Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume I

Remarques préliminaires

Texte intégral

1Les textes des citations étant bien souvent tirés d’œuvres ou de documents anciens ne se présentent pas toujours suivant les normes actuellement en vigueur : il était donc indispensable d’établir un certain nombre de règles pour les transcrire ou les traduire.

1 - La transcription des textes

A - Les documents imprimés

2Pour ce qui est des documents imprimés, nous avons cherché à reproduire l’orthographe, la graphie, l’accentuation et la ponctuation d’origine, préférant suivre une même loi pour tous les documents imprimés en n’apportant strictement aucune modification à leur contenu et en respectant même les erreurs d’impression le cas échéant. Nous signalons, bien entendu, les difficultés les plus importantes qui pourraient constituer des obstacles. Pouvait-on adopter des normes différentes pour les imprimés du XVIe et du XIXe siècle ? Ce choix présente certes des inconvénients mais il permet de conserver toute la "saveur" des documents, de préserver leur authenticité et d’éviter de trahir leurs auteurs, surtout lorsqu’il s’agit d’éditions anciennes.

B - Les manuscrits

3En ce qui concerne les manuscrits, la graphie et l’orthographe ont, également, été respectées dans toute la mesure du possible : il est parfois malaisé de distinguer un b d’un v, un i d’un j. Nous avons introduit accentuation et ponctuation en suivant les usages modernes et ajouté majuscules, tildes, trémas ou guillemets pour faciliter la lecture des documents. Nous séparons les mots reliés indûment et regroupons les éléments indissociables à notre époque. Les abréviations ont été développées et le tilde n’a été maintenu que sur le n pour les textes espagnols.

4Les changements de ligne sont toujours indiqués par le signe / et les changements de folio par //. Les hésitations des auteurs ou des copistes sont enregistrées : nous adoptons les signes v...v pour indiquer les passages rajoutés et les signes <...> pour ceux qui ont été corrigés. Toutes les lettres rajoutées à la transcription apparaissent en italiques (dans le cas des abréviations développées) ou ont été placées entre [] lorsqu’il s’agit d’éléments qui ne figurent pas dans le document. Le respect des textes originaux passe inévitablement par l’établissement de ces quelques règles.

2 - La traduction des textes

5Les citations en langue française ont été maintenues dans le texte sans modification : en suivant simplement les normes de transcription précédemment indiquées. Il s’agit de documents ou de textes d’auteurs qui écrivaient en langue française mais aussi de textes d’auteurs étrangers publiés et traduits en français. Nous avons, dans ce cas-là, respecté scrupuleusement la graphie et l’orthographe des sources utilisées que l’on retrouvera facilement grâce aux indications de la bibliographie.

6Les citations écrites en d’autres langues – surtout en espagnol – ont été intégralement traduites en veillant à respecter les caractéristiques des documents, en particulier celles des textes anciens car la syntaxe de l’espagnol du Moyen Âge ou de la Renaissance diffère quelque peu de celle de la langue moderne. Les habitudes ont changé et l’évolution est très sensible. Il faut également souligner que bon nombre d’auteurs cités n’avaient pas de véritable talent d’écrivain, que les documents auxquels nous nous réfèrons ont parfois été dictés, et que l’on ne peut traiter des documents administratifs ou privés comme des œuvres littéraires. C’est pourquoi nous avons choisi de ne pas améliorer les textes, d’en reproduire autant que possible le rythme et l’organisation interne, au risque de lasser ou de désorienter le lecteur de notre époque. Nous conservons – lorsque le sens n’en est pas affecté – répétitions et maladresses d’expression, synonymes ou binômes abusifs, hésitations, changements de temps des verbes... Nous avons, également, cherché à maintenir l’orthographe d’origine – parfois fantaisiste – des noms propres et n'avons pas hésité à utiliser quelques archaïsmes pour chercher à conserver le ton des documents. La ponctuation et l’emploi des majuscules suivent, par contre, l’usage actuel. Le respect scrupuleux des textes anciens peut, évidemment, être source de gêne pour le lecteur moderne mais il est préférable de ne pas trahir les sources en leur apportant de trop importantes modifications dans le seul but d’en faciliter la lecture. Pour les citations qui apparaissent dans les notes, la langue d’origine a été maintenue.

3 - Les notes

7Les notes sont regroupées à la fin. Pour plus de clarté, la numérotation recommence au début de chaque chapitre. Elles sont donc rassemblées en suivant cette division et celle des paragraphes contenus dans le chapitre. La bibliographie, qui reprend l’ensemble des documents cités, peut apporter les indications supplémentaires qui s’avèreraient nécessaires.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search