Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Deuxième partie. L’histoire plurielle de l’éclatement de l’Université de Paris

Paul Ricœur, un philosophe à l’épreuve des transformations de la Sorbonne (1964-1970)

Charles Mercier

Texte intégral

1Parmi les biographies susceptibles d’éclairer la transformation du tissu universitaire francilien, celle de Paul Ricœur (1913-2005) paraît d’un intérêt tout particulier. En effet, au cours des années 1960, sa trajectoire académique est étroitement liée aux bouleversements cartographiques et institutionnels de l’Université de Paris.

2Cet article vise, en retraçant finement l’itinéraire de Ricœur entre 1964 et 1970, à saisir concrètement les bouleversements du paysage universitaire francilien, leurs impacts sur les professeurs et la manière dont ces derniers y participent. À travers l’entrée biographique, il s’agit d’analyser les interactions entre un processus global de transformation et une catégorie spécifique d’acteurs.

  • 1 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, Paris, La Découverte, 1997.
  • 2 Dix boîtes concernent spécifiquement la faculté des Lettres de Nanterre. Je remercie Catherine Gol (...)

3Pour mener l’enquête, en repartant de la biographie que François Dosse a consacrée à Paul Ricœur1, j’ai exploré plusieurs fonds documentaires susceptibles d’éclairer la période nanterroise de Paul Ricœur : les archives départementales des Hauts-de-Seine, qui abritent les archives de la faculté des lettres de Nanterre ; les archives personnelles du philosophe, conservées à l’Institut Paul Ricœur, hébergé dans les locaux de l’Institut protestant de théologie2 ; les archives privées de deux de ses collègues historiens de Nanterre : celles de Pierre Riché, conservées à son domicile, celles de René Rémond, déposées à la Bibliothèque nationale de France. J’ai aussi utilisé les sources imprimées et des témoignages oraux.

4Je distinguerai, pour étudier le positionnement de Ricœur face aux différentes transformations de l’Université de Paris, deux temps. Le premier, durant lequel il reste extérieur à ce processus de transformation, se déroule entre l’automne 1964 et le printemps 1969 ; la deuxième, au cours duquel il devient l’un des acteurs des transformations, en tant que doyen de Nanterre, ne dure qu’un an, du printemps 1969 au printemps 1970.

Ricœur, bénéficiaire et analyste des différentes transformations de l’université de Paris (automne 1964-janvier 1969)

  • 3 P. Grappin, L’île aux peupliers : de la Résistance à Mai 68. Souvenirs du doyen de Nanterre, Nancy (...)
  • 4 P. Ricœur, La critique et la conviction : entretien avec François Azouvi et Marc de Launay, Paris, (...)
  • 5 Ibid., p. 57.

5Au cours des années 1964-1969, l’itinéraire de Paul Ricœur est géographiquement affecté par les transformations de l’Université de Paris. Dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur, le ministère de l’Éducation nationale décide en 1963 de créer une nouvelle faculté des lettres à Nanterre, afin de désengorger la Sorbonne3. Professeur de philosophie à la Sorbonne depuis 1956, après avoir enseigné pendant huit ans à la faculté des Lettres de Strasbourg4, Paul Ricœur souhaite être impliqué dans le nouvel établissement : « La proposition m’est tombée dessus sans que je sache quels en étaient les tenants et aboutissants, ni quelle était la nature du projet. Un jour, à la Sorbonne, le doyen a informé les professeurs qu’une université nouvelle se créait5. »

  • 6 P. Grappin, L’île aux peupliers, op. cit., p. 230.
  • 7 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 441.
  • 8 Jean Roche (1901-1992), était docteur en médecine et ès sciences. Il a été recteur de l’académie d (...)

6Construit sur un ancien terrain militaire entouré de pavillons, de jardinets, de champs et de bidonvilles, le nouvel établissement ouvre ses portes le 2 novembre 19646. L’implication de Paul Ricœur ne s’effectue néanmoins que l’année suivante car le département de philosophie n’ouvre qu’à la rentrée 19657. Dans les archives du philosophe, on trouve la lettre dans laquelle il informe le recteur de l’Académie de Paris, Jean Roche8, de sa décision de demander son transfert intégral à Nanterre, après avoir envisagé, peut-être à la suggestion de ses collègues, d’y faire seulement une partie de son service :

  • 9 Fonds Paul Ricœur-Bibliothèque de l’Institut protestant de théologie, Paris (archives Ricœur dans (...)

« Après un temps de réflexion, je crois pouvoir vous dire que ma décision est bien ferme de demander que mon service principal soit à Nanterre. L’expérience que je souhaite y faire d’un enseignement de licence qui s’adresserait à des étudiants moins nombreux et mieux connus perdrait tout son sens si elle apparaissait comme un travail complémentaire et non comme un enseignement principal9. »

  • 10 Ibid., Jean Roche, lettre à Paul Ricœur, 17 février 1965.
  • 11 L’équipe de démarrage de la faculté des Lettres de Nanterre est constituée par Pierre Grappin, qui (...)
  • 12 André Rondeau, lettre à Paul Ricœur, 11 mai 1965, archives Ricœur, dossier cité.

7Le recteur s’y résigne et lui répond quelques jours plus tard : « Fiat voluntas tua, mon cher collègue. Des regrets évidemment et très vifs. De la sympathie et en vous comprenant10. » Suite à ce feu vert rectoral, Ricœur, malgré sa notoriété, doit adresser son curriculum vitae aux enseignants nommés l’année précédente à la faculté des Lettres de Nanterre11 qui doivent, en conseil, valider son transfert. Parmi les réponses reçues, celle du géographe André Rondeau mérite d’être citée : « Croyez que nous sommes très honorés de vous accueillir dans notre triste banlieue dont le développement étonnera le Monde – j’entends le petit monde universitaire12. »

  • 13 P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 57.
  • 14 Ibid., p. 48.
  • 15 Ibid., p. 49.

8Dans La critique et la conviction, son livre d’entretien avec François Azouvi et Marc de Launay, Ricœur précise les raisons d’un choix qui peut paraître surprenant tant la Sorbonne représente, dans l’Université de l’époque, la consécration d’un cursus académique. Ils ne sont d’ailleurs que trois de la Sorbonne, Paul Ricœur, le germaniste Pierre Grappin et le latiniste Jean Beaujeu à avoir effectué ce choix13. Il explique qu’il se sentait « très mal à l’aise à la Sorbonne14 » parce qu’on « néglige tout à fait la tâche qui consiste à créer une communauté des étudiants et des maîtres15 ». Tout en appréciant de faire cours face à des amphithéâtres combles, il déplore de ne pouvoir saisir et connaître les étudiants en raison de leur nombre. Il regrette aussi l’absence de sociabilité et de projets communs :

  • 16 Ibid.

« Les collègues n’avaient pas davantage de relations entre eux. Nous ne faisions que nous croiser. Il n’y avait pas de lieu de rencontre, en dehors des occasions que fournissaient les assemblées générales de département. Nous ne savions rien de la vie des collègues ; nous ne nous connaissions que pour avoir écrit tel ou tel ouvrage. Je n’ai jamais fait la connaissance de Mme Aron, par exemple, ni celle de Mme Jankélévitch. Il n’y avait pas de recherches menées en commun, pas de confrontations, ni de discussions. J’avais l’impression d’une sorte de désert intellectuel. En outre, n’étant pas initié à la vie parisienne, et n’étant pas un ancien de la Rue d’Ulm, je me retrouvais plongé dans une ambiance dont la dynamique avait déjà pris corps depuis longtemps. Je me faisais l’effet d’être un corps étranger, travaillant davantage pour moi, bien que j’eusse l’impression de jouir d’une bonne écoute de la part des étudiants16. »

  • 17 Ibid., p. 59.

9Il espère trouver à Nanterre un cadre de travail différent avec, comme il l’explique au recteur Roche, la possibilité de mieux connaître des étudiants moins nombreux. Il s’agit pour reprendre ses mots de « retrouver l’atmosphère de Strasbourg à Paris17 ».

« Faire l’Université »

10Ricœur tire donc parti de la transformation cartographique de l’Université de Paris pour trouver un poste plus conforme à ses aspirations. Mais il ne se cantonne pas à recueillir les dividendes d’une transformation à laquelle il resterait étranger. Il ne se contente pas de fuir la Sorbonne pour se réfugier dans un nouvel établissement.

  • 18 Esprit, mai-juin 1964. Reproduit dans P. Ricœur, Lectures 1 : Autour du politique, Paris, Le Seuil (...)
  • 19 Ibid., p. 379.

11Il est favorable à une transformation de l’ensemble du système universitaire et cherche à y contribuer, notamment en coordonnant en 1964 dans Esprit un dossier consacré à la réforme de l’Université. Dans le texte d’introduction, intitulé « Faire l’Université18 », il dresse un état des lieux sévère de l’institution qu’il considère comme totalement incapable de répondre au défi de la massification : « Si ce pays ne règle pas, par un choix raisonné, la croissance de son Université, il subira l’explosion scolaire comme un cataclysme national19. » Il avance, à la lumière de son expérience américaine et des différentes contributions rassemblées, plusieurs propositions : soulager les universitaires des tâches administratives, réformer et diversifier les curricula qui sont trop orientés vers la réussite aux concours de l’enseignement et transformer les facultés en départements. Il préconise aussi de rompre avec une conception administrative de l’université au profit d’une vision entrepreneuriale :

  • 20 Ibid., p. 377.

« Peut-on, en France, se rapprocher d’instituts de type entreprises publiques, avec recrutement assez libre des professeurs ? Il n’est pas aisé de changer les habitudes administratives d’un pays ; le souhaitable n’est pas toujours politiquement possible. Suffirait-il de renforcer le conseil de l’université et de lui donner un président élu pour que les universités deviennent des entreprises autonomes, capables de se gérer de façon responsable ? Je suis très pessimiste à cet égard : l’Université n’existe pas comme un corps indépendant de l’administration centrale, les universités n’ont pas la tête capable de présider à la décentralisation, à la diversification et au regroupement souhaité par tous. Il en sera ainsi aussi longtemps qu’on s’obstinera à traiter l’Université comme une administration, au lieu de la considérer comme une entreprise au service de la nation20. »

  • 21 Ibid., p. 378.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid., p. 377.

12Concernant l’Université de Paris à proprement parler, il dénonce les cumuls des responsabilités qui « donnent de la puissance et créent des monopoles » ainsi que la « personnalisation excessive des centres de recherche » qui en résulte21. Le mandarinat de quelques professeurs parisiens, concentrant les postes décisionnaires dans leurs disciplines, est donc remis en question. Pour rééquilibrer la répartition des étudiants et favoriser une saine concurrence, il propose de créer de vrais centres de recherche dans les régions, avec obligation de résidence des professeurs22. Pour lui, « la clé du problème parisien est en province23 ».

  • 24 Epistémon [D. Anzieu], Ces idées qui ont ébranlé la France : Nanterre (novembre 1967-juin 1968), Pa (...)
  • 25 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), thèse, Pari (...)
  • 26 Archives Ricœur, inventaire 3, dossier 41/B3.
  • 27 Paul Ricœur, « Réforme et révolution dans l’Université », Le Monde, 9, 11 et 12 juin 1968, reprodu (...)
  • 28 Ibid., p. 392.
  • 29 Ibid., p. 393.
  • 30 Ibid., p. 387.

13Contrairement à la plupart de ses collègues de Nanterre, eux aussi réformistes et libéraux24, Ricœur voit dans la contestation qui s’affirme à la faculté à partir de mars 1968 non l’expression de violences et de provocations envers lesquelles il faut être ferme25, mais un appel à changer l’université. Avec Alain Touraine, il est à l’origine d’une tribune, datée du 29 avril 1968, dans laquelle est affirmée « l’urgence pour les enseignants de participer activement à la nécessaire transformation des institutions universitaires, de leurs objectifs et de leur fonctionnement26 ». À la mi-juin, il publie dans Le Monde un long article dans lequel il propose de refonder l’Université selon une démarche à la fois réformiste et révolutionnaire27. Actualisant son propos de 1964, il plaide pour une reconstruction par le bas, « de poche en poche », à partir des unités qui se sont structurées depuis début mai, en ouvrant le débat hors de l’Université28. Il prône la création de plusieurs universités autonomes29, notamment du point de vue financier30, par rapport à l’État. Il analyse les moyens pour articuler les droits des étudiants et ceux des enseignants dans une nouvelle relation à la fois paritaire et respectueuse de l’identité de chacun :

  • 31 Ibid., p. 386.

« L’enseigné a droit à un enseignement qui ne lui soit pas seulement octroyé, mais sur lequel il exerce un réel contrôle ; il a droit à un diplôme ayant une réelle valeur sur le marché du travail ; il a droit enfin à une culture qui lui permette de participer à l’aventure intellectuelle de l’humanité et de s’accomplir personnellement au-delà de toute conception professionnelle et mercantile de la culture. Le droit de l’enseignant, c’est d’abord le droit afférant à la compétence et à l’expérience, tel qu’il a été sanctionné non par les étudiants, mais par les autres compétents, ses pairs ; c’est ensuite le droit à la liberté de pensée et d’expression, en dehors de toute censure politique et idéologique ; c’est enfin le droit d’accomplir son propre dessein de connaissance et de science, dans l’enseignement et hors de l’enseignement31. »

  • 32 Ibid., p. 381.

14Il préconise une méthode expérimentale et la mise en place d’institutions « légères, révocables, réparables, ouvertes à un processus interne de révision et à un processus externe de contestation32 ».

Ricœur, acteur de la transformation de l’Université de Paris (janvier 1969-mars 1970)

15On retrouve dans le texte de la loi Faure, votée le 12 novembre 1968, un certain nombre des idées défendues par Ricœur. Autonomie, participation et pluridisciplinarité sont les trois piliers sur lesquels doivent s’organiser les nouveaux établissements universitaires. La démarche de reconstruction par le bas, avec une libre association des différentes composantes d’abord en unités d’enseignement et de recherche puis en universités est privilégiée.

  • 33 R. Rémond, La règle et le consentement : gouverner une société, Paris, Fayard, 1979, p. 107.
  • 34 Archives départementales des Hauts-de-Seine, versement 1208W, article 2, PV du conseil transitoire (...)
  • 35 Archives Ricœur, Inventaire 3, dossier 43/B3, Paul Ricœur, lettre non envoyée.
  • 36 Archives départementales des Hauts-de-Seine, versement 1208W, article 2, propos de Paul Ricœur rap (...)
  • 37 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 108.

16Cette relative adéquation entre la loi d’orientation et les idées de Ricœur sont un des éléments qui poussent ses collègues à se tourner vers lui pour la mise en œuvre des réformes à Nanterre. En janvier 1969, le philosophe est élu co-président, avec l’historien René Rémond, de la commission chargée de préparer les premières élections paritaires au conseil de la faculté33. Deux mois plus tard, le 17 avril 1969, il est élu doyen par ce conseil, sans avoir été candidat34. Ses archives attestent qu’il a dans un premier temps envisagé de décliner, estimant ne pas avoir les « qualités requises pour cette fonction de décision et d’administration » et considérant que sa « nomination ne serait pas, à l’usage pour le bien de la faculté35 ». Finalement, bien que la charge ne réponde « ni à son désir, ni à son attente », il accepte par « respect du suffrage qui l’a désigné » et « souci d’une certaine cohérence personnelle36 ». Il demande à René Rémond de devenir son assesseur37.

  • 38 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), op. cit., p (...)
  • 39 Ibid., p. 130-141.
  • 40 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 263.

17Ricœur prend son poste dans une situation objectivement compliquée. Les transformations de l’Université induites par la loi Faure se heurtent à Nanterre comme ailleurs à l’opposition d’une partie du corps professoral, qui n’accepte par la redistribution du pouvoir au profit des étudiants et des enseignants non titulaires, et à celle des étudiants gauchistes insurrectionnels, rapprochés des groupes maoïstes et trotskistes, qui voient dans la loi d’orientation une manœuvre de la bourgeoisie pour prolonger le système capitaliste qu’ils veulent continuer à combattre, si besoin par la violence38. À Nanterre, lieu-symbole qui a vu naître la commune étudiante et vers lequel sont braqués les projecteurs des médias, les tensions sont particulièrement vives39. La façon dont la nouvelle de la nomination de René Rémond comme assesseur est accueillie en constitue une preuve : le jeudi 20 avril, une soixantaine d’individus envahissent son cours, l’insultent, le menacent et le rouent de coups. L’intéressé mentionne l’attitude d’une fille, manifestement déséquilibrée, « qui répétait spasmodiquement de minute en minute : “Moi, ce que je veux, c’est sa langue40” ».

  • 41 P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 65.
  • 42 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 109.
  • 43 Ibid.

18Dans ce contexte explosif, Ricœur déclare avoir cherché à reconstituer « la relation hiérarchique à partir de la relation horizontale », c’est-à-dire d’avoir voulu que l’instance de décision qu’il représentait corresponde « à la représentation idéale d’une démocratie directe, où tous et chacun participeraient effectivement à chaque prise de décision41 ». De fait, ce nouveau mode de gouvernement, conjugué à la légitimité donnée par le processus électoral paritaire, permet d’améliorer la situation : « Sous la direction libérale et généreuse de Paul Ricœur, écrit René Rémond, la faculté entra comme en convalescence42. » Les nouvelles instances élues délibèrent et fonctionnent correctement ; le processus de formation de l’université par rapprochement des deux facultés nanterroises, celle de Lettres et Sciences humaines, et celle de Droit et de sciences économiques, suit son cours ; les violences sont en diminution et rencontrent moins d’adhésion chez les étudiants43.

  • 44 Les membres de la GP cherchent à faire advenir la révolution prolétarienne en conjuguant gauchisme (...)
  • 45 Michelle Manceaux, « Les nouveaux “partisans” », Le Nouvel observateur, 10 mars 1970, p. 54 et Jea (...)
  • 46 Marcelle Padovani, L’Express, 2-8 mars 1970, p. 47.
  • 47 Voir le compte rendu qu’en fait le journal de la GP : La Cause du peuple, 13 mars 1970.
  • 48 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 112.
  • 49 Jean Grech, entretien avec l’auteur, 16 décembre 2009.
  • 50 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 112.

19La situation se retourne complètement en janvier 1970. À l’origine de la rechute, les maoïstes de la Gauche prolétarienne (GP44) jouent un rôle qui n’est pas à sous-estimer. Ce groupe, fondé rue d’Ulm à la rentrée 68, est implanté dès l’origine à Nanterre mais ses membres privilégient dans un premier temps les actions violentes dans les usines afin de déclencher une répression qui permette, par solidarité, l’engagement de l’ensemble de la classe ouvrière dans la lutte contre la bourgeoisie45. À partir de janvier 1970, la stratégie change : les dirigeants de la GP décident de faire du campus le terrain de leur combat. Ils y font venir les populations désœuvrées des bidonvilles de Nanterre et d’Argenteuil46 et mènent des actions de sensibilisation plus ou moins musclées auprès des étudiants et des professeurs47. Cette affirmation suscite le déclenchement d’affrontements de plus en plus violents avec les communistes, bien implantés à Nanterre, et considérés par la GP comme des « révisionnistes ». Le 11 février, des membres de l’Union des étudiants communistes blessent deux militants maoïstes isolés. Leurs camarades répliquent le lendemain et laissent un syndicaliste de la CGT dans un état critique48. Les « gépistes » s’en prennent aussi aux appariteurs, considérés comme le pendant universitaire du contremaître, c’est-à-dire du « petit chef abhorré49 ». Deux d’entre eux sont capturés le 3 février par une cinquantaine d’individus : « On leur confisqua leurs papiers, on les enduisit de peinture noire ; l’un deux allongé sur une table, fut mis en demeure de procéder à son autocritique50. »

  • 51 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 478.
  • 52 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), op. cit., p (...)
  • 53 Marcelle Padovani, L’Express, 2-8 mars 1970, p. 47.
  • 54 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 113-114.

20Parallèlement, Paul Ricœur est de plus en plus malmené. Le 23 janvier, son bureau est envahi et il se fait injurier51. Trois jours plus tard, le lundi 26 janvier, survient l’épisode appelé à devenir célèbre de la poubelle. Se promenant dans les couloirs pour aller prendre un café, Ricœur se fait intercepter par un groupe d’individus qui lui crachent à la figure et le molestent. L’un d’entre eux fait mine de le coiffer d’un couvercle de poubelle. Si François Dosse attribue aux maos la paternité de ce geste, qui aurait eu pour but d’abattre une « autorité académique », les témoignages recueillis parlent plutôt d’un geste non prémédité, effectué par un marginal, sans doute encouragé à passer à l’acte par le climat instauré par les gépistes mais sans être membre de leur groupe52. Peu de temps après, un autre groupe moïste, issu de la GP, mais qui en a fait scission, « Vive la Révolution ! », prend l’initiative d’ouvrir, en plein cœur de la faculté des Lettres, une « crèche sauvage » destinée à accueillir les enfants des femmes immigrées53. C’est le moment que choisissent une partie des personnels pour suspendre leur enseignement, les uns, membres du Syndicat autonome, pour protester contre le climat de violence, les autres pour obtenir davantage de moyens en personnels et en heures de cours54.

  • 55 Il se voit imposer par son médecin quinze jours de repos du 3 au 17 février. Voir F. Dosse, Paul R (...)

21Face à la crise, Ricœur, secondé par Rémond mais nerveusement épuisé55, ne prend pas forcément les bonnes décisions.

  • 56 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 111.
  • 57 P. Riché, C’était un autre millénaire : souvenirs d’un professeur de la communale à Nanterre, Pari (...)
  • 58 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 480.

22Pensant provoquer un sursaut d’indignation et un mouvement de sympathie, il choisit de médiatiser l’affaire de la poubelle. Si, au sein de la faculté, l’opération réussit, elle est en revanche désastreuse auprès de l’opinion publique, qui en tire le sentiment que l’autorité est « en permanence bafouée dans les facultés56 ». Il s’agit d’une erreur de communication pour l’image de Nanterre mais aussi pour celle de Ricœur. Par un effet journalistique, « du couvercle, on en vient à la poubelle elle-même, qui aurait été versée sur le doyen57 ». Le philosophe suscite malgré lui la « risée générale58 ». En décidant de communiquer sur cet événement, il a amplifié le pouvoir symboliquement destructeur d’un geste de dérision.

  • 59 Paul Ricœur, communiqué, 25 février 1970, archive Pierre Riché.
  • 60 Jean Grech, entretien avec l’auteur, 16 décembre 2009.
  • 61 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 1, dossier 9.
  • 62 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), op. cit., p (...)

23Ricœur se résout par ailleurs à autoriser la police à intervenir sur le domaine universitaire, rompant avec la pratique des « franchises universitaires » selon lesquelles l’université constitue une sorte de sanctuaire. Il prend cette mesure d’ordre, à laquelle il s’était publiquement opposé en avril 1968 lorsqu’elle avait été votée une première fois pas le conseil de Nanterre, parce que la violence des affrontements entre communistes et maos lui fait craindre le pire : « À n’importe quel moment un meurtre peut être commis » déclare-t-il le 25 février59. La mise en application précipitée de cette décision par le ministère de l’Intérieur, dès le 27 février, provoque « une explosion dans la fac60 ». La GP érige sur le champ des petites barricades et rameute sur le campus tous les éléments subversifs de la capitale ainsi que certains occupants des bidonvilles voisins et des travailleurs avec qui des contacts ont été noués. La présence de la police permet de ressouder tous les mouvements gauchistes qui, à l’unisson, demandent la démission de Ricœur. Les auteurs anonymes d’un tract intitulé « Autopsie d’un Conseil policier de gestion » écrivent : « Ricœur, lui, prête sa belle âme pour dramatiser la situation au profit de cette politique réactionnaire61. » La semaine suivante, les 2 et 3 mars, les affrontements prennent une ampleur inédite. Quelques centaines d’activistes attaquent les forces de l’ordre depuis les terrasses des bâtiments à l’intérieur desquels la police n’a pas le droit de pénétrer. Celle-ci subit les lancers de machines à écrire, pieds de table et autres projectiles sans pouvoir riposter. Elle « dérape » en fin de journée en déversant l’agressivité accumulée sur les étudiants restés sur le campus pour dîner au restaurant universitaire, bien que la plupart n’aient pas pris part aux événements62.

  • 63 Ibid., p. 183-184.
  • 64 Emmanuel Rémond, entretien avec l’auteur, 4 juin 2008.
  • 65 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 2, dossier 1, lettre de Paul Ricœur aux membres du conseil trans (...)

24Ricœur est accablé par la tournure que prennent les événements. Bien qu’il se désolidarise des modalités d’intervention de la police, il est rendu responsable de leurs conséquences par ses collègues, les étudiants et l’opinion63. Dès le 1er mars, il avait informé René Rémond de sa décision de démissionner64. Celle-ci devient publique le 16 mars, par l’envoi d’un courrier au ministre dans lequel Ricœur motive son départ pour des raisons de santé, réelles au demeurant65.

*

  • 66 Le Figaro, 4 mars 1970.

25Dans la trajectoire de Paul Ricœur, la transformation de l’Université de Paris a été un élément de réflexion puis d’action, une opportunité puis une épreuve. Son engagement à Nanterre se termine sous les critiques, à la fois de la gauche qui ne comprend pas le revirement sur les franchises universitaires, et de la droite, qui reproche à Ricœur ses hésitations. Le Figaro l’accuse d’être inconséquent en faisant appel à la police sans l’assumer ensuite66. La télévision n’est guère plus tendre en lui renvoyant l’image d’un homme qui a échoué, comme l’atteste ce reportage diffusé le 17 mars au journal de 20 h 00 :

  • 67 Archives INA, journal télévisé de la deuxième chaîne, mardi 17 mars 1970, 20 heures.

« [Journaliste] : Alors Monsieur le doyen, aujourd’hui vous déclarez forfait somme toute. Après quelques mois d’exercice seulement. Les maoïstes vous ont fait chuter ?
[P. R.] : Ce n’est pas tout à fait exact parce que ma décision est très sincèrement pour raisons de santé. J’ai épuisé des ressources physiques et des ressources d’énergie mentale pour résoudre un problème qui n’a cessé de devenir plus compliqué. Je ne dis pas que je déclare forfait. Je me retire du jeu en espérant qu’un autre reprenant à neuf, peut-être avec des forces plus vives que les miennes, réussira là où je n’ai pas réussi.
[Journaliste] : Est-ce que cela n’est pas la preuve qu’un philosophe ne peut pas être un homme d’action ?
[P. R.] : Ah ça c’est les autres qui pourront le dire. Pour ma part je dirai que j’ai au contraire appris par cette expérience d’un an qu’il n’y a pas de pensée sans un minimum d’institution. Je me suis battu pour faire comprendre que l’institution ce n’est pas nécessairement la bureaucratie et la bureaucratie la police. Il y a chez les gauchistes une navrante confusion entre tout ce qui est de l’ordre du contrat et de la règle du jeu et puis la répression et je me suis heurté à cette sorte de cécité, d’aveuglement total sur la nécessité d’institutions.
[Journaliste] : Comment voyez-vous l’avenir de Nanterre ?
[P. R.] : Je crois que la construction de l’université de Paris Ouest et son inclusion dans tout l’ensemble parisien peut lui redonner un nouveau souffle67. »

26Ricœur ne répond pas vraiment à la deuxième question du journaliste concernant la possibilité pour un philosophe d’être un homme d’action, mais il considère qu’un homme d’action peut rester philosophe et utiliser sa capacité de distanciation pour ne pas se laisser broyer par les événements. Quelques années plus tard, il affirmera que cette expérience, malgré l’échec, a été instructive :

  • 68 P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 66.

« Mais ce fut un grand apprentissage que d’avoir tenté cela et échoué. En essayant de comprendre la raison de mon échec, en précisant l’anatomie de l’institution, j’ai mieux pris conscience de la quadrature du cercle propre au politique : le rêve impossible de combiner le hiérarchique et le convivial ; tel est pour moi le labyrinthe du politique68. »

27Ce décanat douloureux profite donc à la réflexion de Ricœur sur le politique. Elle profite aussi à son successeur, René Rémond. S’il a réussi à rétablir la situation, c’est sans doute en raison de connaissances et de compétences politiques concrètes que n’avait pas Ricœur, mais aussi parce qu’il a tiré parti de ses intuitions et de ses expérimentations heureuses ou malheureuses. Il lui en rend d’ailleurs hommage avec loyauté dans La règle et le consentement :

  • 69 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 119.

« J’avais l’intuition que, si seulement un surcroît de résistance nerveuse lui avait permis de surmonter l’épreuve d’un moment, et de tenir quelques semaines encore, la situation se serait renversée, en notre faveur cette fois, et qu’il aurait recueilli le fruit de sa patience et de la justesse de ses vues. Aussi, ai-je toujours pensé qu’une part appréciable du mérite dont on me créditera ensuite d’avoir ramené le calme à Nanterre lui était due69… »

Notes

1 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, Paris, La Découverte, 1997.

2 Dix boîtes concernent spécifiquement la faculté des Lettres de Nanterre. Je remercie Catherine Goldenstein, conservateur des archives du Fonds Ricœur, pour son accueil et sa confiance.

3 P. Grappin, L’île aux peupliers : de la Résistance à Mai 68. Souvenirs du doyen de Nanterre, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993, p. 230.

4 P. Ricœur, La critique et la conviction : entretien avec François Azouvi et Marc de Launay, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2013, p. 48.

5 Ibid., p. 57.

6 P. Grappin, L’île aux peupliers, op. cit., p. 230.

7 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 441.

8 Jean Roche (1901-1992), était docteur en médecine et ès sciences. Il a été recteur de l’académie de Paris de 1961 à 1969.

9 Fonds Paul Ricœur-Bibliothèque de l’Institut protestant de théologie, Paris (archives Ricœur dans la suite de l’article), inventaire 3, dossier 40/B3, Paul Ricœur, lettre à Jean Roche, 9 février 1965.

10 Ibid., Jean Roche, lettre à Paul Ricœur, 17 février 1965.

11 L’équipe de démarrage de la faculté des Lettres de Nanterre est constituée par Pierre Grappin, qui vient de la Sorbonne, et par onze maîtres de conférences ou professeurs recrutés dans les facultés de province. Voir P. Grappin, L’île aux peupliers, op. cit., p. 223.

12 André Rondeau, lettre à Paul Ricœur, 11 mai 1965, archives Ricœur, dossier cité.

13 P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 57.

14 Ibid., p. 48.

15 Ibid., p. 49.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 59.

18 Esprit, mai-juin 1964. Reproduit dans P. Ricœur, Lectures 1 : Autour du politique, Paris, Le Seuil, 1991, p. 368-379.

19 Ibid., p. 379.

20 Ibid., p. 377.

21 Ibid., p. 378.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 377.

24 Epistémon [D. Anzieu], Ces idées qui ont ébranlé la France : Nanterre (novembre 1967-juin 1968), Paris, Fayard, 1968, p. 22.

25 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), thèse, Paris I-Panthéon Sorbonne, 2011, p. 53-54.

26 Archives Ricœur, inventaire 3, dossier 41/B3.

27 Paul Ricœur, « Réforme et révolution dans l’Université », Le Monde, 9, 11 et 12 juin 1968, reproduit dans P. Ricœur, Lectures 1 : Autour du politique, op. cit., p. 380-397.

28 Ibid., p. 392.

29 Ibid., p. 393.

30 Ibid., p. 387.

31 Ibid., p. 386.

32 Ibid., p. 381.

33 R. Rémond, La règle et le consentement : gouverner une société, Paris, Fayard, 1979, p. 107.

34 Archives départementales des Hauts-de-Seine, versement 1208W, article 2, PV du conseil transitoire de gestion de la faculté des Lettres de Nanterre, 17 avril 1969. Ricœur a été élu au premier tour par 34 voix sur 56. Il précise qu’il avait pour lui la quasi-totalité des étudiants, la majorité des assistants et la minorité des professeurs. Voir P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 63.

35 Archives Ricœur, Inventaire 3, dossier 43/B3, Paul Ricœur, lettre non envoyée.

36 Archives départementales des Hauts-de-Seine, versement 1208W, article 2, propos de Paul Ricœur rapportés dans le PV du conseil transitoire de gestion de la faculté des Lettres de Nanterre, 17 avril 1969.

37 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 108.

38 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), op. cit., p. 125-127.

39 Ibid., p. 130-141.

40 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 263.

41 P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 65.

42 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 109.

43 Ibid.

44 Les membres de la GP cherchent à faire advenir la révolution prolétarienne en conjuguant gauchisme et néo-léninisme à travers le maoïsme. Il faut une avant-garde, mais elle doit sans cesse être régénérée par le contact des masses. Voir J.-P. Le Goff, Mai 68, l’héritage impossible, Paris, La Découverte, 1998, p. 151 et suivantes. Les étudiants, bien qu’ils ne soient pas prolétaires peuvent constituer cette avant-garde à condition qu’ils aillent « s’établir » en usine pour se purifier de leur mentalité « petite bourgeoise ». Voir V. Linhart, Volontaires pour l’usine : vies d’établis, 1967-1977, Paris, Le Seuil, 1994.

45 Michelle Manceaux, « Les nouveaux “partisans” », Le Nouvel observateur, 10 mars 1970, p. 54 et Jean Grech (ancien membre de la GP à Nanterre), entretien avec l’auteur, 16 décembre 2009.

46 Marcelle Padovani, L’Express, 2-8 mars 1970, p. 47.

47 Voir le compte rendu qu’en fait le journal de la GP : La Cause du peuple, 13 mars 1970.

48 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 112.

49 Jean Grech, entretien avec l’auteur, 16 décembre 2009.

50 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 112.

51 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 478.

52 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), op. cit., p. 166-168.

53 Marcelle Padovani, L’Express, 2-8 mars 1970, p. 47.

54 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 113-114.

55 Il se voit imposer par son médecin quinze jours de repos du 3 au 17 février. Voir F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 480.

56 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 111.

57 P. Riché, C’était un autre millénaire : souvenirs d’un professeur de la communale à Nanterre, Paris, Taillandier, 2008, p. 207.

58 F. Dosse, Paul Ricœur : les sens d’une vie, op. cit., p. 480.

59 Paul Ricœur, communiqué, 25 février 1970, archive Pierre Riché.

60 Jean Grech, entretien avec l’auteur, 16 décembre 2009.

61 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 1, dossier 9.

62 C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), op. cit., p. 174-177.

63 Ibid., p. 183-184.

64 Emmanuel Rémond, entretien avec l’auteur, 4 juin 2008.

65 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 2, dossier 1, lettre de Paul Ricœur aux membres du conseil transitoire de gestion, 16 mars 1970. Olivier Guichard lui répond par une lettre personnelle, en date du 17 mars 1970, dans laquelle il lui fait part, tout en contestant ses propos sur les modalités de l’intervention de la police, de ses remerciements : « En acceptant la démission que l’état de votre santé vous a contraint à me présenter, je voudrais vous remercier de l’imagination et de la générosité avec lesquelles vous avez assumé vos fonctions. Je regretterai d’autant plus votre départ que votre action montrait d’une façon exemplaire que l’universitaire n’a pas seulement des responsabilités à l’égard du Savoir mais aussi à l’égard de l’institution elle-même », archives Ricœur, inventaire 3, dossier 46/B3.

66 Le Figaro, 4 mars 1970.

67 Archives INA, journal télévisé de la deuxième chaîne, mardi 17 mars 1970, 20 heures.

68 P. Ricœur, La critique et la conviction, op. cit., p. 66.

69 R. Rémond, La règle et le consentement, op. cit., p. 119.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site