Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers un nouveau monde atlantique

 | 
Philippe Joutard
, 
Didier Poton
, 
Laurent Veyssière

La dimension diplomatique d’une grande déchirure : la Nouvelle-France de la paix d’Utrecht (1713) au traité de Paris (1763)

Lucien Bély

Texte intégral

1Dans l’histoire des hommes, bien des traités ont été vite oubliés : celui signé à Paris en 1763 a organisé une nouvelle géopolitique de l’Amérique du Nord et, en même temps, il sanctionnait la fin du premier « empire » colonial de la France. Cette puissance européenne conservait dans le monde des territoires, mais surtout des îles et des comptoirs nécessaires à la vie économique de la métropole : Saint-Pierre et Miquelon pour la pêche (article 6 du traité), Guadeloupe et Martinique pour le sucre (article 8), île de Gorée pour la traite des noirs (article 10), enfin les comptoirs de l’Inde.

2Un traité ne fait que retranscrire les rapports de force tels qu’ils sont apparus dans cette épreuve, ce duel entre souverains, qu’est une guerre. Je vais tenter de dégager l’implication de la diplomatie, plus largement de la sphère politique, dans cet engrenage d’événements.

La longue durée de la diplomatie

3La situation de 1763 s’explique en grande partie par les concessions faites cinquante ans plus tôt à la fin de la guerre de succession d’Espagne qui avait aussi une dimension mondiale. La négociation qui conduit aux traités d’Utrecht en 1713 montre que le Canada se trouve déjà au cœur des revendications de l’Angleterre qui désire obtenir tout le Canada. Il s’agit alors d’éloigner la menace pesant sur les colonies anglaises et ouvrir de nouveaux espaces de commerce et de peuplement. La France de Louis XIV, exsangue, cherche alors à tout prix à séparer la reine Anne de la redoutable coalition européenne. Elle veut aussi retrouver des territoires perdus comme Lille. Le gouvernement anglais soutient une opération par mer contre Québec et par terre contre Montréal. L’expédition d’amiral Hovenden Walker, avec environ 12 000 hommes, se solde par un échec, les bateaux se précipitant sur des récifs. La France abandonne seulement Terre-Neuve qui n’a pas été conquise et l’Acadie où les Anglais ont pris Port-Royal.

4Cette négociation d’Utrecht livre quatre enseignements.

  • 1 Havard G., La Grande paix de Montréal de 1701. Les voies de la diplomatie amérindienne, Montréal, (...)
  • 2 Vaugeois D., La fin des alliances franco-indiennes. Étude sur un sauf-conduit de 1760 devenu un tr (...)
  • 3 Il n’est pas sûr que ces engagements aient la même signification pour les populations autochtones (...)
  • 4 Litalien R., Palomino J. F. et Vaugeois D., La Mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amériq (...)

5La paix de Montréal signée par les Français en 1701 avec les nations autochtones n’a pas porté ses fruits1. La paix d’Utrecht révèle néanmoins le souci de prendre en compte les populations amérindiennes. La négociation avec les premières nations est un trait essentiel et original de la situation politique et militaire du Canada2. L’appui des premières nations demeure essentiel pour la France et l’Angleterre. Elles sont intégrées dans la réflexion et l’action diplomatiques3. La diplomatie française utilise au moment d’Utrecht le Canada comme monnaie d’échange pour récupérer des terres en Europe et c’est un fâcheux précédent. Néanmoins, la diplomatie anglaise a su satisfaire, à propos de Terre-Neuve, les intérêts des pêcheurs de la métropole en leur laissant le droit de pêche et de sécherie. Le pouvoir royal doit tenir compte de l’ensemble de ses sujets et la pêche apparaît comme un des intérêts vitaux du pays. Enfin, la connaissance géographique des diplomates européens reste encore sommaire et très limitée au début du XVIIIe siècle, surtout pour l’intérieur du continent américain4.

  • 5 Bély L., Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990.
  • 6 Dhondt F., « La représentation du droit dans la communauté des diplomates européens des “Trente He (...)

6Après la paix d’Utrecht5, l’équilibre européen créé en 1713-1714 donne pourtant la paix pendant plus de trente ans : il n’est plus possible de parler d’une nouvelle guerre de Cent Ans entre France et Angleterre6. De son côté, la France montre qu’elle ne se désintéresse pas de la Nouvelle-France comme le montre la construction de Louisbourg sur l’île Royale.

  • 7 Aussi sur des ouvrages historiques et sur les papiers des négociations précédentes.
  • 8 Dans un mémoire sur la nécessité de conserver le Canada : AAE, Mémoires et documents, Amérique, 24 (...)

7La connaissance de l’Amérique du Nord devient meilleure au cours du XVIIIe siècle parce que l’intérêt économique et politique s’associe à des méthodes cartographiques plus sûres. Le gouvernement central élabore sa propre vision de la colonie, très lointaine. Il s’appuie sur les rapports d’administrateurs ou de soldats qui connaissent la Nouvelle-France7. C’est ainsi que le mémoire de la Galissonnière de 1751 devient une référence dans les années qui suivent : pour cet administrateur savant, le Canada protège toutes les autres colonies françaises. Il empêche l’Angleterre de dominer tout le nord de l’Amérique. Cela lui interdit de s’emparer des îles des Caraïbes, voire d’attaquer l’immense empire espagnol. Plus tard on signale que tous les ministres du roi ont voulu en avoir une copie de ce mémoire8.

  • 9 Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France, Paris et Québec, PUPS e (...)

8Qu’il me soit permis deux remarques théoriques. L’historien de la diplomatie dépend de cette documentation abondante, mais fragmentaire, partielle et partiale, élaborée par les bureaux ministériels de la Marine, de la Guerre et des Affaires étrangères. L’histoire diplomatique doit être capable de transcender cette origine bureaucratique des sources pour restituer l’histoire des sociétés concernées par ces conflits et l’histoire des mondes éloignés donc plus mal connus. Il faut aussi donner la parole à ceux qui ne s’expriment pas : je pense là aux Canadiens eux-mêmes. Voici la deuxième remarque : la mutation historiographique est marquée aussi par des ouvrages parus récemment ici au Québec et en France. Les historiens doivent avoir le courage d’examiner des épisodes dramatiques9.

  • 10 Qui s’étend vers le sud et le nord, et qui domine la Pologne.

9À partir de 1740, la situation internationale change : en Europe, en raison de l’affirmation de la puissance prussienne qui prend la Silésie et de celle de la Russie10 ; dans le monde, parce que l’Angleterre veut prendre pied dans l’empire espagnol de l’Amérique. Elle se heurte aux ambitions françaises en Amérique du Nord et en Inde. L’affrontement anglo-espagnol et anglo-français sont donc des données permanentes du XVIIIe siècle. Il faut rappeler que plusieurs puissances européennes ont construit de grands empires : l’Espagne en Amérique centrale et méridionale, la Hollande en Asie (l’actuelle Indonésie). Le Portugal a des points d’appui au Brésil, en Afrique et en Asie et c’est l’alliée fidèle de l’Angleterre.

Une guerre froide (1748-1755)

  • 11 Chaline O., « Bilan naval de la guerre de Sept Ans », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de l (...)

10La guerre de succession d’Autriche, de 1740 à 1748, ouvre un nouveau cycle de guerres et révèle le nouvel affrontement franco-anglais. D’un côté, la puissance anglaise se met au service de l’économie britannique, avec le souci d’assurer la maîtrise des mers pour développer les échanges commerciaux et avec le désir de protéger les installations anglaises dans le monde. La France essaie de réagir en lançant un programme de construction de vaisseaux de guerre comme l’Espagne11.

  • 12 Ternat F., « Les enjeux géopolitiques intercontinentaux dans les négociations franco-britanniques (...)
  • 13 Les Anglais réclament l’Ohio comme frontière, alors que les Français veulent pour eux-mêmes les Mo (...)

11La mondialisation des guerres européennes ne date pas du XVIIIe siècle mais les tensions entre pays européens naissent désormais de frictions entre empires coloniaux et se combinent avec de complexes affrontements en Europe même. La guerre commence en Amérique du Nord. L’« incident » Jumonville dans lequel le jeune Washington est impliqué en 1754 ne débouche pas sur un conflit ouvert mais nous sommes bien dans une « guerre froide ». Les deux puissances semblent vouloir encore éviter ou retarder l’affrontement décisif. De novembre 1749 jusqu’en juillet 1755, des commissions diplomatiques se réunissent pour régler les problèmes américains12. Dans les négociations, trois zones de litiges apparaissent : la frontière sur l’Ohio, les forts construits au sud de Montréal, les frontières de l’Acadie13.

12Au sein de l’empire français, le regard se porte plutôt vers les Antilles. Les façades maritimes tiennent une place de plus en plus grande dans l’économie du pays et les ports de l’Atlantique dépendent désormais des îles à sucre. L’économie de plantation fait aussi vivre la traite des noirs qui devient l’une des dimensions essentielles des relations internationales. En Angleterre, la majorité aux Communes est favorable à une politique belliqueuse. Peu à peu, d’octobre 1754 à mai 1756, la marche à la guerre ne permet plus d’accommodement. L’Angleterre coupe assez rapidement les liaisons maritimes entre la France et l’Amérique, empêchant l’arrivée de renforts, tout en défendant bien ses propres routes maritimes. Dès 1755, l’amiral Boscawen bloque le Canada. La guerre de Sept Ans me paraît pour l’Angleterre un conflit pour contrôler l’Atlantique nord et en écarter la puissance française. Elle s’appuie dans l’Atlantique sud sur le Portugal. Elle veut éliminer les Français du Canada qui est bien une cible essentielle.

  • 14 Bély L., Les Relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, 4e éditio (...)
  • 15 Waddington R., Louis XV et le renversement des alliances : les préliminaires de la guerre de Sept (...)

13La tension franco-anglaise s’inscrit dans un jeu diplomatique complexe. Au moment où commencent les hostilités en Amérique, la France est isolée face à l’Angleterre qui s’allie à Frédéric II de Prusse pour protéger le Hanovre, domaine du roi d’Angleterre. Louis XV se rapproche de l’Autriche de Marie-Thérèse : elle règne sur l’Autriche et son mari est empereur (fonction plutôt honorifique) et elle se heurte au roi de Prusse, Frédéric II. Cette révolution diplomatique de 1756 est l’aboutissement d’un long processus mais c’est aussi une remise en cause de toutes les traditions diplomatiques de la France14. La France, liée par un traité défensif avec l’Autriche, et par l’intermédiaire de cette puissance, avec la Russie, est donc entraînée dans le conflit qui éclate sur le continent15. Mais elle doit aussi à combattre l’Angleterre sur mer et dans l’outre-mer. L’Angleterre occupe ainsi les forces françaises sur le continent. Cette association de deux guerres épuise la puissance française.

Les incertitudes de la guerre (1756-1757)

  • 16 La France choisit la Méditerranée plutôt que l’Atlantique, et elle y défend aussi des intérêts com (...)

14Quelles sont les positions en Europe en 1756 ? L’Espagne de Ferdinand VI adopte une politique neutraliste, au grand dam de la France, mais les Hollandais ont choisi eux aussi la neutralité (25 mai 1756), alors qu’ils sont des alliés traditionnels de Londres. En Angleterre, la peur d’une invasion se répand alors que la convention de Westminster avec la Prusse protège le Hanovre. Le gouvernement français décide en 1756 de lancer une expédition contre Minorque, devenue anglaise après le traité d’Utrecht16. Minorque devient un précieux acquis pour d’éventuels échanges mais il ne faut pas en exagérer la valeur aux yeux des Anglais qui conservent Gibraltar. Au Canada, l’initiative appartient à Montcalm qui commande les Franco-Canadiens et qui remporte de beaux succès face aux forces britanniques. Le conflit ne tarde pas à toucher aussi l’Inde. Les succès français de 1756 à Minorque et au Canada provoquent une réaction politique en Angleterre et l’arrivée au pouvoir de Pitt. En France, le pouvoir royal est affaibli : le 5 janvier 1757, c’est l’attentat de Damiens contre Louis XV.

Une première vague de défaites (1757-1760)

15Les grandes opérations ont lieu dans le Saint-Empire (en gros l’Allemagne actuelle). Les forces françaises cherchent à occuper le Hanovre car c’est le seul moyen d’atteindre les intérêts de l’Angleterre en Europe, mais elles ne parviennent pas à le faire durablement. L’alliance franco-autrichienne ne parvient pas à obtenir une défaite de Frédéric II qui au contraire montre sa force en 1757 lors de la bataille de Rossbach.

  • 17 Szabo F.A.J., « Perdre l’Amérique en Allemagne : les revers français en Europe pendant la guerre d (...)

16La France conserve néanmoins pendant toute la guerre des conquêtes en Allemagne dont elle pense monnayer cher l’évacuation. Franz Szabo a écrit que l’Amérique du Nord a bien été perdue en Allemagne. En même temps, il écrit : « Ce fut la présence de la France en Allemagne, en 1762, qui fut à l’origine des importantes concessions faites par la Grande-Bretagne lors de la paix de Paris, concernant les pêcheries dans l’Atlantique nord17. »

  • 18 Lettre de Bernis du 25 septembre 1758, citée par Bédard É., « Une paix séparée avec l’Angleterre ? (...)

17Le territoire français devient à son tour la cible des attaques anglaises : les Français sont concernés par cette guerre alors qu’ils portaient plutôt la guerre chez les autres. Cancale, Saint-Servan, Cherbourg sont visés et une descente plus importante est prévue à Saint-Briac. Les forces françaises perdent le Sénégal en 1758. Le 26 juillet 1758, la forteresse de Louisbourg capitule, ouvrant le Saint-Laurent. Dès le 23 septembre 1758, l’abbé de Bernis qui dirige la diplomatie française, écrit : « Il est certain que nous perdrons le Canada et peut-être d’autres colonies18… » Déjà en 1658, la situation est dramatique pour la France et Bernis veut négocier à tout prix. Il est remplacé par Stainville, duc de Choiseul, auparavant ambassadeur à Vienne, qui devient secrétaire d’État aux Affaires étrangères en décembre 1758, dirigeant aussi la Guerre et la Marine.

18D’emblée Choiseul prépare un nouveau traité avec l’Autriche pour que l’alliance soit moins lourde pour la France. Le roi de France garantit à l’Impératrice le secours d’un corps expéditionnaire de 24 000 hommes ou des subsides de 3,5 millions de florins, au lieu de 7 millions. Louis XV entretiendra 100 000 hommes pour la défense du Saint-Empire. Même si ces chiffres sont théoriques, on mesure la disproportion de l’effort en Europe et au Canada (peut-être 10 000 hommes). Choiseul veut engager l’essentiel des forces françaises contre l’Angleterre, par un débarquement dans les ports anglais pour imposer la négociation à Londres. De Louis XIV à Napoléon, des projets de ce genre ont germé en France. Aucun n’a réussi.

  • 19 Sur ces mémoires, voir Litalien R., « Conserver les Canadiens, le Canada et la Louisiane. L’opinio (...)

19Pour comprendre la vision que le gouvernement français peut avoir du Canada, de nombreux mémoires cherchent à répondre à la question suivante : « Faut-il abandonner le Canada ? » Puisque l’on répond à cette question, cela montre qu’un débat parcourt depuis longtemps les milieux gouvernementaux19. Une étude plus précise devrait être menée pour comprendre les relais que les différentes colonies peuvent avoir auprès du pouvoir central. Voltaire entre dans ce débat à travers Candide, publié en 1759 : « Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut. » L’écrivain n’est ni un homme d’État, ni un économiste : c’est un homme engagé dans son temps. Il est probable que le Canada n’attire guère un homme soucieux de son confort luxueux ; l’anticlérical doit aussi regarder avec méfiance une société fortement encadrée par le clergé catholique ; enfin les contacts avec le monde amérindien doit plutôt effrayer un penseur qui se moque volontiers du mythe du bon sauvage. Faut-il rappeler qu’il faisait lui-même des affaires en liaison avec les négriers ?

  • 20 AAE, Mémoires et documents, Amérique, 24, fol. 259 sq., février 1759, « Premier mémoire où l’on tr (...)

20En février 1759, alors que Louisbourg est tombé, un mémoire pose le problème avec brutalité20. Il semble bien qu’il reprend une opinion commune en France puisqu’il s’applique à décrire ces préjugés et ensuite à les contrer :

« À examiner le Canada relativement à son état actuel, on pourrait le regarder comme un pays ingrat et susceptible d’un médiocre commerce. Il a été jusqu’ici fort à charge à la couronne et vraisemblablement continuera à l’être longtemps. La proposition de l’abandonner paraît donc, relativement à ces considérations, au moins très plausible ; elle le paraîtra encore plus, si l’on considère que l’état des forces des Anglais en Amérique et leur progrès rendent bien douteux et bien incertain le succès des efforts que l’on pourrait faire pour soutenir cette colonie. »

  • 21 Pour les colonies françaises du continent, « la partie du Canada qui avoisine l’entrée du fleuve S (...)

21Le mémoire formule une maxime « certaine et démontrée en politique » selon laquelle « qui se rendra maître de l’Amérique sera maître de l’Europe21 ». Du mémoire de la Galissonnière de 1751, le mémoire de 1759 tire deux vérités :

« La première, que dès que l’on cessera de contenir la Nouvelle-Angleterre, ses forces réunies avec celles de la Vieille-Angleterre pourront tout oser, entreprendre et exécuter dans toutes les parties de l’Amérique et il sera impossible de leur opposer aucune digue qui puisse en arrêter le cours et le progrès.
La seconde, que ce n’est que par le Canada seul qu’on peut contenir les forces de la Nouvelle-Angleterre ; que le Canada doit être regardé comme le rempart et le boulevard de toutes autres colonies ; et que l’abandon du Canada en entraînerait inévitablement la perte. »

  • 22 Ibid., fol. 273, « Examen du projet de faire passer les habitants du Canada vers la Louisiane ».

22Un autre mémoire examine le projet de faire passer les habitants du Canada vers la Louisiane, une « transmigration22 ». Aux motifs proposés, l’auteur présente des réponses. Il est faux de dire que le Canada ne peut pas nourrir ses habitants car il y a des terres à blé et il est possible de produire des excédents qui alimentent un commerce avec les îles tropicales. Les frais engagés pour défendre le Canada montrent surtout que l’on n’a pas fait auparavant l’effort nécessaire pour le fortifier. La colonie a les moyens de se défendre et d’inspirer la crainte à la Nouvelle-Angleterre. La survie du Canada tient à la mésintelligence entre les colonies anglaises mais celle-ci s’explique aussi par les menaces qu’exerce sur elles le Canada et qui les obligent chacun à privilégier sa propre défense.

23Il y a une disproportion entre les forces anglaises évaluée à 49 230 hommes en 1758 et les forces françaises. Le mémoire salue la valeur des Canadiens :

  • 23 Ibid., fol. 281.

« On ne peut voir qu’avec étonnement et surprise qu’une poignée de monde dans le Canada ait pu jusqu’ici arrêter le progrès de forces si nombreuses ; que n’eût-on point dû attendre des efforts de cette brave et fidèle colonie si l’état des finances du roi eût permis de profiter de la paix pour mettre ses places et ses forteresses dans un meilleur état de défense23… »

  • 24 En Louisiane, pour concurrencer la Caroline et la Virginie, il faudra utiliser des « nègres », ce (...)

24Pour peupler le Canada, il faut y conduire « les hommes qui seraient en pure perte pour la France », ainsi les soldats réformés qui sont passés au service de l’étranger, les condamnés pour désertion quand elle a eu lieu dans le royaume, les contrebandiers condamnés à mort ou aux galères ou les mendiants valides. Le mémoire ajoute : « Le Canada est destiné par la nature à devenir une pépinière d’hommes car il n’y a pas de pays où les femmes soient plus fécondes24. »

25Pourtant l’année 1759 est celle de tous les triomphes pour l’Angleterre. En mai, la Guadeloupe, la plus riche des îles à sucre, est prise par les Anglais. Le projet de débarquement français n’est toujours pas abandonné mais, après la défaite des Cardinaux (20 novembre 1759), la marine française a subi des pertes irréparables. L’Angleterre a la maîtrise des mers : elle tient les côtes et le commerce français à sa merci. Au Canada, la situation est bientôt désespérée. Pitt envoie un corps expéditionnaire commandé par le général Wolfe, avec 8 000 hommes. Après la défaite des plaines d’Abraham, Québec capitule le 17 septembre 1759.

La paix impossible et la nouvelle étape de la guerre

26La situation diplomatique évolue pourtant. À la mort du roi d’Espagne Ferdinand VI (10 août 1759), c’est son demi-frère, Charles, le roi de Naples, qui monte sur le trône sous le nom de Charles III. Il a souffert à plusieurs reprises de la hauteur anglaise. Il ne veut pas que l’Espagne soit absente de la scène européenne. Les défaites navales de la France le rendent pourtant prudent et il ne se hasarde qu’à présenter une médiation. Pitt la rejette, mais il accepte de discuter les griefs espagnols sur le commerce et la contrebande américains. Une déclaration anglo-prussienne à la Hollande et à la Sardaigne permet de lancer des pourparlers à La Haye qui durent jusqu’en avril 1760. Frédéric II fait aussi des ouvertures du côté de la France. Pitt refuse pourtant de rompre l’alliance avec le roi de Prusse, car il est partisan d’une guerre à outrance pour parachever la suprématie maritime et coloniale de l’Angleterre.

  • 25 On peut en trouver une copie aux AAE, Mémoires et documents, Amérique, 21.

27En 1760, les victoires anglo-prussiennes se confirment. Montréal capitule. La capitulation de Montréal du 8 septembre 1760 va beaucoup plus loin qu’une capitulation ordinaire. Elle comporte 55 articles. Elle aborde les questions qui intéressent la situation future du Canada25. Bien sûr, l’article 13 prévoit le retour éventuel du marquis de Vaudreuil à Québec et à Montréal. Elle entre dans le détail à propos du départ des troupes et des administrateurs français. Elle s’intéresse de très près au sort des affaires religieuses : 9 articles dessinent ainsi les contours de la situation religieuse nouvelle : bienveillance à l’égard des religieuses, prudence à l’égard des missionnaires, attente à l’égard du futur évêque. Bien au-delà d’une simple capitulation, cet accord local anticipe la cession politique. Elle évoque la coutume de Paris, les dîmes, les biens seigneuriaux. La réponse est souvent la même : « Ils deviennent sujets du roi. » Toutes les questions pendantes trouveront leur réponse en 1763 par la Proclamation royale. Aujourd’hui les historiens s’intéressent à la diplomatie qui vient des populations elles-mêmes, la « diplomatie d’en bas » opposé à la diplomatie d’en haut. La genèse de cette capitulation en constitue un exemple étonnant qui ouvre sur les discussions futures entre le Canada et son futur souverain. Le sort des Acadiens réfugiés au Canada semble resté dans le vague : « C’est au roi à disposer de ses anciens sujets » est-il écrit en marge de la capitulation.

28La France, aux dires de Choiseul, se trouve alors sans argent, sans ressources, sans marine, sans soldats, sans généraux et sans ministres. Or, le 25 octobre 1760, George II meurt. Le nouveau roi George III considère la guerre présente comme sanglante et coûteuse, alors que Pitt la juge juste et nécessaire. Les succès au Canada et aux Indes ont satisfait les Anglais, qui se montrent plus favorables à la paix. Choiseul veut la paix à tout prix.

Les négociations de 1761

29Des négociations franco-anglaises sont alors engagées : Choiseul propose la conclusion d’une paix séparée, puis la réunion d’un congrès à Augsbourg, sur le principe du uti possidetis (conserver ce que chacun possède à une date donnée). Bussy, commis des affaires étrangères, se rend à Londres et Stanley vient à Paris. Les instructions données à Bussy prévoient l’échange de Minorque contre Guadeloupe, Gorée, Sainte-Lucie et Tobago. L’Acadie sera rendue aux Anglais, mais la France demande la restitution du Canada et de l’île Royale, dont Louisbourg, contre ce que la France a conquis dans l’électorat de Hanovre :

  • 26 AAE, Correspondance politique, Angleterre, 443, fol. 119 sq., ici fol. 133, Instructions à Bussy, (...)

« Le Sieur de Bussy sentira que le Canada ne peut être compensé que par les conquêtes du roi en Allemagne, et que par conséquent il sera peut-être nécessaire d’en céder la totalité ou une partie, ainsi il faudra éviter de donner aucunes premières propositions au ministère anglais par écrit26… »

  • 27 Ibid., fol. 182, lettre de Bussy, 11 juin 1761.

30Dans ces discussions, il apparaît que la France est prête déjà à céder le Canada, mais qu’elle souhaite conserver une présence, pour la pêche surtout. Le principe du uti possidetis entérine l’abandon du Canada. Bussy constate le 11 juin 1761 : « Je crois que dans l’Amérique septentrionale les Anglais ne voudront se désister d’aucune de leurs conquêtes27. »

31Choiseul met en valeur le sacrifice que fait le roi de France et raconte en juin 1761 comment il l’a présenté à l’envoyé anglais Stanley :

  • 28 Ibid., Correspondance politique, Angleterre, 445, lettre de Choiseul à Bussy, 19 juin 1761, fol. 1 (...)

« M. Pitt observera sans doute dans ma lettre le mot sacrifice qui y est enchâssé. Ce n’est pas par hasard que je l’ai mis. 1) Parce que le roi est déterminé à en faire. 2) Parce que dans une conversation que j’ai eue avec M. Stanley après avoir discuté longuement les compensations nous sommes venus au point de faire des propositions et je lui ai laissé entrevoir que le roi rendrait Port-Mahon pour la Guadeloupe, Marie-Galante et Gorée, que les Compagnies s’accommoderaient aux Indes, que les eaux pendantes serviraient de limite au Canada du côté de la rivière de l’Ohio et de la Louisiane, que nous garderions l’Île Royale sans fortifications et la liberté de la pêche et céderions la totalité du Canada28… »

32Ainsi, Choiseul confirme bien oralement la cession du Canada.

  • 29 Ibid., Lettre de Choiseul, fol. 25 sq.

33Les Anglais prennent Belle-Île le 7 juin 1761 (c’est, aux yeux de Pitt, une monnaie d’échange contre Minorque). Après la prise de Pondichéry29, le 29 juillet 1761, Choiseul énumère ses exigences : un comptoir sur la côte de Coromandel, un établissement dans le Bengale, les îles de France et de Bourbon, le Sénégal et la pêche dans le golfe Saint-Laurent « avec un abri sûr appartenant à la France ». Il avance : « Je ne regarderais pas la paix comme très mauvaise… » Cela caractérise la méthode de Choiseul qui n’hésite pas à faire table rase du passé pour mettre en place une autre organisation. En 1761, il entérine la fin d’un empire français dans le monde pour ne conserver que des places de commerce et une zone de pêche. Il n’a en vue que la reconstruction de la métropole après cette épreuve.

34La discussion avec Pitt montre que celui-ci met en avant le « droit de la guerre » pour fonder la cession du Canada :

  • 30 Ibid., Correspondance politique, 444, lettre de Bussy à Choiseul, 26 juillet 1761.

« M. Pitt répondit que la renonciation de la France au Canada était bien exprimée et que l’Angleterre en était contente […] ; que la France ne pouvait prétendre aucune compensation pour cette cession puisque l’Angleterre avait la possession du Canada par le droit de la guerre ; que la France n’était pas en état de la lui ôter, et qu’elle le lui avait cédé par la proposition de l’uti possidetis30… »

35On peut dire que l’article sur le Canada est déjà rédigé et accepté à Londres et à Versailles.

L’entrée en guerre de l’Espagne

36Même si la diplomatie française a montré son désir de faire la paix à tout prix dans la négociation avec l’Angleterre, elle poursuit en même temps la négociation avec l’Espagne. Parallèlement, le marquis de Grimaldi est envoyé à Paris par Charles III et discute une alliance avec Versailles. L’Espagne accepte de plus en plus mal la politique anglaise : elle souffre des attaques des corsaires et de la concurrence en Amérique des établissements anglais au Honduras.

  • 31 Ozanam D., « Les origines du troisième pacte de famille (1761) », Revue d’histoire diplomatique, t (...)
  • 32 Dziembowski E., « Transparence ou désinformation ? La perte du Canada dans la presse gouvernementa (...)

37Après l’ultimatum de Pitt, Choiseul demande à Bussy de présenter les dernières propositions françaises : c’est l’ultimatum français du 5 août 1761 – des droits de pêche, une île sur le Saint-Laurent, une barrière de tribus neutres entre la Louisiane et le Canada, Sainte-Lucie, Guadeloupe et Marie-Galante pour Louis XV, le retour du Sénégal à la France. Devant la fermeté de Pitt, Versailles annonce le rapprochement avec l’Espagne : le Pacte de famille du 15 août 1761 est une union étroite et un système de garanties entre les Bourbons de France, d’Espagne, de Naples et de Parme31. Une convention secrète prévoit que l’Espagne déclarera la guerre au 1er mai 1762, si la paix n’est pas faite, et d’incorporer les griefs espagnols dans les discussions. Choiseul fait publier des éléments de la négociation franco-anglaise pour en justifier l’échec32. Ce n’est pas vraiment une nouveauté, les conflits donnant lieu à de véritables guerres de plume devant l’opinion publique.

  • 33 AAE, Mémoires et documents, Amérique, 22, « Mémoire ou Observations sur le Canada et la Louisiane, (...)
  • 34 Frégault G., La civilisation de la Nouvelle-France, 1713-174, Montréal, Fides, 1969. Voir aussi Va (...)

38Un mémoire de septembre 1761 développe de nouveau des arguments sur l’importance de conserver la propriété du Canada et de la Louisiane33. Il souligne le patriotisme et la fidélité des Canadiens : « Les Canadiens sont tous catholiques, bons Français, pleins de valeur et de zèle pour la gloire de S.M.T.C. » Le monde diplomatique prend bien conscience de la forte identité de la population canadienne34. Le document reprend l’argumentation traditionnelle sur le coût du Canada : « Il est vrai que le roi n’en retire en temps de paix que 150 mille livres par an, et qu’il lui en coûte 450 mille pour les dépenses du service. » Le mémoire amplifie la dénonciation de l’Angleterre :

« Les Anglais […] ambitionnent le Canada, la Louisiane et la Floride pour devenir les seuls possesseurs de l’Amérique septentrionale et se rendre les maîtres de tous les débouquements de la mer, c’est-à-dire depuis le golfe Saint-Laurent jusqu’au golfe du Mexique. C’est le projet qu’ils ont formé depuis le malheureux moment que la France leur a cédé l’Acadie. »

39La Nouvelle-Angleterre avec 100 000 hommes sur pied deviendrait « non un royaume mais un Empire des plus vastes, des plus puissants et des plus redoutables ». On peut compter sur les premières nations. Comme il faut « un juste équilibre en Europe », il faut l’union de la France et de l’Espagne « pour balancer en tout temps les forces de l’Angleterre en Amérique ». Pitt aurait voulu réagir vivement par une offensive, car il a deviné que l’Espagne est désormais décidée à entrer dans la guerre. George III, plus pacifique, craint pour l’Angleterre l’alliance des deux puissances. Pitt quitte le Cabinet le 5 octobre 1761. Les relations entre l’Angleterre et la Prusse se détériorent. Le 2 janvier 1762, la déclaration de guerre de l’Espagne cause une grande émotion en Angleterre. Il semble à Londres et à lord Bute, l’homme de confiance de George III, que ce nouvel ennemi risque de faire perdre à l’Angleterre l’acquis de la guerre.

40De son côté, la Russie connaît bien des soubresauts. Après la mort d’Élisabeth, son neveu Pierre, grand admirateur de Frédéric II, devient tsar et signe aussitôt la paix avec la Prusse, mais il est bientôt renversé par sa propre femme, Catherine II, la Grande Catherine, qui reste néanmoins prudente face à Frédéric II. Frédéric II, en grande difficulté, est sauvé par le changement politique en Russie.

Les traités de Paris et d’Hubertsbourg

41Choiseul tente de reconstituer une marine à partir d’octobre 1761. Par le « don gratuit des vaisseaux », les états provinciaux, les chambres de commerce, des villes, des corps de métiers, des fermiers et receveurs généraux financent la construction de navires de ligne. La flotte française ne peut empêcher les Anglais de s’emparer de la Martinique en janvier 1762.

  • 35 Visme A. de, « L’expédition de Terre-Neuve en 1762 », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de l (...)

42Les Espagnols échouent dans une offensive au Portugal. Preuve que la France ne se résigne pas à l’abandon du Canada : le chevalier de Ternay lance une attaque sur Terre-Neuve en 1762 mais il doit céder devant une contre-attaque anglaise35.

43Choiseul décide de reprendre les négociations en mars – elles n’ont pas vraiment cessé grâce au truchement des représentants de la Sardaigne. Les Anglais acceptent des droits de pêche pour les Français. Les discussions avancent assez pour qu’on envisage en juillet 1762 l’échange de plénipotentiaires : le duc de Bedford arrive à Paris et le duc de Nivernais part à Londres porteur de pleins pouvoirs : munis d’instructions précises et en relation permanente avec leur gouvernement, ils peuvent signer la paix au nom de leurs souverains respectifs. Le 13 août 1762, La Havane est prise par les Anglais, avec un grand trésor et un quart de la flotte espagnole, ce qui signifie que l’empire espagnol est désormais menacé. Louis XV et Choiseul veulent négocier, mais ils veulent entraîner Charles III, pour qui l’alliance française a été coûteuse : le roi d’Espagne se résigne peu de temps avant l’annonce d’une nouvelle victoire anglaise, la prise de Manille.

  • 36 Rashed Z. E., The Peace of Paris 1763, Liverpool, University Press, 1951.
  • 37 Beaulieu-Marconnay Carl von, Der Hubertusburger Friede, Leipzig, Hirzel, 1871.

44La France favorise l’Espagne dans le règlement diplomatique. À Londres, Bute et George III sont favorables à la paix, mais l’opinion publique, sensible aux nouveaux succès militaires, veut obtenir encore plus. Le 3 novembre 1762, les préliminaires de Fontainebleau mettent néanmoins fin aux hostilités entre le roi d’Angleterre et les rois de France et d’Espagne. Malgré la mauvaise humeur des Anglais, cet accord est approuvé par le Parlement britannique, et le traité définitif est signé le 10 février 1763. C’est le traité de Paris36. Frédéric II a accepté de négocier avec Marie-Thérèse lorsqu’il a vu la neutralité choisie par Catherine II. La paix de Hubertsburg (15 février 1763) revient au statu quo ante37.

45Remarquons que, dans l’urgence, le congrès prévu un moment à Augsbourg ne se réunit pas. Les deux guerres donnent lieu à deux traités même si le traité de Paris prévoit l’évacuation de l’Allemagne par les armées françaises. Les accords négociés depuis 1761 peuvent être rédigés rapidement. Le duc de Praslin, cousin de Choiseul-Stainville, qui dirige alors les Affaires étrangères, signe le traité comme plénipotentiaire avec Bedford et Grimaldi pour l’Espagne. Le traité est signé chez le duc de Bedford alors alité. Aucune cérémonie n’accompagne cette négociation. Tout dit l’urgence et la discrétion. Le français est utilisé mais un article séparé prévoit que cela ne doit pas prêter à conséquence. Ce n’est pas un « exemple » qui pourra être allégué. L’Angleterre permet d’associer le Portugal pour l’évacuation de places portugaises. Le traité est rapidement ratifié par les souverains. Le chevalier d’Éon, remarquable collaborateur de Nivernais, apporte à Paris la ratification anglaise.

  • 38 Veyssière L., « Le traité de Paris de 1763, une paix “ni bonne ni glorieuse” », Imbeault S., Vauge (...)

46Louis XV commente : « La paix que nous venons de faire n’est pas bonne ni glorieuse, personne ne le sent mieux que moi ; mais dans les circonstances malheureuses, elle ne pouvait être meilleure38. » Par le traité de Paris, la France retrouve la Martinique et la Guadeloupe, Marie-Galante et la Désirade. Elle obtient Sainte-Lucie tandis que l’Angleterre obtient la Dominique, Saint-Vincent et Tobago, toutes ces îles étant jusqu’alors dans une situation mal définie. Choiseul considère l’acquisition de Sainte-Lucie comme fort importante. Louis XV abandonne le Canada, l’île du Cap Breton, les îles du Saint-Laurent, la vallée de l’Ohio, la rive gauche du Mississipi et ne garde que Saint-Pierre et Miquelon et le droit de pêche de Terre-Neuve. Le traité intègre le respect de la religion catholique dans le cadre des lois anglaises : les Canadiens obtiennent la liberté de culte selon le rite de l’Église romaine, « en tant que le permettent les lois de la Grande-Bretagne » et cette formule ouvre la voie à bien des contraintes. L’accord prévoit la possibilité d’émigration : c’est le seul écho de cette déchirure imposée par la conquête. Il n’est pas question des premières nations alors que Pontiac continue la guerre. L’article 7 prévoit qu’une ligne au milieu du Mississipi sert de frontière.

47En Inde, la France cède toutes les conquêtes faites depuis 1749 et ne garde que les cinq comptoirs déjà en sa possession au traité d’Aix-la-Chapelle. Elle perd le Sénégal et ne conserve que l’île de Gorée. Minorque est rendue à l’Angleterre qui rend Belle-Île. Madrid cède la Floride pour retrouver Cuba et La Havane, mais aussi Manille : pour dédommager son cousin, Louis XV lui donne la Louisiane.

48Aussi longtemps que possible, la France a tenté de trouver une solution négociée avant la guerre à propos de l’Amérique du Nord. Loin de s’en désintéresser, le gouvernement a mobilisé les moyens politiques pour compenser sa faiblesse navale. La diplomatie française a permis de jouer avec le temps pour retarder l’entrée en guerre mais, comme souvent, la diplomatie anglaise a imposé son rythme.

49Pour le monde européen, les conventions diplomatiques permettent de résoudre les difficultés, ainsi par l’échange réciproque de conquêtes selon des critères variables. Dans l’outre-mer, la diplomatie ne peut que constater les résultats de la guerre et la politique anglaise achève son entreprise de conquérir le Canada français. Les échanges de territoires immenses renvoient aux obligations des alliances : la Louisiane va à l’Espagne qui doit abandonner la Floride pour retrouver Manille et La Havane. L’interprétation est plus complexe pour la récupération des Antilles par la France. Pourquoi l’Angleterre rend-elle la Guadeloupe et la Martinique ? Sans doute parce que les planteurs anglais craignent un effondrement du cours du sucre s’il arrive en trop grande abondance en Angleterre.

  • 39 Scott H. M., British Foreign Policy in the Age of the American Revolution, Oxford, Oxford U.P., 19 (...)
  • 40 Ruggiu F. J., « Une relation tombée dans l’oubli ? Le Canada et la monarchie française entre 1759 (...)

50En fait, le traité de 1763 ouvre un nouveau temps de tensions. Sans doute pour calmer le désir de revanche en France, l’Angleterre laisse la France négocier avec Gênes l’acquisition de la Corse en 176839. Cela complète cette politique méditerranéenne de la France qui cherche à compenser le repli dans l’Atlantique nord. Choiseul s’efforce de rétablir la puissance française sur terre et sur mer. En 1770, il cherche en vain à entraîner Louis XV au côté de son cousin espagnol dans une guerre contre l’Angleterre à propos des Malouines. Le roi ne suit pas son ministre qui perd le pouvoir. Le gouvernement français nourrit, depuis le début du XVIIIe siècle, l’espoir de voir les colonies américaines prendre de l’autonomie. Cela suppose de négocier avec des révoltés et une nouvelle diplomatie naît à cette occasion, avec un acteur nouveau, cette fois en Amérique, les États-Unis. La guerre d’indépendance américaine ne voit pas, à ma connaissance, la France revendiquer le Canada, ni les Canadiens rejoindre le camp franco-américain. Voici une autre évolution importante. Une question se pose aujourd’hui. Pourquoi le roi de France n’a-t-il plus revendiqué sa souveraineté sur le Canada40 ? Le roi d’Angleterre prend toujours le titre de roi de France pour montrer qu’il ne renonce pas à ses prétentions. Jusqu’au XIXe puis au XXe siècle, l’Allemagne n’a pas renoncé à s’emparer de l’Alsace, terre réputée germanique.

51La situation militaire difficile rassemble la métropole sur ses intérêts propres. Dans le règlement de paix, la métropole elle-même ne subit pas de blessure irréparable qui susciterait un retour prochain de la guerre. La France renonce à un empire territoire étendu pour avoir un réseau d’îles et de comptoirs. Elle a constaté que la défense d’un empire coûte cher, ce qui ne l’empêche pas de reconstituer une armée et une marine de guerre pour réparer l’injure symbolique infligée par les défaites de la guerre de Sept Ans. Le Canada n’a pas peut-être pas eu non plus à la cour de France des défenseurs à la hauteur, ni grand seigneurs, ni grands financiers. Hormis la transmigration vers la Louisiane, la France n’a pas proposé un retour en France aux Canadiens. Ceux-ci apparaissent bien dans les documents diplomatiques avec une forte identité au contact d’une nature singulière et de peuples différents. Louis XV compte sans doute sur la prudence de l’Angleterre qui doit bien traiter ses nouveaux sujets. La France a intégré autrefois l’Alsace, en partie protestante, où l’on parle une langue germanique, ou bien le Roussillon où l’on parle le catalan. Le roi de France s’est donc résigné à abandonner ses sujets, oubliant peut-être ensuite ce fragment perdu de la société française. Néanmoins, s’il y a une douleur persistante au Québec, la France a conservé aussi une blessure durable de ces événements. La République, qui a construit un nouvel empire colonial au XIXe siècle, n’a pas manqué de souligner la défaillance des rois d’autrefois et cela a imprégné la culture historique française.

Notes

1 Havard G., La Grande paix de Montréal de 1701. Les voies de la diplomatie amérindienne, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, 1992 ; Havard G. et Vidal C., Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2003.

2 Vaugeois D., La fin des alliances franco-indiennes. Étude sur un sauf-conduit de 1760 devenu un traité en 1990, Montréal/Sillery, Boréal/Septentrion, 1995.

3 Il n’est pas sûr que ces engagements aient la même signification pour les populations autochtones comme l’a bien souligné Gilles Havard.

4 Litalien R., Palomino J. F. et Vaugeois D., La Mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du Nord, Sillery, Septentrion, 2007.

5 Bély L., Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990.

6 Dhondt F., « La représentation du droit dans la communauté des diplomates européens des “Trente Heureuses” (1713-1740) », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis/Revue d’Histoire du Droit/The Legal History Review, t. LXXXI, no 3-4, 2013, p. 595-620.

7 Aussi sur des ouvrages historiques et sur les papiers des négociations précédentes.

8 Dans un mémoire sur la nécessité de conserver le Canada : AAE, Mémoires et documents, Amérique, 24, fol. 259 sq., février 1759, étudié plus loin.

9 Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France, Paris et Québec, PUPS et Septentrion, 2011 ; Ibid., La fin de la Nouvelle-France, Paris, A. Colin, 2013 ; Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, Québec, Septentrion, 2013.

10 Qui s’étend vers le sud et le nord, et qui domine la Pologne.

11 Chaline O., « Bilan naval de la guerre de Sept Ans », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, op. cit., p. 83-106.

12 Ternat F., « Les enjeux géopolitiques intercontinentaux dans les négociations franco-britanniques entre 1760 et 1763 », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, op. cit., p. 107-126.

13 Les Anglais réclament l’Ohio comme frontière, alors que les Français veulent pour eux-mêmes les Monts Allegheny comme limite. Les Anglais veulent aussi la destruction de ces nouveaux forts sur le Lac Champlain ou le Lac Ontario qui menacent la rivière de l’Hudson. En Acadie, Louis XV demande la rive nord de la baie de Fundy, ne laissant aux Anglais que la Nouvelle-Écosse, ce que les Anglais ne sauraient accepter.

14 Bély L., Les Relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, 4e édition, 2007. Pour Louis XV et Marie-Thérèse, ce choix politique s’avère risqué, car leurs opinions publiques sont hostiles à ce rapprochement, en raison même des conflits passés. Voir aussi Externbrink S., Friedrich der Große, Maria Theresia und das Alte Reich. Deutschlandbild und Diplomatie Frankreichs im Siebenjährigen Krieg, Berlin, Akademie Verlag, 2006.

15 Waddington R., Louis XV et le renversement des alliances : les préliminaires de la guerre de Sept Ans, Paris, Firmin-Didot, 1896.

16 La France choisit la Méditerranée plutôt que l’Atlantique, et elle y défend aussi des intérêts commerciaux.

17 Szabo F.A.J., « Perdre l’Amérique en Allemagne : les revers français en Europe pendant la guerre de Sept Ans », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, Paris, A. Colin, 2013, p. 39-64, ici p. 63.

18 Lettre de Bernis du 25 septembre 1758, citée par Bédard É., « Une paix séparée avec l’Angleterre ? Les considérations de l’abbé de Bernis », Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, op. cit., p. 98-111, ici p. 107.

19 Sur ces mémoires, voir Litalien R., « Conserver les Canadiens, le Canada et la Louisiane. L’opinion des Français sur le traité de paix », Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, op cit, p. 127-139.

20 AAE, Mémoires et documents, Amérique, 24, fol. 259 sq., février 1759, « Premier mémoire où l’on traite la question s’il convient ou non d’abandonner le Canada ».

21 Pour les colonies françaises du continent, « la partie du Canada qui avoisine l’entrée du fleuve Saint-Laurent, est un pays rude, stérile et ingrat ; il l’est moins lorsqu’on s’avance dans l’intérieur des terres. Le commerce en est très médiocre, et peut l’être longtemps. » Cette colonie est à charge, « le sera plus ou moins, suivant les mesures que prendra le gouvernement pour la peupler plus qu’elle ne l’est, la fortifier, et y encourager la culture des vivres et la multiplication des bestiaux ».

22 Ibid., fol. 273, « Examen du projet de faire passer les habitants du Canada vers la Louisiane ».

23 Ibid., fol. 281.

24 En Louisiane, pour concurrencer la Caroline et la Virginie, il faudra utiliser des « nègres », ce qui ne permettra pas d’en faire une colonie puissante. Il faut faire du Canada une « pépinière d’hommes » pour servir de contrepoids à la Nouvelle-Angleterre. « Il n’est pas nécessaire au surplus qu’il [le Canada] abonde en ce qu’on appelle les commodités de la vie, ni l’on ne doit point imaginer que ces commodités mettent les habitants en état de mieux résister. On ne peut se plaindre ni de la fidélité ni de la bravoure des Canadiens, ni penser qu’un autre climat pût les rendre plus fidèles, plus valeureux, plus capables de résister aux Anglais. »

25 On peut en trouver une copie aux AAE, Mémoires et documents, Amérique, 21.

26 AAE, Correspondance politique, Angleterre, 443, fol. 119 sq., ici fol. 133, Instructions à Bussy, 23 mai 1761.

27 Ibid., fol. 182, lettre de Bussy, 11 juin 1761.

28 Ibid., Correspondance politique, Angleterre, 445, lettre de Choiseul à Bussy, 19 juin 1761, fol. 14 sq., ici fol. 14 v °-fol. 15.

29 Ibid., Lettre de Choiseul, fol. 25 sq.

30 Ibid., Correspondance politique, 444, lettre de Bussy à Choiseul, 26 juillet 1761.

31 Ozanam D., « Les origines du troisième pacte de famille (1761) », Revue d’histoire diplomatique, t. 75, 1961, p. 307-340.

32 Dziembowski E., « Transparence ou désinformation ? La perte du Canada dans la presse gouvernementale française », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, op. cit., p. 371-386.

33 AAE, Mémoires et documents, Amérique, 22, « Mémoire ou Observations sur le Canada et la Louisiane, sur l’importance pour la France d’en conserver la propriété, sur les droits de cette couronne sur ce vaste pays et sur l’injustice de l’Angleterre dans ses prétentions, Avec les moyens de concilier ces deux puissances sur leurs limites respectives dans l’Amérique septentrionale », 26 septembre 1761, fol. 138-140.

34 Frégault G., La civilisation de la Nouvelle-France, 1713-174, Montréal, Fides, 1969. Voir aussi Vaugeois D., « De Français à Canadiens », Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, op cit, p. 32-46.

35 Visme A. de, « L’expédition de Terre-Neuve en 1762 », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, op. cit., p. 243-260.

36 Rashed Z. E., The Peace of Paris 1763, Liverpool, University Press, 1951.

37 Beaulieu-Marconnay Carl von, Der Hubertusburger Friede, Leipzig, Hirzel, 1871.

38 Veyssière L., « Le traité de Paris de 1763, une paix “ni bonne ni glorieuse” », Imbeault S., Vaugeois D. et Veyssière L. (dir.), 1763. Le Traité de Paris bouleverse l’Amérique, op cit, p. 8-29. Voir aussi Pernot F., « “En guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada” ? L’accueil du traité de Paris en France », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, op. cit., p. 419-425.

39 Scott H. M., British Foreign Policy in the Age of the American Revolution, Oxford, Oxford U.P., 1990, p. 115-121.

40 Ruggiu F. J., « Une relation tombée dans l’oubli ? Le Canada et la monarchie française entre 1759 et 1783 », Fonck B. et Veyssière L. (dir.), La fin de la Nouvelle-France, op. cit., p. 449-474.

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, est, depuis 1997, professeur d’histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il est aussi président de l’Association des Historiens Modernistes des Universités françaises depuis 2008. Il a consacré une partie de ses recherches à l’histoire des relations internationales et de la diplomatie : Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV (Fayard, 1990), Les Relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles (PUF, 1992), la Société des princes (Fayard, 1999), L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècle (PUF, 2007). Il a participé à l’Histoire de la diplomatie française (Perrin, 2005) et codirigé le Dictionnaire des ministres des Affaires étrangères (Fayard, 2005). Il a également travaillé sur la France des XVIIe et XVIIIe siècles et a dirigé le Dictionnaire de l’Ancien Régime (PUF, 1996). Il a publié en 2005 Louis XIV, le plus grand roi du monde (Gisserot), en 2009, La France au XVIIe siècle. Puissance de l’État, contrôle de la société (PUF) et, en 2013, Les Secrets de Louis XIV. Mystères d’État et pouvoir absolu (Tallandier). En 2011, il a codirigé un recueil d’articles sur l’Incident diplomatique (Pedone) et, en 2015, Le traité des Pyrénées (1659) ou le triomphe de la raison politique (Classiques Garnier). En septembre 2015 est paru le Dictionnaire Louis XIV qu’il a coordonné (Robert Laffont-Bouquins).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540