Version classiqueVersion mobile

L'épuration économique en France à la Libération

 | 
Marc Bergère

Deuxième partie. La diversité des acteurs et des procédures : variables régionales

L’épuration économique en Alsace

Christiane Kohser-Spohn

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Henry Nicolas, L’Épuration des départements annexés 1944-1954, mémoire de DEA d’histoire (dir. Ber (...)
  • 2 Jean-Laurent Vonau, L’Épuration en Alsace. La face méconnue de la Libération 1944-1953, Strasbourg (...)
  • 3 Actuellement, les dérogations s’obtiennent aisément. Je voudrais remercier ici Mme Urban (archives (...)

1L’épuration de l’Alsace en 1945 reste un thème de recherche mal exploré. L’originalité de cette épuration, l’attitude de ceux et de celles qui l’ont vécu, n’ont pas été étudiées de manière scientifique. À part quelques travaux d’étudiants1, un seul ouvrage, celui de Jean-Laurent Vonau2, est le fruit d’un travail de dépouillement et de synthèse de documents. La difficulté à étudier scientifiquement cette période de l’histoire alsacienne s’explique entre autres par l’accès longtemps difficile aux archives des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin3, ainsi que par l’extrême implication personnelle des historiens locaux, sensibles à l’histoire de leur famille et au vécu de leurs proches durant la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, l’histoire toujours singulière et compliquée de l’Alsace reste fréquemment un « domaine réservé » que peu d’historiens de « l’extérieur » se risquent à aborder. Et puis, on ne fait pas une grande carrière universitaire en écrivant sur les Alsaciens de 1945 ! De fait, l’histoire contemporaine de l’Alsace reste souvent en marge de l’histoire de France et de l’Europe.

  • 4 Vonau, op. cit., p. 19.

2Après 1945, le silence et la crainte accompagnent le phénomène de l’épuration en Alsace, suscités par les schémas réducteurs de l’après-guerre qui ne correspondent pas à la situation que vivent les Alsaciens à la Libération. En 1945, l’épuration française touche en effet une région annexée de fait et non pas simplement une région occupée. Tandis qu’en « France de l’Intérieur », ceux qui ont collaboré avec l’occupant l’ont fait en connaissance de cause, les nazis ne demandant finalement qu’une collaboration réglementaire et non pas une adhésion de tous les jours, beaucoup d’Alsaciens ont été physiquement et moralement contraints à la collaboration durant les quatre ans de l’annexion, les nazis voulant faire de la province alsacienne « un modèle national-socialiste, une sorte de laboratoire expérimental où les habitants seraient de gré ou de force transformés en militants nazis4 ». Après la Libération, la situation particulière en Alsace demande donc un grand discernement dans la besogne d’épuration, laquelle doit s’effectuer de manière différente que dans le reste de la France. Avant de voir les difficultés auxquelles se heurte cette épuration en Alsace dans le domaine économique, puis de saisir comment la population alsacienne perçoit l’épuration économique, il faut s’appesantir dans un premier temps sur le contexte particulier de l’Alsace annexée pour précisément comprendre les difficultés et le vécu propres du travail d’épuration économique dans la région recouvrée.

L’antécédent : l’Alsace annexée

  • 5 Voir le propos de Robert Wagner : « L’Alsace allemande est à nouveau comme Dieu l’a créée », cité (...)

3Dès octobre 1940, les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin sont rattachés au pays de Bade pour ne former qu’une province, le Gau Oberrhein, administré par Robert Wagner, un ami personnel de Hitler, à qui il promet de germaniser la rive gauche du Rhin en moins de 5 ans. Sur ce territoire que les nazis jugent avoir toujours été une terre allemande5, il s’agit de rattraper par tous les moyens et en de courtes années la diffusion de l’idéologie national-socialiste engagée en Allemagne depuis 1933.

4Les premières mesures entreprises pour re-germaniser l’Alsace concernent la suppression de tout ce qui évoque la France, tant dans l’espace privé que dans l’espace public, depuis la langue française, strictement interdite, jusqu’à la salutation française, le port du béret basque ou l’utilisation d’ustensiles domestiques aux inscriptions « farine », « semoule », etc. La moindre plaisanterie à ce sujet est sévèrement punie. Les monuments de l’architecture française sont détruits, les ouvrages français livrés aux autodafés. Une germanisation systématique des noms propres, des noms de rues et de lieux est engagée. 105 000 personnes jugées francophiles donc indésirables sont expulsées. Cinq ans avant l’épuration française, les Alsaciens subissent la vaste campagne d’épuration nazie intitulée « Hinaus mit dem welschen Plunder » (À la porte le ramassis français).

  • 6 Le mot d’ordre de 1940 est de sauver ce qui est considéré comme essentiel : « sauver notre dialect (...)
  • 7 Le mouvement autonomiste alsacien a eu de multiples facettes, regroupant principalement un courant (...)
  • 8 En Alsace, des ligues se sont formées, telles que la Jungmannschaft, un groupement d’étudiants aut (...)

5Même si la brutalité des mesures nazies choque la population alsacienne, celle-ci dans sa majorité accepte l’annexion, plus par germanophilie et par engagement régionaliste6 que par adhésion aux idées totalitaires. Pour beaucoup dont les grands-parents et les parents ont été allemands de 1870 à 1918, il s’agit d’un retour à l’Allemagne, suivant le balancier de l’histoire depuis 100 ans au cours desquels les Alsaciens ont changé cinq fois de nationalité. Depuis le retour de l’Alsace à la France en 1918, un terreau a préparé cette acceptation. En effet, de 1918 à 1940, la politique de francisation particulièrement doctrinaire et agressive menée en Alsace par les gouvernements français dans le but d’intégrer le plus rapidement possible l’Alsace au reste de la France (selon les canons de la « République une et indivisible ») et surtout d’effacer le plus rapidement possible la période allemande de la mémoire collective alsacienne, a provoqué un énorme malaise parmi la population alsacienne. La rigueur avec laquelle « l’assimilation à chaud » – selon l’expression de l’époque – a été menée et l’accumulation des maladresses gouvernementales, comme l’introduction du français dans les écoles et dans les administrations sans aucune phase de transition, ou encore la mise en place de commissions de triage classant les habitants selon leur degré supposé d’attachement à la France, a rapidement transformé le « malaise alsacien » en rébellion ouverte qui a culminé dans le mouvement autonomiste, particulièrement virulent entre 1925 et 1935 et porté essentiellement par la paysannerie protestante sous la conduite du clergé luthérien. À cette date, l’aile séparatiste du mouvement7, très minoritaire il est vrai, subit déjà l’influence du nazisme compris comme réincarnation de l’ « État des peuples ethniques8 ».

  • 9 Ces chiffres sont mentionnés à maintes reprises dans les cinq volumes de la revue Saisons d’Alsace (...)
  • 10 Pourtant, la résistance en Alsace est plus grande et plus efficace que l’on ne le croit communémen (...)
  • 11 Concernant la pratique de l’adhésion forcée en Alsace, cf. à titre d’exemple le rapport suivant du (...)
  • 12 Alors qu’en pays de Bade en Allemagne un Zellenleiter est chargé de surveiller une centaine de foy (...)
  • 13 Ce camp du Struthof, érigé dans une station de ski et de villégiature chère aux Alsaciens, traumat (...)

6Au regard de la politique répressive des nazis en Alsace, la majorité des Alsaciens, qui dans l’entre-deux-guerres a beaucoup idéalisé l’Allemagne, déchante vite. Constatant la réticence voire la résistance des Alsaciens (au total, les convaincus du national-socialisme ne forment que 1 à 2 % de la population alsacienne, soit 10 000 à 20 000 personnes9), laquelle se manifeste moins dans une organisation armée de la résistance telle qu’on l’entend en France10 que par une attitude au quotidien, les nazis renforcent à la fois la répression et le maillage systématique de la population dans le système totalitaire. Une foule d’organisations nazies sont instaurées dans le Gau, dans le but de mettre au pas les habitants de tout âge et dans tous les secteurs de la vie sociale et économique : adhésion obligatoire dans la Jeunesse hitlérienne (HJ) et dans l’Union des jeunes filles (BDM) pour les jeunes de moins de 18 ans, Service du travail obligatoire (RAD) pour les jeunes de plus de 18 ans, adhésion obligatoire des salariés au Front allemand du travail (DAF), Service de don (Opferring) obligatoire pour les fonctionnaires, pour ne citer que quelques-unes de ces organisations. Au total, la majorité de la population alsacienne est membre d’une formation nazie11. Une « administration » est mise sur pied pour surveiller étroitement la population depuis la Kreisleitung au niveau cantonal, l’Ortsgruppenleitung au niveau communal jusqu’à la Blockleitung dans les quartiers et la Zellenleitung dans les immeubles12. L’administration, la justice, la police, « purgées » de leurs éléments français et francophiles, sont réorganisées selon le modèle allemand. Les fonctionnaires et les salariés sont contraints par un formulaire de jurer fidélité à Hitler. Tout refus signifie la perte de leur poste voire l’internement au camp de concentration ouvert dès l’été 1940 dans le bourg de Schirmeck13 La plupart des fonctionnaires optent pour une collaboration minimale, en donnant ce gage sur papier pour avoir la paix, garder leur travail, sauver l’existence de leur famille, éviter le vol de leurs biens ou pour barrer l’Alsace aux fonctionnaires allemands. Pour toutes ces raisons, certains ont même recours à l’exagération. En 1945, l’épuration française commet une erreur de départ en prenant ces questionnaires au pied de la lettre et en s’y fondant pour effectuer sa besogne, trahissant ainsi une méconnaissance politique profonde de l’annexion. Cette première erreur, vite effacée au demeurant, établit néanmoins un immense sentiment d’injustice dans l’imaginaire alsacien et un sentiment d’amertume qui subsiste jusqu’à aujourd’hui.

  • 14 Citons par exemple les usines métallurgiques De Dietrich (Niederbronn) repliées à Vendôme ou la fa (...)
  • 15 Alain Peter, « Les tribulations de l’industrie alsacienne », Saisons d’Alsace, n° 114, op. cit., p (...)

7Dans le domaine économique, l’intégration des entreprises alsaciennes dans l’ensemble économique allemand est une priorité de Wagner dès 1940. Il s’agit de germaniser l’économie alsacienne, d’orienter sa production vers l’industrie de guerre et de délaisser tous les secteurs qui n’entrent pas dans le programme soutenant l’effort de guerre. Cette politique de « reconstruction organisée » est facilitée par le fait que l’économie alsacienne est très affaiblie depuis 1933 : le glacis, l’exode massif des entreprises vers la France ou vers l’Algérie entre 1933 et 194014 et la fuite devant l’envahisseur en 1940 ont contribué au déclin rapide de l’industrie alsacienne. Dans un premier temps, la « reconstruction organisée » concerne le rapatriement en Alsace, avec l’aide du gouvernement de Vichy, du matériel évacué en France, la mise sous séquestre des biens ennemis et l’expulsion des propriétaires spoliés de leurs biens. Au total, 60 des 170 entreprises de l’industrie mécanique et 94 des 200 entreprises du textile sont ainsi séquestrées15. Les plus grandes entreprises sont spoliées. L’usage de l’argent français ayant été supprimé en mai 1941, la politique de la conversion du franc en Reichsmark à un taux très surévalué appauvrit les entreprises non séquestrées. Le but est de les faire tomber sous le contrôle des banques devenues allemandes elles aussi.

8Si les petites entreprises et les commerces séquestrés sont vendus à des Alsaciens, qui parfois ont dénoncé les propriétaires juifs, français ou francophiles avant de s’en emparer, les grandes entreprises séquestrées sont pour la plupart dirigées par des administrateurs allemands, puis rachetées par des Allemands. À titre d’exemple, les entreprises métallurgiques allemandes Mannesmann reprennent les Forges de Strasbourg, l’usine d’automobiles Bugatti de Molsheim est récupérée par Trippen, la Société alsacienne de constructions mécaniques de Mulhouse rachetée par les aciéries Krupp. Les Allemands nés en Alsace et dont la famille a été expulsée par les Français en 1918 sont prioritaires, car « ils rentrent chez eux ». Pour détourner les flux d’épargne vers l’économie de guerre, Wagner fait également main basse sur le système mutualiste alsacien. Le Crédit mutuel, épuré de ses dirigeants en 1940, est ainsi remis entièrement entre les mains de la banque allemande Raiffeisen.

  • 16 Isabelle Bogen, « Chronique d’une entreprise de guerre », Saisons d’Alsace, n° 117, op. cit., p. 9 (...)

9Malgré quelques lacunes et les problèmes posés par l’approvisionnement de matériau, la « reconstruction organisée » de la production alsacienne est performante. Les grandes entreprises, telles que les Junkerswerke, une usine allemande de fabrication d’avions et de moteurs, qui en 1940 a repris l’usine d’automobiles Mathis de Strasbourg repliée à Bordeaux, impressionnent par leur équipement ultra moderne, des conditions de travail, d’hygiène et de salaire exemplaires, des cadences de travail généreusement calculées, un encadrement technique compétent, de grandes possibilités de qualification professionnelle, même si le contrôle politique y est toujours serré. Réintégrés dans les entreprises de type français après la guerre, certains ouvriers et salariés vont regretter le « modèle » allemand : « Quarante ans de technique séparaient les deux usines » dira de son établissement un témoin qui a connu les deux types d’entreprises16.

Une épuration économique laborieuse

  • 17 Voir le rapport mensuel du préfet du Bas-Rhin dans lequel il résume l’épuration en Alsace : « Pers (...)
  • 18 En février 1945, le préfet du Bas-Rhin considère l’épuration en Alsace ainsi : « Envisageons maint (...)
  • 19 Les sources font toutefois foi de banquiers internés au camp du Struthof. Par exemple, ADBR, 367 D (...)

10Avec retard par rapport au reste de la France en raison des combats qui durent en Alsace jusqu’en mars 1945, les autorités françaises procèdent à l’épuration dès la libération définitive de la région. Très inorganisée au début et peu adaptée à la situation particulière de l’Alsace annexée17, l’épuration est réajustée à partir de l’été 1945. Mais même mieux adaptée, elle est ressentie comme particulièrement douloureuse puisque complétée par une décontamination idéologique. En effet, l’épuration en Alsace n’est pas seulement utilisée pour sanctionner la collaboration, mais aussi pour rattacher définitivement la région à la France. Elle est moins politique et économique qu’idéologique et touche surtout les professions intellectuelles (les pasteurs surtout, mais aussi les instituteurs, etc.) et le secteur tertiaire18 Au sens strict du terme, l’épuration économique a peu existé en Alsace, le souci étant de ne pas freiner le redémarrage économique de la région dévastée par la guerre19. Sous cet aspect, il y a eu accord complet entre les autorités politiques et tous les organes de l’épuration. Le comité de libération (CL) de l’arrondissement de Molsheim s’en fait l’écho dans une lettre adressée au préfet du Bas-Rhin

  • 20 ADBR, 297 D 31, lettre du CL Molsheim au préfet du Bas-Rhin, 19 juillet 1945.

« au sujet de l’activité très réduite des usines Trippen à Molsheim, actuellement sous séquestre. […] Des pourparlers engagés par la direction des usines, il résulte que les services intéressés seraient disposés à fournir, dans certaines conditions, le matériel si nécessaire à la reprise d’une production normale. En vue d’une solution parfaite de ce problème si délicat, un appel à la concorde aux différents syndicats intéressés à cette question semblerait être utile, dans le but d’éviter des litiges qui entraveraient le succès de l’entreprise, et ne pourraient que nuire à la reprise fructueuse de l’activité de ces usines20 ».

  • 21 ADBR, 297 D 163, séance du 21 décembre 1944.

11Dans le même ordre d’idées, le comité de travail des Forces françaises de l’intérieur (FFI) du Bas-Rhin propose dès décembre 1944 « le retour aux entreprises de l’argent viré par des commissaires du CL […] on cite la somme de 62 000 000 de RM virés en 1944 […] pour leur permettre de reprendre au point de vue économique21 ».

12Concernant la mise en œuvre de l’épuration économique, on se fonde en Alsace comme partout ailleurs, sur les ordonnances (et leurs diverses modifications) du 16 octobre 1944 et du 29 mars 1945. Mais ces mesures se heurtent à des difficultés propres à la région. Ces difficultés sont nombreuses et nous n’en aborderons que quelques-unes dans les lignes qui suivent.

  • 22 ADBR, 544 D 238, lettre du délégué régional de l’artisanat au ministre de la Production industriel (...)

13Tout d’abord, il est difficile de trouver un personnel d’épuration qui ne se soit pas compromis avec le régime nazi. Dans le pays annexé, tous les secteurs de l’économie ont travaillé avec le régime nazi. Cette situation particulière retarde jusqu’à la mise en place des commissions d’épuration. Ainsi, la section artisanale au sein du comité régional interprofessionnel d’épuration (CRIE) n’est créée qu’en septembre 1945 faute de personnalités à la fois « compétentes et connaissant parfaitement le milieu22 ». Certains comités ne sont formés à la hâte que suite à la pression sociale. L’introduction du comité de confiscation des profits illicites est ainsi forcée le 18 février 1946 sous l’impulsion des organisations ouvrières, qui, selon une note des renseignements généraux du 15 février 1946, critiquent le fait que les personnes sanctionnées

  • 23 ADBR, 2115 W 40, note du commissariat des RG de Colmar.

« sont seulement frappées d’indignité nationale, à l’exclusion de toute amende fiscale. Or, nombreuses sont celles, parmi ces personnes qui ont su acquérir une fortune appréciable, en collaborant avec l’ennemi, au point de vue commercial. Frappés seulement d’indignité nationale, ces mauvais Français continueront donc comme par le passé de jouir tranquillement de leur fortune, ainsi que des avantages en résultant, sans se soucier le moins du monde de la peine déshonorante prononcée à leur encontre. La population voudrait voir appliquer, en même temps que l’indignité nationale, la confiscation totale ou partielle des biens du condamné, et ce, suivant la situation de fortune de celui-ci23 ».

  • 24 ADBR, 544 D 252, lettre du directeur des Entreprises du gaz de Strasbourg au président de la commi (...)
  • 25 ADBR, 545 D 1011, lettre du président du conseil d’administration de la Filature de Wasselonne au (...)
  • 26 ADBR, 297 D 46, courrier non daté au commissariat du gouvernement.

14Le retour en Alsace des repliés, expulsés, déportés, prisonniers et autres déplacés, considérés comme les véritables patriotes, remédie quelque peu au manque de personnel d’épuration. Mais leur présence dans les organismes d’épuration provoque également des difficultés. L’on se méfie de ces « revenants » qui n’ont pas l’expérience personnelle des conditions de vie sous le régime allemand et que l’on accuse souvent de ne pas comprendre les personnes restées sur place. Ces dernières, estime-t-on, ont certes coopéré avec les Allemands en acceptant un poste de commande dans une entreprise attribuée aux Allemands, mais de ce fait, elles ont souvent sauvé l’outil de travail au bénéfice de tous. Renvoyer ceux qui se sont sacrifiés pour sauver l’entreprise en Alsace est commettre une injustice. En restant et en collaborant activement avec les organisations allemandes, ils ont agi « selon le mot d’ordre qui avait été donné par les anciens dirigeants français désireux d’éviter l’infiltration dans le personnel de remplaçants qui forcément auraient été des nazis24 ». Les mêmes mots d’ordre leur avaient donné mission « de faire n’importe quel sacrifice » pour « retenir le plus de personnel possible […] afin d’empêcher les Allemands d’envoyer les ouvriers alsaciens dans l’industrie de guerre allemande25 ». Bon nombre de documents trouvés dans les archives départementales du Haut-Rhin et du Bas-Rhin font part de l’esprit de sacrifice rencontré auprès du personnel d’entreprise alsacien. Tel au sein de la filiale alsacienne de la fabrique allemande Dr Oetkers, fabricant de produits alimentaires, où « le personnel d’entreprise a fait preuve d’un bel esprit de résistance en sabotant les tentatives allemandes visant à expédier au Reich toute l’installation de l’usine et s’exposant ainsi aux pires représailles de la part de l’ennemi ». Si en 1945 les installations industrielles n’ont pas « été transférées au-delà du Rhin lors de l’avance des troupes alliées, c’est pour la plus large part le mérite du personnel […], qui par une opposition systématique, a réussi à reculer de jour en jour les délais d’évacuation jusqu’à ce qu’il fut trop tard26 ».

  • 27 ADBR, 297 D 145, motion du 22 mars 1945.
  • 28 ADBR 335 D 175, lettre du maire au commandant de camp de Schirmeck, 27 juillet 1945.
  • 29 ADBR, 297 D 144, motion de la CEF du 5 avril 1945 concernant le complément à l’ordonnance du 14 no (...)

15Le retour des déplacés pose aussi le problème de la reprise des baux et des propriétés d’entreprises et de magasins par les possesseurs de 1939, conformément à l’ordonnance du 14 novembre 1944. Dans une motion adressée au commissaire régional de la République chargé d’organiser l’épuration en Alsace, la commission économique et financière (CEF) du CL du Bas-Rhin attire l’attention « sur la nécessité d’atténuer par des mesures appropriées les conséquences de l’application de l’ordonnance du 14.11.44 réglementant le droit de reprise des “revenants”, cette ordonnance étant manifestement faite au seul profit des Français de l’Intérieur sans prendre en considération le mérite des Français de bonne foi restés sur place pour défendre en Alsace, rattachée de fait au Reich, la cause française27 ». Ces mesures doivent endiguer la « guerre du droit de reprise » que se livrent les revenants, accusés d’abuser de la situation sur le dos des épurés, et les entrepreneurs et commerçants sanctionnés, soupçonnés de vouloir se disculper à bon compte en invoquant les contraintes de la collaboration économique sous le national-socialisme. Un opticien ex-déporté politique réclame ainsi haut et fort le bail d’un épuré interné à Schirmeck qui se défend avec force, mais sans succès. Le maire de la ville intervient au profit du revenant, « dans l’intérêt de ce pauvre malheureux qui a connu toutes les souffrances28 ». Pour éviter les abus, la CEF propose des mesures sévères : pour le sinistré, délai de 6 mois à partir du 1er avril 1945 pour faire valoir ses droits et engagement à « exploiter lui-même et pendant deux ans les locaux revendiqués par lui29 ».

  • 30 ADBR, 297 D 46, lettre au secrétaire général de la CGT Strasbourg, 14 octobre 1945.
  • 31 ADBR, 297 D 46, lettre au comité d’organisation de la biscuiterie, Paris, sans date.
  • 32 ADBR, 297 D 46, lettre au service des séquestres, Strasbourg, 12 octobre 1945.

16Parmi les autres difficultés auxquelles se heurte l’épuration économique, on peut encore souligner la question de la répartition des matières premières établie par les commissions de ravitaillement. Cette distribution pose un vaste problème économique. En effet, les produits sont la plupart du temps attribués aux entreprises selon des critères politiques et non selon les besoins économiques. Les revenants en sont largement les bénéficiaires. La mise en sommeil de maisons considérées comme « ennemis » est pesante pour l’économie alsacienne. Beaucoup juge la mesure inopportune. Ainsi la direction des usines Oetkers séquestrées, qui trouve incompréhensible les « chicanes » du service de ravitaillement envers une fabrique qui « a rapporté jusqu’ici à l’État près de 3 millions de francs30 » et des « impôts indirects se chiffrant à plus de 1 000 000 de francs par an31 ». « Nous estimons qu’il est dans l’intérêt même de l’État de faire travailler notre usine32. »

  • 33 ADBR 297 D 130, compte-rendu de la première séance plénière, 13 février 1945.
  • 34 ADBR, 297 D 12, instruction du ministre de l’Intérieur au commissaire régional, 8 mars 1945.
  • 35 ADBR, 297 D 12, lettre au préfet du Bas-Rhin, sans date.
  • 36 Voir, à titre d’exemple, le cas du président de la commission d’épuration des transports qui, en m (...)
  • 37 Archives départementales du Haut-Rhin (ADHR), 2325 W 276 (Purg 109415), lettre du directeur des MD (...)
  • 38 Aux Entreprises du gaz et de l’électricité de Strasbourg, la commission d’épuration siège néanmoin (...)

17Pour surmonter les difficultés rencontrées, les commissions d’épuration économique se départagent en sous-commissions. Lors de sa première séance plénière le 13 février 1945, la CEF du CL du Bas-Rhin décide ainsi de se partager en 8 sous-commissions : la sous-commission financière, fiscale, industrie, commerce en gros, commerce en détail, artisanat, séquestre33. Toutes les sous-commissions prévues ne voient pas le jour, ou alors très tardivement. Certaines se réunissent peu, faute, une fois de plus, de personnel à désigner, le ministre de l’Intérieur ayant ordonné pour l’Alsace « d’écarter sans exception tous ceux qui ont accepté sous le régime allemand de remplir des fonctions d’autorité ou d’occuper des postes d’une certaine importance34 ». Parmi les personnes compétentes en Alsace, il ne reste plus grand monde ! Le travail de tri et d’information des sous-commissions est cependant primordial pour les commissions. À en croire le CL du Bas-Rhin, sans ces sous-commissions, « nous aurions bien des commissions et organismes d’épuration, mais personne pour les saisir des cas à examiner35 ». Cependant, des divergences d’appréciation des fautes commises et dans les propositions de sanctions surgissent souvent entre les sous-commissions et les commissions36. D’échelon en échelon et jusqu’à l’avis du commissaire de la République, les variations dans le jugement des actes et dans la mesure des peines infligées étirent en longueur la procédure de l’épuration et conduisent parfois à des tensions sociales. Comme dans les Mines domaniales de potasse d’Alsace (MDPA), où les commissions proposent des sanctions plus graves que celles adoptées finalement par le commissaire régional de la République37. Les différences dans les sanctions s’estompent néanmoins au fil des mois, les certitudes s’effilochant et les esprits évoluant. Si les commissions d’épuration travaillent parfois peu38, elles s’exécutent toujours dans un souci d’équité. Les séances archivées de la commission régionale d’épuration des entreprises concédées de production, de transports et de distribution d’électricité et de gaz dans le Bas-Rhin et du Haut-Rhin sont à ce titre exemplaires :

  • 39 ADBR, 544 D 244, séance du 7 décembre 1945, délibération autour de 9 cas.

« J. – serrurier à l’Alcok. Politischer Leiter, a porté l’uniforme du Parti. […]J. aurait dénoncé son camarade A. parce qu’il lui refusait le salut hitlérien. On lui reproche une autre dénonciation […]. Il paraît cependant que les deux accusations formulées à son encontre ne soient pas prouvées. Il est certain que J. était germanophile et qu’il s’est laissé entraîner par ses collègues nazis. La commission, après avoir délibéré, émet l’avis : Rétrogadation d’une catégorie professionnelle pendant deux années. Considérant que J. était Politischer Leiter du Parti depuis 1943, qu’il a porté l’uniforme, qu’il aurait dénoncé deux de ses collègues, mais que cette dénonciation n’est pas prouvée et n’a pas eu de suites39. »

  • 40 ADHR, 755 W 54870.

18Les commissions d’épuration connaissent bientôt le problème de l’essoufflement de leurs membres. Des cas comme le suivant ne sont pas rares : le 22 septembre 1945, Robert Mininger adresse sa démission aux deux commissions d’épuration auxquelles il participe. Il est ouvrier aux mines de potasse de Mulhouse et a totalisé 11 après-midis de travail perdus. Comme il est payé à l’heure, cela signifie une perte considérable, c’est-à-dire un quart de son salaire mensuel. N’obtenant pas le remboursement du salaire perdu par ses heures de présence pendant les séances de la commission et ne voulant pas payer « l’épuration de [sa] poche », il se voit « dans l’obligation de donner [sa] démission40 ».

  • 41 ADBR 544 D 106, situation au 25 janvier 1946, reproduit dans Vonau, op. cit., p. 189.
  • 42 ADBR, 544 D 252, doc. cit.

19Pour dégorger le travail d’épuration, des comités d’épuration sont créés, parfois spontanément, dans les grandes entreprises surtout. Ces comités ne chôment pas. Un exemple : le 25 janvier 1946, aux MDPA de Mulhouse, le comité d’épuration fait état de 820 dossiers d’épuration sur un effectif de 10 000 personnes employées ; 388 ont entraîné un licenciement sans indemnités, 88 un déplacement d’office, 105 cas ont été classés sans suite ; il y a eu 192 blâmes dont 36 blâmes affichés et 5 avec rétrogradation ; dans 4 cas, il y a eu interdiction de conserver un poste de commandement41 Un autre exemple : entre décembre 1944 et mai 1945, le comité d’épuration du Gaz de Strasbourg soumet 38 dossiers à la commission régionale d’épuration pour les Entreprises de l’électricité et du gaz42.

  • 43 ADHR, 162 W (Purg 13200), note du service des contentieux des MDPA, 30 octobre 1945.
  • 44 ADBR, 544 D 253, compte-rendu au commissaire régional de la République, 26 novembre 1945.

20En ce qui concerne le CRIE, il se réunit en Alsace pour la première fois le 29 juin 1945. L’ouverture des travaux est fixée au 5 juillet 1945, le dernier délai pour enregistrer les plaintes est prescrit au 4 août 1945. Devant l’ampleur des plaintes et des dénonciations qui font suite à cette décision (en date du 30 octobre 1945, 3000 dossiers sont soumis au CRIE de Strasbourg, à chaque audience hebdomadaire on liquide de 30 à 40 dossiers43), le commissaire de la République engage une série de réorganisations, entre autres la création d’un comité interprofessionnel d’épuration spécialement pour le Haut-Rhin. En général, les CRIE des deux départements travaillent avec soin et un grand souci de justice, ainsi que l’illustre l’une des séances du comité de Mulhouse. Au cours de cette séance, sur 15 affaires examinées, 8 sont classées sans suite et deux sont remises au procureur de la République pour dénonciation calomnieuse dictée par la jalousie et la concurrence professionnelle44

21À partir de l’été 1945, la dénonciation devient une véritable plaie sociale en Alsace. Non pas que la population alsacienne soit plus délatrice qu’ailleurs, mais la pratique de dénonciation est fortement encouragée par l’État. Celui-ci la conçoit en Alsace comme un acte citoyen. Entre les 10 et 20 juillet 1945, les préfets d’Alsace Bernard Cornut-Gentille et René Paira mettent à disposition des questionnaires individuels devant être remplis obligatoirement par tous les citoyens alsaciens et remis impérativement avant le 5 août. L’attribution de la carte d’alimentation en dépend. Le questionnaire, contenant de nombreuses questions concernant l’activité politique durant l’annexion, prévoit aussi une rubrique dans laquelle des noms de suspects peuvent être signalés. C’est ouvrir la voie à la dénonciation et à la délation. Ces formulaires peuvent être consultés par le public, tous peuvent signaler les omissions. Ces questionnaires, décidément une spécificité alsacienne, sont très contestés par la population qui éprouve une désagréable sensation de déjà vu : ils lui rappellent les Fragebogen qu’elle a dû signer sous le régime nazi. Pour l’historien, ces dénonciations sont cependant une source d’étude primordiale, car elles révèlent le rapport d’approbation ou de rejet que les Alsaciens entretiennent avec le nouvel État qui s’offre à eux à la Libération. Inversement, elles dévoilent le degré de confiance que l’État français a envers la population du pays recouvré. À travers les accusations écrites, une partie de la population lui signale son point de vue sur les principes d’ordre, de morale et de justice et sont ainsi une source d’information essentielle pour l’État qui peut y mesurer le degré d’ancrage des nouvelles normes et valeurs françaises dans les mentalités alsaciennes. Ainsi, lorsqu’une dénonciatrice se lance dans une longue accusation contre les commerçants J., elle ne manifeste pas seulement une volonté de participation politique ou simplement une volonté de nuire. Elle emploie exactement des arguments dont elle sait qu’ils trouveront un écho favorable auprès des autorités. Par là, elle leur signale qu’elle a appris à s’identifier en tant que Française :

  • 45 ADBR, 297D2, questionnaire. Traduction des phrases allemandes dans le texte : » Mais je vous en pr (...)

« L’Allemande J. […] s’est mariée […] avec un Alsacien germanophile […]. À Strasbourg, ils ouvraient la maison de vente de corsets et soutiens-gorge […]. Malgré qu’ils gagnaient de l’argent en masse, ils se prononçaient toujours en termes défavorables contre la France. […] La famille n’a jamais caché avant 1940 ses sentiments pro-nazis et fréquentait très souvent les milieux autonomistes. […] Après l’occupation de Strasbourg en juin 1940, la famille […] commenç[a] [son] pillage : 1) Le magasin […] appartenant à Melle R. ainsi que tout le mobilier d’un élégant logement. 2) Le magasin W. orthopédiste et bandagiste […]. Très souvent la police économique allemande demandait à voir la facture de ces articles, alors Madame leur répondait […] “Aber bitte schön, wir sind doch Reichsdeutsche, wir wollen doch die Sachen bezahlen.” […] Dans le magasin BL.-B. […] [les J. ] ont enlevé les lustres, les cristaux et les glaces, et d’autres articles de valeur. […] Chambre à coucher en bois de citron avec toute la literie et lingerie, appartenant au Dr W. […] J’ajoute encore pour terminer qu’en septembre 1940, Madame, toute rayonnante, me reçut avec les mots suivants : “Na, Madame Émilie, deutsch begrüßen wir uns und Heil Hitler.” Monsieur me recevait en me disant. “Alors, Madame Émilie qui a encore de la sympathie pour les Français, das Lumpenvolk [C.K.-S. : ce peuple de chiffonniers][…]45. »

  • 46 ADBR, 1666 W 204, tribunal de grande instance de Saverne.
  • 47 C’est le cas dans l’entreprise Alcok, filiale de Gaz de Strasbourg dont le directeur Ruhland, expu (...)
  • 48 Voir, à titre d’exemple, la lettre d’un ingénieur en chef au commissaire de la République de Stras (...)
  • 49 ADBR, 335 D 63, lettre, 30 août 1945.

22Dans les commissions d’épuration professionnelle, on tente parfois d’endiguer le flux des dénonciations et on ne répond pas toujours à la demande de punitions. C’est le cas à la chambre de commerce du Bas-Rhin, où l’on ne retient qu’une cinquantaine de cas. Le pays, lancé dans la reconstruction, estime en effet ne pas pouvoir se permettre de sanctionner une main d’œuvre qui fera défaut à la relance économique de la région. Les archives fourmillent de doléances et de rapports dans lesquels il est question du manque à gagner que constituent les sanctions épuratoires pour l’économie. Comme dans cette pétition de villageois qui demandent la libération du forgeron de la commune « détruite à 90 % par suite des opérations militaires » : « [Il] est le seul maître-forgeron et maréchal-ferrant de M. [Sa] présence […] est indispensable également pour permettre aux cultivateurs la mise en état des machines agricoles, afin de leur permettre leur travail de culture46. » Au nom des besoins économiques, de nombreux chefs d’entreprises refusent eux aussi d’acquiescer à une épuration rigide de leur personnel47, que réclament fréquemment non pas tant les commissions d’épuration que les comités de libération des agglomérations. Car l’épuration dans les entreprises touche souvent le personnel le plus compétent, les chefs d’atelier, les ingénieurs, les contremaîtres, ce personnel d’encadrement ayant été particulièrement sollicité par les nazis. Les chefs d’entreprises et cadres de direction craignent que le renvoi de ce personnel ne déstabilise l’organisation du travail et n’affaiblisse voire ne mette en jeu la survie de leur entreprise48. Parfois, le manque de main-d’œuvre qualifiée contraint les entreprises à avoir recours aux détenus politiques des camps d’internement. Le commandant du camp de Schirmeck est très souvent sollicité par des demandes de ce type : « Comme ancien résistant, j’ai été nommé adjoint technique de la maison M. séquestrée […]. Par la présente, je viens vous demander s’il vous serait possible de mettre à ma disposition quelques internés, c’est-à-dire si possible des ébénistes – 1 ou 2 ouvriers sachant travailler aux machines49. »

  • 50 ADHR, 2325 W 276 (Purg 109415), lettre de son avocat au PDG des MDPA, 29 septembre 1949.
  • 51 Cf. l’administrateur des Mines de Bouxwiller au sujet d’un épuré déplacé d’office : « Nous ne conn (...)
  • 52 ADBR, 544 D 244, circulaire du ministre du Travail et de la Sécurité sociale Ambroise Croizat aux (...)

23En l’occurrence, le personnel qualifié épuré retrouve facilement du travail ailleurs, même si beaucoup voient leur carrière brisée, comme cet ingénieur des MDPA, auquel « une situation des plus importantes comme directeur gérant d’une usine en Suisse avait été offerte après la Libération […], mais qu’à la suite des sanctions prises contre lui, cette offre a été retirée50 ». Souvent blessés au plus profond d’eux-mêmes par les accusations portées contre eux, les épurés acceptent des postes bien en dessous de leurs compétences, parfois dans les coins les plus reculés de la province, prudents, se sachant observés, vivant isolés, ne s’occupant que de leur travail et ne faisant plus de politique. Quant à leurs nouveaux patrons, ils voient d’un bon œil ces salariés compétents, consciencieux et dociles51. Il en est de même pour les administrateurs des départements chargés de recueillir les épurés interdits de séjour sur le territoire alsacien. Conscients de l’apport économique que peuvent fournir ces Alsaciens aux régions déshéritées de France dans lesquelles les épurés sont souvent relégués, les autorités leur fournissent volontiers logis, travail et sécurité policière suivant les directives gouvernementales52.

Un bilan : une épuration économique mal perçue

  • 53 Voir, par exemple, le propos du directeur général des MDPA : Dans son usine, sous couvert d’épurat (...)
  • 54 ADHR, 2325 W (Purg 109415), lettre au directeur général des MDPA, 24 juin 1949 : « J’estime que da (...)
  • 55 Voir le cas de « despotisme » envers un employé des MDPA menacé de rétrogradation avec blâme au ra (...)

24Dans leur majorité, les Alsaciens désavouent l’épuration économique. On la juge injuste, car c’est dans ce domaine que l’on rencontre le plus de sanctions arbitraires53 et le plus de jugements disproportionnés par rapport à la faute commise. Même le préfet du Haut-Rhin Jacques Fonlupt-Esperaber, pourtant lui-même un des protagonistes de l’épuration en 1945, critique la partialité des sanctions dans les grandes entreprises alsaciennes, les MDPA en particulier54. Le fonctionnement des comités d’usines est surtout désapprouvé et les cas de rébellion ouverte contre les avis de ces organes, souvent qualifiés d’illégaux et de despotiques55, ne sont pas rares. Ainsi dans une bourgade industrielle près de Saverne, où des habitants et des collègues d’un employé sanctionné par l’épuration laissent éclater leur colère dans une pétition ouverte :

  • 56 ADBR, 544 D 40, préfecture, juillet 1945.

« Déclaration. À l’issue d’une réunion de la commission d’épuration des délégués de la CGT et de la direction de notre société, M. G. a été congédié presque sans délai ; en même temps son logement a été dénoncé. Les signataires de la présente déclaration considèrent la “sanction” prise contre leur collègue G. inique et pour le moins prématurée. En effet, pendant toute la durée de l’occupation allemande, la conduite de celui-ci a été celle de centaines de milliers d’autres Alsaciens qui, trompés au début par la propagande adroite et perfide des nazis et abandonnés par la Mère-Patrie, se sont aperçus un peu tard de l’erreur grossière qu’ils avaient commise. En aucun cas toutefois, M. G. ne s’est laissé aller à dénoncer ou même faire soupçonner un de ses collègues quoique les occasions, à la suite de fréquentes discussions politiques entre ceux-ci, eussent été nombreuses. Ils prient par conséquent la direction et les membres des organismes cités plus haut : a) de surseoir provisoirement au congédiement de M. G., employé dans notre Maison depuis 36 ans […] b) de faire porter l’affaire, si des faits graves inconnus aux signataires avaient été signalés, devant la cour de justice ou la chambre civique, donnant ainsi le droit à l’intéressé de se défendre et d’empêcher que des rancunes personnelles ne mettent dans la misère un employé intègre et sérieux56. »

  • 57 Cette réembauche suscite parfois des menaces de grèves, comme dans les MDPA en novembre 1948 suite (...)
  • 58 ADBR, 1130 W 968, doc. cit.
  • 59 Voir, à titre d’exemple, ADBR, 1366 W 15, rapport des RG au sujet du directeur d’une usine à gaz, (...)
  • 60 Voir, par exemple, la lettre du député-maire Henri Meck de Molsheim au sous-préfet de la ville, le (...)

25Même si après un temps raisonnable, certaines sanctions sont atténuées et certains salariés licenciés réembauchés dans leurs entreprises57, les mesures d’épuration ont des conséquences économiques et psychologiques désastreuses pour les individus et leur famille. Le dénuement financier et affectif touche particulièrement les épurés sanctionnés par les mesures d’éloignement : frais de déménagement et de réaménagement ou double loyer grevant le budget familial58, lente désagrégation de la famille suite à une séparation forcée trop longue59, ferme privée de bras60 ne sont que quelques exemples d’infortunes qui frappent les familles d’épurés. À cela s’ajoutent les problèmes de langue auxquels les Alsaciens sont souvent confrontés durant leur « exil ». La lettre suivante l’illustre de façon exemplaire :

  • 61 ADBR, 1366 W 15, lettre au préfet, 27 janvier 1949.

« Monsieur le préfet du Bas-Rhin, […] J’ai reçu mon carnet anthropométrique et je dois quitter O. le 31 janvier. J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance une prolongation de séjour à O. d’un mois jusqu’au 28 février 1949. Motifs : Je ne sais pas le français, ni ma femme. J’ai deux filles qui travaillent à Paris et qui viendront me chercher, mais qui sont liées par contrat de travail et ne peuvent venir qu’en la 2e moitié de février. J’ai avec moi un fils âgé de 13 ans qui pendant la guerre par un bombardement a perdu les deux jambes et doit être porté. Ma femme et moi nous ne pouvons voyager seuls avec ce garçon et nous devons attendre nos filles. Je ne suis pas en état de payer une personne pour nous accompagner61. »

  • 62 ADBR, 544 D 244, mémoire présenté par un avocat au CRIE de Strasbourg, 19 décembre 1946.
  • 63 Voir le rapport d’enquête sur l’épuration en Alsace qui constate à ce sujet : « Un certain nombre (...)
  • 64 ADBR, 1631 W 16, s.d.

26En Alsace comme partout en France, on reproche à l’épuration économique de n’atteindre que ces « petits », les « lampistes », qui se sont « compromis aux yeux de certains parce que par une crainte irraisonnée de représailles », « ils obéissaient à toutes les injonctions allemandes » et que « cette “servilité apparente” n’a servi que de prétexte à des jaloux tant de [la] vie privée que de [la] réussite commerciale » pour les « dénoncer comme nazi62 ». Concernant la question, on incrimine tout le système de l’épuration qui, basé sur la dénonciation écrite ou verbale, touche davantage les ouvriers et les cadres des entreprises que la haute direction des établissements. Tant il est vrai qu’on ne dénonce jamais au dessus de sa catégorie sociale, comme les historiens de la dénonciation le démontrent si bien. Les grands chefs d’entreprises ne se dénoncent quasiment jamais entre eux et les subordonnés, en particulier dans les petites entreprises, n’osent pas dénoncer ouvertement leur direction63. Très souvent par dépendance matérielle, comme le souligne le rapport du président de la commission de criblage de Bischwiller, une ville du Bas-Rhin aux nombreuses petites entreprises du textile : « C’est ainsi qu’un ouvrier tout récemment […] me dit : si je donne cela par écrit, je ne resterai plus de 8 jours à mon poste, et j’ai femme et enfants à nourrir64. »

27À en croire les réactions hostiles et les nombreux témoignages des contemporains, autorités comprises, l’épuration économique est considérée comme un échec en Alsace, comme d’ailleurs tout l’ensemble de la besogne d’épuration. Dans un mémoire de 1950, le préfet du Bas-Rhin est catégorique :

  • 65 ADBR, 1130 W 625, doc. cit.

« Tout d’abord, l’œuvre d’épuration ne fut pas réussie […] [A]lors que les véritables coupables, dont l’élimination politique était l’intérêt national, risquaient de nous échapper […] [o]n s’occupa à fond, par contre, des gens de deuxième zone. C’est ainsi que 15 000 habitants du Bas-Rhin furent internés administrativement ou condamnés par les cours de Justice et la chambre civique. Dans leur écrasante majorité, ces condamnés judiciaires voyaient, à juste titre, sanctionner leur activité nocive, mais ils se trouvaient en même temps confirmés dans leur opposition irréductible à la France. Jamais depuis 30 ans, les adversaires de la France n’avaient pu compter sur une aussi importante masse de manœuvre65. »

  • 66 Voir Frédéric Hoffet, Psychanalyse de l’Alsace, Colmar, Alsatia poche, 1973 (1re édition : Paris, (...)

28Irréductibles, les épurés ? Il me semble bien que non. Car à l’heure de l’épuration, les tensions et les haines politiques, les règlements de comptes et les rancœurs entre ceux qui ont résisté à la tentation fasciste et ceux qui se sont compromis dans le régime nazi épuisent la communauté alsacienne. Dans ce contexte et face à l’offensive des gouvernements français d’intégrer une nouvelle fois l’Alsace au reste de la France, les Alsaciens capitulent par crainte de la dislocation du corps social et surtout par sentiment de culpabilité. Contrairement aux années 1930 où la politique d’assimilation s’est heurtée à la résistance virulente de la population alsacienne, les Alsaciens, après 1945, deviennent les meilleurs alliés de la politique française en Alsace. Se sentant profondément fautifs en raison de leur parenté linguistique et culturelle avec l’Allemagne discréditée et honnie, les Alsaciens de 1945 n’osent plus revendiquer leur particularisme, ni afficher leur identité, de peur d’être assimilés aux nazis. Désirant échapper au regard méfiant et méprisant que beaucoup de Français jettent sur eux et ayant peur de leur dualité, d’être ce qu’ils sont, d’être à la fois français et allemand66, la plupart des Alsaciens, après la Libération, décident de rompre avec leur passé et de se fondre totalement dans l’univers français et francophone, abandonnant leur langue, leurs coutumes, leur particularisme religieux. Avec toutes les névroses, les crises d’appartenance, les frustrations et les aliénations qui accompagnent cette renonciation.

Notes

1 Henry Nicolas, L’Épuration des départements annexés 1944-1954, mémoire de DEA d’histoire (dir. Bernard Vogler), Université Marc Bloch-Strasbourg 2, 2003.

2 Jean-Laurent Vonau, L’Épuration en Alsace. La face méconnue de la Libération 1944-1953, Strasbourg, Éditions du Rhin, 2005.

3 Actuellement, les dérogations s’obtiennent aisément. Je voudrais remercier ici Mme Urban (archives départementales du Bas-Rhin) et Mme Bachmann (archives départementales du Haut-Rhin) ainsi que M. Junker (directoire protestant de Strasbourg), qui m’ont amplement facilité l’accès aux documents.

4 Vonau, op. cit., p. 19.

5 Voir le propos de Robert Wagner : « L’Alsace allemande est à nouveau comme Dieu l’a créée », cité dans Eugène Riedweg, « Le Parti est partout », Saisons d’Alsace, n° 114, hiver 1991-92, p. 23-34, ici p. 23.

6 Le mot d’ordre de 1940 est de sauver ce qui est considéré comme essentiel : « sauver notre dialecte, notre Muttersprache, condamnée à mort par le gouvernement français ».

7 Le mouvement autonomiste alsacien a eu de multiples facettes, regroupant principalement un courant « chrétien », un courant radical-démocrate et un courant communiste. Rapproché dès 1926 en un « front unique », le mouvement a d’abord désorienté, puis irrité les milieux politiques français, lesquels ont jugé inadmissibles les revendications autonomistes, dirigées contre la centralisation et l’uniformisation, mais non contre la France. Jusqu’en 1939, l’autonomisme alsacien a été un véritable phénomène social.

8 En Alsace, des ligues se sont formées, telles que la Jungmannschaft, un groupement d’étudiants autonomistes (on y retrouve bon nombre de jeunes théologiens protestants) ou le Erwinbund dont les activités anodines de chant et de danse dissimulent l’ambition de créer un avant-poste culturel de l’Allemagne en terre alsacienne. Ces formations sont proches des organisations hitlériennes.

9 Ces chiffres sont mentionnés à maintes reprises dans les cinq volumes de la revue Saisons d’Alsace consacrés à l’Alsace de 1940 à 1945. Voir n° 114, hiver 1991-92, n° 117, automne 1992, n° 121, automne 1993, n° 124, été 1994 et n° 127, printemps 1995.

10 Pourtant, la résistance en Alsace est plus grande et plus efficace que l’on ne le croit communément. Les « passeurs » aux frontières françaises et suisses sont très actifs, l’aide aux déserteurs et aux prisonniers français ou polonais très efficaces, alors qu’une prime de 50 à 700 Reichsmarks est accordée par les Allemands pour la capture de prisonniers évadés ou de réfractaires à l’incorporation, la plus forte prime étant offerte pour les officiers et les aviateurs abattus.

11 Concernant la pratique de l’adhésion forcée en Alsace, cf. à titre d’exemple le rapport suivant du chef des renseignements généraux (RG) de Sélestat au chef régional des RG, le 28 février 1945 : « […] à Sélestat, le Kreisleiter Sauerhöfer fit inscrire des administrations entières dans la « Partei » pour être bien vu des autorités de Berlin. […] Telle mère ou veuve qui avait perdu un mari ou un fils sous l’uniforme allemand se vit octroyer [d’office la nationalité allemande] », archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), 391 D 161.

12 Alors qu’en pays de Bade en Allemagne un Zellenleiter est chargé de surveiller une centaine de foyers, le même en surveille une cinquantaine en Alsace. Ceci témoigne de la volonté des nazis d’exercer une surveillance étroite de la population alsacienne.

13 Ce camp du Struthof, érigé dans une station de ski et de villégiature chère aux Alsaciens, traumatise la population, tant la brutalité y régnant est connue. Prévu pour 4 000 personnes, le camp en héberge entre 6 000 et 7 000 jusqu’en 1944. À partir de novembre 1944, le camp du Struthof sert à l’épuration. En septembre 1946, il y a encore plus d’un millier de prisonniers au camp. L’utilisation de ce camp à la Libération dessert beaucoup l’épuration, car la population alsacienne fait l’amalgame entre les cruautés des nazis et la dureté des Français.

14 Citons par exemple les usines métallurgiques De Dietrich (Niederbronn) repliées à Vendôme ou la fabrique de biscuiterie Ancel (Strasbourg) déménagée à Limoges puis à Paris.

15 Alain Peter, « Les tribulations de l’industrie alsacienne », Saisons d’Alsace, n° 114, op. cit., p. 103-112, ici p. 106.

16 Isabelle Bogen, « Chronique d’une entreprise de guerre », Saisons d’Alsace, n° 117, op. cit., p. 97-110, cité p. 103.

17 Voir le rapport mensuel du préfet du Bas-Rhin dans lequel il résume l’épuration en Alsace : « Personne ne s’est donnée la peine, dans les premiers mois, à concevoir un plan d’épuration, seul susceptible de désagréger à jamais les organisations pro-allemandes d’avant-guerre. » ADBR, 1130 W 625, cabinet du préfet, 1950.

18 En février 1945, le préfet du Bas-Rhin considère l’épuration en Alsace ainsi : « Envisageons maintenant le problème […] sous l’angle de la politique qui devra être pratiquée en Alsace pendant ces prochaines années si l’on veut éviter la formation d’un nouveau mouvement autonomiste […]. Les instituteurs et professeurs ainsi que tous ceux qui à un titre ou à un autre s’occupent de la jeunesse ne devront pas se contenter d’être neutres au point de vue national, mais devront être de fervents patriotes. Enfin, si le concordat est maintenu en Alsace, il faudra exiger que les prêtres ne fassent pas de politique autonomiste ou anti-nationale. En ce qui concerne les pasteurs protestants, il sera nécessaire de surveiller de près leurs agissements car beaucoup d’entre eux ont tendance à admirer les institutions allemandes. » ADBR, 544 D 1, rapport mensuel au ministre de l’Intérieur.

19 Les sources font toutefois foi de banquiers internés au camp du Struthof. Par exemple, ADBR, 367 D 36, lettre d’un détenu, 12 avril 1945 : « Le banquier B. de la place Kléber est avec moi dans la baraque. »Il se peut que ce type de personnes aient volontairement cherché refuge dans les camps pour échapper à la vindicte populaire. Parmi les personnes particulièrement compromises, cette attitude n’était pas rare dans l’immédiate après Libération, les camps leur offrant une certaine sécurité.

20 ADBR, 297 D 31, lettre du CL Molsheim au préfet du Bas-Rhin, 19 juillet 1945.

21 ADBR, 297 D 163, séance du 21 décembre 1944.

22 ADBR, 544 D 238, lettre du délégué régional de l’artisanat au ministre de la Production industrielle, 17 septembre 1945.

23 ADBR, 2115 W 40, note du commissariat des RG de Colmar.

24 ADBR, 544 D 252, lettre du directeur des Entreprises du gaz de Strasbourg au président de la commission régionale d’épuration pour les Entreprises de production, de transport et de distribution d’électricité et de gaz, 20 juillet 1945.

25 ADBR, 545 D 1011, lettre du président du conseil d’administration de la Filature de Wasselonne au président du comité de criblage de Molsheim, 23 février 1945.

26 ADBR, 297 D 46, courrier non daté au commissariat du gouvernement.

27 ADBR, 297 D 145, motion du 22 mars 1945.

28 ADBR 335 D 175, lettre du maire au commandant de camp de Schirmeck, 27 juillet 1945.

29 ADBR, 297 D 144, motion de la CEF du 5 avril 1945 concernant le complément à l’ordonnance du 14 novembre 1944.

30 ADBR, 297 D 46, lettre au secrétaire général de la CGT Strasbourg, 14 octobre 1945.

31 ADBR, 297 D 46, lettre au comité d’organisation de la biscuiterie, Paris, sans date.

32 ADBR, 297 D 46, lettre au service des séquestres, Strasbourg, 12 octobre 1945.

33 ADBR 297 D 130, compte-rendu de la première séance plénière, 13 février 1945.

34 ADBR, 297 D 12, instruction du ministre de l’Intérieur au commissaire régional, 8 mars 1945.

35 ADBR, 297 D 12, lettre au préfet du Bas-Rhin, sans date.

36 Voir, à titre d’exemple, le cas du président de la commission d’épuration des transports qui, en mai 1945, refuse les actes d’épuration envoyés par le « comité des taxis » de Strasbourg, jugeant les dossiers « trop vagues pour nous permettre de procéder à des enquêtes aux fins de retirer aux intéressés la concession au transport public et de donner notre avis », et priant le comité « de bien vouloir les compléter en entrant dans le détail des faits d’ordre politique reprochés aux intéressés », ADBR, 297 D 2, 11 mai 1945.

37 Archives départementales du Haut-Rhin (ADHR), 2325 W 276 (Purg 109415), lettre du directeur des MDPA au commissaire régional de la République, 19 juillet 1945.

38 Aux Entreprises du gaz et de l’électricité de Strasbourg, la commission d’épuration siège néanmoins 23 fois à partir du 14 septembre 1945 jusqu’à la fin janvier 46 et prononce 142 sanctions, dont 61 révocations sans pensions, 21 rétrogradations et 15 affaires sans suite ; ADBR, 544 D 244, procès-verbal des séances de la commission régionale d’épuration des Entreprises du gaz et de l’électricité. De fait, le cas vaut surtout pour les commissions chargées du secteur agricole. Comme en France en général, le monde agricole alsacien est peu touché par l’épuration économique, quoique de nombreux paysans se soient considérablement enrichis durant la guerre.

39 ADBR, 544 D 244, séance du 7 décembre 1945, délibération autour de 9 cas.

40 ADHR, 755 W 54870.

41 ADBR 544 D 106, situation au 25 janvier 1946, reproduit dans Vonau, op. cit., p. 189.

42 ADBR, 544 D 252, doc. cit.

43 ADHR, 162 W (Purg 13200), note du service des contentieux des MDPA, 30 octobre 1945.

44 ADBR, 544 D 253, compte-rendu au commissaire régional de la République, 26 novembre 1945.

45 ADBR, 297D2, questionnaire. Traduction des phrases allemandes dans le texte : » Mais je vous en prie, nous sommes des Allemands de souche, vous pouvez nous faire confiance », « Alors, Madame Émilie, saluons-nous à l’allemande Heil Hitler. »

46 ADBR, 1666 W 204, tribunal de grande instance de Saverne.

47 C’est le cas dans l’entreprise Alcok, filiale de Gaz de Strasbourg dont le directeur Ruhland, expulsé d’Alsace en 1940, défend son personnel : « Nous pensons ne pas avoir à vous soumettre également les dossiers concernant 10 cas […] il y a lieu […] d’user d’indulgence vis-à-vis des personnes auxquelles seule une certaine faiblesse peut et doit être reprochée. » ADBR, 544 D 252, doc. cit.

48 Voir, à titre d’exemple, la lettre d’un ingénieur en chef au commissaire de la République de Strasbourg, le 21 décembre 1945, dans laquelle il prend fait et cause pour 9 ingénieurs sanctionnés au déplacement d’office : « Un prélèvement aussi important de personnel compétent et expérimenté me met en présence de grandes difficultés pour assurer le fonctionnement normal du service à une époque où sa réorganisation n’est pas encore entièrement terminée et où les tâches supplémentaires occasionnées par les dommages de guerre accroissent lourdement son activité. Il s’agit en effet de techniciens qualifiés qui ne peuvent être remplacés avec la même efficacité par des éléments jeunes ou étrangers à l’Alsace. » ADBR, 1388 W 27. Voir aussi le courrier du directeur d’une entreprise de textiles à Mulhouse : « Il s’agit de M.[…] qui vient de sortir de prison […] comme détenu politique. […] J’aimerais l’avoir comme main droite dans l’affaire que nous dirigeons […]. Or l’interdiction de séjour m’empêche de prendre M. […]. » ADBR, 1059 W 23, 10 septembre 1949.

49 ADBR, 335 D 63, lettre, 30 août 1945.

50 ADHR, 2325 W 276 (Purg 109415), lettre de son avocat au PDG des MDPA, 29 septembre 1949.

51 Cf. l’administrateur des Mines de Bouxwiller au sujet d’un épuré déplacé d’office : « Nous ne connaissons pas les motifs de sa condamnation, mais si l’interdiction de séjour dont il est frappé était appliquée, nous nous trouverions dans une situation particulièrement difficile. En effet, M. […] est employé depuis plus d’un an dans notre usine […] où il nous donne entière satisfaction ; c’est un ouvrier consciencieux, adroit et discipliné dont nous n’avons eu jusqu’à ce jour qu’à nous louer. Il est employé à un poste de confiance […] non seulement un poste délicat, mais peu agréable étant donné que l’ouvrier s’y salit terriblement. » ADBR, 1366 W 12, sans date.

52 ADBR, 544 D 244, circulaire du ministre du Travail et de la Sécurité sociale Ambroise Croizat aux directeurs départementaux du travail et de la main d’œuvre sur l’utilisation de travailleurs Alsaciens-Lorrains frappés d’éloignement par mesure administrative, 27 décembre 1945.

53 Voir, par exemple, le propos du directeur général des MDPA : Dans son usine, sous couvert d’épuration, les comités se débarrassent souvent d’un ouvrier gênant, d’un collègue peu aimé ou « d’un agent de maîtrise auquel il ne peut être fait que le reproche d’avoir un commandement un peu dur ». ADHR, 2325 W 276, lettre au directeur général des Houillères de Sarre et Moselle, 15 novembre 1945. Voir aussi le bilan d’une enquête sur l’épuration en Alsace : « Certains milieux du personnel auraient aimé voir sanctionner tel chef parce que ne jouissant pas de leur sympathie. L’examen de plusieurs cas cités en exemple a permis de constater qu’il s’agit d’ordinaire de chefs ayant eu, tant avant que pendant l’occupation, une attitude peu sociale envers leurs subordonnés sans qu’ils aient fait l’objet de griefs sérieux au point de vue de l’attitude nationale. » ADBR, 1130 W 968, 1946.

54 ADHR, 2325 W (Purg 109415), lettre au directeur général des MDPA, 24 juin 1949 : « J’estime que dans son ensemble, l’épuration professionnelle a été fort mal faite et que la passion politique, dont s’est inspiré en particulier un certain syndicalisme, y a joué un rôle particulièrement néfaste. » Voir aussi son article : « L’épuration et ses problèmes », dans le journal Le Nouveau Rhin français, 7 avril 1949, p. 1-2.

55 Voir le cas de « despotisme » envers un employé des MDPA menacé de rétrogradation avec blâme au rang d’ouvrier en janvier 46. Ce dernier « sollicite avant tout la communication de [son] dossier, car à aucun moment, [il n’a] eu connaissance des griefs formulés à [son] encontre, ni l’occasion de [se] défendre. » ADHR, 2325 W 276 (Purg 109415), demande de révision d’une décision d’épuration auprès de la cour d’appel de Colmar, 23 août 1949.

56 ADBR, 544 D 40, préfecture, juillet 1945.

57 Cette réembauche suscite parfois des menaces de grèves, comme dans les MDPA en novembre 1948 suite à la réhabilitation d’un employé épuré ; ADHR, 2325 W 276, lettre d’information du PDG des MDPA au PDG de la société commerciale des Potasses d’Alsace, 14 juin 1946.

58 ADBR, 1130 W 968, doc. cit.

59 Voir, à titre d’exemple, ADBR, 1366 W 15, rapport des RG au sujet du directeur d’une usine à gaz, 17 août 1948.

60 Voir, par exemple, la lettre du député-maire Henri Meck de Molsheim au sous-préfet de la ville, le 13 février 1946 : « J’ai l’honneur d’attirer d’une façon toute particulière votre bienveillante attention sur la situation de Madame M. […] dont le mari a été frappé d’interdiction de séjour pour une date indéterminée. Possédant une grande propriété de culture Mme. M. se voit dans l’obligation d’employer un domestique. Un jeune homme, L., frappé également d’interdiction de séjour à son domicile de Strasbourg-campagne désirerait être occupé chez Mme. M. […] toutefois, le maire de B. s’oppose énergiquement à cet état de choses. Je vous prie donc de vouloir bien examiner avec une bienveillance toute particulière la possibilité de donner une suite favorable à cette affaire. » ADBR, 545 D 39.

61 ADBR, 1366 W 15, lettre au préfet, 27 janvier 1949.

62 ADBR, 544 D 244, mémoire présenté par un avocat au CRIE de Strasbourg, 19 décembre 1946.

63 Voir le rapport d’enquête sur l’épuration en Alsace qui constate à ce sujet : « Un certain nombre [de dirigeants] […] n’ont pu être sanctionnés faute de preuves suffisantes ayant été accusé d’une façon anonyme, sans que les collègues aient produit des témoignages contre eux. » ADBR, 1130 W 968, doc. cit.

64 ADBR, 1631 W 16, s.d.

65 ADBR, 1130 W 625, doc. cit.

66 Voir Frédéric Hoffet, Psychanalyse de l’Alsace, Colmar, Alsatia poche, 1973 (1re édition : Paris, 1951).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search