Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume I

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage est le fruit de longues années de recherche. Il reproduit l’essentiel du texte d’une thèse de Doctorat d’Etat intitulée Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique 1492-1542, préparée sous la direction de Monsieur le Professeur Georges Baudot et soutenue le 29 janvier 1988 à l’université de Toulouse-le Mirail. Cette thèse dactylographiée, qui comprend 1552 pages (1395 pages de texte et 157 pages d’illustrations) distribuées en six volumes, a déjà été diffusée sous forme de microfiches dans tous les centres universitaires français. La nouvelle édition imprimée que l’on propose aujourd’hui a été réduite, adaptée pour satisfaire un public plus large sans modifier fondamentalement ses caractéristiques originelles. Telle est la double préoccupation qui a présidé à l’élaboration de ce nouveau texte que les Presses universitaires de Rennes présentent dans la collection "Histoire".

2Les contraintes éditoriales ont conduit à réduire les dimensions du travail proposé lors de la soutenance, et à en modifier quelque peu la présentation. Je dois cependant souligner que le texte et les notes explicatives ont été intégralement transcrits et que seuls les appendices et quelques illustrations ont été écartés. Les lecteurs avides de précisions pourront, évidemment, retrouver ces appendices dans le volume 5 du texte dactylographié de la thèse : ils pourront y examiner une étude de 376 cartes anciennes et la reproduction paléographique de bon nombre de documents d’archives destinés à éclairer et à appuyer la démonstration. J’ai, également, renoncé à reprendre les index de noms de lieux et de personnes qui figurent dans le volume 6, mais j’ai maintenu la bibliographie qui permet de retrouver les sources des citations. Cette bibliographie a été recomposée et copieusement augmentée des titres nouveaux qui concernent le sujet traité parus depuis la date de la soutenance.

3C’est toujours avec le souci de permettre une large diffusion des investigations que le texte a été adapté pour être compris de tous les lecteurs français. Les nombreuses citations en langue espagnole (ancienne ou moderne), mais aussi en anglais, italien et portugais ont été traduites afin de faciliter une lecture suivie. Seules les citations en langues étrangères qui figurent dans les notes ont été maintenues.

***

4L’idée de ce travail est née il y a très longtemps mais n’aurait pu prendre forme sans les conseils éclairés, l’appui constant et bienveillant de Monsieur le Professeur Georges Baudot qui a bien voulu assurer la direction de mes recherches. Il m’est particulièrement agréable de lui rendre ici hommage et de lui témoigner ma gratitude pour l’aide précieuse qu’il a su m’apporter pendant de nombreuses années et pour l’amitié qu’il a toujours su manifester à mon égard.

5Je tiens également à associer à cette édition Monsieur le Professeur Bartolomé Bennassar qui, après m’avoir fait l’honneur de participer au jury de soutenance de ma thèse, a accepté, avec cette amabilité qui le caractérise, de préfacer le présent ouvrage. Ma dette envers lui est immense. Qu’il veuille bien trouver ici un témoignage sincère de ma respectueuse reconnaissance.

***

6Je savais, dès les premiers instants de l’élaboration de cette thèse, que la tâche qui m’attendait serait ardue, non seulement à cause de la période historique choisie, si largement et si soigneusement étudiée par tant de chercheurs de qualité, mais aussi en raison du sujet que je m’apprêtais à traiter, et cette impression ne fit que s’accentuer au fil des neuf années que j’ai consacrées à la première élaboration de ces pages. J’aurais souhaité — ô combien ! — disposer de plus de temps et de plus de liberté pour explorer les mille chemins qui s’ouvraient devant moi. On ne saurait épuiser la matière ni même imaginer un instant que l’on puisse être capable d’appréhender la totalité des questions qui se posent. Le sentiment d’insatisfaction que j’éprouvai face à l’immensité et à la complexité des problèmes fut heureusement tempéré par la passion que parvint à susciter en moi une époque particulièrement attrayante et enrichissante. Il n’est pas aisé de s’intéresser à un ensemble aussi impressionnant qui suppose l’examen d’une masse de documents vertigineuse. Je dois reconnaître que mes efforts furent grandement facilités par l’aide efficace que les personnes et les organismes que j’ai si souvent sollicités ont su me fournir.

7Je voudrais exprimer ici ma gratitude aux diverses bibliothèques françaises ou étrangères qui m’ont accueilli ou m’ont fait parvenir les documents dont j’avais besoin : la bibliothèque de la Sorbonne, celle de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine et celle du Musée de l’Homme qui m’ont apporté leur concours de façon répétée, les bibliothèques universitaires de Clermont-Ferrand et Toulouse-le Mirail, les bibliothèques municipales de Colmar et Lyon qui m’ont permis de consulter des textes difficilement accessibles, la Bibliothèque Nationale de France qui m’a donné l’occasion d’examiner à loisir de nombreux documents, la Bodleian Library et les Bolton Public Libraries que j’ai mises à contribution et dont il me plaît ici de souligner la qualité des services qu’elles m’ont rendus.

8J’ai contracté une dette particulière envers la Biblioteca Nacional de Madrid où j’ai pu travailler dans les meilleures conditions, en particulier dans la Section Hispano-américaine, la Biblioteca de la Real Academia de la Historia, qui m’a permis d’étudier une grande quantité de documents manuscrits, et la Bibliothèque Universitaire de Valladolid qui m’a prêté assistance avec beaucoup d’amabilité. Je voudrais souligner encore combien j’ai apprécié l’accueil que j’ai reçu à Séville, à la Bibliothèque Universitaire et surtout à la Biblioteca de la Escuela de Estudios Hispanoamericanos, dont le fonds exceptionnellement riche m’a été d’une grande utilité, et à l’Archivo General de Indias dont le personnel expérimenté a toujours cherché à faciliter ma tâche avec la plus grande gentillesse.

9Je ne saurais oublier les Archives Communales de Saint-Malo et les Archives d’Ille-et-Vilaine qui m’ont rendu des services fort estimables et les bibliothèques qui s’emploient quotidiennement à m’aider dans mon travail : celle de l’U.R.A. 1022, mais aussi la Bibliothèque universitaire de Rennes 2 et celle de l’université de Rennes 1 (où j’ai contracté une dette particulière envers M. Pelhâtre qui, pendant des années a réalisé à mon intention microfiches, microfilms et reproductions diverses et m’a permis de gagner un temps précieux).

10Je tiens à remercier tout particulièrement les responsables de l’Archivo General de Indias de Séville, Mmes Gautier et Lemau –responsables de la Bibliothèque universitaire de Rennes 2– et Mme Pouillias, –Conservateur de la Bibliothèque Municipale de Rennes– pour l’aide qu’ils m’ont si aimablement apportée en m’autorisant à reproduire de précieux documents.

11Qu’il me soit aussi permis d’exprimer ma sincère gratitude à deux excellents collègues qui m’ont témoigné leur amitié et m’ont épaulé avec efficacité : Marie-Françoise Bidault ma collègue de portugais, qui s’est livrée à mon intention à des recherches de documents à la Biblioteca Nacional de Lisbonne et mon collègue d’espagnol Yannick Kerneur qui, durant des mois, a eu la lourde charge de relire le texte de ces pages et m’a prodigué ses sages conseils et ses remarques pertinentes. Qu’ils veuillent bien trouver ici le témoignage de mon amicale reconnaissance.

12Je souhaite remercier tout spécialement Mme Le Guen qui, luttant avec courage pour éviter les pièges de l’orthographe insolite de textes qui lui étaient peu familiers, a patiemment et soigneusement transcrit mes brouillons, et tous ceux qui, dans le cadre des Presses Universitaires de Rennes, ont œuvré pour me permettre d’adapter le texte dans les meilleures conditions.

13Mais c’est surtout auprès des miens, par ma faute trop souvent privés de loisirs, que j’ai trouvé le réconfort permanent qui permet de vaincre les obstacles et de surmonter les difficultés passagères : auprès de mon épouse, de mes parents et de mes enfants, toujours inquiets de la progression de mon travail, qui durant de longues années ont supporté d’injustes contraintes en se sacrifiant pour m’apporter un soutien efficace et constant. Je les remercie affectueusement d’avoir su faire preuve de tant d’abnégation ; c’est pourquoi je tiens à leur dédier ce travail.

14Rennes décembre 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search