Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie publique des cités dans l'Occident romain

 | 
Bertrand Goffaux

Quatrième partie. Cultes publics et religion en péninsule Ibérique et en Gaule

Chapitre XVI. Le culte au génie de la cité dans la péninsule Ibérique romaine*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le genius est une divinité complexe et difficilement saisissable, longtemps interprétée par les historiens de la religion romaine comme un principe de fécondité, une force procréatrice1, avant que les travaux de G. Dumézil et R. Schilling viennent éclairer le débat et insister sur sa nature, effectivement liée à la génération, mais dans un sens passif et non actif2. Pour reprendre les mots de G. Dumézil, « Genius est soit la personnalité d’un individu telle qu’elle s’est constituée à sa naissance, soit cette personnalité comprise comme un double, physiquement et moralement solidaire de l’individu depuis sa naissance jusqu’à sa mort, soit une sorte de divinité qui lui est spécialement attachée et qui requiert un culte, en particulier aux anniversaires de sa naissance »3. Sa présence était particulièrement visible dans le cadre du culte domestique, où le génie du paterfamilias était honoré parallèlement aux lares, mais également au sein du culte impérial4. À la fin de la République et...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540