Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Deuxième partie. L’histoire plurielle de l’éclatement de l’Université de Paris

Le passage de l’ancien au nouveau régime universitaire ou les limites de l’autonomie, l’exemple de Paris VII

Arnaud Desvignes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque le ministre Edgar Faure obtient le vote à l’unanimité de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur le 12 novembre 1968, il pense sans doute que l’enseignement supérieur va entrer dans une nouvelle ère, celle de l’autonomie des universités. La loi Faure traduit en effet la volonté de s’affranchir de structures héritées de l’Université impériale fondée en 1806-1808 et insuffisamment réformées sous la IIIe République, soumettant les universités à la tyrannie des facultés1. La loi invite les nouvelles universités à rédiger elles-mêmes leurs propres statuts dans un cadre défini : elles vont disposer chacune d’un président, d’un conseil d’université et d’un conseil scientifique élus. Les étudiants sont invités, pour la première fois, à voter pour élire les futurs membres de ces mêmes conseils. Enfin, les universités obtiennent la possibilité de répartir le budget alloué par l’État au sein de leurs nouvelles unités d’enseignement et de recherche (UER) qui se substituent aux ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540