Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume I

Préface

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

  • 1 Alfonso Reyes, Última Tulé, 1942. Juan Gil, Mitos y Utopías del Descubrimiento, Alianza Editorial, (...)

1Certes, Jean-Pierre Sanchez n'est pas le premier écrivain qui ait proposé au public un inventaire des Mythes et Légendes engendrés par la Conquête de l'Amérique. Avant lui, Alfonso Reyes ou Juan Gil, par exemple, avaient, en castillan, exploré l'immense domaine du "merveilleux" américain tel que le virent et le rêvèrent, tout ensemble les conquistadors. Jean-Paul Duviols avait, en français, noué un dialogue entre textes et images qui fait grande place aux légendes. Très récemment, les éditions Autrement ont publié, sous les signatures de Jorge Magasich-Airola et Jean-Marc de Beer un America Magica qui vise la même cible1. Mais l'entreprise de Jean-Pierre Sanchez est plus complète, plus ambitieuse, plus achevée, et cela bien qu’elle se limite (!) au demi-siècle qui suit le premier voyage de Colomb, soit 1492-1542.

2Car lorsque j'écris "inventaire", je suis affreusement réducteur, je caricature, je falsifie. Il est bien vrai, comme le notait Georges Baudot, que ce livre est "un catalogue impressionnant des grands mythes fondateurs de l'implantation européenne en Amérique au XVIe siècle" mais l'auteur ne s'en tient pas là : il montre que l'imaginaire fut une motivation profonde et efficace dans l'entreprise de conquête menée par les Espagnols et d'autres nations européennes en Amérique, une force puissante, à l'instar de la quête de l’or et des épices, de l'appétit de gloire et de la volonté d'évangélisation. L'imaginaire a réanimé ainsi des mythes très anciens venus de l'Antiquité gréco-latine, païenne ou chrétienne, ou du Moyen-Âge, avec une telle vigueur que plusieurs d'entre eux ont gravé leur nom dans la géographie américaine : Antilles, Brésil, Amazone, Floride... Car beaucoup de conquistadors, contrairement à une opinion répandue, n'étaient pas des hommes ignares : porteurs d'un héritage culturel que les romans de chevalerie avaient parfois renouvelé (ainsi dans le cas de Bernai Díaz del Castillo, compagnon de Cortés) ils cherchèrent en Amérique la réalité des prodiges qui avaient peuplé leur imagination. Qui plus est, les conquistadors constituaient une humanité relativement homogène, dont le patrimoine culturel était le même. Leurs réactions furent donc très semblables. Comme l’a observé Claude Fell, cela explique la fréquence dans leurs récits de mots tels que "encanto”,"ensueño", "maravilla", "milagro" ( = enchantement, rêve, merveille, miracle).

3Cela explique aussi que l'on ait cru cent fois trouver les îles extraordinaires qui habitaient leur mémoire. Jean-Pierre Sanchez a dressé un répertoire surprenant de ces hallucinations : I'île Brazil apparaît ainsi 89 fois de 1325 à 1667 et voyage depuis le sud de l'Irlande jusqu'aux bouches de l’Amazone ; I'île légendaire de Saint-Brandan, beaucoup plus nomade encore, repérée 58 fois, est placée 21 fois au milieu de l'Atlantique mais à 26 reprises dans l’Océan Indien ! Et comment oublier que Christophe Colomb lui-même a cru trouver Ophir et Tarsis, que la capitulation de mars 1525 conclue entre Charles Quint et Cabot envoyait le Génois à la découverte des terres de Tarsis et d'Ophir, que Christophe Colomb vit dans la force du courant de l'Orénoque à son embouchure la preuve qu'il descendait du Paradis terrestre, situé en un "lieu élevé", que Juan Ponce de León s'en fut en 1513 à la recherche de la Fontaine de Jouvence !

4Comme on pouvait l'espérer les créatures fabuleuses sont au rendez-vous : les géants évidemment, et l'auteur nous livre scrupuleusement les mensurations des Patagons, qui ont droit à tout un chapitre, comme les Amazones, femmes sans hommes littéralement bouleversantes capables d'entraîner à la suite d'Orellana plusieurs centaines d'hidalgos vers une mort affreuse. Mais aussi les êtres doués d'une double nature, sirènes ou chimères, et les animaux : licornes, dragons. Et les pays, les royaumes ou les cités prodigieuses : pays de la cannelle, fleuve de l'argent, cité de Norembègue, Sept villes de Cíbola... Quant aux quatre chapitres consacrés au mythe de l'Eldorado, à ses mutations, à ses avatars successifs (Manoa, la Montagne d'Or, le Paititi entre autres), ils constituent une admirable contribution à la compréhension du rôle de l'or dans l'imaginaire de l'Amérique et, simultanément, dans le dynamisme de la conquête. On peut se demander, comme l'avait fait Jacques Gilard, si cette relation, ce dialogue permanent entre l'imaginaire des mythes et les perceptions de la réalité ainsi ouvert dès les premières décennies, entre les Européens et l'Amérique, entretenu au long des siècles suivants, n'est pas l'une des sources du "réalisme magique" dont la littérature latino-américaine contemporaine serait, pour une part, l'expression ?

5Jean-Pierre Sanchez n'a rien d'un naïf. Il a pris soin de répertorier et de classer les mythes et légendes qui l'ont accompagné depuis une quinzaine d'années dans des "enveloppes" géographiques, historiques, sociales, psychologiques qui ont de grandes vertus d'explication. De la sorte, il exprime parfaitement les ambiguïtés de certaines situations. Ainsi, il est vrai que l'arrivée des conquistadors à des sites aussi prestigieux et authentiquement prodigieux que Tenochtitlán ou Cuzco, au terme d'une marche ascensionnelle longue, dure, périlleuse, était douée d'une charge symbolique si forte qu'elle provoqua, naturellement, l'exaltation des acteurs de ces épopées et qu'elle submergea leur conscience. Mais il est aussi vrai que les conquistadors ont parfois transmis à l'Espagne des légendes dont ils n'étaient pas dupes et qu'ils avaient aménagées dans un sens publicitaire : ainsi les Amazones, les Cannibales, la Fontaine de Jouvence, les Amazones et l'Eldorado. Il s'agissait tout à la fois d'obtenir l'appui de la Couronne et de l'administration royale et d’attirer vers l'Amérique de nouveaux contingents de soldats et de colons dont ils avaient besoin pour encadrer la société coloniale pour organiser l'exploitation des territoires conquis, pour lancer de nouvelles expéditions. Il est très possible, l'auteur le pense ainsi, que les longues périodes d'inactivité, sur les navires du retour, les dialogues du soir entre hommes de petits groupes qui demeuraient inchangés durant des mois pendant les expéditions, aient favorisé la maturation et la transformation des mythes, au gré des souvenirs et des expériences des uns et des autres. Il s'agit en somme d’un "conditionnement visionnaire de la conquête" selon l'expression de Claude Fell.

6Il faut souligner que la période qu’embrasse cette étude correspond à la phase montante de la conquête. En 1542, le temps du désenchantement, des illusions perdues, n'est pas venu, il n'est même pas soupçonnable. La revanche du réel sur le rêve ne semble pas à craindre. L'imaginaire est un royaume sans frontières. Cette vérité donne au travail de Jean-Pierre Sanchez une cohérence supplémentaire.

7Faut-il suggérer qu'un tel ouvrage, dont les dimensions sont immédiatement sensibles et mesurables est le fruit d'un immense effort, d'une patience admirable, d'investigations prolongées des années durant. Les fonds énormes des Archives des Indes de Séville, des dépôts et des bibliothèques madrilènes, une énorme bibliographie, la consultation de cartes innombrables, la recherche des documents iconographiques, ont consommé beaucoup d'énergie et de talent. Mais le résultat : ce beau livre, ce très grand livre, va à son tour devenir source inépuisable d'imaginaire.

Notes

1 Alfonso Reyes, Última Tulé, 1942. Juan Gil, Mitos y Utopías del Descubrimiento, Alianza Editorial, vol. 1 et 3, 1989. Voir également Jean-Paul Duviols, L'Amérique espagnole vue et rêvée, éd. Promodis, 1985 et Jorge Magasich-Airola, Jean-Marc de Beer, America Magica, éd. Autrement, 1994.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search