Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume I

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cf. l’article de Fernand Braudel : "La longue durée", dans Annales, E.S.C., 13e année, no 4, (octo (...)

1Le grand élan expansionniste qui a animé les peuples européens aux XVe et XVIe siècles, est l’un de ces phénomènes de "longue durée" qui marquent profondément l’Histoire de l’Humanité1. La conquête de l’espace américain, l’une des principales réalisations de cette poussée remarquable, a incité à la réflexion et inspiré bon nombre de travaux.

2Nous avons préféré nous intéresser tout spécialement aux mobiles et au comportement des Européens. Mais, comme nous aurons l’occasion de le constater, ce choix n’est pas exclusif car l’apport des éléments aborigènes est d’une importance capitale.

***

  • 2 Nous adoptons ce vocable, plus juste, dont Pierre Chaunu préconise l'emploi :
    "La Conquista, non la (...)

3Les faits et gestes des découvreurs et des conquistadores ont donné lieu à de nombreux commentaires. Que n’a-t-on pas écrit à leur propos ! Tous les ressorts de la Conquista2 n’ont-ils pas été démontés et patiemment examinés ?

  • 3 Manuel Ferrandis Torres, El mito del oro en la Conquista de América Trabajo basado en las confer (...)
  • 4 Virgile [Publius Vergilius Maro] L'Enéide, Traduction, chronologie, introduction et notes par Maur (...)

4L’appât du lucre, la passion des richesses, le "mythe de l’or" – pour reprendre un titre célèbre de Manuel Ferrandis Torres3 – ont joué, à l’évidence, un rôle de premier plan. Misérable cupidité honnie par tous les âges ! "A quoi ne pousses-tu pas le cœur des mortels, exécrable soif de l’or !" disait déjà Virgile4. Et l’action des conquistadores pourrait fort bien illustrer cette exclamation. Leur cupidité est un sujet amplement traité qui revient comme un leitmotiv dans les textes. L’or américain a ébloui les Européens, les a fascinés et, souvent, a provoqué leur perte :

  • 5 Fray Toribio de Benavente [dit Motolinía], Historia de los Indios de la Nueva España. Relación de (...)

"Quelle Babylone ! Quel torrent de désordre et de confusion fit son lit dans la terre du Pérou ! — écrit Motolinía — Comme se change en larmes amères l’or misérable dont la convoitise les poussa à vendre leurs patrimoines qui leur eussent permis de vivre à l’instar de leurs ancêtres5 !"

5Point n’est besoin d’insister sur un fait universellement reconnu : la recherche de l’or fut, du moins en apparence, le principal moteur de l’expansion européenne dans le Nouveau Monde. Le principal, peut-être, mais non le seul.

  • 6 Tzvetan Todorov, La conquête de l'Amérique. La question de l'autre. Paris, éd. du Seuil, 1982, 1èr (...)

"Est-ce donc une cupidité vulgaire qui a poussé Colon dans son voyage – s’interroge Tzvetan Todorov –. Il suffit de lire ses écrits en entier pour se convaincre qu’il n’en est rien6."

6Comment ne pas souscrire à cette remarque qui souligne la complexité des intentions d’un pionnier exemplaire ? L’Amiral de la mer Océane voulut apparaître comme un défenseur zélé de la religion. Dès le début de son premier séjour outre Atlantique il songea à la propagation de la foi chrétienne. Son journal de bord en témoigne :

  • 7 Cristóbal Colón, Diario de a bordo. Edición de Luis Arranz. Madrid, Historia 16, 1985, col. ''Crón (...)

"Et je dis que Vos Altesses ne doivent consentir à ce qu’aucun étranger (hormis les Chrétiens catholiques) ne se livre au commerce ni ne s’installe (car le but premier et ultime de cette entreprise fut l’accroissement et la gloire de la religion chrétienne), ni admettre que vienne ici quiconque ne serait pas bon chrétien7."

7La diffusion du christianisme fut ainsi, régulièrement, présentée comme un devoir sacré par les chefs qui s’adressaient à leurs troupes. Hernán Cortés, dans une harangue solidement charpentée, reconstituée dans le goût antique par Francisco López de Gómara – un clerc il est vrai –, utilise cet ultime argument de poids pour entraîner l’adhésion de ses soldats hésitants :

  • 8 Francisco López de Gómara, Hispania Victrix. Primera y Segunda Parte de la Historia General de las (...)

"Outre tout cela nous avons le devoir d’exalter notre sainte foi catholique, comme nous avons commencé à le faire, en agissant en bons chrétiens et en extirpant l’idolâtrie – qui est une si grande injure pour notre Dieu –, en abolissant les sacrifices humains et les repas de chair humaine – pratique contre nature et habituelle – sans parler d’autres péchés que leur turpitude m’oblige à passer sous silence8.”

  • 9 Pedro Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, escrita por el capitán D. Pedro Marino de Lobe (...)
  • 10 Ibid., Liv. 2, 1ère part., ch. 2, p. 371.

8Don García, envoyé en 1557 au Chili par son père le vice-roi du Pérou Hurtado de Mendoza, évoquait de même, "la gloire de Dieu, Notre-Seigneur, qui est le but principal que nous poursuivons9". Propos officiels, certes, qui ne rejettent point "la convoitise de l’or ou toute autre sorte de profit10 ", et tendent à donner bonne conscience aux responsables des expéditions.

9Le motif religieux existe, n’en doutons pas, au moins dans les formules stéréotypées des capitulaciones :

  • 11 Capitulación que se tomó con Diego de Vargas para lo de las Amazonas (Toledo, 24-XII1549). Dans Co (...)

"Le Roi. Puisque Nous désirons, dans la mesure du possible, que soient instruits et convertis les Indiens originaires de Nos Indes, îles et Terre Ferme de la mer Océane, qu’ils soient amenés à embrasser Notre Sainte Foi Catholique, et que pour ce faire soient envoyées des personnes appropriées à cette tâche...11."

10La volonté – sincère ou feinte – d’accroître les dimensions du monde chrétien doit être prise en compte et considérée à sa juste valeur.

  • 12 Cf., à ce sujet, l'étude de José Durand : La transformación social del Conquistador, México, Porrú (...)

11L’examen des documents de l’époque démontre la diversité des mobiles. La soif de l’or, que nous avons mentionnée, est aussi associée au désir de valer más et de connaître une promotion sociale12. L’or permet tout, suivant le dicton cité par Juan de Castellanos dans ses Elegías de varones ilustres de Indias :

  • 13 Juan de Castellanos, Elegías de varones ilustres de Indias, compuestas por Juan de Castellanos, Ma (...)

"Cherchons pour l’instant à avoir de l’or,
Car, grâce à lui, ensuite tout devient doré13."

  • 14 "Tous ceux qui s’en furent aux Indes rêvèrent de cette transformation sociale ; c'était logique : (...)
  • 15 Cf. Stuart B. Schwartz, "La nobleza del Nuevo Mundo : movilidad y aspiraciones sociales en la conq (...)

12Promotion économique et promotion sociale apparaissent alors comme les deux éléments indissociables d’un binôme très efficace pour le mouvement d’expansion14. Les résultats furent cependant bien décevants pour les conquistadores qui s’estimèrent mal récompensés des souffrances endurées et des ruineux investissements qu’ils avaient réalisés. La couronne d’Espagne, fort méfiante, s’opposa à l’apparition d’une noblesse "américaine" et les titres ne furent qu’exceptionnellement décernés15. L’encomienda, elle-même, strictement contrôlée, et qui ne pouvait être transférée en Europe, devint rapidement une cause d’amertume.

  • 16 "L'Honra (l'honneur) avant tout — écrit J. Meyer — : l’honra de l'aventure permanente, l'honra d’ê (...)

13L’honneur, la renommée, qui ne dépendent – à l’origine du moins – que de l’individu étaient plus accessibles. L’Amérique où se retrouvèrent des vétérans des guerres d’Italie, des nostalgiques de la Reconquista et de pauvres hidalgos ambitieux fut une terre d’élection pour les soldats et les capitaines en quête de honra16. Mais l’honneur et les honneurs passaient d’abord par le service du Roi. Les premiers administrateurs de la Nouvelle-Espagne et du Pérou le savaient bien. Ils ne manquaient pas d’organiser des expéditions et de pousser les explorateurs vers les terres inconnues : cela leur serait compté à l’heure du bilan. D’autres acteurs de la Conquista, même parmi les plus obscurs, manifestaient clairement la fierté qu’ils éprouvaient d’être les sujets d’un empereur puissant et démontraient leur attachement au Souverain. L’extension du domaine de la Couronne fut ainsi présentée comme un but essentiel, du temps des Rois Catholiques – alors que se poursuivait en Amérique le long mouvement d’expansion de la Reconquista péninsulaire – mais aussi du temps de l’empire de Charles Quint.

  • 17 Cf. F. Morales Padrón, "L’Amérique dans la littérature espagnole", art. cit., p. 282-283 :
    "L’avent (...)

14L’attrait de l’inconnu, le goût de l’aventure et des voyages ont également joué un rôle de premier plan17. Que de tentatives pour "découvrir les secrets du pays" ("descubrir los secretos de la tierra") ! Cette expression qui revient avec constance dans les documents montre que les pionniers étaient animés d’une profonde curiosité, qu’ils avaient un penchant très net pour la nouveauté. L’humaniste Pietro Martyre d’Anghiera a bien résumé cela dans ses Décades "De Orbe Novo" :

  • 18 Pierre Martyr Anghiera [Pedro Mártir de Anglería ou Pietro Martyre d'Anghiera], De Orbe Novo. Les (...)

"Toute cette nation espagnole est, en effet, tellement avide de nouveauté que, quel que soit l’endroit où on l’appelle soit d’un signe de tête, soit en sifflant, elle accourt avec empressement, et, dans l’espoir d’une situation meilleure, abandonne le certain pour l’incertain18."

15La froide résolution et le calcul n’avaient bien souvent qu’une importance secondaire ; la passion et parfois même l’instinct seul déterminaient largement les comportements. On ne peut invoquer un mobile sans en apercevoir, ne serait-ce qu’en filigrane, plusieurs autres. L’alliage est difficile à analyser : il est impossible d’en connaître la teneur exacte. De plus, le mélange évoluait. Et nous devons constater, avec Juan Pérez de Tudela, que :

  • 19 Juan Pérez de Tudela, "Vision de la découverte du Nouveau Monde chez les chroniqueurs espagnols." (...)

"(...) ni les buts des expéditions exploratrices ni l’idéologie qui les guidait ni leur caractère ne naquirent fixés naturellement. Ils se développèrent et changèrent au fur et à mesure de leur progression19."

***

16Le dynamisme de l’expansion résulte de l’intervention de forces diverses qui traduisent les aspirations ou les pulsions des individus. Mais l’appât du gain ou des honneurs, le "patriotisme" naissant et le goût de l’aventure n’expliquent pas tout. L’analyse de la poussée expansionniste européenne en Amérique serait incomplète si l’on écartait un facteur essentiel : l’imaginaire. Les historiens ne manquent pas de le souligner, mais, curieusement, la plupart d’entre eux n’accordent pas à ce facteur la place qui semble devoir lui revenir. Le rôle de l’imagination n’est pas assez mis en valeur.

"Les mythes mêmes, ces supports de l’idéal, ont servi d’intermédiaire entre le désir et sa réalisation."

17reconnaît Jacques Lafaye, qui ajoute :

  • 20 Jacques Lafaye, Les Conquistadores, Paris, éd. du Seuil, 1964, col. "Le temps qui court", ch. 5, p (...)

"On ne pourra pas comprendre le délire des imaginations, ni mesurer l’enthousiasme des Conquérants, si l’on ne fait pas la part très large à la quête de l’impossible20."

  • 21 Georg Friederici, El carácter del descubrimiento y de la conquista de América. Introducción a la H (...)

18Associant la "chimère de l’Eldorado”, "la passion de l’or" et "l’esprit aventurier", Georg Friederici précise, lui aussi, clairement : "l’importance de ces raisons ne doit point être négligée"21.

  • 22 Cf. Le Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française par Paul Rober (...)

19Le nom "Eldorado" a été largement diffusé. Son adoption par la langue française, comme synonyme de "Pays de Cocagne" prouve bien sa popularité et l’importance du mythe qu’il désigne22. Qui n’a entendu parler de la rivière des Amazones ? Les Sept Cités de Cíbola, le lac Parime, moins en faveur de nos jours, ont cependant agrémenté pendant des décennies les cartes de l’Amérique. Les mythes et les légendes de l’époque de la Conquista ont, incontestablement, laissé de profondes traces.

20Nous ne saurions, bien entendu, expliquer l’expansion européenne dans le Nouveau Monde grâce à la seule intervention de l’imaginaire, et nous approuvons Francisco Morales Padrón lorsqu’il déclare :

  • 23 Francisco Morales Padrón, Los conquistadores de América, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1974 (1ère éd. (...)

"Ceux qui n’ont vu, comme unique moteur de la Conquista, que l’histoire des mythes et, parmi ceux-ci, surtout celui de l’Eldorado comme symbole de la fièvre de l’or, se sont trompés23."

21Nous devons toutefois constater, objectivement, l’importance de cet élément dont il est nécessaire de préciser le rôle et les limites.

***

22Plusieurs auteurs ont évoqué les mythes et les légendes qui se sont développés dans le Nouveau Monde. Il existe cependant peu d’études qui cherchent à analyser l’ensemble de ces mythes et légendes, alors que les travaux partiels ne manquent pas. De plus, ces études – rares – ne s’intéressent qu’au domaine "ibérique", et cela n’est pas surprenant si l’on tient compte du monopole qu’ont exercé, pendant des lustres, les couronnes d’Espagne et du Portugal en Amérique. Mais ces travaux, déjà anciens, ont le mérite d’exister et nous tenons ici à rendre hommage à quatre auteurs que nous avons souvent mis à contribution.

  • 24 Ferdinand Denis, Le Monde enchanté. Cosmographie et Histoire Naturelle Fantastiques du moyen âge. (...)

23Le pionnier en la matière est Ferdinand Denis, écrivain du XIXe siècle, féru d’histoire, bon connaisseur du Moyen Âge, de la péninsule Ibérique et du continent américain, qui a publié de nombreuses pages et donné le jour, en 1843, à une œuvre précieuse intitulée : Le Monde Enchanté. Cosmographie et Histoire Naturelle Fantastiques du Moyen Âge24. C’est une première vision panoramique du sujet qui nous occupe. Et l’approche romantique de Ferdinand Denis, qui n’est pas dépourvue de charme, témoigne aussi d’une grande érudition.

  • 25 M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit.
  • 26 Enrique de Gandía, Historia crítica de los mitos y leyendas de la conquista americana, Buenos Aire (...)
  • 27 Federico Fernández de Castillejo, La ilusión en la Conquista, Génesis de los mitos y leyendas Amer (...)

24Dans la première moitié du XXe siècle, trois autres auteurs ont étudié les mythes de l’époque de la Conquista : Manuel Ferrandis Torres, qui a publié en 1933 El mito del oro en la conquista de América25 et traité, malgré les apparences d’un titre restrictif, la plupart des "grands" mythes, et Enrique de Gandía qui a transformé le titre de son Historia critíca de los mitos de la conquista americana, publiée à Madrid en 1929, en Historia critíca de los mitos y leyendas de la conquista americana (éditée à Buenos Aires en 1946)26. Cette dernière œuvre, fort érudite, analyse les mythes les plus "importants". Signalons enfin l’ouvrage de Federico Fernandez de Castillejo, La ilusión en la Conquista, publié à Buenos Aires en 1945, qui passe rapidement en revue l’ensemble des mythes27.

***

  • 28 Encyclopædia Universalis, Paris, Encyclopædia Universalis Editeur, 1984-1985 (1ère éd. 1968-1975), (...)

25Le mythe de l’or, de l’Eldorado, des Sept Cités de Cíbola, du Gran Paititi, de la Cité des Césares... Le vocable mythe, que l’on trouve très fréquemment employé ainsi, peut prêter à confusion. Cependant, définir le mythe n’est pas chose facile. L’Encyclopoedia Universalis signale très justement que "la notion de mythe, si elle a été redéfinie, approfondie, analysée de cent façons, est loin d’être élucidée28." Mircea Eliade — un spécialiste en la matière — aboutit aussi à la même conclusion :

"Il serait difficile de trouver une définition du mythe qui soit acceptée par tous les savants et soit en même temps accessible aux non-spécialistes."

26Et il ajoute :

  • 29 Mircea Eliade, Aspects du Mythe, Paris, Gallimard, N.R.F., 1963, col. "Idées" no 22, ch. 1, p. 14.

"Le mythe est une réalité culturelle extrêmement complexe, qui peut être abordée et interprétée dans des perspectives multiples et complémentaires29."

27Roger Bastide fait exactement le même constat dans son article "La Mythologie" de l’Encyclopédie de la Pléiade :

  • 30 Roger Bastide, "La Mythologie", Ethnologie Générale, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard, (...)

"On pourrait être étonné que nous n’ayons pas donné au début de cet exposé une définition préalable de ce qu’il faut entendre par mythe. Mais c’est, aussi étrange que la chose puisse paraître au premier abord, que la définition du mythe varie suivant la perspective selon laquelle on l’envisage30."

  • 31 Cf. Max Müller, Essais sur la Mythologie comparée, les traditions et les coutumes (...). Ouvrage t (...)
  • 32 Karl Abraham, Rêve et Mythe. Contribution à l'étude de la psychologie collective (1909), dans Œuvr (...)

28On aurait, en effet, bien du mal à tenter de rapprocher les points de vue de Max Millier, Andrew Lang, Sigmund Freud ou Claude Levi-Strauss31. Devons-nous considérer, avec Max Müller, le mythe comme le résultat d’une "maladie du langage" ou suivre Karl Abraham qui pense que "le mythe est un fragment dépassé de la vie psychique infantile de la collectivité32" ?

29Il faut reconnaître que, dans le langage courant, l’emploi du vocable mythe est assez équivoque. C’est ce que souligne Mircea Eliade dans son œuvre Aspects du mythe :

  • 33 Mircea Eliade : Aspects du mythe, op. cit., ch. 1, p. 9.

"En effet, ce mot est utilisé aujourd’hui aussi bien dans le sens de "fiction" ou d’"illusion" que dans le sens, familier surtout aux ethnologues, aux sociologues et aux historiens des religions, de "tradition sacrée, révélation primordiale, modèle exemplaire"33."

30Et c’est bien avec le sens de "fiction" ou d’"illusion" que de nombreux écrivains emploient ce terme si difficile à définir.

31Nous ne prendrons pas le mot mythe dans le sens "familier aux ethnologues" que mentionne Mircea Eliade. Gardons-nous, cependant, de nous enfermer dans une définition trop absolue : l’analyse des "mythes" que nous allons examiner pourrait nous obliger à modifier notre point de vue. Posons donc seulement comme principe que mythe est synonyme d’illusion ou de produit de l’imaginaire collectif.

***

32Le mythe ainsi "défini" paraît bien proche de la légende. Mais n’y a-t-il pas dans le langage courant de différence fondamentale entre ces deux notions ?

33Le mythe ne peut être situé avec suffisamment de précision, ni dans le temps ni dans l’espace, alors qu’il est possible d’évoquer des légendes "géographiques" ou "historiques". Les nombreuses apparitions d’Amazones en des lieux divers du continent américain en apportent la preuve, et les Sept Cités, l’Eldorado ou le Pays des Césares, que l’on a constamment déplacés, nous confortent dans cette opinion. Comment dresser l’acte de naissance d’un mythe ? On ne peut que constater son renouveau car le mythe, tel un volcan en sommeil, ne se manifeste que faiblement au cours de longues périodes, puis, soudain, il explose et brille de tous ses feux. Il existe depuis des siècles. Sous quelle forme apparaîtra-t-il un jour ? Nul ne peut le prévoir. Son aspect et ses épanchements seront certainement différents de ceux que l’on connaît et son activité surprendra. Le mythe, qui sait s’adapter à la conjoncture historique, a de profondes racines dans le passé et ne dépend pas exclusivement de l’époque qui facilite sa résurgence.

  • 34 Hippolyte Delahaye (S. J.)"Les légendes hagiographiques", Revue des Questions Historiques, 38e ann (...)

34La légende, par contre, peut être située avec quelque précision – si les documents et les témoignages le permettent – dans le temps et dans l’espace. Elle a "nécessairement une attache historique ou topographique" comme l’écrit Hippolyte Delahaye dans son article "Les légendes hagiographiques"34. Prenons un exemple, sur lequel nous reviendrons plus longuement : Pedro de Alvarado, lieutenant d’Hernán Cortés, aurait, d’après certains témoins, accompli pendant la Noche Triste un exploit incroyable en bondissant par-dessus un canal qui semblait infranchissable. Cette prouesse est devenue légendaire. Le salto de Alvarado a longtemps subsisté dans les mémoires. Il a certainement été exagéré, embelli, orné de mille détails par la tradition orale. Des chroniqueurs ont enregistré cet acte audacieux qu’il est possible de situer géographiquement et dont on connaît l’année, le jour et presque l’heure où il se produisit. II ne s’agit pas de s’interroger sur la véracité des faits rapportés par les "témoins". Vrai ou faux l’exploit en question peut être inséré sans peine dans un cadre historique ou géographique : on dispose de toutes les données spatio-temporelles souhaitables. De même, telle apparition de l’apôtre Santiago peut être repérée grâce à la date de la bataille et aux renseignements qui précisent le lieu où celle-ci s’est déroulée.

35Le mythe est donc bien différent de la légende. Il existe toutefois une analogie remarquable entre ces deux notions : elles dépendent de l’imaginaire collectif. Mythes et légendes font partie d’un patrimoine commun à un ensemble d’individus et dès leur apparition – ou réapparition – subissent les contraintes inhérentes à cet état : ils sont modifiés, transformés, adaptés. Ainsi, une légende peut, par l’adjonction d’éléments à caractère mythique, devenir un véritable mythe. La Cité des Césares pourrait aisément le démontrer. Les membres de l’expédition du Capitaine Francisco César, poursuivant la chimère de la Sierra de la Plata fournissent la matière d’une légende, mais lorsqu’on imagine, quelques années plus tard, une forteresse mystérieuse, d’où émergent des toits dorés, inaccessible et protégée par le silence complice des Indiens des pampas, on se retrouve tout naturellement sur le chemin du mythe. Et, comme le constate Enrique de Gandía :

  • 35 Enrique de Gandía, Historia crítica..., op. cit., ch. XV, p. 261.

"Le mythe des Césares, pourtant, est né de faits historiques rigoureusement authentiques, mais curieusement mêlés dans l’imagination des conquistadores35."

  • 36 Hippolyte Delahaye (art. cit., p. 63) aboutit à la même constatation : "Mais il faut remarquer que (...)

36II faut donc avancer avec prudence, car la frontière entre les notions de mythe et de légende ne peut toujours être clairement tracée36. L’exemple précédent le confirme.

***

37Il peut sembler illusoire de fixer des limites temporelles étroites pour étudier une notion telle que le mythe qui participe à l’évidence de la "longue durée". Nous devons avoir nos coudées franches. Comment pourrions-nous comprendre les Amazones américaines sans nous référer aux antécédents indispensables de la mythologie grecque ? De même, il est impossible de considérer qu un mythe disparaît définitivement à telle date précise. Notre étude doit nécessairement prospecter en amont et en aval de la période choisie.

38Nous avons décidé de nous intéresser plus particulièrement au premier demi-siècle qui suit l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique, mais nous estimons que de telles "limites" sont plus symboliques que contraignantes et nous n’hésiterons pas à les franchir en cas de nécessité. L’essentiel de notre réflexion portera cependant sur ces cinquante années d’une rare densité.

39Ce choix n’est pourtant pas arbitraire : il correspond – pour reprendre les termes de Pierre Chaunu – à ce "premier XVIe siècle" pendant lequel se produit la grande poussée expansionniste européenne :

  • 37 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation des Nouveaux Mondes (XVIe siècle), op. cit.. Introduction, (...)

"La mutation spatiale – écrit cet auteur – se situe au niveau du premier XVIe siècle, qui s’achève vers 1540, un XVIe siècle qui se dresse entre une gestation pluriséculaire et une digestion multiséculaire37."

  • 38 Cf. Pierre Chaunu, L'Amérique et les Amériques, Paris, Librairie Armand Colin, 1964, col. "Destins (...)
  • 39 Cf. Marianne Mahn-Lot, La conquête de l'Amérique espagnole, Paris, P.U.F., 1974, col. "Que sais-je (...)
  • 40 M. Mahn-Lot, La conquête..., op. cit., p. 23.

40Peut-on considérer que la Conquista est terminée vers 154038 ? Faut-il plutôt – comme nous y invite Marianne Mahn-Lot39 – faire coïncider sa fin avec celle du règne de Charles Quint ? Il est vrai que la couronne espagnole souhaitait en 1556 que le mot descubrimiento se substituât à celui de conquista40. Nous aurons l’occasion de constater que la fin de ce "premier XVIe siècle" a de bien curieuses "correspondances" dans le domaine des mythes et des légendes.

***

  • 41 Cf. Fray Benito Jerónimo Feijoo, Teatro Crítico, Discurso 10 (Fábulas de las Batuecas y países ima (...)
  • 42 Monomatapa ou Royaume du Monomotapa. C'était aussi le nom d'un roi bantou qui dominait une vaste r (...)

41La conquête de l’espace américain n’est que l’un des aspects de la poussée expansionniste qui a mené les Européens au-delà des mers. Il paraît difficile d’isoler l’Amérique du reste de la planète et nous nous refusons à considérer le Nouveau Monde comme un monde à part. Les Philippines "espagnoles" font-elles partie du continent américain ? Fernão de Magalhães a-t-il agi autrement en Asie qu’en Amérique ? Les Portugais, qui longtemps ont donné la priorité à l’Afrique et à l’Asie, ont-ils eu un comportement différent de celui des Espagnols outre-Atlantique ? Le mystérieux Prêtre Jean des Indes dont on parla beaucoup en Europe, les curieuses îles Palaos du Pacifique41, la fabuleuse cité de Tombouctou, les richesses du Monomotapa42, pourraient avantageusement figurer auprès du Rey Blanco et de la cité de Manoa del Dorado.

  • 43 Pierre Chaunu, L'Amérique..., op. cit., liv. 2, ch. 1, p. 56.

42Sans négliger pour autant la dimension universelle du mouvement d’expansion, nous avons choisi de nous intéresser plus particulièrement au continent américain qui, à nos yeux, constitue un ensemble relativement homogène. En outre, à de rares exceptions près, dans la période que nous avons retenue, le Nouveau Monde est l’affaire de la couronne d’Espagne. "Parler d’une Amérique de la conquista – écrit P. Chaunu –, c’est parler d’une Amérique à 95 ou 98 p. 100 espagnole43..."

  • 44 Ambroise Ehinger — ou Alfinger — fut le premier gouverneur "allemand" du Venezuela (1529-1533) et (...)
  • 45 Cf. Ch.-André Julien, Les voyages de découverte et les premiers établissements (XVe-XVIe siècles),(...)
  • 46 Pierre Chaunu, Conquête..., op. cit., 2e part. ch. 1, p. 128, présente ainsi Jean et Sébastien Cab (...)

43Oui, l’Amérique de la Conquista semble bien être une "Amérique espagnole". Mais Alfinger, Spira, Federmann, les conquérants du Venezuela, étaient-ils "espagnols"44 ? Le navigateur Verrazano était-il "français"45 ? Giovanni Cabota était-il "anglais"46 ? Il apparaît que l’on emploie abusivement certains qualificatifs. Les "Allemands" du Venezuela agissaient pourtant sous le contrôle de la couronne d’Espagne, Verrazano servait le roi de France et "John Cabot" celui d’Angleterre. Le service du Prince est le seul dénominateur commun que nous puissions retenir. D’ailleurs les tentatives de Christophe Colomb auprès des souverains du Portugal, d’Angleterre et de France et les choix successifs de Magellan ou Sébastien Cabot doivent nous inciter à réfléchir.

44Il est évident que la conquête des mers – et particulièrement celle de l’océan Atlantique concernait tous les peuples qui vivaient près des côtes. Les marins de tous les pays de la façade atlantique de l’Europe, ainsi que les Génois qui circulaient beaucoup dans l’Océan, ont été les acteurs principaux des expéditions de découverte.

"Le fait de vivre, par exemple à proximité de côtes favorables à la navigation, sur des confluents ou de grandes routes, etc., les richesses naturelles, la nature même des obstacles à vaincre, constituent des suggestions permanentes qui finissent par être mises à profit."

  • 47 Gaston Bouthoul, Les mentalités, Paris, P.U.F., 1981 (6e éd.), col. "Que sais-je ?" no 545, 1ère p (...)

45souligne Gaston Bouthoul47. En outre, l’extrême mobilité des hommes, favorisée par la complexité de la situation politique, a donné des résultats surprenants.

46Il nous paraît donc préférable, en considérant la poussée expansionniste comme un vaste mouvement qui concerne l’ensemble des peuples de l’Europe occidentale, de qualifier les découvreurs et les conquérants d'Européens. Si les "nations" de la péninsule Ibérique ont longtemps fourni l’essentiel de l’effort d’expansion, d’autres ont participé à l’entreprise. Cependant, force nous est de constater que l’Amérique du "premier XVIe siècle" est sans conteste un territoire dominé par la couronne d’Espagne.

  • 48 Notons également que la mentalité est un élément stable qui permet une analyse portant sur plusieu (...)

47Le groupe d’êtres humains que nous devons prendre en compte est toutefois relativement homogène. Il intègre des éléments extérieurs assez peu dissemblables appartenant, malgré la diversité de leurs origines, à une même civilisation. Ceci est encourageant car une réflexion sur la mentalité d’un ensemble d’individus suppose une certaine unité psychologique de ce même ensemble. L’époque de la Découverte et de la Conquista, qui n’intéresse que deux ou trois générations d’Européens offre donc des conditions favorables pour engager cette réflexion48.

***

48La dimension européenne de la question ne peut nous faire oublier que les principales sources d’information concernant la période retenue sont essentiellement ibériques.

  • 49 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'apparition du livre (...), Paris, éditions Albin Michel, 195 (...)

"Les grandes découvertes géographiques, les conquêtes espagnoles et portugaises ne passèrent pas inaperçues — écrivent L. Febvre et H.-J. Martin — ; mais qu’on ne s’y trompe pas : jusque vers 1550, celles-ci n’intéressent avant tout, hors de la péninsule ibérique, qu’un public relativement restreint de savants, de gens cultivés, de grands marchands. Et surtout, les notions nouvelles ne sont pas totalement assimilées49."

49Ces sources imprimées, bien que provenant d’une aire géographique limitée sont cependant du plus haut intérêt car elles émanent des deux pays les plus dynamiques. Chroniques, histoires, récits divers y furent livrés au public.

  • 50 Les historiens des Indes sont fort nombreux. Nous renvoyons le lecteur curieux aux études de Charl (...)

50Une première catégorie d’œuvres rapporte les témoignages directs des acteurs de l’expansion. Christophe Colomb, bien sûr, mais aussi Hernán Cortés ou Àlvar Núñez Cabeza de Vaca ont vécu la grande aventure et transmettent leurs réactions. Leurs écrits, d’une importance capitale, sont une mine très riche. D’autres nous renseignent indirectement, tel Pietro Martyre d’Anghiera qui diffusait largement les "nouvelles" qui parvenaient jusqu’à lui. Signalons également l’apport de plusieurs écrivains – parfois acteurs eux-mêmes – qui commentent, analysent, traitent les faits. Fray Bartolomé de Las Casas, Gonzalo Fernandez de Oviedo, Pedro de Cieza de León, Francisco López de Gómara relatent ainsi les événements, ouvrant la voie à des historiens plus tardifs comme Antonio de Herrera y Tordesillas ou l’Inca Garcilaso de la Vega qui, avec un certain recul, cherchent à présenter un tableau plus élaboré50.

  • 51 Nous aurons l'occasion de nous référer à tous ces auteurs et nous donnerons, au fur et à mesure, l (...)

51La Conquista a aussi inspiré des poètes fort estimables, comme Juan de Castellanos, Alonso de Ercilla ou Martín del Barco Centenera51, mais, comme le fait remarquer Francisco Morales Padrón, elle n’eut pas son Iliade ou son Odyssée.

  • 52 F. Morales Padrón, Los conquistadores de América, op. cit., ch. 1, p. 16.

"Malgré sa grandeur épique, la geste des Indes n’a pu engendrer une littérature qui la place au niveau qu’elle mérite. Il n’y a pas d’Iliade ni d’Odyssée de la Conquista. Même pas un romancero. Des œuvres comme La Araucana, El Arauco Domado, El Purén Indómito, les Elegías de Varones Ilustres ou la Argentina, etc., n’ont pas la grandeur héroïque de ce qu’elles chantent52."

52La matière ne manque donc pas et l’abondance des sources imprimées est tout à fait remarquable.

  • 53 Juan Bautista Munoz, en particulier, historien de la fin du XVIIIe siècle a transcrit une quantité (...)

53Plus intéressantes peut-être, car plus proches des préoccupations quotidiennes et des aspirations des individus, les sources manuscrites doivent attirer notre attention. Une impressionnante machine bureaucratique s’est mise en place dans les Indes occidentales, mais au cours de l’époque qui nous concerne, tous les rouages n’existaient pas encore. L’installation de la société coloniale fut lente, elle ne faisait que commencer dans certaines zones. Cependant rapports, asientos, capitulaciones, cédulas et lettres diverses s’accumulaient déjà, et les liasses de l’Archivo de Indias de Séville recèlent bien des trésors. Bon nombre de ces documents ont été sauvés de l’oubli depuis la fin du XVIIIe siècle, mais le filon est loin d’être épuisé53.

54Nous ne pouvons, enfin, ignorer une autre source de renseignements très précieuse. Les légendes et les mythes, malgré les transformations qu’ils connurent, apparaissent également sur les cartes géographiques et les globes. Les cartographes traduisirent à leur manière l'état de leurs connaissances et fixèrent, tant bien que mal, pour la postérité – et parfois avec beaucoup de retard – les informations qu’ils glanèrent de tous côtés. Leur apport est digne d’estime car les documents graphiques permettent de suivre concrètement les manifestations de 1 imaginaire, de comprendre les modifications subies par certains mythes et d’apprécier leur déplacement dans l’espace.

55La multiplicité des sources n’empêche pas toutefois l’existence d’une grande disparité. Certaines aires géographiques ont été défavorisées et certaines expéditions ont laissé peu de traces écrites. Un témoignage unique peut parfois paraître suspect. Les renseignements obtenus doivent être examinés avec soin et passés au crible de la critique.

  • 54 Cf. - Francisco de Xerez [ou Jerez], Verdadera relación de la conquista del Perú, Edition de Conce (...)

56Les protestations d’objectivité étaient pourtant monnaie courante à l’époque. Francisco de Xerez écrivit, par exemple, une Verdadera relación de la conquista del Perú, Bernal Díaz del Castillo une Historia verdadera de la conquista de la Nueva España et Pedrarias de Almesto une Relación verdadera de lo que sucedió en la Jornada de Omagua y Dorado54.

57L’historien Lucien Febvre souligne, à juste titre, que :

"S’agissant des hommes du XVIe siècle, ni leurs façons de raisonner ni leurs exigences de preuve ne sont les nôtres."

58et que

  • 55 Lucien Febvre, Le problème de l'incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin M (...)

"(...) les hommes de ce temps, dans leur façon d’argumenter, ne semblent éprouver ni le besoin impérieux d’exactitude, ni le souci d’objectivité qui est en nous55."

59Le désir de plaire au lecteur, de le divertir, d’agrémenter le récit d’un voyage en insérant des épisodes au caractère étrange et merveilleux doit également être pris en compte. Cet aspect des relations écrites pour le public a été souligné par le P. Pierre François-Xavier de Charlevoix dans son Histoire et Description Générale de la Nouvelle France :

  • 56 P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle France, a (...)

"Véritablement la Relation d’un Voyageur est bien triste, quand il n’a point rapporté de quoi se dédommager par quelque avantage solide, de ses fatigues, & des risques, qu’il a courus. S’il s’avise de faire une Relation de son voyage, il trouve tous ses lecteurs en garde contre lui ; pour peu qu’il dise des choses extraordinaires, il ne trouve aucune croyance. D’autre part, si une Relation est entièrement dénuée de merveilleux, on ne la lit point, c’est-à-dire, qu’on exige d’un Voyageur qu’il nous amuse, même aux dépens de sa réputation : on veut le lire avec plaisir, & avoir le droit de se moquer de lui56."

60De même, le souci de donner, ou de reproduire, une version "officielle" des faits peut engendrer omissions, transformations ou inventions de toute sorte. Mais, "vrais" ou "faux", tous les documents nous intéressent et l’absence de données est déjà, en soi, très significative.

  • 57 Cf. Lucien Febvre, ibid., 1ère part., Note liminaire, p. 24 :
    "Mais relire ces textes avec des yeux (...)

61Enfin, nous ne devons pas exclure les erreurs commises de bonne foi, le retard dans la transmission des "nouvelles" qui a d’importantes conséquences, en particulier pour les cartographes, et les transcriptions approximatives. Mille raisons nous incitent donc à considérer avec prudence les renseignements qui sont parvenus jusqu’à nous et que nous ne pouvons traiter sans précaution. Notre mentalité est si différente de celle des hommes du "premier XVIe siècle"57 !

***

  • 58 Roberto Levillier, El Paititi, El Dorado y Las Amazonas, Buenos Aires, Emecé Editores, 1976.
    - Deme (...)
  • 59 M. Juan Gil a publié, environ un an après la soutenance de notre thèse, Mitos y utopías del Descub (...)

62Une réflexion sur le rôle de l’imaginaire dans le processus d’expansion suppose un inventaire préalable, aussi complet que possible, de tous les éléments indispensables pour la mener à bien. Plusieurs écrivains — nous l’avons déjà signalé — nous ont montré le chemin à suivre. Soulignons cependant que toutes les études auxquelles nous nous référons appartiennent au XIXe siècle ou à la première moitié du XXe siècle. Des travaux fort estimables ont paru depuis, traitant partiellement le sujet qui nous occupe. Citons, par exemple, El Paititi, El Dorado y Las Amazonas de Roberto Levillier, édité en 1976, ou l’ouvrage de Demetrio Ramos Pérez, El mito del Dorado. Su génesis y proceso, paru en 197358. Nous ne saurions négliger l’apport indispensable de nos contemporains qui ont mis en relief l’importance de certains thèmes et approfondi l’analyse de certains sujets. Toutefois, à notre connaissance, aucune étude d’ensemble n’a été proposée au cours des dernières décennies59.

63La multiplicité des sources, l’absence de documents — dans de nombreux cas — et la difficulté de sonder et d’analyser les aspirations, les sentiments, les rêves, autrement dit l’inextricable labyrinthe de l’âme humaine rendent très aléatoire toute tentative pour présenter un panorama aussi complet que possible des manifestations de l’imaginaire. Il serait vain de prétendre épuiser le sujet, de dresser une liste exhaustive des mythes et légendes qui concernent directement ou indirectement la période retenue. Nous nous efforcerons cependant, en ayant conscience des difficultés inhérentes à une telle entreprise, d’offrir le tableau le plus vaste possible en essayant de fournir les données essentielles pour une bonne compréhension de ses éléments.

64Nous avons donc choisi, à la différence de ceux qui se sont déjà engagés dans cette voie, de nous intéresser à l'’ensemble du continent américain, car la poussée expansionniste concerne, bien qu’à des degrés divers, tous les peuples de l'Europe occidentale. Il est impensable d’écarter a priori les régions du Nouveau Monde qui ne faisaient pas partie de la zone d’influence ibérique et de restreindre abusivement le champ d’investigation. Bien évidemment, les explorateurs espagnols et les conquistadores seront au cœur de nos préoccupations, mais nous ne saurions ignorer les autres Européens qui eurent, eux aussi, leur mot à dire dans cette immense entreprise.

  • 60 Roger Caillois, Le Mythe et l'Homme, Paris, Gallimard, 1938 (2e éd.), col. "Les Essais" no VI, p.  (...)
  • 61 Nous empruntons cette expression à Robert Mandrou. Cf. Robert Mandrou, Introduction à la France mo (...)

65Voyons donc de quelle manière les mythes et les légendes se sont manifestés et comment ils ont évolué. Nous suivrons, autant que faire se peut, l’ordre chronologique en cherchant toutefois, pour plus de clarté, à pratiquer les regroupements – dans le temps et dans l’espace – qui semblent s’imposer. II est nécessaire, malgré les obstacles qui ne manqueront pas de se présenter, d’avoir une vision panoramique, aussi nette que possible, des interventions de l’imaginaire tout au long des cinquante années. C’est pourquoi nous nous proposons d’examiner les données géographiques, historiques et sociales qui "constituent les enveloppes essentielles des mythes" - comme le souligne Roger Caillois60 – et qui pourraient expliquer ces interventions de l’imaginaire, en réservant pour un travail complémentaire l’étude de l’"homme psychologique"61 de la fin du XVe et du début du XVIe siècle que l’on retrouve sous un éclairage particulier dans le cadre du Nouveau Monde.

Notes

1 Cf. l’article de Fernand Braudel : "La longue durée", dans Annales, E.S.C., 13e année, no 4, (octobre-décembre 1958), p. 725-753.

2 Nous adoptons ce vocable, plus juste, dont Pierre Chaunu préconise l'emploi :
"La Conquista, non la conquête. La Conquista, à nos yeux, c'est sans doute ce qui s’oppose le mieux à la conquête... La Conquista n'implique aucune action sur le sol ; elle n'entraîne aucun effort en profondeur pour entamer un nouveau dialogue entre l'homme et la terre. La Conquista ne vise pas la terre, mais uniquement les hommes."
Cf. Pierre Chaunu, Conquête et exploitation des nouveaux mondes (XVIe siècle), Paris, P.U.F., 1969, col. "Nouvelle Clio. L'Histoire et ses problèmes" no 26 bis, p. 135.

3 Manuel Ferrandis Torres, El mito del oro en la Conquista de América Trabajo basado en las conferencias dadas en el Colegio Mayor de Santander durante el verano de 1929, Valladolid, Universidad de Valladolid, Publicaciones de la Sección de Estudios Americanistas, Serie Quinta, numero V, 1933.

4 Virgile [Publius Vergilius Maro] L'Enéide, Traduction, chronologie, introduction et notes par Maurice Rat agrégé de l'université, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, Livre troisième, p. 74.

5 Fray Toribio de Benavente [dit Motolinía], Historia de los Indios de la Nueva España. Relación de los ritos antiguos, idolatrías y sacrificios de los indios de la Nueva España, y de la maravillosa conversion que Dios en ellos ha obrado. Estudio crítico y apéndices, notas e índice de Edmundo O'Gorman (...), México, Editorial Porrúa S.A., 1969 (lère éd. 1958), col. "Sepan Cuantos..." no 129, Tratado III, cap. 11, p. 166.

6 Tzvetan Todorov, La conquête de l'Amérique. La question de l'autre. Paris, éd. du Seuil, 1982, 1ère partie, ch. 1, p. 16.

7 Cristóbal Colón, Diario de a bordo. Edición de Luis Arranz. Madrid, Historia 16, 1985, col. ''Crónicas de América" no 9, p. 134. Le texte original du journal de bord du premier voyage de Colomb est perdu, mais Bartolomé de Las Casas en donne de larges extraits et reproduit souvent textuellement les propos de l'Amiral ; c'est le cas ici.

8 Francisco López de Gómara, Hispania Victrix. Primera y Segunda Parte de la Historia General de las Indias, con todo el descubrimiento, y cosas notables que han acaecido desde que se ganaron hasta el año de 1551 ; con la conquista de Méjico y de la Nueva-España, dans Historiadores Primitivos de Indias, t. I, Madrid, Ediciones Atlas, 1946, col. "B.A.E." no 22, Conquista de Méjico, Segunda parte de la Crónica General de las Indias, p. 332.

9 Pedro Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, escrita por el capitán D. Pedro Marino de Lobera, dirigida al excelentísimo Sr. D. García Hurtado de Mendoza, Marqués de Canete, Vicerrey y Capitán General de los Reinos del Perú y Chile, reducido a nuevo método y estilo por el padre Bartolomé de Escobar, de la Compañía de Jesús. Dans Crónicas del Reino de Chile, Madrid, Ediciones Atlas, 1960, col. "B.A.E." no 131, Liv. 2, 1ère part., ch. 2, p. 371.

10 Ibid., Liv. 2, 1ère part., ch. 2, p. 371.

11 Capitulación que se tomó con Diego de Vargas para lo de las Amazonas (Toledo, 24-XII1549). Dans Colección de documentas inéditos relativos al descubrimiento, conquista y colonización sacados de los archivos del Reino y muy especialmente del de Indias, Madrid, 1864-1884, 42 vol. (dorénavant citée en CODOIN), vol 23, p. 132.

12 Cf., à ce sujet, l'étude de José Durand : La transformación social del Conquistador, México, Porrúa y Obregón S.A., 1953.

13 Juan de Castellanos, Elegías de varones ilustres de Indias, compuestas por Juan de Castellanos, Madrid, Inprenta de la Publicidad, a cargo de M. Rivadeneyra, 1847, col. "B.A.E." no 4, Parte IIe, Elegía IV, canto II, p. 299.

14 "Tous ceux qui s’en furent aux Indes rêvèrent de cette transformation sociale ; c'était logique : promotion économique et promotion sociale." Cf. Francisco Morales Padrón, "L'Amérique dans la littérature espagnole", dans La Découverte de l'Amérique. Esquisse d'une synthèse. Conditions historiques et conséquences culturelles. Dixième stage international d'études humanistes, Tours 1966 ; Paris, Librairie Philosophique J. Vrin, 1968, col. "De Pétrarque à Descartes" no XVIII, p. 280.

15 Cf. Stuart B. Schwartz, "La nobleza del Nuevo Mundo : movilidad y aspiraciones sociales en la conquista y colonizaciόn de la América hispánica", Revista de Historia, Heredia — Costa Rica, Universidad Nacional, Campus Omar Dengo, Año IV, no 8 (enero-julio 1979), p. 7-29. Stuart B. Schwartz précise, p. 12-13 :
"La política general de la corona española en el siglo XVI era la de oponerse a la creación de una nobleza legítima en las Indias. A pesar del proceso arriba descrito, en el cual la promesa de status de nobleza fue utilizada como incentivo para el servicio, siempre se encontraron razones para evitar su total cumplimiento. Los miembros del consejo de las Indias por lo general opusieron esfuerzos para crear hidalgos en el Nuevo Mundo."
Il reprend des tableaux statistiques, fort éloquents, publiés antérieurement par Luis De Izcue (La nobleza titulada en el Perú colonial, Lima, 1929). On y voit, par exemple que de 1532 à 1560, un seul titre de noblesse a été accordé au Pérou.

16 "L'Honra (l'honneur) avant tout — écrit J. Meyer — : l’honra de l'aventure permanente, l'honra d’être, pour un temps, le maître, le seigneur, en une orgie de rêves, triomphalement vécus et réalisés, comme le dira Mozart :"Oggi molto, e doman poco, ora in terra edor sul mar."" Cf. Jean Meyer, Les Européens et les autres de Cortés à Washington, Paris, Armand Colin, 1975, col. "U” p. 108.
J. Huizinga précise que ce désir de gloire et d'honneur existait avant l’époque de la Renaissance :
"Le désir de gloire personnelle est considéré par Burckhardt comme la caractéristique de l'homme de la Renaissance. A l’honneur et à la gloire de classes, qui animent la vie médiévale en dehors de l’Italie, il oppose un sentiment de gloire et d'honneur humains, auquel depuis Dante, et sous l'influence de modèles antiques, aspire l'esprit italien. Il me semble que c'est ici l’un des points où Burckhardt exagère la distance qui sépare le moyen âge de la Renaissance, l'Europe occidentale de l’Italie. Cette soif de gloire et d'honneur, propre à l'homme de la Renaissance, est, dans son essence, l'ambition chevaleresque d'une époque antérieure ; elle est d'origine française ; c'est l'honneur de classes étendu, dépouillé du sentiment féodal et fécondé par la pensée antique. Le désir passionné d'être prisé par la postérité n'était pas plus étranger au chevalier courtois du XIIe siècle et aux rudes capitaines du XIVe, qu'aux beaux esprits du quattrocento."
Cf. Johan Huizinga, L’automne du Moyen Age, Avec un entretien de Jacques Le Goff, Paris, Payot, 1980, (lère éd. de l’œuvre : 1919), col. "Petite bibliothèque Payot" no 373, p. 71.

17 Cf. F. Morales Padrón, "L’Amérique dans la littérature espagnole", art. cit., p. 282-283 :
"L’aventure, la richesse et le désir de mutation sociale et ces mille circonstances qui se produisent au cours de la vie d'un individu pour l'obliger à changer de pays se produisirent chez les hommes qui s'en furent aux Indes. De tous, sans doute, ce furent l'aventure et l'inconnu, la richesse et l'attirance de la nouveauté qui constituèrent les facteurs de plus d'influence, et dans ce sens, El Crotalón en est une illustration dans ce paragraphe : "c'est pour satisfaire d'une manière quelconque l'insatiable esprit d'un désir que l'on avait de voir des terres et des choses nouvelles, qu'ils décidèrent de s'embarquer et de s'aventurer à une telle navigation". Nombreux étaient ceux qui désiraient changer de position, vivre comme des seigneurs, luxueusement, tuer la faim..."

18 Pierre Martyr Anghiera [Pedro Mártir de Anglería ou Pietro Martyre d'Anghiera], De Orbe Novo. Les huit décades traduites du latin avec notes et commentaires par Paul Gaffarel (...), Paris, Ernest Leroux, 1907, Recueil de voyages et de documents pour servir à l'histoire de la Géographie — Depuis le XIIIe jusqu'à la fin du XVIe siècle, no XXI, 7e décade, ch. 4, p. 598.

19 Juan Pérez de Tudela, "Vision de la découverte du Nouveau Monde chez les chroniqueurs espagnols." Dans La découverte de l’Amérique. Esquisse d’une synthèse. (...), op. cit., p. 270.

20 Jacques Lafaye, Les Conquistadores, Paris, éd. du Seuil, 1964, col. "Le temps qui court", ch. 5, p. 124.

21 Georg Friederici, El carácter del descubrimiento y de la conquista de América. Introducción a la Historia de la Colonización de América por los pueblos del Viejo Mundo, México, F.C.E., 1973, 2e part., ch. 2, p. 339. Cette étude est la traduction en langue espagnole des 3 premiers ch. du vol. 1 de son œuvre : Der Charakter der Entdeckung und Eroberung Amerikas durcit die Europäer, Stuttgart - Gotha, Verlag Friedrich Andreas Perthes A.-G., 1925.

22 Cf. Le Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française par Paul Robert, Paris, Société du Nouveau Littré, 1967. Le terme Eldorado y est ainsi défini : "n. m. (1835 ; nom d'un pays fabuleux d'Amérique du Sud, 1640 ; mot esp. "le doré, le pays de l'or"). Pays merveilleux, de rêve, de délices (cf. Pays de Cocagne). "Tu vois quel est mon Eldorado, ma terre promise" (GAUTIER)."

23 Francisco Morales Padrón, Los conquistadores de América, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1974 (1ère éd. 1955), col. "Austral" no 1565, ch. 6, p. 132.

24 Ferdinand Denis, Le Monde enchanté. Cosmographie et Histoire Naturelle Fantastiques du moyen âge. Par M. Ferdinand Denis, orné d’une jolie gravure, par M. Vattier, Paris, A. Fournier, Libraire-Editeur, rue Neuve-des-Petits-Champs, 50, 1843.

25 M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit.

26 Enrique de Gandía, Historia crítica de los mitos y leyendas de la conquista americana, Buenos Aires, Centra Difusor del Libro, 1946.
Nous ferons toujours référence à cette édition que nous avons trouvée à la Bibliothèque Nationale de Paris ([8o Pc. 218). Un exemplaire de l'édition de 1929 est conservé à l'Archivo General de Indias, où nous avons pu l'examiner, sans toutefois pouvoir comparer en détail cette édition avec la précédente. Le titre seul semble différencier les deux œuvres. A notre avis, seule la rectification du titre est intervenue entre les deux éd. Enrique de Gandía, d'ailleurs, considère qu’il a, dans un premier temps, abusivement donné le nom de mythes, aux légendes. C'est ce qui ressort d'une note de Mme Helena Ruiz de Morales, dans son étude La búsqueda del Eldorado por Guayana, Sevilla, C.S.I.C., 1959, Publicaciones de la Escuela de Estudios Hispano-Americanos de Sevilla, no 128, ch. 1, par. 2, p. 3, n. (non numérotée) :
"He de agradecer al Dr. Enrique de Gandía su carta en la cual me hace saber que su famosa obra sobre los "mitos” americanos, constituyó un trabajo de juventud en el cual llamó "mitos" a lo que realmente son leyendas."

27 Federico Fernández de Castillejo, La ilusión en la Conquista, Génesis de los mitos y leyendas Americanos, Buenos Aires, Editorial Atalaya, 1945.

28 Encyclopædia Universalis, Paris, Encyclopædia Universalis Editeur, 1984-1985 (1ère éd. 1968-1975), vol. 12, p. 526 (art. "Mythe").

29 Mircea Eliade, Aspects du Mythe, Paris, Gallimard, N.R.F., 1963, col. "Idées" no 22, ch. 1, p. 14.

30 Roger Bastide, "La Mythologie", Ethnologie Générale, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard, N.R.F., 1968, p. 1052.

31 Cf. Max Müller, Essais sur la Mythologie comparée, les traditions et les coutumes (...). Ouvrage traduit de l'Anglais avec l'autorisation de l'Auteur par Georges Perrot (...), Paris, Librairie Académique Didier et Cie, Libraires-Editeurs, 1874, 2e éd. Cf., également, Andrew Lang, La Mythologie. Traduit de l'Anglais par Léon Parmentier (...) Avec une préface par Charles Michel (...) et des additions de l'auteur. Paris, A. Dupret, Editeur, 1886.
Pour Max Millier — l'un des fondateurs de l'école philologique — le mythe résulte d'une "maladie du langage". M. Millier fut attaqué par A. Lang pour qui les mythes sont des créations de l'esprit qui datent d'une époque très lointaine où l'homme n'était pas encore civilisé. Freud considère le mythe comme un produit de l'inconscient. Claude Lévi-Strauss — qui s'intéresse tout particulièrement aux mythes des Indiens d'Amérique — préconise une interprétation structurale des mythes : cf., en particulier les 4 vol. de ses Mythologiques (Le cru et le cuit, Le miel et la cendre, L'origine des manières de table et L'homme nu), Paris, Librairie Plon, 1964-1966-1968-1971.
Vu l'abondance et la diversité des études qui portent sur le mythe, nous ne citons, bien entendu, ces auteurs qu’à titre d'exemple.

32 Karl Abraham, Rêve et Mythe. Contribution à l'étude de la psychologie collective (1909), dans Œuvres Complètes, vol. 1, Paris, Payot, 1965, col. "Science de l'homme”, "Petite Bibliothèque Payot" no 303, ch. 5, p. 189.

33 Mircea Eliade : Aspects du mythe, op. cit., ch. 1, p. 9.

34 Hippolyte Delahaye (S. J.)"Les légendes hagiographiques", Revue des Questions Historiques, 38e année. Nouvelle série, t. XXX (LXXIVe de la collection), Paris, Bureaux de la Revue, 1903, p. 62-63.

35 Enrique de Gandía, Historia crítica..., op. cit., ch. XV, p. 261.

36 Hippolyte Delahaye (art. cit., p. 63) aboutit à la même constatation : "Mais il faut remarquer que, dans la pratique, les genres ne sont point si tranchés ni les classements si faciles."

37 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation des Nouveaux Mondes (XVIe siècle), op. cit.. Introduction, p. 8.

38 Cf. Pierre Chaunu, L'Amérique et les Amériques, Paris, Librairie Armand Colin, 1964, col. "Destins du monde", p. 55-56 :
"La vraie conquista commence avec Cortés sur le continent en 1519 et s'achève vers 1540 sur le plateau disputé de Bogota entre des entreprises plus rivales qu'accordées. C'est elle pourtant qui fait l'unité de ce siècle."

39 Cf. Marianne Mahn-Lot, La conquête de l'Amérique espagnole, Paris, P.U.F., 1974, col. "Que sais-je ?" no 1584. M. Mahn-Lot constate cependant p. 23 : "Les années 1535-1540 marquent le point culminant de la conquête armée." Elle conclut à propos de la Conquista (p. 23) : "Celle-ci est, en gros, achevée en 1556, quand se termine le règne de Charles Quint."

40 M. Mahn-Lot, La conquête..., op. cit., p. 23.

41 Cf. Fray Benito Jerónimo Feijoo, Teatro Crítico, Discurso 10 (Fábulas de las Batuecas y países imaginarios), par. XVI, dans Obras escogidas del Padre Feijoo, vol. 4, Madrid, Ediciones Atlas, 1961, col. "B.A.E." no 142, p. 98-99 :
"Entre las Filipinas y las Molucas hay quienes creen están situadas otras islas, que llaman de Palaos, y de quienes cuentan extrañas grandezas, como el que se sirven de ámbar en vez de alquitrán para carenar sus navíos. A este andar, poco falta para que se nos diga que sólo comen ambrosía y beben néctar."
D'après George Keate, ces îles porteraient le nom de Palos :
"Il est probable que ces îles ont déjà été reconnues par quelques Espagnols des Philippines, et que ce sont celles qui ont été nommées îles de Palos, à cause des palmiers qui y croissent en grand nombre, et qui de loin se présentent comme autant de mâts de vaisseau."
Et une note signale :
"Le mot palos signifie un mât dans la marine espagnole : autrement il désigne un pieu droit ou un bâton."
Ces précisions sont en contradiction avec la mention "Isles des Pelew ou de Palaos" portée sur la carte qui accompagne l'ouvrage. Les îles ainsi désignées correspondent à l'archipel des Carolines.
Cf. George Keate, Relation des îles Pelew, situées dans la partie occidentale de l'océan Pacifique ; composée sur les Journaux et les communications du Capitaine Henri Wilson et de quelques-uns de ses Officiers, qui, en août 1783, y ont fait naufrage sur l'Antelope, paquebot de la Compagnie des Indes orientales. Traduit de l'anglais, de George Keate, Ecuyer, Membre de la Société royale, et de celle des Antiquaires. A Paris, chez Maradan, libraire, rue du Cimetière Saint-André-des-Arcs, no 9, 1793, t. 1, introd., p. 7-8.

42 Monomatapa ou Royaume du Monomotapa. C'était aussi le nom d'un roi bantou qui dominait une vaste région située à l'est de l'Angola.

43 Pierre Chaunu, L'Amérique..., op. cit., liv. 2, ch. 1, p. 56.

44 Ambroise Ehinger — ou Alfinger — fut le premier gouverneur "allemand" du Venezuela (1529-1533) et Niclaus Federmann servit sous ses ordres. Jorge Spira était appelé ainsi par les Espagnols, mais son nom d'origine était Hohermut. Il fut, lui aussi, gouverneur du Venezuela à partir de 1535. Cf. N. Federmann et U. Schmidl, Alemanes en América, ed. de Lorenzo E. López, Madrid, Historia 16, 1985, et Jules Humbert, L'Occupation allemande du Venezuela au XVIe siècle – Période dite des Welser (1528-1556), Bordeaux, Feret et Fils éditeurs – Paris, Albert Fontemoing, 1905.

45 Cf. Ch.-André Julien, Les voyages de découverte et les premiers établissements (XVe-XVIe siècles), Brionne Gérard Monfort Editeur, 1979, ch. 2, p. 81 :
"Les financiers florentins fixèrent leur choix sur un marin toscan qui, par surcroît appartenait à leur milieu puisqu'il était apparenté aux Rucellai. Son frère aîné était l'associé de Buanaccorso Rucellai, banquier à Rome. Verrazano représentait mieux qu'un loup de mer connaissant son métier. C'était un homme de la Renaissance italienne par sa culture à la fois scientifique et humaniste."

46 Pierre Chaunu, Conquête..., op. cit., 2e part. ch. 1, p. 128, présente ainsi Jean et Sébastien Cabot :
"Ces Génois (le fait vaut d'être souligné), sans doute naturalisés vénitiens, au service de l'Angleterre avant d'être à l’Espagne, auraient exploré en 1498-1499 quelques fragments des côtes actuelles des Etats-Unis et du Canada et inventé, plus au sud, un nouveau chemin d'accès au Vinland perdu."

47 Gaston Bouthoul, Les mentalités, Paris, P.U.F., 1981 (6e éd.), col. "Que sais-je ?" no 545, 1ère part., ch. 1, p. 10.

48 Notons également que la mentalité est un élément stable qui permet une analyse portant sur plusieurs décennies. Cf. G. Bouthoul, Les mentalités, op. cit., 1ère part., ch. 1, p. 11 :
"Bien que cela paraisse à première vue un peu paradoxal, si l’on y réfléchit bien on constate que cet élément, cependant psychologique, présente plus de stabilité et plus de spécificité que des éléments d'une objectivité ou, si l'on veut, d'une matérialité plus certaine, tels que la technique et les institutions politiques."

49 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'apparition du livre (...), Paris, éditions Albin Michel, 1958 et 1971, col. "L'Evolution de l'Humanité"no 30, ch. 8, p. 388.

50 Les historiens des Indes sont fort nombreux. Nous renvoyons le lecteur curieux aux études de Charles Vincent Aubrun (Histoire des Lettres hispano-américaines, Paris, Armand Colin, 1954, col. "Armand Colin" no 291, Section de Langues et Littératures) et Francisco Esteve Barba (Historiografía Indiana, Madrid, Editorial Gredos, 1964) qui proposent un classement des œuvres.

51 Nous aurons l'occasion de nous référer à tous ces auteurs et nous donnerons, au fur et à mesure, les précisions indispensables sur les éditions utilisées.

52 F. Morales Padrón, Los conquistadores de América, op. cit., ch. 1, p. 16.

53 Juan Bautista Munoz, en particulier, historien de la fin du XVIIIe siècle a transcrit une quantité fort appréciable de documents que l'on retrouve dans la collection qui porte son nom. La Real Academia de la Historia, où elle est conservée, a édité, en 3 tomes, un Catálogo de la Colección de Don Juan Bautista Muñoz. (Madrid, 1954-1955-1956). Nous avons déjà signalé l'existence de la Colección de documentas inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españoles de América y Oceanía, sacados de los archivos del Reino y muy especialmente del de Indias, comprenant 42 vol. édités entre 1864 et 1884 (citée en CODOIN). Cette collection est complétée par la Colección de documentas inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españoles de Ultramar. Segunda serie publicada por la Real Academia de la Historia, Madrid, Rivadeneyra, 1885-1932, 25 vol. (dorénavant citée en CODOUL).
En ce qui concerne les sources manuscrites, voir P. Chaunu, Conquête..., op. cit., p. 14-21.

54 Cf. - Francisco de Xerez [ou Jerez], Verdadera relación de la conquista del Perú, Edition de Concepción Bravo, Madrid, Historia 16, 1985. Il existe une traduction française de cette œuvre, réalisée par Henri Ternaux - Compans. L'édition moderne, présentée par Pierre Duviols, s'intitule La conquête du Pérou – 1534, (Paris, Editions A. M. Métailié, 1982).
- Bernai Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva Espana, Madrid, Historia 16, 1984, 2 t. Cette édition n'est pas unique.
- Pedrarias de Almesto, Relación verdadera de todo lo que sucedió en la Jornada de Omagua y Dorado que el gobernador Pedro de Orsúa fue a descubrir por poderes y comisiones que le dio el visorey Marqués de Cahete, desde el Pirù, por un río que llaman de Amazonas, y por otro nombre se dice el rio Marañón, el cual tiene su nascimiento en el Pirú, y entra en el mar cerca del Brasil. Trátase asimismo de ! alzamiento de don Fernando de Guzmán y Lope de Aguirre, y de las crueldades de estas perversos tiranos, dans G. de Carvajal, P. de Almesto et Alonso de Rojas, La aventura del Amazonas, Edición de Rafael Dfaz, Madrid, Historia 16, 1986, p. 99-223.
Ce ne sont là que quelques exemples. Il s'agit, en général, semble-t-il, plus d'attirer l'attention du lecteur que d'affirmer son souci d'objectivité. Cette attitude apparaît clairement dans les titres des "canards" des XVIe et XVIIe siècles, comme ce "Discours admirable et véritable d'un Fermier qui a été enlevé vif par le diable és enfers, le sixiesme jour de Novembre 1615..." relevé (p. 118), avec de nombreux autres titres de cet acabit par Jean-Pierre Seguin, L'information en France avant le périodique. 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, Paris, Editions G.-P. Maisonneuve et Larose, 1964.

55 Lucien Febvre, Le problème de l'incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942 et 1968, col. "L'Evolution de l'Humanité” no 9,1ère part., liv. I, Conclusion, p. 142.

56 P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle France, avec le Journal Historique d'un voyage fait par ordre du Roi dans l'Amérique Septentrionale. Par le P. de Charlevoix, de la Compagnie de Jésus. (...) A Paris, chez Nyon Fils, Libraire, Quai des Augustins, à l'Occasion. M DCCXLIV(...), 6 vols., vol. 1, liv. 1, p. 23-24.

57 Cf. Lucien Febvre, ibid., 1ère part., Note liminaire, p. 24 :
"Mais relire ces textes avec des yeux de 1530 ou de 1540 – ces textes écrits par des hommes de 1530, de 1540, qui n'écrivaient point comme nous ; ces textes pensés par des cerveaux de 1530, de 1540, qui ne pensaient point comme nous : voilà le difficile et, pour l'historien, l'important."

58 Roberto Levillier, El Paititi, El Dorado y Las Amazonas, Buenos Aires, Emecé Editores, 1976.
- Demetrio Ramos Pérez, El mito del Dorado. Su génesis y proceso. Con el Discovery de Walter Raleigh (traduction de Betty Moore) y otros papeles doradistas, Caracas, Academia Nacional de la Historia – Fuentes para la Historia Colonial de Venezuela, 1973, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, no 116.

59 M. Juan Gil a publié, environ un an après la soutenance de notre thèse, Mitos y utopías del Descubrimiento (vol. I : Colon y su tiempo ; vol. 2 : El Pacífico ; vol. 3 : El Dorado), Madrit, Alianza editorial, 1989. Col. "Alianza universidad" no 577AU - 585 AU - 596 AU. Juan Gil s’intéresse essentiellement au domaine hispanique. Nous ne pouvions, évidemment, signaler cette étude qui n'était pas encore éditée.

60 Roger Caillois, Le Mythe et l'Homme, Paris, Gallimard, 1938 (2e éd.), col. "Les Essais" no VI, p. 20.

61 Nous empruntons cette expression à Robert Mandrou. Cf. Robert Mandrou, Introduction à la France moderne (1500-1640) Essai de Psychologie Historique, Paris, éditions Albin Michel, 1961 et 1974, col. "L'Evolution de l'Humanité" no 36, 1ère part., p. 29.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search