Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un nouveau monde atlantique

 | 
Philippe Joutard
, 
Didier Poton
, 
Laurent Veyssière

« Retrouver le Canada » : véritable enjeu économique ou « nostalgie mercantile » ?

Didier Poton

Texte intégral

1Les négociations diplomatiques qui vont mener au traité de Paris de 1763 sont suivies de près par les acteurs économiques européens engagés dans le commerce colonial et plus largement international. Cet aspect du métier de négociant, la recherche d’informations est une pratique ancienne mais elle doit prendre en compte de nouveaux espaces maritimes et continentaux et, entre autres évolutions, le développement croissant des échanges nord-sud dans l’Atlantique et dans l’Océan Indien et une rapide diversification des trafics. En 1720, l’Europe réalise les deux tiers du commerce mondial, en 1780 les trois quarts. Ce développement du commerce international doit beaucoup à la poursuite des dynamiques coloniales mais aussi à la contrebande et à l’interlope entre les différents espaces impériaux. Ces pratiques illégales génèrent des profits qu’il est difficile d’évaluer mais qui sont sans doute très importants bien que fluctuant au gré des guerres et des mesures administratives prises par les États ou les autorités locales mais qui doivent prendre en compte les demandes des sociétés coloniales qui s’imposent comme des marchés de consommation dynamiques et qui n’entendent pas limiter la réponse à leurs besoins, vitaux ou plus superficiels, à celle contrainte par l’organisation administrative et économique de l’empire dont leur territoire relève.

  • 1 Allaire B., « La mise en marché des pelleteries canadiennes en Europe du XVIe au XVIIIe siècle », (...)
  • 2 Lamonde Y. et Poton D., « Éléments de conclusion », Lamonde Y. et Poton D. (dir.), La Capricieuse (...)

2Ainsi, les négociations diplomatiques et les traités passés entre les puissances contiennent des clauses qui peuvent avoir de lourdes conséquences sur les échanges commerciaux notamment pour les ports dont une activité est dominante. C’est le cas de La Rochelle avec la Nouvelle-France depuis les années 1650 grâce à la mainmise rochelaise sur l’importation des fourrures canadiennes et leur redistribution dans le royaume et en Europe du Nord1. Même si au XVIIIe siècle le commerce avec la Nouvelle-France est bien inférieur en nombre d’armements et en valeur des marchandises à celui avec Saint-Domingue, les échanges avec le Canada participent à la prospérité de la ville et son arrière-pays. L’information selon laquelle le gouvernement s’engagerait dans une cession du Canada à l’Angleterre ne peut que susciter une grande inquiétude. C’est ainsi que dès 1761, les négociants rochelais engagent une campagne ayant pour objectif de défendre la colonie canadienne puis, vingt ans après dans le nouveau contexte de l’Indépendance des États-Unis d’Amérique, de restaurer le commerce des pelleteries et fourrures : véritable enjeu économique ou « nostalgie mercantile2 » ?

« Une espèce d’indifférence pour une colonie si vaste, si belle, si utille, la clef et la sauvegarde de l’Amérique »

  • 3 Ternat F., « L’autre bataille de Québec : sauver la Nouvelle-France par la négociation ? », Veyssi (...)
  • 4 Martinetti B., Les Négociants de La Rochelle au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 217.

3À l’automne 1761, la chambre de commerce de La Rochelle et de l’Aunis adresse à Choiseul un mémoire qui entend défendre « la cause du Canada » c’est-à-dire d’éviter sa cession à l’Angleterre lors des pourparlers de paix qui ont pour finalité de mettre un terme à la guerre de Sept Ans. Ce mémoire est daté du 14 novembre 1761, un mois après la nomination de César-Gabriel de Choiseul, duc de Praslin, au ministère des Affaires étrangères (13 octobre 1761). Il s’agit donc, pour le négoce rochelais, de faire pression sur le nouveau ministre qui va devoir reprendre les négociations engagées au printemps 1761 par son cousin, Étienne-François, nommé, en sus de la Guerre, secrétaire d’État de la Marine mais qui garde un pouvoir certain sur la politique étrangère de la France. Les positions intransigeantes de l’Angleterre entraînent un échec de ces pourparlers et conduisent à la démission de William Pitt le 5 octobre 1761. L’élaboration du mémoire rochelais correspond à un moment de renouvellement des hommes dans les gouvernements anglais et français et de l’imminence de la reprise des négociations3. À cette date, le Canada n’est pas perdu pour la France car l’opinion publique anglaise est partagée sur l’intérêt de récupérer le Canada. Conserver la Guadeloupe semble une meilleure opportunité… une perspective à laquelle n’adhèrent pas les planteurs britanniques aux Antilles qui ne souhaitent pas voir entrer sur le marché londonien des cargaisons de sucre qui pourraient entraîner une baisse des prix et mettre en péril les profits tirés des plantations de la Jamaïque. Toutefois, il semble qu’au printemps 1761, Choiseul avait pris acte de la perte du Canada adhérant à l’idée, très diffusée dans l’opinion publique française, que cette colonie coûtait cher à l’État et rapportait bien peu. Voltaire exprime sur le Canada un avis partagé par bon nombre de Français, tout du moins par ceux et celles qui s’intéressent aux affaires de la guerre et de la diplomatie. Une opinion partagée par le nouveau ministre des Affaires étrangères ? L’envoi du mémoire de la Chambre de commerce de La Rochelle et de l’Aunis en novembre 1761 correspond bien à un moment clé dans les négociations de paix. Le ton parfois sec et les formules corrosives utilisées témoignent, à l’évidence, d’un état d’urgence pour les négociants de La Rochelle4.

  • 5 Ibid., p. 216-221.

4Il n’est pas utile de reprendre dans le cadre de cette intervention une étude de ce mémoire souvent mentionné mais qui n’a fait l’objet que très récemment d’une analyse précise y compris les réponses des chambres de commerce du royaume ayant jugé bon de réagir par écrit5. Nous ne retiendrons ici que les éléments permettant de comprendre un écrit qui va installer à La Rochelle l’idée que si le Canada était maintenu dans l’empire colonial français, la ville-port d’Aunis, armerait de nouveau des navires pour reprendre les échanges interrompus par la guerre. Bon nombre de négociants n’abandonnent pas l’idée de reprendre des trafics canadiens qui ont tant participé à la richesse rochelaise et à sa place dans la hiérarchie des ports français même si la première moitié du XVIIIe siècle correspond à une période de recul par rapport à Bordeaux et à Nantes qui profitent désormais à plein de leur situation de ports d’estuaire et de vastes hinterland.

5Dans la lettre jointe au mémoire et adressée au ministre, les négociants rochelais défendent la légitimité de leur ville à défendre le maintien du Canada dans l’empire colonial français par la permanence des relations « qui datte de la naissance de la colonie » et du nombre des maisons de commerce établis par les négociants de la cité. Ces arguments donnent à cette place maritime, selon les rédacteurs, expériences, connaissances, compétences pour « connaître à fond tout le mérite de cette importante possession ». Après un tableau idyllique du Canada et de ses habitants – certes limité aux Français, une dénonciation des pratiques frauduleuses qui donne une image négative de la colonie et des détournements de l’argent que consacre l’État à sa défense, c’est aux ressources du Canada que le plus grand nombre de pages du mémoire est consacré avec une insistance particulière pour les richesses halieutiques. Mais, la défense des lieux de pêche et « d’asiles pour les exploiter » a une autre dimension que le seul souci de ravitailler le royaume en poissons : « C’est dans le Golfe du Saint-Laurent, c’est dans les mers qui la voisinent que se forment ses matelots et les nôtres ; toutes les autres navigations les détruisent, celle-cy en est la première et les conserve ; après cette perte irréparable, nul espoir ne reste à la France de rétablir sa marine. » Il est ici confirmé ce que représentent en apprentissage et en expérience océanique les campagnes de pêche sur les bancs de Terre-Neuve et dans l’estuaire laurentien pour des milliers de mousses et jeunes matelots. Cet argument est important car il est partagé par les milieux maritimes et, semble-t-il, par le ministre de la Marine et de la Guerre. C’est ensuite sur les échanges entre la métropole et la colonie que se développe l’argumentation avec une part belle aux fourrures et pelleteries et à l’huile de poisson indispensable à la mégisserie.

  • 6 Poton D., « Le Canada : un espace économique marginal dans l’empire colonial français », Imbeault (...)

6Cette campagne de défense du Canada par la chambre de commerce de La Rochelle échoue. Les négociants n’ont pas pu mobiliser leurs confrères des autres ports engagés, ou concurrents, sur des trafics plus lucratifs en ce milieu du XVIIIe siècle. Le Canada est cédé à l’Angleterre. En obtenant Saint-Pierre et Miquelon dans l’estuaire du Saint-Laurent, la monarchie française sauve l’activité de la grande pêche… et donc cette école d’apprentissage à la mer pour des milliers de jeunes marins. Les clauses territoriales du traité de Paris révèlent ce qu’est la Nouvelle-France pour la monarchie : un territoire dont il faut prélever les richesses. Une économie de prédation, pas de mise en valeur. En 1763, Choiseul fait le choix de conserver un lieu permettant à l’activité prédatrice la plus importante de continuer, un choix porté par la place de la grande pêche dans de nombreux ports du royaume. La morue a été préférée au castor6.

La Révolution américaine : une occasion ratée pour le négoce rochelais ?

  • 7 Cottret B., La révolution américaine. La quête du bonheur, 1763-1787, Paris, Perrin, 2004, p. 220.
  • 8 Ibid., note 6, p. 444.
  • 9 Van Ruymbeke B., L’Amérique avant les États-Unis. Une histoire de l’Amérique anglaise, 1497-1776, (...)

7À l’annonce de l’insurrection des patriotes américains, les sentiments du négoce sont partagés entre la satisfaction de voir l’Angleterre en difficulté et l’inquiétude de voir se déclencher des hostilités toujours défavorables aux échanges commerciaux notamment maritimes, plus particulièrement dans l’Atlantique. L’envoi dès 1775 de Julien Achard de Bonvouloir à Philadelphie pour apporter officieusement aux Américains le soutien de la France marque l’abandon par Vergennes d’une attitude de grande prudence, partagée par Louis XVI, pour prendre fait et cause pour la guerre7. Cette politique n’est pas totalement partagée par Turgot, contrôleur des finances, qui aurait préféré une neutralité tout en n’écartant pas une aide secrète aux insurgés. En fait ce dernier abordait l’affrontement entre l’Angleterre et les Américains dans une pensée plus globale qui affirmait que tôt ou tard « toutes les métropoles seront forcées d’abandonner tout empire sur leurs colonies8 ». Pour le contrôleur des finances, la France a tout à craindre de l’issue de cette affaire : un exemple de libération coloniale, une réconciliation entre l’Angleterre et le Congrès « qui ménage la chèvre et le chou » encore à l’été 1775. Il faut, en effet, attendre le discours de George III en novembre de la même année devant le Parlement déclarant toutes les colonies en état de rébellion pour que se radicalisent progressivement ceux qui travaillaient encore à éviter la séparation9. Mais le gouvernement français doit tenir compte de l’immense popularité des insurgés dans la société française, en particulier dans la noblesse, notamment chez les jeunes qu’incarne bien le marquis de La Fayette.

  • 10 Pétré-Grenouilleau O., Les négoces maritimes français, XVIIe-XXe siècle, Paris, Belin, 1997, p. 11 (...)

8Dans les tout premiers jours de 1777, Benjamin Franklin s’installe à Passy près de Paris. Au milieu de toutes les entrevues, le représentant du Congrès en France reçoit Samuel-Pierre Meschinet de Richemont, un négociant de La Rochelle. Ce n’est pas un des plus importants représentants des négociants d’une ville qui a beaucoup souffert de la perte du Canada et de la cession de la Louisiane à l’Espagne en 1763. Dans ces années 1770, elle tend à investir ses capitaux, non pas dans la pêche à Terre-Neuve à laquelle elle n’arme plus guère depuis le début du XVIIIe siècle, mais dans la traite et le commerce triangulaire qui se hisse presque au niveau des voyages en droiture avec les Antilles, notamment avec Saint-Domingue. La concurrence avec Nantes et Bordeaux est rude mais la ville se place sous le règne de Louis XVI au second rang des ports négriers français10. Des armements coûteux qui sont réservés aux négociants les plus solides financièrement et auxquels ne se risquent qu’épisodiquement ou avec quelques modestes parts dans des sociétés les éléments plus fragiles de la place. Ce qui est le cas de Samuel-Pierre Meschinet de Richemont et de son associé, Jean-Jacques François Garnault. Pour ces négociants de moyenne envergure mais qui possèdent un vrai réseau en Europe du nord où les cargaisons envoyées sont constituées de produits locaux et coloniaux, l’ouverture du marché nord-américain est une réelle opportunité de diversification commerciale. La stratégie développée par Meschinet a deux objectifs, un personnel, devenir le premier consul des États-Unis à La Rochelle, et un plus collectif, soutenu par la chambre de commerce, obtenir que La Rochelle obtienne le statut de port-franc pour le commerce avec les États-Unis, un statut prévu par l’article 30 du traité de commerce conclu entre la France et le nouvel État américain le 6 février 1778.

  • 11 Lüthy H., La banque protestante en France de la Révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, Pa (...)
  • 12 Ibid., p. 309.

9Dès le printemps 1777, Meschinet de Richemont avait adressé aux « seigneurs de Philadelphie » une longue lettre (« encouragé par le docteur Franklin […] qui m’a donné votre adresse de sa propre main ») proposant ses services et invitant les Américains à envoyer des navires à La Rochelle car « il est très certain que vous y trouverez les mêmes et peut-être plus d’avantages qu’à Nantes et à Bordeaux soit pour la vente des denrées de vos colonies soit par l’achat des marchandises de notre cru ou des manufactures de notre royaume ». Le 6 février 1778, un courrier de Garnault, outre les informations recueillies à Paris sur d’éventuelles attributions de lettres de courses octroyées par le roi maintenant que la guerre est ouverte entre la France et l’Angleterre, engage Meschinet à continuer sa campagne pour se faire nommer « consul du Congrès » car « on dit qu’il y aurait des consuls américains dans quelques ports de France ». Deux conseils donnés par Garnault pour que son associé défende sa candidature dans ses courriers aux amis de Benjamin Franklin à Philadelphie et à Boston, sont intéressants à noter : la recommandation des Cottin et « que vous êtes protestants et que la majeure partie des négociants de La Rochelle le sont ». Le chapitre consacré aux Cottin et à leurs alliés par Herbert Lüthy dans son magistral ouvrage sur la banque protestante en France au XVIIIe siècle démontre l’ampleur du réseau de cette famille de drapiers protestants du nord de la France dont deux frères s’installent à Paris à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle et qui sont à l’origine des banques parisiennes éponymes11. Pour Lüthy « la maison Cotin l’aîné et le fils a été l’une des banques de premier plan pendant le dernier règne de l’Ancien Régime12 ». Meschinet applique strictement les conseils de son associé dans un courrier à Franklin datée du 18 juillet 1778 :

  • 13 Médiathèque Michel Crépeau (La Rochelle), Fonds Meschinet de Richemont, ms 2247.

« J’offre, Monsieur, de me charger de cet emploi à titre de consul présumant que vous n’aurez encore fait aucune disposition à ce sujet. MM. Cottin pourront vous rendre les témoignages convenables à tous égards même touchant ma profession religieuse s’il est nécessaire d’être protestant pour occuper la place de consul13. »

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

10Si cette stratégie vise à donner une place au port de La Rochelle dans les perspectives de développement des échanges maritimes entre les États-Unis et la France, et plus globalement l’Europe du Nord, elle n’écarte pas, loin de là, une éventuelle reprise des trafics canadiens, notamment celui des pelleteries et des fourrures. Dans sa première lettre au Congrès, Meschinet rappelle à ses correspondants « qu’autrefois la ville était en quelque sorte exclusivement en possession du commerce avec le Canada à cause de son heureuse position et de la préférence que lui accordaient les marchands pelletiers de la Suisse, de l’Allemagne, etc.14 ». Une lettre de Garnault évoque une rumeur selon laquelle la France récupérerait l’île Royale « et point de doute que cette possession contribue à remonter notre place de La Rochelle15 ». Nul doute que ces deux négociants participent activement à l’élaboration d’un mémoire de la chambre de commerce adressé à Vergennes, Castries et Franklin au cours de l’année 1780 qui place au centre de l’argumentation de La Rochelle d’obtenir le statut de port franc par la reprise du commerce de la fourrure :

  • 16 Archives départementales de Charente-Maritime, 41 ETP, Commerce extérieur. États-Unis de l’Amériqu (...)

« L’étendue des terrains, les nations de chasseurs que le traité du 30 novembre a mis sous la dépendance du Congrès, les lacs, les fleuves et les rivières qui arrosent ces terrains donnent encore plus de poids à ce dernier motif pour accorder au port de La Rochelle la franchise pour les navigateurs des États-Unis16. »

  • 17 Ibid., carton XVIII, 6382. Cité par Martinetti B., Les négociants de La Rochelle au XVIIIe siècle (...)

11La chambre doit renouveler la démarche en 1782, la rumeur faisant état du choix de Lorient comme port franc – une rumeur qui deviendra réalité. Au cours des années 1783 et 1784, les courriers et les mémoires se multiplient. De ces échanges, il est intéressant de noter la demande de Calonne, contrôleur général des finances, de « former des maisons de commerce et de correspondance en Amérique en faisant apercevoir les avantages qui doivent en résulter et vous pouvez annoncer que le gouvernement les favorisera dans cette vue17 ». C’est dans ce contexte que la chambre de commerce reçoit une lettre de La Fayette datée du 1er juin 1785.

« C’est à La Rochelle qu’il revient de relever cette branche intéressante » (La Fayette)

  • 18 Poton D., « Le pays perdu : le négoce rochelais et le Canada (1763-1820) », Lamonde Y. et Poton D. (...)
  • 19 Beaulieu A., « Sous la protection de Sa Majesté. La signification de la Conquête pour les Autochto (...)
  • 20 Ibid., p. 299.

12De larges extraits de cette lettre de La Fayette ont été publiés dans une publication issue d’un colloque tenu à Québec en 2005 à l’initiative de la Commission Franco-Québécoise sur les Lieux de Mémoires Communs18. Rappelons que dans ce courrier La Fayette informe ces correspondants que les États-Unis vont désormais contrôler « les points principaux du commerce sauvage » ce qui est un peu exagéré compte tenu du tracé des frontières entre la nouvelle nation et la colonie anglaise du Canada. Il ne s’agit que d’une partie du Pays d’en Haut, les grands lacs, mais celui qui correspond aux Pays des Iroquois et au pays des Érié, c’est-à-dire les territoires au sud des lacs Ontario et Érié, un espace clé pour la défense de la Nouvelle-France au début de la guerre de Sept Ans grâce à l’alliance franco-amérindienne que les Britanniques avaient réussi à fragiliser à partir de 175919. Mais, en 1763, la guerre de Pontiac à laquelle participèrent plusieurs nations des Grand Lacs et de l’Ohio témoigne de la capacité de résistance des Autochtones à la politique coloniale des Anglais qui réussit à imposer en 1765 une Proclamation royale qui « présentée comme une mesure de protection à l’égard des Autochtones, officialise en fait leur dépossession, d’abord en restreignant la nature des droits des Autochtones sur leurs terres, puis en établissant les mécanismes d’extinction de leurs droits20 ».

  • 21 Havard G. et Vidal C., Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2014, p. 688-689.
  • 22 Lamonde Y. et Poton D. (dir.), La Capricieuse, op. cit., p. 25.
  • 23 Ibid., p. 26.

13Pendant la guerre d’Indépendance américaine, Américains et Britanniques s’efforcent de passer des alliances avec les Amérindiens. L’intervention des Français déclenche une certaine espérance dans le retour du Grand Onionto. La Fayette se rend dans le Pays des Iroquois au cours de l’hiver 1777-1778. Ce n’est pas la seule initiative française auprès des Autochtones. Mais l’attitude violente des Américains envers les Amérindiens n’aide pas les Français21. En 1784, La Fayette retourne aux États-Unis. Il participe au fort Stanwix à une grande conférence entre des représentants des États-Unis et des délégués de la nation iroquoise. Le fait que cette rencontre se déroule au fort Stanwix atteste du motif central de la négociation : la frontière entre les territoires des États-Unis et les territoires amérindiens. C’est dans ce fort qu’en 1768 une frontière avait été établie entre la ligue iroquoise et les colonies britanniques. En 1784, l’enjeu c’est l’invasion des terres amérindiennes par les colons. La Fayette soutient les exigences américaines. Plus généralement, il défend les intérêts français aux États-Unis. En ce qui concerne La Rochelle, La Fayette propose, dans sa lettre du 1er juin 1785, aux négociants de reprendre le commerce des pelleteries et fourrures en empruntant deux axes : celui de l’Hudson et de la rivière Mohawk qui met en contact New York, Albany, Fort Stanwix, le lac Onéida qui permet de rejoindre le lac Ontario ; celui au départ de Philadelphie qui par Lancastre ou Alexandrie rejoint la vallée de l’Ohio « au fort Duquesne et dans le pays des Illinois où l’on retrouve les familles françaises22 ». Toutefois, La Fayette indique que pour reprendre ce commerce avec succès, il est nécessaire « de se lier à des maisons américaines, ceux-ci entendant mieux le transport, la navigation, les établissements à New York, Skenectady et le Fort Schuyller d’une part et Philadelphie, Lancastre ; Alexandrie et le Fort Duquesne de l’autre ». Les négociants sont aussi prévenus que les Américains « faisant les frais d’administration n’ont pas trop de la moitié du profit23 ». Mais, les Rochelais ont un atout :

  • 24 Ibid.

« Ils trouveront en Amérique une foule de parents proches que la funeste révolution de l’Édit de Nantes et l’horrible système qui la suivit força de s’expatrier. C’est au bout de cent ans (époque remarquable) que les habitants de la Nouvelle Rochelle formeraient des liaisons avec l’ancienne24. »

14Sans doute faut-il aussi relier cette première proposition aux négociants de La Rochelle, d’une seconde qui concerne le même territoire entre rivière mohawk et lac Ontario. En 1789, les Rochelais sont informés, sans doute par des agents d’affaires évoqués par La Fayette dans la lettre de 1785 de « la vente de terres et d’emplacements de maisons dans la ville de Heurville qui sera le centre de tout le commerce de cette partie du continent ». Au courrier est joint un prospectus dont le titre est sans ambiguïté :

« Établissements français sur le lac Oneida, État de New York, d’où résultent les plus belles opérations de commerce et le rétablissement des pelleteries en France. »

  • 25 Archives départementales de Charente-Maritime, 41 ETP, Commerce extérieur. États-Unis de l’Amériqu (...)

15La délimitation des parcelles au nord et au sud du lac Onéida est figurée sur une carte de la région qui complète ce dossier de propagande coloniale25. Une nouvelle fois, le fondement de ce projet est la reprise du commerce d’exportation des fourrures et des peaux vers La Rochelle. Il semble toutefois que des mouvements de capitaux aient existé entre des Rochelais, des intermédiaires français liés à La Fayette et des chargés d’affaires américains ou des représentants de maisons de commerce de l’État de New York. Des tableaux financiers conservés dans les dossiers de la chambre de commerce de La Rochelle mériteraient une étude approfondie et surtout d’être confrontés avec d’éventuels documents dans des fonds d’archives américains. Cette recherche aboutirait peut-être à confirmer notre hypothèse que la colonisation au nord de l’État de New York autour du lac Onéida aurait toutes les chances de réussir s’il était confiée à des Français qui possèdent deux atouts : la connaissance du pays grâce aux contacts jamais interrompus avec les coureurs des bois franco-canadiens et les relations avec les Amérindiens qui attendent la reprise de la traite avec le pays du Grand Onionto.

16La Rochelle est bien isolée dans sa défense de la Nouvelle-France pendant les négociations qui aboutissent au traité de Paris du 10 février 1763. Les concessions territoriales de l’Angleterre permettant à la France de continuer la pêche sur les bancs de Terre-Neuve ne la concernent guère, les armements directs pour la morue sont de moins en moins nombreux au XVIIIe siècle et les intérêts rochelais dans ce secteur restent l’avitaillement de navires, des parts dans des expéditions partant d’autres ports ou effectuant des voyages entre la forteresse-entrepôt Louisbourg et les Antilles françaises. Mais au final, sans doute bien peu choses par rapport au commerce des pelleteries qui proviennent pour l’essentiel du Canada, complété par quelques arrivages de La Nouvelle-Orléans. Jusqu’à la guerre de Sept Ans, ce sont sur des navires rochelais que sont chargées à Montréal et Québec la quasi-totalité des cargaisons de fourrures. Si le mémoire de la chambre de commerce de La Rochelle élargit les atouts du Canada à d’autres richesses et fait de la colonie laurentienne un pays de cocagne ce n’est qu’une figure argumentative… Pour les Rochelais, le Canada, c’est le castor ! Un siècle d’expérience commerciale reconnu dans l’ensemble du royaume et d’une bonne partie de l’Europe. Ce ne sont pas les cargaisons qui peuvent être chargées à La Nouvelle-Orléans qui compenseront les importations canadiennes.

  • 26 Even P., « Le rôle des loges portuaires dans une province du littoral atlantique français : la Fra (...)

17La guerre d’indépendance américaine suscite bien des espoirs chez les négociants rochelais. Ils se lancent dans la compétition qui oppose plusieurs ports souhaitant obtenir le statut de port franc pour les marchandises arrivant des États-Unis. Certains négociants sont plus impliqués et utilisent leurs relations d’affaires, leurs liens familiaux et leurs réseaux confessionnels pour intervenir au cœur de la représentation des États-Unis en France et atteindre les milieux économiques dans les grandes villes-port nord-américaines. Sans doute faudrait-il ajouter les solidarités maçonniques26. Progressivement, la chambre de commerce de La Rochelle semble se replier sur un seul objectif : restaurer le commerce des pelleteries. La lettre de La Fayette atteste de cette orientation de la stratégie rochelaise. Il est intéressant de noter que dans sa lettre de juin 1785, La Fayette précise que le transit des cargaisons par les États-Unis doit s’effectuer avec des compagnies américaines implantées dans la vallée de l’Hudson. Un avis déjà donné par Calonne quelques mois auparavant et qui veut donner à ces projets d’échanges une toute autre ambition que faire des États-Unis un pays de transit utilisé pour reproduire les trafics entre la France et la Nouvelle-France, plus précisément les régions des Grands Lacs, la vallée de l’Ohio et le Pays des Illinois. Pour Calonne, la nouvelle nation nord-américaine est un enjeu commercial qui ne saurait être réduit à la « nostalgie mercantile » rochelaise bornée à la reprise du commerce des pelleteries et dans laquelle les négociants semblent s’être enfermés.

Notes

1 Allaire B., « La mise en marché des pelleteries canadiennes en Europe du XVIe au XVIIIe siècle », Augeron M. et Guillemet D. (dir.), Champlain ou les portes du Nouveau Monde. Cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, La Crêche, Geste éditions, 2004 p. 213-215.

2 Lamonde Y. et Poton D., « Éléments de conclusion », Lamonde Y. et Poton D. (dir.), La Capricieuse [1855] : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, PUL, 2006, p. 372.

3 Ternat F., « L’autre bataille de Québec : sauver la Nouvelle-France par la négociation ? », Veyssière L. et Fonck B. (dir.), La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France, Québec et Paris, Septentrion et PUPS, 2011, p. 71 et suiv.

4 Martinetti B., Les Négociants de La Rochelle au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 217.

5 Ibid., p. 216-221.

6 Poton D., « Le Canada : un espace économique marginal dans l’empire colonial français », Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, Québec, Septentrion, 2013, p. 126.

7 Cottret B., La révolution américaine. La quête du bonheur, 1763-1787, Paris, Perrin, 2004, p. 220.

8 Ibid., note 6, p. 444.

9 Van Ruymbeke B., L’Amérique avant les États-Unis. Une histoire de l’Amérique anglaise, 1497-1776, Paris, Flammarion, 2013, p. 487-488.

10 Pétré-Grenouilleau O., Les négoces maritimes français, XVIIe-XXe siècle, Paris, Belin, 1997, p. 119-120.

11 Lüthy H., La banque protestante en France de la Révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959, p. 300 et suiv.

12 Ibid., p. 309.

13 Médiathèque Michel Crépeau (La Rochelle), Fonds Meschinet de Richemont, ms 2247.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Archives départementales de Charente-Maritime, 41 ETP, Commerce extérieur. États-Unis de l’Amérique du Nord, carton XVIII, 6384.

17 Ibid., carton XVIII, 6382. Cité par Martinetti B., Les négociants de La Rochelle au XVIIIe siècle op. cit., p. 224.

18 Poton D., « Le pays perdu : le négoce rochelais et le Canada (1763-1820) », Lamonde Y. et Poton D. (dir.), La Capricieuse, op. cit., p. 25-26.

19 Beaulieu A., « Sous la protection de Sa Majesté. La signification de la Conquête pour les Autochtones », dans Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, op. cit., p. 286-291.

20 Ibid., p. 299.

21 Havard G. et Vidal C., Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2014, p. 688-689.

22 Lamonde Y. et Poton D. (dir.), La Capricieuse, op. cit., p. 25.

23 Ibid., p. 26.

24 Ibid.

25 Archives départementales de Charente-Maritime, 41 ETP, Commerce extérieur. États-Unis de l’Amérique du Nord, carton XVIII, 6394, 6395 et 6398 (carte). Poton D., « La Fayette et La Rochelle », Augeron M., Poton D. et Van Ruymbeke B. (dir.), Les huguenots et l’Atlantique. Fidélités, racines et mémoires, vol. 2, Paris, PUPS, p. 17.

26 Even P., « Le rôle des loges portuaires dans une province du littoral atlantique français : la Franc-maçonnerie charentaise au XVIIIe siècle », Révauger C. et Saunier É. (dir.), La Franc-maçonnerie dans les ports, Bordeaux, Presses de l’université de Bordeaux, 2012, p. 64 et suiv. Il faut lire aussi dans ce volume la contribution de Cécile Révauger, « La Franc-maçonnerie dans le port de New York : guerre et paix de la guerre de Sept Ans à l’affaire Morgan » (p. 85-89) qui évoque plusieurs noms de francs-maçons new yorkais qui font du commerce avec les Antilles françaises, surtout Saint-Domingue, et qui sont très impliqués en Iroquoisie notamment chez les Mohawks dont un des chefs, Joseph Brant, fut initié sans doute à Londres en 1771. L’auteure précise que bon nombre de maçons « visibles » ont été essentiellement loyalistes.

Auteur

Professeur émérite d’Histoire moderne à l’université de La Rochelle (CRHIA). Il a codirigé La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec, 1760-1914 (2006), Le Nouveau Monde et Champlain (2008) et Les Pays-Bas et l’Atlantique, 1500-1800 (2009). Les huguenots et l’Atlantique (vol. 1, 2009 ; vol. 2, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540