Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Troisième partie. La nouvelle division du travail universitaire : lieux, espaces, disciplines

La grève du droit à Paris VIII en mai et juin 1983 : « l’esprit vincennois »

Robi Morder

Texte intégral

  • 1 Périodisation retenue par J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder, « Entre Réforme, Révolution et (...)
  • 2 Voir J.-P. Legois, « Les années 1968, du passé faisons table rase ! ? » ; R. Morder, « Années 1970 (...)
  • 3 Sur la Loi Savary, son élaboration et son contenu, lire J. Minot (dir), Les Universités après la l (...)

1Avec la grève étudiante de 1976 contre la réforme du second cycle de l’enseignement supérieur s’achève dans l’arène universitaire la période des « années 681 ». Les questions universitaires redeviennent la priorité des mouvements étudiants, et le syndicalisme étudiant – tout aussi divisé et éclaté soit-il – a conquis une nouvelle légitimité2. Les motifs de la « scission de 1971 » intervenue entre les deux branches de l’UNEF – accepter de participer ou boycotter les élections aux conseils universitaires – disparaissent après l’arrivée au pouvoir de la gauche en 1981. Comme sa rivale (l’UNEF dite « renouveau »), l’UNEF indépendante et démocratique présente des listes. Les deux UNEF font jeu égal, et c’est avec la grève contre la réforme Devaquet en 1986 que l’UNEF-ID s’imposera comme force dominante. Quand en 1982-1983 le ministre Savary entame le processus qui va aboutir à la réforme de l’enseignement supérieur adoptée en janvier 19843, la droite universitaire, enseignants et étudiants de Droit et Médecine notamment, s’y oppose en utilisant le répertoire d’action utilisé jusque là par la gauche (grève, manifestations, coordinations). Les deux UNEF chacune à sa manière soutiennent, même si c’est de façon critique, avec des amendements, l’action gouvernementale.

  • 4 Les sources consultées sont les archives conservées à la Bibliothèque universitaire (BU) de Paris (...)

2C’est entre les deux grands mouvements – 1976 et 1986 – et dans le contexte d’une contestation du projet Savary, que se situe la grève du Droit à Paris VIII. Cette faculté atypique connaît depuis sa création un mouvement étudiant tout aussi atypique, articulant radicalité comme faible participation électorale avec un investissement dans la cogestion de l’université au travers de structures ad hoc, non légales mais en relations avec les institutions officielles de l’université. En mai et juin 1983, pendant cinq semaines, le département de droit de l’université Paris VIII Vincennes à Saint-Denis est le théâtre d’un mouvement de grève étudiante avec occupation des locaux. Ce mouvement de cessation des cours qui commence le lundi 9 mai et s’achève le lundi 6 juin se déroule localement alors que dans le même temps ce sont les manifestations contre le projet Savary qui font l’actualité éditoriale de la presse écrite et radiotélévisée. Toutefois, les deux mobilisations n’ont pas le même objet et l’on peut affirmer que les revendications des étudiants du département de Droit de Paris VIII sont aux antipodes de celles de leurs professeurs, parmi lesquels, justement, leur directeur de département, le doyen Rosny Minvielle4.

Un département atypique dans une université expérimentale

  • 5 Décret 7 décembre 1968 portant création du centre universitaire à statut de faculté, Arrêté du 6 f (...)

3On ne peut comprendre cette grève de Paris VIII qu’en se référant au caractère atypique du Droit dans une université fortement marquée par son statut d’université expérimentale5.

  • 6 R. Fauchère, Atypie-utopie, Vincennes, naissance d’une université, mai 1968-janvier 1969 », mémoir (...)
  • 7 Entretien avec Guy Berger.

4Cette contribution n’est pas le lieu pour décrire l’histoire et les spécificités de Paris VIII, née comme centre, puis université expérimentale de Vincennes après mai-juin 1968. Ouverte aux non-bacheliers, elle accueille un nombre important de salariés, d’étrangers, caractéristiques qui se perpétuent sur la longue durée, y compris pour les étudiants juristes. Université de Lettres et sciences humaines, alors que l’autre centre universitaire expérimental de Dauphine, future Paris IX, accueille l’Économie et la Gestion, l’existence d’une filière juridique ne va pas de soi tant le Droit, ses enseignants et ses étudiants sont réputés conservateurs. Pourtant, parmi les 24 membres de la Commission d’orientation qui portent Vincennes sur ses fonds baptismaux l’on repère trois professeurs de droit : Brochier, Colliard et Colin, ainsi que Jean-Jacques Dupeyroux directeur des études à l’ENA, Alain Dutheillet de la Motte maître des requêtes au Conseil d’État, sans oublier Jean Touchard de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP). Par le Bulletin officiel (BO) du 3 octobre 1968 sont créés cinquante postes de maîtres de conférences, dont deux en Droit, et soixante-cinq de maîtres assistants, dont deux en Droit, à chaque fois un en Droit public et un en Droit privé. Pour les quatre-vingt assistants, on compte quatre juristes, toujours à parts égales droit public/droit privé. À la mi-octobre le BO publie la liste des vingt chaires de professeurs, liste ne comportant aucun juriste6. Toutefois, le professeur d’histoire du droit Roumier, collègue et proche d’Edgar Faure, occupe un temps la chaire d’histoire des idées et institutions politiques7.

  • 8 M. Debeauvais, L’université ouverte, les dossiers de Vincennes, Presses universitaires de Grenoble (...)
  • 9 Compte rendu du Conseil d’université du 26 novembre 1974.

5En 1969, le département se scinde en deux, il y a séparation entre le département de Sciences politiques et un département de Droit8. Les unités d’enseignement et de recherche (UER), seules structures juridiques reconnues par la loi Faure, regroupent à Paris VIII des départements qui de facto sont les lieux de discussion, propositions, décisions. Le département de Droit est partie prenante avec les départements de Sciences politiques, d’Économie politique puis d’AES à sa création, de l’UER d’Économie politique. Cette UER rencontre de grandes difficultés institutionnelles : en novembre 1974 ses statuts sont annulés par le recteur car ils assuraient la parité entre enseignants de rang A et de rang B, alors que la loi donnait une prépondérance aux premiers avec 60 %9.

Le droit à Paris VIII

  • 10 G. Casanova, « L’expérience de Vincennes », Les cahiers reconstruction syndicale, no 1, 1980.
  • 11 Compte rendu du conseil d’université du 3 février 1978.
  • 12 Guide de l’étudiant, 1980-1981.

6Les enseignements de droit à Paris VIII dans ce contexte d’encadrement pédagogique atypique pour cette discipline, ne sont guère reconnus par les autres facultés de Droit, ni en termes de réputation, ni en termes institutionnels. En 1973, la réforme instaurant le diplôme du DEUG à la fin des deux premières années d’études soulève une vague de protestations et de mobilisations dans les universités. Les mouvements étudiants y voient l’instauration d’un palier de sélection séparant les deux cycles universitaires et rejettent en bloc la réforme. Particularité de Paris VIII, le mouvement étudiant ne se contente pas de dire non à la réforme, mais avance des propositions alternatives pour conserver le caractère pluridisciplinaire des enseignements10. C’est finalement la formule de compromis du « 12, 4 et 4 » qui va être acceptée par le ministère en 1974 pour l’habilitation des diplômes, à savoir un bloc de 12 unités de valeurs (UV) dominantes, 4 UV pour une discipline en sous-dominante, et 4 UV libres. En octobre 1977, l’habilitation réexaminée est refusée pour le DEUG Droit. Le projet déposé en 1978 est de nouveau rejeté, mais pour des questions de forme, qui sont résolues ensuite pour la rentrée 1978-197911. Le DEUG est finalement constitué de 9 UV obligatoires (dont 4 annuelles dites « longues »), 9 UV non obligatoires (dont 5 à prendre en droit), 1 UV de langue vivante et une UV d’initiation aux pratiques professionnelle (IPP)12. En revanche, à la rentrée 1980, alors que Paris VIII s’installe à Saint-Denis, la licence de Sciences juridiques n’est plus reconnue. Les étudiants désireux de poursuivre des études menant à des carrières juridiques où la licence ou la maîtrise sont nécessaires doivent se contenter du DEUG et changer d’université, ou demeurer à Paris VIII pour leur seul intérêt personnel à suivre les cours dans cette université. L’année suivante, en 1981-1982 est créé un diplôme national n’existant qu’à Paris VIII, la licence et la maîtrise « Sciences juridiques et politiques » avec option Droit ou option Sciences politiques. Les étudiants juristes peuvent ainsi obtenir un diplôme national, mais qui n’est reconnu par les autres facultés de Droit qu’à titre d’équivalence (si un accord existe avec Paris VIII), ou au cas par cas après examen des dossiers individuels.

7L’absence de professeur juriste de rang A parmi la dizaine de maîtres de conférences, maîtres assistants et assistants constituait bien évidemment un handicap pour une reconnaissance institutionnelle face à l’hostilité de la plupart des doyens de droit à reconnaître les juristes de l’université Paris VIII comme leurs égaux.

  • 13 Son nom complet est Rosny Minvielle de Guilhem de Lataillade, il est toujours avocat.
  • 14 M. Malherbe, La faculté de droit de Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1996.
  • 15 Sur le site voisin de Villetaneuse (université Paris XIII) où il existe une UER de Droit et Scienc (...)

8C’est dans ces conditions que sont recrutés successivement Rosny Minvielle, puis François Boulanger. Rosny Minvielle13 est recruté en 1980, et devient – rang A oblige – responsable du département. C’est un profil typique de juriste plutôt conservateur, mais totalement en décalage avec Paris VIII. Issu d’une famille bourgeoise bordelaise comportant des juristes depuis le XVIIIe siècle – son père était avocat près la cour d’appel de Bordeaux, – il est licencié en droit en 1952 puis docteur en Sciences économiques en 1956 et agrégé en 1957. Il exerce ensuite dans les facultés de « l’Empire », à Rabat en 1956-1957, Dakar en 1957-1958 puis à Bordeaux de 1958 à 198014. Il fait venir à l’université Paris VIII François Boulanger, professeur de Droit privé, spécialiste du droit de la famille. Il est plus aisé de prendre la direction du Droit quand on est le seul professeur de rang A dans une université sans concurrence qu’ailleurs où le nombre de prétendants possible est plus important. À peine installé, et une fois la reconnaissance de la licence et de la maîtrise de Sciences juridiques et politiques (option Droit) obtenue, il propose au conseil d’université la création d’une UER de Droit séparée, proposition rejetée par le conseil le 19 juin 1982. Simple directeur de département nommé par les autorités de l’université et de l’UER, il se fait appeler « doyen de la faculté de Droit » de Paris VIII, non seulement aux conférences des doyens des facultés de Droit auxquelles il participe, mais aussi à Paris VIII où il l’inscrit sur la porte des bureaux du département15. La bataille symbolique est engagée, et les étudiants ripostent en apposant régulièrement l’affichette « directeur du département » sur celle du « doyen », épisodes qui ne cessent de se renouveler jusqu’au moment où le conflit atteint son paroxysme. Recrutant des vacataires en nombre (on compte quarante-neuf chargés de cours et TD) il crée – alors que la maîtrise n’est pas reconnue comme maîtrise de Droit – quatorze mentions, n’accueillant que quelques étudiants à chaque fois. Cette politique est critiquée par les étudiants parce qu’elle se fonde sur une dimension de prestige au détriment des premiers cycles.

9Le contexte politique général est celui de l’arrivée de la gauche au pouvoir aux élections présidentielles puis législatives de mai et juin 1981, et la discussion d’une réforme de l’enseignement supérieur qui va s’étaler sur près de deux années de fin 1981 à janvier 1984. Ce projet de loi Savary va susciter la contestation, notamment de l’opposition de droite. À Paris VIII, les élections au conseil d’université ont lieu en janvier 1982.

Les militants étudiants du droit, une légitimité contestée

  • 16 Union nationale des étudiants de France dite « solidarité étudiante ».
  • 17 Union nationale des étudiants de France indépendante démocratique.
  • 18 À l’inverse de ses minoritaires très investis dans le mouvement, le bureau de l’Association généra (...)

10Au département de Droit, outre les enseignants dont une grande partie est « d’esprit vincennois » mais est (ou se considère) soumise à l’autorité pédagogique des deux seuls professeurs de rang A, et les vacataires pour la plupart recrutés par la direction du département, et le personnel ATOS (une secrétaire, qui est aussi étudiante dans l’université) les étudiants sont au nombre de six cents. Les listes représentées au conseil d’UER sont la Liste autogestionnaire, les deux UNEF, UNEF-SE16 et UNEF-ID. Le Comité d’action UNEF ID de l’UER est dirigé par les militants de la LEAS (« Luttes étudiantes – action syndicale », tendance d’opposition animée par la LCR, et qui de surcroît localement est d’une sensibilité plus autogestionnaire) face à la majorité nationale qui est aussi majoritaire chez les syndiqués UNEF ID17 de Paris VIII18, surtout présente en Économie et en Sciences-politiques, avec un membre en Droit. Mais dans le département de Droit, c’est la Liste autogestionnaire qui est dominante. Les trois étudiants du département de Droit qui siègent au conseil d’UER en sont membres : Gérard Goron, Cécile Aitkaci et Laï Ba, ces deux derniers étant également élues au bureau du Conseil de l’université.

11Le professeur Minvielle, refuse de reconnaître toute légitimité aux élus étudiants puisque leur élection n’est pas le seul fait des juristes mais également celle des économistes, administratifs et politistes qui sont les quatre composantes de l’UFR. Il dénie tout autant la légitimité de ce qui va devenir le « comité d’action des étudiants en droit » puisque cette structure de mobilisation n’est pas une structure institutionnelle légale.

La grève de mai et juin 1983

  • 19 Tract du 1er juin du Comité d’action des étudiants en droit. Archives Robi Morder/Cité des mémoire (...)

12Le lundi 9 mai, à la suite d’un collectif de département « qui a porté à son degré ultime l’obstination démesurée du directeur19 » les élus étudiants et les militants commencent à « faire la tournée » des salles de cours. Immédiatement la grève démarre au cours d’un partiel de première année où une centaine d’étudiants s’entassent dans une salle de quarante places. Elle s’étend à tout le département, notamment aux années de DEUG. À partir de là, une assemblée générale réunit quotidiennement entre trois cents et quatre cents étudiants. La plupart viennent d’abord s’informer de ce qu’il en est des examens, discutent de la poursuite de la grève et rentrent ensuite chez eux pour revenir le lendemain. Il n’y a pas d’élection de comité de grève, mais un « comité d’action » qui réunit les militants « actifs » de la grève, soit une centaine de personnes, présents en permanence, travaillant en commissions ou en plénières.

  • 20 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.
  • 21 Ibid.

13Le 25 mai, le comité d’action adopte après plusieurs jours de débats, un « projet pédagogique20 », prenant la forme d’une brochure de 24 pages. Après un bilan sévère, y sont proposées des mesures tant en termes de fonctionnement (information, gestion collective) que d’organisation pédagogique avec triplement des cours magistraux en première et seconde année, pluridisciplinarité des formations et liens avec les autres départements, « renforcement de l’enseignement pratique » et « nouvelle approche de l’enseignement juridique ». C’est une véritable maquette alternative qui demeure conforme aux maquettes nationales alors en vigueur21.

14Le directeur, tout au long du conflit, refuse de rencontrer une quelconque délégation étudiante. Du côté des institutions de l’université, malgré leur hostilité aux orientations de Minvielle, la situation semble bloquée. Les hésitations sur les mesures à prendre sont à la hauteur de leur crainte de recours contentieux juridiques puisque le président n’a pas autorité sur les prérogatives des professeurs, de surcroît d’une autre discipline que la sienne. À défaut de mesures unilatérales, la présidence tente de provoquer une négociation. Elle propose des réunions dès le 10 mai, puis le 17 mai. Le président Claude Frioux convoque une réunion des enseignants du département le 24 mai. Minvielle et Boulanger en sont absents et s’affichent au même moment à la manifestation parisienne contre le projet de loi Savary. Il y a bien un entretien le lendemain, 25 mai avec le président Frioux, et semble-t-il, il aurait été convenu que Minvielle et Boulanger organisent une réunion des enseignants pour le 6 juin.

Forcer l’université à prendre position

15Pour faire pression sur la présidence de l’université, et informer les étudiants et les personnels, le standard central est occupé de jour et de nuit à partir du 26 mai. Des étudiants prennent la place des standardistes et expliquent leurs revendications à chaque correspondant. Cette stratégie est d’autant plus importante que le conflit est d’abord perçu de l’extérieur comme une participation des étudiants de Droit de Paris VIII au mouvement anti réforme Savary.

16Le secrétariat du département est lui aussi occupé, d’abord de jour le 26 mai puis nuit et jour après la « subtilisation » des listings d’étudiants par Minvielle. Cela devait lui servir à convoquer les étudiants à des sessions d’examens, qui se tiendraient en dehors même des locaux de l’université.

  • 22 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes, Pneumatique du 27 mai 1983, reproduit par le co (...)

17Face à la « dégradation de la situation en Droit », le président Frioux adresse par pneumatique le vendredi 27 mai à tous les enseignants en poste une convocation pour une réunion, le lundi 30 mai, avec comme ordre du jour, l’accueil de non-bacheliers et le calendrier des examens. Minvielle et Boulanger adressent en date du dimanche 29 mai une longue réponse au président Frioux, argumentant de leur position statutaire pour refuser une réunion « ni légale, ni réglementaire22 ». C’est ce même dimanche 29 mai au matin que le listing d’étudiants a été « subtilisée ».

Illustration 1. – tract du 6 juin 1983 « 5° semaine de grève, le point de la situation ». Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.

  • 23 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes, rappelé dans le tract du 6 juin 1983 « 5° semai (...)

18L’assemblée générale étudiante du 31 mai, qui ignore encore l’existence de la lettre de Minvielle et Boulanger mais qui connaît le « vol » du listing, décide la poursuite de la grève, l’occupation du secrétariat du département avec deux objectifs : l’organisation des examens par Frioux – l’AG évoque explicitement Jean-Marie Vincent, administrateur de l’UER, comme responsable provisoire du département, et la démission de Minvielle « rendue nécessaire par son obstination à bloquer le département23 ». Des courriers sont envoyés à tous les syndicats étudiants, enseignants, du personnel ainsi qu’à tous les départements.

Illustration 2. – Lettre de Minvielle/Boulanger du 29 mai 1983.
Pneumatique du 27 mai 1983, reproduit par le comité d’action des étudiants en droit en tract le 3 juin. Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.

  • 24 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes, « À propos de la lettre de M. Minvielle en date (...)
  • 25 Ibid.

19La lettre est transmise par un membre du personnel au comité d’action, qui décide de la reproduire, avec une réponse étudiante, et la distribue à plusieurs milliers d’exemplaires dans l’université24. L’enjeu de cette diffusion est moins d’argumenter contre Minvielle et Boulanger, mais plutôt – en rendant publiques les « allégations diffamatoires et accusations mensongères » et les attaques contre la légitimité de tout « le conseil d’université, le bureau et le président de l’université25 » d’obliger la présidence à réagir pour ne pas perdre la face, d’autant qu’à la pression étudiante s’ajoute celle des autres élus, des enseignants et des personnels.

La « victoire » étudiante

  • 26 D’après Guy Berger, c’est Georges Lapassade qui fait venir André Demichel de Lyon en 1980, mis en (...)

20Tous les étudiants sont évidemment présents le 6 juin, date à laquelle ils sont convoqués par Minvielle pour les examens. L’amphithéâtre bondé se transforme en assemblée générale. Le comité d’action distribue un tract revendiquant le passage des examens en juin « aux dates et contenus convenus avec les enseignants et les étudiants » et leur organisation par un responsable provisoire du département nommé par le président d’université. La démission de Minvielle est demandée, la nomination de Jean-Marie Vincent, qui est l’administrateur provisoire de l’UER évoquée noir sur blanc. Le président Frioux vient en personne dans l’amphithéâtre, annonce aux étudiants la mise en place d’un nouveau calendrier d’examens consultable dès le lendemain 7 juin, charge Jean-Marie Vincent de réunir les étudiants et les enseignants. C’est chose faite le 8 juin, en l’absence de Minvielle et Boulanger qui refusent de venir. Lors de cette réunion, enseignants et étudiants discutent en présence de Jean-Marie Vincent de l’avenir du département. André Demichel26 – professeur de droit public, est nommé directeur, et le principe d’une commission paritaire enseignants/étudiants est retenu. Le mois de juin s’achève avec le déroulement des examens, et la mise en place d’un dispositif allant dans le sens de ce qui était réclamé par les étudiants : dédoublement des cours les plus importants, UV libres pouvant être suivies dans d’autres départements, simplification du nombre des maîtrises, réunions régulières enseignants/étudiants. À la rentrée 1983-1984, le comité d’action initie l’élection de délégués par les étudiants de chaque niveau d’études pour rendre la présence étudiante plus représentative.

  • 27 Conseil d’État, sous-sections 4 et 1 réunies, no 66531, rapporteur M. Stasse, maître des requêtes, (...)
  • 28 « Bien-fondé de l’action civile (oui), mise en cause d’un professeur de droit par le président de (...)

21Le conflit opposera ensuite les professeurs Minvielle et Boulanger – toujours en poste en qualité d’enseignants – et la présidence d’université sur le terrain du contentieux administratif et pénal. Le tribunal administratif de Paris rejette le recours par jugement en date du 23 novembre 1984, décision confirmée par le conseil d’État le 20 octobre 1993, validant ainsi les décisions du président d’université27. Un contentieux est également ouvert au pénal en diffamation publique envers un particulier, aboutissant à une décision de la cour d’appel de Paris du 8 novembre 1984, dont nous ne disposons que des mots-clés28.

*

  • 29 Sur la notion de répertoire d’action collective, voir C. Tilly, La France contestée. De 1600 à nos (...)
  • 30 T. Schelling, La stratégie du conflit, Paris, PUF, 1986.

22La grève du Droit de Paris VIII en 1983 forme donc une mobilisation originale, où tous les coups et contre-coups du répertoire d’action collective29 sont joués par les deux parties (processus de légitimation/délégitimation de l’adversaire, grève, escalade avec « vol » de listing, occupations, bataille du calendrier des examens, etc.). Un des enjeux de cette grève est le positionnement du département dans l’université Paris VIII et plus généralement la prise de position de l’institution universitaire par rapport à ce département. Les étudiants craignent pour leur part d’être abandonnés par une présidence et une université de Lettres et sciences humaines qui serait prête à laisser « partir » le département vers une autre destinée, celle d’une traditionnelle « faculté de Droit » conduite par son « doyen ». La stratégie du conflit30 menée par le comité d’action s’explique ainsi, les étudiants semblant attachés, plus que l’administration de l’université, au caractère « vincennois » des enseignements du Droit.

Notes

1 Périodisation retenue par J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder, « Entre Réforme, Révolution et Corporatisme », R. Francket al. (dir), Les années 68 : le temps de la contestation, Bruxelles/Paris, Complexe/IHTP, 2000, réédition 2008.

2 Voir J.-P. Legois, « Les années 1968, du passé faisons table rase ! ? » ; R. Morder, « Années 1970 et 1980 : décompositions et recompositions » ; E. Porte, « Au tournant du siècle (1986-2006) : actualité des mouvements étudiants », J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, 2007.

3 Sur la Loi Savary, son élaboration et son contenu, lire J. Minot (dir), Les Universités après la loi du 26 janier 1984, Paris, Berger-levrault, 1985. Voir également J. Verger (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986. Les témoignages collectés dans le programme d’archives orales de l’ex-Institut national de la recherche pédagogique qui s’intitule « Histoire et archives orales de l’enseignement », lancé en 1990 par Marie-Thérèse Franck, au sein de l’ex-Service d’histoire de l’éducation (SHE) est également riche en la matière. Dans la bibliographie de R. Morder, Revendications, négociations : débats et pratiques dans le syndicalisme étudiant en France (1976-1988), DEA de Sciences politiques, université de Paris X-Nanterre, 1989, sous la direction de Michel Dobry les prises de position des organisations étudiantes sur le projet de réforme sont référencées.

4 Les sources consultées sont les archives conservées à la Bibliothèque universitaire (BU) de Paris VIII. Il s’agit pour l’essentiel des procès-verbaux des conseils d’université et des livrets de l’étudiant. Nous n’avons pu retrouver les archives du conseil d’UER qui recouvre à l’époque les départements Économie politique, AES, Sciences politiques et Droit. Nous remercions particulièrement Leïla Sahli, chargée de la mission archives de l’université et le personnel de la BU. Nous avons pu bénéficier également de quelques éclaircissements apportés au cours d’un entretien avec Guy Berger, et recueilli le témoignage d’un des protagonistes de la Liste autogestionnaire, Gérard Goron. L’auteur de cette contribution doit préciser qu’il a été également un acteur étudiant, étant en première année de Droit en tant que salarié au moment de la grève. C’est ainsi qu’il a pu s’appuyer sur ses propres archives et notes de l’époque avec la distance nécessaire et sur le paragraphe qu’il avait consacré dans son DEA en 1989 à cette grève (R. Morder, Revendications, négociations : débats et pratiques dans le syndicalisme étudiant en France [1976-1988], mémoire de DEA de sciences politiques, Paris X-Nanterre, 1989). La consultation des bases de données juridiques a pu permettre de retrouver traces des décisions de justice ou leur résumé, mais le dossier judiciaire comporte sans aucun doute des éléments de fait qu’il sera utile de consulter.

5 Décret 7 décembre 1968 portant création du centre universitaire à statut de faculté, Arrêté du 6 février 1969 et décret du 9 juin 1969 sur les composantes : Unités d’enseignement et de recherche (UER) et départements. Cf. aussi C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du centre expérimental de Vincennes, PUV, 2012.

6 R. Fauchère, Atypie-utopie, Vincennes, naissance d’une université, mai 1968-janvier 1969 », mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Michelle Perrot, université de Paris VII, 1992.

7 Entretien avec Guy Berger.

8 M. Debeauvais, L’université ouverte, les dossiers de Vincennes, Presses universitaires de Grenoble, 1976, p. 61.

9 Compte rendu du Conseil d’université du 26 novembre 1974.

10 G. Casanova, « L’expérience de Vincennes », Les cahiers reconstruction syndicale, no 1, 1980.

11 Compte rendu du conseil d’université du 3 février 1978.

12 Guide de l’étudiant, 1980-1981.

13 Son nom complet est Rosny Minvielle de Guilhem de Lataillade, il est toujours avocat.

14 M. Malherbe, La faculté de droit de Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1996.

15 Sur le site voisin de Villetaneuse (université Paris XIII) où il existe une UER de Droit et Sciences politiques depuis 1970, le directeur revendique également le titre de doyen et l’inscrit sur la porte de son bureau. Cf Robert Etien, « Être juriste à Paris XIII », J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir.), Paris XIII, histoire d’une université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg international, 2012, p. 227-230.

16 Union nationale des étudiants de France dite « solidarité étudiante ».

17 Union nationale des étudiants de France indépendante démocratique.

18 À l’inverse de ses minoritaires très investis dans le mouvement, le bureau de l’Association générale des étudiants UNEF ID ne soutient pas la grève, et s’oppose aux revendications « contre-planistes » du comité d’action.

19 Tract du 1er juin du Comité d’action des étudiants en droit. Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.

20 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.

21 Ibid.

22 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes, Pneumatique du 27 mai 1983, reproduit par le comité d’action des étudiants en droit en tract le 3 juin.

23 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes, rappelé dans le tract du 6 juin 1983 « 5° semaine de grève, le point de la situation ».

24 Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes, « À propos de la lettre de M. Minvielle en date du 29 mai 1983 : quelques remarques », 3 juin 1983.

25 Ibid.

26 D’après Guy Berger, c’est Georges Lapassade qui fait venir André Demichel de Lyon en 1980, mis en relation par Michel Bouvier qui était son directeur de thèse.

27 Conseil d’État, sous-sections 4 et 1 réunies, no 66531, rapporteur M. Stasse, maître des requêtes, conclusions de M. Schwartz, commissaire du gouvernement.

28 « Bien-fondé de l’action civile (oui), mise en cause d’un professeur de droit par le président de l’université, imputation d’un fait précis (oui) […] communications successives à titre confidentiel (non), grand nombre de destinataires dénotant l’intention de publicité, dommages-intérêts : 1 », cour d’appel de Paris, chambre 11, section B, 8 novembre 1984, no jurisdata 1984-027656.

29 Sur la notion de répertoire d’action collective, voir C. Tilly, La France contestée. De 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986 ; ainsi que R. Morder, « Les répertoires d’action collective étudiants », Cahiers du Germe, spécial no 4, 2004.

30 T. Schelling, La stratégie du conflit, Paris, PUF, 1986.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – tract du 6 juin 1983 « 5° semaine de grève, le point de la situation ». Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Illustration 2. – Lettre de Minvielle/Boulanger du 29 mai 1983.Pneumatique du 27 mai 1983, reproduit par le comité d’action des étudiants en droit en tract le 3 juin. Archives Robi Morder/Cité des mémoires étudiantes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 475k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site