Version classiqueVersion mobile

L'épuration économique en France à la Libération

 | 
Marc Bergère

Troisième partie. La diversité des acteurs et des procédures : branches et entreprises

Les arsenaux de la Marine française à la Libération : l’impact de l’épuration et ses conséquences pour les personnels

Lars Hellwinkel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Les arsenaux à l’heure allemande

  • 1 Pour l’histoire des ports sous l’Occupation, voir Yves Buffetaut, Les Ports français 1939−1945. Le (...)
  • 2 Bundesarchiv-Militärarchiv (BAMA), RM 7/255, Forderungen der Seekriegsleitung für einen Waffenstil (...)
  • 3 Voir Philippe Lasterle, « Autopsie d’un exode maritime : l’évacuation des ports par la marine », i (...)
  • 4 Pour le sort des marins français en zone occupée, voir amiral Auphan et Jacques Mordal, La Marine (...)
  • 5 Les arsenaux de la Marine française étaient des entreprises d’État, placées sous les ordres d’un a (...)
  • 6 Service historique de la Défense, département Marine (SHD-M), TTD 114, note n° 191 du directeur du (...)
  • 7 BAMA, RM 45 IV 770, note du Kommandierender Admiral Frankreich B. Nr. A III 14928 geh. du 28 octob (...)

1Avec l’occupation du littoral français en juin 1940, l’armée allemande a pris possession des installations de la construction navale française. À côté des chantiers navals privés comme Penhoët à Saint-Nazaire ou la société Worms au Trait (Seine-Maritime), la marine de guerre allemande, la Kriegsmarine, s’intéressait surtout aux arsenaux de la Marine française à Brest, Lorient et Cherbourg1. Dans une note du 17 juin 1940, l’amirauté allemande a exigé non seulement de la France la cession de la flotte entière, y compris les bâtiments auxiliaires et les unités en cours de construction, mais aussi celle de toutes les installations de la Marine française afin de les utiliser sans retard pour les besoins de la continuation de la guerre contre l’Angleterre2. Mais en réalité, la Kriegsmarine manquait d’hommes pour doter ces nouvelles bases du personnel nécessaire. L’amiral allemand von Arnauld de la Perière, commandant la Kriegsmarine en Bretagne, ne disposait au début de l’Occupation que d’un petit groupe de spécialistes avec lesquels il devait aménager le port de Brest en nouvelle base navale allemande. Une tâche pourtant immense au regard des destructions effectuées à l’arsenal au moment de l’évacuation de la place par la Marine française3. Mais, à son arrivée à Brest, l’amiral allemand a pris une décision qui a marqué l’histoire du port tout au long de l’Occupation. Il a demandé à l’ancien directeur du Port le concours des restes de la Marine française. Et, qui plus est, cet officier de marine a accepté ! Dans le but de préserver ses hommes de la détention en Allemagne, le capitaine de vaisseau Le Normand s’est chargé ensuite de regrouper autour de lui les marins encore sur place4. Son autorité s’exerçait aussi bien sur le nouveau détachement de la Marine, dénommé plus tard « unité Marine Brest » (UMB), ainsi que sur le personnel des différentes directions de l’ancien arsenal français5. Les hommes de cette unité dont l’effectif s’élevait en décembre 1941 à 857 marins6, considérés par la Kriegsmarine comme « en congé de captivité », assuraient désormais le déplacement des navires allemands, le mouvement des bassins ou l’armement des grues flottantes. Dans l’organisation de la base allemande, l’unité française a été subordonnée aux ordres du commandant allemand de l’arsenal. Bien que cette cohabitation ne rencontrait pas l’agrément des autorités maritimes allemandes supérieures, elle est pourtant acceptée. Le 28 octobre 1940, le chef d’état-major de l’amiral allemand commandant la Kriegsmarine en France a noté au sujet des marins français en activité en zone occupée : « La mise en service de manière accélérée des bases en France a amené à négliger la question des officiers français. […] Aujourd’hui, il est hors de question d’éliminer ces officiers, car cela provoquerait des problèmes majeurs dans le service des chantiers navals. […] Il est dans l’intérêt du Reich de garder ces officiers au moins provisoirement en service7. »

  • 8 Hannsjörg Kowark, Hitler et la flotte française. Toulon 1940−1944, Nantes, Marines, 1998.
  • 9 Michael Salewski, « De Mers-el-Kébir à Toulon. Les grandes lignes de la politique maritime franco- (...)
  • 10 Archives nationales (AN), AJ40 1287, Deutsche Waffenstillstandskommission B. Nr. DWStK/ Marine 130 (...)

2Mais à l’encontre de cette idée de provisoire, les marins français ont continué leur service même au-delà de la démobilisation de l’armée de l’Armistice en novembre 19428. En février 1944, pas moins de 93 officiers et environ 3 000 marins de la Marine française ainsi que 800 ingénieurs ou agents techniques et 25 000 ouvriers des Industries navales françaises travaillaient encore aux arsenaux de Brest, Cherbourg, Lorient et Toulon9. D’après une étude établie en juillet 1944 par le groupe Marine auprès de la commission d’armistice allemande, ces hommes représentaient pour la Kriegsmarine la condition sine qua non du bon fonctionnement des bases allemandes en France, car les officiers allemands se sont aperçus qu’un éventuel soulèvement des restes de la Marine française aurait risqué d’entraîner l’arrêt quasi total des réparations sur les navires de surface et une diminution des réparations sur les sous-marins10. La sécurité d’incendie, assurée par les Marins-Pompiers français, et la protection des arsenaux par la Gendarmerie maritime française n’auraient plus été garanties.

  • 11 SHD-M, TTD 113, rapport du C.V. Marie de l’état-major de la 2e région maritime sur les évènements (...)
  • 12 SHD-M, TTB 60, note n° 39 F.M.F. 4, 10 août 1940. Sur le rôle de l’amiral Darlan, voir Hervé Couta (...)
  • 13 BAMA, RM 45 IV 805, note du Kommandierender Admiral Frankreich-Baudirektor B. Nr. Gkdos 3279, 10 d (...)
  • 14 BAMA, RM 45 IV 768, note du Hafenkommandant Lorient B. Nr. 102/40 g., 3 juillet 1940.
  • 15 Souvenirs de l’ingénieur mécanicien général Le Puth, affecté à l’arsenal français de Lorient entre (...)

3Comment a-t-on pu en arriver là ? À Brest par exemple, les directeurs des différents services de l’arsenal se sont réunis chez le directeur des Constructions navales pour convenir de l’attitude à prendre quand les Allemands voudraient remettre l’arsenal en marche. Au cours de cette réunion, le dernier représentant du préfet de la deuxième région maritime a exposé aux directeurs que, du fait que Brest était coupée de toute relation avec l’autorité française, la remise en marche des ateliers était « affaire de conscience individuelle » de chaque directeur, et qu’il lui paraissait « acceptable de faire tous travaux non spécifiquement militaires11 ». Un point de vue qui est par la suite adopté par tous les directeurs et qui est aussi partagé par Vichy où l’amiral Darlan a donné l’ordre au directeur de l’intendance maritime de Brest de choisir des projets demandant le maximum d’ouvriers12. Les ouvriers brestois contribuaient ainsi à la réparation des bassins de l’arsenal, renflouaient les bâtiments sabordés à l’intérieur des cales et remettaient en état le réseau électrique et téléphonique13. Peu à peu, les ateliers français ont repris le travail au profit de la Kriegsmarine. C’était le même cas pour Lorient où la Kriegsmarine a initié d’abord des réparations sur des chalutiers de pêche, travaux non spécifiquement militaires mais qui donnaient aux services allemands une idée du fonctionnement de l’arsenal français14. Cette coopération est facilitée par le fait que le directeur des Constructions navales de Lorient a très tôt accepté d’entrer en contact avec les autorités allemandes : « L’ingénieur général […] pensait qu’il convenait de s’organiser tout de suite dans la défaite pour la rendre moins amère et en limiter les conséquences directes. […] De ce fait, celui-ci devint automatiquement le chef de tout le port de guerre de Lorient, confirmé plus tard par le Gouvernement français15. »

4Évidemment, le 30 septembre 1940, l’amiral Darlan, fit publier une directive dans laquelle il exposait aux directeurs des arsenaux le comportement à adopter vis-à-vis des Allemands :

  • 16 SHD-M, TTA 107, note n° 19517 FMF3/SECA, 30 septembre 1941.

« Il me paraît tout à fait vain de chercher à s’opposer aux demandes allemandes. Un refus n’aurait d’autre résultat que d’entraîner des mesures de contraintes s’accompagnant d’inconvénients graves. […] La seule solution réaliste consiste à accepter dans leur principe les demandes des Allemands en cherchant à obtenir d’eux des contreparties aussi substantielles que possible. En dehors de leurs avantages intrinsèques, ces compensations permettraient de justifier auprès du personnel ouvrier des chantiers l’attitude du gouvernement et d’en obtenir une activité normale16. »

  • 17 BAMA, RM 34 IV 805, Bericht des 2. Admirals der Flotte, Konteradmiral Siemens, über die Werftverhä (...)
  • 18 SHD-M, TTB 147, effectifs du personnel ouvrier par direction pour le Port de Brest à la date du 1e (...)
  • 19 SHD-M, TTB 145, Port de Brest-direction des Constructions navales n° 2630 A, 26 décembre 1940.
  • 20 SHD-M, TTD 114, rapport sur la situation à Brest le 13 mai 1941 [sans numéro].
  • 21 BAMA, RM 45 IV 1731, Kriegsmarinewerft Brest-Werfttagesbefehl Nr. 137, Arbeitsaufträge für die fra (...)
  • 22 SHD-M, 1 BB2224, note du secrétariat d’État à la Marine-direction centrale des Industries navales (...)
  • 23 SHD-M, TTD 142, rapport sur l’activité du Chantier de Kéroman durant le mois de mars 1943, documen (...)
  • 24 Centre des archives de l’armement et du personnel, 03-18, note du chantier réparations et construc (...)

5Ce personnel représentait pour la Kriegsmarine une réserve sûre en main-d’oeuvre qualifiée. Quand on regarde par exemple les chiffres du port de Brest pour le mois de février 1941, on doit constater que l’arsenal allemand n’alignait que 470 ouvriers17 alors que l’effectif de l’arsenal français était de 6349 employés18. La plupart de ces ouvriers français travaillaient au bénéfice de la Kriegsmarine comme le montre un rapport du directeur des Constructions navales de Brest du mois de décembre 1940 dans lequel il indique à Vichy que tous ses employés travaillaient pour le compte des autorités allemandes en ajoutant que « la direction des Constructions navales a, selon toute apparence, du travail pour plusieurs mois pour tout le personnel actuel19 ». Quand les deux grands croiseurs de bataille allemands Scharnhorst et Gneisenau ont rejoint Brest en mars 1941, une partie de leurs réparations a également été effectuée dans les ateliers français20. L’utilisation des installations françaises s’est tellement accrue qu’en septembre 1942 le commandant allemand est obligé de donner l’ordre aux différentes unités de la Kriegsmarine à Brest de ne pas charger les ateliers français de travaux de moindre importance car ces services étaient déjà surchargés de commandes allemandes21. C’est au cours de ce même mois que la direction centrale des Industries navales à Vichy s’est rendue compte que la quasi-totalité des environ 16 000 ouvriers des arsenaux travaillaient pour le compte allemand et que l’importance de leur concours à la Kriegsmarine augmentait « par l’exécution par les ouvriers français de travaux autrefois exécutés dans nos Arsenaux par des ouvriers allemands, qui ainsi libérés sont progressivement renvoyés en Allemagne22 ». À Lorient par exemple, les Industries navales ont ouvert un chantier à l’intérieur de la base sous-marine allemande comprenant 337 ouvriers français qui étaient chargés de travaux très différents comme le montage de pompes ou des travaux de soudure23. Un autre document en provenance de l’arsenal français de Cherbourg nous informe qu’en juillet 1943, le chantier réparations et constructions navales était chargé de travaux sur dix-sept bâtiments allemands, y compris les vedettes lance-torpilles basées dans ce port24.

Face à la Libération – sanctionner ou récompenser ?

  • 25 Voir Jean-Marc Van Hille, Le vice-amiral Charles Platon (1886-1944) ou les risques d’un mauvais ch (...)
  • 26 SHD-M, TTD 115, témoignage du premier maître R. sur l’activité de l’UMB sous l’Occupation, s.d.
  • 27 Le Puth, art. cit, p. 102.

6Face à cette collaboration économique et militaire au sein des arsenaux de la Marine française, quel a été le destin des responsables français au moment de la Libération ? Le nombre des cadres de la Marine qui furent victimes de la Résistance ou de l’« épuration sauvage » de l’été 1944 est très faible. Seul le vice-amiral Platon, ancien secrétaire d’État du gouvernement de Vichy en charge des Colonies (1940-1942) puis de la Coordination des trois armes (1942-mars 1943), fut exécuté après sa condamnation à mort par une cour martiale25. Il partage ce destin avec l’ancien commandant du deuxième arrondissement maritime, le contre-amiral Le Normand, qui lui a été exécuté par la Résistance à son domicile aux abords de Brest en avril 1944. Inquiété par l’exécution de son ancien supérieur, le commandant de l’UMB a alors placé un sous-officier armé devant la porte de son bureau26. Et à Lorient, les membres de l’unité Marine se sont demandés si le changement de commandement entre le contre-amiral Rouyer et le capitaine de vaisseau Mailloux n’a pas été motivé par l’attentat contre l’amiral Le Normand27.

  • 28 SHD-M, TTD 27, commandant la Marine à Cherbourg état-major, n° 18 EM/SEC du 28 juillet 1944, rappo (...)
  • 29 Idem.

7Finalement, avec l’avancée des troupes alliées en France, c’est l’heure des comptes. Peu à peu, la nouvelle Marine française ou la Marine d’Alger a regagné ses anciens établissements en métropole. La première base libérée a été le port de Cherbourg où les officiers de marine en fonction sous l’Occupation ont pu continuer leur service à l’exception de l’ancien commandant du premier arrondissement maritime, de son chef d’état-major et des deux commandants des Marins-Pompiers et de la Gendarmerie maritime28. En revanche, aucun changement n’est à noter pour les Industries navales dont 1 800 ouvriers sont réembauchés au plus vite pour déblayer l’arsenal dévasté. Parmi les ingénieurs, seul le directeur du centre d’apprentissage est écarté de ses fonctions29.

  • 30 SHD-M, Archives commission Sablé (ACS), dossier Hugé, note du commandant de la Marine à Brest n° 2 (...)
  • 31 Idem.

8À Brest, le nouveau commandant de la Marine française, parti de Plymouth le 9 août 1944, s’est d’abord installé dans les alentours de la ville encore occupée et s’est mis à la recherche d’anciens responsables de la Marine française dispersés dans la région. Ainsi sont successivement convoqués l’ancien directeur des Industries navales et le directeur des Travaux maritimes qui ont reçu l’ordre de cesser leurs fonctions militaires et qui ont dû s’expliquer sur leur rôle pendant l’Occupation. L’ancien directeur des Industries navales de Brest a alors déclaré qu’il avait toujours essayé d’atténuer les ordres venus de Vichy et qu’il n’a pas pu faire mieux sans risquer une rupture complète avec les autorités allemandes30. Quant au directeur des Travaux maritimes, responsable de la construction des souterrains qui abritaient en même temps la population civile que la garnison allemande, il a tout simplement déclaré qu’il n’avait pas travaillé pour les Allemands. Mais le nouveau commandant a estimé qu’il ne pouvait pas être question de laisser un chef de service dans un poste que celui-ci occupait sous l’Occupation. Il en est de même pour le directeur de l’intendance maritime qui a dû lui aussi quitter son poste. Finalement, le nouveau commandant a également envoyé en permission l’administrateur de l’inscription maritime « qui a tenu jadis des propos très vichystes et dont la situation n’est plus possible à Brest31 ». Seul est resté en fonction le directeur du service de Santé qui s’était montré « sympathisant de la Résistance » et pour la convocation duquel le nouveau commandant voulait attendre la fin des combats. Un commissaire de 2e classe est également arrêté pour avoir insulté les Forces françaises de l’intérieur à Landerneau.

  • 32 SHD-M, TTD 115, Port de Brest-direction du service de Santé, rapport sur le rôle du service de San (...)
  • 33 La 23e flottille de MTB des Forces navales françaises libres. Témoignage des officiers, Vincennes, (...)
  • 34 SHD-M, TTD 115, dossier comprenant les 33 témoignages recueillis au sujet de l’activité de l’UMB p (...)
  • 35 Claude d’Abzac-Épezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », in Olivier Forcade, Philippe (...)

9Le 18 septembre 1944, la garnison allemande de Brest a finalement capitulé et les marins de l’UMB ont quitté les abris à la rencontre de leurs camarades venus d’Angleterre32. Le fait que l’ambiance entre ces hommes n’était pas toujours bonne est montré par l’exemple de la 23e flottille de MTB (Motor Torpedo Boat), première unité navale française rejoignant Brest après les combats. Les officiers de cette ancienne unité des Forces navales françaises libres rapportent que des difficultés graves se sont produites entre leurs hommes et les marins en service sous l’Occupation, notamment avec les gendarmes maritimes qui ont été traités d’« enfants de Darlan » par les équipages, et que des bagarres entre marins ont nécessité l’intervention du commandant de la flottille pour rétablir l’ordre33. Quant à l’ancien commandant de l’UMB, il est arrêté et dirigé sur Paris pour être traduit devant un conseil de guerre. Ses actes ainsi que l’activité de l’unité sous l’Occupation ont fait l’objet de plusieurs interrogatoires par le nouveau commandant de la Marine française après la Libération34. Leurs résultats ont servi plus tard à la commission d’épuration de la Marine qui, présidée par le vice-amiral Sablé, a examiné en tout 2 978 dossiers35. Un travail qui avait déjà commencé en mars 1943 avec les procès contre les amiraux Derrien et Esteva en Afrique du Nord et qui s’est prolongé jusqu’en 1953. Mais quels en ont été les conséquences pour ce qui nous intéresse, les arsenaux ?

L’impact de l’épuration dans les industries navales

10Accusé de collaboration par le comité d’épuration de son ancien établissement, l’ancien commandant de la Pyrotechnie Saint-Nicolas à Brest a expliqué comme suit son attitude sous l’Occupation au nouveau commandant de la Marine française :

  • 36 SHD-M, ACS, dossier Fille, mémoire de l’ingénieur en chef des Industries navales Fille sur son act (...)

« La ligne de conduite qui nous avait été dictée par les autorités supérieures françaises était en effet de tout faire pour sauver le potentiel humain et matériel qui restait à la Marine et pour ce faire, quoi qu’il arrive, rester à notre poste pour guider, soutenir et défendre au mieux notre personnel. C’est la ligne de conduite que j’ai toujours suivie au cours de ces 4 années d’occupation et si certains de mes actes ont pu faire croire, en apparence, à une collaboration, je déclare catégoriquement que je n’ai jamais collaboré d’aucune manière. Il m’était en effet difficile, sinon impossible, de mettre le personnel ouvrier dans la confiance de ma ligne de conduite36. »

  • 37 SHD-M, ACS, dossier Fille, documents du comité d’épuration de la Pyrotechnie Saint-Nicolas concern (...)
  • 38 Mémoire de l’ingénieur en chef Fille, doc. cit.
  • 39 Idem.

11Le comité d’épuration de la Pyrotechnie avait dressé, sous forme de cahier, une liste des délits de l’ancien commandant comme la non-destruction d’un document secret, la fabrication de munitions pour l’armée d’occupation ou le fait d’avoir serré les mains des officiers allemands37 D’après l’ancien commandant, l’activité de la Pyrotechnie sous l’Occupation a surtout consisté à des regroupements de munitions en magasin ou à des travaux d’aménagements de bâtiments38. En revanche, il a aussi dû avouer que « sous la pression, on a évidemment exécuté un certain nombre de travaux [pour les Allemands]39 ».

  • 40 Idem.
  • 41 SHD-M, ACS, dossier Fille, copie de l’arrêté ministériel du 5 février 1945.

12Pourtant, malgré les accusations, l’ingénieur a estimé avoir fait tout simplement son « devoir de Français », ce qui, à son avis, n’était pas le cas de ses anciens subordonnés qui l’accusaient maintenant de collaboration. Pour lui, ces accusations ne seraient que « de vengeances personnelles » et il ajoute : « Combien ai-je vu d’ouvriers placés sous mes ordres dont les fils, les filles et les femmes se sont fait embaucher dans des services allemands et qui le jour de l’arrivée des Américains se sont recouverts des amis d’ardents patriotes40. » Mais les explications sur sa triste vie sous l’Occupation (« En fait, nous vivions en plein camp de concentration ») et sur son activité en faveur des ouvriers prisonniers en Allemagne comme la confection de colis auxquels son épouse avait ajouté « la pâtisserie qu’elle fabriquait elle-même » ne suffisait pas le mettre à l’abri du verdict de la commission d’épuration de la Marine. Il est finalement mis à la retraite d’office pour s’être « déconsidéré par une attitude sans dignité devant l’occupant41 ».

  • 42 SHD-M, TTD 115, rapport de l’ingénieur général Hugé, directeur des I.N. de Brest [daté 9 septembre (...)
  • 43 SHD-M, ACS, dossier Antoine, mémoire concernant l’activité de monsieur l’ingénieur général des Ind (...)
  • 44 SHD-M, TTD 115, rapport de l’ingénieur général Hugé, directeur des I.N. de Brest [daté 9 septembre (...)

13Cet exemple nous laisse penser que des mesures strictes ont été appliquées par la commission d’épuration vis-à-vis des anciens responsables de la Marine française en zone occupée. Autre exemple, l’ancien directeur des Industries navales de Brest a lui aussi rédigé un mémoire sur son activité sous l’Occupation dans lequel il a présenté avant tout ses démarches en faveur des ouvriers envoyés à Hambourg dans le cadre du Service de travail obligatoire (STO) et ses activités pour défendre son personnel des exigences allemandes42. Nulle question du travail des ateliers brestois pour le compte allemand. Son homologue lorientais en revanche a déclaré clair et net dans son rapport : « Les Arsenaux ont certes travaillé pour l’occupant, pouvait-il en être autrement43 ? » L’ancien directeur de Brest n’a pas hésité à formuler le désir d’être affecté à la direction de l’établissement de la Marine à Indret (Loire-Atlantique), où il retrouvera d’après lui « en même temps qu’un foyer, les meilleurs souvenirs du début de [sa] carrière44 ».

  • 45 SHD-M, TTD 115, note du commandant de la Marine Brest n° 76 EM, 11 octobre 1944.
  • 46 Idem.
  • 47 Idem.
  • 48 SHD-M, ACS, dossier Hugé, décision de la commission, 10 janvier 1945.

14Apparemment, les explications de l’ingénieur général ont produit leurs effets sur le nouveau commandant de la Marine qui a considéré dans un rapport à l’attention de ses supérieurs que l’ancien directeur n’était pas collaborateur : « Il n’aimait pas les Allemands. Il fermait les yeux sur les actes de sabotage des ouvriers placés sous ses ordres. Il a fait ce qu’il a pu pour limiter les départs en Allemagne45. » Mais il faut tenir compte de l’opinion publique. Les ouvriers de l’arsenal reprochaient à leur ancien directeur d’avoir exécuté les ordres allemands « tout en se montrant trop discret sur ses véritables sentiments46 ». Face à cette situation, le commandant a finalement décidé que le maintien en fonction de l’ancien directeur à Brest « où il s’est produit une explosion de résistance » n’était plus possible47 Il a cependant estimé que l’ingénieur général pourrait encore rendre de très bons services à la Marine ailleurs ! Finalement, la commission d’épuration de la Marine n’a constaté « aucun fait précis d’importance prouvant un esprit de collaboration » dans le dossier de l’intéressé qui ne fera objet d’aucune sanction48.

  • 49 SHD-M, ACS, dossier Renvoisé, note du commandement de la Marine Lorient n° 157 EM, 7 octobre 1944.
  • 50 Idem, n° 251 EM, 4 novembre 1944.
  • 51 Idem.

15Le directeur des Industries navales de Lorient a également été relevé de ses fonctions en septembre 1944. Et comme à Brest, le nouveau commandant de la Marine à Lorient a argumenté en faveur de l’ingénieur général en rapportant à l’amiral Nord qu’il n’avait recueilli aucune plainte concernant l’activité de cet officier. Bien que ce dernier n’ait pas fait « non plus l’objet d’éloges […], il a fait simplement son devoir de maintenance dans les mêmes conditions que tout le personnel des arsenaux49 ». Dans une autre note sur le comportement de l’ancien directeur, le nouveau commandant ajoute encore que « du point de vue national son action fut bienfaisante » et il a même songé même à son maintien en activité à Lorient50. Mais comme à Brest, le nouveau commandant a dû lui aussi reconnaître que l’accusé « est compromis dans la réprobation générale des ouvriers vis-à-vis de tout le personnel de direction ayant occupé des postes sous l’occupation allemande » et de ce fait, « malgré l’intérêt que présenterait la présence d’un directeur des CAN très au courant du port de Lorient », son remplacement serait incontournable51. Mais, comme pour son collègue brestois, la commission d’épuration de la Marine n’a constaté aucun fait prouvant un esprit de collaboration et elle a émis un avis favorable à la réintégration de cet officier ingénieur dans la Marine.

  • 52 D’Abzac-Épezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », art. cit., p.675.
  • 53 Voir Benoît Rossignol et Roland Le Borgn’, « Reconstruction, restructuration et modernisation des (...)
  • 54 SHD-M, ACS, dossier Antoine, mémoire concernant l’activité de l’ingénieur général des Industries n (...)
  • 55 D’Abzac-Épezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », art. cit., p.677.
  • 56 Ibid., p. 684. Les officiers assimilés, c’est-à-dire ceux affectés dans les services et dans les p (...)
  • 57 SHD-M, ACS, dossier Antoine, note du vice-amiral Sablé, 29 juin 1945.

16Claude d’Abzac-Epezy a déjà montré que l’épuration dans les armées n’a parfois été qu’un mythe. Or, le dégagement des cadres dans la Marine a été bien moins rigoureux que celui dans les autres armées52. En 1944, la Marine française avait besoin de spécialistes pour la reconstruction de sa flotte et de son infrastructure53. D’où l’intérêt de garder les ingénieurs en service. L’ancien directeur des Industries navales de Lorient en était bien conscient quand il a déclaré dans son mémoire de défense qu’« un port peut se reconstruire rapidement mais la main-d’œuvre et les cadres très spécialisés des Industries navales ne sauraient se former de même54 ». D’après l’historien maritime Jacques Mordal, seuls 4 ou 5 des 123 amiraux ou cadres assimilés au corps des officiers de la Marine auraient pu être jugés dignes à la Libération55. Mais, comme la Marine française avait besoin de personnel expérimenté pour reprendre la guerre aux côtés des Alliés, près de 93 % des officiers assimilés en fonction sous l’Occupation ont été maintenus en activité56. Ce blanchissement officiel a parfois suscité le désaccord du président de la commission d’épuration de la Marine. Fin juin 1945, l’amiral Sablé s’est adressé directement au ministre de la Marine au sujet de l’ancien directeur central des Industries navales à Vichy qui avait demandé sa réintégration. Bien qu’il doive admettre que la commission n’a relevé aucun acte de collaboration contre cet ingénieur général, il a rappelé que l’intéressé a été directeur central à Vichy de 1942 à 1944 et qu’il a ainsi participé « dans un poste élevé qui comportait plus que de l’obéissance passive à toute la politique du gouvernement de fait, en particulier pour le STO57 ». Pourtant, il n’a subi qu’une sanction qui figure parmi les plus douces par rapport aux autres officiers sanctionnés, ayant simplement été mis à la deuxième section.

  • 58 SHD-M, TTD 115, rapport du lieutenant de vaisseau Touchaleaume, chef du 2e bureau, au capitaine de (...)
  • 59 Idem.
  • 60 Idem.

17Et que sont devenus les dirigeants subalternes ? Une enquête sur l’activité de l’UMB pendant l’Occupation contient une liste d’officiers et officiers mariniers qui se sont particulièrement signalés par leur comportement58 Parmi les officiers, un enseigne de vaisseau, ancien commandant du groupe de gardiennage, a reçu un arrêt de 60 jours au moment de la Libération pour détournement de vivres à son profit et pour ses propos anti-alliés59 Un autre officier, adjoint au chef du service « Machines », a été condamné à un arrêt de 30 jours en raison de ses propos proallemands. Puis figurent sur la liste une vingtaine d’officiers mariniers qui ont été des collaborateurs étroits de l’ancien commandant de l’UMB. Parmi eux, trois maîtres principaux et trois premiers maîtres ont été immédiatement rayés des cadres et envoyés à la retraite. Un second maître cuisinier à été renvoyé au foyer comme « collaborateur ardent et officier marinier sans scrupule60 ». Il avait détourné des vivres au profit des agents allemands de la Werftpolizei avec lesquels il était aussi sorti en ville. Un premier maître fourrier qui avait tenu des propos anti-alliés est en revanche maintenu en service. En revanche, deux maîtres principaux, deux premiers maîtres pilotes de la flotte et un maître mécanicien qui ont, à divers titres, exécuté des ordres du commandant de l’UMB en ce qui concerne les mouvements de navires allemands ou les mouillages de mines et filets de barrage dans le port ont été rayés des cadres.

  • 61 SHD-M, ACS, dossier Michaud, note du ministre de la Marine n° 203/EMP/3, 9 juin 1945.
  • 62 SHD-M, ACS, dossier Michaud, compte-rendu de l’audience publique de la chambre civique du départem (...)
  • 63 SHD-M, ACS, dossier Michaud, lettre du commissaire du gouvernement près de la cour de Justice d’Il (...)
  • 64 SHD-M, ACS, dossier Michaud, note du président de la commission, 26 juillet 1946.
  • 65 SHD-M, ACS, dossier Michaud, copie de l’affiche du conseil d’administration du Syndicat des travai (...)

18Une fois de plus, ces exemples nous donnent l’impression que la Marine a réagi avec fermeté vis-à-vis la conduite de ses hommes sous l’Occupation. Mais il est à signaler que dès le 18 novembre 1944, les deux officiers cités furent repris par la Marine et il en est de même pour 9 des officiers mariniers mentionnés. Les autres ont continué à être payés par la Marine et ont attendu dans leur foyer qu’il soit statué sur leur sort. Malheureusement, nous manquons de tout document sur le sort des ingénieurs ou agents techniques des différents arsenaux. Mais il semble qu’aucun n’a été l’objet d’une sanction. Le seul exemple d’une sanction stricte dans l’administration des Industries navales après la Libération est le commandant de la Pyrotechnie de Saint-Nicolas. Quant à l’ancien commandant de l’UMB qui avait été arrêté sur les débris de l’arsenal au moment même de la Libération, il a été privé de ses droits à la pension par un décret ministériel du 11 mars 194561 Mais, le 9 mai 1946, la chambre civique du département d’Ille-et-Vilaine, chargée de l’affaire après la révocation de l’officier par la Marine, a estimé qu’aucun grief ne pouvait être imputé à cet officier et l’a acquitté sans peine ni dépens62. D’après une note du commissaire du gouvernement près de la cour de justice d’Ille-et-Vilaine au président de la commission d’épuration de la Marine, les membres de la chambre civique ont estimé que l’ancien commandant « avait grandement honoré la marine française par son action patriotique durant l’occupation63 ». L’amiral Sablé s’est incliné devant cette décision et a proposé au ministre de la Marine l’annulation du décret de révocation64. L’officier est ensuite placé en non-activité pour attendre son admission à la retraite à partir du 1er octobre 1948, date à laquelle il a réuni les conditions pour pouvoir prétendre à une pension à titre d’ancienneté de services. Cette décision n’est pourtant pas passée inaperçue à Brest comme le montre une affiche qui est apposée sur les murs de l’arsenal en septembre 1946 et qui a réclamé aux dirigeants de la Marine française : « Il faut que cesse cette parodie de jugements, condamnant à des peines infimes, tous ceux qui ont trahi la France. […] Nous devons exiger que l’épuration, qui n’a été jusqu’à ce jour qu’une vaste comédie, devienne une réalité, surtout dans notre administration de la Marine où elle a été nulle65. »

19Quel bilan peut-on donc dresser de l’épuration dans les arsenaux de la Marine française ? Comme nous l’avons montré, ses effets dans le domaine des constructions navales ont été bien faibles car tous les ingénieurs généraux responsables ont réintégré la Marine après la Libération. Il en est de même pour la plupart des officiers de Marine en service en France occupée. Le nombre de ceux qui ont été sanctionnés après-guerre est très faible et dont certains ont encore été réhabilités plus tard. Avoir servi dans l’UMB comme jeune lieutenant de vaisseau n’empêche pas un officier de marine de monter jusqu’au grade d’un contre-amiral et d’entrer dans la Légion d’honneur. L’ancien directeur des Industries navales de Lorient a bien eu raison en indiquant dans son mémoire de défense qu’un port peut se reconstruire rapidement mais que la main-d’œuvre et les cadres très spécialisés des Industries navales ne sauraient se former de même. Notre évocation d’une épuration très douce dans les arsenaux de la Marine française, qui ont pourtant été à l’origine du bon fonctionnement des bases navales allemandes en France, montrent qu’il n’a pas eu tort. C’est finalement dans le changement de la politique géostratégique de l’après-guerre et le redressement de la France comme puissance militaire qu’il faut chercher la réponse à la question de savoir pourquoi l’épuration dans l’administration de la Marine française n’est restée qu’un mythe.

Notes

1 Pour l’histoire des ports sous l’Occupation, voir Yves Buffetaut, Les Ports français 1939−1945. Les ports de l’Atlantique, Bourg-en-Bresse, Marines, 2001. Un aperçu de l’organisation de la Kriegsmarine en France, basé sur des documents allemands, est donné par Alain Chazette, Jean-Paul Pallud et Fabien Reberac, Kriegsmarine, Mer du Nord, Manche, Atlantique, 1940-1945, Bayeux, Heimdal, 1997 ; voir aussi Claude Huan, « La construction navale française 1940-1942 », Études d’histoire maritime, n° 1, 1990, p. 177-206.

2 Bundesarchiv-Militärarchiv (BAMA), RM 7/255, Forderungen der Seekriegsleitung für einen Waffenstillstand mit Frankreich.

3 Voir Philippe Lasterle, « Autopsie d’un exode maritime : l’évacuation des ports par la marine », in Christine Levisse-Touzé (dir.), La Campagne de 1940, Paris, Tallandier, 2001, p. 261-288 ; voir aussi capitaine de frégate Caroff, Les Forces maritimes de l’Ouest 1939-1940, Vincennes, Service historique de la Marine, 1954.

4 Pour le sort des marins français en zone occupée, voir amiral Auphan et Jacques Mordal, La Marine française dans la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 1958, p. 463-490 ; Jean-Claude Catherine, « Face à la Kriegsmarine, marins et personnels d’arsenaux à Lorient, Brest et Wiesbaden », Revue historique des Armées, n° 195, 1994, p. 88-110 et, pour l’exemple de Brest, Lars Hellwinkel, Brest, base navale de la Kriegsmarine, maîtrise d’histoire (dir. Christian Bougeard), université de Bretagne Occidentale, 2000.

5 Les arsenaux de la Marine française étaient des entreprises d’État, placées sous les ordres d’un amiral, le major général, et constituées de différentes directions comme les Constructions navales, les Travaux maritimes et les Armes navales. Il faut y ajouter les services de l’Intendance maritime, les services de l’habillement, des vivres ou des combustibles, ainsi que les remorqueurs et les différentes gabares de la direction du Port pour assurer les mouvements et le ravitaillement des grands navires, voir Paul Coat, Les Arsenaux de la Marine de 1631 à nos jours, Brest/Paris, de la Cité, 1982.

6 Service historique de la Défense, département Marine (SHD-M), TTD 114, note n° 191 du directeur du Port de Brest, 23 décembre 1941.

7 BAMA, RM 45 IV 770, note du Kommandierender Admiral Frankreich B. Nr. A III 14928 geh. du 28 octobre 1940 au OKH Gen. Qu/Abt. K. Verw., à titre d’information pour OKW, OKM, Skl., B.d.U., Marinebefehlshaber Bretagne.

8 Hannsjörg Kowark, Hitler et la flotte française. Toulon 1940−1944, Nantes, Marines, 1998.

9 Michael Salewski, « De Mers-el-Kébir à Toulon. Les grandes lignes de la politique maritime franco-allemande de 1940 à 1942 », Travaux et Recherches (Centre de recherches Relations internationales de l’université de Metz), n° 4, 1973, p. 123-150.

10 Archives nationales (AN), AJ40 1287, Deutsche Waffenstillstandskommission B. Nr. DWStK/ Marine 130/44 gKdos, Denkschrift der Deutschen Waffenstillstandskommission über den Einsatz der französischen Marine für Aufgaben der deutschen Seekriegführung, 1er juillet 1944.

11 SHD-M, TTD 113, rapport du C.V. Marie de l’état-major de la 2e région maritime sur les évènements de Brest entre le 17 et le 29 juin 1940, rédigé à Néris-les Bains le 10 juillet 1941.

12 SHD-M, TTB 60, note n° 39 F.M.F. 4, 10 août 1940. Sur le rôle de l’amiral Darlan, voir Hervé Coutau-Bégarie, Claude Huan, Darlan, Paris, Fayard, 1989, ainsi que Robert Paxton, « Darlan, un amiral entre deux blocs », Vingtième Siècle, n° 36, 1992, p. 3-19.

13 BAMA, RM 45 IV 805, note du Kommandierender Admiral Frankreich-Baudirektor B. Nr. Gkdos 3279, 10 décembre 1940.

14 BAMA, RM 45 IV 768, note du Hafenkommandant Lorient B. Nr. 102/40 g., 3 juillet 1940.

15 Souvenirs de l’ingénieur mécanicien général Le Puth, affecté à l’arsenal français de Lorient entre 1940 et 1945, dans L. Le Puth, « Quelques souvenirs de la vie lorientaise de 1940 à1945 », Académie de Marine. Communications et Mémoires, 1955, p. 71-116, ici p. 79.

16 SHD-M, TTA 107, note n° 19517 FMF3/SECA, 30 septembre 1941.

17 BAMA, RM 34 IV 805, Bericht des 2. Admirals der Flotte, Konteradmiral Siemens, über die Werftverhältnisse in Brest (Flottenkdo. 2. Adm. Flotte B. Nr. Gkdos 482 A I), 1er mars 1941.

18 SHD-M, TTB 147, effectifs du personnel ouvrier par direction pour le Port de Brest à la date du 1er janvier 1941.

19 SHD-M, TTB 145, Port de Brest-direction des Constructions navales n° 2630 A, 26 décembre 1940.

20 SHD-M, TTD 114, rapport sur la situation à Brest le 13 mai 1941 [sans numéro].

21 BAMA, RM 45 IV 1731, Kriegsmarinewerft Brest-Werfttagesbefehl Nr. 137, Arbeitsaufträge für die französischen Werkstätten Constructions navales.

22 SHD-M, 1 BB2224, note du secrétariat d’État à la Marine-direction centrale des Industries navales n° 17001 IN. O, 13 septembre 1942.

23 SHD-M, TTD 142, rapport sur l’activité du Chantier de Kéroman durant le mois de mars 1943, document attaché à la note sur l’organisation des services du 3e arrondissement maritime à la date du 1er avril 1943, état-major de l’arrondissement maritime de Lorient n° 350 E.M., 7 avril 1943.

24 Centre des archives de l’armement et du personnel, 03-18, note du chantier réparations et constructions navales de la direction des Industries navales au port de Cherbourg n° 26, 3 juillet 1943 : situation hebdomadaire des travaux au 3 juillet 1943.

25 Voir Jean-Marc Van Hille, Le vice-amiral Charles Platon (1886-1944) ou les risques d’un mauvais choix, Estadens, PyréGraph, 2003.

26 SHD-M, TTD 115, témoignage du premier maître R. sur l’activité de l’UMB sous l’Occupation, s.d.

27 Le Puth, art. cit, p. 102.

28 SHD-M, TTD 27, commandant la Marine à Cherbourg état-major, n° 18 EM/SEC du 28 juillet 1944, rapport sur l’organisation et la reprise d’activité du Port de Cherbourg.

29 Idem.

30 SHD-M, Archives commission Sablé (ACS), dossier Hugé, note du commandant de la Marine à Brest n° 22 EM 1, 9 septembre 1944.

31 Idem.

32 SHD-M, TTD 115, Port de Brest-direction du service de Santé, rapport sur le rôle du service de Santé à Brest pendant le siège, 28 novembre 1944.

33 La 23e flottille de MTB des Forces navales françaises libres. Témoignage des officiers, Vincennes, Service historique de la Marine, 1967, p. 94.

34 SHD-M, TTD 115, dossier comprenant les 33 témoignages recueillis au sujet de l’activité de l’UMB pendant l’Occupation en octobre 1944.

35 Claude d’Abzac-Épezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », in Olivier Forcade, Philippe Vial, Éric Duhamel (dir.), Militaires en république 1870-1962, les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 667-686, ici p. 667. Sur le destin des officiers de Marine affectés sous Vichy à des services publics, voir Philippe Lasterle « Le capitaine de frégate Le Gouic (1898-1976) préfet de Vichy : l’itinéraire unique d’un marin épuré », Revue historique des Armées, n° 2 et n° 3, 2001, p. 53-62 et p. 101-112. Voir également C. d’Abzac-Épezy, « Épuration et rénovation de l’armée », in Marc Olivier Baruch (dir.), Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003, p. 433-464.

36 SHD-M, ACS, dossier Fille, mémoire de l’ingénieur en chef des Industries navales Fille sur son activité en qualité de commandant de la Pyrotechnie de Saint-Nicolas pendant l’Occupation allemande [daté du 27 octobre 1944].

37 SHD-M, ACS, dossier Fille, documents du comité d’épuration de la Pyrotechnie Saint-Nicolas concernant la conduite du commandant sous l’Occupation.

38 Mémoire de l’ingénieur en chef Fille, doc. cit.

39 Idem.

40 Idem.

41 SHD-M, ACS, dossier Fille, copie de l’arrêté ministériel du 5 février 1945.

42 SHD-M, TTD 115, rapport de l’ingénieur général Hugé, directeur des I.N. de Brest [daté 9 septembre 1944].

43 SHD-M, ACS, dossier Antoine, mémoire concernant l’activité de monsieur l’ingénieur général des Industries navales Antoine depuis l’Armistice [daté du 15 octobre 1944], 11 pages, ici p. 10.

44 SHD-M, TTD 115, rapport de l’ingénieur général Hugé, directeur des I.N. de Brest [daté 9 septembre 1944].

45 SHD-M, TTD 115, note du commandant de la Marine Brest n° 76 EM, 11 octobre 1944.

46 Idem.

47 Idem.

48 SHD-M, ACS, dossier Hugé, décision de la commission, 10 janvier 1945.

49 SHD-M, ACS, dossier Renvoisé, note du commandement de la Marine Lorient n° 157 EM, 7 octobre 1944.

50 Idem, n° 251 EM, 4 novembre 1944.

51 Idem.

52 D’Abzac-Épezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », art. cit., p.675.

53 Voir Benoît Rossignol et Roland Le Borgn’, « Reconstruction, restructuration et modernisation des bases navales (1944-1949) », Revue historique des Armées, n° 220, 2000, p. 98-111 ; voir également Philippe Vial, « La Marine en 1947, un concentré de contradictions nationales », dans Serge Bernstein et Pierre Milza (dir.), L’année 1947 en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

54 SHD-M, ACS, dossier Antoine, mémoire concernant l’activité de l’ingénieur général des Industries navales Antoine depuis l’Armistice [daté du 15 octobre 1944], 11 pages, ici p. 10.

55 D’Abzac-Épezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », art. cit., p.677.

56 Ibid., p. 684. Les officiers assimilés, c’est-à-dire ceux affectés dans les services et dans les ports, comptent 1595 réintégrés sur un total de 1687. En revanche, le taux est un peu plus faible pour les officiers de marine, ceux qui ont vocation à commander en mer (444 réintégrations sur 591, soit environ 75 %) ; d’Abzac-Épezy, « Épuration et rénovation de l’armée », art. cit.

57 SHD-M, ACS, dossier Antoine, note du vice-amiral Sablé, 29 juin 1945.

58 SHD-M, TTD 115, rapport du lieutenant de vaisseau Touchaleaume, chef du 2e bureau, au capitaine de vaisseau Lucas, commandant la Marine à Brest, n° 24 EM2, 18 novembre 1944.

59 Idem.

60 Idem.

61 SHD-M, ACS, dossier Michaud, note du ministre de la Marine n° 203/EMP/3, 9 juin 1945.

62 SHD-M, ACS, dossier Michaud, compte-rendu de l’audience publique de la chambre civique du département d’Ille-et-Vilaine au palais de Justice à Rennes le 9 mai 1946.

63 SHD-M, ACS, dossier Michaud, lettre du commissaire du gouvernement près de la cour de Justice d’Ille-et-Vilaine au vice-amiral Sablé, président de la commission d’épuration de la Marine n° 94082, 20 juin 1946.

64 SHD-M, ACS, dossier Michaud, note du président de la commission, 26 juillet 1946.

65 SHD-M, ACS, dossier Michaud, copie de l’affiche du conseil d’administration du Syndicat des travailleurs du port de Brest et de la Pyrotechnie de Saint-Nicolas.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search