Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Deuxième partie. L’histoire plurielle de l’éclatement de l’Université de Paris

Tolbiac, haut lieu des luttes étudiantes (1973-1989)

Marina Marchal

Texte intégral

1Lieu de vie et d’étude original, le centre Tolbiac de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne a été façonné dès les premières années d’enseignement par la multiplicité des mouvements étudiants actifs dans l’établissement. Cette contribution se propose de revenir sur la façon dont y sont abordés aussi bien les « combats locaux » que les grandes luttes contre les réformes gouvernementales entre 1973 et 1989, année de grève des personnels ATOS (personnels administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé). Elle s’attache notamment à montrer comment, dans le climat contestataire de l’après Mai 68, le site de Tolbiac est devenu le lieu de toutes les contestations, le théâtre d’une effervescence militante sans pareil, qui lui valut le surnom de « Tolbiac la Rouge » en référence aux nombreux groupuscules d’extrême-gauche qui gravitaient sur le site. Au-delà des considérations matérielles, qui constituent le terreau des luttes à l’échelle locale, le site de Tolbiac se fait l’écho des mouvements d’ampleur nationale notamment lors de la grève contre le plan Saunier-Seïté en 1976 ou encore lors du mouvement de l’hiver 1986 contre la loi Devaquet, au cours duquel les étudiants de Tolbiac sont particulièrement impliqués et participent à la coordination nationale. Comment sont appréhendées les grandes réformes des années soixante-dix, quatre-vingt au centre universitaire de Tolbiac ? Quelles sont les revendications plus locales liées à la structure du site et de quelle manière sont-elles abordées par cette multitude de mouvement ? La première partie de cet exposé revient sur les premières réactions des étudiants lorsqu’ils découvrent le bâtiment à la rentrée 1973, tandis que la seconde fait un point sur l’impact des revendications nationales à Tolbiac dans les années 1970 et 1980.

2Ce travail pose notamment la question des sources disponibles, de leur accessibilité et donc de la faisabilité d’une telle recherche lorsque l’on connaît les difficultés à travailler sur ces sujets dont les institutions n’ont que très peu rendu compte et dont le mouvement étudiant a souvent perdu la trace. Il est d’ailleurs nécessaire de faire un bref bilan des sources auxquelles nous avons pu avoir accès, celles qui mériteraient d’être analysées davantage dans le cadre d’un master ou d’une thèse, cette contribution n’étant qu’un aspect de ce qui pourrait être étudié sur le long terme. Le service des archives de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne possède un fonds de tracts collectés pour la plupart pendant les premières années d’existence du centre universitaire en 1973-1974. Les procès-verbaux des Conseils de gestion de l’université Paris I constituent également une source riche en informations sur la gestion des mouvements étudiants à Tolbiac. Certains sont encore conservés aux services des archives de Paris I, d’autres ont été versés aux Archives nationales, sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Le fonds du SCARIF (Service constructeur des académies de la région Île-de-France), conservé aux Archives du rectorat de Paris, revêt un intérêt particulier pour l’étude de la construction de ce lieu d’étude atypique. Enfin, la Cité des mémoires étudiantes conserve des fonds d’archives d’associations et de militant(e)s étudiant(e)s, dont certains ont contribué à la réalisation de cette recherche : le fonds Sorbonne(s) Nouvelles, journal étudiant auparavant journal de grève, crée lors du mouvement contre la loi Devaquet en 1986 et le fonds Philippe Léon, militant étudiant des années 1970 ayant eu notamment des responsabilités au Mouvement d’action et de recherche critique (MARC) par exemple. Les archives du journal Sorbonne(s) Nouvelles sont riches d’une collection de journaux étudiants franciliens qui témoignent de la vie quotidienne des étudiants de Tolbiac pendant et entre les mouvements. Les fonds de militants, à l’instar de celui de Philippe Léon, contiennent parfois des archives universitaires qui, en plus des archives d’organisations, de syndicats, complètent les documents conservés par l’université.

3Il est évident que d’autres sources seraient à dépouiller pour mener à terme cette recherche. Les archives des renseignements généraux, plus difficiles d’accès, donnent certainement une toute autre version des incidents nombreux recensés à Tolbiac. La consultation de la presse parisienne, francilienne et même nationale sur cette période pourrait être prolixe.

Une ouverture pour le moins agitée

  • 1 S. Le Vot, « Les enjeux architecturaux de la démocratisation de l’université : le Centre multidisc (...)

4Le centre universitaire de Tolbiac ouvre ses portes et accueille ses premiers étudiants à la rentrée 1973. Il est destiné à abriter la faculté de Lettres et de Sciences humaines de l’université Paris I. Construit au lendemain des événements de mai 1968, il a été pensé pour incarner une forme de renouveau avec le retour au calme. C’est à l’automne 1970, à la suite du partage des bâtiments appartenant à l’Université de Paris, que le ministre de l’Éducation nationale, Olivier Guichard, s’engage à faire construire un centre universitaire sur le terrain de la rue de Tolbiac. L’objectif principal est alors de remédier à la dispersion des implantations de l’institution pour faciliter son fonctionnement. Il s’agit aussi et surtout de regrouper en un seul lieu les étudiants de premier cycle de Paris I répartis jusqu’alors dans différents établissements1.

  • 2 Ibid.

5Le bâtiment s’élève parmi les autres tours du secteur Italie. Lorsque l’université Paris I décide de l’implantation dans ce secteur de sa faculté de Sciences humaines, destinée à recevoir 8 000 étudiants, le parti pris de la verticalité s’impose. Un choix encore renforcé par les dimensions exiguës du terrain – une parcelle triangulaire de 4 700 m2 à peine. Michel Andrault et Pierre Parat conçoivent alors un édifice audacieux qui résout, par un travail plastique et structurel subtil, les nombreuses contraintes inhérentes au programme et à la complexité du tissu urbain environnant. Le projet est présenté pour la première fois au public le 16 novembre 1971 par l’intermédiaire d’une maquette. Déjà, les premières contestations se font jour, dénonçant l’absence de restaurant universitaire, le manque d’espaces verts, mais surtout la concentration considérable des effectifs étudiants par rapport à la surface du futur édifice2. La tour Tolbiac reste tout de même comme un témoignage fort de l’architecture du tournant des années 1970. Une demande récente pour obtenir le label « Patrimoine du XXe siècle » a d’ailleurs été déposée par la présidence de l’université.

  • 3 J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse (...)
  • 4 R. Vila, « Le couple Mouvement d’Action et de Recherche Critique (MARC)/CFDT face à la participati (...)
  • 5 R. Morder, « Le Mouvement d’action syndicale », La revue de l’Université, no 19, 1999.

6Au début des années soixante-dix, alors que le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter et pousse à l’instauration de nouveaux diplômes et à la création de nouvelles filières souvent à vocation courte et professionnelle, le mouvement étudiant français est en pleine décomposition. L’Union nationale des étudiants de France est alors divisée en deux syndicats depuis 1971, l’UNEF-US (Union syndicale) de tendance trotskystelambertiste et l’UNEF-Renouveau qui rassemble communistes, radicaux de gauche et étudiants de la Convention des institutions républicaines3. Progressivement l’ancien modèle de la représentation unique prend fin et la pluralité s’impose dans tout l’échiquier politico-syndical étudiant. Il y a les deux UNEF, le Mouvement d’action et de recherche critique (MARC)4 soutenu par la CFDT et s’affirmant en faveur d’un socialisme révolutionnaire, puis en 1976 le Comité pour l’organisation du syndicat des étudiants en France (COSEF), un mouvement étudiant socialiste qui rejoint l’UNEF-US en 1978, le Mouvement d’action syndicale (MAS) qui prône l’autogestion et participe à la création de l’UNEF-ID en 19805, les comités de luttes et d’action. De l’autre côté, la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF) née d’une scission de l’UNEF en 1961, l’Union nationale interuniversitaire (UNI) née en 1968 et regroupant étudiants, professeurs et lycéens, le Comité de liaison étudiant pour la réforme universitaire (CLERU) pour les plus importants. Plutôt positionnés à droite de l’échiquier politique, le CLERU et la FNEF fusionnent dans une confédération nationale des étudiants de France. La plupart de ces structures se retrouvent et s’affrontent au sein du centre universitaire de Tolbiac.

  • 6 J.-P. Legois, A. Monchablon, R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, op. cit., p. 104.

7En 1973, les étudiants se mobilisent contre la réforme Fontanet instituant le DEUG et simultanément contre la loi Debré qui réforme les sursis militaires. Le mouvement est fort et s’étend à tout le secondaire, y compris les lycées et les collèges techniques. Sursis et DEUG sont perçus comme un dispositif commun sélectif. Du 22 mars au 10 avril, la grève est générale et 500 000 jeunes manifestent dans 300 villes. Le mouvement est animé par une coordination lycéenne, nationale, dotée d’un « collectif » à majorité Ligue communiste, avec la présence de l’Alliance des jeunes pour le socialisme (AJS), l’Alliance marxiste révolutionnaire (AMR) et Révolution. Un « intercollectif » réunit la coordination de l’enseignement technique initiée par Lutte ouvrière et les coordinations lycéennes et étudiantes. Après le 22 mars, l’Union nationale des comités d’action lycéens (UNCAL) et l’UNEF-Renouveau acceptent d’entrer dans les coordinations et une manifestation est co-organisée le 9 avril avec les confédérations syndicales de salariés obligées de reconnaître les diversités de la représentation des jeunes scolarisés. L’UNEF appelle à l’unité de tous les syndicats contre la réforme Fontanet. À Tolbiac, le Comité Rouge Tolbiac, structure réunissant les sympathisants et les militants de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), dénonce également le DEUG et les étudiants reçoivent le soutien de syndicats de salariés comme le SNPESB : Syndicat national des personnels de l’enseignement supérieur et des bibliothèques. Finalement, Le DEUG et la réforme des sursis sont retouchés, pas supprimés. La coordination fait son entrée lors de ce mouvement. C’est une modalité qui apparaît unitaire en mettant sur le même pied toutes les organisations, et démocratique, en soumettant au suffrage de la base tant les propositions que les modalités d’action lors des grandes mobilisations6.

  • 7 Le centre universitaire de Tolbiac fut doté d’un restaurant universitaire en 1991.
  • 8 C. Hottin, « Architectures des universités parisiennes et franciliennes, 1945-2000. Journée d’étud (...)
  • 9 Archives de l’université Paris I, tracts AGE UNEF Paris 1, s. d.

8Localement, sont dénoncés l’absence de cafétéria mais aussi de restaurant universitaire7, de pelouse, le manque d’espaces dédiés à la vie étudiante, etc. C’est finalement l’architecture, la structure globale du site de Tolbiac qui est d’emblée remise en cause et sera inlassablement critiquée par le mouvement étudiant pendant quarante ans. L’absence de restaurant universitaire devait permettre aux étudiants de fréquenter les restaurants d’entreprise ou les restaurants de proximité dans l’idée d’ouvrir l’université sur la ville. Pourtant, pour les étudiants, rien n’est laissé au hasard, il s’agit d’éviter que mai 1968 ne se reproduise… Un sol parsemé de galets, un cloisonnement par étage permettent d’éviter les regroupements massifs. Les syndicats de salariés réagissent pour la plupart de manière identique. Or finalement avec sa superficie restreinte et son entrée unique qui rendent les blocages plus aisés et les piquets de grève efficaces, Tolbiac se révèle particulièrement adaptée à la contestation étudiante8… D’après un tract de l’association locale de l’UNEF, dès l’ouverture tout était fait pour empêcher les étudiants d’aller au bout de leurs quatre ans d’études, le centre universitaire ne comprenant pas de bibliothèque, de restaurant universitaire, d’équipement social9. Une pétition est rapidement lancée pour obtenir les crédits nécessaires auprès du ministère. Le discours est sensiblement le même pour l’AJS-AER, qui contrôle l’UNEF-US, et d’autres groupes ou groupuscules qui dénoncent de manière plus ou moins ironique la construction de Tolbiac.

9 Le Cercle des diffuseurs de Rouge de Tolbiac, qui fait référence au maintien de la diffusion du journal Rouge de la LCR malgré sa dissolution entre 1973 et 1974, dénonce une Fac Caserne comparable à la Tour Maine Montparnasse :

« “Enfin notre nouvelle faculté de Tolbiac est sortie de terre, le ministère peut être fier de son œuvre, elle est laide à faire peur…” L’Organisation communiste Révolution évoque “Le Charme discret de Tolbiac… symbole de l’université moderne, design dans un quartier en pleine rénovation ; une série de cubes sur pilotis, un métro vertical pour atteindre les étages supérieurs, un dédale de couloirs, un labyrinthe de salles, un hall pavé de galets (pour vous empêcher d’y rester trop longtemps), bref un amas de béton et de verre qui rivalise avec la Tour Maine Montparnasse. Et surtout aucun endroit pour se regrouper, pas de cafétéria, pas de restau U, pas de pelouse”. »

  • 10 Archives de l’université Paris I, tract MARC, s. d.

10Enfin, le MARC parle de « fac des courants d’airs et des ventres creux […] La bibliothèque des 5e et 6e étages a certes une très belle moquette mais pas de tables, pas de chaise, pas de livres, pas de bibliothécaire10 ». Le manque de personnel à la bibliothèque est quelque chose qui inquiète l’université elle-même et qui sera à l’ordre du jour d’un certain nombre de conseils d’administration de l’université.

  • 11 Archives de l’université Paris I, pétition UNI Paris 1, s. d.

11À droite, l’UNI-Paris I dénonce également l’absence de restau U et d’espaces verts mais également l’existence une administration « marxisée » et le fait que la politique prenne le pas sur le travail11.

Les revendications nationales et locales des années 1970 et 1980

  • 12 Archives de l’université Paris I, tract GAJ, novembre 1973.
  • 13 Archives de l’université Paris I, tract AMR, novembre 1973.
  • 14 Archives de l’université Paris I, tract unitaire (AJS, Étudiants socialistes, MARC, PSU, Révolutio (...)

12Les années 1970 sont marquées en France par une opposition violente des mouvements qualifiés d’extrême gauche et d’extrême droite. Tolbiac deviendra le lieu d’affrontements quotidiens de ces mouvements extrémistes davantage encore que sur les sites universitaires de Nanterre ou de Jussieu. Tout à droite de l’échiquier politique, le Groupe action jeunesse (GAJ), mouvement fraîchement créé en février 1973 par plusieurs militants d’Ordre nouveau et anciens du Groupe union défense (GUD), appelle tous les étudiants anti-marxistes à se regrouper sous son sigle, « seule une lutte active sera efficace pour abattre l’ordre rouge12 ». À l’extrême gauche, l’AMR, mouvement trotskiste de tendance pabliste, proche des idées libertaires, créé en 1969, affiche un message sans équivoque : « À bas les bandes de nazillons ! Auto-défense de masse ! Non à l’asphyxie des étudiants ! À bas l’université capitaliste13. » À l’automne 1973, un tract unitaire AJS, étudiants socialistes, MARC, Parti socialiste unifié (PSU), Révolution, Rouge et UNEF dénonce « une attaque de 40 nervis du GAJ, armés de barres de fer, de cocktails molotov, grenades fumigènes, dans les facultés de Tolbiac et de Censier14 ». La direction du Centre universitaire interpelle les étudiants en faisant le bilan chiffré des attaques des commandos du GAJ les 19 octobre et 9 novembre 1973 et des actions des groupes « Rouge » et « Révolution », et finit par interdire un meeting du GAJ.

  • 15 J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, op. cit., p. 10 (...)
  • 16 Archives de l’université Paris I, courrier d’Hélène Ahrweiller daté du 6 mars 1976.

13En 1976, une grande grève a lieu contre le plan Saunier-Seïté, introduisant une réforme générale du deuxième cycle avec la licence et la maîtrise. Le gouvernement reçoit les syndicats mais refuse de recevoir la coordination nationale. La plus longue grève étudiante qui se soit déroulée en France au XXe siècle, est sans doute celle de 1976, qui dure trois mois, de mars à mai, soit quasiment la moitié de l’année universitaire. Cette grève a alors pour but d’empêcher la réforme du second cycle qui crée de nouvelles filières et est interprétée par les étudiants comme une tentative de professionnaliser l’université et d’accroître la sélection. Elle correspond au modèle désormais classique : assemblées générales, coordinations nationales des délégués, décisions de manifestations, désignation d’un collectif national représentant la coordination, etc. Les deux UNEF acceptent de rencontrer le ministère tandis que la coordination s’y refuse. L’UNEF-US rend compte à la coordination de ses entrevues avec le ministre. Mais la coordination échoue et la réforme n’est finalement pas retirée. C’est à ce moment qu’est crée le MAS par le MARC ainsi que par des étudiants du PSU et des étudiants socialistes proches de Michel Rocard, la confédération syndicale CFDT apportant son appui. Rejetant le « corporatisme des deux UNEF, le MAS se veut un outil syndical intégrant les aspirations et expériences nouvelles des étudiants. Il prône des propositions alternatives, « le contrôle étudiant » et l’auto-organisation15. À Paris I la présidente de l’université, Hélène Ahrweiller, envoie un courrier au Pr Deshayes, coordinateur des sciences humaines à Tolbiac pour inciter les enseignants à rester à l’université même si ils n’ont pas de cours à assurer afin éviter les débordements : « La grève déclenchée par certains mouvements étudiants risque de se poursuivre la semaine prochaine. Afin d’éviter des incidents et certains débordements au centre Tolbiac, il serait souhaitable que des enseignants se trouvent sur place indépendamment du déroulement de leur enseignement16. » Un inventaire est fait du matériel détruit à Tolbiac du fait des événements d’avant les vacances de printemps avec une mention particulière pour le matériel « spécial » trouvé dans les locaux réservés à certains mouvements étudiants, des caisses de bouteilles destinées à servir de projectiles et remplies de cailloux et gravats. La réforme est finalement abandonnée.

14Deux ans plus tard en région parisienne, les élections universitaires sont sabotées par les autonomes à Jussieu et à Nanterre où les salles des urnes sont saccagées. À Tolbiac, des concerts punk sont organisés dans les amphithéâtres pour empêcher les cours. De nouveau, la présidente de l’université rend compte, dans un courrier aux membres de l’université, des événements ayant eu lieu à la mi-novembre 1978, dénonçant l’installation d’éléments extérieurs à l’université se disant « autonomes » et leur action à caractère délictueux.

15Progressivement, et surtout à partir de 1976, Tolbiac prend la place de Nanterre dans le paysage des luttes étudiantes. Leurs surnoms respectifs de « Nanterre la Rouge », donné dès l’ouverture dans les années soixante, et « Tolbiac la Rouge » témoignent d’une filiation évidente entre les deux établissements qui restent marqués par une activité militante débordante jusque dans les mouvements les plus récents. Mais dès son ouverture, et peut-être du fait des critiques sévères dont il fait l’objet de la part des étudiants, le centre universitaire de Tolbiac devient le lieu de toutes les contestations. Les étudiants ayant eu d’emblée le sentiment que l’institution voulait les enfermer, les empêcher de faire entendre leur voix, la rébellion n’en fût que plus grande. Le rassemblement de disciplines comme le droit et les sciences humaines venues d’universités « politiquement opposées », l’université Panthéon-Assas et l’université Sorbonne nouvelle, ont pu participer à la progression de cette effervescence militante et cette diversité des mouvements si particulière à Tolbiac.

16Après l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République en 1981, l’UNEF-ID accepte la participation aux élections universitaires. Elle présente des listes dans la plupart des conseils d’UER au même titre que l’UNEF-Renouveau. Alain Savary, à la tête du ministère de l’Éducation nationale engage une concertation. La « commission Jeantet » élabore un questionnaire en direction des conseils et auditionne les syndicats étudiants. La présence de l’UNEF-ID, à forte tendance socialiste, lui donne une certaine proximité avec le pouvoir. C’est la droite universitaire qui, reprenant à son compte le répertoire traditionnel du « mouvement », descend dans la rue pour critiquer la réforme tandis que l’UNEF-Renouveau soutient Savary et manifeste « pour une bonne réforme ». Aucun événement majeur n’est à recenser au centre universitaire de Tolbiac. La loi est finalement adoptée et promulguée le 24 janvier 1984. Elle se place dans la lignée de la loi Faure de novembre 1968. Au sein des universités, la loi augmente le nombre des conseils centraux et le fait passer de deux à trois : conseil d’administration, conseil des études et de la vie universitaire et conseil scientifique. Cette disposition est destinée à renforcer la démocratie au sein des établissements. Elle confirme également l’existence d’une Conférence des chefs d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel, plus connue sous le nom de Conférence des présidents d’université.

  • 17 Journal Le Pavé, 2 décembre 1986, archives Sorbonne(s) Nouvelles, Cité des mémoires étudiantes.

17En 1986, la victoire de la droite aux élections législatives place de nouveau l’UNEF-ID, dont la direction est passée du Parti communiste internationaliste au Parti socialiste, dans l’opposition. Le projet Devaquet, qui souhaite rétablir la sélection entre les bacheliers et prévoit une hausse des droits d’inscription et une plus grande autonomie financière des universités, provoque des manifestations. Dès le début du mois de novembre, les universités de Caen et de Villetaneuse se mettent en grève. Chaque semaine, une manifestation nationale est organisée à Paris. Elles rassemblent jusqu’à un million d’étudiants, tournent systématiquement à l’émeute et deviennent de plus en plus violentes. Le 4 décembre, la Sorbonne est occupée. Un manifestant a la main arrachée en ramassant une grenade. Le lendemain, la police fait évacuer la Sorbonne et un étudiant, Malik Oussekine, meurt sous les coups de policiers (6 décembre 1986), dans la rue Monsieur-le-Prince. Le 8 décembre, Jacques Chirac est contraint de renoncer à sa réforme et Alain Devaquet est obligé de démissionner. À Tolbiac, le journal étudiant Le Pavé décrit le quotidien de l’établissement pendant le mouvement et rend compte notamment de l’occupation des locaux par les étudiants en expliquant à l’aide d’un schéma comment fonctionnent les assemblées générales et coordinations étudiantes à Tolbiac : « Vous avez dormi cette nuit ; bien… des copains ont veillé ici en occupant la fac. Un reportage comme si vous y étiez17… » Il devient ensuite un véritable journal d’information, critique et caustique, à destination des étudiants du centre universitaire. Il publie par exemple très régulièrement une histoire, sous forme de BD, de « l’université spatiale de Tohl-Bihac » largement inspirée de la saga Star Wars.

Illustration 1. – Archives Sorbonne(s) Nouvelles, Cité des mémoires étudiantes, Le Pavé, no 1, décembre 1986.

18Le mouvement étudiant se veut solidaire d’autres luttes « universitaires », celles des enseignants-chercheurs mais aussi celles des autres personnels qui composent l’université.

19En 1989, alors que le ministre Lionel Jospin légifère sur la distribution des crédits et des moyens aux organisations élues au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) en fonction des résultats électoraux, à Tolbiac les personnels ATOS sont en grève. Ils dénoncent l’indécence de leurs salaires et expriment avec détermination leur refus des conditions de vie et de travail inacceptables qui sont les leurs par un appel à une grève reconductible quotidiennement. Le vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) Philippe Campinchi (qui deviendra président de l’UNEF-ID) apporte son soutien aux revendications des personnels ATOS. Il adresse un courrier au président de l’université Georges Haddad où il relaie l’inquiétude des étudiants face aux conséquences que pourrait avoir un tel mouvement sur leurs études s’il venait à durer.

*

20À l’instar d’universités comme Nanterre ou encore Jussieu dont les conditions de la vie étudiante médiocres sont dénoncées régulièrement depuis leur construction, le centre universitaire de Tolbiac devient le lieu de toutes les contestations dès les premières rentrées dans les années soixantedix jusqu’aux mouvements étudiants les plus récents. Les premiers étudiants qui découvrent le site en 1973 y virent d’emblée une volonté gouvernementale d’y limiter la vie étudiante pour éviter un second Mai 1968 et les débordements qu’avait pu connaître Nanterre en son temps. Ce sentiment reste prégnant chez les étudiants de Tolbiac pendant toutes ces années. Le site s’est révélé particulièrement propice à la contestation étudiante. Les mouvements de ces dernières années contre le contrat première embauche, la loi d’autonomie des universités ont été particulièrement actifs à Tolbiac et mériteraient que l’on s’y attarde. Les luttes sociétales menées par les étudiants de Tolbiac dans les années soixante-dix, pour la dépénalisation de l’avortement ou encore le soutien à la lutte des salariés de LIP sont aussi des sujets sur lesquels les tracts retrouvés dans les archives de Paris I apportent un certain nombre d’éléments.

Notes

1 S. Le Vot, « Les enjeux architecturaux de la démocratisation de l’université : le Centre multidisciplinaire Tolbiac entre recherche sculpturale et dimension constructive », É. Marantz et S. Méchine (dir.), Construire l’université. Architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 147-161.

2 Ibid.

3 J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, 2007, p. 99.

4 R. Vila, « Le couple Mouvement d’Action et de Recherche Critique (MARC)/CFDT face à la participation étudiante : une tentative de “troisième voie” ? », Les cahiers du GERME, no 29, 2010-2011, p. 66-72.

5 R. Morder, « Le Mouvement d’action syndicale », La revue de l’Université, no 19, 1999.

6 J.-P. Legois, A. Monchablon, R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, op. cit., p. 104.

7 Le centre universitaire de Tolbiac fut doté d’un restaurant universitaire en 1991.

8 C. Hottin, « Architectures des universités parisiennes et franciliennes, 1945-2000. Journée d’études organisée par les Universités Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, Paris I Panthéon-Sorbonne et le service des Archives de la Chancellerie des Universités de Paris, Saint-Denis, 19 octobre 2012 », In Situ [en ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 février 2013.

9 Archives de l’université Paris I, tracts AGE UNEF Paris 1, s. d.

10 Archives de l’université Paris I, tract MARC, s. d.

11 Archives de l’université Paris I, pétition UNI Paris 1, s. d.

12 Archives de l’université Paris I, tract GAJ, novembre 1973.

13 Archives de l’université Paris I, tract AMR, novembre 1973.

14 Archives de l’université Paris I, tract unitaire (AJS, Étudiants socialistes, MARC, PSU, Révolution, Rouge, UNEF), novembre 1973.

15 J.-P. Legois, A. Monchablon et R. Morder (dir.), Cent ans de mouvements étudiants, op. cit., p. 104.

16 Archives de l’université Paris I, courrier d’Hélène Ahrweiller daté du 6 mars 1976.

17 Journal Le Pavé, 2 décembre 1986, archives Sorbonne(s) Nouvelles, Cité des mémoires étudiantes.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Archives Sorbonne(s) Nouvelles, Cité des mémoires étudiantes, Le Pavé, no 1, décembre 1986.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

Auteur

Cité des Mémoires étudiantes

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site