blest isles where Saturn holds his reign,
Apart from heaven's immortals calm they share
A rest unsullied by the clouds of care:
And yearly thrice with sweet luxuriance crown’d
Springs the ripe harvest from the teeming ground."
(Hesiod, Works and Days, 166-173, Elton's translation, London, 1815, p. 22)."

7 Cf. Robert Graves: Les Mythes grecs, trad. de l'anglais par Mounir Hafez, Paris, Fayard, 1967 (éd. anglaise: 1958), col. "Pluriel" no 8399, t. 1, par. 31, p. 134 :
"L'Elysée, gouverné par Cronos, se trouve près du territoire d'Hadès, son entrée est proche du fleuve de Mémoire, mais n’en fait pas partie — c'est un lieu où il fait continuellement jour, où il n'y a ni neige ni froid, où les jeux, la musique et les danses ne cessent jamais et dont les habitants peuvent choisir de renaître sur la terre quand il leur plaît. C'est non loin de là que se trouvent les îles Fortunées, réservées à ceux qui sont nés trois fois et qui trois fois ont accédé aux Champs Elysées."

8 Homère, L'Odyssée, Traduction, introduction, notes et index par Mérédic Dufour (...) et Jeanne Raison (...), Paris, Garnier-Flammarion, 1965, chant. IV, v. 527-570, p. 68.

9 Lucien (de Samosate), Histoire véritable de Lucien, Traduite et continuée par Perrot d'Ablancourt (Reproduction partielle du tome XIII des Voyages imaginaires, Amsterdam, 1787), Nancy, université de Nancy II, Société Française de Littérature Générale et Comparée, Mémoires des Annales de l'Est, no 56, 1977, liv. 2, p. 35.

10 Ibid., liv. 2, p. 35.

11 Plutarque, Vies, t. XIII : Sertorius - Eumène - Agésilas - Pompée, Texte établi et traduit par Robert Flacelière membre de l’Institut et Emile Chambry, Paris, Société d'Edition "Les Belles Lettres", 1973, Collection des universités de France publiée sous le patronage de l'association Guillaume-Budé, par. 8, p. 20.

12 Strabon, Géographie, Traduction nouvelle par Amédée Tardieu, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie., 1867, t. 1, liv. 1, ch. l,par. 5, p. 4.

13 Pour Louis Morery (Le Grand Dictionaire Historique ou le mélange curieux de l'Histoire sacrée et profane (...), [Paris], Chez Denys Mariette (...), 1707, t. 2, p. 47, art. "Canaries”), l'appellation d’ÎIes Fortunées appartient au passé. Martín del Barco Centenera, un siècle avant, emploie les deux noms. Cf. Martín del Barco Centenera. Argentina y Conqvista del Rio de la Plata con otros acaecimientos de los Reynos del Peru, Tucuman, y estado del Brasil, y par el Arcediano don Martin del Barco Centenera. Dirigida a don Cristoual de Mora. Marques de Castel Rodrigo, Virrey, Gouernador, y Capitan general de Portugal, par el Rey Philippo III. nuestro Senor. Con licencia, En Lisboa, Por Pedro Crasbeeck. 1602.
Nous utilisons l'éd. (fac-similé) de Madrid, José Porrúa Turanzas S.A., 1982, publiée avec un prologue de Ricardo Senabre par la Institution Cultural "El Brocense" de la Excma Diputación Provincial de Câceres, Textos Extremenos, 1. Nous nous référerons dorénavant à cette éd. (Nous avons cependant pu consulter l'éd. de ce texte dans Pedro de Angelis, Colección de obras y documentas relativos a la Historia Antigua y Moderna de las Provincias del Rio de la Plata, ilustrados con notas y disertaciones por Pedro de Angelis, Buenos Aires, Imprenta del Estado, 1835,6 vol. (dorénavant citée en CDA), t. 2). L'auteur écrit dans le Canto I °, fol. 3 v°:
"Y a las islas que dizen Fortunadas,
Aportan con sus barcas destroçadas."
Dans la marge gauche l'auteur donne les précisions suivantes :
"Cosa común es quan/do rompió el mar / Atlántico, quedaron / las islas de Cana/ria y Cabo verde/libres, y assi son oy/en dia ellas, y lla/madas Fortuna/das, hoc est quasi/felices, y dichosas. /En tiempo del Rey/Gerion a quien ven/ció y mató Osyris/que fue el famoso/Hercules, antes de/la famosa seca de/España, que fue mil/años ante de nacer/Christo se pobla/ron estas islas. / Nauegando por la / mar del Norte se / an visto debaxo de agua vestigios/de edificios anti/guos. / Pedro de Medina / en el lib. de grande/zas y cosas memo/rables de España / cap. 34."

14 Abbé Massieu, "Dissertation sur les Hespérides", dans Mémoires de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres (Mémoires de Littérature), vol. 3 (1723), p. 28.

15 Cf. Pierre Grimai, Dict. de la Myth op. cit., p. 209 :
"Les Hespérides sont les "Nymphes du Couchant". Dans la théogonie hésiodique, elles sont filles de la Nuit. Mais, plus tard, on les dit successivement filles de Zeus et de Thémis, de Phorcys et de Céto, et enfin d'Atlas. De même, les auteurs ne s'accordent pas sur leur nombre. Le plus souvent, ils en nomment trois : Aeglé, Erythie, Hesperaréthousa. Mais le nom de celle-ci est parfois divisé en deux et appliqué à deux Hespérides distinctes : Hespéria et Aréthuse."

16 Cf. Abbé Banier, La mythologie et les fables expliquées par l'Histoire (...) A Paris, Chez Briasson, Libraire, rue S. Jacques, à la Science, 1738, t. 3, ch. 5, p. 453-454 :
"Le même Auteur [Diodore de Sicile] ajoute dans le livre IV. "Que les Mythologues disoient que dans le pays appellé Hesperitis, vivoient autrefois Atlas & Hesperus, tous deux freres, & tous deux très-fameux : qu'Hesperus étant devenu pere d'une fille nommée Hesperis, la donna en mariage à son frere Atlas, & que ce fut de cette fille que le pays Hesperitis avoit pris son nom. Atlas eut d'Hesperis sept filles, qui furent appelées Atlantides, du nom de leur pere, ou Hesperides, de celui de leur mere."

17 R. Graves, Les Mythes grecs, op. cit., t. 2, p. 142. Voir également, à ce sujet, Pacho, "Sur le jardin des Hespérides" (Fragment inédit de la Relation d'un voyage dans la Cyrénaïque, etc., par M. Pacho), dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 38 (1828), p. 253-257.

18 Ovide, Les Métamorphoses, Texte établi et traduit par Georges Lafaye... 3e édition revue et corrigée, Paris, Société d'Edition "Les Belles Lettres", Collection des universités de France publiée sous le patronage de l'association Guillautne-Budé, t. I, 1961, livre IV, v. 637-638, p. 117.

19 Cf. Jean Markale, Les Celtes et la civilisation celtique. Mythe et histoire, Paris, Payot, 1981, Bibliothèque Historique, ch. 2, p. 53 :
"Le lien qui existe entre l'Ombre et le Soleil est également valable entre le Soleil et la Pomme, quand on sait que dans les anciens mythes, les pommes sont souvent d'or. Le Jardin des Hespérides contenait des Pommes d'Or analogues à cette Toison d'Or, but de l'expédition des Argonautes, et dont Jason s’empara grâce à la magicienne Médée."

20 Ibid., ch. 2, p. 53-54.

21 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., liv. IV, v. 646, p. 117.

22 D’après la Bible, l'Eden était gardé par des chérubins. Cf. Sagrada Biblia, Versión crítica sobre los textos hebreo y griego por José María Bover, S. l. y Francisco Cantera Burgos (...) Sexta edición. Notablemente corregida y mejorada en el A. Testamento. Revisada en el Nuevo por el padre Félix Puzo, S. I. (...), Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1961, Génesis, par. 3, verset 24, p. 32 :
"Cuando hubo arrojado al hombre, puso a oriente del vergel de Edén a los querubines con espada de hoja flameante para guardar el camino del árbol de la vida."

23 Hygin, L'Astronomie, Texte établi et traduit par André Le Boeuffe (...), Paris, Société d'Edition "Les Belles Lettres", 1983, Collection des universités de France publiée sous le patronage de l'association Guillaume-Budé, liv. 2, par. 3, p. 22.

24 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., liv. IV, v. 635-636, p. 117.

25 Abbé Massieu, "Dissertation...", op. cit., p. 29.

26 Cf. San Isidoro de Sevilla, Etimologías, Edición bilingue, Texto latino, Versión Española y notas por José Oroz Reta (...) y Manuel A. Marcos Casquero (...), Introducción general por Manuel C. Díaz y Díaz (...), Madrid, La Editorial Católica S. A., Biblioteca de Autores Cristianos, t. 2 (1983), liv. XIV, ch. 6, p. 195.

27 Cf. Fernando Sánchez Dragó, Gárgoris y Habidis. Una historia mágica de España, Barcelona, Editorial Pláneta, 1985, col. "Espejo de España", 1.1, 1e part., ch. 1, p. 56.

28 Pierre Apian [ou Apianus], Cosmographie, ou description des quatre parties du Monde, contenant la situation, Division, & Estendue de chascune Region & Province d'icelles. Escrite en Latin par Pierre Apian. Corrigée & augmentée par Gemma Frison, excellent Geographe & Mathematicien, auec plusieurs autres Traitez concernons la mesme matiere, composez, par le susdit Gemma Frison, & autres Autheurs, nouuellement traduits en langue Françoise. Le contenu se monstre en la Page suyuante. M. D. LXXXI. En Anvers, chez lean Bellere, à l'Aigle d'or, 2’Partie, p. 107.
(Gemma Frison est aussi nommé Gemma Frisius — 1ère éd. de l'œuvre : 1524).

29 Pierre Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 1er déc., ch. 3, p. 43.

30 Solórzano parle, en 1648, de "las Islas Hespérides, que oy se dicen de Cabo Verde". Cf. Juan de Solórzano y Pereyra, Política Indiana, Estudio preliminar por Miguel Ángel Ochoa Brun, Madrid, Atlas, 1972, col. "B.A.E.", t. 1 (no 252), liv. 1, ch. 3, p. 38.

31 Cité par Bailly, Lettres sur l'Atlantide de Platon et sur l'Ancienne Histoire de l'Asie. Pour servir de suite aux Lettres sur l'origine des Sciences, adressées à M. de Voltaire (...) A Londres, Chez M. Elmesly et à Paris, Chez les Freres Debure, Quai des Augustins, 1779, 21e Lettre, p. 319.

32 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia General y Natural de las Indias, Edición y Estudio Preliminar de Juan Pérez de Tudela Bueso, Madrid, Ediciones Atlas, 1959, col. "B.A.E." no 117 t. 1), 1e part., liv. 2, ch. 3, p. 19. Il est également question des Hespérides : 1e part., liv. 2, ch. 8, p. 36 t. 1) ; P part., liv. 19, ch. 1, p. 189 t. 2) et 2e part., liv. 24, ch. 8, p. 414 t. 2).

33 Ibid., t. 2, 1e part., liv. 19, ch. 1, p. 189.

34 Hernando Colón, Historia del Almirante, Edición de Luis Arranz, Madrid, Historia 16, 1984, col. "Crónicas de América" no 1, ch. 10, p. 83.

35 P. Pierre François-Xavier de Charlevoix (S. J.), Histoire de l'isle Espagnole ou de S. Domingue. Ecrite particulièrement sur des Mémoires Manuscrits du P. Jean-Baptiste Le Pers. Jésuite, Missionnaire à Saint Domingue, & sur les Pièces originales, qui se conservent au Dépôt de la Marine. (...) A Paris, Chez Hippolyte-Louis Guérin, rüe S. Jacques, vis-à-vis S. Yves, à S. Thomas d'Aquin. M. DCC. XXX. (...), t. 1, liv. 1, p. 68.

36 R. P. Touron, Histoire Générale de l'Amérique depuis sa découverte ; qui comprend l'Histoire Naturelle, Ecclésiastique, Militaire, Morale & Civile des contrées de cette grande partie du Monde. Par le R.P. Touron, de l'Ordre des Freres Prêcheurs. A Paris, Chez Jean-Thomas Hérissant, fils, rue Saint-Jacques, à S. Paul & à S. Hilaire. M. DCC. LXV1II. (...), t. 1, p. XXXIX.

37 Cf. Robert Graves, Les Mythes grecs, op. cit., 1.1, ch. 39, p. 157.

38 Cf. William H. Tillinghast, "The Geographical knowledge of the Ancients considered in relation to the discovery of America", dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 1, p. 41.

39 E. Salone, art. "Atlantide", dans La Grande Encyclopédie. Inventaire raisonné des Sciences, des Lettres et des Arts par une Société de Savants et de Gens de Lettres, Paris, H. Lamirault et Cie, Editeurs, 1885-1902, vol. 24, p. 457.

40 Platon, Timée ou De la Nature, dans Œuvres Complètes, t. 2, Paris, Gallimard - N.R.F., 1950, bibliothèque de La Pléiade, vol. 64, p. 431-524, et Critias ou De l'Atlantide, Ibid., p. 525-547.

41 Platon, Timée, op. cit., p. 440.

42 Ibid., p. 441.

43 Platon, Critias, op. cit., p. 531.

44 Ibid., p. 533.

45 Ibid., p. 540.

46 Ibid., p. 528.

47 Ibid., p. 528.

48 Proclus, Commentaire sur le Timée, Tome premier, livre 1, Traduction et notes par A. J. Festugière (...) Ouvrage publié en co-édition avec le Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Librairie Philosophique J. Vrin (...), 1966, Bibliothèque des textes philosophiques (...), IIe part., p. 111-112.

49 Cf. Jean Gattefossé et Claudius Roux, Bibliographie de l'Atlantide et des questions connexes (Géographie, Ethnographie et Migrations anciennes Atlantique et Méditerranée, Afrique et Amérique, Fixité ou Dérive des Continents, Déluges, Traditions, etc.), Avec 15 planches de Cartes et Croquis. Ouvrage publié sous les auspices de la Revue internationale MÉTANOIA de Cannes, à l'occasion de la fondation de la Société d'Études Atlantéennes de Paris, Lyon, Imprimerie Bosc Frères & Riou, 1926.

50 Léon de Rosny, "L'Atlantide historique. Un continent englouti sous les flots", dans Revue Orientale et Américaine, t. 13, 2e série, 3e vol. , 1875, p. 33-43 et 159-166.

51 Cf., en particulier, le ch. 1 de son Étude sur les rapports de l'Amérique et de l'Ancien Continent avant Christophe Colomb (Paris, Ernest Thorin, Libraire-Editeur – Besançon, Marion, Libraire-Editeur – Montpellier, Coulet, Libraire-Editeur, 1869) qui sera développé dans le long article "L'Atlantide" publié dans la Revue de Géographie, 3e année, vol. 6 (janvier-juin 1880), p. 241-259, 331-345,421-430, et vol. 7 (juillet-décembre 1880), p. 21-29.

52 Cf. Jules Mees, Histoire de la découverte des Îles Açores et de l'origine de leur dénomination d'îles Flamandes, Gand, Librairie Vuylsteke, 1901, université de Gand, Recueil de Travaux publiés par la Faculté de Philosophie et Lettres, 27e fascicule, Ie part., ch. 1, p. 29.

53 Marianne Mahn-Lot, La Découverte..., op. cit., 1, ch. 1, p. 10. Cf. également, Dr. Eduardo Alfonso, La Atlántida y América (Historia, arqueología, viajes, leyendas y tradiciones), Madrid, Cultura Clásica y Moderna, 1956.

54 Cf. Sainte-Croix de La Roncière, A la Conquête des Mers. La navigation des anciens et les connaissances géographiques depuis la plus haute antiquité jusqu'à Christophe Colomb, Paris, Nouvelles Editions Excelsior, 1938, ch. 7, p. 194-195. Voici le "tableau résumé des emplacements supposés ou proposés par les savants" que donne l'auteur :
"Atlantique Nord (vers le pôle) : Verneau.
Açores, Espagne et Irlande : Martins.
Madères, Canaries, Cap-Vert : Baudelot, Beeman, Bory, Brosses, Buagha, Buffon,
Carli,
Devigne, Engel, Fortia d'Urban, R.-M. Gattefossé, Germain, Kircher, Jolibois, Ledru,
Mentelle, Navarro, Raynal, Rienzi, Ternier, Toumefort, Voltaire.
Golfe de Guinée, Gabon : Frobenius.
Entre l'Europe et l'Amérique : Heer, Unger.
Mexique, Antilles : Engel, Laborde, Mac-Culloch, Oviedo, Pauw.
Continent américain pré-colombien : Engel, Ortelius, Ovideo, Léon de Rosny, Théodore
Vibert.
Brésil : Fawcett, Lynch, Snider, Pellegrini.
Massif Central français : Courcelle, Seneuil.
Atlas, Berbérie, Maroc : Platon, Hérodote, Ali-Bey, Lagneau, Berlioux, O. Reclus,
Rutot.
Cl. Roux, Vivarez.
Tunisie, Gabès : Borchardt, Butavand, Knotel.
Sahara : Pierre Benoît.
Espagne : Ch. Cotte.
Méditerranée Orientale (Egée, Santorin, Palestine, etc.) : Baer, Olivier, Gentil.
Mer Noire, Crimée : Paniagua.
Perse, Mésopotamie : Latreille, Oviedo.
Tartarie, Sibérie, Mongolie : Bailly.
Baltique, Prusse Orientale : Hafer.
Hollande : Grave.
Scandinavie : Rudbeck.
Région groenlandaise-hyperboréenne : Bailly, Eraines, Mortillet (avec doute en 1897),
Verneau (en 1898)."
Cette liste — incomplète — peut être enrichie grâce à P. Gaffarel, "L'Atlantide" (art. cit.).

55 Pierre Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 7, p. 200.

56 Abbé Claude-Marie Guyon, Histoire des Amazones anciennes et modernes, Enrichie de Médailles (...) A Paris, chez Jean Villette (...) M.D. CC. XL. (...), vol. 2, 2e part., ch. 9, p. 212.
Cf. également, Abbé Delaporte, Le Voyageur François, ou la connaissance de l'Ancien et du Nouveau Monde, Mis au jour par (...) A Paris, Chez, Le Cellot, Imprimeur-Libraire, rue Dauphine, t. 10(1774), Lettre 120, p. 308 :
''Les Espagnols disent qu'une colonie de l’isle Atlantide fut autrefois amenée au Mexique ; que les habitans de cette isle tirant leur origine des Egyptiens, il n'est pas étonnant qu'ils eussent conservé le goût des pyramides, & l'art de les construire.".

57 Fray Bartolomé de Las Casas, Historia de tas Indias, dans Obras escogidas, Madrid, Atlas, 1957-1958, 5 vol. , col. "B.A.E." no 95-96-105-106-110. T. 1, liv. 1, ch. 8, p. 39

58 H. Colón, Hist...., op. cit., ch. 10, p. 76-77 et 82.

59 Agustín de Zárate, Historia del descubrimiento y conquista de la provincia del Perú y de las guerras y cosas señaladas en ella, acaecidas hasta el vencimiento de Gonzalo Pizarro y de sus secuaces, que en ella se rebelaron contra Su Majestad (...), dans Biblioteca Peruana, Primera Serie, Lima, Perú. Editores Técnicos Asociados S.A., 1968, vol. 2, Declaración de la dificultad que algunos tienen en averiguar por donde pudieron pasar al Perú las gentes que primeramente le poblaron, p. 110-111.

60 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., lère part., p. 292.

61 M. del Barco Centenera, Argent., op. cit., chant 1, fol. 3 v°

62 Pedro Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas. Segunda parte de la Historia general llamada índica, la cual por mandado del Excelentísimo señor Don Francisco de Toledo, Virrey, Gobernador y Capitán General de los Reinos del Perú y Mayordomo de la Casa Real de Castilla, compuso el Capitán Pedro Sarmiento de Gamboa dans El Inca Garcilaso de la Vega, Obras Completas (41.), Madrid, Ediciones Atlas, 1960-1965, col. "B.A.E." (no 132-133-134-135), t. 4, ch. 3, p. 202.

63 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia General de los hechos de los Castellanos en las islas y Tierra Firme del mar Océano, Publicada por acuerdo de la Academia de la Historia, Madrid, 1934, t. 2, déc. 1, liv. 1, ch. 1, p. 12. Nous nous référerons dorénavant à cette éd. en 17 t. pour les citations en espagnol. Les citations en français concernant les 2 premières décades, procèdent de la trad. de N. de la Coste (en 2 vol.) qui porte le titre suivant : Antoine Herrera, Histoire Générale des Voyages et Conqvestes des Castillans, dans les Isles & Terre Ferme des Indes Occidentales. Traduite de l'espagnol d'Antoine d'Herrera, Historiographe de Sa Majesté Catholique, tant des Indes, que des Royaumes de Castille. Par N. de la Coste. A Paris chez Nicolas & lean de la Coste, au Mont S. Hilaire, à l'Escu de Bretagne ; Et en leur boutique à la petite porte du Palais, qui regarde le Quay des Augustins. M. DC. LIX. (2e t. : M. DC. I.X.).

64 José de Acosta, Historia Natural y Moral de las Indias. dans Obras del Padre José de Acosta de la Compañía de Jesüs, Madrid, éd. Atlas, 1954, col. "B.A.E." no 73, liv. 1, ch. 12, p. 22.

65 Cf. J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 6, par. 24, p. 66, et Fr. Reginaldo de Lizárraga, Descripción breve de toda la tierra del Perü, Tucumán, Rio de la Plata y Chile, Madrid, Atlas, 1968, col. "B.A.E." no 216, liv. 1 ch. 1, p. 3. Montaigne est très prudent sur ce sujet ; il ne croit pas cependant que l'Amérique soit l'ancienne Atlantide :
"Mais il n'y a pas grande apparence que cette Isle soit ce monde nouveau que nous venons de descouvrir ; car elle touchoit quasi l'Espagne, et ce serait un effect incroyable d’inundation de l'en avoir reculée, comme elle est, de plus de douze cens lieuës (...)"
Cf. Les Essais, liv. 1, ch. XXI (Des Cannibales) dans Œuvres Complètes, Paris, Editions Gallimard, 1967, Bibliothèque de la Pléiade no 14, p. 201.

66 Juan de Villagutierre, Historia de la conquista de Itzá, Edición de Jesús M. García Añoveros, Madrid, Historia 16, 1985, col. "Crónicas de América, no 13, liv. 1, ch. 1, p. 50-51.

67 Cf. Fray Alonso de Molina, Vocabulario en lengua castellana y mexicana, mexicana y castellana, Estudio preliminar de Miguel León-Portilla (...), México, Editorial Porrúa, 1970, fol. 8 r° (de la 2e part.), qui traduit atl par "agua, orines, guerra o la mollera de la cabeça". Cf., également, Rémi Siméon, Dictionnaire de la langue nahuatl ou mexicaine, rédigé d'après les documents imprimés et manuscrits les plus authentiques et précédé d'une introduction (...), Paris, Imprimerie Nationale, 1885 [Ed. fac-sim. Graz-Austria, Akademische Druck – U. Verlagsanstalt, 1963], p. 33, qui donne "Eau, urine, sinciput, tête, cervelle, guerre (...)"

68 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 292. Mais ces rapprochements forcenés sont surtout l’œuvre des historiens et des philologues du XIXe siècle. Cf., par exemple, José Perez, "Mémoire sur les Relations des anciens Mexicains avec les peuples de l’Europe, de l'Asie et de l'Afrique", dans Revue Orientale et Américaine (devenue, à partir du 2e art., Revue Américaine), t. 8 (1862 - vol. 2), p. 162-198 ; 2e série, no 3 (1864 - vol. 2), p. 162-175 et 2e série, no 5 (1864, vol. 2), p. 300-310.

69 On peut lire sur ce planisphère d'Edgard Well, la mention suivante écrite sur toute la largeur de l'Amérique du Nord :
"This Continent/with the adjoining / Islands is generably supposed to have been / Anciently unknown / though there are not wan/ting some, who will have even the / Continent its self to be no / other, than the Insula/ATLANTIS of the / Ancients."
Le planisphère est intitulé "A New Map of the Terraqueous Globe according to the Ancient Discoveries and most general Divisions of it into Continents and Oceans". Il est reproduit par J. H. Parry, The Age of Reconnaissance, London, Weidenfeld and Nicolson, 1963, p. 176-177.

70 P. Gaffarel, "L'Atlantide", art. cit.

71 Bory de Saint-Vincent, Essais sur les Îles Fortunées, Paris, 1803. Cité par J. Winsor, qui reproduit la carte, dans Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 1, p. 19..

72 Cf. W. H. Tillinghast, "The Geographical Knowledge...", art. cit. p. 21-22.

73 Silène, qui avait été enchaîné par Midas auprès des sources du Méandre est une sorte de génie des sources qui hantait la Phrygie. P. Grimai (Dict. de la Myth., op. cit., p. 422) précise :
"Ce Silène possédait une grande sagesse, qu'il ne consentait à révéler aux hommes que sous la contrainte. C'est ainsi qu'il fut capturé, une fois, par le roi Midas, auquel il tint de sages propos."
Des renseignements obtenus "sous la contrainte" auraient donc un caractère secret et mystérieux.

74 Les deux noms semblent en effet indissociables, la Méropide étant considérée comme le domaine exclusif de Théopompe. Cf. Strabon, Géogr., op. cit., t. 2, liv. 7, ch. 3, p. 20, qui évoque "la Méropide de Théopompe".

75 Cf. F. Sánchez Dragó, Gárg., op.cit., t 1, ch. I, p. 47.

76 Nicolas Fréret, "Observations générales sur la géographie ancienne" (art. 2), dans Mémoires de l'Institut National de France, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Imprimerie Nationale, 1850, t. 16 (1e part.), p. 395-396.

77 Lucien, Hist. vér., op. cit., liv. 1, p. 3.

78 Strabon, Géogr. op. cit., t. 1, liv. 4, ch. 5, p. 333.

79 Ibid, t. 1, liv. 4, ch. 5, p. 333.

80 Juan de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 6, p. 67. Pour Solórzano il n'y a aucun doute : Thulé, c’est l'Islande.

81 Sénèque [Lucius Annaeus Seneca], Médée, dans Tragédies, t. 1, Texte établi et traduit par Léon Herrmann, 2e éd., Paris, Société d'Edition "Les Belles Lettres", 1961, Col. des universités de France publiée sous le patronage de l'association Guillaume-Budé, p. 149-150, v. 374-379.
Le texte original latin est le suivant :
"(...) Venient annis
saecula seris quibus Oceanus
uincula rerum laxet et ingens
pateat tellus Tethysque nouos
detegat orbes nec sit terris
ultima Thule."

82 Cf., par exemple. Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 10, p. 42, et H. Colón, Hist., op. cit., ch. 7, p. 64-65.

83 Cf. P. Gaffarel, Étude.... 1ère section, 2e part., ch. 2, p. 90-91. P. Gaffarel précise que "La Bible considère ces deux régions comme l'extrême limite des connaissances géographiques. "

84 Tarsis est évoqué dans le Livre des Rois, ch. 10, verset 22, mais aussi dans Jonas, ch. 1, verset 3, Le Livre d'Isaïe, ch. 2, verset 16 et ch. 23, versets 1 et 10 et le Psaume 72, verset 10. Ophir apparaît dans le Livre des Rois, ch. 9, versets 26 à 28 et ch. 10, verset 11 et dans le Livre de Job, ch. 22, verset 24 et ch. 28, verset 16.
Nous utilisons l’éd. de la Bible publiée sous la direction d'Edouard Dhorme, Paris, Gallimard-N.R.F., 1956 (L'Ancient Testament I) et 1959 (L'Ancient Testament II), col. "Bibliothèque de la Toutes les citations en langue française — sauf exceptions qui seraient signalées — seront tirées de cette édition.

85 La Bible (Ancien Testament, t. 1), op. cit., Livre des Rois, ch. 10, versets 21-22, p. 1076.

86 Cf. Bemabé Cobo, Historia del Nuevo Mundo, dans Obras del Padre Bernabé Cobo de la Compañía de Jesús, Estudio preliminar y edición del P. Francisco Mateos de la misma Compañía, Madrid, Atlas, 1964, col. "B.A.E." no 92 t. 2), liv. 11, ch. 20, p. 55.

87 La Bible (Ancien Testament, t. 2), op. cit., Le Livre d'Isaïe, ch. 23, verset 10, p. 75. Pléiade".

88 La Bible (Ancien Testament t. 1), op. cit.. Livre des Rois, ch. 9, versets 26-28, p. 1073.

89 La Bible (Ancien Testament, t. 1, op. cit.. Livre des Rois, ch. 10, verset 11, p. 1075.

90 Cf. Louis-Xavier Eyma, Légendes, Fantômes et Récits du Nouveau Monde, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven, 1863, t. 1, liv. 1, ch. 1, p. 6 :
"Christophe Colomb, au milieu des hallucinations poétiques qui troublaient parfois l'équilibre de son cerveau si ferme et si droit, s'était imaginé que les sources d'or où le roi Salomon avait puisé les matérieux précieux pour l'édification du temple de Jérusalem étaient cachées dans les entrailles de la Côte Ferme. Cela était même devenu une croyance populaire en Espagne, tant le Nouveau Monde semblait se prêter aux plus riches fantaisies !"

91 Cristóbal Colon, Caria del Almirante Colon a su Santidad, informándole de los sucesos de sus viajes anteriores : le manifiesta su deseo de presentarse a Su Santidad ; y le suplica mande ir con él, pues iba a emprender nuevo viaje, seis religiosos para predicar el Evangelio (1502, por febrero) dans Martín Fernández de Navarrete, Colección de los Viajes y Descubrimientos que hicieron por mar los Españoles desde fines del siglo XV (Obras de D. Martin Fernández de Navarrete. 3 vol., Madrid, éd. Atlas, 1954 (vol. 1), 1964 (vol. 2 et 3), col. "B.A.E." n 75-76-77), vol. 1, p. 470 (Colección Diplomática, doc. no 145).

92 Cf. R. P. Joseph François Lafitau, Histoire des Découvertes et Conquestes des Portugais dans le Nouveau Monde, Avec des Figures en taille-douce, Par le R. P. Joseph François Lafitau de la Compagnie de Jésus. A Paris, Chez Saugrain Père, Quai des Augustins, au coin de la rue Pavée, à la Fleur de Lis. Jean-Baptiste Coignard, Fils, Imprimeur du Roi, rue S. Jacques, à la Bible d'or, M. DCCXXXIII (...), [Réimpr. Genève, Slatkine Reprints, 1974 (2 t.)], t. 1, liv. 4, p. 243 :
"Dans l'idée qu'on avoit dès lors, que Sofala étoit l'Ophir de Salomon, & qu'on retiroit de là presque tout l'or de ces Contrées, le Roi Don Manuel n'avoit garde d'oublier un tel poste."
Cf., également, D’Anville, "Mémoire sur le Pays d'Ophir, où les flottes de Salomon allaient chercher de l'or" dans Mémoires de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 30 (1764), p. 83-93, et Quatremère, "Mémoire sur le Pays d’Ophir" dans Mémoires de l'Institut Royal de France – Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. 15 (2e part.), Paris, Imprimerie Royale, 1845, p. 349-402.

93 Cf. P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, ch. 4, p. 66 :
"L'Amiral croit avoir retrouvé dans ces mines [à 60 lieues d'Isabella] les antiques trésors que, dans l'Ancien Testament, Salomon, roi de Jérusalem, est dit avoir rencontrés dans le golfe Persique. Est-ce vrai ? Est-ce faux ? 11 ne m'appartient pas de le décider."

94 Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 1, ch. 128, p. 342 :
"Aquella isla de Ophir o monte de Sopora, dice aquí el Almirante ser aquesta isla Española que ya tenían Sus Altezas, pero engañóse, como por lo dicho parece, aunque tuvo alguna causa de se engañar por ver esta isla tan grande y tan felice y hermosa, y él hobiese en ella tan poco estado, que no había sino poco más de año y medio, y eso en guerras y enfermedades ocupado, y creía que debía haber muy gran cantidad de oro y otros secretos de riquezas en ella."

95 Ibid., vol. 2, liv. 2, ch. 38, p. 96.

96 Cf., par ex., P. Antonio Vázquez de Espinosa, O. Carm., Compendia y descripción de las Indias Occidentales, Edición y estudio preliminar por B. Velasco Bayón, O. Carm., Madrid, Ediciones Atlas, 1969, col. "B.A.E." no 231, I, liv. 1, ch. 6, p. 15.

97 B. Díaz del Castillo cite bien les deux "islas" en les distinguant. Cf. Hist. verd,. op. cit., vol. 2, ch. 220, p. 462.

98 Fray Toribio de Benavente [dit Motolinía], Memoriales o libro de las cosas de la Nueva España y de los naturales de ella, éd. Ed. O’Gorman, México, éd. UNAM, 1971, ch. 58, p. 235. Ce passage est transcrit. Cf. son Historia (op. cit.), traité III, ch. 11, p. 167.

99 Cf. R. P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire du Paraguay. Par le R. P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, de la Compagnie de Jésus. A Paris, Chez Didot, Quai des Augustins, à la Bible d'or - Giffart, rue Saint-Jacques, à Sainte Thérèse – Nyon, Quai des Augustins, à l'Occasion, M. DCC. LVI (...), vol. 1, liv. 1, p. 25.

100 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Hist. Gen.. op. cit., déc. 3, liv. 9, ch. 3, p. 367-368.

101 "Légende de la carte de 1544 concernant l'expédition de Cabot à la Plata", dans Henry Harrisse, Jean et Sébastien Cabot. Leur origine et leurs voyages. Étude d'Histoire Critique suivie d'une Cartographie, d'une Bibliographie et d'une Chronologie des Voyages au Nord-Ouest de 1497 à 1550 d'après des documents inédits, Paris, Ernest Leroux, Editeur 1882, Recueil de voyages et de documents pour servir à l'histoire de la Géographie. Depuis le XIIIe jusqu’à la fin du XVIe siècle, doc. no 33, p. 356. Cf. également le doc. no 32 B, p. 355 : "Transfert à la femme de Cabot des appointements de son mari."

102 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Hist. Gen., op. cit., déc. 1, liv. 1, ch. 1, p. 13.

103 Cf. Alfred Métraux, Les Incas. Paris, éd. du Seuil, 1961, col. "Le Temps qui court", ch. 3, p. 36-37 :
"Montesinos, introduisit quelque confusion dans l'historiographie de l’ancien Pérou. Cet auteur qui écrit sa chronique entre 1636 et 1642, un siècle donc après la conquête, n'en donne pas moins une liste de quatre-vingt-treize empereurs ayant précédé les Incas pendant une période d'environ quatre mille ans, le Pérou n'étant d'ailleurs, selon lui, que le royaume d'Ophir du roi Salomon."

104 Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vêla, Historia de la Villa Imperial de Potosí, éd. de Lewis Hanke et Gunnar Mendoza, Providence (Rhode Island), Brown University Press, 1965, t. 1, 1e part., liv. 1, ch. 2, p. 13.
Cf. Pierre Duviols, La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial, "L'extirpation de l'idolâtrie" entre 1532 et 1660, Lima, Institut français d'études andines, 1971, Travaux de l'Institut Français d'Études Andines, Tome XIII, ch. 1, p. 65-66 :
"C'est ce que fait aussi, vers la même époque, Fernando de Montesinos, qui prend soin de faire de Manco Capac le contemporain de Jésus ; ainsi Ophir, descendant de Noé, a-t-il pu peupler le Pérou bien avant la Passion (...)"

105 Alfonse de Saintonge [Jean Fonteneau dit], La Cosmographie avec l'Espère et régime du soleil et du nord, par Jean Fonteneau dit Alfonse de Saintonge, Capitaine-pilote de François publiée et annotée par Georges Musset, Paris, E. Leroux, 1904, Recueil de Voyages et de Documents – Depuis le XIIIe jusqu'à la fin du XVIe siècle, no XX. ; fol. 175 v°, p. 475. Voir, également sur ce sujet : Licenciado Pedro Ordóñez de Ceballos, Viaje del Mundo, hecho y compuesto por el Licenciado Pedro Ordóñez de Ceballos canónigo de la Santa Iglesia de Astorga, natural de la insigne ciudad de Jaén (....), éd. y prólogo de Ignacio B. Anzoátegui, Buenos Aires, Espasa-Calpe Argentina S.A., 1947, col. "Austral" no 695 ; liv. 3, ch. 11, p. 324.

106 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias, Edición de Don Marcos Jiménez de la Espada, Estudio preliminar de Doña María del Carmen González Muñoz, Madrid, Ediciones Atlas, 1971, col. "B.A.E." no 248, p. 306.

107 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., dédicace "A la S.C.R.M.", p. 199.

108 Cf. López Vaz, A discourse of the West Indies and South sea written by Lapez Vaz a Portugal, borne in the citie of Elvas, continued unto the yere 1587. Wherein among divers rare things not hitherto delivered by any otlter writer, certaine voyages of our Englishmen are truely reported: which was intercepted with the author thereof at the river of Plate, by Captaine Withrington and Captaine Christopher Lister, in the fleete set foorth by the right Honorable the Erle of Cumberland for the South sea in the yeere 1586. Dans Richard Hakluyt, The Principal Navigations, Voyages, Traffiques & Discoveries of The English Nation mode by sea or Overland, to the Remole & Farthest Distant Quarters of the Earth at any lime within the compasse of these 1600 yeeres. By Richard Hakluyt, London, J. M. Dent & C° — New York, E.-P. Dutton & C°, s. d. (8 vol.), vol. 8, p. 206.
A propos de ce passage de López Vaz, voir Edouard Charton, Voyageurs Anciens el Modernes ou Choix des relations de Voyages les plus intéressantes et les plus instructives depuis le cinquième siècle avant Jésus-Christ jusqu'au dix-neuvième siècle. Avec Biographies, Notes et Indications Iconographiques (...), Paris, aux Bureaux du Magasin Pittoresque, vol. 2, t. 4 (1857), p. 200.

109 Cf. Antonio de Alcedo, Diccionario Geográfico de las Indias Occidentales o América, Edición y estudio preliminar por Don Ciriaco Pérez-Bustamante, Madrid, éd. Atlas, 1967, col. "B.A.E." no 207 t. 3), p. 336.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search