Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Postface

Patrick Fridenson

Texte intégral

  • 1 B. Larroutourou, Rapport sur l’immobilier universitaire parisien, 5 octobre 2009, et Pour rénover (...)

1Au terme de ce livre très neuf sur la véritable mutation que constitue pour la France le passage d’une Université de Paris aux universités franciliennes, dans une région qui concentre la majorité des grandes écoles, les lecteurs se trouvent face à deux perceptions simultanées mais opposées. D’un côté, en parcourant les témoignages et les analyses publiées ici, ils ne peuvent qu’être frappés par les multiples formes de continuité entre une bonne partie des idées, projets, processus qui ont vu le jour dans les années 1960-1970 et des débats et pratiques d’aujourd’hui. D’un autre côté, les contours ainsi dessinés par historiens, sociologues et géographes donnent un sentiment d’étrangeté, voire d’exotisme, celui d’un monde devenu très lointain. D’un côté, on a le résultat de travaux d’enquête qui cherchent à comprendre s’il y a des relations entre les recompositions universitaires menées à partir de 2006 par les gouvernements à l’échelle nationale (pôles de recherche et d’enseignement supérieur, puis communautés d’universités et d’établissements) et particulièrement au niveau francilien et l’éclatement délibéré de la carte des établissements à la suite de l’onde de choc de 1968. D’un autre côté, nous sommes à un moment où la mémoire du monde universitaire d’avant 1968 est en train de s’effacer chez les universitaires, en raison de la relève des générations comme des restructurations en cours sous nos yeux. Ce contraste apparaît dans l’intensité du témoignage de Jacques Dehaussy, qui était l’un des deux recteurs adjoints de Paris aux manettes dans une partie de la période étudiée, et dans les deux déclinaisons successives du rapport de Bernard Larroutourou en 2009-2010 : d’abord l’enchevêtrement à aucun autre pays pareil de l’immobilier universitaire parisien, ensuite des propositions de regroupements d’établissements et de sites prédiscutées par Bernard Larroutourou et qui, dans leur majorité, se sont réalisées depuis1.

  • 2 M.-N. Thibault, « Et j’ai fini en écrivant des romans policiers » (propos recueillis par P.-V. Cre (...)

2Rien n’est plus évocateur de ce décalage que le témoignage de Marie-Noëlle Thibault, assistante d’histoire contemporaine au Centre universitaire expérimental de Vincennes à partir de janvier 1969, recueilli en octobre 2008, pour le quarantième anniversaire de 19682.

« Il y avait des AG très fréquentes, évidemment, avec des discours imparables du genre : “Aujourd’hui, nous sommes en train d’empêcher l’enseignement de se produire à Vincennes, donc demain nous serons capables d’empêcher l’enseignement de se produire dans toutes les universités. Et si l’enseignement ne se transmet pas dans toutes les universités, la révolution est pour demain”. On entendait cela très souvent. Il y avait une illusion forte et des gens qui y croyaient vraiment. Les gens qui avaient ce discours ne s’intéressaient, évidemment, pas du tout à ce que l’on essayait de faire sur la question de la réforme des disciplines, etc. Cela leur paraissait le comble du réformisme, cela n’était même pas nommable. »

3Par-delà ces deux perceptions opposées de la fin de l’Université de Paris, les recherches rassemblées dans ce livre me semblent aussi suggérer le foisonnement du champ des possibles qui caractérise la période. Elles présentent cependant quelques zones de lacunes. Elles ouvrent enfin des questions pour l’avenir.

Le foisonnement du champ des possibles

  • 3 R. Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions (...)
  • 4 Voir aussi P. Lamard et Y.-C. Lequin, La technologie entre à l’université : Compiègne, Sevenans, B (...)
  • 5 A. Touraine, Le mouvement de mai ou le communisme utopique, Paris, Le Seuil, 1969, p. 87. Les arch (...)
  • 6 R. Faucherre, Atypie-Utopie. Vincennes, naissance d’une université, mai 1968-janvier 1969, mémoire (...)

4Le livre met en évidence une série de possibilités concernant des établissements universitaires en Île-de-France qui ne se sont pas réalisées. Il avait ainsi été prévu d’ajouter à Nanterre les bâtiments d’une faculté des Sciences. On peut rêver, à la manière de l’histoire contrefactuelle, de l’uchronie ou du beau livre de l’historien allemand Reinhart Koselleck sur les futurs possibles du passé3, à ce qu’en auraient été les conséquences et se demander si Nanterre aurait alors été le berceau de 68. À Villetaneuse devait être implantée une université de technologie avec sélection des étudiants à l’entrée dans le cadre d’un réseau national d’universités de technologie4. À Antony devait être implantée une université des Sciences sociales. Il s’agissait d’abolir la division de la formation en sections disciplinaires, « français, langues vivantes, sociologie, histoire, etc. », pour l’organiser autour de grands thèmes comme le langage, la décision, le groupe, la personne, le développement, la prévision en vue d’offrir aux étudiants « des débouchés plus polyvalents » et un exercice plus actif de la citoyenneté5. Le profil d’Antony devait reproduire à peu près celui de Vincennes, mais l’enseignement devait y être plus encore pluridisciplinaire, avec davantage de sciences dures. Les bâtiments devaient jouxter la résidence universitaire. Ce projet était animé par deux figures de 68 : le professeur de linguistique anglaise de la Sorbonne Antoine Culioli et le professeur de sociologie de Nanterre Alain Touraine. On retrouve les traces d’Antony jusqu’à l’automne, et même jusqu’en début 1969. Les projets Dauphine, Antony et Vincennes, ceux de la région parisienne s’élaborent en parallèle ; les nominations de professeurs auront lieu aussi à Antony. Mais le projet d’Antony, un temps rebaptisé Université Paris-Sud, n’a jamais abouti, pour diverses raisons6. Il en va de même des perspectives un temps évoquées pour Fontainebleau.

  • 7 A. Prost, « Edgar Faure et la loi d’orientation », B. Poucet et D. Valence (dir.), La loi Edgar Fa (...)
  • 8 Sources : J. de Chalendar, Une loi pour l’université, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, p. 193 ; J. (...)
  • 9 B. Poucet, « Robert Mallet. Un poète aux commandes de deux rectorats », J.-F. Condette (dir.), Les (...)

5À l’échelle nationale aussi les choses ont failli bouger. Au moment pour Edgar Faure de quitter ses fonctions le 23 juin 1969 en raison de l’élection de Georges Pompidou à la présidence de la République, il restait une dizaine d’universités à créer en province et autant dans la région parisienne : « Sous des prétextes divers la signature de Matignon fut retardée jusqu’au départ du ministre7. » Le Premier ministre Maurice Couve de Murville a refusé de publier au Journal officiel les arrêtés donnant la liste des UER composant les universités. Edgar Faure a fini par les publier au Bulletin officiel de l’Éducation nationale en mai 1969. Les décrets de création paraissent le 22 juillet, les autres à partir du 11 octobre, les derniers en mars 1970, notamment ceux de la région parisienne8. Le 10 mars, le ministre Olivier Guichard divise l’Université de Paris en treize universités « et non pas en quinze entités comme il avait été un moment envisagé9 ».

  • 10 N. Beau, « Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, critique de la science », La Recherche, no 292, nove (...)
  • 11 M.-O. Déplaude, « Instituer la “sélection” dans les facultés de médecine : genèse et mise en oeuvr (...)

6L’évolution de deux organisations syndicales d’enseignants aurait elle aussi pu être différente de ce qu’elle a finalement été. Il en va ainsi du SNESup. Le 23 mai 1968 ce syndicat tenait à Paris son congrès annuel. Les premiers votes montrent que la direction nationale élue en 1967 sur un texte d’orientation dont le titre annonce la couleur : « Pour une révolution culturelle à l’université » et menée par Alain Geismar est minoritaire face à l’opposition communiste qui jugeait que la direction était allée trop loin dans la contestation. L’opposition aurait pu l’emporter. Mais Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien théoricien de 28 ans, communiste critique10, trouve un artifice de procédure permettant de maintenir la direction au pouvoir. L’avenir conservateur de la Fédération des syndicats autonomes de l’enseignement supérieur n’était pas totalement écrit dans les astres. Edgar Faure, grâce à son collaborateur Alain Bienaymé (Dauphine), trouve un écho dans ses rangs, et on parle alors d’« autonomes fauristes » dont le professeur de psychologie Didier Anzieu à Nanterre est un bon exemple. Ce n’est pas encore l’orientation que vont imposer le juriste parisien Georges Vedel, qui en est le président de 1964 à 1972, et le géographe nanterrois Jean Bastié secrétaire général de 1974 à 1988. Même en médecine, le syndicat autonome de l’été 1968 est encore assez conciliant, et il faut l’action délibérée d’une minorité de combat pour s’emparer de la direction et en faire un des fers de lance d’une possible reprise en main des universitaires11.

  • 12 Témoignage de R. Barralis, non publié.
  • 13 A. Prost, Du changement dans l’éducation. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours, Paris, (...)

7Un des autres possibles qui auraient pu transformer le devenir universitaire parisien concerne la participation des étudiants aux nouvelles structures et instances. Lors du colloque sur la loi Faure, organisé par la Fondation Charles de Gaulle les 22-23 septembre 2011, Roger Barralis, qui était un des dirigeants des Étudiants socialistes unifiés (ESU), à l’époque relativement majoritaires au sein de l’UNEF, a témoigné que, suite à des contacts discrets entre Edgar Faure et l’UNEF, le collectif national de l’UNEF a sans doute été à deux doigts de se prononcer en faveur de la participation12. C’est le déroulement tendu du débat parlementaire au début de l’automne 1968 qui donne une majorité aux partisans du boycott au sein de l’UNEF, et va laisser la représentation étudiante aux mains d’étudiants le plus souvent politisés de façon classique (communistes, centristes, gaullistes et giscardiens), bien qu’en 1969 la participation des étudiants au vote soit généralement majoritaire13.

8L’évocation de ces possibles, qui ne se sont pas réalisés, renforce l’une des hypothèses ayant motivé la tenue de ce colloque : dans la période, l’enseignement supérieur francilien est pour une bonne part un espace d’incertitude et de projets, comme l’ont montré les différentes contributions ici rassemblées. Il faut cependant reconnaître qu’un certain nombre de champs restent à explorer.

Des pistes à creuser

  • 14 J.-R. Cytermann, « Le rapprochement universités-organismes de recherche : un processus incrémental (...)

9En premier lieu, les choix structurants qu’a effectués, à partir de 1964, en Île-de-France, la direction générale du CNRS avec les équipes et les laboratoires associés14 n’ont pas été appréciés à leur juste valeur. Ayant fait partie du comité scientifique du présent colloque, je prends évidemment ma part de responsabilité dans cette lacune. Pour mesurer l’impact durable de ces choix, il suffit de regarder, comme je l’ai alors constaté dans un autre cadre, la liste des laboratoires d’excellence (Labex) sélectionnés par le Premier ministre en 2011-2012. En Île-de-France, comme ailleurs, elle reproduit pour l’essentiel les choix du CNRS dans la seconde moitié des années 1960. Le CNRS est donc un facteur extérieur de cette transformation universitaire parisienne. Il reste aussi à savoir comment ses dirigeants ont perçu les transformations universitaires franciliennes après mai 1968.

  • 15 Le récent ouvrage collectif de D. Kévonian et G. Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité inte (...)
  • 16 Archives de l’OTAN, Bruxelles, AC/52-WP/21, Comité de l’information et des relations culturelles, (...)
  • 17 B. Mazon, Aux origines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Le rôle du mécénat améri (...)

10La seconde piste à développer concerne l’international. Il apparaît certes ici par les mentions qui sont faites des étudiants étrangers et de la Cité universitaire internationale de Paris15. Mais il faut aussi tenter de voir l’inverse : les départs des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des doctorants français à l’étranger. On pense ici aux bourses d’études de l’OTAN, notamment sur la physique, largement distribuées pour raisons militaires à partir de l’année universitaire 1956-195716. En Sciences humaines et sociales on pense, par la suite, aux premiers réseaux internationaux construits à Paris par la Maison des Sciences de l’Homme dirigée par Fernand Braudel avec Charles Morazé et Clemens Heller et organisée par décret du 4 janvier 1963. Ils bénéficient de l’apport des fondations américaines qui irriguait la VIe section de l’École pratique des hautes études et en outre de crédits des fondations allemandes17. Ces ouvertures internationales amènent les Parisiens qui en bénéficient à établir des liens et faire des comparaisons avec les universités anglaises, allemandes ou américaines.

  • 18 P. Fridenson, « Michel Alliot (1924-2014), résistant, juriste, réformateur », [lemonde.fr], 24 fév (...)

11Les sciences, faute d’études sur ces disciplines, sont sous-représentées dans ce livre par rapport à leur poids dans les effectifs d’étudiants et d’enseignants-chercheurs. L’ouvrage nous donne à comprendre les genèses longues et complexes de la Halle aux vins, devenue Jussieu, et d’Orsay, avec des entrepreneurs scientifiques et bâtisseurs comme Irène Joliot-Curie ou Marc Zamansky. On y découvre encore la naissance de l’université pluridisciplinaire de Paris VII, mais où les scientifiques sont majoritaires18. Cependant les disciplines, bâtiments, structures scientifiques n’ont pu être présents à proportion de leur place dans l’enseignement supérieur francilien.

  • 19 Outre les archives des universités et du rectorat, voir celles du ministère : Archives nationales (...)
  • 20 « La loi d’orientation. La désignation des nouvelles universités (suite) », art. cit., p. 33-46.
  • 21 Ibid., p. 22.
  • 22 Ibid., p. 43.

12L’histoire du découpage de la Sorbonne, de Nanterre et d’Orsay en UER et en universités est un autre élément qui demanderait à être approfondi. Le travail d’enquête orale et d’archives qui avait été envisagé pour l’ensemble francilien n’a pas pu être fait19. La seule source d’ensemble actuellement disponible en la matière reste donc l’article déjà cité du conseiller technique d’Edgar Faure Jacques de Chalendar, dans lequel les affaires franciliennes représentent les deux tiers et où la genèse de chaque université donne lieu à une monographie20. Il traite d’abord des « nouvelles universités parisiennes », en soulignant les résultats obtenus (mais en omettant totalement l’échec du projet d’Antony). Puis il analyse « les autres universités parisiennes » en notant la lourdeur du « poids du passé » et le caractère ardu des « efforts de restructuration imposés par la loi d’orientation ». Au début de l’article, il a rappelé les objectifs de l’équipe ministérielle : « l’impératif d’une formation moderne (c’est-à-dire en partie au moins pluridisciplinaire) » – « Ce n’est donc pas autour de tel ou tel groupe de disciplines que les nouvelles universités doivent se constituer, mais en fonction de différents types de formation, dont chacun implique qu’il soit fait appel à des enseignants versés dans des disciplines diverses » –, ce qui peut inclure « des universités de technologie21 », et, « au moins dans la première phase de reconstruction universitaire », les « critères géographiques (l’université centre de vie) » et « numériques » (« l’idéal serait de pouvoir constituer ainsi des universités de 9 000 à 18 000 étudiants aussi bien à la périphérie qu’au centre de la capitale22 ». Il met l’accent sur les difficultés tenant aux « positions subjectives exprimées par les enseignants », faisant une large part aux médecins comme aux juristes, et justifie ainsi une démarche ministérielle flexible qui « envisage plusieurs hypothèses », tient compte de la multiplicité des suggestions qu’elle reçoit de certains des intéressés, puis va « s’engager dans une voie, mais veiller à ce que celle-ci reste ouverte, […] en contournant les obstacles quand la chose était nécessaire, mais sans perdre de vue le cap ni les échéances ».

  • 23 Ibid., p. 42.

13Sur les nouvelles universités (Dauphine, Vincennes et Nanterre), ce témoignage est dans l’ensemble confirmé par les travaux postérieurs des historiens et sociologues, comme le montrent, dans ce livre, les analyses consacrées à Dauphine et Vincennes (Christelle Dormoy-Rajramanan et Laurène Le Cozanet, Robi Morder, Brice Le Gall). Sur les autres universités, l’article apporte une information majeure : le rôle de déclencheur joué par la demande d’organisations des étudiants de médecine dès juin 1968 (et non « 1969 », comme imprimé23) d’une « division de l’ancienne faculté de Médecine en dix établissements autonomes » et sa réalisation « difficile » par décret du 27 novembre 1968 (voir la contribution d’Emmanuelle Giry et Édith Pirio). Il montre que les projets concernant la périphérie de Paris : Paris-Nord, Paris-Sud, « Paris-Sud-Est, qui pourrait être centrée sur Créteil » ne sont pas encore mûrs en juin 1969 :

« Il est difficile, l’expérience le montre, de constituer des universités périphériques sans avoir réglé au préalable le problème du “centre” de la capitale et du quartier Latin. On se heurte ici à des forces considérables ; certains savent ce qu’ils veulent et surtout ce qu’ils ne veulent pas ; d’autres sont plus divisés et plus incertains. »

  • 24 F. Bourillonet al. (dir.), Aux origines de l’UPEC. 40 ans de réussites universitaires en banlieue (...)

14Dans ce climat, face aux défenseurs des anciennes facultés in extenso plusieurs projets de « rapprochements avec certaines unités provenant de la Sorbonne » émergent. Pour cela, selon le ministère, « la division d’unités géantes constitue un premier pas, que les anglicistes ont le courage de proposer au ministre » et qui est acté par un arrêté du 13 juin 1969. Il aura donc manqué à Edgar Faure le temps nécessaire pour achever cette œuvre. Le ministre qui lui a succédé a certes assuré la création en 1970 de Paris XII-Val-de-Marne à Créteil (voir la contribution de Florence Bourillon) et de Paris XIII-Villetaneuse (la première dite de « manière aléatoire » et la seconde « confrontée à des attentes contradictoires »)24, mais il n’a pas fait preuve de la même proactivité à l’égard des universités franciliennes.

  • 25 R. Mallet a versé ses archives à la bibliothèque de l’université d’Amiens (où B. Poucet a été le p (...)
  • 26 Sur la nomination de J. Roche, Journal Officiel, 7 juin 1969, p. 5671 (en ligne). Sur celle de R. (...)
  • 27 Pour J. Dehaussy, décret du 9 juin 1969, Journal Officiel, 10 juin 1969, p. 5752. Je n’ai pas retr (...)
  • 28 M. Stern, « Le recteur de Paris des années 1970 aux années 2000. Un recteur spécifique », in J.-F. (...)

15Le livre incite aussi à enquêter plus en avant sur le rôle propre du rectorat de l’Académie de Paris. On saisit maintenant, grâce à ce colloque et à la contribution de Marie-Claude Delmas, l’action du fort durable secrétaire général de l’académie de Paris, Pierre Bartoli (1951-1976), et les activités du Service constructeur de l’académie de Paris (SCAP, devenu SCARP puis SCARIF), créé en 1965. Mais qu’en est-il de la place du recteur de Paris lui-même : Jean Roche (1961-1969) puis Robert Mallet (1969-1980)25 ? Posons quelques jalons sur ce dernier. Recteur réformateur d’Amiens, il avait tiré le signal d’alarme à l’Élysée sur l’enseignement supérieur en mars 1968. Sa nomination par décret le 30 mai 1969 à la place de Jean Roche, nommé le même jour par arrêté délégué général aux relations universitaires internationales du ministère, fait partie d’une volonté politique d’Edgar Faure et de son équipe, notamment Michel Alliot26. Il obtient des moyens exceptionnels : profitant de l’intérim à l’Élysée du président du Sénat, Alain Poher, Edgar Faure fait nommer auprès de lui, début juin 1969, deux professeurs « chargés des fonctions de recteur d’académie adjoints au recteur de l’académie de Paris » qui ont « rang, prérogative et rémunération de recteur », Jacques Dehaussy et Jacques Bompaire27. Mallet répartit les responsabilités entre lui et ses adjoints par une note de service du 18 juillet 196928. Au-delà d’inévitables activités de court terme : ce qu’il appelle les fonctions de « préfet de police de l’université – hélas » ou encore l’accueil des étudiants dans des lycées à Montargis, Louis-le-Grand en attendant la construction de locaux, il apparaît que le recteur de Paris est une force de soutien aux réformes, ce qui lui vaut plusieurs tentatives de congédiement par le président Pompidou, mais qu’il parvient à repousser. Robert Mallet voudrait, comme la loi le prescrit, des universités pluridisciplinaires dans Paris intra-muros :

« Mettre en place la pluridisciplinarité exigeait bien entendu de concilier les affinités électives entre chaque discipline. Nous devions également tenir compte des divergences politiques extrêmement vives en ces lendemains de Mai 68. Car nous désirions à tout prix éviter de créer des universités de gauche et des universités de droite. Je ne pouvais concevoir l’enseignement autrement que comme une compréhension respective et l’université comme un lieu de confrontation pacifique des idées. Je ne devais donc favoriser personne. L’application de la loi nous a cependant amené à constater que la plupart des nouvelles universités avaient opté pour une monodisciplinarité plus ou moins avouée. Je continuais de penser que la loi d’orientation serait bafouée si nous n’arrivions pas à créer au moins une université véritablement pluridisciplinaire. J’ai alors jeté mon dévolu sur le campus du quai Saint-Bernard qu’occupait la faculté des Sciences. »

  • 29 M. Stern, « Le recteur de Paris », art. cit., p. 206, qui n’a pas eu connaissance du témoignage de (...)
  • 30 Il avait auparavant été directeur général de l’Enseignement supérieur, nommé à l’été 1968 sur la s (...)
  • 31 Ancien doyen de la faculté des Sciences de Clermont-Ferrand, chargé de mission pour l’université t (...)

16Il en obtint la division et la naissance d’une université minoritaire, contestataire et pluridisciplinaire, Paris VII, grâce à l’aval du ministre Olivier Guichard, contre le doyen Marc Zamansky, qui pourtant « avait l’oreille du président de la République, Georges Pompidou » (voir la contribution d’Arnaud Desvignes). Robert Mallet pousse aussi à la concentration du rectorat de Paris sur la capitale et à la création des académies de Créteil et Versailles (effective en février 1972)29. Il conviendrait donc d’enquêter sur le rôle propre des recteurs successifs de Versailles (Jean Sirinelli30, Jean Imbert, Pierre Albarède) comme de Créteil (Jean-Louis Bruch, Jean Saurel31, André Casadevall, Jacques Dehaussy), de 1972 à 1981, et sur le comité de coordination des recteurs d’Île-de-France (CORIF), qui a compétence sur le suivi des flux étudiants ; mais la simple énumération de leurs noms signale la forte rotation de ces recteurs qui contraste avec la stabilité du recteur de Paris.

17Le rôle des syndicats de personnels a été peu évoqué, sauf par Guy Briot et Charles Soulié en ce qui concerne les personnels BIATOSS de l’université Paris VIII (Vincennes puis Saint-Denis) et surtout les bibliothèques universitaires où l’on a vu, avec Daniel Renoult, comment le Syndicat national des bibliothèques (FEN) a voulu être cogérant de la mutation du réseau documentaire francilien. Or les Archives nationales du monde du travail à Roubaix conservent le fonds de l’historien Bertrand Gille qui contient des dossiers de la direction du Syndicat autonome dans les années 1960. Elles abritent aussi depuis peu de temps ce qui reste pour cette période des archives du SNESup. Les archives du SGEN se trouvent aux Archives des Fédérations de la CFDT. Même s’il s’agit des directions nationales des syndicats, elles contiennent sans aucun doute des éléments sur l’action des sections syndicales franciliennes et sur l’implication des directions nationales dans les affaires parisiennes. Ceci sans majorer l’influence des syndicats dans des milieux professionnels où, sauf dans les bibliothèques, les non-syndiqués sont nombreux.

  • 32 C. Mercier, Autonomie, autonomies…, op. cit., p. 225-236.

18La grève de 1976 contre l’arrêté Saunier-Seïté du 16 janvier portant réforme du second cycle constitue une autre lacune des recherches32. Côté étudiants, elle s’inscrit dans la série des grèves annuelles postérieures à 68 et elle la clôt. Côté enseignants, elle reste jusqu’à aujourd’hui la grève la plus longue de l’histoire universitaire française, en particulier en Île-de-France. Elle a été suivie d’un lent déclin de la syndicalisation des universitaires. Parce qu’elle a été particulièrement importante en Sciences humaines et sociales, elle a entraîné une prise de distance et un regard critique des décideurs de sciences dures et bien entendu des hauts fonctionnaires, notamment aux Finances et au sommet de l’État.

  • 33 AN, 19830569/1-19830569/6, AT 555-AT 560.
  • 34 J.-P. Soisson, Hors des sentiers battus. Chroniques d’une vie politique 1962-2012, Paris, Éd. de F (...)

19Le dernier champ à explorer concerne une grande partie des pouvoirs hors du champ universitaire. Si ce volume nous éclaire sur les positions et le jeu des aménageurs sur une longue période (voir la contribution de Loïc Vadelorge), il faut appeler l’attention sur l’importance du comité de décentralisation, créé par décret du 31 décembre 1958 « pour enrayer le développement anarchique de l’agglomération parisienne ». Il exerce trois types d’activités : « Instruction et suivi de la procédure de contrôle des implantations des services et organismes en Île-de-France par la réglementation de l’agrément, suivi des plans de localisation des administrations et organismes du secteur public, établissement de rapports adressés au Premier ministre33. » De même, il importera d’aller plus loin dans l’exploration des archives de Matignon et de l’Élysée. Les archives du général de Gaulle, dont, par dérogation, Antoine Prost a été un des premiers lecteurs, se sont enfin ouvertes. Le chapitre sur le secrétariat d’État aux Universités des récents mémoires de Jean-Pierre Soisson appelle une confrontation avec les archives de Valéry Giscard d’Estaing, déjà ouvertes et consultées par plusieurs historiens de la vie universitaire34. Au-delà de ces lacunes, se dessinent quelques questions de recherche pour l’avenir.

Des questions pour l’avenir

20Rechercher les articulations entre cette période de mutations intenses et le temps long de l’histoire universitaire francilienne était l’un des choix forts du comité d’organisation du colloque dont ce livre est issu. Ce pari a été tenu. La moisson est belle. Le plus spectaculaire dans ce livre est le temps long de la genèse d’Orsay (voir la contribution d’Ana bela de Araujo). Des idées en ce sens jaillissent dans l’entre-deux-guerres et les repérages d’Irène Joliot-Curie sur le terrain datent de la période de l’Occupation allemande. On pourrait citer d’autres exemples. J’en prendrai deux. La relation entre l’université et le paysage urbain ou rural qui l’environne commence à être pensée à partir de 1909 (voir la contribution de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel). L’arrivée du théâtre parmi les enseignements universitaires et la présence du théâtre contemporain comme objet de recherche correspondent elles aussi à un processus dont une partie est antérieure à 68, grâce au mécanisme de la création des instituts d’université, même s’ils s’insèrent dans un ensemble figé (voir la contribution de Stéphanie Méchine et Ève-Marie Rollinat Levasseur). Il en va de même pour les études sur l’architecture (voir les contributions de Franck Delorme et de Géraud Kerhuel).

  • 35 C. Riveline, « De l’urgence en gestion », Gérer et Comprendre, mars 1991, p. 82-92.

21Du coup, et en contrepartie, il faut aussi insister sur la dimension de l’urgence35, présente dans deux contributions sur trois, qui émerge encore plus qu’on ne pouvait le penser jusqu’ici. On la trouve avant 68 : en particulier dans la genèse des plans d’architecture, dans les constructions universitaires elles-mêmes. On la trouve après 68 : le redécoupage de la Sorbonne, les rapports entre le ministère de l’Éducation nationale et tous les autres ministères qui influent sur l’enseignement supérieur, la politique des guichets souvent menée par l’État face aux demandes des universités et des universitaires qui sollicitent des crédits, des postes, des locaux et des habilitations aux diplômes nationaux, la politique budgétaire (sous Jean-Pierre Soisson), et bien sûr les préfabriqués, tout cela est marqué au sceau de l’urgence. L’urgence devient une dimension constitutive, avec des conséquences très durables.

  • 36 P. Fridenson, « La politique universitaire depuis 1968 », Le Mouvement Social, no 233, octobre-déc (...)

22Au-delà de cette nécessaire prise en compte de l’urgence, y a-t-il eu un effet 68 sur l’espace universitaire francilien36 ? Les positions qui apparaissent dans les contributions sont très différentes et je n’ai pas la prétention de trancher. Quatre interprétations sont en présence : rien n’a changé ou très peu ; il y a eu une crise ; un événement s’est produit ; un mouvement social s’est réalisé. La nature de 68 est en tout cas un débat qui reste ouvert pour le devenir de l’Université de Paris. Avec deux éléments : qu’il y ait eu crise pour l’institution est sûr – mais avec quels résultats et quelle étendue des transformations ? La discussion doit continuer. Le colloque a donné un exemple des deux positions possibles : dans son intervention orale, Emmanuelle Picard a souligné le poids persistant des disciplines chez les universitaires, et on sait que la conscience d’établissement dans Paris même a alors du mal à s’épanouir face aux logiques facultaires rémanentes ; inversement, l’intervention de Guy Briot et Charles Soulié sur les personnels BIATOSS de Paris VIII a montré chez ces personnels une forte conscience d’établissement alors qu’avant 1968 leurs prédécesseurs se définissaient d’abord comme membres de professions d’État.

  • 37 P. Benoist, Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT), Paris, Classiques Garn (...)
  • 38 C. Mercier, Autonomie, autonomies…, op. cit., p. 31.

23Les relations entre province et Paris sont un des fils conducteurs de ce volume. Sur Paris intra-muros on compte un seul IUT, avenue de Versailles, détaché des implantations universitaires, alors que les IUT, au terme d’une gestation de trois ans qui vient d’être étudiée par la recherche de Pierre Benoist37, ont été créés à partir de 1966 et sont très présents en province. À Paris, le technologique et le professionnel sont alors l’apanage d’écoles privées ou d’écoles consulaires, celles de la chambre de commerce et d’industrie, ou d’écoles de la Ville de Paris. Armand Frémont, en sa triple qualité de provincial, de géographe et de grand administrateur de l’Éducation nationale comme de la DATAR, l’a dit lors de la table ronde de ce colloque : « Tout est plus difficile à Paris. » Mais là n’est pas le seul message de ce volume. Il montre aussi l’émancipation d’une bonne partie des universités de province par rapport à la domination de Paris. La table ronde a mis en évidence deux réussites en la matière : Strasbourg et Grenoble. Mais il y a eu aussi des échecs, et il va falloir en rendre compte. Ce rapport Province-Paris qui est en train de changer est une des origines de la création de la Conférence des présidents d’université en 1971. Les initiateurs de cette innovation institutionnelle sont en 1970, séparément, deux provinciaux, Michel Devèze (Reims) et Louis Lareng (Toulouse III), qui se rejoignent et bénéficient de l’impulsion d’un Parisien, Michel Alliot38. Quand le ministre Olivier Guichard accepte sa création, la Conférence décide que son premier vice-président (car le président est alors le ministre) sera un provincial une année sur deux, et cette règle a été respectée, même quand le mandat est passé à deux ans. On est loin de ce qui se passait, pour les recrutements et les carrières des enseignants-chercheurs, au Comité consultatif des universités où chaque ordre d’enseignement était présidé par le doyen d’une faculté parisienne. Ce monopole est rompu. On a ainsi un Paris qui se réoriente face à une province qui se réoriente. Ceci se répercute sur les stratégies de carrière de la fraction mobile des maîtres de conférences et professeurs. Aux traditionnelles trajectoires des Parisiens partant pour être promus en province afin de mieux revenir et de la fraction des provinciaux qui voit dans l’élection à Paris le couronnement de la carrière s’ajoutent deux autres types de mobilité, qu’il faudrait quantifier : de la province à la périphérie (petite couronne) puis, pour quelques-uns, à Paris centre ; les départs volontaires du centre vers la périphérie avec les universités nouvelles : Ricœur et d’autres à Nanterre (Charles Mercier), Orsay, et bien entendu Vincennes (sans oublier Créteil et Villetaneuse).

24L’espace, les bâtiments, la partition des locaux après 68, le caractère multisites de nombre d’entre eux (tel Paris XII), le desserrement, la dilatation des implantations, bref l’Université dans la ville, sont un des points très forts de ce livre. Avec des questions en retour : le rôle propre des architectes par rapport aux ministères et aux universitaires (voir la contribution d’Éléonore Marantz), les rapports avec les bibliothèques (voir la contribution de Daniel Renoult) ; un espace vécu, qui n’est pas seulement une réarticulation petite couronne-centre, mais devient un ensemble différencié de potentiels de formation et de recherche. Il y a place pour une indispensable histoire du foncier universitaire francilien (voir la contribution de Christian Hottin).

  • 39 C. Gaubert et M.-P. Pouly, « Transformations morphologiques et mobilisations disciplinaires. Les e (...)
  • 40 Cf. M. Rebérioux, entretien avec M. Riglet, 2001 †, accessible en ligne dans la série « Paroles d’ (...)

25Le livre pose aussi de nouvelles questions sur les étudiants et les enseignants, qu’il y avantage à penser ensemble, comme l’ont montré deux sociologues dans un article fort suggestif sur l’Institut d’anglais39. Sur les étudiants, qu’une bonne partie des travaux disponibles pour cette période dit dominés par la reproduction sociale, l’article des géographes Myriam Baron et Leïla Frouillou consacré aux étudiants de droit et d’AES a, au contraire, mis en relief l’autonomie des choix d’établissement et de discipline d’une fraction d’entre eux à l’échelle de l’Île-de-France. La communication de Marina Marchal sur Tolbiac et l’article qui vient d’être cité sur l’Institut d’anglais ont fait valoir comment les luttes étudiantes sont le révélateur et l’occasion d’usages des implantations et des constructions qui n’avaient pas été anticipés par les pouvoirs publics, les architectes et les universitaires. Une telle analyse pourrait être étendue à deux autres lieux symboliques apparus dans les années 1960 : Jussieu et, à droite, Assas. Certes on n’a pas vu les échecs, les abandons, l’acuité des problèmes de logement et déjà de santé. Cependant on ne peut qu’être frappé par les évolutions en cours. Il en va ainsi de l’anglais, « peu visible symboliquement mais qui regroupe dans les années 1960 un cinquième des étudiants de lettres », permettant une ouverture du recrutement social des étudiants, une féminisation plus prononcée qu’en province et « une politisation antérieure et extérieure à l’univers académique ». L’implantation d’une nouvelle spécialité : la linguistique contribue à un ébranlement croissant (on dit alors : « Le vent de la linguistique souffle à gauche »). La recherche sur l’Institut d’anglais souligne aussi « la forte interdépendance entre les luttes étudiantes et les luttes des enseignants de statut subalterne », facilitée par la « rupture des équilibres du corps professoral » et appuyée par « des alliances entre professeurs, assistants et étudiants ». Cette interdépendance se traduit dans l’essor d’un « tropisme pédagogique et réformiste ». Une telle problématique mériterait d’être appliquée à d’autres disciplines. L’évolution de la sociologie, de la démographie, de la hiérarchie et des spécialisations des universitaires franciliens est assurément une question d’avenir, de même que celle de leur politisation antérieure. On commence ainsi à voir que l’expérience de la Résistance n’est pas à elle seule un facteur discriminant entre les plus anciens d’entre eux, qu’il y a de grandes différences au sein des universitaires communistes parisiens, mais que la participation aux actions contre la guerre d’Algérie a le plus souvent constitué un tremplin vers la contestation ou la volonté de changement40.

  • 41 Ainsi le 30 juin 1970 dans la déclaration de candidature de Michel Alliot à la présidence de l’ass (...)

26À quoi servent les universités franciliennes dans cette période ? Les contributions ici rassemblées montrent qu’avant comme après 1968 nombre de leurs membres ne se bornent pas à accueillir les flux de jeunes et à transmettre des savoirs et des méthodes (fonctions dont je ne minimise pas la difficulté). On voit apparaître ici des formations professionnalisantes et là un souci d’insertion41. L’université est aussi un lieu de création de domaines de recherche : le théâtre à la Sorbonne, certaines spécialités scientifiques à Orsay, la médecine (médecine légale, UER Recherche). La volonté de contribuer au renouveau de la culture est bien réelle.

  • 42 Le questionnaire et les réponses sont publiés dans Enquêtes et documents relatifs à l’enseignement (...)
  • 43 Un indice est son émergence dans les publications syndicales du SNESup et du SGEN à partir de 1967
  • 44 P. Vidal-Naquet et A. Schnapp, Journal de la Commune étudiante, 2e éd., Paris, Le Seuil, 1988.
  • 45 C. Mercier, Autonomie, autonomies, op. cit., p. 74-82.

27Ce livre incite aussi à poursuivre des recherches sur l’enracinement de l’idée d’autonomie chez les universitaires et les autres parties prenantes de l’Île-de-France. Au plan national, on sait maintenant que le ministre de l’Instruction publique Jules Ferry avait adressé en 1883 aux soixante-quatre doyens des facultés de France une enquête qui comportait la question suivante : « VI – Quel serait le chef de l’Université ? – Que faudrait-il penser d’un chef élu et annuel qui pourrait être appelé président de l’Université ? – Comment serait-il nommé ? – Quelles seraient ses attributions ? Du rôle du président par rapport au Conseil42 ? » Mais, en 1956, au premier colloque de Caen, le principe de responsables élus n’est pas mentionné dans le discours de Pierre Mendès-France qui en livre les conclusions. Et l’autonomie est, de toute évidence, une question beaucoup plus large, et aussi une thématique ancienne dans d’autres pays. Il faudrait voir comment elle remonte au premier plan entre Caen et 6843. Au plan francilien, il serait souhaitable d’examiner comment, après les proclamations autonomistes parisiennes de mai-juin 196844, et en dehors des deux centres universitaires expérimentaux, l’autonomie s’exerce dans la reconstruction du cadre des enseignements, la création de formations non encore labellisées, l’accès des non-bacheliers, les débuts de la formation permanente. Cela permettrait aussi, à partir de 1971, de cerner les bases franciliennes de l’orientation de la majorité de la Conférence des présidents en faveur de l’association des universités à la définition de la politique universitaire, comme cela a été fait par Charles Mercier pour Nanterre45. Une telle recherche impliquerait aussi de mesurer l’évolution de la marge de manœuvre effective des universités franciliennes par rapport aux cadres et pratiques de l’État, ainsi que celle de la volonté de l’État en la matière. Le vif débat qui a eu lieu pendant le colloque entre deux acteurs : Antoine Prost et Jean-Yves Mérindol a mis en évidence deux attitudes différentes de l’État face aux établissements dans les années 1970. Mérindol, analysant l’histoire de l’université Strasbourg I, montre un État qui accepte l’autonomie. Prost témoigne des pratiques d’un État interventionniste et politisé : il dissuade un candidat à l’élection à la présidence de l’université d’Orléans parce qu’il n’est pas de son bord. Enfin, au niveau francilien, il serait nécessaire d’analyser de près comment l’existence d’un cadre de diplômes nationaux et de critères nationaux pour la répartition des moyens, voire de la sectorisation des inscriptions étudiantes en Île-de-France (supprimée pour le seul droit en 1977 et pour l’ensemble des inscriptions en 2009), est allée de pair avec le développement d’une concurrence entre les universités de Paris intra-muros. Les cartes de l’article de Christian Hottin en donnent une illustration. Là est sans doute la conséquence véritable du redécoupage des universités franciliennes et de l’autonomie accordée par la loi Faure : ce n’est pas chaque établissement à l’abri dans sa forteresse, c’est chacun se battant face aux autres.

*

28Pour conclure, je voudrais inviter les lecteurs à dépasser les sentiments spontanés si courants aujourd’hui sur les mutations de cette époque en prenant connaissance ci-dessous de trois témoignages de personnes ayant eu des responsabilités de niveau différent.

29Le premier concerne directement les universités franciliennes et est, à chaud, celui de l’inspecteur des Finances Jacques de Chalendar, haut fonctionnaire saisi par mai 68, devenu conseiller technique au cabinet de François-Xavier Ortoli, puis surtout d’Edgar Faure. Six mois après l’éviction d’Edgar Faure, il donne sa vision du présent et de l’avenir de l’espace universitaire francilien :

  • 46 J. de Chalendar, « La loi d’orientation », art. cit., p. 46. J. de Chalendar est décédé le 10 janv (...)

« Les forces conservatrices ou réactionnaires semblent s’être réveillées depuis. Si les scientifiques se retrouvaient définitivement sur l’Aventin, et les juristes sur le Quirinal, il deviendrait très difficile de procéder à l’indispensable rénovation des enseignements de lettres et de sciences humaines, et donc de la formation des futurs professeurs. Ce ne serait pas seulement renoncer à appliquer la loi d’orientation, ce serait aussi compromettre la réforme des enseignements du second degré et même du premier degré. Il est clair que la restructuration des enseignements supérieurs parisiens heurtera des traditions respectables, des habitudes qui le sont moins et peut-être, quelquefois, des intérêts qui ne le sont pas. Il est clair que toute solution comportera une part d’arbitraire. Il faudra bien pourtant en arrêter une. Celle-ci semble devoir être recherchée dans la constitution d’un “réseau” qui combinerait, pour l’ensemble de la région parisienne :
– la création d’un assez grand nombre d’universités, associant dans des zones géographiques déterminées des unités (existantes ou à créer) relevant de disciplines différentes et offrant aux habitants de ces zones un enseignement aussi complet que possible pour les deux premiers cycles ; la répartition des troisièmes cycles faisant l’objet de conventions entre ces universités ;
– une coordination horizontale entre UER de mêmes disciplines ou de disciplines voisines, quelles que soient les universités de rattachement, pour mettre au point ces conventions, définir la répartition des bibliothèques spécialisées et des laboratoires de recherche, et déterminer les conditions dans lesquelles enseignants et étudiants d’une université seront associés aux troisièmes cycles des autres. Toute solution “valable” suppose une vision prospective de ce que seront demain les besoins réels des étudiants dans une agglomération qui s’étendra jusqu’à Fontainebleau, Rambouillet, Mantes et Chantilly. Refuser de regarder le problème en face, retarder les constructions nécessaires et la répartition géographique des UER, refuser de dessiner dès maintenant, même avec un risque d’erreur, la carte des nouvelles universités de la région parisienne, serait faire la politique de l’autruche46. »

30En lisant ces lignes aujourd’hui, on est frappé par la perception de l’enjeu d’une formation universitaire de tous les enseignants, par la complexité des solutions coopératives envisagées en matière de recherche et par la lucidité sur les besoins de nouvelles implantations universitaires.

31Les second et troisième témoignages sont plus tardifs et soulignent que cette période remuante de l’histoire de l’enseignement supérieur francilien a pu être l’occasion de convergences inattendues entre des acteurs qu’a priori tout séparait. Je reviendrai ici d’abord sur le témoignage du recteur de Paris Robert Mallet en 1990. Voici comment il évoque les conclusions qu’il tira dix ans plus tôt, en 1980, lors de son limogeage sans préavis par la ministre des Universités, Alice Saunier-Seïté :

  • 47 « Entretien avec Robert Mallet », op. cit., p. 24.

« J’eus à exprimer le fond de ma pensée : “L’administration est une maison commune. Parce que nous en sommes les habitants, c’est à nous de la transformer de l’intérieur afin d’éviter les coups de boutoir de l’extérieur qui finiraient par la détruire.” On put alors m’accuser d’être un contestataire de l’État. On se trompait profondément car l’État devrait être le premier à se contester s’il veut préparer le futur47. »

32N’est-on pas ici très près d’un autre témoignage auquel je reviens maintenant, celui de Marie-Noëlle Thibault ?

  • 48 M.-N. Thibault, « Et j’ai fini en écrivant… », op. cit., p. 7-8.

« Maintenant on vient nous parler d’autonomie des universités. Vincennes était autonome. Alice Saunier-Seïté et Giscard d’Estaing n’ont eu de cesse qu’elle rentre dans le droit commun et qu’elle abandonne l’autonomie. Aujourd’hui, on ne se rend pas compte à quel point c’était casser un certain nombre de cadres. C’était une Fac ouverte très tard le soir pour permettre aux salariés de venir, ce dont toutes les autres Facs se foutaient totalement. On soignait les cursus de façon à ce que les gens qui ne venaient que le soir puissent faire leurs études intégralement. Ce qui posait des contraintes considérables pour les enseignants. On ne s’en rend pas compte, mais la Fac a été faite avec des gens qui étaient prêts à renoncer à tous leurs privilèges d’enseignants du Supérieur. Personne n’en parle. Les calculs des heures n’étaient plus faits de la même manière. Les enseignants mettaient les heures de cours en commun et se les répartissaient indépendamment de leur grade. C’est impensable aujourd’hui ! Il n’y avait aucune différence selon les grades universitaires entre les assistants ou les professeurs titulaires de chaire : ils faisaient le même type d’enseignement, ils avaient le même type de rapport avec les étudiants, il n’y avait aucun rapport d’autorité. À l’intérieur des collectifs enseignants, tout était débattu collectivement, aussi bien les programmes que les méthodes pédagogiques, que les horaires. […]. C’était la seule Fac où les enseignants avaient des rapports personnalisés avec leurs étudiants et restaient très longtemps avec eux, comme dans les Facs américaines, paraît-il. À Vincennes, on avait des moyens extraordinairement limités, mais on faisait des heures de présence très importantes qui n’ont jamais été comptées. Il n’y a jamais eu d’heures supplémentaires dans cette période-là, on se considérait comme des gens payés au mois48. »

33Voilà un autre des messages que l’historien découvre dans cette période. La capacité à se mobiliser pour le changement lorsqu’il en vaut la peine.

Notes

1 B. Larroutourou, Rapport sur l’immobilier universitaire parisien, 5 octobre 2009, et Pour rénover l’enseignement supérieur parisien. Rapport final à Madame la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 10 février 2010. Tous deux accessibles en ligne sur le site du ministère : [www.enseignementsup-recherche.gouv.fr].

2 M.-N. Thibault, « Et j’ai fini en écrivant des romans policiers » (propos recueillis par P.-V. Cresceri et S. Gatti), in De mai 1968 à…, Montreuil, La Parole errante, 2008, p. 14.

3 R. Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990.

4 Voir aussi P. Lamard et Y.-C. Lequin, La technologie entre à l’université : Compiègne, Sevenans, Belfort-Montbéliard, Belfort, Pôle éditorial UTBM, 2006.

5 A. Touraine, Le mouvement de mai ou le communisme utopique, Paris, Le Seuil, 1969, p. 87. Les archives d’Alain Touraine sont déposées aux Archives de l’EHESS.

6 R. Faucherre, Atypie-Utopie. Vincennes, naissance d’une université, mai 1968-janvier 1969, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Paris VII, 1992, non paginé. Sur Antoine Culioli, cf. « Entretien avec Antoine Culioli », 7 à dire, mai 1990, p. 9-11.

7 A. Prost, « Edgar Faure et la loi d’orientation », B. Poucet et D. Valence (dir.), La loi Edgar Faure. Réformer l’université après 1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

8 Sources : J. de Chalendar, Une loi pour l’université, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, p. 193 ; J. de Chalendar, « La loi d’orientation. La désignation des nouvelles universités (suite) », Études, janvier 1970, p. 21-48 ; J. de Chalendar, Une vie passionnée, itinéraires et rencontres, Mesnil-sur-L’Estrée, Firmin-Didot, 2011. Je remercie Antoine Prost de la seconde référence. Sur l’action du ministère Faure face notamment au rôle de frein de Matignon, cf. A. Desvignes, « La rupture de la loi Faure de 1968 », J.-N. Luc, S. Méchine et E. Picard (dir.), Les archives universitaires. De nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche, Paris, Éditions du Centre d’histoire du XIXe siècle, 2014, p. 33-40, en particulier p. 38-40.

9 B. Poucet, « Robert Mallet. Un poète aux commandes de deux rectorats », J.-F. Condette (dir.), Les recteurs. Deux siècles d’engagements pour l’École, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 195.

10 N. Beau, « Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, critique de la science », La Recherche, no 292, novembre 1996, p. 22.

11 M.-O. Déplaude, « Instituer la “sélection” dans les facultés de médecine : genèse et mise en oeuvre du numerus clausus de médecine dans les années 68 », Revue d’histoire de la protection sociale, no 2, mars 2010, p. 78-100 et La hantise du nombre. Une histoire des numerus clausus de médecine, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

12 Témoignage de R. Barralis, non publié.

13 A. Prost, Du changement dans l’éducation. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2013, p. 183-184.

14 J.-R. Cytermann, « Le rapprochement universités-organismes de recherche : un processus incrémental », T. Chevaillier et C. Musselin (dir.), Réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui. L’enseignement supérieur recomposé, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 142.

15 Le récent ouvrage collectif de D. Kévonian et G. Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ne couvre pas notre période.

16 Archives de l’OTAN, Bruxelles, AC/52-WP/21, Comité de l’information et des relations culturelles, Programme OTAN de bourses de recherche et d’études pour 1957-1958, projet de rapport au Conseil, 15 juin 1956.

17 B. Mazon, Aux origines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Le rôle du mécénat américain (1920-1960), Paris, Éditions du Cerf, 1988. P. Lewis, « Clemens Heller, 85, Founder of Postwar Salzburg Seminar », New York Times, September 6, 2002 (avec cependant une erreur sur la date de création de la MSH).

18 P. Fridenson, « Michel Alliot (1924-2014), résistant, juriste, réformateur », [lemonde.fr], 24 février 2014.

19 Outre les archives des universités et du rectorat, voir celles du ministère : Archives nationales (AN), 19950174, art. 16-20 et 20-26.

20 « La loi d’orientation. La désignation des nouvelles universités (suite) », art. cit., p. 33-46.

21 Ibid., p. 22.

22 Ibid., p. 43.

23 Ibid., p. 42.

24 F. Bourillonet al. (dir.), Aux origines de l’UPEC. 40 ans de réussites universitaires en banlieue est, Créteil, UPEC, 2011, et J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir.), Paris XIII. Histoire d’une université en banlieue, Paris, Berg International, 2012.

25 R. Mallet a versé ses archives à la bibliothèque de l’université d’Amiens (où B. Poucet a été le premier à consulter celles qui portent sur ses fonctions de recteur de Paris) et son journal à la bibliothèque municipale d’Abbeville (mais il est inconsultable jusqu’en 2032). « Entretien avec Robert Mallet », 7 à dire, mai 1990, p. 5-8 et 23-24. Voir aussi le documentaire de Joëlle Novic, « Robert Mallet ou la traversée du XXe siècle », diffusé sur France 3 en novembre 2014. B. Poucet, « Robert Mallet… », art. cit., notamment p. 194-196 et 198.

26 Sur la nomination de J. Roche, Journal Officiel, 7 juin 1969, p. 5671 (en ligne). Sur celle de R. Mallet, Journal Officiel, 31 mai 1969, p. 5409 (cette partie de ce JO n’est pas en ligne et je remercie les archivistes du rectorat de Paris pour leur recherche).

27 Pour J. Dehaussy, décret du 9 juin 1969, Journal Officiel, 10 juin 1969, p. 5752. Je n’ai pas retrouvé le texte correspondant pour J. Bompaire, mais il doit être postérieur d’un jour ou deux.

28 M. Stern, « Le recteur de Paris des années 1970 aux années 2000. Un recteur spécifique », in J.-F. Condette (dir.), Les recteurs…, op. cit., p. 207.

29 M. Stern, « Le recteur de Paris », art. cit., p. 206, qui n’a pas eu connaissance du témoignage de R. Mallet en 1990, voit d’autres inspirateurs à cette décision.

30 Il avait auparavant été directeur général de l’Enseignement supérieur, nommé à l’été 1968 sur la suggestion du Premier ministre, qui le connaissait personnellement. C. Mercier, Autonomie, autonomies. René Rémond et la politique universitaire aux lendemains de mai 1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 26.

31 Ancien doyen de la faculté des Sciences de Clermont-Ferrand, chargé de mission pour l’université technologique de Paris-Nord par Edgar Faure puis premier président de l’université de Paris XIII (1970-1972).

32 C. Mercier, Autonomie, autonomies…, op. cit., p. 225-236.

33 AN, 19830569/1-19830569/6, AT 555-AT 560.

34 J.-P. Soisson, Hors des sentiers battus. Chroniques d’une vie politique 1962-2012, Paris, Éd. de Fallois, 2015, p. 63-83.

35 C. Riveline, « De l’urgence en gestion », Gérer et Comprendre, mars 1991, p. 82-92.

36 P. Fridenson, « La politique universitaire depuis 1968 », Le Mouvement Social, no 233, octobre-décembre 2010, p. 47-48.

37 P. Benoist, Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT), Paris, Classiques Garnier, 2016.

38 C. Mercier, Autonomie, autonomies…, op. cit., p. 31.

39 C. Gaubert et M.-P. Pouly, « Transformations morphologiques et mobilisations disciplinaires. Les enseignants et étudiants de l’Institut d’anglais de la Sorbonne en 1968 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 194, septembre 2012, p. 78-97.

40 Cf. M. Rebérioux, entretien avec M. Riglet, 2001 †, accessible en ligne dans la série « Paroles d’historiens » sur [ina.fr].

41 Ainsi le 30 juin 1970 dans la déclaration de candidature de Michel Alliot à la présidence de l’assemblée constitutive de l’université Paris VII faite en accord avec les membres de son équipe. Projet de procès-verbal, p. 5 [http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/archivesP7/PV_ass_provisoire_19700630.pdf].

42 Le questionnaire et les réponses sont publiés dans Enquêtes et documents relatifs à l’enseignement supérieur, t. 16, Paris, Imprimerie nationale, 1906. Le questionnaire seul est accessible en ligne sur [http://blog.educpros.fr/romain-pierronnet/2012/01/07/un-texte-de-jules-ferry-sur-lenseignementsuperieur-et-les-universites-1883/]. Je remercie Jean-Yves Mérindol d’avoir attiré mon attention sur ce sujet. Voir L. Legrand, Les universités françaises et l’opinion, Paris, A. Picard et fils, 1893, p. 34 ; G. D. Weisz, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton University Press, 2e éd., 2014, p. 133-137, qui nuance les vues classiques d’A. Prost sur ce point ; A. Gleyze, Concentration et déconcentration dans l’organisation des bibliothèques universitaires de province (1855-1985), thèse de doctorat de sciences de l’information et de la communication, université Lyon II, 1999.

43 Un indice est son émergence dans les publications syndicales du SNESup et du SGEN à partir de 1967.

44 P. Vidal-Naquet et A. Schnapp, Journal de la Commune étudiante, 2e éd., Paris, Le Seuil, 1988.

45 C. Mercier, Autonomie, autonomies, op. cit., p. 74-82.

46 J. de Chalendar, « La loi d’orientation », art. cit., p. 46. J. de Chalendar est décédé le 10 janvier 2015.

47 « Entretien avec Robert Mallet », op. cit., p. 24.

48 M.-N. Thibault, « Et j’ai fini en écrivant… », op. cit., p. 7-8.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site