Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Troisième partie. La nouvelle division du travail universitaire : lieux, espaces, disciplines

Une origine, deux destins ?

Les centres universitaires de Dauphine et Vincennes de 1968 aux années 1970

Laurène Le Cozanet et Christelle Dormoy-Rajramanan

Texte intégral

1« Sœurs jumelles » par leur date de création et certains traits constitutifs communs tels que les principes de la pluridisciplinarité, du travail en petits groupes, du contrôle continu mais aussi de l’adaptation à des débouchés professionnels autres que ceux de l’enseignement, « Dauphine » et « Vincennes » connaîtront des trajectoires distinctes dans le champ universitaire. En revenant sur la période de création de ces deux universités « pilotes » (1968-1969), il s’agit de comprendre de quelles stratégies du pouvoir politique elles ont relevé, puis comment leur institutionnalisation a contribué à les redéfinir au quotidien, à travers l’investissement pratique de leurs premiers personnels et usagers. Cette étude croisée des objectifs politiques et des pratiques universitaires s’appuie sur les archives publiques de ces établissements, sur celles du ministère Faure, des conseillers du chef de l’État et du premier ministre, ainsi que sur les archives privées de certains enseignants. Ce corpus est complété par des entretiens de première et seconde main avec différents acteurs de ces institutions.

Des projections…

2Créations institutionnelles imaginées par le pouvoir en partenariat avec certains universitaires et/ou représentants du monde économique, les centres universitaires expérimentaux de Dauphine et de Vincennes relèvent d’une politique de sortie de crise, ménageant néanmoins les orientations initiales de la politique scolaire gaullienne.

Les objectifs politiques

  • 1 Comme en témoignent de nombreuses archives contenues dans AN, 640AP/50-54-64, fonds Sébastien Lost (...)
  • 2 Voir C. Dormoy-Rajramanan, Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le Centre universitaire (...)
  • 3 Voir dans le même ouvrage la contribution de Robi Morder.
  • 4 C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du centre expérimental de Vincennes, PU (...)
  • 5 M. Boiteux, « Le soutien d’EDF-GDF à la vie matérielle et administrative de Dauphine », discours e (...)
  • 6 Voir notamment AN, 20080033/13, « Immeuble “Dauphine”, projet d’aménagement », 14 août 1968, fonds (...)
  • 7 Voir dans le même ouvrage la contribution d’Éléonore Marantz-Jaen.

3La mobilisation qui touche le monde universitaire en mai-juin 1968 oblige le pouvoir exécutif à afficher une inflexion de son action à l’égard de l’enseignement supérieur. L’annonce de l’entrée en vigueur de la sélection à l’Université, par le ministre de l’Éducation nationale Alain Peyrefitte en novembre 1967 ayant largement mis le feu aux poudres, celui-ci est remplacé, d’abord par François-Xavier Ortoli puis par Edgar Faure, universitaire et ancien président du Conseil. Étroitement surveillé par le chef de l’État1, le ministre a pour mission de donner des gages d’ouverture au mouvement contestataire tout en préservant au mieux les orientations de la politique arrêtée par Charles de Gaulle en matière d’enseignement supérieur, fondée sur le principe d’un calibrage des formations en fonction des besoins économiques2. La loi d’orientation de l’enseignement supérieur (LOES) adoptée en novembre 1968 illustre ce difficile dosage, reconnaissant par exemple le bien-fondé de l’innovation pédagogique ou de la liberté de l’activité politique sur les campus tout en continuant à affirmer l’importance de la prise en compte des débouchés professionnels et de l’orientation, la sélection étant en revanche écartée. Autre mesure de sortie de crise : la création d’une série d’établissements nouveaux en réponse au manque de locaux universitaires, découlant de la hausse des effectifs qui touche l’enseignement supérieur, particulièrement depuis 1963, et considéré par le pouvoir politique comme l’une des causes de la crise universitaire. Le problème est particulièrement aigu à Paris qui accueille alors près de 30 % des étudiants de France. Parmi les nouveaux établissements, on compte trois « centres universitaires ayant statut de faculté », dont deux pour l’académie de Paris : « Dauphine » et « Vincennes », conçus pour montrer la voie concernant l’application des principes de la LOES : autonomie, pluridisciplinarité, participation. Ils ont en commun un objectif affiché de rénovation pédagogique, tant au niveau des contenus que des méthodes voulues moins magistrales et moins « livresques », fondées sur le travail en petits groupes – d’où une architecture faite essentiellement de petites salles – et le recours aux méthodes audio-visuelles, en particulier pour l’enseignement des langues. Le souci des débouchés est explicite dans les deux projets qui prévoient notamment le recours à des enseignants issus du « monde extérieur ». En outre, un principe commun de « journée continue, année continue, notation continue », s’accompagne d’une modification des modes d’évaluation et de l’extension de l’offre d’enseignement au soir et au samedi, permettant l’accueil de travailleurs en quête de « recyclage ». Ces expérimentations visent à émanciper l’enseignement universitaire des contraintes liées à la reproduction du corps professoral et à la préparation des concours. Toutefois, l’orientation disciplinaire de ces centres universitaires diffère et conditionne leurs évolutions divergentes. Dédié aux « Sciences des organisations », le Centre universitaire Dauphine (CUD) propose des enseignements en Sciences économiques et de gestion, en Droit et de façon plus marginale dans des disciplines relevant des facultés de Lettres et Sciences humaines (LSH) (langues, techniques d’expression orale et écrite, linguistique, psychologie sociale) et de Sciences (mathématiques, statistiques et informatique). Le centre universitaire expérimental de Vincennes (CUEV) est, quant à lui, essentiellement orienté vers les LSH mais propose aussi des enseignements de Sciences économiques, Droit3, Science politique, Mathématiques, Informatique ou encore d’Arts (musique, théâtre, cinéma, arts plastiques) et de Psychanalyse. La différence d’ancrage disciplinaire de ces centres universitaires correspond aux enjeux spécifiques auxquels ils répondent aux yeux du pouvoir – Dauphine incarnant le fleuron de la politique universitaire voulue par de Gaulle, Vincennes faisant plutôt office d’abcès de fixation de la contestation4. L’affectation des locaux est révélatrice des inégales dispositions du pouvoir à l’égard de ces établissements. Disponibles depuis le retrait de la France du commandement militaire intégré en 1966, les bâtiments du Secrétariat général de l’OTAN, au cœur du XVIe arrondissement de Paris, sont dédiés aux enseignements au recrutement social le plus bourgeois. Edgar Faure sollicite directement Électricité de France (EDF) pour « transformer en faculté l’immeuble de l’OTAN » en urgence5. L’entreprise conduira ainsi les travaux d’aménagement, contribuera non seulement à l’équipement (informatique, en particulier) mais aussi à l’intendance en « prêtant » du personnel, à commencer par Julien Baret, un agent des services financiers d’EDF qui fera fonction de secrétaire général du centre jusqu’en octobre 1969. Le centre de Vincennes est moins doté que celui de Dauphine, pourvu d’une surface deux fois plus importante pour des effectifs prévus bien moindres : alors que les projets pour Vincennes prévoient successivement 2 500, 5 000, puis finalement 7 500 étudiants pour la première rentrée, ceux de Dauphine en évoquent seulement 1 500, 4 500 puis finalement seulement 3 8006. Les étudiants de LSH, issus de milieux relativement plus populaires sont ainsi accueillis dans des préfabriqués7 montés à la hâte dans le Bois de Vincennes, isolé du XIIe arrondissement. En outre, alors que le décret de création de Dauphine est publié dès le 24 octobre 1968, celui de Vincennes ne l’est que six semaines plus tard, le 7 décembre, signe d’une réticence certaine en haut lieu quant à sa validation.

Des fondateurs « ouverts au monde extérieur », inégalement disposés

  • 8 AN, 20080033/13, documents de préfiguration du centre universitaire Dauphine, fonds du ministère d (...)
  • 9 D’autres proches collaborateurs d’E. Faure enseigneront au CUD, comme Bertrand Schwartz ou Jean-De (...)
  • 10 La section « gestion des entreprises » du Comité consultatif des universités (CCU) est créée en ma (...)

4Dès le mois de juillet 1968, la création de formations au « secteur tertiaire » à la porte Dauphine est évoquée dans la correspondance d’Edgar Faure8. Une « commission OTAN » est alors chargée par le ministre d’élaborer le projet du Centre, avec pour objectif de délester de 4 500 étudiants le premier cycle de la faculté de Droit et de Sciences économiques (DSE) de l’Université de Paris. Elle est présidée par Georges Vedel, doyen honoraire de cette faculté et président de la fédération des syndicats autonomes de l’enseignement supérieur. Il constitue la caution universitaire de cette équipe rassemblant deux dirigeants « modernisateurs » de grandes entreprises publiques, François Bloch-Lainé (Crédit Lyonnais) et Marcel Boiteux (EDF), et deux jeunes agrégés de Sciences économiques, Alain Bienaymé (professeur à Dijon et membre du cabinet Faure9) et Alain Cotta (professeur à Caen et aux Hautes études commerciales [HEC]). Se tournant vers des membres du patronat pour déterminer les « débouchés à prévoir », la commission tient aussi compte de la contestation universitaire. En août 1968, elle recommande la création d’un premier cycle d’un an d’« initiation à la vie des entreprises et plus généralement aux techniques de l’économie », de deux licences « administration des entreprises » et « économie appliquée », et d’un troisième cycle d’un an pour la « formation pédagogique du personnel enseignant ». Une « licence d’enseignement », qui ne connaîtra pas de suite, est aussi envisagée. Rappelons que, les Sciences de gestion connaissant les prémices de leur institutionnalisation comme discipline académique10, il n’existe alors aucun diplôme pouvant peser sur le contenu des formations, encore moins un concours de l’enseignement secondaire.

  • 11 Le Carnegie Institute of Technology est le creuset d’une conception spécifique des formations au m (...)

5Le 9 septembre 1968, Pierre Tabatoni est nommé chargé de mission pour la mise en place du CUD. Professeur de Sciences économiques à Paris depuis 1962, il est souvent présenté comme le « père fondateur » de la gestion en tant que discipline académique en France. Détenteur de titres académiques prestigieux, d’orientation politique libérale, il jouit d’une position universitaire centrale et de précieuses relations avec les milieux économiques nationaux et internationaux. Il a largement contribué à la création du premier institut d’administration des entreprises (IAE) à Aix-en-Provence en 1955. Proche de la fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE), de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), partie prenante des politiques de productivité, il a séjourné à plusieurs reprises aux États-Unis, notamment au Carnegie Tech qui constitue une grande source d’inspiration pour son projet de « Sciences des organisations11 ». Il souhaite faire de Dauphine une institution orientée vers la recherche appliquée et regrette la ressemblance du projet élaboré par la commission OTAN avec les écoles de commerce « classiques ». Son premier rôle sera de négocier la création du CUD avec les instances universitaires, en particulier la faculté de DSE de Paris, sceptique à l’égard de cette concurrente naissante. L’arrêté du 27 décembre 1968 instaure finalement un cycle préparatoire pluridisciplinaire de deux ans en Gestion et économie appliquée et un troisième cycle plus orienté vers la recherche, proposant une préparation au doctorat d’État en Sciences de gestion ou en Économie appliquée.

  • 12 J. De Chalendar, « L’université », in A. Bienaymé et R. Krakovitch, Edgar Faure, un homme d’État, (...)
  • 13 Il est à noter que l’anglais est l’une des disciplines littéraires les plus directement mobilisabl (...)
  • 14 Entretien de P. Dommergues avec C. Dormoy, le 2 avril 2008.
  • 15 Entretien d’H. Cixous avec C. Dormoy, le 26 avril 2008.
  • 16 Voir B. Cassen, « Comment le PC sauva Vincennes », in J.-M. Djian (dir.), Vincennes, une aventure (...)

6Concernant Vincennes, selon le témoignage de Jacques de Chalendar, conseiller technique auprès d’Edgar Faure, le projet initial consistait en un collège littéraire universitaire réservé au premier cycle, conçu comme un moyen de débarrasser la Sorbonne de ses étudiants les plus nombreux, les moins dotés scolairement et les plus enclins à l’« agitation12 ». Il est confié au doyen de la faculté des Lettres, Raymond Las Vergnas, élu pendant les événements. Ce professeur de littérature anglaise13 est l’un des fondateurs du centre d’études littéraires supérieures appliquées (CELSA). Outre la caution apportée par sa position institutionnelle, il offre l’avantage d’être apprécié tant par l’aile progressiste des professeurs de rang A de la Sorbonne que d’enseignants et étudiants plus contestataires. Autre « sommité » de l’équipe, Jean-Baptiste Duroselle, vice-doyen de la faculté des Lettres, professeur d’histoire contemporaine, normalien, il enseigne à la Sorbonne et à Sciences Po où il dirige les instituts de recherche dédiés aux relations internationales. Son association au projet de Vincennes tient sans doute en partie à sa connaissance des universités américaines, liée à son expérience d’enseignement à Harvard et de directeur de la commission franco-américaine d’échanges universitaires. Politiquement, il se revendique du catholicisme social. Il voit en Vincennes l’opportunité de bâtir un centre de recherche supérieure en histoire contemporaine. Raymond Las Vergnas accepte également la collaboration de trois jeunes collègues de l’institut d’anglais de la Sorbonne. Maître-assistant à la Sorbonne et membre du conseil exécutif de l’institut d’anglais, Pierre Dommergues enseigne aussi notamment à l’ESSEC et à Sciences Po, tout en écrivant pour Le Monde littéraire et en étant rédacteur en chef de la revue Langues modernes. Bercé dans des expériences extra-universitaires chères aux réformateurs, il présente aussi l’avantage, auprès des « contestataires », d’avoir rédigé les statuts du conseil provisoire de la Sorbonne en Mai 68, qui prévoyaient notamment que toute décision puisse être remise en cause par les étudiants. Il a, lui aussi, une connaissance pratique de l’Université américaine et défend pour Vincennes le projet d’une faculté à part entière, rêvant « de décloisonner les disciplines » tout en insistant sur le recours aux outils audio-visuels14. Il associe au projet Hélène Cixous, alors chargée d’enseignement à Nanterre et plus jeune docteure de France ; cofondatrice de la revue Poétique, elle est partie prenante de l’avant-garde du champ intellectuel de l’époque – elle recevra le prix Médicis en 1969. Elle aussi a séjourné un temps dans une université américaine. Son projet est avant tout intellectuel, « contemporain et moderne, […] qui fasse que l’on puisse circuler normalement et intelligemment de la Philosophie à la Sociologie, à la Psychanalyse, de la Linguistique aux Mathématiques contemporaines, la Linguistique avec la Littérature, etc.15 ». Elle s’occupera de l’essentiel des recrutements. Le troisième est Bernard Cassen, maître-assistant à Amiens. Il a lui aussi une activité journalistique régulière au Monde et dans la revue Langues modernes. Il suit avec Pierre Dommergues les étapes de la construction matérielle de Vincennes et s’investit dans la création d’options professionnalisantes dans les cursus de langues (Commerce, Droit, Économie politique et International). Si Hélène Cixous et Pierre Dommergues sont « de gauche », Bernard Cassen est le plus politisé et le seul proche du PCF. Cette première équipe est plus divisée que la commission dauphinoise. Pour contrer les projets jugés élitistes et/ou restrictifs quant au public concerné, l’historien Guy Bois, dirigeant du syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESup) à la Sorbonne et membre du PCF, fait pression sur Raymond Las Vergnas en faveur du projet le plus ambitieux en termes d’effectifs étudiants et donc de créations de postes enseignants, rencontrant ainsi le projet d’une certaine démocratisation de l’enseignement supérieur défendu par Dommergues et Cassen. Il obtient, en outre, la garantie de voir recruter à Vincennes plusieurs enseignants communistes « suggérés » par ses soins16.

7Au-delà de la même impulsion politique qui les fait naître, les deux universités font l’objet d’investissements différenciés de la part du pouvoir politique et des universitaires chargés de leur création.

… à l’institutionnalisation

8Aux projets des équipes initiales viennent s’adjoindre les attentes des agents et usagers, dont les rapports de forces contribueront à structurer les pratiques des deux établissements en voie d’institutionnalisation.

Le recrutement des premiers enseignants, produit de cooptations sui generis

  • 17 Entretien (anonyme) avec L. Le Cozanet, le 23 mars 2010.
  • 18 Document n ° 16 « Éléments sur les premiers enseignants du Centre universitaire de Dauphine », F. (...)
  • 19 Propos tenus par plusieurs anciens assistants de l’époque lors d’entretiens réalisés par L. Le Coz (...)

9Environ quarante professeurs, maîtres de conférences et maîtres-assistants et plus d’une centaine d’assistants sont nécessaires pour assurer la rentrée de 1968 à Dauphine. Le recrutement se fait en septembre, dans la précipitation. Les enseignants de rang magistral sont d’abord cooptés, les premiers d’entre eux participant à la conception du centre sans être officiellement nommés. Marc Zamansky, doyen de la faculté des Sciences de Paris, supervise le recrutement en Mathématiques. La commission chargée du recrutement pour le Droit et l’Économie est présidée par le doyen Alain Barrère mais pilotée par Pierre Tabatoni qui désigne plusieurs enseignants de Sciences économiques repérés en tant que membre du jury de l’agrégation en 1965 et 1967, et invite son collège Hubert Brochier à le rejoindre. Il sera toutefois rapidement dépassé par les besoins considérables en enseignants pour le premier cycle, auquel il ne porte qu’un intérêt modéré. Les maîtres-assistants sélectionnés par les enseignants de rang A cooptés recrutent les assistants de façon assez informelle et, très vite, des vacataires sont recrutés à tour de bras, parfois « des étudiants en DEA dans les couloirs », comme le raconte une ancienne maître-assistante en mathématiques17. En résulte un déséquilibre quantitatif entre les rangs A et les rangs B. Jeunes professeurs de province saisissant l’occasion de se rapprocher de Paris ou universitaires plus expérimentés fuyant les facultés où leur légitimité est en berne, les premiers partagent pour la plupart un intérêt pour les thèmes de recherche transversaux et une expérience professionnelle hors du milieu universitaire18. Certains sont porteurs d’un projet académique, à l’instar de ce professeur de Droit public partisan d’une filière de Science politique ou de mathématiciens enthousiasmés par le développement d’applications en économie. Quant aux seconds, dont une partie arrive dans le sillage de professeurs cooptés (notamment ceux issus d’HEC en comptabilité, finance et marketing), ils cherchent d’abord au CUD un emploi alimentaire, accompagnant la réalisation d’une thèse ou la préparation d’un concours. Agrégés, étudiants de DEA ou doctorants, ils sont en majorité d’origine bourgeoise. Plusieurs sont attirés par le caractère réputé expérimental du CUD (mais « moins gauchiste que Vincennes19 ») quand d’autres nourrissent l’espoir d’infléchir le projet dauphinois dans une optique critique – c’est notamment le cas d’assistants en économie et en droit issus de la faculté de Droit, soupçonnée de s’être ainsi débarrassée de ses éléments les plus « gênants ».

  • 20 AN, 640AP/64, fonds Sébastien Loste, « liste interventions Élysée et Matignon, affaires du ministè (...)
  • 21 AN, 640AP/64, fonds Sébastien Loste, Lettre de M. Tricot concernant la nomination de certains univ (...)
  • 22 C. Dormoy-Rajramanan, « Le recrutement des premiers enseignants de Vincennes », in C. Soulié, op. (...)
  • 23 BNF, Annuaire des enseignants lettres et sciences humaines de l’enseignement supérieur (au 31 déce (...)

10Pour les premiers recrutements à Vincennes est mis en place un « noyau cooptant », préalablement validé par une « commission d’orientation » de vingt-cinq membres ayant la confiance du ministère, sans être hostiles à la nomination de personnalités « de gauche ». Il est instauré le 25 octobre et présidé par Jean-Baptiste Duroselle. L’histoire et l’anglais dominent cette assemblée de trente-neuf futurs enseignants du centre chargés de recruter leurs collègues. Les cooptants sont principalement issus de la faculté de Lettres de Paris, ainsi que de celles de l’université de Lille et de Nanterre, mais aussi de Sciences Po. 60 % d’entre eux sont de rang A mais le fait que six maîtres-assistants, quatre assistants et un professeur de khâgne participent au recrutement constitue une rupture avec les usages « mandarinaux », qui se lit aussi dans la moyenne d’âge relativement peu élevée du groupe (42 ans). En revanche, les normaliens restent surreprésentés (un tiers) et la cooptation est très « genrée » : seulement cinq femmes y sont associées, « sur-sélectionnées » puisqu’à la carrière avancée et précoce (les quatre femmes de rang A ont entre 30 et 49 ans). On compte de nombreux engagements politiques « de gauche » parmi ces cooptants, mais aussi des positions plus « à droite », ainsi que des éléments peu politisés. Les critères politiques ont néanmoins joué un rôle notoire dans le recrutement, via l’intervention de membres du PCF, du SNESup et du syndicat général de l’Éducation nationale (SGEN). L’Élysée s’en inquiète d’ailleurs et refuse de signer, en février 196920, les décrets relatifs à la nomination de certains membres du noyau cooptant à des postes de professeurs titulaires à Vincennes : « Le général pense que certaines des propositions, si elles étaient approuvées, risqueraient fort d’accentuer le caractère de parti pris politique que représente le centre universitaire de Vincennes. […] Le général de Gaulle a demandé que l’ensemble des propositions figurant sur le projet de décret soit revu21. » À partir de ce premier noyau d’enseignants qui seront finalement tous nommés, deux cent quarante postes sont attribués à Vincennes (hors lecteurs en langues et chargés de cours), dont 67 % de rangs B, d’où un corps enseignant relativement jeune en moyenne et une sous-représentation des professeurs. La plupart n’ont pas d’expérience d’enseignement dans le supérieur. Ceux préalablement en poste à l’Université viennent des mêmes institutions que les cooptants qui ont mobilisé leurs réseaux. Ce sont donc les universitaires les plus proches du sommet de la hiérarchie universitaire qui ont fondé Vincennes22. Comparé à l’ensemble du corps enseignant en LSH en 1967, celui de Vincennes est caractérisé par une surreprésentation des langues et de nouvelles disciplines telles que la sociologie ou la linguistique23.

Rapports de forces internes et structuration des institutions

11À la rentrée 1968, le bilan des inscriptions est mitigé pour les deux premières années du cursus dauphinois qui ne rassemblent pas plus de deux mille étudiants (les effectifs de la première année se stabiliseront autour de sept cents à partir de 1970), mais le troisième cycle surprend par son succès, avec environ quatre cents inscrits. D’après une étude réalisée en 1972 par des étudiants de troisième cycle, entre 1968 et 1971, le premier cycle accueille une population jeune (66 % ont entre 18 et 20 ans), masculine (70 %) et locale (90 % viennent de Paris ou de la région parisienne). La proportion d’étrangers est faible mais en progression : 3 % en 1968, 12 % en 1971. À l’inverse, si en 1968 12 % des inscrits sont des salariés bénéficiant des cours du soir, ils ne sont plus que 4 % en 1971. La même enquête signale une forte proximité de l’origine sociale des étudiants avec les professions ingénieurs, cadres supérieurs et industriels.

  • 24 Service des archives de l’université Paris Dauphine, « Livre noir de l’expérience Dauphine », comi (...)
  • 25 Lors de l’élection du conseil de premier cycle en 1969, seuls 6 % des assistants et maîtres-assist (...)
  • 26 C. Soulié parle de « notabilisation » à propos d’étudiants en philosophie à l’université Paris I m (...)
  • 27 Concernant Vincennes, voir C. Dormoy-Rajramanan, « La division du travail d’institution », in C. S (...)
  • 28 AN, 20050112/1, projet de statuts, archives de la présidence de Dauphine.

12En février 1969, lors de l’élection du conseil de premier cycle de Dauphine, 50 % des inscrits votent. Le « comité des délégués de groupe », se revendiquant apolitique, arrive largement en tête. Hormis quelques sensibilités de centre droit, les revendications étudiantes s’expriment rarement en des termes politiques et visent surtout l’apaisement des « tensions à l’intérieur du corps enseignant » et la mise en place d’une « organisation rationnelle24 ». En effet, le climat est agité parmi les enseignants, dont le degré de politisation est élevé. Les rassemblements prolifèrent, l’interpénétration des sphères professionnelle, politique, syndicale25 est forte. Certains enseignants retournent dans leurs établissements d’origine, des présidents et chefs de départements quittent tour à tour leurs fonctions : le CUD est sous tension. D’une part, les relations entre enseignants de rang magistral et assistants ou vacataires peuvent être houleuses, en particulier en macroéconomie ou « analyse des faits économiques et sociaux » (AFES), en sociologie et en droit public. Les rangs B de ces départements se réclament de mouvances « gauchistes » et se mobilisent autour de figures contestataires « notabilisées26 ». Ils ne sont pas titulaires, à la différence des assistants de mathématiques et d’anglais, globalement plus modérés, parmi lesquels se compte le gros des adhérents de la section SNESup dite « classique », proche du PCF. Début 1969, un conflit s’engage autour du non-renouvellement d’enseignants d’AFES, qui dépasse rapidement le département disciplinaire et se cristallise autour de la reconnaissance des hiérarchies statutaires. Il est souvent présenté comme ayant déclenché l’« abandon » du premier cycle aux assistants, en réalité antérieur et variable selon les disciplines. D’autre part, malgré la création dès 1968 d’unités d’enseignement et de recherche (UER) transversales de premier et troisième cycles, les disciplines se contentent de cohabiter quand elles ne s’affrontent pas autour de conceptions divergentes de leurs « fonctions » respectives. La « division du travail d’institution27 » s’en ressent : le premier cycle sera longtemps dirigé par des anglicistes, les mathématiciens cherchant activement (et parvenant au final) à développer une filière indépendante… En septembre 1970 sont votés les statuts de l’université Paris IX Dauphine. Élaborés par les professeurs en marge de l’assemblée constitutive, ils n’en suivent pas moins scrupuleusement les principes de la loi Faure. Mais si, en principe, les « équipes pédagogiques assistent les conseils dans la mise en œuvre des missions pédagogiques définies par les UER et établissements publics28 », plusieurs pôles de décision concurrents se maintiennent plus ou moins formellement, et la marge de manœuvre des équipes pédagogiques disciplinaires ou organisées par unités d’enseignement (UE) reste considérable.

  • 29 BDIC, F delta res 696/13, fonds Assia Melamed, compte rendu d’un entretien d’Emmanuel Terray avec (...)
  • 30 Ibid.

13Les étudiants de Vincennes seront continuellement plus nombreux que ceux de Dauphine : près de 8 000 dès la première rentrée, plus de 10 000 la suivante, plus de 20 000 dès 1974. La majorité est en première année (76 % en 1968) et les départements les plus fréquentés sont respectivement ceux d’anglo-américain, arts, psychologie, sociologie, allemand et histoire. Les salariés sont nombreux, tout comme les étrangers, dont la proportion augmente au fil des ans, et les non-bacheliers constituent 18 % des premiers inscrits. Tardivement impliqués dans le projet, les étudiants voudront intervenir dans le recrutement des enseignants, en vain, et les plus activistes, nombreux à Vincennes, chercheront à se réapproprier ce qu’ils appellent la « vitrine » d’Edgar Faure. Les premières élections sont ainsi annulées après que des maoïstes aient jeté les urnes dans un bassin. Les suivantes – étroitement encadrées par un service d’ordre en large partie communiste – enregistreront la participation la plus faible de l’académie, signe de la prégnance des « gauchistes ». Les enseignants sont aussi très politisés. La première réunion du SNESup « en novembre 1968 réunit de 100 à 150 personnes. Un tiers PC (ou sympathisants), un tiers gauchiste et un tiers centriste29 », soit près de la moitié du groupe des enseignants titulaires, contre 30 % de syndicalisation en moyenne alors dans le supérieur. Vincennes sera d’ailleurs la seule université où le PCF perdra la majorité au sein du SNESup au printemps 1969 au profit des « gauchistes30 ».

  • 31 Judith Miller, fille illégitime de Jacques Lacan et de Sylvia Bataille, est maître-assistante au d (...)
  • 32 Archives du Rectorat de Paris, 1140W4, lettre de démission de J.-B. Duroselle, 26 janvier 1969, ad (...)

14En dépit de cette tendance à l’hyperpolitisation du CUEV, des disparités fortes existent entre les départements, unités structurantes de l’institution, selon les frontières disciplinaires traditionnelles – qui ont fortement pesé sur les opérations de cooptation et qui resteront le cadre des diplômes nationaux délivrés par Vincennes. Compte tenu d’une tendance à une certaine homologie entre profils étudiants et enseignants, des identités de départements se dessinent, renvoyant à des pratiques pédagogiques et politiques spécifiques, opposant demandeurs/offreurs de diplômes « participationnistes » versus partisans de la destruction de l’université « non participationnistes ». Vincennes ne peut ainsi se résumer, comme c’est trop souvent le cas, à son département de philosophie, connu pour ses personnalités enseignantes (notamment Michel Foucault – qui partira très vite pour le Collège de France – et Gilles Deleuze) et les frasques de certains d’entre eux, tels Judith Miller31. Ce département, où dominent les enseignants et enseignements maoïstes et trotskistes, est non participationniste et perd dès 1969-1970 l’habilitation nationale de ses diplômes. Ses enseignants – assez jeunes et en grande partie normaliens – sont ainsi en face de peu d’étudiants inscrits en « dominante » et refusent de proposer un cursus aménagé par niveau d’étude ainsi qu’une préparation aux concours d’enseignement. À l’inverse, les départements de langues sont pléthoriques, avec des enseignants relativement peu dotés, tendanciellement communistes et participationnistes qui investissent les conseils et offrent des options professionnalisantes tout en préparant aux concours de l’enseignement. Au-delà de cette hétérogénéité synchronique de l’institution, le décalage entre les objectifs initiaux et les réalisations concrètes se lit par exemple dans la démission de Jean-Baptiste Duroselle, dès le 26 janvier 1969. Déplorant la place insuffisante laissée à la recherche, il qualifie Vincennes de « super IUT32 ». Il se lit aussi dans celle de Raymond Las Vergnas le 10 février, et plus largement dans l’important renouvellement des enseignants au cours des premières années. À la rentrée de 1970, un tiers des cooptants aura ainsi quitté Vincennes. Les démissions successives des doyens-présidents du début des années 1970 sont, elles, instructives des difficultés de gestion de l’institution.

*

15L’institutionnalisation de Dauphine et Vincennes ne peut se comprendre sans prêter attention aux acteurs qui s’y sont trouvés engagés. Le recrutement enseignant et étudiant a largement structuré la trajectoire des deux institutions, contribuant à la cristallisation d’identités particulières, auxquelles correspondront des dispositions de la puissance publique de plus en plus divergentes, en termes de moyens financiers et réglementaires ou d’appuis institutionnels.

  • 33 Pour de plus amples développements sur la première décennie d’existence de l’université Paris Daup (...)
  • 34 En particulier lorsque P. Tabatoni est directeur de cabinet d’A. Saunier-Seïté (1976-1979) puis re (...)

16À Dauphine, le recrutement enseignant somme toute classique par rapport à Vincennes et la population étudiante relativement peu politisée et revendicative concourent à la rapide normalisation des pratiques pédagogiques33. La seconde moitié des années 1970 ouvre la voie à l’adoption de stratégies caractéristiques des grandes écoles, manifeste dans le travail de construction et de promotion du « label » Dauphine. Aujourd’hui dotée du statut de grand établissement, l’université jouit d’un prestige notable notamment aux yeux du pouvoir politique et économique. Outre l’investissement de ses enseignants, la thématique principale de l’université (Sciences des organisations, réputées être une clé de réussite entrepreneuriale) compte sans doute parmi les facteurs de ce succès, aux côtés du soutien des pouvoirs publics34 et du développement d’un large réseau de soutiens dans le secteur privé et l’administration.

  • 35 P. Merlin, L’université assassinée. Vincennes 1968-1980, Paris, Ramsay, 1980, 291 p.

17Au début des années 1970, Vincennes est devenue la troisième université parisienne en LSH par ses effectifs d’enseignants titulaires. Elle joue un rôle de premier plan dans la légitimation de disciplines nouvelles telles que la Sociologie et les Sciences de l’éducation, qui ne préparent pas à la fonction professorale, d’où une grande liberté pédagogique. L’opinion publique et la mémoire collective ont pourtant surtout retenu les frasques d’enseignants et d’étudiants pas forcément les plus représentatifs de l’institution, certes très politisée. Le pouvoir politique de « droite » tâchera d’encadrer Vincennes par le biais de l’octroi ou du retrait de l’habilitation nationale des différents diplômes, ainsi que par les moyens financiers mis à la disposition du centre, largement sous-doté compte tenu de ses effectifs étudiants exponentiels. Considérée comme un symbole de « 68 » puis de la « contre-culture » des années 1970, l’expérience sera condamnée par la ministre Alice Saunier-Seïté qui ordonnera le transfert de l’université à Saint-Denis et la destruction des locaux de Vincennes en 1980, en faisant de cette institution une sorte de martyr pour la gauche universitaire35.

Notes

1 Comme en témoignent de nombreuses archives contenues dans AN, 640AP/50-54-64, fonds Sébastien Loste (conseiller de de Gaulle pour les questions éducatives) et dans Fondation Charles de Gaulle, F48/4, fonds Jacques Trorial (secrétaire d’État à l’Éducation nationale nommé en juillet 1968).

2 Voir C. Dormoy-Rajramanan, Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le Centre universitaire expérimental de Vincennes, thèse de science politique, UPOND, 2014, chap. vi, p. 489 et suiv.

3 Voir dans le même ouvrage la contribution de Robi Morder.

4 C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du centre expérimental de Vincennes, PUV, 2012.

5 M. Boiteux, « Le soutien d’EDF-GDF à la vie matérielle et administrative de Dauphine », discours en hommage à Pierre Tabatoni, université Paris-Dauphine, 30 novembre 2007.

6 Voir notamment AN, 20080033/13, « Immeuble “Dauphine”, projet d’aménagement », 14 août 1968, fonds du ministère de l’Éducation nationale, cabinet du ministre, juillet 1968 et la note « Rentrée universitaire, région parisienne, 24 août 1968 » rédigée par J. Trorial et destinée à son « entretien à l’Élysée, 25 août 1968 », dans Fondation Charles de Gaulle, F48/4, fonds J. Trorial.

7 Voir dans le même ouvrage la contribution d’Éléonore Marantz-Jaen.

8 AN, 20080033/13, documents de préfiguration du centre universitaire Dauphine, fonds du ministère de l’Éducation nationale, cabinet du ministre, juillet 1968.

9 D’autres proches collaborateurs d’E. Faure enseigneront au CUD, comme Bertrand Schwartz ou Jean-Denis Bredin.

10 La section « gestion des entreprises » du Comité consultatif des universités (CCU) est créée en mai 1969.

11 Le Carnegie Institute of Technology est le creuset d’une conception spécifique des formations au management, « centrée sur l’analyse scientifique des processus de décision […] non limités aux seules entreprises ». F. Pavis, Sociologie d’une discipline hétéronome. Le monde des formations en gestion entre universités et entreprises en France. Années 1960-1990, thèse de doctorat en sociologie, université de Paris I, 2003, p. 91.

12 J. De Chalendar, « L’université », in A. Bienaymé et R. Krakovitch, Edgar Faure, un homme d’État, 1908-1988, Paris, Economica, 2007, p. 109-110.

13 Il est à noter que l’anglais est l’une des disciplines littéraires les plus directement mobilisables à des fins professionnelles extra-universitaires, mais aussi parmi les plus pléthoriques en termes d’effectifs avec l’histoire.

14 Entretien de P. Dommergues avec C. Dormoy, le 2 avril 2008.

15 Entretien d’H. Cixous avec C. Dormoy, le 26 avril 2008.

16 Voir B. Cassen, « Comment le PC sauva Vincennes », in J.-M. Djian (dir.), Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009, p. 26-28.

17 Entretien (anonyme) avec L. Le Cozanet, le 23 mars 2010.

18 Document n ° 16 « Éléments sur les premiers enseignants du Centre universitaire de Dauphine », F. Pavis, Sociologie d’une discipline hétéronome, op. cit.

19 Propos tenus par plusieurs anciens assistants de l’époque lors d’entretiens réalisés par L. Le Cozanet au printemps 2010.

20 AN, 640AP/64, fonds Sébastien Loste, « liste interventions Élysée et Matignon, affaires du ministère de l’Éducation nationale ».

21 AN, 640AP/64, fonds Sébastien Loste, Lettre de M. Tricot concernant la nomination de certains universitaires dans des emplois de professeurs titulaires au centre universitaire de Vincennes, adressée au Premier ministre, 4 mars 1969.

22 C. Dormoy-Rajramanan, « Le recrutement des premiers enseignants de Vincennes », in C. Soulié, op. cit., p. 123-160.

23 BNF, Annuaire des enseignants lettres et sciences humaines de l’enseignement supérieur (au 31 décembre 1973), Syndicat national autonome des lettres et sciences humaines, Fédération nationale autonome de l’enseignement supérieur, 1974.

24 Service des archives de l’université Paris Dauphine, « Livre noir de l’expérience Dauphine », comité de grève étudiant, 1970.

25 Lors de l’élection du conseil de premier cycle en 1969, seuls 6 % des assistants et maîtres-assistants inscrits votent, conformément aux mots d’ordre d’abstention des sections SNESup et SGEN.

26 C. Soulié parle de « notabilisation » à propos d’étudiants en philosophie à l’université Paris I mobilisés contre le projet de loi Devaquet. C. Soulié, « L’enseignement de la philosophie à l’université : une pratique sous contrainte structurale. La crise de 1986 à l’UFR de philosophie de Paris 1 », Les Cahiers du GERME, no 22-23-24, 2002, p. 3.

27 Concernant Vincennes, voir C. Dormoy-Rajramanan, « La division du travail d’institution », in C. Soulié (dir.), op. cit., p. 85-122.

28 AN, 20050112/1, projet de statuts, archives de la présidence de Dauphine.

29 BDIC, F delta res 696/13, fonds Assia Melamed, compte rendu d’un entretien d’Emmanuel Terray avec Assia Melamed.

30 Ibid.

31 Judith Miller, fille illégitime de Jacques Lacan et de Sylvia Bataille, est maître-assistante au département de philosophie de Vincennes depuis son ouverture jusqu’à ce que ses pratiques militantes maoïstes, en tant qu’animatrice de la Gauche prolétarienne puis de La Cause du peuple, et son interview dans le journal L’Express dans laquelle elle explique que : « L’université est un appareil d’État, un morceau de la société capitaliste, et ce qui apparaît comme un havre de libéralisme ne l’est pas du tout. On ne peut pas le détruire en tant que morceau de l’appareil d’État si on ne détruit pas l’ensemble. Je ne crois pas qu’on peut le briser indépendamment de l’ensemble. Tout ce que je peux dire, c’est qu’on le fera fonctionner le moins possible », lui valent son renvoi dans le secondaire en avril 1970.

32 Archives du Rectorat de Paris, 1140W4, lettre de démission de J.-B. Duroselle, 26 janvier 1969, adressée au ministre mais visée par le recteur R. Mallet.

33 Pour de plus amples développements sur la première décennie d’existence de l’université Paris Dauphine, voir L. Le Cozanet, Dauphine, genèse d’une « innovation pédagogique ». Enquête sur les logiques de production des pratiques d’enseignement en premier cycle (1968-1978), mémoire de master en science politique, université Paris Dauphine, 2010.

34 En particulier lorsque P. Tabatoni est directeur de cabinet d’A. Saunier-Seïté (1976-1979) puis recteur de l’académie de Paris et chancelier des universités (1979-1982).

35 P. Merlin, L’université assassinée. Vincennes 1968-1980, Paris, Ramsay, 1980, 291 p.

Auteurs

Université de Paris-Dauphine, IRISSO
Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, CRESPPA-CSU

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site