Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Troisième partie. La nouvelle division du travail universitaire : lieux, espaces, disciplines

Différenciation et recomposition des formations en économie et gestion dans les universités franciliennes (1960-2000)

Brice Le Gall

Texte intégral

  • 1 P. Bourdieu, « Méthode scientifique et hiérarchie sociale des objets », Actes de la recherche en s (...)
  • 2 Voir notamment V. Languille, « L’ESSEC, de l’école catholique des fils à papa à la grande école de (...)
  • 3 Sur les écoles supérieures de commerce voir notamment le travail et la bibliographie de M. Blancha (...)
  • 4 Nous empruntons ici l’expression à Frédéric Lebaron qui a identifié ce mouvement dans son livre su (...)

1S’il existe de nombreux travaux sur le développement de la gestion dans l’enseignement supérieur, on en trouve paradoxalement assez peu qui portent sur sa place à l’Université. En raison sans doute de découpages institutionnels, de la hiérarchisation sociale des objets scientifiques1 et de la légitimité inégale accordée aux différents secteurs de l’enseignement supérieur, on connaît assez bien aujourd’hui l’histoire de quelques grandes écoles2 de même que celle des écoles supérieures de commerce (ESC) et de certains instituts d’administration des entreprises (IAE)3 mais l’histoire des instituts universitaires de technologies (IUT) et des sections de techniciens supérieurs (STS) qui délivrent aussi des formations en « gestion » est singulièrement sous-développée, à l’image des productions scientifiques menées sur les départements d’économie. Pourtant, par leurs transformations contemporaines et le nombre d’étudiants qu’ils accueillent, les départements universitaires sont sans doute ceux qui contribuent le plus aujourd’hui à la diffusion des schèmes de pensée gestionnaire. Pour un ensemble de raisons sur lesquelles je reviendrai plus loin, ces derniers sont pris en effet dans un processus qui tend à les transformer en sorte de « business school de masse4 », leur curricula s’étant nettement déplacé du côté des savoirs gestionnaires et plus généralement du côté des savoirs pratiques, appliqués, « professionnalisants ».

2Ce processus qui peut surprendre, étant donné l’introduction tardive de la gestion à l’Université et son statut longtemps méprisé, n’avait rien d’inéluctable au moment où les économistes s’autonomisent des facultés de Droit. Largement absente des enseignements de la licence de Sciences économiques créée en 1960, sa place à l’Université se limitait alors essentiellement à un enseignement de comptabilité en licence et surtout à quelques diplômes d’études supérieures (DES) et certificat d’aptitudes à l’administration des entreprises (CAAE). En me centrant principalement sur la faculté de Droit de Paris, je reviendrai d’abord sur les principales transformations qui affectent cette faculté à la veille de Mai 68 en essayant de montrer en quoi celles-ci préparent l’émergence d’un espace multipolaire de l’enseignement « économique ». Dans un second temps, j’envisagerai les principales recompositions de cet espace entre le début des années 1970 et les années 2000 en me focalisant en particulier sur la contribution des nouvelles universités à l’ascension de la gestion.

De la contestation de la faculté de Droit de Paris à l’autonomisation des économistes

  • 5 D. Dulong, Moderniser la politique. Aux origines de la Ve République, Paris, L’Harmattan, 1997.
  • 6 L. Le Van Lemesle, Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, (...)

3Au préalable, il faut rappeler en quoi Mai 68 constitue une rupture du point de vue de l’enseignement économique : une rupture qui s’inscrit dans un ensemble de transformations en cours dans les années 1950 qui préparent l’émergence d’un espace multipolaire de l’enseignement économique. Au lendemain de la Seconde Guerre, les facultés de Droit sont prises dans un tourbillon de critiques dénonçant à la fois leur responsabilité dans la défaite, leur conservatisme, le caractère trop juridique de la formation ou encore la faible place qu’elles accordent aux autres sciences sociales comme la science politique ou l’économie. Ces critiques, formulées par l’élite administrative et politique regroupée notamment autour de Pierre Mendès-France, ainsi que par des ingénieurs économistes et des universitaires souvent engagés dans la planification (comme Alfred Sauvy ou Jean Fourastié) et qui s’emploient à imposer l’économie au rang de « nouvelle science du politique5 », rencontrent les intérêts d’une partie des économistes de la faculté de Droit de Paris qui, quant à eux, poursuivent leurs efforts pour autonomiser leur discipline6. Souvent mené au nom des « intérêts de la nation » et du « retard » qu’accuserait leur discipline, leur combat aboutit à plusieurs réformes et notamment à la création, en 1960, de la licence ès sciences économiques.

  • 7 Le rôle d’Henri Guitton est central dans ce processus. Outre le fait qu’il a été très influent au (...)

4Dans les années 1950, l’économie n’occupe qu’une place mineure au sein des facultés de Droit et c’est essentiellement à leur marge, dans des lieux comme l’Institut d’étude politique (IEP) de Paris, l’École des ponts et chaussées, le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), la 6e section de l’EPHE ou encore à l’Institut de statistique de Paris et au Centre d’étude des programmes économiques (CEPE) que son enseignement se développe. À la faculté de Droit de Paris (mais le constat vaut sur l’ensemble du territoire), la plupart des « grands professeurs » sont imprégnés d’une culture essentiellement littéraire et « humaniste », en raison notamment du catholicisme hégémonique dans le monde des juristes de l’époque et de la faible place accordée aux méthodes quantitatives dans leur formation. Schématiquement, deux groupes rivaux s’opposent : celui des héritiers de la pensée libérale classique et celui des continuateurs de l’orientation théorique « réaliste » défendue dans l’entre-deux-guerres par Albert Aftalion et Bertrand Nogaro. Le premier groupe, dont les représentants les plus influents à l’Université sont sans doute René Courtin et Henri Guitton, accepte une forme plus ou moins édulcorée d’analyse économique marginaliste et ouvre progressivement l’économie universitaire à l’économétrie et aux recherches anglo-saxonnes7. Le second groupe, prépondérant à l’Université, tente d’esquisser une voie spécifique faisant une place aux cadres historiques et sociologiques, aux effets de domination, à l’analyse des « structures ». Cette économie française de « conception réaliste et sociologique », caractérisée également par le rejet de la théorie pure et l’absence de spécialisation, se cristallise à Paris autour de personnalités comme Émile James, Jean L’Homme, André et Jean Marchal, Jean Weiller et dans une certaine mesure François Perroux. Ces derniers sont rejoints à partir de la fin des années 1950 par de plus jeunes professeurs (tous passés préalablement par la province conformément à l’usage) qui amorcent un début d’ouverture de l’enseignement économique dans le cadre de la nouvelle licence créée en 1960. C’est le cas par exemple d’Henri Denis, qui, arrivé à Paris en 1961, est l’un des premiers à introduire Karl Marx dans son cours d’histoire de la pensée économique (à la suite d’Henri Bartoli). Mais c’est aussi le cas de Raymond Barre nommé à Paris en 1963 et dont le manuel d’économie politique publié pour la première fois en 1955 contribue à familiariser les étudiants à la théorie pure comme à élargir leurs références aux recherches anglo-saxonnes. C’est le cas enfin de Pierre Tabatoni, initialement spécialiste d’économie financière mais également très intéressé la gestion des organisations et qui, d’après les témoignages, serait le premier à Paris à laisser la toge au vestiaire durant ses cours.

  • 8 Précisons que ces pôles sont évidemment en tension dans chaque département d’économie, mais une ce (...)

5La plupart de ces professeurs, dont il faudrait retracer les trajectoires pour comprendre leurs dispositions de « novateurs », partagent à des degrés divers la volonté de mettre l’accent sur l’analyse économique, la formalisation, les techniques quantitatives et reconnaissent l’importance d’une réponse aux « besoins réels » de l’économie. Ils participent ainsi à de nouvelles façons d’envisager la discipline et préparent en ce sens l’émergence de trois pôles : « l’économie critique », « l’économie savante » et « l’économie d’entreprise ». Mais c’est à la faveur des bouleversements institutionnels de Mai 68 et avec l’appui décisif de leurs étudiants ou assistants les plus insatisfaits de l’enseignement, que la subversion de l’ancien curriculum se fera plus radicale et que ces différents pôles pourront s’institutionnaliser8.

Subversion(s)

  • 9 Sur ce point, voir en particulier C. Soulié, « la recomposition des facultés et disciplines dans l (...)
  • 10 Sur les initiatives menées notamment à Assas pendant les événements de Mai 68, voir P. Le Merrer, (...)

6Je ne reviendrai pas ici sur les facteurs démographiques et morphologiques qui préparent Mai 689, ni sur les nombreuses initiatives qui tendent à remettre en cause le contenu de la licence d’économie créée en 196010. Je me concentrerai directement sur la forme prise par cet enseignement dans les différentes institutions et en particulier sur la place très relative occupée par la gestion à partir de la promulgation de la loi Faure.

7C’est véritablement avec la création d’unités d’enseignement et de recherche (UER) d’économie et/ou de gestion autonomes et l’assouplissement des programmes nationaux sur le plan juridique (entre 1968 et 1972) que se structure l’espace des formations universitaires en économie et gestion. En 1971, trente-sept universités françaises sur soixante-trois délivrent, selon des modalités diverses, au moins une formation de nature économique. Toutefois, elles ne lui réservent pas la même place puisque seulement vingt-et-une d’entre elles délivrent ce type d’enseignement de la première année de licence au 3e cycle. L’autonomisation des économistes vis-à-vis des juristes est donc en réalité très variable selon les universités, celles-ci s’organisant selon des structures différentes qui dépendent en partie du corps enseignant disponible localement.

Tableau 1. – Répartition du corps enseignant titulaire en économie et gestion et du nombre d’étudiants en 1971 et 1973.
NB : Pour les enseignants, il s’agit des rangs A et B au 1er janvier 1973. AN, 19910759/ 6. Les effectifs étudiants sont ceux de l’année 1971. MEN/DEP.

8Ainsi, en 1970, si on compte majoritairement des UER de « sciences économiques » ou « d’études économiques », on trouve aussi des UER de « droit et de sciences économiques », de « sciences économiques et sociales » (Clermont-Ferrand), de « sciences économiques appliquées aux sciences humaines » (Montpellier 3), « d’économie appliquée à la gestion » (Rennes 1) ou encore d’« Histoire, géographie et sciences économiques » (Paris VIII). Dans les plus grosses universités, comme Lyon 2 ou Paris I, des UER de « gestion » sont créées à côté d’UER d’« analyse économique » ou d’« économie politique », tandis que d’autres universités, comme celle de Paris IX, organisent leurs UER selon un découpage par cycles. Bien que formelles et juridiques, ces différences organisationnelles ont leur importance dans la mesure où elles suggèrent l’existence d’une masse critique ainsi que d’éventuelles collaborations entre disciplines qui peuvent conditionner l’orientation comme la spécialisation des curricula.

9En région parisienne, « l’éclatement » de la faculté de Droit de l’Université de Paris et la création de nouvelles universités contribuent au développement des formations en économie et gestion. Mais celles-ci occupent une place inégale selon les orientations disciplinaires des nouvelles universités, selon leur capacité à attirer un public dans ces disciplines et selon les dotations en postes par le ministère. La répartition du nombre d’enseignants titulaires reconstituée à partir des archives du Comité consultatif des universités (CCU) pour l’année 1973 donne une idée du poids inégal des différents départements d’économie. Il donne aussi une première indication de la place occupée par la gestion dans ces différentes universités.

  • 11 Il faudrait ajouter l’économie du développement alors dans l’UER d’études internationales qui accu (...)

10Ainsi, les établissements Paris X, Paris IX et surtout Paris I apparaissent, dès leur création, comme les plus « grosses » universités en économie concentrant de loin le plus d’enseignants de rang A et le plus d’étudiants. À Paris I, cet « effet taille » et les orientations intellectuelles des enseignants jouent un rôle important dans la forme que prend l’enseignement. En effet, un double divorce s’opère dès l’origine : d’une part, avec les économistes intéressés par la gestion qui, malgré les oppositions de l’intersyndicale de l’époque, parviennent à développer des diplômes spécifiques dans une UER autonome ; d’autre part, avec les économistes les plus libéraux et conservateurs qui se dirigent vers l’université Paris II. L’UER d’économie qui se forme, regroupe ainsi des enseignants qui disposent à la fois d’une masse critique d’étudiants, d’une forte légitimité académique et qui peuvent en outre se concentrer exclusivement sur les savoirs économiques. Ces caractéristiques combinées à la diversité de leurs orientations politiques et scientifiques les conduisent ainsi à s’organiser dès le début des années 1970 en de multiples filières (économie publique, économie du travail, économétrie11) préparant ainsi la spécialisation de la discipline et notamment la formation d’une économie savante, bientôt très mathématisée.

  • 12 F. Pavis, Sociologie d’une discipline hétéronome…, op. cit., et L. Le Cozanet, Dauphine, Genèse d’ (...)
  • 13 Par exemple, « stratégie commerciale », « ressources humaines », « politique générale des organisa (...)

11L’université Paris IX incarne sans doute le mieux à l’époque le pôle de « l’économie pratique » dans la mesure où c’est par cette institution que la gestion pénètre le cœur de l’Université et que les savoirs économiques y prennent leur dimension la plus appliquée. Dès le début des années 1970, ses titulaires sont en majorité des économistes qui ont la particularité – outre le fait d’être souvent anglophiles – de choisir d’embrasser une carrière en gestion. Parmi eux, on compte évidemment Alain Cotta et Pierre Tabatoni qui jouent un rôle central dans la création et le recrutement du Centre de Dauphine mais on rencontre aussi, à côté d’économistes très libéraux comme Pascal Salin ou Daniel Pilisi, une mouvance modélisatrice « de gauche » ainsi que des spécialistes d’économie financière, préfigurant ainsi l’orientation ultérieure de cette université vers la finance. La marge d’autonomie dont dispose Dauphine en raison de son statut expérimental et le soutien sans faille dont elle bénéficie dès sa création de la part du ministère12 se traduisent par le développement de nouveaux cursus qui contribuent autant à diversifier qu’à subvertir l’ancien curriculum économique. D’abord, par le biais de son 1er cycle qui rompt radicalement avec l’ancienne licence d’économie en introduisant, dès 1969, des enseignements de « théorie économique des entreprises », de « comptabilité analytique », ou encore d’« analyse des organisations ». Ensuite, par la création en 2e cycle d’une maîtrise de sciences de gestion, sélective – donc susceptible de renverser la hiérarchie des savoirs – et reconnue comme un titre national dès 1971. Enfin, par le développement en 3e cycle d’une kyrielle de DES et doctorats de spécialités dédiés aux « sciences des organisations13 » qui préparent l’institutionnalisation des DESS et plus généralement l’académisation de la gestion.

  • 14 Autour notamment de Jacques Valier, disciple d’Henri Denis et fondateur de la revue Critiques de l (...)

12À l’inverse, l’orientation de l’UER de sciences économiques de l’université Paris X s’inscrit plus nettement dans la critique du capitalisme mais selon un spectre qui s’étend de la doctrine de gauche keynésienne inspirée de la tradition française de la planification au « gauchisme » politique qui discute explicitement les thèses de Marx14. L’histoire des faits et de la pensée économique occupent notamment une place plus importante dans les cours de première et deuxième années et les étudiants sont incités à choisir des cours de sociologie, psychologie ou géographie économique probablement dans l’optique d’appuyer l’approche pluridisciplinaire et critique de la discipline chère à André Nicolaï qui est sur le point de fonder le Centre d’anthropologie économique et sociale : applications et recherches (CAESAR). Toutefois, comme à l’université Paris I, on observe une amorce de spécialisation à partir de la troisième année, l’étudiant devant choisir une orientation entre économie publique, économie internationale, économétrie ou économie de l’entreprise. Mais les enseignements de cette dernière option sont singulièrement absents du reste du cursus, comme dans la majorité des autres universités.

Institutionnalisation de nouvelles formations et déclin structural des départements d’économie

13Progressivement, sous l’effet notamment de la croissance des effectifs étudiants et de l’ouverture de nouveaux établissements liés au plan « Université 2000 », le paysage des formations universitaires en économie connaît plusieurs transformations majeures, lesquelles vont contribuer à reconfigurer l’espace des départements d’Île-de-France. D’abord, il se régionalise, poursuivant ainsi une tendance longue de l’enseignement supérieur : le poids relatif de l’académie de Paris ne cesse de décliner entre 1971 et 2002, la part d’inscrits en économie dans les universités parisiennes passant de 31 % à 15 % entre les deux dates. Ensuite, l’espace se densifie : alors qu’en 1971, trente-sept universités françaises (sur soixante-trois) délivraient au moins une formation en économie ou gestion, on en recense quarante-neuf (sur soixante-neuf) en 1980, et soixante-dix-neuf (sur quatre-vingt-deux) en 2002 (hors TOM). Ce quadrillage de plus en plus dense du territoire est particulièrement net en Île-de-France en raison de l’ouverture au début des années 1990 des universités d’Évry, Marne-la-Vallée, Versailles-Saint-Quentin ou encore Cergy. D’autant que s’ajoute à celles-ci la création de formations économiques ou gestionnaires dans des universités principalement orientées vers les lettres comme Paris III et Paris IV, ou encore vers les sciences comme Paris VI et Paris XI. Enfin et surtout, on assiste à une multiplication quasi continue voire exponentielle des formations en gestion et à une tendance de ces dernières à « phagocyter » les formations en économie. Alors qu’on recense en 1970, toutes universités confondues, quarante-trois formations en économie contre quatorze en gestion, trente ans plus tard, en 2002, on en dénombre deux cent quarante-cinq pour l’économie et plus de huit cent vingt pour la gestion. À ces formations, qui peuvent être des DESS, des MST, des MSG, des diplômes d’IUP (Institut universitaire professionnalisé), des licences professionnelles, ou encore des DEA, il faut ajouter un certain nombre de diplômes hybrides de type économie et sociologie, économie-droit, et surtout économie-gestion (en particulier en licence et maîtrise) dont la progression est relativement importante puisqu’ils représentent environ la moitié des diplômes d’économie en 2002 (120).

  • 15 Colonisation qu’on pourrait d’ailleurs élargir à l’ensemble de l’Université dans la mesure où ce g (...)
  • 16 Voir en particulier F. Pavis, Sociologie d’une discipline hétéronome. Le monde des formations en g (...)
  • 17 Voir notamment, S. Kolopp, « La formation en économie à l’ENA : des techniques scientifiques à l’a (...)

14Comme on peut l’observer, cette colonisation des départements d’économie par la gestion15 est un phénomène de fond qui débute dès les années 1970 et qui connaît une phase d’accélération très nette à partir de la fin des années 1980. Ce processus renvoie à plusieurs facteurs en partie indépendants qu’il s’agit d’évoquer avant de développer plus avant la contribution des différentes universités franciliennes. Pour aller du général au particulier, on pense d’abord aux transformations du champ bureaucratique et à l’efficacité de certains « passeurs » de la gestion dans les sphères décisionnelles. Cette histoire reste en partie à écrire mais on connaît aujourd’hui le rôle actif joué par certains professeurs de gestion au niveau du ministère comme, par exemple, Pierre Tabatoni qui y a œuvré dans les années 1960 et 1970 ou Roland Perez dans les années 198016 ; de même qu’on maîtrise mieux le rôle de lobbying joué par la Fondation nationale pour l’Enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE) ainsi que l’évolution de la formation des hauts fonctionnaires grâce à des enquêtes sur les curricula des écoles chargées de la formation des élites comme Sciences Po et l’École nationale d’administration (ENA)17. On pense ensuite aux « outils » ou aux « dispositifs » utilisés par les ministères successifs (de droite comme de gauche) pour développer ces formations. En raison du quasi-monopole dont l’État dispose en matière de certification et de création de nouveaux diplômes, le ministère a appuyé la diffusion des formations en gestion que ce soit par les créations de diplômes spécialement dédiés, par sa politique d’habilitation, par la lente redéfinition des programmes d’enseignement autrefois centrés sur l’économie, ou encore par le développement de la politique de contractualisation qui, sous couvert d’« autonomie » croissante accordée aux universités, a constitué un de ses principaux leviers pour organiser l’offre de formations à l’échelle du territoire.

Graphique 1. – Évolution du nombre de formations universitaires en économie et gestion selon la discipline principale.
Champ : France entière, domaine économie et gestion (formations habilitées par le ministère hors diplômes de 1er cycle et doctorats de spécialité), 1970-2003. AN 20090282/1-84. Construction par B. Le Gall et E. Monneau.

  • 18 Sur tous ces points, voir les publications de F. Pavis et notamment « L’évolution des rapports de (...)

15Ces facteurs très généraux, qu’il conviendrait d’articuler aux préconisations européennes en matière d’organisation de l’enseignement supérieur, au développement sans précédent du corps enseignant, à son processus d’académisation et à la « scientifisation » progressive des savoirs en gestion18, ont tous contribué, et souvent de concert, à légitimer les formations gestionnaires et ainsi à asseoir leur implantation dans les départements universitaires. Mais il faut citer, en outre, un autre facteur aussi négligé par les détracteurs de la gestion qu’il est souligné par ses promoteurs : le « succès » de cette discipline auprès des étudiants qu’il convient d’articuler à une de ses particularités. En effet, parce que l’Université n’a jamais eu de monopole sur les formations économiques (à la différence de l’histoire ou de la philosophie par exemple), ses départements d’économie occupent de fait une position structuralement critique face aux écoles plus ou moins « grandes » dédiées à l’économie, au commerce, aux études d’ingénieurs, ou encore face aux formations proposées dans l’enseignement supérieur court type STS ou IUT. Autrement dit, ils évoluent sur un marché relativement plus concurrentiel que celui d’autres disciplines et sont, par conséquent, plus dépendants de la création des formations susceptibles d’orienter les choix académiques de leur clientèle potentielle.

Graphique 2. – Évolution de la part d’inscrits dans les différentes filières d’économie et gestion de l’enseignement supérieur.
Champ : France entière pour les années civiles 1975-2010. MEN/DEP.

16Cette caractéristique de l’économie éclaire aussi la montée en puissance de la gestion universitaire et ses effets sur le sous-espace des départements d’économie. En effet, l’évolution des flux étudiants révèle que les départements d’économie ont subi plusieurs vagues de concurrence depuis le milieu des années 1970, d’abord avec la création de la filière AES et le développement des écoles de commerce, puis avec les formations en STS dont le nombre explose du début des années 1980 jusqu’au début des années 1990, enfin avec les IUT et toujours les écoles de commerce qui poursuivent jusqu’à aujourd’hui leur ascension rapide.

17Ces évolutions démographiques, qui mériteraient d’être rapportées aux transformations du public étudiant et aux stratégies des différents groupes sociaux dans un contexte d’inflation des diplômes et de dévaluation relative de leur valeur, sont ainsi au principe d’un déclin structural des départements d’économie qui ne sera endigué qu’à partir du début des années 1990, soit précisément au moment où la gestion s’affirme à l’Université. De ce point de vue, le développement de la gestion dans les départements d’économie prend encore une autre signification : il renvoie aussi à la transformation du public étudiant consécutif de la seconde « massification scolaire » en même temps qu’il constitue une réponse à la concurrence qu’a fait peser le développement du secteur extra-universitaire en gestion dans les années 1970 et 1980.

18Ces schèmes d’analyse permettent de comprendre les reconfigurations du sous-espace des départements d’économie franciliens et pourquoi, en particulier, le développement de la gestion aura été porté inégalement par les différentes universités.

La contribution des nouvelles universités à l’ascension de la gestion

  • 19 Nous nous sommes limités à projeter les universités qui accueillent des étudiants en économie et g (...)

19L’analyse en composantes principales (ACP) présentée ici permet de mieux cerner la différenciation de l’offre de formations selon le type d’université. Ce graphique représente l’espace des formations universitaires en économie et gestion en Île-de-France tel qu’on peut le construire, au début des années 2000, à partir des indicateurs disponibles19. L’axe 2 établit une opposition assez simple entre les départements d’économie les plus importants en termes de nombre de formations et d’effectifs étudiants (situés au nord de l’espace) et les « petits » (situés au sud). On constate sous cet angle le maintien des hiérarchies par rapport à la situation des années 1970 puisque les universités dominantes numériquement restent Paris I, Paris IX et Paris X, soit des établissements « historiques » qui comptaient déjà un nombre élevé d’étudiants en début de période. On observe aussi que Paris II est devenue une université relativement importante mais cependant moins que Paris XII qui va connaître une croissance forte de ses effectifs étudiants au cours des années 1990.

Graphique 3. – L’espace des départements d’économie et gestion franciliens au début des années 2000.
AN 20090282/1-84 pour la projection des formations (année 2002). « Cocotiers » des CNU 5 et 6 pour la projection des propriétés du corps enseignant (année 2004).

  • 20 Nous n’avons pu distinguer ici les formations et le corps enseignants des UFR d’économie et de ges (...)
  • 21 Notons que la séparation historique à Paris I entre l’UFR d’économie et l’UFR de gestion a évidemm (...)

20L’axe 1 du graphique est plus instructif dans la mesure où il permet de saisir la dynamique de l’espace. Cet axe met en évidence une opposition selon l’orientation des formations : les formations en gestion sont surreprésentées à l’ouest et celles en économie le sont à l’est. Logiquement, cette opposition recouvre assez étroitement une opposition entre les formations considérées comme professionnalisantes (type DESS, licence pro) et celles à vocation recherche ou généraliste. On peut ainsi distinguer quatre grands types de départements. Premièrement, les départements historiques comme Dauphine ou Paris XII qui ont une orientation gestionnaire et/ou professionnelle marquée, soit depuis leur création (cas de Dauphine), soit plus tardivement comme Créteil qui délivrera dans un premier temps une MSG et une MST, mais qui profitera de la croissance de ses effectifs dans les années 1990 pour développer une offre de formations professionnalisantes à travers un IUP et surtout des DESS. Ces départements, qui constituent en quelque sorte l’avant-garde « gestionnaire » ou « moderne » des « vieilles » universités, se distinguent des établissements comme Nanterre, Assas et l’UFR d’économie de Paris I20. En raison sans doute du capital symbolique qui leur garantit un volume d’étudiants toujours relativement important, mais aussi, peut-être, de l’hystérésis des habitus de leurs enseignants, ce second groupe d’universités représente en quelque sorte l’arrière-garde académique des départements d’économie. En effet, l’analyse révèle qu’elles font partie de celles qui accordent encore le plus de place à l’économie au début des années 2000. Et de fait, même si ces départements apparaissent en perte de vitesse démographique et qu’une analyse plus fine révélerait le même déplacement du côté des savoirs pratiques ou professionnels, ils ont pu développer leurs formations à un moment où la gestion était encore faiblement institutionnalisée et où la concurrence du secteur universitaire et extra-universitaire était moins marquée21.

  • 22 Sur le cas spécifique de Paris VIII, B. Le Gall, « Un soubresaut de 1968, la parenthèse critique d (...)

21À côté de ces institutions relativement dominantes tant sur le plan numérique que symbolique, on peut distinguer deux autres types de départements. D’abord des départements historiques comme ceux de Paris VIII22 et Paris XIII, qui comptent une proportion relativement plus importante d’économistes dans leur corps enseignant et qui semblent avoir relativement résisté au développement des formations en gestion en proposant des formations hybrides de type « éco-gestion » (concrètement, des options d’économie d’entreprise en licence maîtrise) mais au prix d’une croissance très modeste sur le plan numérique liée sans doute aussi à la transformation du paysage institutionnel dans l’académie de Créteil avec l’ouverture de l’université Marne-la-Vallée et le développement de celle de Paris XII.

  • 23 Sur les effets de la ségrégation sociale et scolaire liée à la sectorisation des universités à Par (...)
  • 24 A fortiori lorsque ces recommandations s’accompagnaient d’incitations financières comme c’est le c (...)

22Enfin, on distingue au sud-ouest du graphique le groupe des universités nouvelles, à l’exception d’Orsay mais où le développement des formations en économie et gestion remonte au début des années 1990. Tous ces départements ont en commun d’avoir permis d’absorber l’augmentation des effectifs étudiants, consécutive à la seconde massification et d’avoir connu une croissance forte de leurs formations depuis le début des années 1990. Or, on observe que ces derniers entrants ont principalement appuyé leur développement sur les formations gestionnaires et professionnelles, a fortiori sur les licences, ce qui les distingue, sous ce rapport, des universités plus prestigieuses comme Dauphine ou plus anciennes comme l’université Paris XII. Les caractéristiques de ces nouveaux départements nous semblent ainsi très importantes pour comprendre la montée en puissance de la gestion et le sens de ces transformations. On peut tout d’abord penser qu’en raison de la sectorisation (dont les modalités ont été revues au milieu des années 2000) comme des mécanismes de sélection et d’auto-sélection, le public de ces jeunes établissements est globalement plus dominé sur le plan scolaire et social que celui qui fréquente le centre de Paris et plus généralement le haut de l’espace décrit précédemment23. Sans doute ces départements ont-ils dû composer avec des dispositions et des attentes relativement différentes du point de vue du rapport au savoir et à l’emploi. Par ailleurs, ces départements, parce qu’ils ont émergé dans un contexte intellectuel et politique très différent de celui de la fin des années 1960 et parce qu’ils ne pouvaient se revendiquer d’une tradition multiséculaire, ont été contraints de composer plus étroitement que les universités « héritières » avec les orientations ministérielles qui ont tendu à s’imposer au cours des années 199024. Enfin, et surtout, les enseignants de ces départements et universités, qui sont globalement plus jeunes et plus féminisés que la moyenne, sont aussi globalement plus dominés sur le plan académique : à l’image de leur public, ils ont donc été les mieux disposés à subvertir la hiérarchie entre savoirs savants et savoirs pratiques.

*

  • 25 Les enseignants d’éco-gestion de Marne-la-Vallée sont logiquement ceux qui soutiennent le plus le (...)

23La création de nouvelles universités au début des années 1990 a donc participé à la reconfiguration de l’espace des formations universitaires en économie. Après une période d’ouverture au cours des années 1950 et 1970 qui préfiguraient le développement de l’économie critique, l’économie savante, et l’économie d’entreprise, le champ s’est progressivement refermé au profit de la dernière. Ce mouvement rappelle d’abord que les transformations du champ universitaire peuvent s’opérer par ses marges, c’est-à-dire par des institutions et des agents à la légitimité académique a priori faible mais qui ont un intérêt commun à subvertir les hiérarchies établies. Il rappelle aussi que ces subversions ne pourraient avoir lieu sans la constitution d’une masse critique et donc que les transformations d’ordre démographique et morphologique auxquelles les étudiants participent sont au moins aussi importantes à prendre en compte que les transformations globales de l’espace ou du champ. Une façon parmi d’autres de poursuivre ce travail consisterait à se focaliser maintenant sur les luttes internes propres à chaque département d’économie et gestion et voir comment celles-ci s’articulent ou non avec les regroupements en cours d’universités et avec la culture managériale qui semble se développer dans leurs équipes de direction25.

Notes

1 P. Bourdieu, « Méthode scientifique et hiérarchie sociale des objets », Actes de la recherche en sciences sociales, no 1, 1975.

2 Voir notamment V. Languille, « L’ESSEC, de l’école catholique des fils à papa à la grande école de gestion », Entreprises et Histoire, no 14, 1997 ; M. Meuleau, Les H.E.C. et l’introduction du management en France, thèse d’État, université de Paris X, 1992 ; P. Fournas (de), Quelle identité pour les grandes écoles françaises ?) (HEC, ESSEC, ESCP), thèse de doctorat, École polytechnique, 2007 ; P. Bourdieu, La Noblesse d’État, Paris, Les Éditions de Minuit, 1989 ; P. Fridenson et L. Paquy, « Du haut enseignement commercial à l’enseignement supérieur de gestion, (XIXe-XXe siècles), in P. Le Normand, La Chambre de commerce et d’industrie de Paris, 1803-2003, t. 2 : Études thématiques, Paris, Droz, 2008.

3 Sur les écoles supérieures de commerce voir notamment le travail et la bibliographie de M. Blanchard, Socio-histoire d’une entreprise éducative le développement des écoles supérieures de commerce en France, thèse de doctorat, EHESS, 2012. Sur les IAE, D. Gouadain et P. Louart, « Les enseignements de gestion dans les universités avant et après la création des IAE », Entreprises et histoire, no 14-15, 1997, p. 89-95.

4 Nous empruntons ici l’expression à Frédéric Lebaron qui a identifié ce mouvement dans son livre sur les économistes. Lebaron F., La croyance économique, les économistes entre sciences et politiques, Paris, Le Seuil, 2000.

5 D. Dulong, Moderniser la politique. Aux origines de la Ve République, Paris, L’Harmattan, 1997.

6 L. Le Van Lemesle, Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004.

7 Le rôle d’Henri Guitton est central dans ce processus. Outre le fait qu’il a été très influent au ministère au moment de la création de la licence d’économie, il chapeautera à partir des années 1960 deux « séminaires » nommés « Aftalion » et « J.-B. Say » dans lesquels les assistants préparent l’agrégation et amorcent un début d’organisation en laboratoire. Sur ce dernier point voir P. Le Merrer, « L’affirmation de l’économie comme discipline scientifique : une histoire française particulière », Tracés, 3/2011, p. 163-174. Ainsi que la thèse en cours de Emmanuel Monneau (CURAP, université Picardie Jules Verne).

8 Précisons que ces pôles sont évidemment en tension dans chaque département d’économie, mais une certaine orientation tend à dominer en certains endroits.

9 Sur ce point, voir en particulier C. Soulié, « la recomposition des facultés et disciplines dans l’université française des années 1960 », in C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du centre universitaire expérimental de Vincennes, Vincennes, PUV, 2012, p. 31-60.

10 Sur les initiatives menées notamment à Assas pendant les événements de Mai 68, voir P. Le Merrer, « L’enseignement universitaire de l’économie en France : autonomie et normalisation (1966-1981) », Document de travail, juin 2005 (qui n’est plus en ligne).

11 Il faudrait ajouter l’économie du développement alors dans l’UER d’études internationales qui accueille elle aussi des économistes.

12 F. Pavis, Sociologie d’une discipline hétéronome…, op. cit., et L. Le Cozanet, Dauphine, Genèse d’une « innovation pédagogique ». Enquête sur les logiques de production des pratiques d’enseignement en premier cycle (1968-1978), mémoire de master, université Paris-Dauphine, 2009, p. 63 et suiv.

13 Par exemple, « stratégie commerciale », « ressources humaines », « politique générale des organisations », « méthodologies et modèles du management scientifique », etc.

14 Autour notamment de Jacques Valier, disciple d’Henri Denis et fondateur de la revue Critiques de l’économie politique.

15 Colonisation qu’on pourrait d’ailleurs élargir à l’ensemble de l’Université dans la mesure où ce graphique ne prend pas en compte toutes les formations s’affichant comme du « management » ou de la « gestion » lorsqu’elles sont proposées par les départements de Droit, de Psychologie, de Sociologie, d’Information-communication, de Sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

16 Voir en particulier F. Pavis, Sociologie d’une discipline hétéronome. Le monde des formations en gestion entre universités et entreprises en France. Années 1960-1990, thèse de doctorat en sociologie, université de Paris I, 2003. p. 222-231.

17 Voir notamment, S. Kolopp, « La formation en économie à l’ENA : des techniques scientifiques à l’aide à la décision, 1961-1984 », mémoire de master 2, EHESS, 2010 ; A. Garrigou, Les élites contre la République. Sciences Po et l’ENA, Paris, La Découverte, 2001.

18 Sur tous ces points, voir les publications de F. Pavis et notamment « L’évolution des rapports de force entre disciplines de sciences sociales en France », Regards Sociologiques, no 36, 2008.

19 Nous nous sommes limités à projeter les universités qui accueillent des étudiants en économie et gestion de la première à la cinquième année en 2002-2003. Cf. MEN/DEP, TS 6888.

20 Nous n’avons pu distinguer ici les formations et le corps enseignants des UFR d’économie et de gestion de Paris I. D’où sa position centrale sur le graphique.

21 Notons que la séparation historique à Paris I entre l’UFR d’économie et l’UFR de gestion a évidemment limité la possibilité de développer des formations gestionnaires en économie.

22 Sur le cas spécifique de Paris VIII, B. Le Gall, « Un soubresaut de 1968, la parenthèse critique de l’économie politique à Vincennes », C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du centre universitaire expérimental de Vincennes, Vincennes, PUV, 2012, p. 359-392.

23 Sur les effets de la ségrégation sociale et scolaire liée à la sectorisation des universités à Paris I, Paris XII, Paris VIII et Évry, T. Cizeau et B. Le Gall, « Retour sur les conditions d’accès à l’université », Mouvements, 3/2008, no 55-56, p. 24-33.

24 A fortiori lorsque ces recommandations s’accompagnaient d’incitations financières comme c’est le cas avec la plupart des diplômes professionnels.

25 Les enseignants d’éco-gestion de Marne-la-Vallée sont logiquement ceux qui soutiennent le plus le projet de fusion entre l’UPEM et l’UPEC en 2014.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Répartition du corps enseignant titulaire en économie et gestion et du nombre d’étudiants en 1971 et 1973.NB : Pour les enseignants, il s’agit des rangs A et B au 1er janvier 1973. AN, 19910759/ 6. Les effectifs étudiants sont ceux de l’année 1971. MEN/DEP.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graphique 1. – Évolution du nombre de formations universitaires en économie et gestion selon la discipline principale.Champ : France entière, domaine économie et gestion (formations habilitées par le ministère hors diplômes de 1er cycle et doctorats de spécialité), 1970-2003. AN 20090282/1-84. Construction par B. Le Gall et E. Monneau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Graphique 2. – Évolution de la part d’inscrits dans les différentes filières d’économie et gestion de l’enseignement supérieur.Champ : France entière pour les années civiles 1975-2010. MEN/DEP.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Graphique 3. – L’espace des départements d’économie et gestion franciliens au début des années 2000.AN 20090282/1-84 pour la projection des formations (année 2002). « Cocotiers » des CNU 5 et 6 pour la projection des propriétés du corps enseignant (année 2004).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

EHESS, CESSP-CSE

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site