Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Troisième partie. La nouvelle division du travail universitaire : lieux, espaces, disciplines

La structuration du paysage universitaire parisien

Ce que disent les représentations et les parcours étudiants

Myriam Baron et Leïla Frouillou

Texte intégral

  • 1 De mai 2011 à janvier 2014, on comptait ainsi 59 étudiants enquêtés, principalement en Droit et en (...)
  • 2 Elles constituent des illustrations des « relations que les locuteurs ont nouées ou nouent avec ce (...)

1Se référer à la Sorbonne et au Quartier latin pour parler de l’université Paris I, tout comme évoquer la période vincennoise pour l’université Paris VIII, peut constituer des clés de lecture des tensions et complémentarités entre établissements issus de l’éclatement de l’Université de Paris en 1970. C’est ainsi que les représentations du paysage universitaire, qui peuvent être déduites d’entretiens actuels1 avec des étudiants franciliens, sont multiples et riches d’enseignements2. Les universités extra-muros sont en effet presque invisibles dans les perceptions de la plupart des étudiants étrangers, extra-franciliens ou encore parisiens (figures 1a et 1b). Ces dernières sont ainsi marquées par des déformations et excroissances : l’analyse des représentations que les étudiants ont du paysage universitaire est finalement caractérisée par sa très grande simplification.

2Ces représentations brossées à grands traits invitent à mettre en regard, à articuler les décisions prises depuis les années 1950-1960 et les pratiques développées par les étudiants d’aujourd’hui. Pourquoi raisonner à partir des représentations et des parcours étudiants alors que les établissements universitaires sont souvent envisagés sous l’angle des politiques d’aménagement du territoire ?

  • 3 Voir également une étude récente centrée sur trois universités franciliennes : N. Amrous, L. Gruel(...)

3Malgré la création de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) en 1989 et des observatoires au sein des universités dans la seconde moitié des années 1990, on dispose de peu d’éléments sur les pratiques des étudiants en lien avec les représentations de leurs parcours de formation et des établissements auxquels ils peuvent avoir accès. L’intérêt des observatoires s’est essentiellement porté sur les conditions d’étude et sur les conditions de vie des étudiants à l’image d’une des dernières livraisons de l’OVE à l’automne 2013 intitulée « comment vivent les étudiants en 20133 ? ».

Figure 1a. – Quand la France se déforme en fonction…

Figure 1b. – Quelques visions étudiantes du paysage universitaire français.

  • 4 On se reportera au no 143 des Cahiers de l’IAURIF portant sur les universités franciliennes (2005) (...)
  • 5 A. Choplin et M. Delage, « Mobilités et espaces de vie des étudiants de l’Est francilien : des pro (...)

4Plus récemment, des études ont montré l’importance de la proximité et de l’accessibilité des établissements dans les choix d’inscription des étudiants franciliens4 ; d’autres se sont interrogées sur les pratiques spatiales des étudiants inscrits dans une université de grande couronne comme Marne-la-Vallée5. Quels liens établir alors entre ces représentations et les dynamiques qui ont traversé le paysage universitaire francilien faites d’étalement, d’oppositions centre-périphéries et bien entendu de polycentrisme ?

Structurations et articulations du paysage universitaire francilien

  • 6 On consultera le site de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) p (...)
  • 7 Il s’agit – en suivant les dénominations et typographies de mai 2014 – des universités Paris I – P (...)
  • 8 Lors de la séance du 24 janvier 2011 du séminaire « Universités et Territoires » organisé par le L (...)

5La première chose à rappeler concerne l’importance de la concentration des « populations universitaires » – au premier rang desquels figurent les étudiants – dans l’aire urbaine francilienne6. Car l’agglomération parisienne concentre plus de 11,5 millions d’habitants – soit environ 18 % de l’ensemble de la population urbaine métropolitaine et regroupe 21 % de l’ensemble des quelque 1,2 million d’étudiants inscrits à l’Université en France. Depuis les années 1990, les étudiants se répartissent dans seize universités7 là où l’agglomération lyonnaise, comme celles de Toulouse, Marseille ou encore Bordeaux n’en comptaient récemment que trois. À quoi renvoie finalement une telle concentration d’établissements ? Ne fait-elle échos qu’au nombre très élevé d’étudiants ? C’est le sens du témoignage d’Armand Frémont8 : durant ces années, le nombre de nouveaux inscrits à l’Université pour l’ensemble du territoire français correspondait aux effectifs d’une à deux universités « moyennes » ! Même si les années 1980-1990 marquent l’entrée dans l’ère de « l’Université millionnaire », on ne peut en rester là.

Desserrements des établissements, concentration des étudiants

  • 9 Cf. T. Saint-Julien et R. Le Goix (dir.), La métropole parisienne. Centralités, inégalités, proxim (...)
  • 10 Au milieu des années 2000, les universités du centre de l’agglomération rassemblaient près de 55 % (...)

6La présence des universités dit également beaucoup de l’évolution de la répartition de la population dans l’ensemble de l’agglomération. La métropole parisienne est en effet caractérisée par un étalement remarquable, traduit par une homogénéisation des densités de population entre les arrondissements parisiens et les communes des départements de la petite couronne. La majorité de la population « parisienne » réside aujourd’hui en banlieue, alors qu’à la fin du XIXe siècle 80 % des Parisiens vivaient dans un des vingt arrondissements de ce qui constitue maintenant le centre de l’agglomération. Cette inversion dans la répartition des populations résidentes a contribué à réinterroger la structuration et le fonctionnement de la métropole, en particulier la structuration du système universitaire francilien9. Même si les localisations des universités ne se sont pas déconcentrées aussi rapidement que la population dans l’agglomération, force est de constater que, depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, plus de la moitié des établissements est située hors du périmètre de Paris intra-muros. Toutefois, le nombre d’étudiants inscrits dans l’ensemble des universités de banlieue reste bien inférieur à celui que totalisent les sept universités de Paris intra-muros10. Ces différentiels de concentrations estudiantines renvoient bien entendu aux dates plus récentes d’implantation des établissements universitaires en banlieue, notamment pour les universités implantées dans les villes nouvelles au début des années 1990. Ils traduisent également la finalité plutôt professionnelle des formations délivrées dans les universités des villes nouvelles (figure 2). Ces différentiels sont enfin marqués par les caractéristiques des étudiants inscrits dans les universités de banlieue, davantage issus de milieux modestes, plus souvent titulaires de baccalauréats technologiques et professionnels. Le paysage universitaire francilien des années 2000 est finalement caractérisé par des tailles d’établissement apparemment différentes, des caractéristiques sociales et scolaires des populations étudiantes qui les fréquentent renvoyant pour partie à des phénomènes de ségrégation socio-spatiale et des offres de formation aux identités très variées. En quoi ces premiers rappels et constats permettent-ils de questionner les pratiques étudiantes ?

Figure 2. – Caractéristiques des universités franciliennes et circulations étudiantes.

Les circulations étudiantes : caractéristiques et limites

  • 11 Les mobilités étudiantes en cours d’étude entre les universités franciliennes dessinent des « sous (...)
  • 12 M. Baron et S. Berroir, « Paris et le système universitaire français : mythe et réalités », Annale (...)

7Les rapports entre ces établissements universitaires peuvent aussi être analysés du point de vue des mobilités étudiantes en cours de formation. Ces dernières donnent à voir un réseau d’établissements franciliens plutôt fragmenté (figure 2)11. Ces déplacements renvoient en partie aux spécialisations des établissements, consécutives aux reconfigurations du paysage universitaire francilien suite à l’application de la loi Faure et du décret Guichard. Ils soulignent surtout l’originalité de la place parisienne dans les circulations étudiantes liées aux formations : possibilités d’évitements de plus en plus nombreuses pour les étudiants de province se combinant aux comportements presque autarciques de leurs homologues parisiens contribuant à définir un « isolat » universitaire12.

Figure 3. – Accessibilités des universités franciliennes pour la licence AES.

8Or, ces pratiques sont révélées uniquement à partir des remontées d’informations statistiques des établissements, reposant sur les inscriptions des étudiants. Certes le traitement de ces informations est précieux dans la mesure où il rend compte du fonctionnement du système universitaire francilien. Mais il y a peu d’éléments susceptibles d’éclairer les choix des étudiants : parcours de formation et établissements auxquels ils peuvent avoir accès. La localisation des sites offrant une formation comparable en Droit ou AES par exemple génère des zones d’accessibilité en transport en commun qui illustrent bien l’avantage du centre (Paris I et Paris II) dans un réseau organisé en étoile (figure 3). Le critère de « proximité », mobilisé par les étudiants dans leurs arbitrages universitaires, est alors confronté avec la centralité et la renommée de certains établissements parisiens. Il y a finalement peu de chose sur les représentations que se font les étudiants des établissements franciliens, sur leurs connaissances de ce paysage extrêmement dense qui offre de très nombreuses opportunités et sur la manière dont évoluent celles-ci en cours de formation voire à l’occasion d’une réorientation. Ce qui conduit à s’intéresser aux spatialités et aux temporalités de formation telles qu’elles apparaissent dans les discours des étudiants.

Spatialités et temporalités de formation des étudiants… en Droit et AES

  • 13 Au sens de « représentation sociale partagée, provisoire et localisée, associée à un nom et issue (...)
  • 14 A. Henriot-van Zanten, Choisir son école : stratégies familiales et médiations locales, Paris, Fra (...)
  • 15 G. Felouzis et J. Perroton, « Les “marchés scolaires” : une analyse en termes d’économie de la qua (...)

9La façon dont les étudiants placent les différents établissements dans le paysage régional, national voire international, renvoie souvent à la « réputation13 ». Cette dernière résulte le plus souvent d’informations glanées sur internet, d’expériences d’amis ou de membres de la famille. Ces mécanismes, au cœur des arbitrages universitaires, correspondent aux « réseaux de jugement » identifiés dans les choix scolaires14. Le rôle des réputations dans les arbitrages universitaires renvoie aux travaux sur les « quasi-marchés scolaires », où la parole d’experts, les politiques d’image des établissements et les réseaux de parents remplacent l’information nécessaire au choix. Or, toutes les familles n’ont pas les mêmes critères de jugement, ni surtout la même capacité à activer ces réseaux d’information15. Les représentations étudiantes doivent ainsi être lues au prisme de la trajectoire des enquêtés. Ces représentations font notamment jouer l’origine sociale, l’expérience amicale et familiale en termes d’études supérieures, la localisation résidentielle de l’enquêté, etc. Les représentations du paysage universitaire aux différentes échelles sont ainsi en recomposition permanente (figure 4). Il est possible de les saisir à partir d’entretiens répétés avec les étudiants, en distinguant les trajectoires de formation plutôt linéaires de celles marquées par plusieurs établissements. Ces dernières renvoient en effet à des spatialités et temporalités plus complexes, parfois contradictoires.

Figure 4. – Une redéfinition continue du champ des possibles universitaires.

De Paris, de province ou de l’étranger : l’évidence de la centralité parisienne

10Les discours des étudiants parisiens ou extra-franciliens qui entrent en 1re année de licence en Île-de-France révèlent une quasi-invisibilité des universités de banlieue. L’évidence parisienne revêt tous les attraits de la centralité universitaire historique, qui conjugue la renommée de la Sorbonne avec la vie étudiante associée au quartier Latin. La trajectoire de Shaïnez (L1 Droit à Paris 1) illustre cette attraction exercée par les universités intra-muros. Cette étudiante de nationalité française, issue d’un milieu favorisé, a vécu à Alger jusqu’à l’obtention d’un baccalauréat S au lycée français. Puis elle quitte l’Algérie pour entrer en 1re année de Médecine à Lyon, avant de se réorienter en Droit et de rejoindre sa sœur jumelle à Paris : « Le choix se portait entre Paris I et Paris II. Et finalement c’était Paris I. Parce qu’en fait déjà quand on regarde les classements des facultés de Droit ce sont les deux meilleures […] il y a beaucoup de facs de Droit à Paris, et Paris I au niveau mobilité internationale c’était la plus intéressante. » De même, Rebecca arbitre entre les universités intra-muros sans prendre en compte le reste du paysage universitaire francilien. Elle s’est inscrite à Paris I en L3 puis en M1 de Droit après avoir commencé sa licence à Tours. C’est la première parmi ses cinq frères et sœurs à partir, soutenue par ses parents (médecins et professeurs de Médecine à la faculté de Tours) qui lui louent un appartement près du parc Monceau : « Paris I c’était un peu le fantasme de province. Enfin Paris I et Assas. Je voulais pas quitter Tours si c’était pour intégrer une fac un peu… »

  • 16 Plus généralement, dans les entretiens, le quartier Latin se trouve associé à la Sorbonne, dans se (...)

11On retrouve cette évidence parisienne dans des arbitrages d’étudiants habitant déjà à Paris. Marie-Lise, inscrite en M1 de Droit, a fait tout son parcours à Paris I. Benjamine de six sœurs, elle habite chez ses parents dans le XIVe arrondissement et a toujours été scolarisée dans l’enseignement privé. Après un baccalauréat ES au lycée Stanislas, elle entre en Droit à Paris I alors qu’elle visait Assas comme ses camarades de classe. Elle valide sa L1 au rattrapage, puis sa L2 avant de redoubler sa L3 et de passer en M1. Son parcours comme son discours souligne l’unique arbitrage fait entre Paris I et Paris II à la sortie du lycée, sans les différencier clairement. Elle ne connaît d’ailleurs aucune personne inscrite dans une université francilienne extra-muros. À son arrivée en L1, Marie-Lise considère Paris 1 comme un second choix car elle l’associe à une université de gauche au recrutement social plus ouvert : « Dans les premières années, il n’y a que des gens de couleur, les gens sont mal habillés, c’est sale. Les bâtiments sont immondes. » Cette image relativement négative se trouve vite compensée par le prestige du Quartier latin16 : « C’est l’effet Quartier latin je pense […] moi j’ai vraiment l’impression qu’il y a un esprit Sorbonne Quartier latin […] Je suis très fière de ma fac ! […] Je me suis dit bon d’accord je dois aller à la Sorbonne, au moins c’est reconnu. Je vais avoir des super profs, je vais rencontrer du monde. C’est la renommée de la Sorbonne qui a joué. »

Les étudiants de banlieue, la tension centre-périphérie

  • 17 Pour être plus précis, Nacera a enregistré ses vœux dans le cadre du système RAVEL (Recensement Au (...)
  • 18 Cet attrait des universités parisiennes pour les étudiants résidant en banlieue peut se lire en co (...)

12Contrairement à Marie-Lise, Nacera (M1 AES, Paris I) est issue d’un milieu populaire (mère femme au foyer, père employé de commerce). C’est l’aînée de la fratrie (un frère en licence à Paris 13, une sœur au lycée). Habitant à cinq minutes à pied de l’université Paris VIII, elle décide d’entrer à la Sorbonne. Pour cela, elle contourne la sectorisation17 en choisissant une option seulement présente à Paris I : « Je voulais vraiment sortir de la banlieue. Et depuis que je suis petite, enfin ce n’est pas un rêve, mais voilà je voulais être à la Sorbonne18. »

  • 19 G. Felouzis, « Les délocalisations universitaires et la démocratisation de l’enseignement supérieu (...)

13Les étudiants enquêtés résidant en banlieue arbitrent entre les universités parisiennes qu’ils ne peuvent ignorer, même s’ils les confondent parfois, et les universités de petite et grande couronnes offrant la formation souhaitée. Certains d’entre eux finissent cependant par y effectuer tout leur parcours : ce qui permet de procéder à une requalification symbolique par rapport à la Sorbonne. Une certaine proximité, des facilités administratives pour les inscriptions, sans oublier l’importance de la familiarité avec ce lieu d’études permettent d’expliquer en partie ce choix. C’est le cas de Paul (mère assistante médicale, père cuisinier et une sœur en psychologie à Paris VIII), titulaire d’un baccalauréat STG et qui est entré en L1 AES à Paris 8 : « Déjà je pense que les gens font trop une différenciation entre Saint-Denis et… Université de Paris et universités d’ailleurs […] Honnêtement pour moi il y a beaucoup de profs de Paris VIII qui sont archi mieux que des profs qui sont à la Sorbonne. […] Pour moi, le fait d’aller à la Sorbonne c’était juste pour dire je vais à la Sorbonne, me faire un nom. » On retrouve dans les discours des étudiants inscrits à Paris VIII les éléments caractéristiques des placements universitaires favorisant les ressources de la proximité (pédagogique, relationnelle, physique). Celle-ci fonctionnerait ainsi comme une « assurance » contre l’inconnu19. L’ancrage universitaire extra muros se double ici d’une requalification symbolique valorisant la mixité sociale et culturelle (université cosmopolite), voire l’héritage idéologique associé à Vincennes. Cette image qui fait jouer des héritages se retrouve dans le discours d’étudiants étrangers. Rahim (M1 Droit, Paris VIII) insiste ainsi sur la dimension cosmopolite de Paris VIII, université dans laquelle il s’est inscrit grâce aux réseaux de son oncle, professeur à l’université du Sénégal, qui lui a obtenu une dérogation : « Il y a des clichés sur Paris VIII. À mon sens il y a des raisons. Liées à son fondement, à l’origine ça a été créé par des soixante-huitards […] Et aussi le fait qu’elle soit implantée en banlieue ça draine une certaine réputation. Paris VIII n’est pas très cotée par rapport aux autres universités pour des raisons qui sont subjectives […] Je trouve que, sur la base des enseignements, c’est pas si différent. C’est une université très colorée où on accueille beaucoup d’étrangers. » Cet étudiant dakarois, joueur de basket en Nationale 1 pendant sa L1, a effectué tout son cursus de Droit à Paris VIII.

14Tous les étudiants voient leurs cartes mentales du paysage universitaire francilien évoluer avec le temps : cela est particulièrement visible pour ceux qui changent d’établissement, amenés à pratiquer de nouvelles spatialités universitaires. Les trajectoires centripètes trouvent notamment leur contrepoint dans les parcours d’étudiants, qui entrent dans les universités de première et de grande couronne après être passés par des établissements centraux. Ils peuvent chercher à s’appuyer sur les ressources de la proximité évoquées plus haut, ressources particulièrement importantes pour des étudiants peu assurés scolairement, par exemple en reprise d’études comme Amin. Cet étudiant habite chez ses parents (père ouvrier à la retraite, mère femme au foyer) dans la cité des 4 000 logements à la Courneuve. Dernier d’une fratrie de sept enfants, c’est « celui sur lequel reposent tous les espoirs », le seul né en France et le seul à poursuivre des études supérieures à l’université. Après avoir redoublé sa terminale, il entre en classe préparatoire dans un lycée parisien mais tombe malade et doit se réorienter en cours de deuxième année. Il choisit alors les Sciences du langage – afin de devenir professeur des écoles – à Paris-Descartes (identifiée, en raison de sa localisation intra-muros, à « La Sorbonne ») : « Honnêtement, c’était une fac de Paris, Sorbonne. Même si je savais que j’allais être à l’institut de Psychologie de Boulogne-Billancourt. Ça me convenait. Après la classe prépa. » Mais après son DEUG, il arrête ses études et consacre plusieurs années à des « boulots alimentaires ». Il décide de reprendre ses études en Droit à Paris VIII, en raison de sa proximité. Paris VIII semble surtout fournir un cadre rassurant qui lui permettrait de finir rapidement son cursus et de pallier certaines incertitudes liées à la reprise d’études.

15Enfin, approcher le paysage universitaire francilien à travers les offres développées en master conduit à envisager des centralités distinctes de l’opposition classique Paris/Banlieue. Diane (Master 1 Droit à Paris VIII ; père cadre à EDF et mère assistante maternelle, la première de sa fratrie à poursuivre des études supérieures) s’inscrit en licence dans l’antenne universitaire de Bourg-en-Bresse. Après sa L3, elle décide d’entrer en master à Paris, où habite son petit-ami. Elle souligne le rôle des facilités d’inscription liées à Paris VIII mais elle insiste également sur la spécialisation de l’offre de formation en master :

  • 20 Sur la spécificité des formations de Droit à Paris VIII voir dans le même ouvrage les contribution (...)

« Au début j’ai postulé à Paris, à la Sorbonne, à Nanterre et à Paris V. Paris V, ça n’a pas marché. La Sorbonne malheureusement il n’y avait plus de place. Et donc ensuite j’étais partie pour m’inscrire à Nanterre en master en Droit des affaires, et le jour même j’ai reçu un mail de Paris VIII très en retard qui disait : on vous prend. Donc du coup j’ai dû me décider en 30 minutes pour savoir dans quelle fac j’allais. Et ce qui m’a décidée et qu’en fait dans l’intitulé du diplôme, ici, c’était : Droit des affaires et fiscalité20. Sachant que moi ce que je voulais faire c’était surtout de la fisca, et du Droit de l’immobilier. C’est ça qui m’a décidée. »

16L’image assez négative associée à la Seine-Saint-Denis pour cette étudiante est atténuée par un discours très positif qui souligne le caractère cosmopolite de cette « université de gauche ».

17Les discours des étudiants permettent de lire les représentations du paysage universitaire francilien du point de vue de ses « usagers » en faisant jouer les questions de réputation, de proximité et d’offre de formation. L’entrée par les trajectoires permet de mettre en évidence l’articulation des spatialités et des temporalités dans ces représentations. Quand elles sont lues au prisme des réseaux de jugement (position sociale, scolaire et résidentielle des enquêtés), ces représentations permettent d’identifier des types de trajectoires étudiantes. Les plus attendues correspondent aux étudiants qui valorisent la centralité parisienne à travers l’image de la Sorbonne et l’importance accordée au prestige de l’idéal-type de l’université centrale, quand bien même la Sorbonne est partagée depuis 1970 entre plusieurs universités. C’est cette dimension historique qui est soulignée sur le site internet officiel de Paris I, qui place cette dernière comme héritière de l’Université de Paris. Des figures plus inattendues, que l’on peut lire en chiasme par rapport aux premières, soulignent des mécanismes de requalification symbolique qui font d’universités comme Paris VIII des références dans le paysage universitaire francilien, par exemple à travers l’image militante du centre expérimental de Vincennes ou la référence au caractère cosmopolite de cet établissement. Ces deux aspects renvoient également à la présentation que donne Paris VIII sur son site internet. Ces figures parfois caricaturales permettent enfin d’approcher les trajectoires étudiantes en tenant compte des possibilités offertes par l’agglomération parisienne. Elles mettent en évidence des structurations du paysage universitaire francilien à lire en termes de réputations concurrentielles mais également en termes de complémentarités. Si ces étudiants ont une connaissance partielle de la distribution de l’offre de formation, ils se saisissent des opportunités offertes par les différentes universités : Paris VIII constitue pour beaucoup d’entre eux un filet de sécurité en termes d’inscription administrative, de familiarité avec les gens, les lieux.

*

18Ces premiers éléments peuvent s’inscrire dans une réflexion sur l’évaluation des politiques publiques notamment la manière dont a été redessiné, déconcentré et densifié le paysage universitaire francilien. Le nombre d’inscrits dans les établissements universitaires peut être considéré comme un indicateur de la réussite d’un tel dispositif. La présence et l’importance des formations de fin de parcours constituent aussi un indicateur du degré de « maturité » auquel sont parvenues les universités. Or, ce qui ressort de la sélection de trajectoires d’étudiants c’est un savant mélange de structuration classique du paysage universitaire (opposition Paris centre/Banlieue, déclinaison du modèle plus général centre-périphérie) et des utilisations très variées de cette structuration pérenne : venir étudier au centre de l’agglomération, étudier près de chez soi, reprendre ses études en banlieue, etc.

19Une question mérite alors d’être posée : en quoi les pratiques et représentations des étudiants de l’agglomération francilienne sont-elles différentes de celles du reste de la population ? Ce qui conduit à poser de nouveau la question de la spécificité de l’équipement universitaire par rapport à d’autres équipements emblématiques des très grandes métropoles. Ce qui conduit également à montrer combien le chantier esquissé à gros traits est immense. Les groupes d’étudiants interrogés méritent d’être diversifiés tant pour ce qui est de leurs origines disciplinaires que par leurs universités d’inscription. Au-delà de la diversité des personnes enquêtées, les relations qui vont de l’étudiant en tant qu’individu aux différents groupes sociaux ou/et spatiaux auxquels il appartient méritent aussi d’être mieux identifiées. C’est le principal enjeu des approches multi-niveau.

Notes

1 De mai 2011 à janvier 2014, on comptait ainsi 59 étudiants enquêtés, principalement en Droit et en AES, inscrits dans deux universités (Paris I et Paris VIII), soit 88 entretiens. Ces enquêtes et entretiens sont réalisés dans le cadre de la thèse de Leïla Frouillou consacrée à la ségrégation universitaire dans l’agglomération parisienne, sous la direction de Sylvie Fol.

2 Elles constituent des illustrations des « relations que les locuteurs ont nouées ou nouent avec ces [établissements] » et « des traces de ces établissements », in C. Barats, « La dénomination comme trace du passé et enjeu. L’exemple des universités parisiennes », Mots. Les langages du politique, 2012, vol. no 2, 96, p. 65-80.

3 Voir également une étude récente centrée sur trois universités franciliennes : N. Amrous, L. Gruel et R. Vour’ch, Les conditions de vie des étudiants de trois universités franciliennes : Cergy-Pontoise, Marne-la-Vallée et Paris 13, OVE, 2005.

4 On se reportera au no 143 des Cahiers de l’IAURIF portant sur les universités franciliennes (2005), notamment l’article de D. de Berny, « Les équipements universitaires en Île-de-France : services de proximité et pôles de développement économique et social », p. 7-13 ; et au no 98 des Annales de la Recherche Urbaine sur les visages de la ville nouvelle (2005), notamment l’article de S. Berroiret al., « L’attraction des universités des villes nouvelles franciliennes », p. 66-73.

5 A. Choplin et M. Delage, « Mobilités et espaces de vie des étudiants de l’Est francilien : des proximités et dépendances à négocier », Cybergeo : European Journal of Geography, [http://cybergeo.revues.org/23840], 544, 2011, consulté le 29 octobre 2014.

6 On consultera le site de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) pour toutes les définitions précises qui renvoient au fait urbain. Selon la définition retenue, le périmètre de cette métropole varie considérablement : l’unité urbaine compte un peu plus de 400 communes, tandis que l’aire urbaine avec près de 1 600 communes en regroupe 4 fois plus et s’étend au-delà de la région ÎIe-de-France. Cette mise en regard constitue un très bel exemple du processus d’étalement urbain, [http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/ville.htm], consulté le 29 octobre 2014.

7 Il s’agit – en suivant les dénominations et typographies de mai 2014 – des universités Paris I – Panthéon Sorbonne, Paris II – Panthéon Assas, Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, Paris IV – Paris-Sorbonne, Paris V – René Descartes, Paris VI – Pierre et Marie Curie, Paris Diderot – Paris VII, Paris VIII – Vincennes Saint-Denis, Paris Ouest – Nanterre La Défense, Paris Sud, Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Paris XIII – Paris Nord, Cergy-Pontoise, Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Évry Val d’Essonne, Paris-Est Marne-la-Vallée. On mentionnera le changement de statut de l’université Paris IX – Dauphine en 2004, qui obtient le statut de grand établissement. Elle n’est donc plus une université comme les autres et son nom change : Dauphine Université Paris.

8 Lors de la séance du 24 janvier 2011 du séminaire « Universités et Territoires » organisé par le LATTS (E. Campagnac) et le CSO (J. Aust), Armand Frémont est revenu sur la période durant laquelle il a eu en charge le redéploiement des structures d’enseignement supérieur et de recherche sur le territoire national connu sous le nom de « U 2000 ». Cette période correspond à la seconde massification connue par l’université française.

9 Cf. T. Saint-Julien et R. Le Goix (dir.), La métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2007.

10 Au milieu des années 2000, les universités du centre de l’agglomération rassemblaient près de 55 % des étudiants franciliens, tandis que les quatre établissements situés en petite couronne concentraient plus de 30 % et ceux de la grande couronne près de 15 %. Si la taille moyenne des universités ne différencie pas les établissements de Paris intra-muros de ceux de la petite couronne, il n’en va pas de même du nombre d’inscrits en 3e cycle qui différencie nettement les établissements centraux de ceux de la banlieue : respectivement 30 % et 17 % de l’ensemble des inscrits.

11 Les mobilités étudiantes en cours d’étude entre les universités franciliennes dessinent des « sous-réseaux » d’établissements entre lesquels les étudiants se déplacent davantage. Ces mobilités sont d’autant plus importantes qu’elles concernent des établissements aux mêmes caractéristiques disciplinaires (Paris Descartes, Paris Diderot, Pierre et Marie Curie et Paris Sud) par exemple pour les disciplines scientifiques.

12 M. Baron et S. Berroir, « Paris et le système universitaire français : mythe et réalités », Annales de géographie, vol. 655, 2007, p. 227-246.

13 Au sens de « représentation sociale partagée, provisoire et localisée, associée à un nom et issue d’évaluations sociales plus ou moins puissantes et formalisées ». Voir P.-M. Chauvin, « La sociologie des réputations », Communications, vol. no 93, 2013, no 2, p. 131-145.

14 A. Henriot-van Zanten, Choisir son école : stratégies familiales et médiations locales, Paris, France, Presses universitaires de France, 2009.

15 G. Felouzis et J. Perroton, « Les “marchés scolaires” : une analyse en termes d’économie de la qualité », Revue française de sociologie, 2007, no 4, vol. 48, 2007, p. 693-722.

16 Plus généralement, dans les entretiens, le quartier Latin se trouve associé à la Sorbonne, dans ses dimensions matérielles – un « beau » bâtiment historique – comme immatérielles (renommée internationale). Au-delà des discours étudiants, ce monument constitue un élément symbolique de définition du quartier Latin qui « renvoie autant à une centralité fonctionnelle universitaire qu’à une centralité géographique ancienne ». Cf. T. Saint-Julien et R. Le Goix (dir.), op. cit., p. 246.

17 Pour être plus précis, Nacera a enregistré ses vœux dans le cadre du système RAVEL (Recensement Automatisé des Vœux des Élèves) qui ne concernait que les lycéens franciliens jusqu’en 2009. Pour certaines formations très demandées comme Droit, AES ou encore Économie-Gestion, ce système gérait une sectorisation universitaire en fonction du lycée, dans lequel les candidats avaient préparé leur baccalauréat. C’est pourquoi Nacera a choisi de s’inscrire en licence d’Économie-Gestion option Gestion pour obtenir l’université de son choix. On précisera enfin que RAVEL a été remplacé à la rentrée 2009 par Admission Post-Bac, qui est un système national.

18 Cet attrait des universités parisiennes pour les étudiants résidant en banlieue peut se lire en contrepoint dans les discours de ceux qui n’ont pas réussi à y entrer dès la L1 comme Victoire (L1 Droit, Paris VIII). Elle aussi est issue d’un milieu peu favorisé (mère ouvrière non qualifiée et père artisan taxi, 2e d’une fratrie de 4 enfants) et habite Aulnay-sous-Bois : « Je n’ai pas choisi mon université […]. Sur APB il faut faire une liste de choix bien ordonnés, en fonction de nos possibilités. J’avais mis au début Assas et ensuite la Sorbonne. Et après Paris VIII en 3e position. Et vu que je n’ai eu ni Assas ni la Sorbonne et bien je suis venue à Paris VIII […]. Au début, je ne voulais pas venir ici. Vraiment pas. J’étais déçue en fait. »

19 G. Felouzis, « Les délocalisations universitaires et la démocratisation de l’enseignement supérieur », Revue française de pédagogie, no 1, vol. 136, 2001, p. 53-63.

20 Sur la spécificité des formations de Droit à Paris VIII voir dans le même ouvrage les contributions de Robi Morder et Laurène Le Cozanet et Christelle Dormoy-Rajramanan.

Table des illustrations

Légende Figure 1a. – Quand la France se déforme en fonction…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 1b. – Quelques visions étudiantes du paysage universitaire français.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Figure 2. – Caractéristiques des universités franciliennes et circulations étudiantes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 3. – Accessibilités des universités franciliennes pour la licence AES.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Figure 4. – Une redéfinition continue du champ des possibles universitaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site