Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Troisième partie. La nouvelle division du travail universitaire : lieux, espaces, disciplines

L’université et ses architectes

Modes de désignation et processus de commande en question (Île-de-France, 1952-2006)

Éléonore Marantz

Texte intégral

1Analyser les pratiques et les enjeux qui entourent la façon dont sont choisis les architectes – désignation, consultation, concours – en dit long sur les intentions de la maîtrise d’ouvrage et sur les stratégies déployées par cette dernière pour façonner son « image » architecturale. Cela est particulièrement vrai pour les universités construites au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Dans un contexte de profondes mutations, les pouvoirs publics se questionnent en effet sur l’ancrage territorial des centres d’enseignement, sur leur morphologie, ou encore sur les typologies architecturales et les procédés constructifs à privilégier. Mais le débat concerne aussi le choix des hommes auxquels revient la conception de ces prestigieux établissements. Or, il existe bien des règles – ou tout au moins des usages – en la matière. Mais ces règles changent au cours des quelques décennies que nous proposons d’évoquer, à savoir la période allant de 1952, qui correspond à une relance de la construction universitaire, au début des années 2000, qui voit les derniers effets du plan U3M.

  • 1 Voir dans le présent ouvrage les contributions de Loïc Vadelorge, d’Ana bela de Araujo et de Chris (...)
  • 2 Décret du 22 mars 1908, art. 1.

2L’Île-de-France offre un champ d’analyse privilégié pour tenter d’éclairer les liens complexes que les commanditaires des universités entretiennent avec leurs architectes et, in fine, avec l’architecture qu’ils produisent. Cela tient au fait que l’espace universitaire francilien n’a cessé de se réinventer au cours de la seconde moitié du XXe siècle1 et à la portée symbolique des choix qui y ont été faits. Il semblait ainsi pertinent de confronter la réalité francilienne avec l’hypothèse selon laquelle l’histoire de l’architecture universitaire ne reposait peut-être pas tant sur les césures de l’histoire de l’enseignement supérieur mais qu’elle était en grande partie déterminée par l’évolution de la commande et donc, plus largement, par l’histoire des politiques publiques en matière d’architecture. Nous espérions ainsi comprendre comment et pourquoi le quasi-monopole exercé par les architectes en chef des Bâtiments civils et des palais nationaux (BCPN) dans le domaine des constructions universitaires depuis 19082 avait commencé à se fissurer dès le début des années 1960 en Île-de-France, pour finalement voler en éclat à la fin des années 1970, ce qui est relativement précoce au regard d’autres programmes publics. Par extension, l’intention était d’identifier vers quelle frange de la profession s’était reportée la commande au cours des décennies suivantes et de mesurer quelles avaient pu être les conséquences de ces changements.

Planification et régulation (1952-1985)

  • 3 Arrêté ministériel (ministre des Affaires économiques et financières) du 22 juin 1956.
  • 4 J. Fourastié, « Les travaux de la commission de l’Équipement scolaire du commissariat général au p (...)
  • 5 Décret no 56-899 (6 septembre 1956). Auparavant, le service des Constructions (1944-1953), puis la (...)

3Si au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la priorité est logiquement donnée à la Reconstruction, dès 1952 l’équipement scolaire, universitaire et sportif fait l’objet d’une planification ambitieuse de la part de l’État. À la faveur de quatre plans pluriannuels (1952-1956 ; 1957-1961 ; 1962-1965 ; 1966-1970), le ministère de l’Éducation nationale va rapidement devenir, avec ceux du Logement puis de l’Équipement, l’un des principaux ministères constructeurs. En 1953, au sein du commissariat général au Plan, est créée une commission de l’Équipement scolaire, universitaire et sportif, plus connue sous le nom de commission Le Gorgeu, du nom de son président3. Pour Jean Fourastié, qui en est membre, cette commission contribue encore en 1958 à clarifier et à roder « l’énorme machine que constituent les marchés publics », puisqu’elle permet que, de l’achat des terrains à la livraison des bâtiments toute action puisse « être prévue suffisamment à l’avance et suffisamment en détail pour assurer des processus réguliers et continus4 ». Elle inspire l’action de la direction de l’Équipement scolaire, universitaire et sportif dont se dote le ministère de l’Éducation nationale en 1956. Placée sous la responsabilité de Pierre Donzelot, ancien recteur de l’académie de Nancy puis directeur de l’Enseignement supérieur au ministère qui rentre tout spécialement d’une mission aux États-Unis pour prendre ses nouvelles fonctions, cette direction rassemble désormais tous les leviers de la commande architecturale, notamment celle des bâtiments universitaires5.

  • 6 A. Prost, « Jalons pour une histoire de la construction des lycées et des collèges de 1960 à 1985  (...)
  • 7 S. Duhamel et P. Segaud, Les constructions scolaires et universitaires, Paris, Berger-Levrault, 19 (...)

4Elle est chargée de quantifier les besoins, de programmer les opérations, mais aussi de conduire une réflexion sur les principaux enjeux de la construction et d’étudier les procédés techniques susceptibles d’infléchir les futurs choix architecturaux. D’ailleurs, pour guider les différents acteurs impliqués dans la planification, la conception et la réalisation de locaux neufs, la direction publie régulièrement des recueils de textes réglementaires et de modèles, dont la plupart concernent les établissements d’enseignement primaire et secondaire6. Néanmoins, ces Instructions abordent aussi les constructions universitaires, notamment les processus de désignation et les missions des architectes. Elles rappellent surtout avec conviction que les universités, comme la plupart de leurs équipements annexes (bibliothèques, résidences, restaurants), sont des investissements à caractère national et, qu’en conséquence, elles relèvent de la seule compétence de l’État7 : l’État les programme, l’État les finance et l’État choisit à qui il revient de les concevoir.

Une architecture « sous contrôle »

  • 8 Décret du 22 mars 1908, art. 1, art. 7 (version en vigueur modifiée par décret no 91-585 du 19 jui (...)
  • 9 Cette distinction est le fruit des travaux conduits au sein du groupe de travail « techniques et p (...)
  • 10 Arrêté ministériel (ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports) du 25 avril 1 (...)

5En effet, en dehors des questions de programmation ou d’implantation géographique, le contrôle de l’État commence par la désignation du (ou des) architecte(s) des nouveaux bâtiments universitaires. Cette dernière intervient sous forme d’une décision du ministre de l’Éducation nationale, notifiée à l’architecte en même temps qu’au recteur de l’académie concernée. L’usage veut, mais nous verrons que ce n’est pas toujours le cas, que le ministre choisisse les architectes parmi les architectes en chef des Bâtiments civils et palais nationaux, corps professionnel d’élite qui avait en charge l’entretien des édifices classés BCPN, mais aussi la construction de bâtiments neufs relevant, comme les universités ou les ambassades, de la compétence de l’État8. Ce principe est réaffirmé en 1958, quand la création de deux statuts distincts – architectes coordonnateurs et architectes d’opération – permet de mieux préciser les missions des hommes de l’art en charge des nouvelles universités9. Il est alors explicitement dit que le ministre doit choisir l’architecte coordonnateur parmi « les architectes du cadre des Bâtiments civils10 ». Mais le ministère, désormais rompu à la complexité des grands chantiers universitaires et à la latitude qu’ils requièrent, s’empresse de se ménager une marge de manœuvre en ajoutant que « les architectes qui se sont distingués soit dans le domaine des constructions scolaires, universitaires et sportives, soit par d’importantes réalisations publiques ou privées » peuvent aussi prétendre à cette mission. Les architectes d’opération doivent quant à eux être « proposés par le maître de l’ouvrage et agréés par le ministre de l’Éducation nationale ».

  • 11 Voir, dans ce même ouvrage, les contributions d’Ana bela de Araujo et de Fanck Delorme.
  • 12 Voir, dans ce même ouvrage, la contribution de Géraud Kerhuel.
  • 13 Nombreux sont les architectes BCPN à construire des universités en région : L. Arretche (Nantes, R (...)
  • 14 Décret du 3 février 1959.
  • 15 É. Lengereau, L’État et l’architecture (1958-1981). Une politique publique, Paris, Picard/Comité d (...)
  • 16 AN, 19771596/14.

6Au-delà de ce seul cadre réglementaire, les opérations conduites en Île-de-France au cours des années 1950, 1960 et 1970 confirment que le ministère de l’Éducation nationale fonde la relance de la construction universitaire sur le corps des BCPN. Le quatuor d’architectes en chef des Bâtiments civils et palais nationaux constitué par Urbain Cassan, René Coulon, Louis Madeline et Roger Séassal, se voit simultanément confier la construction du laboratoire de physique nucléaire d’Orsay (1955-1962) et des premiers bâtiments de la nouvelle faculté des Sciences sur le site de la Halle aux vins (1955-1961)11. C’est aussi forts de ce statut que Charles Lemaresquier préside à la construction de l’annexe de la faculté de Droit et de Sciences économiques de la rue d’Assas (1959-1963), que Bernard Zehrfuss est mandaté en 1960 pour étudier un projet de faculté des Sciences à Villetaneuse (1960-1962, non réalisé), que Jacques Chauliat est désigné pour la faculté des Lettres et Sciences humaines de Nanterre (1962 : désignation, 1964-1968 : construction)12, que Jacques Carlu pilote la construction du Centre Censier (annexe de la faculté des Lettres, 1964, illustration 1) ou encore que Pierre Sirvin et Camille Clouzeau agrandissent la faculté de Pharmacie située avenue de l’Observatoire (1964-1966). Cette tendance se vérifie d’ailleurs sur l’ensemble du territoire national13. Dans le cas des universités, il faut même souligner que jusqu’en 1959 – date à laquelle la direction de l’Architecture est transférée au sein du tout jeune ministère des Affaires culturelles14 – le corps des architectes BCPN relève de la compétence de la direction des Beaux-arts qui elle-même, depuis 1895, dépend du ministère de l’Instruction publique (devenu, en 1932, le ministère de l’Éducation nationale)15. Jusqu’en 1959, le ministre de l’Éducation nationale nomme donc les architectes BCPN en même temps qu’il désigne les architectes des nouvelles constructions universitaires. Cette collusion garantit, peut-être même fonde, la cohérence de l’action ministérielle, cela au moins jusqu’à la fin des années 1970 compte tenu du temps d’activité des architectes16.

Illustration 1. – Faculté des Lettres – centre Censier (Paris, 1964, arch. : J. Carlu) en construction, cl. Pierre Wandelle (s. d. circa 1964), document tiré de Techniques et architecture, no 4, 25e série, mai-juin 1965.

  • 17 Le conseil général des Bâtiments de France, bien que supprimé par décret le 28 août 1969, continue (...)

7Par ailleurs, au-delà du mode de désignation des architectes, l’État opère un autre type de contrôle sur l’architecture universitaire puisque le conseil général des Bâtiments de France (dans lequel siège un représentant du ministère de l’Éducation nationale ainsi que les inspecteurs en chef BCPN) se prononce jusqu’en 1970 sur la qualité architecturale des projets, au moment où sont établis les plans de masse et les avant-projets des futurs bâtiments et complexes17.

  • 18 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Géraud Kerhuel.
  • 19 AN, 19771596/14 ; AD50, 273 J ; CAA du XXe siècle, 133 Ifa 60/6 et 133 Ifa 502/41.
  • 20 « Paris. Construction de la faculté des Lettres », Techniques et architectures, 25e série, no 4, m (...)

8Malgré ce cadre de production extrêmement contraint, l’architecture universitaire francilienne des décennies d’après-guerre se caractérise par une hétérogénéité formelle qui conduit à penser que le ministère, en s’appuyant sur les architectes BCPN, ne cherche pas tant à perpétuer – comme cela a souvent été dit – une certaine image de la « grande tradition » architecturale française, ni même qu’il cherche à respecter une certaine « convenance ». Cette diversité indique plutôt que l’État espère trouver auprès de praticiens aguerris et rompus aux commandes importantes une capacité, un savoir-faire ainsi que, bien entendu, une certaine qualité de conception et d’exécution. Il semble même que le recours à un architecte BCPN puisse être envisagé comme une opportunité de mettre en œuvre l’innovation technique et formelle que le ministère appelle de ses vœux. Par exemple, le fait de s’adresser à Jacques Chauliat pour faire face à la « conception dans l’urgence18 » de la faculté de Nanterre (1964-1968) n’est pas anodin : formant équipe avec son frère (Jean-Paul Chauliat), Jacques Chauliat avait intégré le cadre des Bâtiments civils par voie de concours en 1947, après avoir fait ses preuves dans la construction industrialisée, notamment dans le domaine du logement et des équipements scolaires19. Il en est de même pour Jacques Carlu, dont on ne retient souvent que l’œuvre monumentale (notamment le Palais de Chaillot, 1935-1937, en collaboration avec L.-H. Boileau et L. Azéma), et qui pourtant a laissé un corpus de bâtiments universitaires assez conséquent (université du Mans) mobilisant, comme à Censier, des procédés relevant de la préfabrication ouverte. Pour ces architectes BCPN, comme pour l’ensemble de la profession, les procédés industriels s’imposent comme la seule solution pour mener à bien les opérations dans les délais imposés par le ministère (huit mois à Censier comme pour la première tranche des bâtiments de Vincennes)20.

La règle et l’usage

  • 21 CAA du XXe siècle, Fonds François Carpentier (1910-1976). 220 Ifa. Repérage, Paris, 1996-2003.

9Le cadre de commande étatique garantit donc une certaine sécurité dans la conduite des projets sans interdire l’innovation. Malgré cela, l’exemple francilien montre que le ministère bouscule parfois les usages et choisit les architectes des universités hors du cercle des BCPN. Dans le cas de l’annexe de la faculté de Droit et de Sciences économiques, Charles Lemaresquier – Grand Prix de Rome en 1878 et architecte en chef BCPN – apparaît bien en tant qu’architecte-conseil. Mais il n’est en réalité que la caution officielle de deux architectes plus jeunes et n’appartenant pas au cadre, dont l’un – François Carpentier – avait été récemment primé à un concours de conception-construction organisé par le ministère (1955), puis envoyé en mission d’étude aux États-Unis au sein du Groupe franco-américain de l’aluminium21. Le choix d’une ossature en acier restant apparente tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment de la rue d’Assas (illustration 2), de même que l’audacieux dessin de la façade, portent indéniablement la trace de cette expérience américaine et témoignent d’une ouverture du ministère à des expressions architecturales contemporaines, attitude qui ne manquera pas d’être saluée dans la presse architecturale.

Illustration 2. – Faculté de Droit et de Sciences économiques (Paris, 1959-1963, arch.-conseil : C. Lemaresquier, arch. : F. Carpentier, A. Lenormand) : façade sur la rue d’Assas, cl. J. Biaugeaud (s. d. circa 1965), document tiré de Techniques et architecture, no 2, 26e série, novembre-décembre 1965.

Illustration 3. – Faculté des Sciences-laboratoire d’électronique (Saint-Cyr-l’École, 1967-1968, arch. : A. Bruyère) : plan, façades et vue générale, document tiré de A. Bruyere, Pourquoi les architectes, Paris, Jacques Pauvert éditeur, 1968, p. 175 et 177.

  • 22 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Christophe Charle.
  • 23 S. Le Vot, « Les enjeux architecturaux de la démocratisation de l’université : le Centre multidisc (...)
  • 24 P. Monsel (dir.), Parat par Pierre Parat, Paris, Cercle d’Art, 2010, p. 9 ; Entretiens avec P. Par (...)

10Parfois, le ministère ne s’embarrasse pas de telles précautions et s’adresse directement à des architectes n’appartenant pas au corps des BCPN. Deux raisons – qui ne sont d’ailleurs pas antinomiques – l’y poussent. La première, assez rare pour relever de l’exception, résulte d’un intérêt particulier pour des praticiens perçus comme particulièrement novateurs. Elle aboutit souvent à des bâtiments singuliers, à l’image du sculptural laboratoire d’électronique de la faculté des Sciences, édifié à Saint-Cyr l’École (1967-1968, illustration 3) selon le projet établi par André Bruyère, architecte qui se plaçait pourtant volontairement à la marge de la profession et, plus encore, de la commande publique à laquelle il se confronte ici pour la première et la dernière fois. Le ministère porte un intérêt plus pérenne à la démarche de Michel Andrault et Pierre Parat. Au travers de la cité scolaire d’Orléans-La Source (1964-1968), de la faculté de Médecine d’Angers (1967-1969), de la résidence universitaire du Mans (1966-1970), les pouvoirs publics prennent d’ailleurs soin de « tester » les propositions de ce duo, avant de lui confier un important chantier à Paris. Le Centre multidisciplinaire de Tolbiac (1971-1973, illustration 4) incarne en effet à lui seul la refondation universitaire induite par la loi Faure22. Andrault et Parat en font une architecture expressive par ses volumes et ses matériaux, fonctionnelle par sa logique combinatoire et connectée avec la ville23. Mais, si la proposition est forte sur le plan architectural comme sur le plan urbain, il n’en demeure pas moins que, plus prosaïquement, cette commande est une sorte de « lot de consolation », obtenue à la suite de propositions antérieures24 formulées par Andrault et Parat lors des concours d’ensemble universitaire à Villetaneuse (1966-1967) et de nouveau ministère de l’Éducation nationale à La Défense (1970) ainsi que dans le cadre d’un projet avorté de centre universitaire juridique et littéraire à Versailles (1970).

  • 25 A. Resendiz-Vasquez, L’industrialisation du bâtiment. Le cas de la préfabrication dans la construc (...)
  • 26 C. Hottin, « Jussieu, l’inachevée. Cinquante ans de projets pour la faculté des Sciences de Paris- (...)

11La seconde raison qui incite le ministère à confier des opérations à des architectes n’appartenant pas au corps des BCPN est d’ordre plus pragmatique ; elle résulte de son intérêt pour les procédés de construction industriels, déjà couramment utilisés dans les équipements scolaires de premier et second cycles25. Comme en témoignaient déjà Nanterre et Censier au milieu des années 1960, le ministère tente d’étendre ces expériences à la sphère universitaire en sollicitant des architectes ayant placé ces problématiques au cœur de leur démarche. Fondateurs du groupement d’études pour une architecture industrialisée (GEAI), après avoir réalisé avec succès la faculté des Sciences de Mulhouse (1961-1964), Marcel Lods, Paul Depondt et Henri Beauclair se voient ainsi confier la construction de la Maison des Sciences de l’homme du boulevard Raspail (1967-1970) qu’ils étudient en même temps que la faculté des Sciences de Reims (1960-1969) et qu’une série de groupes scolaires. À peu près au même moment, Édouard Albert est chargé de la seconde tranche de la faculté des Sciences de Jussieu (1964-1972) et de la bibliothèque universitaire de Nanterre (1965-1969). Ces grands chantiers parisiens et franciliens confortent la démarche d’un ministère qui soutenait l’idée que l’industrialisation n’était pas seulement une réponse à l’urgence et à la nécessaire économie des chantiers – même si elle en est une –, mais pouvait également servir de matrice à une architecture de qualité26.

  • 27 R. Faucherre, Atopie-atypie. Vincennes, naissance d’une université, mai 1968-janvier 1969, maîtris (...)
  • 28 GEEP-Industries reçoit aussi commande d’un centre à Antony (non réalisé). Dans ces opérations, M. (...)
  • 29 F. Bourillon, L. Coudroy de Lille, N. Bertrand, C. Blandin et A. Oubaidourahaman, Aux origines de (...)
  • 30 D. Sloan, « Créteil. Centre multidisciplinaire », Techniques et architectures, 33e série, no 6, p. (...)

12Pourtant, le recours aux procédés industrialisés – et donc aux architectes qui les utilisent – ne sera bientôt plus justifié que par l’ampleur des besoins et l’urgence de la situation : en septembre 1968, Edgar Faure avait annoncé la création de 35 000 nouvelles places d’étudiants en région parisienne pour le mois de novembre27. C’est dans ce contexte que GEEP-Industries, entreprise dirigée par Paul Chaslin, spécialisée dans la construction métallique et déjà très engagée dans la construction scolaire industrialisée, produira des architectures universitaires pratiquement « sans architecte » comme à Vincennes (1968), Asnières (1968), Clignancourt (1968), Clichy (1968-1969) et à Saint-Maur (1969) où les architectes Georges Delanoë (Vincennes) et Maurice Cammas (Asnières, Clignancourt, Clichy, Saint-Maur) ne jouent qu’un rôle anecdotique28. Dans des circonstances comparables, le ministre demande en 1970 à Denis Sloan – architecte impliqué, aux côtés de Jean Le Couteur, à Tananarive (université de Madagascar, 1962-1964) et à Amiens (faculté de Lettres et Droit, 1967-1970) – de relever le défi de concevoir et construire, en neuf mois seulement, le Centre multidisciplinaire de Créteil29. Ce délai détermine les choix architecturaux et techniques, notamment l’adoption d’un procédé béton fondé sur une maille triangulaire de 8,40 mètres de côté30.

Illustration 4. – Centre multidisciplinaire de Tolbiac (Paris, 1971-1973, arch. : M. Andrault, P. Parat) : vue extérieure d’ensemble (cl. anonyme, s. d. 1973), dossier M. Andrault et P. Parat. Fonds DAU. SIAF/Cité de l’architecture & du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle, 133 Ifa 4/1.

  • 31 L. Vadelorge, « Campus ou ville universitaire ? Le traumatisme fondateur de Villetaneuse (1960-197 (...)
  • 32 B. Zehrfuss étudie le projet, mais ne le réalise pas parce que d’architecte en chef il passe inspe (...)

13Enfin, dans cette phase « étatique » de production des architectures universitaires, il est une exception qu’il convient de ne pas négliger tant elle annonce les pratiques ultérieures. Le cas des universités des villes nouvelles (ou des nouveaux ensembles urbains dans le cas de Créteil) mobilise en effet une autre réponse de la part du ministère. Il faut dire que les enjeux changent : ces universités sont envisagées comme des « éléments fondateurs » de structures urbaines en gestation31, participant d’un processus beaucoup plus large de construction territoriale impliquant un grand nombre d’acteurs. En Île-de-France, dans le cadre de ces expériences collectives, le ministère, en partenariat avec le District de la région parisienne, va lancer en 1966 son premier concours d’idées pour « l’aménagement de la plaine de Villetaneuse comportant un ensemble universitaire ». Si cette consultation fait suite à une première étude d’implantation de faculté des Sciences établie en 1960-1962 par un architecte BCPN – Bernard Zehrfuss –, elle permet surtout à de jeunes architectes – Adrien Fainsilber et Hogna Anspach en l’occurrence – d’accéder à la commande publique ; ils réaliseront bientôt le Centre littéraire et juridique (CLJ, 1970-1971) et le Centre scientifique et polytechnique (CSP, 1974-1975) de Villetaneuse32. L’ouverture du marché de la construction universitaire à une maîtrise d’œuvre plus jeune et plus diversifiée par le biais des concours, que le ministère n’expérimente encore qu’à titre exceptionnel, deviendra bientôt systématique, à la faveur de la redéfinition du cadre de la commande publique.

La commande des universités à l’épreuve de la « révolution des partenariats33 » (1985-2006)

  • 33 F. Kohler, « Université 3e millénaire, un nouveau défi ? », Techniques et Architecture, no 444 : e (...)
  • 34 J.-L. Violeau, Les architectes et Mai 68, Paris, Éd. Recherches, 2005.
  • 35 É. Lengereau, op. cit.
  • 36 A. Guiheux, « Comment choisir », MIQCP, Architectures publiques 1990, Liège, Mardaga, 1990, p. 11.

14Cette redéfinition trouve ses origines dans les conséquences du mouvement de Mai 1968 qui, dans le milieu de l’architecture, avait cristallisé les critiques sur un système « Beaux-arts » jugé sclérosant34. En décembre 1968, un décret réorganisant l’enseignement de l’architecture avait mis au système de formation académique du Prix de Rome. L’État se trouve désormais dépourvu du principal critère de sélection qui, depuis le XVIIIe siècle, lui permettait de réguler l’accès à la commande publique. Au cours des années 1970, la question de la qualité des bâtiments publics est portée au centre des débats par toute une série d’actions et de mesures35 qui aboutissent en 1977 à la création de la Mission interministérielle sur la qualité des constructions publiques (MIQCP), puis, en 1985, à la promulgation de la loi sur la maîtrise d’ouvrage publique (loi MOP). Cette dernière renforce le dispositif des concours à un moment où s’impose « l’idée que la confrontation de plusieurs architectes est la meilleure façon d’améliorer la qualité architecturale36 ».

La généralisation des concours

15L’objectif affiché tient en quatre points : supprimer les programmes-types, les plans-types, les systèmes constructifs-types, en un mot les « modèles » ; en finir avec les monopoles, les listes d’agrément, les restrictions géographiques dans l’accès à la commande, en un mot les corporatismes ; renforcer la responsabilité de la maîtrise d’ouvrage par une meilleure définition des programmes et des budgets ; améliorer les modalités de passation des marchés de maîtrise d’œuvre. Pour cela, la MIQCP soutient l’idée que le choix des architectes doit s’opérer selon une procédure rigoureuse, à savoir des concours transparents ouvrant l’accès à la commande par le biais d’appels publics de candidatures, restreints ensuite à quelques membres par un jury. La MIQCP souhaite que ces concours soient « légers » (sur esquisse), afin qu’un dialogue entre les acteurs du projet demeure possible ; qu’ils soient préparés par des commissions techniques et jugés avec équité par des jurys composés pour moitié d’architectes ; enfin, qu’ils soient indemnisés, en guise de reconnaissance de l’investissement qu’ils nécessitent.

  • 37 J.-Y. Andrieux et F. Seitz, Pratiques architecturales et enjeux politiques, Paris, Picard, 1998, p (...)
  • 38 M. Tilmont, « Architectures publiques au pluriel », MIQCP, op. cit., p. 9-10.
  • 39 Ville architecture université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, ministère de l’Éduca (...)
  • 40 F. Kohler, art. cit., p. 78.
  • 41 C. Soulié, Un mythe à détruire. Origine et destin du centre expérimental de Vincennes, Saint-Denis(...)
  • 42 L. Vadelorge, « Les universités dans les villes nouvelles », P. Poirrier (dir.), Paysages des camp (...)

16Votée le 12 juillet 1985 mais systématiquement appliquée seulement à partir de 199337, la loi MOP impose désormais que, pour tout investissement public de plus de dix millions de francs, soit organisé un concours selon un processus codifié38. Cette évolution des modalités d’accès à la commande publique va de pair avec les lois de décentralisation qui en accélèrent l’application et, en matière d’architecture universitaire, avec un élargissement du cadre de la maîtrise d’ouvrage. Depuis la loi d’orientation du 10 juillet 1989, dite loi Jospin, les universités sont en effet autorisées à exercer la maîtrise d’ouvrage et deviennent ainsi des acteurs à part entière du développement de leurs sites. Cela prend tout son sens l’année suivante quand est lancé le schéma Université 2000 (1990-1995) qui prévoit en outre d’impliquer les collectivités locales dans le développement des domaines universitaires grâce à des partenariats État-collectivités39. Comme l’a notamment souligné Florence Kohler, « on passe d’une logique étatique – un ministre décide, un recteur affecte des crédits et un architecte construit – à une logique partenariale qui veut que les collectivités locales s’engagent à la fois en tant que “financeurs” et maîtres d’ouvrage des opérations (loi du 4 juillet 1990) et qu’elles dialoguent avec les universités40 ». Le Plan U3M lancé en 1998, bien que donnant la priorité à la vie étudiante (restauration, logement, équipements sportifs et culturels, bibliothèques), prolonge cette impulsion. En Île-de-France, dans un premier temps, cette évolution concomitante de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage est expérimentée par l’université Paris VIII, qui avait été transférée à Saint-Denis en 1980 et dont le domaine universitaire est alors en pleine phase de constitution41, ainsi que par les quatre universités récemment créées dans les villes nouvelles (Cergy-Pontoise, Évry-Val d’Essonne, Marne-la-Vallée, Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)42.

Un nouveau « corps » d’architectes pour les universités ?

  • 43 M. Tilmont, art. cit., p. 9-10.
  • 44 PAN. Résultat de l’appel à idée 1991 « L’université et la ville », Paris, ministère de l’Éducation (...)
  • 45 F. Dubet, D. Filâtre et F.-X. Merienet al., Universités et villes, Paris, L’Harmattan, 1994.
  • 46 N. Echeikh Ezaouali, Les architectures de l’enseignement supérieur de Jourda et Perraudin. Expérie (...)

17Au regard de ces mutations, il importe de savoir si les concours ont réellement permis d’élargir le recrutement des architectes des universités. Si la réponse à cette question est oui, il faut d’emblée introduire une nuance qui a son importance (et qui n’est pas spécifique aux universités). Si au départ les concours étaient très largement ouverts, leur succès fut tel (de l’ordre de 1 200 par an43) que, dès le début des années 1990, ils se sont mués en consultations restreintes, puis en simples mises en concurrence. Parmi les programmes offerts à l’étude, les universités occupent une place de choix du fait de la relance de la construction universitaire induite par le plan U2000 mais aussi des enjeux que cristallisent ces programmes. Il n’est d’ailleurs pas anodin qu’en 1991 le Programme architecture nouvelle (PAN) traite de l’université et la ville44. Si la portée de cette session du PAN reste encore à mesurer, tout comme celles des différentes études lancées dans le cadre du Plan U200045, les pratiques observées indiquent que les architectes porteurs de projets novateurs commencent à accéder à la commande universitaire, à l’image de Françoise Jourda et Gilles Perraudin qui sont retenus en 1992 pour construire les bâtiments Rabelais (1994-1997) et Lavoisier (1994-1997, illustration 5) à Marne-la-Vallée. Cela est d’autant plus remarquable que, Jourda et Perraudin s’étaient certes déjà distingués dans des programmes d’enseignement (école La Lanterne, Cergy-Pontoise, 1984-1985 ; ENSA, Lyon, 1984-1987 ; cité scolaire internationale, Lyon, 1991-1992) mais qu’ils n’avaient pas l’expérience de leurs concurrents en matière d’architecture universitaire46. Cette meilleure accessibilité à la commande se vérifie encore une dizaine d’années plus tard : à l’issue d’un concours intervenu en 2002, la construction du bâtiment Atrium (campus de Jussieu, 2004-2006, mention à l’Équerre d’argent) revient à Périphériques, « jeune » agence dont les premiers projets portaient plutôt sur des logements ou des équipements culturels.

Illustration 5. – Université de Marne-la-Vallée – bâtiment Lavoisier (Champs-sur-Marne, 1994-1997, arch. : F.-H. Jourda, G. Perraudin) : planche de rendu de concours (1991, archives du service Patrimoine et Maîtrise d’ouvrage de l’université de Marne-la-Vallée, dossier de concours non coté).

  • 47 Dans le cadre de cette étude, nous avons établi un inventaire des architectures universitaires con (...)

18Malgré l’ouverture apparente du cadre de la commande, force est de constater que les procédures de concours vont aussi conduire à une spécialisation des architectes : progressivement, pour avoir une chance d’être consultées et donc d’accéder à la commande, les agences vont se spécialiser dans tel ou tel domaine. En la matière, l’architecture universitaire ne fait pas exception : des architectes tels que Jean-Baptiste Lacoudre, Michel Rémon, Jacques Ripault ou Thierry van de Wyngaert – pour ne citer que quelques exemples – vont ainsi multiplier les expériences jusqu’à former un « corps » d’architectes des universités qui, s’il ne dit pas son nom, domine le marché de la construction universitaire, tant et si bien qu’aujourd’hui comme hier seule une poignée d’agences seulement intervient dans ce champ47. Il n’empêche que, malgré leurs imperfections, les concours ont eu le mérite de susciter un débat autour de l’architecture universitaire parce qu’ils ont permis aux maîtres d’ouvrages (qui en sont désormais parfois les usagers), aux jurés et aux élus de réfléchir et de débattre sur la définition du programme, sur la nature et sur la qualité des constructions à venir.

Identité architecturale et image institutionnelle

  • 48 A. Grumbach, « Image institutionnelle et identité universitaire », PAN. Résultat de l’appel à idée (...)
  • 49 B. Huet, « De la qualité architecturale des édifices publics à l’architecture publique », MIQCP, o (...)

19Reste à apprécier dans quelle mesure le renouvellement des pratiques a pesé sur l’architecture universitaire. Au regard de l’exemple francilien, il semble que, contrairement à l’idée couramment avancée, l’architecture produite sous le « contrôle » de l’État au cours des décennies 1950, 1960 et 1970 n’était finalement pas si « uniforme » que cela. A contrario, depuis le milieu des années 1980, au travers de la mise en concurrence des architectes, l’État, les universités et les collectivités locales entendaient susciter l’inventivité. La diversité souhaitée des architectures devait exprimer l’identité et le dynamisme des établissements, des institutions qui les portent et des territoires qui les accueillent. Elle devait aussi permettre de s’éloigner de l’image productiviste de l’enseignement supérieur incarnée par l’architecture étatique des décennies précédentes. Pour autant, d’un point de vue architectural, les nouvelles universités n’ont pas toujours été aussi « innovantes » et « originales » – adjectifs qui reviennent de manière récurrente dans le discours de la maîtrise d’ouvrage – que cela était espéré ; elles sont souvent le reflet, comme celles qui les ont précédé, des préoccupations de la période. Comme l’a très justement expliqué l’architecte Antoine Grumbach lorsqu’il s’est confronté aux programmes universitaires, cela tient en partie au fait que la communauté universitaire a parfois eu du mal à définir une « représentation » architecturale de l’université48. Plus fondamentalement, cela renvoie à l’extrême difficulté qu’il y a à formuler puis à apprécier tout projet d’architecture, que ce dernier soit soumis au regard des membres du conseil général des Bâtiments de France ou à celui d’un jury chargé de désigner le lauréat d’un concours. Bernard Huet ne dit rien d’autre lorsqu’il affirme que « rien n’est plus difficile à définir que la « qualité » d’une architecture » et que « l’appréciation de la qualité architecturale peut se réduire à une question de goût subjectif49 ». Il n’en demeure pas moins que l’architecture universitaire, à l’image de la plupart des grands programmes publics, a dû se réinventer, au cours de l’après-guerre comme des dernières décennies, à l’aune de conditions nouvelles. Les évolutions récentes – notamment le partenariat public privé (PPP) – tendent à redéfinir une nouvelle fois les processus de fabrique de l’architecture publique en général, et des universités en particulier. Sans doute s’ouvre ainsi une nouvelle page d’histoire.

Notes

1 Voir dans le présent ouvrage les contributions de Loïc Vadelorge, d’Ana bela de Araujo et de Christian Hottin.

2 Décret du 22 mars 1908, art. 1.

3 Arrêté ministériel (ministre des Affaires économiques et financières) du 22 juin 1956.

4 J. Fourastié, « Les travaux de la commission de l’Équipement scolaire du commissariat général au plan », Population, 13e année, no 2, 1958, p. 225.

5 Décret no 56-899 (6 septembre 1956). Auparavant, le service des Constructions (1944-1953), puis la direction de l’Architecture du ministère de l’Éducation nationale avaient en charge ces questions (décret no 53-323, 5 septembre 1953).

6 A. Prost, « Jalons pour une histoire de la construction des lycées et des collèges de 1960 à 1985 », P. Caspard, J.-N. Luc et P. Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes. Deux siècles d’histoire, Paris, INPR, 2005, p. 459-478.

7 S. Duhamel et P. Segaud, Les constructions scolaires et universitaires, Paris, Berger-Levrault, 1969, p. 56.

8 Décret du 22 mars 1908, art. 1, art. 7 (version en vigueur modifiée par décret no 91-585 du 19 juin 1991) et art. 8 (version en vigueur). Le cadre des architectes BCPN rassemble des praticiens dont le parcours académique au sein de la section architecture de l’École nationale supérieure des Beaux-arts a été salué par l’obtention du Prix de Rome, ou tout au moins dont le parcours est assez prestigieux pour qu’ils soient intégrés au cadre au terme d’un concours sur titre. Les architectes en chef assurent la coordination des travaux d’entretien des édifices classés BCPN et la construction des bâtiments neufs relevant de la compétence de l’État, tandis que les architectes ordinaires sont pour leur part uniquement chargés des travaux d’entretien des édifices classés BCPN.

9 Cette distinction est le fruit des travaux conduits au sein du groupe de travail « techniques et procédures de construction » présidé par René Egger au sein de la commission Le Gorgeu. Les architectes coordonnateurs étaient chargés, dans un secteur géographique précis, de procéder à de larges enquêtes sur les éléments susceptibles « d’influencer le caractère et le mode de construction », de mettre au point des éléments typifiés (cellules, composants, équipements), d’établir les prescriptions techniques et financières applicables à l’ensemble des construction, d’assurer la coordination et le contrôle des architectes d’opération et, la plupart du temps dans le cas des « campus à la française » construits en région parisienne et en province, d’établir les plans de masse des futurs complexes. Aux architectes d’opération revenait la mission d’établir les projets et de présider à leur réalisation, tout cela sous le contrôle des architectes coordonnateurs. É. Marantz, « René Egger ou la réinvention de l’architecture universitaire (1947-1973), C. Compain-Gajac (dir.), Les campus universitaires 1945-1975, Perpignan, PUP, 2015, p. 111-126.

10 Arrêté ministériel (ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports) du 25 avril 1958, art. 4. Les deux citations suivantes sont issues du même document.

11 Voir, dans ce même ouvrage, les contributions d’Ana bela de Araujo et de Fanck Delorme.

12 Voir, dans ce même ouvrage, la contribution de Géraud Kerhuel.

13 Nombreux sont les architectes BCPN à construire des universités en région : L. Arretche (Nantes, Rennes), G. Bovet (Grenoble-Saint-Martin d’Hères), R. Egger (Aix-en-Provence, Marseille, Montpellier, Nice, Toulouse), R. Hummel (Strasbourg), N. Le Maresquier (Villeneuve-d’Ascq), L. Sainsaulieu (Bordeaux-Talence). Pour autant, cette « règle d’usage » y accuse aussi quelques exceptions : R. Barade (Dijon-Montmuzard), P. Vago (Villeneuve-d’Ascq), Candilis-Josic-Woods (Toulouse-Le Mirail).

14 Décret du 3 février 1959.

15 É. Lengereau, L’État et l’architecture (1958-1981). Une politique publique, Paris, Picard/Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2001 ; N. Gastaldi et S. Le Coëdec, État général des fonds des archives nationales, F21 Beaux-arts, Paris, Archives nationales, 2010, p. 1-5.

16 AN, 19771596/14.

17 Le conseil général des Bâtiments de France, bien que supprimé par décret le 28 août 1969, continue de se réunir et de statuer jusqu’en mars 1970, N. Gastaldi et S. Le Coëdec, op. cit., p. 4.

18 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Géraud Kerhuel.

19 AN, 19771596/14 ; AD50, 273 J ; CAA du XXe siècle, 133 Ifa 60/6 et 133 Ifa 502/41.

20 « Paris. Construction de la faculté des Lettres », Techniques et architectures, 25e série, no 4, mai-juin 1965, p. 156.

21 CAA du XXe siècle, Fonds François Carpentier (1910-1976). 220 Ifa. Repérage, Paris, 1996-2003.

22 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Christophe Charle.

23 S. Le Vot, « Les enjeux architecturaux de la démocratisation de l’université : le Centre multidisciplinaire Tolbiac entre recherche sculpturale et dimension constructive », É. Marantz et S. Méchine (dir.), Construire l’université. Architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 147-161.

24 P. Monsel (dir.), Parat par Pierre Parat, Paris, Cercle d’Art, 2010, p. 9 ; Entretiens avec P. Parat, N. Celnik (agence Andrault-Parat) et J. Cabanieu (SCARP), 2014.

25 A. Resendiz-Vasquez, L’industrialisation du bâtiment. Le cas de la préfabrication dans la construction scolaire en France (1951-1973), thèse de doctorat sous la direction de S. Barles et d’A. Guillerme, CNAM, 2010.

26 C. Hottin, « Jussieu, l’inachevée. Cinquante ans de projets pour la faculté des Sciences de Paris-centre », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 13, 1re sem. 2007, p. 21-49 ; S. Cherruet, « Répondre au défi de la massification de l’université : l’intervention d’Édouard Albert sur les campus de Jussieu et de Nanterre », É. Marantz et S. Méchine (dir.), op. cit.

27 R. Faucherre, Atopie-atypie. Vincennes, naissance d’une université, mai 1968-janvier 1969, maîtrise d’histoire sous la direction de M. Perrot, université de Paris VII, 1991-1992.

28 GEEP-Industries reçoit aussi commande d’un centre à Antony (non réalisé). Dans ces opérations, M. Cammas est désigné comme « architecte », alors qu’il intervient plutôt au titre du BECIB, BET articulé avec une agence d’architecture, très actif en matière de construction scolaire ; entretien avec J. Cabanieu, 2014 ; T. Vétillart, Les centres universitaires de GEEP-Industries : un spécimen de construction industrialisée dans la commande publique (1968-1971), master 1 sous la direction d’É. Marantz-Jaen, université de Paris I, UFR 03, 2013-2014.

29 F. Bourillon, L. Coudroy de Lille, N. Bertrand, C. Blandin et A. Oubaidourahaman, Aux origines de l’UPEC, 40 ans de réussites universitaires en banlieue-est, Créteil, UPEC, 2011. Voir également les retranscriptions de l’allocution de Denis Sloan et de la conférence-débat à laquelle il participe lors de la commémoration du 40e anniversaire de l’UPEC, S. Bonnafous et P. Chiron, L’université en banlieue (UPEC, 1970-2010). Après les commémorations, Paris, Michel Houdiard Éd., p. 62-64 et p. 65-79.

30 D. Sloan, « Créteil. Centre multidisciplinaire », Techniques et architectures, 33e série, no 6, p. 82.

31 L. Vadelorge, « Campus ou ville universitaire ? Le traumatisme fondateur de Villetaneuse (1960-1975) », J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir.), Paris XIII. Histoire d’une université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg international, 2012, p. 39-52 ; L. Vadelorge, « Le Centre scientifique et polytechnique de Villetaneuse (1974-1975) : l’architecture au service du campus urbain », É. Marantz et S. Méchine (dir.), op. cit.

32 B. Zehrfuss étudie le projet, mais ne le réalise pas parce que d’architecte en chef il passe inspecteur général BCPN, ce qui l’écarte de la commande ; AN 19880557/26 ; L. Vadelorge, « Campus ou ville universitaire ? Le traumatisme fondateur de Villetaneuse (1960-1975) », art. cit., p. 45-46. Prennent notamment part à la consultation lancée en 1966, Andrault-Parat, J.-C. Bernard, J. Bossu, ARC Architecture, Fainsilber-Anspach, P. Forestier, Heaume-Persitz, J.-B. Hourlier, F. Raymond, Van Tang-Van Lang-Muret, l’Union des architectes urbanistes. En 1967, le jury auquel participent G. Gillet et B. Zehrfuss désigne lauréate l’équipe Fainsilber-Anspach.

33 F. Kohler, « Université 3e millénaire, un nouveau défi ? », Techniques et Architecture, no 444 : enseignement, août-septembre 1999, p. 78.

34 J.-L. Violeau, Les architectes et Mai 68, Paris, Éd. Recherches, 2005.

35 É. Lengereau, op. cit.

36 A. Guiheux, « Comment choisir », MIQCP, Architectures publiques 1990, Liège, Mardaga, 1990, p. 11.

37 J.-Y. Andrieux et F. Seitz, Pratiques architecturales et enjeux politiques, Paris, Picard, 1998, p. 15-16.

38 M. Tilmont, « Architectures publiques au pluriel », MIQCP, op. cit., p. 9-10.

39 Ville architecture université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, ministère de l’Éducation nationale, 1998 ; Datar, Développement universitaire et développement territorial. L’impact du plan U 2000, Paris, La Documentation française, 1998.

40 F. Kohler, art. cit., p. 78.

41 C. Soulié, Un mythe à détruire. Origine et destin du centre expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012 ; A. Sinou, « Cadre institutionnel et architecture de qualité : l’exemple du campus de l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis », É. Marantz et S. Méchine (dir.), op. cit.

42 L. Vadelorge, « Les universités dans les villes nouvelles », P. Poirrier (dir.), Paysages des campus. Urbanisme, architecture et patrimoine, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2009, p. 71-79.

43 M. Tilmont, art. cit., p. 9-10.

44 PAN. Résultat de l’appel à idée 1991 « L’université et la ville », Paris, ministère de l’Éducation nationale, 1991.

45 F. Dubet, D. Filâtre et F.-X. Merienet al., Universités et villes, Paris, L’Harmattan, 1994.

46 N. Echeikh Ezaouali, Les architectures de l’enseignement supérieur de Jourda et Perraudin. Expériences pionnières en matière d’architecture écologique, master 1 sous la direction d’É. Marantz, université de Paris I, UFR 03, 2012-2013. Quatre autres agences ou équipes (Anspach-Crespel-Humbaire, René Dottelonde, Durand-Minard-Thibault, L. et E. Beaudouin) participent au concours.

47 Dans le cadre de cette étude, nous avons établi un inventaire des architectures universitaires construites en France au XXe siècle. Bien que ce dernier ne soit pas encore entièrement finalisé, il indique d’ores et déjà que les commandes de bâtiments universitaires ont mobilisé, depuis 1985, un peu plus d’une trentaine d’agences, chiffre qui est finalement assez proche de celui que l’on observe pour la période précédente (1945-1985).

48 A. Grumbach, « Image institutionnelle et identité universitaire », PAN. Résultat de l’appel à idée 1991 « L’université et la ville », op. cit., p. 46 ; Antoine Grumbach est également le concepteur des bâtiments Vauban (1995) et d’Alembert (2002) de l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines.

49 B. Huet, « De la qualité architecturale des édifices publics à l’architecture publique », MIQCP, op. cit., p. 16.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Faculté des Lettres – centre Censier (Paris, 1964, arch. : J. Carlu) en construction, cl. Pierre Wandelle (s. d. circa 1964), document tiré de Techniques et architecture, no 4, 25e série, mai-juin 1965.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Illustration 2. – Faculté de Droit et de Sciences économiques (Paris, 1959-1963, arch.-conseil : C. Lemaresquier, arch. : F. Carpentier, A. Lenormand) : façade sur la rue d’Assas, cl. J. Biaugeaud (s. d. circa 1965), document tiré de Techniques et architecture, no 2, 26e série, novembre-décembre 1965.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Illustration 3. – Faculté des Sciences-laboratoire d’électronique (Saint-Cyr-l’École, 1967-1968, arch. : A. Bruyère) : plan, façades et vue générale, document tiré de A. Bruyere, Pourquoi les architectes, Paris, Jacques Pauvert éditeur, 1968, p. 175 et 177.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Illustration 4. – Centre multidisciplinaire de Tolbiac (Paris, 1971-1973, arch. : M. Andrault, P. Parat) : vue extérieure d’ensemble (cl. anonyme, s. d. 1973), dossier M. Andrault et P. Parat. Fonds DAU. SIAF/Cité de l’architecture & du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle, 133 Ifa 4/1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Illustration 5. – Université de Marne-la-Vallée – bâtiment Lavoisier (Champs-sur-Marne, 1994-1997, arch. : F.-H. Jourda, G. Perraudin) : planche de rendu de concours (1991, archives du service Patrimoine et Maîtrise d’ouvrage de l’université de Marne-la-Vallée, dossier de concours non coté).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site