Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Troisième partie. La nouvelle division du travail universitaire : lieux, espaces, disciplines

Entre recentrement et dispersion, les enjeux d’une université « multi-sites », l’université Paris XII Val-de-Marne de sa création au milieu des années 1990

Florence Bourillon

Texte intégral

  • 1 Contrairement à ce qu’évoque cette citation, l’université est initialement intitulée « université (...)
  • 2 Archives de la présidence de l’université Paris XII, n.c. comité national d’évaluation. Réponse de (...)

« La naissance de l’université Paris-XII secondairement appelée Paris-XII-Val-de-Marne1 s’est faite de façon aléatoire, en tout cas non programmée. Elle a été créée le 21 mars 1970 par association d’une faculté de Droit et Sciences économiques construite à Saint-Maur des Fossés en 1967 et d’un centre multidisciplinaire associant à Créteil un IUT, une section préparatoire aux Études médicales et un embryon de faculté de Lettres et sciences humaines. Le CHU Mondor à Créteil s’est constitué dès 1969, le bâtiment universitaire ayant été construit en 1970 et ayant accueilli les étudiants de PCEM2 dès la rentrée de 1970-19712. »

  • 3 Voir en particulier l’entretien de Guy Camus, ancien secrétaire général de l’université, effectué (...)
  • 4 Dès 1966, la municipalité de Créteil évoque la possibilité de l’installation d’une université dans (...)
  • 5 A. Oubaïdourahaman, Insertion d’une université dans une « nouvelle ville », 1967-1975, l’universit (...)
  • 6 Aux origines de l’UPEC, op. cit., p. 21.

1La description ainsi faite des origines de l’université de Paris XII est issue de la réponse de l’équipe de direction, sous la présidence de Daniel-Nicolas Laurent, aux questions posées par le comité national d’évaluation en 1988, soit près de vingt ans après sa création. Cette appréciation de constitution aléatoire, bien présente dans la mémoire des anciens responsables de l’établissement3, demande cependant à être nuancée sur plusieurs points. Le projet initial de l’université correspond en effet à la délocalisation de l’Université de Paris, dans la plupart de ses composantes, conçue dès avant la loi Faure, en direction de la banlieue4. Le programme de décentralisation entre, de plus, en résonance avec la politique d’aménagement de la région parisienne, la constitution des départements de la petite couronne et la réalisation de la « nouvelle ville » de Créteil5. En ce sens, l’université souvent qualifiée « d’intégrée6 » au tissu urbain en gestation, tout comme Créteil peut l’être comme nouvelle préfecture du nouveau département, a de façon originelle une vocation à s’étendre en véritable proximité avec un public étudiant potentiel qui augmente dans les mêmes territoires.

  • 7 N. Bertrand et F. Bourillon, « Les archives de l’université de Paris-Est-Créteil (UPEC) : le pari (...)
  • 8 Les entretiens ont été menés en juin 2011 par Caroline Coquelet, Kevin Fassio, Anece Oubaïdouraham (...)

2C’est cette situation que la contribution qui va suivre va tenter de décrire : la centralité du Centre multidisciplinaire de Créteil (CMC) n’est qu’un élément dans le positionnement de l’université à l’égard de l’Est parisien. L’étude se fera à partir des documents administratifs et en particulier des procès-verbaux des conseils d’administration, récemment déposés aux archives départementales du Val-de-Marne7, ainsi que des contenus des entretiens menés auprès des anciens responsables de l’université8. Dans un premier temps, il s’agira d’envisager l’inachèvement du projet initial avec l’abandon de la construction d’une faculté des Lettres à Boissy-Saint-Léger et d’un tiers du programme sur le site de Créteil avant de nous intéresser aux implantations à Évry, puis à Melun-Sénart et plus tard à Fontainebleau.

  • 9 Voir J. Zetlaoui, L’universitaire et ses métiers, op. cit., p. 96.
  • 10 Voir L. Vadelorge et B. Lebeau, « Enseignement supérieur, recherche et collectivités locales », Hi (...)

3La multi-localisation de l’université ne répond, en effet, pas seulement à l’augmentation considérable du nombre des étudiants – entre 1970 et 1993, l’effectif a été multiplié par 5.69 – ou à la saturation des locaux liée à l’évolution des pratiques pédagogiques et à l’allongement du temps de présence sur le site de l’université. Elle est également liée à la relation établie entre la diversification de l’offre de formation et l’élargissement géographique en direction du département de l’Essonne et du sud Seine-et-Marne ainsi qu’à l’engagement croissant des collectivités territoriales10.

Une université pluridisciplinaire dans la banlieue sud-est

Illustration 1. – Sites de l’université de Paris XII de 1969 à 1975.

  • 11 Voir la carte du SDAU de la région de Paris au 1/100 000e et sa légende, [http://www.driea.ile-def (...)
  • 12 SDAURP, op. cit, p. 123.
  • 13 Archives municipales de Créteil, classeurs « Université ».
  • 14 Pour une première approche du sujet voir T. Vetillart, Les centres universitaires de GEEP-Industri (...)
  • 15 Sur l’histoire de Créteil, voir L. Coudroy de Lille, Une nouvelle ville… Une histoire de l’urbanis (...)

4Le schéma directeur d’aménagement de la région parisienne (SDAURP) de 1965 désigne entre le centre de Paris et les futures villes nouvelles d’Évry et de Melun-Sénart, Créteil, comme « pôle restructurateur » de la banlieue. La légende de la carte du SDAURP indique vers Bonneuil et Boissy-Saint-Léger la localisation « d’un centre universitaire ou culturel important, grande école, centre de recherche11 ». Autrement dit, un équipement universitaire étroitement lié au développement souhaité du « Sud-Est et la vallée de la Seine en amont de Paris » sans que la localisation en soit clairement précisée12. Créteil n’est donc pas initialement désignée bien que dès 1966, le conseil municipal de la ville ait manifesté son intérêt pour une implantation de ce type13. C’est tout d’abord à Saint-Maur, en 1969, que se construit le long des lignes du RER, la faculté de Droit et de Sciences économiques, en élément préfabriqué de type GEEP-industries, selon un projet sans doute plus ancien14. La faculté de Médecine ouvre ses portes en 1970 dans un bâtiment attenant à l’hôpital Mondor, tout juste achevé. Le choix de Créteil n’est confirmé que plus tard, alors que préfecture du Val-de-Marne, depuis 1966, elle est devenue sous l’impulsion de son maire Pierre Billotte, le site d’une « nouvelle ville15 ».

  • 16 « Nous avons voulu intégrer les universités aux villes nouvelles, réaliser une symbiose entre l’un (...)
  • 17 Fonds Sloan (en dépôt à l’UPEC), plaquette publicitaire publiée par la ville de Créteil et la SEMA (...)

5La réalisation du Centre multidisciplinaire de Créteil (CMC) a à voir avec ce vaste chantier urbain. Les autorités académiques souhaitent, en effet, insérer les établissements universitaires de taille réduite dans un environnement urbain proche16. Le projet ministériel devient alors celui du nouveau Créteil qui lui-même sort de terre… Dès la confirmation de la construction du CMC, la municipalité et la société d’économie mixte du nouveau Créteil (SEMAEC), utilisent l’installation de l’université comme argument publicitaire17.

  • 18 La nouvelle ville de Créteil est composée de « quartiers » confiés chacun à un architecte.

6L’université s’insère donc dans l’économie générale de la « nouvelle ville » conçue par Jean Fayeton puis repris par Pierre Dufau à sa disparition. Elle occupe à elle seule un « quartier » délimité comme ailleurs dans le nouveau Créteil par les voies de circulation automobiles et piétonnières18. La communication entre les « quartiers » se fait par des passerelles dont seule a subsisté celle qui mène du mail des Mèches au CMC. L’université offre des services aux populations voisines qui la traversent pour passer de l’un à l’autre.

  • 19 D. Sloan, « Intervention au cours de la conférence-débat sur l’Histoire de l’université et de son (...)

7Pour l’architecte Denis Sloan, maître d’œuvre du projet, averti le 20 janvier 1970 pour une rentrée au 1er décembre de la même année, cette intégration est essentielle, « le quartier universitaire, l’îlot universitaire, [est] le point d’articulation de tout le secteur19 ». Au cours de la table ronde organisée à l’UPEC pour les célébrations du quarantenaire de l’université, il va plus loin en insistant sur la cohérence du parti architectural de l’ensemble universitaire et du projet pédagogique qui le sous-tend :

  • 20 Ibid., p. 68. À noter que cette interprétation est d’autant plus intéressante qu’elle est en contra (...)

« À l’époque, les établissements de ce type, pluridisciplinaires, et où l’on trouve un peu toutes les activités universitaires en un même lieu, étaient une nouveauté. [Le plan d’urbanisme] correspondait bien à cette relation que l’on cherchait à établir entre tous les quartiers et une université que l’on voulait ouverte. […] L’idée était là : interdisciplinarité et ouverture sur les quartiers environnants, avec la possibilité de disperser d’autres établissements dans les quartiers de la ville20. »

  • 21 Archives de la présidence, n.c. mission de coordination de l’équipement universitaire et scolaire. (...)
  • 22 Voir C. Musselin, La longue marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001 ; voir également P (...)

8La pluridisciplinarité ou « multidisciplinarité » est en effet au centre du programme pédagogique élaboré le 11 mars 1969 par la mission de coordination de l’équipement universitaire et scolaire21, suivant la loi de 1968, destinée entre autres à marquer la fin des facultés et de leur autonomie22.

  • 23 Archives de la présidence, n. c. Mission de coordination, op. cit.

« Le centre multidisciplinaire, qui aura son siège à Créteil, […] groupera en plus du CHU, déjà implanté, des établissements qui, à différents niveaux, auront pour objet l’étude de l’homme et des problèmes que pose son environnement en milieu urbain, sur le plan biologique, social et urbanistique, les liaisons entre les unités devant se faire aussi bien au niveau des étudiants de par les enseignements dispensés qu’au niveau de la recherche à la suite d’une collaboration étroite entre les enseignements23. »

  • 24 « Au milieu de la plaine, des bulldozers et des grues, le CHU élément moteur de l’université de Pa (...)
  • 25 Sur l’histoire de l’IUUP devenu IUP, voir G. Busquet, C. Carriou et L. Coudroy de Lille, Un ancien (...)
  • 26 Archives de la présidence, nc. Mission de coordination, op. cit.
  • 27 Le terrain a été acheté par le ministère de la culture et l’agence Sloan a travaillé sur les plans (...)

9La médecine apparaît comme « l’élément moteur de l’université24 » selon l’expression du Figaro du 21 janvier 1971 : le CHU forme les médecins, le CMC forme le personnel médical dans toute sa diversité. Sont donc prévus sur le même site les deux années de premier cycle d’études médicales (PCEM) (1 500 étudiants) et un IUT composé de cinq départements en lien avec la médecine. Au-delà, l’ampleur du projet se mesure à l’adjonction des questions sur la ville et l’environnement. À l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (IUUP)25, destiné à recevoir 500 étudiants de troisième cycle dans des « salles d’enseignement banalisées, des ateliers, des salles d’essai et des salles de maquettes » est associée une « unité d’enseignement et de recherche orientée vers l’écologie humaine dont le but sera l’étude de tous les problèmes des conditions de vie en milieu urbain, les diverses nuisances (bruit, pollution), […] les problèmes de l’eau superficielle, […] les problèmes de l’hygiène des produits alimentaires, […] la psycho-sociologie et le psychophysiologie […], etc.26 ». Autrement dit, un programme fédérateur des études médicales et scientifiques aux sciences sociales, auxquels il faut ajouter une école d’architecture, prévue pour 400 étudiants – qui ne sera pas réalisée27. Située derrière la bibliothèque, elle devait occuper l’angle sud-est du quartier.

Illustration 2. – Le CMC en construction vue depuis l’angle sud-est. Fonds Sloan (en dépôt à l’UPEC).

  • 28 Archives du Rectorat de Paris, 1 211 W5, Centre de Boissy-Saint-Léger.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., programme pédagogique du Centre multidisciplinaire de Boissy-Saint-Léger, 25 mai 1971.
  • 31 Ibid., lettre du directeur de la bibliothèque de l’université de Paris-Val-de-Marne au directeur ch (...)

10Le second grand projet de l’université, un peu plus tardif puisqu’il date de 1971, est la construction à Boissy-Saint-Léger du « centre d’études littéraires et économiques » dans la zone d’activités de la ZAC de la Haie Griselle à Boissy-Saint-Léger, sur une vaste emprise de 5 ha28. La pluridisciplinarité plus limitée s’explique en partie par la situation d’urgence créée du fait de la saturation du CMC sur laquelle nous reviendrons. L’objectif est d’accueillir entre 3 600 et 4 000 étudiants en lettres et 2 000 en économie et gestion29 dans de très vastes locaux banalisés pour une part (deux amphis de 500 places et trois de 300 places, quatre salles de conférence de 100 places, deux de 50, six salles de travail de 60 places, etc.) qui représentent 8 780 m2 et 6 400 places ainsi que des « locaux spécialisés non équipés » comprenant une salle de collection de 200 m2 pour l’histoire et l’archéologie, une cartothèque pour la géographie, des cabines pour les langues, etc.30. Le projet est affiné lors de la réunion du comité de décentralisation en date du 4 octobre 1973, insistant sur l’importance de la résidence universitaire (deux résidences de 200 chambres chacune), du restaurant de 700 places et de la bibliothèque de 1 000 places31.

Illustration 3. – Centre universitaire de Boissy-Saint-Léger sur des plans de l’architecte Jacques Sarrabezolles. Archives du Rectorat, 1211W5.

11Au total donc l’université de Paris XII Val-de-Marne, se présente, au début des années 1970, comme « multidisciplinaire » et multi-sites. C’est sans compter avec les difficultés rencontrées par la suite et la suspension partielle des projets.

Une université inachevée

  • 32 De nouveaux bâtiments accueillent les étudiants des premières années de médecine au cours de l’ann (...)
  • 33 Archives de la présidence, nc, Lettre du président à M. le ministre de l’Éducation nationale (Jose (...)

12Les conditions chaotiques des premières années ont failli en effet compromettre les objectifs initiaux. La rentrée de 1971 se passe difficilement. Un an plus tard et alors que la situation ne semble pas s’être notablement arrangée32, le 8 novembre 1972, le président Jean-Louis Beaumont s’adresse au ministre. Après avoir rappelé le programme pédagogique de l’université, il souligne « les succès notables » qu’elle a obtenus « pour la réorganisation des études médicales ; l’orientation des étudiants de PCEM (grâce à la coopération entre médecins, scientifiques et technologues) ; le développement de l’institut universitaire de technologie (IUT) dont le profil n’a pas d’équivalent dans la région parisienne (toutes les places disponibles à cet institut sont occupées et nous avons refusé des centaines d’étudiants) ; l’organisation en 1972-1973 au titre de la formation permanente sur contrats avec des demandeurs privés ». Il poursuit en regrettant que ce programme « qui répond à un besoin régional et national » risque d’être compromis par la présence de 1 800 étudiants de Lettres que les « pouvoirs publics » ont imposés à l’université en attendant la construction du centre de Boissy-Saint-Léger33. Or celui-ci semble avoir été remis en cause.

13Les réticences sont en effet exprimées très tôt comme le montrent les échanges de courriers entre les deux ministres responsables. Joseph Fontanet, ministre de l’Éducation nationale s’adresse à Olivier Guichard, qu’il vient de remplacer, devenu ministre de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire. S’il retient les difficultés de Créteil et la nécessité de faire face à l’augmentation prévisible des effectifs étudiants à l’est de la région parisienne dans les dix ans à venir, il note :

  • 34 Archives du rectorat de Paris, 1 211 W5, centre de Boissy-Saint-Léger, lettre du ministre de l’Édu (...)

« L’implantation de Boissy-Saint-Léger avait été retenue par vous-même quand vous étiez ministre de l’Éducation nationale mais j’ai été récemment sollicité par les responsables locaux pour envisager rapidement une réalisation universitaire dans la ville nouvelle de Marne-la-Vallée.
Aussi je vous demanderai, en fonction de vos impératifs concernant l’aménagement de ce secteur et l’échéancier de réalisations des équipements publics, de bien vouloir m’indiquer le lieu devant être retenu pour ce projet34. »

  • 35 Ibid., accord de la cession par l’Office de terrains situés à Boissy-Saint-Léger en vue de la créat (...)
  • 36 Ibid., réponse d’Olivier Guichard à Joseph Fontanet, 23 décembre 1972.
  • 37 Ibid., note du chef de service constructeur des académies de la région Île-de-France (SCARIF) au re (...)
  • 38 Ibid., lettre du secrétaire d’État aux Universités (Jean-Pierre Soisson), le 18 mars 1975, à M. le (...)
  • 39 Voir dans le même volume, L. Vadelorge, « La genèse de la carte universitaire francilienne : du Pa (...)

14Ce à quoi Olivier Guichard répond qu’il faut avancer le projet de l’aménagement de Boissy-Saint-Léger, précisant même qu’il a évoqué la question avec le premier ministre lors d’une visite à Marne-la-Vallée : « J’estime en effet que l’état d’avancement de l’aménagement du secteur de Boissy-Saint-Léger, conçu dans l’hypothèse de cette implantation universitaire, justifie cette priorité. » Et cela d’autant plus que l’opérateur, l’Office public HLM (OPHLM) de la Ville de Paris, est mis en difficulté du fait des importantes immobilisations qu’il doit supporter, en attente de la vente à l’État35. Il termine cependant la lettre en ajoutant : « Certes la réalisation de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée prévoit judicieusement des implantations universitaires36 », ce qui présage des difficultés à tenir les engagements pris de part et d’autre. En 1974, une commission de travail créée par l’université pour la coordination avec les constructeurs du site de Boissy-Saint-Léger réduit l’objectif pédagogique en prévoyant l’installation d’un IUT à deux départements qui ne sera pas non plus réalisé37. Le centre universitaire de Boissy-Saint-Léger est définitivement abandonné en 1975 en prévision de la réalisation de Marne-la-Vallée38 ce qui correspond au coup de frein évoqué par Loïc Vadelorge dans la politique de développement des universités parisiennes de la première couronne39.

  • 40 Archives départementales du Val-de-Marne (désormais AD94), 1981W2, compte rendu du conseil d’admin (...)
  • 41 Ibid., la dotation ministérielle de 11,4 % en 1976 suit à peine l’inflation.
  • 42 Entretien de Guy Camus, ancien secrétaire général de l’Université, effectué le 5 juillet 2011 par (...)

15Il s’opère alors un recentrage sur Créteil/Saint-Maur en même temps que l’ensemble des premières années de médecine rejoignent le CHU Henri Mondor. L’insuffisance manifeste de locaux à Saint-Maur conduit à opter pour des solutions transitoires de récupération d’anciens établissements secondaires, tandis qu’à Créteil la seconde tranche de travaux n’est qu’en partie réalisée avec les bâtiments de la faculté des Sciences. En 1976, la secrétaire d’État Alice Saunier-Séïté confirme l’abandon de tous les projets de développement sur place40. Cette politique restrictive qui touche l’ensemble des établissements universitaires s’aggravent à Paris XII de difficultés financières41. La situation est d’autant plus tendue que les réformes successives et en particulier celles des premiers cycles, renforcent la présence des étudiants sur place comme le confirment les entretiens : l’université n’avait pas été conçue pour un tel afflux d’étudiants, ni pour une telle évolution pédagogique42.

Évry, Melun-Sénart… rompre « l’asphyxie »

  • 43 AD94, 1981 W2, CA du 4 février 1975. Des conventions sont passées avec la ville de Créteil pour l’ (...)
  • 44 AD94, 1981W2, CA du15 juin 1977, p. 16.
  • 45 « M. Germa [président du conseil général du département du Val-de-Marne à partir de 1976] a toujou (...)

16Cette situation de saturation conduit le président Michel Guillou, élu en 1975, à chercher d’autres soutiens que l’État43. Il rappelle au cours de la séance du conseil d’administration du 15 juin 1977 « que les universités de province sont en général épaulées financièrement par les collectivités locales et que ce n’est généralement pas le cas pour les universités parisiennes44 ». Les demandes sont de trois ordres : un fonds de recherche pour développer les études sur la santé, la pollution, l’économie de la santé et l’urbanisme ; la mise en place de filières d’enseignement en formation initiale et en formation continue ; la création de prix pour récompenser des travaux d’étudiants sur des sujets intéressant le département. Si le conseil général du Val-de-Marne manifeste son soutien par la présence d’Hélène Luc au conseil d’administration et les prémisses d’une politique contractuelle dans une logique de réciprocité, il refuse de s’engager dans une politique de soutien d’équipement dans la mesure où il considère que la mission de formation et de recherche incombe à l’État45.

  • 46 Les rapports de l’université avec la ville de Saint-Maur ne vont pas s’arranger non plus avec l’él (...)
  • 47 AD94, 1981W3, CA du 5 févier 1981.
  • 48 AD94, 1981W3, CA du 19 mars 1982.

17Les rapports deviennent également difficiles entre l’université et la ville de Créteil à la suite de l’élection de Laurent Cathala en 197746. Le 5 février 1981, le président Guillou présente au conseil d’administration un projet de la ville tendant à réduire le CMC aux seuls terrains achetés par le ministère de l’Éducation nationale47. La municipalité envisage donc de récupérer l’espace prévu pour l’école d’architecture afin d’y construire des logements et un hôtel, le reste étant destiné à l’agrandissement du palais de justice. Le conflit s’envenime, de plus, du refus de permis de construire dont Laurent Cathala précisera par la suite qu’il s’agissait de « bâtiments préfabriqués qui auraient dénaturé l’environnement48 ». Pour le président Guillou « nous sommes donc devant un projet qui asphyxie le développement de notre université ».

Illustration 4. – Sites de l’université de Paris XII entre 1975 et 1990.

18C’est dans ce contexte qu’il faut replacer les implantations de l’université vers le sud et le sud-est parisien, facilitées par les interventions croissantes des collectivités territoriales, et pour commencer des syndicats d’aménagement des villes nouvelles.

  • 49 AD94, 1981W2, CA du 6 avril 1978.

19L’affaire d’Évry, pourtant dans l’académie de Versailles, est à ce titre exemplaire. La ville nouvelle se trouve à une demi-heure de train sur la ligne D, accessible depuis le CMC, à la station toute proche de Vert de Maisons. Le projet est soutenu par l’établissement public d’Évry. Y seront créés des locaux pour la recherche et deux départements d’IUT « mais il s’agira de nouveaux enseignements destinés en priorité aux étudiants habitant aux alentours49 ». Quelques mois plus tard, le président annonce que l’université est responsable du centre universitaire d’Évry dont le périmètre est légèrement modifié : un département transport et logistique en lien avec le développement de Rungis et celui d’Orly ; un autre en génie électrique option automatique pour éviter toute concurrence avec celui de Créteil. Une partie des services communs de l’université s’y déplace dont l’antenne de formation continue, rejointe par le réseau interuniversitaire de formations des formateurs (RIFF).

  • 50 AD94, 1981W3, CA du 9 décembre 1982, Trois nouveaux départements sont prévus à côté de deux précéd (...)
  • 51 Voir parmi ses travaux M. Baron, « I.U.T. et S.T.S : deux équipements pour une même offre de forma (...)

20Les perspectives de développement d’Évry se confirment au-delà de l’élection de Monique Lafon-Augé en mars 1982 et l’arrivée d’une nouvelle équipe à la présidence50 au moment même où s’engagent difficilement les discussions à propos d’un IUT à Marne-la-Vallée pour lequel il est d’emblée précisé que d’autres universités Paris I, Paris VI, Paris VII, Paris VIII ont été sollicitées. Le conseil optant pour une « abstention favorable » s’interroge sur l’opportunité d’un nouvel IUT et sur la nécessité de prévoir une cartographie cohérente à l’échelle de la région parisienne51, et par ailleurs souhaite ne s’investir que dans un projet qui permettrait à l’IUT en question d’être rattaché à Paris XII.

  • 52 La nouvelle équipe, sous la présidence de Daniel-Nicolas Laurent, met à profit les changements de (...)

21Les discussions reprennent en 1987-1988 avec les nouveaux programmes ministériels destinés à accroître les capacités d’accueil des universités franciliennes. Le nouveau président, Daniel-Nicolas Laurent, élu en 1986, présente au conseil d’administration le projet de développement de l’université qu’il compte déposer au ministère52. Les enjeux concernent en premier lieu les effectifs étudiants : 16 000 en progression constante à 46,5 % sur le site de Créteil mais également nombreux à Saint-Maur où 5 000 étudiants sont accueillis dans des locaux inadaptés. Daniel-Nicolas Laurent y ajoute deux autres arguments : l’insuffisance de l’encadrement de l’Est parisien alors que le nombre de bacheliers des sections B et G des lycées ne cesse de progresser et que la population augmente fortement en Seine-et-Marne où 57 % des habitants sont âgés de moins de 35 ans et 30 % de moins de 21 ans ; l’exigence du développement de l’établissement moins pour des raisons d’encadrement disciplinaire qui s’est plutôt amélioré entre 1978 et 1988 que d’encadrement administratif avec la diminution du personnel ATOS et d’insuffisance de locaux.

  • 53 AD94, 1981W4, CA du 25 juin 1987.

22Plusieurs solutions s’offrent au conseil d’administration : une extension à Créteil dans le parc d’activités technologiques avec une aide de la municipalité qui mise sur la valorisation de cette localisation auprès des entreprises ; une extension de l’IUT d’Évry lié au développement de l’informatique industrielle, en partie financée par la Ville dans les anciens locaux du CNES ; enfin Marne-la-Vallée : la Ville de Noisy-le-Grand accepterait de prendre en charge l’ouverture d’un IUT à deux départements53.

23Ce programme de développement est refusé par le ministère faute de soutien financier suffisant des collectivités locales. Paris XII ne veut pas manquer la course, désormais ouverte, à la réalisation de centres dits « délocalisés » comme à Melun, Versailles, Cergy-Pontoise, Saint-Quentin-en-Yvelines ! Les incitations ministérielles donc vont se concrétiser avec le projet d’un IUT à Melun-Sénart alors même que le développement de Marne-la-Vallée semble conduire à la réalisation d’une université et non d’un centre universitaire dépendant d’un autre établissement – même si le centre universitaire de Marne-la-Vallée est portée par Paris VII – et qu’Évry s’achemine vers une autonomie. Le président Laurent présente ainsi les conditions de réalisation :

  • 54 AD94, 1981W4, CA du 18 novembre 1987.

« En juin dernier, M. le recteur de l’académie de Créteil a attiré mon attention sur le projet du conseil général de Seine-et-Marne et de la ville nouvelle de Melun-Sénart : il s’agit sur le territoire de Lieu-saint en deux étapes d’un IUT. J’ai accepté en accord avec le directeur de l’IUT de Créteil-Évry, que cet IUT soit rattaché à notre université car nous ne pouvons pas laisser prendre la tutelle de Melun-Sénart par une université du centre de Paris venant mordre sur notre environnement et notre recrutement54. »

  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid., CA du 17 octobre 1988.

24Preuve s’il en était besoin que l’épisode de l’ouverture du DEUG de droit par Panthéon-Assas Paris II à Melun, sans que l’université de Paris XII en ait été avertie, a laissé des traces dans ce contexte de concurrence ouverte entre les établissements55. La rentrée 1988 se fait dans les bâtiments de l’ancien lycée de Moissy-Cramayel. En 1990, un département de Génie industriel et maintenance est ajouté au département de Technique de commercialisation, avant l’ouverture de l’établissement neuf de Sénart, puis en 1995 du second site de l’IUT à Fontainebleau56.

*

  • 57 Outre l’article précédemment cité, voir M. Baron, « Les transformations de la carte universitaire (...)

25Les épisodes rapportés ici des vingt premières années de l’université de Paris XII confirment le rôle manifeste des implantations des IUT sur les nouveaux sites universitaires comme Myriam Baron l’a brillamment démontré dans ses travaux57. La relative légèreté des structures en lien avec les universités porteuses – est-il nécessaire de rappeler que Paris XII est d’abord un IUT rattaché à la médecine ? –, les relations étroites établies avec le tissu entrepreneurial local, synonyme de stages, de financements et de débouchés, sont les conditions qui donnent aux IUT un rôle pionnier dans des territoires vides de toute implantation antécédente.

26Ces vingt années démontrent également l’épuisement relativement rapide de la capacité de l’État à générer des équipements universitaires et les hésitations des collectivités territoriales après les lois de décentralisation à s’y engager. En 1982, Laurent Cathala, maire de Créteil, définit en ces termes la complexité d’une participation municipale aux équipements universitaires :

  • 58 AD94, 1981W3, CA du 19 mars 1982.

« Jusqu’à présent, il n’a jamais été de la responsabilité d’une collectivité locale de financer une résidence universitaire ; par contre il est effectivement de la responsabilité de la commune de prévoir un terrain pour sa construction58 »,

27ouvrant ainsi la porte à des formes renouvelées de coopération possible.

28Plus largement, c’est la pesanteur des décisions originelles du SDAURP selon les tangentiels nord et sud que l’on peut remarquer. À l’échelle régionale est défini un angle mort du développement universitaire dans l’Est parisien, en direction de la Seine-et-Marne nord, alors que l’université de Paris XII tente un investissement vers le sud-est. La concurrence avec le projet de Marne, qui n’aboutira qu’une vingtaine d’années plus tard, entraîne, on l’a vu, la suppression du centre universitaire de Boissy-Saint-Léger. Plus indirectement, les décisions ont eu d’autres effets. Les problèmes posés par le maintien de la faculté des Lettres et Sciences humaines ont conduit à l’effacement progressif du projet initial consacré à « l’homme et son environnement ». Rapidement les étudiants de PCEM quittent le site pour le CHU Henri Mondor et les différentes composantes fonctionnent dans une logique interne de diversification des filières et des formations. Aussi la pluridisciplinarité semble-t-elle, vingt ans plus tard, davantage issue d’un processus d’accumulation que d’un programme délibérément mis en œuvre…

Notes

1 Contrairement à ce qu’évoque cette citation, l’université est initialement intitulée « université Paris-Val de Marne » (UPVM). Les dénominations données par la suite comme université Paris XII Val-de-Marne ou Paris 12 sont considérées comme des noms d’usage. Depuis 2010, elle s’appelle université Paris-Est Créteil, UPEC. Nous allons dans l’article utiliser la dénomination la plus couramment utilisée dans les archives de l’époque : « université de Paris XII ».

2 Archives de la présidence de l’université Paris XII, n.c. comité national d’évaluation. Réponse de l’équipe de direction à la question 1 : Naissance, Histoire et Développement, 27 juin 1988.

3 Voir en particulier l’entretien de Guy Camus, ancien secrétaire général de l’université, effectué le 5 juillet 2011 par Anece Oubaïdourahaman.

4 Dès 1966, la municipalité de Créteil évoque la possibilité de l’installation d’une université dans la « nouvelle ville » ; L. Coudroy de Lille, A. Fournie, G. Koenig et D. Lefrançois, Créteil, ville nouvelle ? Une histoire contemporaine de l’urbanisation de Créteil, t. I : Monographie et fiches, Vie Urbaine IUP-Paris-XII/SEMAEC, 2003, non publié.

5 A. Oubaïdourahaman, Insertion d’une université dans une « nouvelle ville », 1967-1975, l’université de Paris-Est-Créteil, mémoire de master 1 d’histoire, sous la direction de Florence Bourillon, UPEC, 2011. Voir également F. Bourillon, L. Coudroy de Lille, C. Blandin, N. Bertrand et A. Oubaïdourahaman, Aux origines de l’UPEC, 40 ans de réussites universitaires en banlieue-est, Créteil, UPEC, 2011 (désormais Aux origines de l’UPEC) ainsi que J. Zetlaoui, L’universitaire et ses métiers. Contribution à l’analyse des espaces de travail, Paris, L’Harmattan, 1999.

6 Aux origines de l’UPEC, op. cit., p. 21.

7 N. Bertrand et F. Bourillon, « Les archives de l’université de Paris-Est-Créteil (UPEC) : le pari d’une université du grand sud-est parisien », J.-N. Luc, S. Mechine et E. Picard, Les archives universitaires. de nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche, Paris, Centre d’histoire du XIXe siècle, 2014, p. 83-94, [http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRHXIX/LUC_et_al__dir__-_Les_archives_universitaires_-_2013.pdf], consulté le 20 mai 2014.

8 Les entretiens ont été menés en juin 2011 par Caroline Coquelet, Kevin Fassio, Anece Oubaïdourahaman, Victoria Schmitt-Cadet et sont en cours de dépôt aux archives départementales du Val-de-Marne. Les analyses chrono-thématiques ont été réalisées par Claire Delignou.

9 Voir J. Zetlaoui, L’universitaire et ses métiers, op. cit., p. 96.

10 Voir L. Vadelorge et B. Lebeau, « Enseignement supérieur, recherche et collectivités locales », Histoire Urbaine, no 33, avril 2012, p. 119-132.

11 Voir la carte du SDAU de la région de Paris au 1/100 000e et sa légende, [http://www.driea.ile-defrance.developpement-durable.gouv.fr/presentation-du-sdaurp-de-1965-a970.html], consulté au 20 mai 2014 ; les mêmes renseignements sont repris dans le schéma « Les grands projets (d’après le schéma directeur) », A. Bussinger, Le Val-de-Marne. Un million de citoyens 94, Créteil, Centre d’études économiques et sociales du Val-de-Marne, 1969, p. 383.

12 SDAURP, op. cit, p. 123.

13 Archives municipales de Créteil, classeurs « Université ».

14 Pour une première approche du sujet voir T. Vetillart, Les centres universitaires de GEEP-Industries : un spécimen de construction industrialisée dans la commande publique (1968-1971), mémoire de master 1 d’histoire de l’architecture sous la direction d’Éléonore Marantz, université de Paris I, 2014.

15 Sur l’histoire de Créteil, voir L. Coudroy de Lille, Une nouvelle ville… Une histoire de l’urbanisme du Nouveau Créteil, Créteil, Le Printemps de l’IUP, 2005.

16 « Nous avons voulu intégrer les universités aux villes nouvelles, réaliser une symbiose entre l’université et la cité […]. Nous ne voulons pas recommencer les mêmes erreurs commises à Nanterre, le campus ne doit pas être un vaste espace clos d’une sorte de muraille de Chine », Robert Mallet, recteur de l’académie de Paris, lors de la présentation à la presse des nouveaux centres universitaires de Créteil et de Villetaneuse, Le Monde, 3 octobre 1971, p. 11. Les deux universités Paris XII et Paris XIII ont un conseil d’administration commun jusqu’à la fin de 1971. Sur l’histoire de Paris XIII, voir J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge, Paris-XIII. Histoire d’une université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg international, 2012.

17 Fonds Sloan (en dépôt à l’UPEC), plaquette publicitaire publiée par la ville de Créteil et la SEMAEC, vers 1971. L’installation de l’université complète l’offre éducative présentée comme abondante et diversifiée.

18 La nouvelle ville de Créteil est composée de « quartiers » confiés chacun à un architecte.

19 D. Sloan, « Intervention au cours de la conférence-débat sur l’Histoire de l’université et de son environnement, animée par Laurent Coudroy de Lille, 22 février 2012 », S. Bonnafous et P. Chiron (dir.), L’Université en banlieue (UPEC, 1970-2010). Après les commémorations, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2012, p. 73.

20 Ibid., p. 68. À noter que cette interprétation est d’autant plus intéressante qu’elle est en contradiction avec les analyses postérieures qui en ont été faites. Pour Jodelle Zetlaoui, c’est la contradiction entre le fonctionnalisme de la « nouvelle ville » et les objectifs de l’université qui explique une intégration peu réussie ; voir Zetlaoui J., L’universitaire et ses métiers, op. cit., p. 93. Laurent Coudroy de Lille a un avis plus nuancé en évoquant « les aménagements compensateurs ou de rattrapage ultérieur », Aux origines de l’UPEC, op. cit., p. 31.

21 Archives de la présidence, n.c. mission de coordination de l’équipement universitaire et scolaire. Élaboration du programme pédagogique du centre multidisciplinaire de Créteil (suite à la réunion du 11 mars 1969 au cabinet de M. le recteur Antoine), 24 mars 1969.

22 Voir C. Musselin, La longue marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001 ; voir également P. Fridenson, « La politique universitaire depuis 1968 », Le Mouvement social, no 233, octobre-novembre 2010, p. 47-67.

23 Archives de la présidence, n. c. Mission de coordination, op. cit.

24 « Au milieu de la plaine, des bulldozers et des grues, le CHU élément moteur de l’université de Paris Val-de-Marne », Le Figaro, 12 janvier 1971.

25 Sur l’histoire de l’IUUP devenu IUP, voir G. Busquet, C. Carriou et L. Coudroy de Lille, Un ancien institut… Une histoire de l’institut d’urbanisme de Paris, Créteil, Le Printemps de l’IUP, 2005.

26 Archives de la présidence, nc. Mission de coordination, op. cit.

27 Le terrain a été acheté par le ministère de la culture et l’agence Sloan a travaillé sur les plans ; Fonds Sloan (en dépôt à l’UPEC), L’école d’architecture de Créteil.

28 Archives du Rectorat de Paris, 1 211 W5, Centre de Boissy-Saint-Léger.

29 Ibid.

30 Ibid., programme pédagogique du Centre multidisciplinaire de Boissy-Saint-Léger, 25 mai 1971.

31 Ibid., lettre du directeur de la bibliothèque de l’université de Paris-Val-de-Marne au directeur chargé des bibliothèques et de la lecture publique, 22 mars 1974. On remarquera le caractère tardif de ce projet de réalisation.

32 De nouveaux bâtiments accueillent les étudiants des premières années de médecine au cours de l’année 1971 mais le bâtiment de sciences est toujours en travaux.

33 Archives de la présidence, nc, Lettre du président à M. le ministre de l’Éducation nationale (Joseph Fontanet), 8 novembre 1972.

34 Archives du rectorat de Paris, 1 211 W5, centre de Boissy-Saint-Léger, lettre du ministre de l’Éducation nationale, Joseph Fontanet au ministre de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire, Olivier Guichard.

35 Ibid., accord de la cession par l’Office de terrains situés à Boissy-Saint-Léger en vue de la création du centre universitaire, 8 avril 1974.

36 Ibid., réponse d’Olivier Guichard à Joseph Fontanet, 23 décembre 1972.

37 Ibid., note du chef de service constructeur des académies de la région Île-de-France (SCARIF) au recteur de l’académie de Créteil, 12 mars 1974. Le comité de décentralisation donne encore son accord au projet de 1971 à la date du 4 octobre 1973.

38 Ibid., lettre du secrétaire d’État aux Universités (Jean-Pierre Soisson), le 18 mars 1975, à M. le recteur : « À la suite d’études détaillées de la carte universitaire, il a paru plus rationnel de procéder en région parisienne aux implantations universitaires dans les villes nouvelles plutôt que dans le voisinage des centres existants. En conséquence le projet de centre universitaire à Boissy-Saint-Léger est abandonné et j’en ai averti le ministère de l’Équipement. »

39 Voir dans le même volume, L. Vadelorge, « La genèse de la carte universitaire francilienne : du Padog aux villes nouvelles, 1960-1974 ».

40 Archives départementales du Val-de-Marne (désormais AD94), 1981W2, compte rendu du conseil d’administration (désormais CA) du 28 avril 1976.

41 Ibid., la dotation ministérielle de 11,4 % en 1976 suit à peine l’inflation.

42 Entretien de Guy Camus, ancien secrétaire général de l’Université, effectué le 5 juillet 2011 par Anece Oubaïdourahaman.

43 AD94, 1981 W2, CA du 4 février 1975. Des conventions sont passées avec la ville de Créteil pour l’utilisation d’une piscine et du COSEC pour les activités sportives des étudiants.

44 AD94, 1981W2, CA du15 juin 1977, p. 16.

45 « M. Germa [président du conseil général du département du Val-de-Marne à partir de 1976] a toujours considéré que la création de l’université dans le Val-de-Marne c’était un élément très important pour la préfiguration de ce qu’allait devenir le département », AD94, 21AV 479, entretien d’Hélène Luc réalisé le 10 juin 2011 par Julia Moro dans le cadre du programme de recherches, « Trajectoires du Val-de-Marne ». Le tournant date cependant de 1975 sous la mandature précédente : Roland Nungesser, président du conseil général, met à profit la cérémonie d’adieu au président Beaumont, à laquelle assiste le secrétaire d’État aux universités, pour aborder les problèmes de finances et de locaux, inaugurant ainsi une politique de pression politique sur le gouvernement qui sera également suivie lorsque le conseil général repassera aux communistes, AD94, 1981 W2, CA du 10 décembre 1975.

46 Les rapports de l’université avec la ville de Saint-Maur ne vont pas s’arranger non plus avec l’élection du nouveau maire, Jean-Louis Beaumont, ancien président de l’université.

47 AD94, 1981W3, CA du 5 févier 1981.

48 AD94, 1981W3, CA du 19 mars 1982.

49 AD94, 1981W2, CA du 6 avril 1978.

50 AD94, 1981W3, CA du 9 décembre 1982, Trois nouveaux départements sont prévus à côté de deux précédents en informatique, en génie médical et en maintenance industrielle, malgré les réticences du représentant des personnels ATOS d’Évry.

51 Voir parmi ses travaux M. Baron, « I.U.T. et S.T.S : deux équipements pour une même offre de formation », Annales de géographie, no 606, 1999, p. 134-150.

52 La nouvelle équipe, sous la présidence de Daniel-Nicolas Laurent, met à profit les changements de gouvernance des universités à la suite de la loi Savary de 1984.

53 AD94, 1981W4, CA du 25 juin 1987.

54 AD94, 1981W4, CA du 18 novembre 1987.

55 Ibid.

56 Ibid., CA du 17 octobre 1988.

57 Outre l’article précédemment cité, voir M. Baron, « Les transformations de la carte universitaire depuis les années 1960 : constats et enjeux », Le Mouvement social, no 233, octobre-novembre 2010, p. 93 à 105.

58 AD94, 1981W3, CA du 19 mars 1982.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Sites de l’université de Paris XII de 1969 à 1975.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Illustration 2. – Le CMC en construction vue depuis l’angle sud-est. Fonds Sloan (en dépôt à l’UPEC).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Illustration 3. – Centre universitaire de Boissy-Saint-Léger sur des plans de l’architecte Jacques Sarrabezolles. Archives du Rectorat, 1211W5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47783/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Illustration 4. – Sites de l’université de Paris XII entre 1975 et 1990.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47783/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site