Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Deuxième partie. L’histoire plurielle de l’éclatement de l’Université de Paris

De l’Université de Paris à la chancellerie des universités de Paris. Le rôle de Pierre Bartoli, 1951-1978

Marie-Claude Delmas

Texte intégral

1La transformation de la prestigieuse Sorbonne en trois académies et treize universités franciliennes est considérée dans la mémoire collective comme la conséquence de ce qu’on appelle « les événements de mai 1968 » et de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur votée le 12 novembre 1968. Pendant les Trente Glorieuses l’explosion démographique connue sous le terme de baby-boom et la démocratisation de l’enseignement secondaire et supérieur ont provoqué l’augmentation du nombre des lycéens et étudiants. Elle a entraîné la croissance de l’administration rectorale passée de cinquante personnes au début des années 1950 à près d’un millier à la fin des années 1970. Elle s’est accompagnée du développement des œuvres universitaires en faveur des étudiants et d’une vague de constructions universitaires sans précédent hors du Quartier latin, comme Censier ou Jussieu et hors de Paris, comme Orsay ou Nanterre. Ces adaptations nécessaires sont le résultat des choix, du travail, et même du combat, des hommes qui avaient en charge la Sorbonne.

2C’est donc l’histoire méconnue ou mal connue de l’action menée par trois recteurs successifs de l’Académie de Paris, Jean Sarrailh (1947-1961), Jean Roche (1961-1969) et Robert Mallet (1969-1980), secondés par le même secrétaire général, Pierre Bartoli, qui a dirigé les services administratifs de 1951 à 1976, qui est étudiée ici. Elle s’appuie essentiellement sur les archives de l’administration du rectorat conservées aux Archives nationales et aux Archives de Paris mais aussi sur les archives privées de P. Bartoli déposées aux Archives nationales. Les minutes et les notes personnelles de celui-ci ont la puissance du vécu, l’intensité de l’action et complètent la froideur des dossiers de l’administration.

La Sorbonne, institution majeure de l’Université française

  • 1 Voir J.-B. Piobetta, Les institutions universitaires, Paris, PUF, 1951.
  • 2 De 1854 à 1961, Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, Marne, Cher, Loir-et-Cher, Eure, Eure-et-Loi (...)
  • 3 Maurice Guyot, secrétaire général de 1919 à 1951, année de son départ à la retraite.

3On peut rappeler qu’alors un recteur a une situation spécifique et exerce un rôle particulier aux institutions universitaires françaises. Sous le titre de « recteur de l’Académie, président du conseil de l’Université », il est le chef de l’Université, il en préside le conseil et la représente dans tous les actes de la vie administrative et civile, mais en même temps, il est dans la circonscription territoriale, l’académie, le représentant du ministre de l’Éducation nationale exerçant son autorité sur tous les établissements d’enseignement (premier degré, second degré, technique, supérieur) et sur tout ce qui relève de ce ministère1. Sous le nom Sorbonne, celui d’un bâtiment, on désigne à la fois le siège de l’Académie de Paris qui s’étend sur le territoire de neuf départements2 et son Université, la plus importante et la plus prestigieuse de France. C’est pourquoi l’administration de la Sorbonne a été soumise, jusqu’en 1920 à un régime particulier. Le ministre de l’Instruction publique en était le recteur, les fonctions rectorales étant exercées par un vice-recteur, de facto vice-ministre de l’enseignement supérieur. À partir de 1920, c’est un recteur en titre qui exerce la double fonction : assisté de huit inspecteurs d’académie, il représente la puissance publique dans le ressort de l’Académie de Paris dont il a la charge et le corps particulier de l’Université de Paris, qui compte cinq facultés (droit, médecine, sciences, lettres, pharmacie) dirigées chacune par un doyen, ainsi que plus de trente instituts et les grands établissements. Auprès de lui un secrétaire général3, en même temps secrétaire général de l’Université, dirige les services administratifs de l’Académie et de l’Université. Il occupe un poste alors seul de son espèce, mais indispensable en raison de la taille de cette université qui, en outre, possède un patrimoine intellectuel remarquable, certes, mais aussi un patrimoine matériel considérable, résultat de legs, donations et libéralités dont les dispositions juridiques sont multiples, qu’il faut entretenir et gérer.

  • 4 AD75, 3653 W 1. Dévolution des biens, 1971-1978 (dossier du recteur Mallet).

4Ce patrimoine se compose d’un portefeuille de valeurs mobilières, de meubles et objets précieux, et de biens immobiliers : 83 immeubles ou groupes d’immeubles, dont 23 terres ou immeubles de rapport en France et à l’étranger (Richelieu en Indre-et-Loire, Cherré dans la Sarthe, Souprosse dans les Landes, maison de Romain Rolland à Vézelay, château de Chillon en Suisse, villa Finaly à Florence, etc.), 24 immeubles à usage universitaire et scientifique (groupe d’instituts et de laboratoires rue Pierre-et-Marie-Curie), de stations scientifiques à Roscoff, Banyuls, Les Eyzies, l’Observatoire de Nice, etc. ; et enfin d’immeubles à usage para-universitaire comme la Cité internationale universitaire et l’Hôpital international de l’Université de Paris, ou encore de centres de santé4.

5La stature patrimoniale et institutionnelle de la Sorbonne dans la représentation symbolique de l’Université française est capitale. Lorsque le 22 janvier 1945, le général de Gaulle veut rendre un solennel hommage à l’Université, il choisit pour cette cérémonie la Sorbonne, où l’accueille le recteur Gustave Roussy qui vient d’être réintégré dans ses fonctions.

Illustration 1. – Hommage à l’Université française par le général de Gaulle, 22 janvier 1945. Grand amphithéâtre de la Sorbonne, le général de Gaulle, le recteur Roussy en toge, au premier plan les porteurs des masses des facultés, au fond, l’orchestre de la Garde républicaine. Coll. Bartoli, © PPL (Photo Presse Libération).

Les acteurs prépondérants : les recteurs et le secrétaire général

  • 5 Licencié en droit et diplômé de l’École libre des sciences politiques (section Finances publiques) (...)

6Jean Sarrailh, agrégé d’espagnol, a mené une carrière de professeur puis de recteur à partir de 1937. Ancien résistant, il est nommé directeur général de l’Éducation physique et des sports par René Capitant, mais il préfère dès 1946 retrouver son poste de recteur de l’Académie de Montpellier. En 1947, il succède à Gustave Roussy comme recteur de l’Académie de Paris. Jean Sarrailh, membre de l’Institut à l’Académie des sciences morales et politiques, jouit d’une audience considérable tant en France qu’à l’étranger. Il amplifie le rayonnement international de l’Université de Paris. Renouant avec une longue tradition, il procède par exemple au jumelage des universités de Paris et de Munich en 1955 devançant de huit ans les accords franco-allemands du traité de l’Élysée. En 1951, le recteur Sarrailh cherche un nouveau secrétaire général. Conscient des enjeux liés à l’afflux des jeunes à former et à la nécessaire démocratisation de l’enseignement, il voudrait un collaborateur jeune, mais expérimenté, capable de l’aider à conduire le changement René Capitant lui recommande P. Bartoli5.

Illustration 2. – Jean Sarrailh, s. d. Coll. Bartoli, © Les reportages de France.

7Intégré dans le corps des administrateurs civils, celui-ci est alors sous-directeur à la direction générale de l’Enseignement technique au ministère. Il est détaché dans les fonctions de secrétaire général de l’Académie et de l’Université de Paris le 1er octobre 1951. Il y restera plus d’un quart de siècle. Apprécié pour sa culture générale, sa rapidité et sa plume, pour sa discrétion, son calme et sa faculté naturelle à diriger sans heurts un personnel de plus en plus nombreux, P. Bartoli se forme auprès de J. Sarrailh, un « grand patron », à qui il apporte sa maîtrise des affaires budgétaires et financières et son expérience de l’administration moderne. Il devient ensuite le collaborateur efficace et sûr de J. Roche qui succède à Sarrailh de 1961 à 1969.

Illustration 3. – Maurice Guyot et Pierre Bartoli, s. d.
Les deux secrétaires généraux successifs de l’Académie et de l’Université de Paris de 1919 à 1976. Coll. Bartoli, © Jacques Le Madec.

8Jean Roche aussi est internationalement connu, mais dans un tout autre registre que son prédécesseur. Docteur ès sciences, docteur en médecine et docteur en pharmacie, membre de l’Institut à l’Académie des sciences et membre de l’Académie nationale de médecine, il est professeur au Collège de France. Ce grand savant poursuit et tente d’accélérer la politique de constructions et de réformes de l’enseignement, et doit gérer la crise de 1968 dans des conditions difficiles. Enfin Robert Mallet (1969-1980), chargé d’appliquer la loi d’orientation de l’enseignement supérieur et se heurtant aux problèmes posés par la gestion du patrimoine de l’Université, a su s’appuyer sur les connaissances juridiques et l’expérience de P. Bartoli pour faire admettre au ministère la création originale des chancelleries, sous la forme d’établissements publics.

Illustration 4. – Jean Roche, s. d. Coll. Bartoli, © Jacques Le Madec.

Une institution prestigieuse au rôle national et international exceptionnel

  • 6 Il faut faire une place particulière au Groupe de théâtre antique de la Sorbonne, fondé par les ét (...)

9À l’époque des Trente Glorieuses, de grandes cérémonies se tiennent dans la cour d’honneur de la Sorbonne. On peut citer quelques exemples : le 11 novembre 1947 en présence du président Auriol, l’inhumation dans la crypte de la chapelle des dépouilles de dix professeurs, deux étudiants et l’urne des cinq lycéens de Buffon fusillés par les Allemands, des hommages solennels à l’occasion des obsèques d’Irène Joliot-Curie en 1956, puis de Frédéric Joliot-Curie en 1958. Dans la chapelle, une messe est célébrée chaque premier dimanche de décembre à la mémoire du cardinal de Richelieu. Dans un coffret, le rectorat conserve son crâne, sa moustache et son auriculaire droit sauvés lors de la profanation de 1793 ; en décembre 1971 le recteur Mallet décide de l’inhumer dans la crypte lors de la messe annuelle. Le Grand amphithéâtre est le lieu de la rentrée de l’Université et des réjouissances de la « semaine de l’Université » qui l’accompagne, de la distribution des prix du concours général présidée souvent par le président de la République en personne, et des réceptions des docteurs honoris causa. De nombreuses personnalités du monde universitaire y sont reçues, mais aussi du monde politique international, pour lesquels la réception à la Sorbonne fait partie des visites rituelles d’un voyage officiel. D’autres événements culturels s’y déroulent régulièrement, concerts, représentations théâtrales6, événements marquants d’autres grandes institutions ou entreprises, car le « Grand amphi » avec ses 3 000 places environ d’alors est la plus grande « salle de spectacle » de Paris.

10Mais surtout, la Sorbonne est l’institution universitaire française par excellence. En 1949-1950, elle compte sept fois plus d’étudiants que celle de Lyon qui arrive au deuxième rang pour les effectifs, et en 1963-1964, quatre fois plus que l’université d’Aix-Marseille qui vient de bénéficier de l’afflux des rapatriés d’Afrique du Nord.

L’administration rectorale, une institution autonome

  • 7 Voir P. Rivé (dir.), La Sorbonne et sa reconstruction, Paris, Délégation de l’action artistique de (...)

11Les bureaux administratifs sont situés rue des Écoles, dans le bâtiment de la Sorbonne reconstruit par l’architecte Nénot entre 1885 et 19017. Ces bureaux, conçus pour une quinzaine d’employés, ont débordé en 1950 sur d’autres salles qui ont permis de loger une cinquantaine de personnes. Dès son arrivée en 1951, P. Bartoli réorganise l’administration, il augmente les effectifs et recrute des agents administratifs, ce qui permet aux inspecteurs d’académie de reprendre leurs missions d’inspection, il crée avec les Archives nationales une mission des archives au rectorat à l’instar de ce qui se fait dans les ministères. Mais il faut trouver des locaux pour cette administration. Sur les fonds propres de l’Université, le recteur achète successivement les immeubles du 18 et du 10 rue de la Sorbonne avec l’idée de continuer d’acquérir toute la rue pour construire un rectorat fonctionnel en face de la Sorbonne qui pourrait alors être réservée à l’enseignement.

12Malgré les amputations successives du ressort de l’Académie de Paris par les nouvelles Académies de Reims en 1961, d’Orléans en 1962, d’Amiens en 1964, malgré la partition en février 1972 de l’Académie de Paris en trois nouvelles Académies (Paris, Créteil et Versailles) et les redéploiements des locaux et du personnel qui s’ensuivent, les effectifs de l’administration rectorale de Paris essaiment dans tout Paris pour accompagner la croissance des effectifs scolaires et universitaires et gérer les nouveaux services qui leur sont offerts.

La construction de locaux universitaires, la réponse aux besoins des effectifs étudiants

Illustration 5. – Inauguration du Centre Censier, 30 septembre 1964. Georges Pompidou Premier ministre, Christian Foucher ministre de l’Éducation nationale, le recteur Jean Roche. Coll. Bartoli, © Service photographique de France-Soir.

  • 8 Voir sur certains bâtiments en infra É. Marantz et S. Méchine (dir.), Construire l’université. Arc (...)

13Le recteur Sarrailh engage une ambitieuse politique de construction. Pour la médecine, il achève une deuxième faculté rue des Saints-Pères, inaugurée en 1953 ; pour les sciences, un Institut de physique nucléaire est créé en 1955 par Irène Joliot-Curie, en 1958, on y installe un premier cycle de sciences avec Frédéric Joliot-Curie ; une deuxième faculté des Sciences, construite de 1958 à 1961 à Jussieu à l’emplacement de la Halle aux vins, est inaugurée en 1959 ; pour les lettres, le centre Albert-Chatelet est édifié en 1962 rue Jean-Calvin, une annexe de la faculté des Lettres est bâtie à Censier en 1964 et la même année commence la construction d’une deuxième faculté de Lettres et Sciences humaines à Nanterre, qui accueille dès 1964 ses premiers étudiants d’année propédeutique ; la construction de la deuxième faculté de Droit est terminée rue d’Assas en 19648.

14Il faut y ajouter près de quarante instituts : Institut des hautes études de l’Amérique latine, Administration des entreprises, Démographie, Statistiques, ainsi que des instituts professionnels comme le Travail, la Presse ou l’Urbanisme. Cette politique de construction menée par les recteurs était nécessaire pour accompagner la croissance des effectifs découlant de la démocratisation de l’enseignement supérieur. En 1950, on comptait 134 000 étudiants en France (59 000 dans l’Académie de Paris) ; en 1963-1964, 308 000 dont 101 000 dans l’Académie de Paris ; en 1965, malgré la réduction de son ressort, ils sont 110 000 dont 22 000 étrangers.

15Pourtant, en dépit de ces efforts, cela s’avère insuffisant. Dès le 28 janvier 1961, P. Bartoli avait présenté au Conseil supérieur de l’enseignement, Les perspectives de développement de l’université de Paris, validées par le conseil de l’Université du 28 octobre 1960 pour le IVe plan général d’équipement (1961-1965). Le Conseil supérieur est affolé par ses prévisions et voudrait imposer à l’Université de Paris d’inscrire moins d’étudiants sous le prétexte qu’elle accueille 38 % de l’ensemble des étudiants français et étrangers pour 22 % de la population nationale ! Mais cet argument n’est guère convaincant car les 9/10e des étudiants vivent dans le ressort de l’Académie de Paris. D’ailleurs :

  • 9 AN, 20000387/20. Rapport de P. Bartoli et compte rendu de la séance, 28 janvier 1961.

« L’Université ne pense pas que son prestige soit attaché à sa souveraineté sur la Marne, le Cher ou le Loir-et-Cher. De nouveaux centres universitaires n’apporteront de solutions [que s’ils sont accompagnés de la construction d’infrastructures comme les transports et le logement] et de changements profonds dans les traditions libérales de la vie en faculté9. »

  • 10 Cette politique menée par la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, cré (...)
  • 11 « L’Université de Paris et l’enseignement supérieur à Paris », Paris, Regards sur la France, no 26 (...)

16Certes, cela conduira, on l’a vu, à amputer l’Académie de Paris en créant trois nouvelles académies entre 1961 et 1964. En outre, la politique d’aménagement du territoire n’incite pas à faire des efforts pour les administrations de la région parisienne en général et pour l’Université de Paris en particulier10. C’est pourquoi, en 1965, lors de la préparation du Ve plan, le recteur Roche doute que suffisent les ressources qui sont allouées à l’Académie de Paris, envisagées en baisse en raison de la diminution de son ressort et non pas en considération de l’évolution du district de la région parisienne et du rôle particulier de l’Université : « Il est nécessaire de préparer un avenir à la mesure du district parisien dont les étapes seront liées à l’urbanisation de cet ensemble. L’Université de Paris se doit de jouer son rôle national et international ; elle ne le pourra que si les moyens dont elle dispose s’étendent en fonction des besoins11. » Obtenir des crédits suffisants sera désormais la préoccupation majeure de l’administration rectorale.

L’amélioration constante de la vie des étudiants

17On ne parlera pas ici des études universitaires, on se contentera de rappeler que les universités délivrent les grades et diplômes d’État sous le monopole de l’Éducation nationale qui fixe la durée des études, les programmes, la procédure des examens (baccalauréat exigé pour les inscriptions, licence, doctorat), elles préparent aux concours d’agrégation et, depuis 1950-1951, au certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES). Les universités sont également libres d’organiser des enseignements particuliers sanctionnés par des diplômes qu’elles délivrent sous leur propre responsabilité.

  • 12 J.-B. Piobetta, op. cit., p. 82-90.
  • 13 Voir B. Lemoine, La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990.
  • 14 C’est l’aboutissement d’une évolution amorcée en 1919 par l’inscription au budget de l’Éducation n (...)

18L’État vient en aide aux étudiants de différentes façons, tout d’abord, outre les élèves recrutés dans les Écoles normales supérieures, en délivrant des bourses d’études de licence et des bourses d’agrégation. Le nombre des postes d’élèves professeurs des instituts de préparation aux enseignements de second degré (IPES), créés en 1957, permettait de financer les trois années de licence et de préparer le CAPES, dont le nombre de postes offerts passe de 750 en 1957 à 4 000 en 1968. Le Conseil de l’Université, qui a compétence juridique, contentieuse et disciplinaire, instruit les dossiers, mais peut également accorder sur son budget propre des bourses d’études, des dons, des prêts d’honneur et des exonérations de droits12. Mais il existe bien d’autres façons indirectes pour l’État d’aider les étudiants en facilitant l’organisation de leurs études, leur vie sociale et matérielle : la sécurité sociale étudiante depuis 1948, les subventions accordées aux restaurants universitaires, cités universitaires, foyers et maisons d’étudiants, associations d’étudiants, office du tourisme universitaire, bureau universitaire de statistique qui renseigne sur les débouchés. Ainsi, à l’Université de Paris, se multiplient les équipements para-universitaires : restaurants, résidences (Antony, Centre Jean-Sarrailh avec son centre sportif, Maison des archivistes aux Archives nationales, Maison de l’étudiante boulevard Raspail, divers foyers). La Cité internationale13 accueille 6 000 étudiants grâce aux constructions financées en grande partie par les pays étrangers. Un hôpital universitaire international est installé dans ses murs, pour lequel est construit, de 1958 à 1965, un nouveau bâtiment de l’autre côté du boulevard Jourdan à côté de l’École normale supérieure de jeunes filles qui a quitté définitivement ses locaux historiques de Sèvres en 1940. Ces équipements sont gérés par le Comité parisien des œuvres universitaires (COPAR)14. Le COPAR, devenu en 1947 une association régie par la loi de 1901, cogéré par des étudiants élus et des administrateurs, prend en charge les résidences, les restaurants, la médecine préventive devenue obligatoire, le tourisme universitaire, l’accueil des étudiants étrangers. La loi de 1955, qui porte création du réseau du CNOUS et des CROUS, services d’aide sociale ayant vocation à améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants des différentes universités, modifie les modalités du fonctionnement et des élections étudiantes du COPAR et, par là même, porte atteinte à son autonomie.

19L’Université de Paris, malgré toutes ces créations, innovations et avancées sociales, cachait une réalité beaucoup plus contrastée et ne pouvait plus répondre aux défis. On peut en rapporter l’analyse de P. Bartoli :

  • 15 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Texte dactylographié de la conférence introductive destinée aux en (...)

« Les problèmes majeurs sont nés, à Paris, de l’augmentation du nombre des étudiants […]. Les constructions nouvelles, l’aide sociale – logement, nourriture, bourses – l’encadrement, les programmes, les débouchés, tous ces aspects du même problème, plus ou moins tardivement appréhendés, résolus ou esquivés par l’opinion et par les pouvoirs publics, ont contribué à faire mûrir une crise majeure15. »

La réduction progressive de l’autonomie administrative et de la cogestion (1960-1968) et la crise de 1968

  • 16 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Minute de la note personnelle sur l’autonomie et la cogestion à l’ (...)

20Dès la fin de l’apogée de la crise de 1968 et en pleine campagne électorale, P. Bartoli veut apporter un éclairage expérimenté sur l’autonomie et la cogestion des universités et fait parvenir, avec l’accord du recteur, une note au ministre16 le 20 juin 1968. Il y dénonce la tutelle de l’État sur l’Université et la perte d’autonomie de celle-ci comme une des causes de la crise universitaire. Il analyse le « despotisme des Finances » :

« Les dérives ne sont pas dues à la politique de planification et de régulation, mais au manque de dialogue entre l’État et l’Université. Les dépenses de construction qui faisaient l’objet d’une subvention au budget extraordinaire de l’université, sont depuis 1960 environ prises en charge par l’État. Le recteur et ses services techniques sont toujours chargés d’en suivre l’exécution, mais en tant que représentants de l’État et non de l’Université. La création et l’implantation des facultés, des collèges universitaires, des instituts de technologie sont décidées sans que le conseil de l’université soit consulté ni même averti officiellement. Ainsi l’autonomie financière de l’université est-elle maintenant réduite à la gestion de son patrimoine propre et l’attribution des prix et des bourses de fondations. Sur les grandes questions, l’Université, en tant que personne morale, n’est pas entendue. »

21Le deuxième sujet qu’il développe est celui de la cogestion, avec l’entrée des étudiants dans les assemblées délibérantes. L’exemple du CROUS montre une cogestion réussie jusqu’au moment où l’autorité de tutelle, le CNOUS, s’en est emparée.

« Les étudiants dénoncent l’étreinte du monstre centralisateur et la prédominance croissante des questions financières au détriment des activités culturelles et sociales : le recrutement d’intendants gestionnaires au détriment des animateurs. [Après avoir donné cet exemple, Bartoli insiste sur l’importance de la cogestion prévue dans la réforme et dont il estime qu’elle est un aspect important et un gage de sa réussite]. La cogestion serait une duperie si elle aboutissait à faire entrer les étudiants dans des conseils d’université vidés de toute substance et de tout intérêt par la perte déjà consommée de l’autonomie administrative. La déception de la jeunesse serait grande et la réponse ainsi faite à son sens de la dignité et sa soif de responsabilité aurait de graves conséquences. »

22Bartoli termine par cette conclusion :

  • 17 Ministères de l’Éducation nationale et des Finances.

« Si comme il faut l’espérer, on s’engage dans la voie d’une sincère décentralisation, celle-ci aura peut-être l’apparence d’une victoire arrachée par la base au sommet, d’une rébellion contre l’État souverain. Mais il ne s’agira pas en fait d’une revanche de la bureaucratie académique sur celle de la rue de Grenelle et de la rue de Rivoli17. Ce sera plutôt un renversement de la tendance qui pousse inéluctablement toute administration à s’éloigner du concret, à devenir plus complexe, plus méfiante, moins souple et finalement moins humaine. »

23La note, qui anticipe de quelques semaines la réflexion générale sur la réforme, ne suscite aucune réaction officielle d’un ministère préoccupé d’abord d’éviter tout soulèvement des étudiants à la rentrée et d’organiser la préparation de la loi.

La mise en œuvre administrative de la loi d’orientation et la tentative de la reconquête d’une autonomie (1969-1980)

  • 18 E. Faure, nommé ministre de l’Éducation nationale le 10 juillet 1968, le reste jusqu’au 20 juin 19 (...)

24La loi d’orientation sur l’enseignement supérieur est annoncée par le Premier ministre, Georges Pompidou, dans son discours du 14 mai 1968 à l’Assemblée nationale, où il analyse le mouvement universitaire comme la recherche par la jeunesse de sa « place dans la société moderne, matérialiste et sans âme ». Il prévoit une réforme offrant une plus large autonomie à une université « ouverte sur l’extérieur et [adaptée] aux activités économiques et sociales » et en donne mission au nouveau ministre de l’Éducation nationale, Edgar Faure, nommé le 10 juillet 1968. Celui-ci en confie la préparation au recteur Gérald Antoine : tout l’été des notes et rapports parviennent au ministère. La loi est votée le 12 novembre 1968. Il faut la mettre en œuvre18.

La mise en œuvre à Paris de la loi d’orientation et l’inéluctable fin de la Sorbonne

25L’Université de Paris, déjà affectée par la politique de l’aménagement du territoire, est touchée, plus que toute autre, par la révolte des étudiants et le modèle des campus anglo-saxons de taille moyenne qui fait alors florès. En effet, on pense qu’un effectif d’environ 10 000 étudiants est la bonne taille pour qu’une université soit efficace, ce qui réduit aussi les possibilités de mobilisation des étudiants. Mais on oublie en revanche que l’importance des budgets compte pour beaucoup dans la réussite des universités nord-américaines et est sans commune mesure avec les moyens alloués aux universités françaises. Toutes les universités de France, qui comptent entre 30 000 et 40 000 étudiants en moyenne, sont généralement divisées, selon ce critère, en trois (Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Toulouse). Situation exceptionnelle, la Sorbonne, avec ses 180 000 étudiants est divisée en neuf universités intra-muros (soit 20 000 étudiants en moyenne), auxquelles on ajoute trois universités pour les académies de Versailles et de Créteil en anticipant sur leur croissance future, ainsi que le Centre universitaire expérimental de Vincennes. L’Université de Paris est alors éclatée en treize établissements publics à caractère scientifique et culturel, et fragmentée à la faveur de la pluridisciplinarité.

  • 19 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Lettre d’envoi au recteur Antoine accompagnant la copie de la note (...)

26Cela signifie aussi qu’il faut régler le sort de la personne morale qu’est la vieille Sorbonne : il faut assurer sa succession. P. Bartoli constatant que le projet de la loi d’orientation qui règle le sort des universités, ne prend pas en compte le cas particulier de l’Université de Paris, alerte les autorités universitaires et ministérielles sur l’avenir de la Sorbonne, en particulier par la lettre qu’il fait parvenir dès le 16 juillet 1968 au recteur Gérald Antoine, chargé de mission auprès du ministre pour préparer la loi d’orientation. Elle accompagne la copie de la note « qui n’avait pas la prétention de contenir des idées originales sur l’autonomie et la cogestion mais qui donnait quelques indications d’expérience sur l’aspect parisien des choses [qu’il avait] cru devoir envoyer à M. Ortoli19 ». La critique du système administratif et financier est celle d’un homme qui connaît à la fois les rouages de l’administration financière de l’État et ceux de la nécessaire gestion de proximité de l’administration académique et universitaire qu’il faut adapter aux bouleversements de la société.

  • 20 AN, 20000387/1. Voir par exemple la résistance de Marc Zamansky, doyen de la faculté des sciences, (...)

27La mise en œuvre de la loi d’orientation est une tâche particulièrement délicate pour l’Académie de Paris, la plus importante de France avec plus de 10 millions d’habitants, 1 800 000 élèves, 200 000 étudiants et 100 000 enseignants. Il lui faut réorganiser les services du rectorat en réglant les redéploiements et les recrutements des agents de l’administration, gérer les aspirations et les contestations des étudiants, créer treize universités à partir des facultés de l’ancienne Université de Paris en y répartissant les professeurs de la Sorbonne, en y organisant la pluridisciplinarité alors que la plupart d’entre eux étaient hostiles à l’atomisation de la Sorbonne en universités qui n’atteindraient pas la taille critique nécessaire au développement de la formation et de la recherche, et serait contraire à l’excellence des universités françaises20.

28À toutes ces questions, l’administration rectorale devait trouver des solutions, où le réalisme et la diplomatie devaient compenser les frustrations et les jalousies, où le pragmatisme devait compenser le manque de locaux et de moyens, alors que tout signe de contestation retenait l’attention du monde politique et médiatique. Pour ce faire, un nouveau recteur de l’Académie de Paris est nommé le 15 juillet 1969. Docteur d’État, écrivain et producteur de radio, Robert Mallet a enseigné les lettres à Madagascar jusqu’en 1960, puis a été affecté au ministère de l’Éducation nationale. En 1964, il est nommé recteur de la nouvelle Académie d’Amiens où il crée un centre universitaire, qu’il transforme en université pluridisciplinaire après la loi d’orientation. Il paraît donc au nouveau ministre de l’Éducation nationale, Olivier Guichard, comme l’homme de la situation.

L’impossibilité de gérer le patrimoine de l’Université (1969-1970)

  • 21 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Manuscrit et dactylographie de la note qui est transmise par l’int (...)

29Concernant le patrimoine de l’Université, devant l’indifférence officielle du ministère, P. Bartoli fait parvenir à Michel Jobert, secrétaire général de l’Élysée, une note intitulée « Mort de l’Université de Paris21 », destinée au président Georges Pompidou. Il y démontre que :

« La première conséquence de la loi d’orientation serait la disparition de la conception française du recteur, chef, administrateur et représentant de la personne morale qu’était l’ancienne université. Le nouveau recteur, s’il reçoit bien le titre de chancelier des nouvelles universités de son académie, ne dispose pas de « chancellerie », ainsi il sera comme tous les chefs des services extérieurs [déconcentrés] de l’État, et dans tous ses actes de chancelier, il sera soumis au contrôle hiérarchique du ministre. […] La deuxième conséquence serait la disparition de l’héritage intellectuel, moral et matériel de l’Université, cette disposition étant particulièrement dramatique pour la Sorbonne, de beaucoup la plus importante, la plus célèbre, la plus riche en biens matériels et en souvenirs précieux. »

30Il apporte une solution :

« Il semble qu’il n’y ait qu’un remède à cette situation : la création, sous une forme juridique à déterminer, d’un établissement public distinct des nouvelles universités qui hériterait de tout ce qui, dans le patrimoine de la vieille Sorbonne, est à la fois indivisible et imprescriptible. »

31Selon toutes les apparences, la demande faite auprès de Michel Jobert n’aboutit pas. Cependant, le projet de loi aménageant certaines dispositions de la loi d’orientation de 1968 en cours d’élaboration au ministère montre bien que les craintes de P. Bartoli sont justifiées. La loi ne répondra pas plus que les dispositions transitoires à la situation parisienne. Le ministère ne réagit pas au cas de l’Université de Paris et le ministre Guichard, qui a nommé et soutenu le recteur Mallet, est même opposé à en étudier le cas. Comme les dispositions provisoires de 1970 ne prennent aucun compte de la situation de blocage de l’ancienne Université de Paris, le recteur Mallet, qui ne peut réunir le conseil de l’Université supprimé et ne peut agir en son nom, se trouve dans l’impossibilité de régler les problèmes de gestion du patrimoine.

  • 22 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Minute de la note adressée à l’inspecteur général Amestoy, conseil (...)

« En tant que recteur-chancelier, il a pu gérer à titre personnel, et avec la bienveillance de l’agent comptable, les affaires courantes (gestion du portefeuille mobilier, vente de récoltes, concession de droits de chasse, entretien et conservation des biens immobiliers, etc.), mais il ne peut décider seul, au nom de l’Université, de ce qui engage sa responsabilité morale (aliénation ou acquisition d’un immeuble, remploi d’une somme notable, acceptation d’une donation comportant des charges ou des conditions engageant l’avenir, exercice d’une action en justice, négociation d’un emprunt)22… »

Illustration 6. – « Mort de l’Université de Paris », minute de la note du 29 juin 1970. AN, 729AP/NC, © M.-Cl. Bartoli.

L’amendement de l’article 11 du projet de loi aménageant certaines dispositions de la loi d’orientation de 1968, juin-juillet 1971

  • 23 Le sénateur J. Berthoin fut plusieurs fois ministre, en particulier de l’Éducation nationale de ju (...)
  • 24 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Manuscrit original de l’amendement, l’exposé des motifs et des com (...)

32Il ne reste plus qu’une solution, la représentation nationale. Avec le feu vert du recteur Mallet qui désormais se repose sur l’expérience de son secrétaire général, P. Bartoli contacte le sénateur de l’Isère, Jean Berthoin23. Il lui propose le texte d’un amendement de l’article 11 qui puisse convenir au cas parisien. Les entretiens téléphoniques aboutissent à la rédaction du projet, de l’exposé des motifs montrant les difficultés juridiques ou pratiques qui ne manqueraient pas de surgir pour le transfert de la Cité universitaire internationale, objet de donations, ou du domaine de Richelieu frappé d’inaliénabilité24.

Illustration 7. – Amendement Berthoin, minute de Pierre Bartoli, s. d. (juin 1971). AN, 729AP/NC, © M.-Cl. Bartoli.

33Berthoin use de toute son expérience, de son autorité et de sa force de conviction, l’amendement est voté par l’Assemblée nationale et le Sénat.

34Quelques mois plus tard, Berthoin écrit à Bartoli :

  • 25 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Lettre signée de J. Berthoin à P. Bartoli, 11 janvier 1972. Le nom (...)

« Le mérite [de cet amendement] vous en revient tout à fait et c’est moi qui vous dois la gratitude pour m’avoir, en la circonstance, montré une confiance qu’il m’a été possible de ne pas décevoir. Comme vous l’indiquez par ailleurs, et selon l’usage, le bénéfice de cette disposition a été évidemment pris, si l’on peut dire, par ceux qui l’avaient combattue à l’origine, sans en avoir mesuré tout l’intérêt25. »

La création des chancelleries, la partition des locaux administratifs et universitaires et la dévolution des biens

  • 26 Elle ne pose pas de problèmes qui, bien que souvent médiatisés, ne soient résolus : rentrées unive (...)
  • 27 Le préfet de région et son administration appelaient familièrement le comité « La trinité » comme (...)

35Tout d’abord, le décret no 71-1023 du 22 décembre 1971 portant modification de la circonscription académique de Paris précise en son article 1er que la région parisienne comprend, à partir du 1er février 1972, l’Académie de Paris, l’Académie de Créteil et l’Académie de Versailles. Ainsi, chacune des trois nouvelles académies est dirigée par un recteur. Celui de Paris est assisté d’un adjoint, le vice-recteur. La nouvelle organisation se met en place26. Un comité des recteurs, présidé par le recteur de Paris, assure la cohésion des trois académies de la région d’Île-de-France27.

  • 28 AD75, 3649W4 et 5. Répartition des personnels et des locaux entre les trois Académies de Paris, Cr (...)
  • 29 Les nouvelles universités du Quartier latin revendiquèrent chacune de porter le nom de Sorbonne, d (...)
  • 30 AD75, 3653W7. Commission des statuts, janvier-décembre 1970. La commission se réunit de janvier à (...)
  • 31 On peut noter que la dévolution de quelques biens a pu se faire en dehors du ressort de l’ancienne (...)

36Grâce à l’amendement Berthoin, est créé dans chaque académie un établissement public à caractère administratif, qui prend le nom de « chancellerie ». La chancellerie des universités de Paris administre, de façon transitoire, les biens de l’ancienne Université et des anciennes facultés, et met en œuvre les dispositions de la loi sous l’autorité du vice-recteur, M. Jacques Dehaussy, qui réunit de 1971 à 1978, une commission de dévolution28, comprenant un représentant de chaque chancellerie, un représentant de chacune des treize nouvelles universités et divers responsables administratifs29. Il n’est pas possible ici d’entrer dans le détail de la dévolution des biens de l’Université de Paris ni dans la résolution du problème des biens non susceptibles de partage. Toutefois, il n’est pas inutile de rappeler pour bien comprendre le rôle de cette commission que le partage des locaux académiques et universitaires, d’une part, et la dévolution des biens, de l’autre, ne sont pas du même ordre ni traités de la même façon. Le recteur de l’académie est chargé de partager les locaux administratifs des universités, dont les statuts ont été fixés par arrêtés30, et les locaux pédagogiques, il le fait au nom du ministre de l’Éducation nationale, ou même du préfet de la région parisienne, délégué général du district de Paris, pour le bâtiment de la Sorbonne qui appartient à la ville de Paris. Dans sa deuxième fonction de chancelier des universités de Paris, le recteur est chargé de partager les biens cessibles entre les nouvelles universités31, et de conserver et gérer les biens inaliénables de l’ancienne Université de Paris, il le fait en tant que responsable de la personne morale qu’est l’établissement public de la chancellerie.

37Pour des raisons personnelles, P. Bartoli décide de prendre sa retraite à l’été 1976, date à laquelle il avait estimé que la dévolution serait réglée. Le recteur Mallet lui demande cependant de rester jusqu’au bout de la procédure et le nomme « chargé de mission, conseiller permanent à la commission de dévolution ». En 1978 la dévolution des biens de l’ancienne Université de Paris est terminée, dix ans après la loi d’orientation, et P. Bartoli quitte définitivement la Sorbonne.

*

38Depuis près d’un demi-siècle, la législation n’en finit pas de revenir sur la réforme des universités pour les maintenir dans une taille et une configuration suffisantes et capables d’assurer un enseignement et une recherche de haute qualité. Les pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) qui les regroupaient sont supprimés le 22 juillet 2013 au profit de communautés d’universités et d’établissements (COMUE) cherchant des moyens et des solutions. En revanche, si on se porte aujourd’hui sur le site Internet de la Chancellerie des universités de Paris, on y constate une grande stabilité dans le rôle et les missions du recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris. Ceux-ci sont le résultat de ces tribulations administratives et juridiques, maintenant bien oubliées, où le rôle de P. Bartoli a été déterminant. Ils permettent au recteur d’assurer la responsabilité de la totalité du système éducatif sur l’ensemble de la circonscription de l’Île-de-France en coordonnant l’action de toutes les entités (académies, universités, instituts, fondations, écoles, etc.) sans les léser ; ils lui permettent de conserver et de gérer les biens non cessibles de l’ancienne Université en un patrimoine commun. Ainsi sont maintenues toutes les apparences de la longue tradition de la Sorbonne.

Notes

1 Voir J.-B. Piobetta, Les institutions universitaires, Paris, PUF, 1951.

2 De 1854 à 1961, Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, Marne, Cher, Loir-et-Cher, Eure, Eure-et-Loir et Oise composaient l’académie.

3 Maurice Guyot, secrétaire général de 1919 à 1951, année de son départ à la retraite.

4 AD75, 3653 W 1. Dévolution des biens, 1971-1978 (dossier du recteur Mallet).

5 Licencié en droit et diplômé de l’École libre des sciences politiques (section Finances publiques), il entame une licence d’histoire. Il passe les concours administratifs et entre au ministère de l’Éducation nationale à la direction de l’Enseignement supérieur en 1938. Mobilisé, puis démobilisé en mai 1940, il retourne à la direction de l’Enseignement supérieur. Nommé en 1942 au bureau du Cabinet du ministre collaborationniste, Abel Bonnard, il en est chassé quelques mois plus tard par sanction disciplinaire. À la Libération il est nommé secrétaire provisoire de l’administration générale, puis il crée et dirige le bureau du Budget et des Affaires financières à la direction de l’Administration générale.

6 Il faut faire une place particulière au Groupe de théâtre antique de la Sorbonne, fondé par les étudiants du cours de grec ancien de Paul Mazon. Voir dans ces actes en infra S. Méchine et È.-M. Rollinat-Levasseur sur l’Institut d’études théâtrales.

7 Voir P. Rivé (dir.), La Sorbonne et sa reconstruction, Paris, Délégation de l’action artistique de la ville de Paris, 1987.

8 Voir sur certains bâtiments en infra É. Marantz et S. Méchine (dir.), Construire l’université. Architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016.

9 AN, 20000387/20. Rapport de P. Bartoli et compte rendu de la séance, 28 janvier 1961.

10 Cette politique menée par la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, créée en février 1963 auprès du Premier ministre, est confiée à O. Guichard. Elle a été poursuivie depuis avec plus ou moins d’intensité.

11 « L’Université de Paris et l’enseignement supérieur à Paris », Paris, Regards sur la France, no 26, août 1965, p. 10.

12 J.-B. Piobetta, op. cit., p. 82-90.

13 Voir B. Lemoine, La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990.

14 C’est l’aboutissement d’une évolution amorcée en 1919 par l’inscription au budget de l’Éducation nationale de crédits destinés aux œuvres sociales des étudiants, et la création en 1936 par le ministre Jean Zay du Comité supérieur des œuvres en faveur des étudiants. Un comité parisien des œuvres universitaires (CO-PAR) est créé en 1938 par l’Université de Paris, qui cogère avec les étudiants le budget qui lui est affecté par la commission des recteurs. En 1974, le CO-PAR, dont la compétence était régionale (ressort des trois nouvelles académies), est supprimé et remplacé par les trois CROUS de Paris, Créteil et Versailles.

15 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Texte dactylographié de la conférence introductive destinée aux enseignants des académies de Paris, Versailles et Créteil, précédant l’inauguration de l’exposition sur l’histoire de l’Université de Paris, 16 septembre 1973.

16 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Minute de la note personnelle sur l’autonomie et la cogestion à l’Université adressée, avec l’agrément du recteur Roche, au ministre de l’Éducation nationale F. Ortoli, avec copie au directeur général des Enseignements supérieurs, 20 juin 1968.

17 Ministères de l’Éducation nationale et des Finances.

18 E. Faure, nommé ministre de l’Éducation nationale le 10 juillet 1968, le reste jusqu’au 20 juin 1969.

19 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Lettre d’envoi au recteur Antoine accompagnant la copie de la note déjà citée du 20 juin 1968, 16 juillet 1968.

20 AN, 20000387/1. Voir par exemple la résistance de Marc Zamansky, doyen de la faculté des sciences, qui avait déjà diffusé « De quelques faits récents, du devoir de dire non », 24-30 août 1968. Ce grand professeur qui avait profondément cru en l’Université et s’était tellement battu pour construire une faculté à Jussieu donnant les conditions de la recherche et de l’enseignement des sciences à des étudiants de plus en plus nombreux, est parti profondément aigri comme le montre aussi sa correspondance personnelle ultérieure.

21 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Manuscrit et dactylographie de la note qui est transmise par l’intermédiaire du Dr Lacourbe, directeur de l’Hôpital international de l’Université de Paris. Échange de correspondance. 29 juin 1970.

22 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Minute de la note adressée à l’inspecteur général Amestoy, conseiller technique au cabinet du ministre de l’Éducation nationale, à la signature du recteur Mallet, 28 octobre 1970.

23 Le sénateur J. Berthoin fut plusieurs fois ministre, en particulier de l’Éducation nationale de juin 1954 à février 1956 sous les gouvernements de Pierre Mendès-France et d’Edgar Faure.

24 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Manuscrit original de l’amendement, l’exposé des motifs et des commentaires complémentaires, s. d.

25 AN, 729 AP/NC/Fonds P. Bartoli. Lettre signée de J. Berthoin à P. Bartoli, 11 janvier 1972. Le nom de la personne sous-entendue est le ministre Guichard, qui s’enorgueillira même de cette réforme.

26 Elle ne pose pas de problèmes qui, bien que souvent médiatisés, ne soient résolus : rentrées universitaires, sécurité des bâtiments, mouvements d’étudiants, redéploiements et nouveaux recrutements de personnel.

27 Le préfet de région et son administration appelaient familièrement le comité « La trinité » comme l’a découvert le conservateur des archives de la préfecture de région et de la région d’Île-de-France.

28 AD75, 3649W4 et 5. Répartition des personnels et des locaux entre les trois Académies de Paris, Créteil et Versailles. 3653W1 Dévolution des biens 1971-1978 (dossier du recteur Mallet).

29 Les nouvelles universités du Quartier latin revendiquèrent chacune de porter le nom de Sorbonne, d’où les intitulés : Paris-Sorbonne, Sorbonne-nouvelle, Panthéon-Sorbonne, et tentèrent de s’approprier le sceau de l’Université de Paris, dont seule la chancellerie est héritière.

30 AD75, 3653W7. Commission des statuts, janvier-décembre 1970. La commission se réunit de janvier à décembre 1970 et aboutit à divers arrêtés de mars à décembre.

31 On peut noter que la dévolution de quelques biens a pu se faire en dehors du ressort de l’ancienne Université de Paris : ainsi l’Observatoire de Nice a été attribué à la nouvelle université de Nice.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Hommage à l’Université française par le général de Gaulle, 22 janvier 1945. Grand amphithéâtre de la Sorbonne, le général de Gaulle, le recteur Roussy en toge, au premier plan les porteurs des masses des facultés, au fond, l’orchestre de la Garde républicaine. Coll. Bartoli, © PPL (Photo Presse Libération).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Illustration 2. – Jean Sarrailh, s. d. Coll. Bartoli, © Les reportages de France.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Illustration 3. – Maurice Guyot et Pierre Bartoli, s. d.Les deux secrétaires généraux successifs de l’Académie et de l’Université de Paris de 1919 à 1976. Coll. Bartoli, © Jacques Le Madec.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Illustration 4. – Jean Roche, s. d. Coll. Bartoli, © Jacques Le Madec.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Illustration 5. – Inauguration du Centre Censier, 30 septembre 1964. Georges Pompidou Premier ministre, Christian Foucher ministre de l’Éducation nationale, le recteur Jean Roche. Coll. Bartoli, © Service photographique de France-Soir.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Illustration 6. – « Mort de l’Université de Paris », minute de la note du 29 juin 1970. AN, 729AP/NC, © M.-Cl. Bartoli.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Illustration 7. – Amendement Berthoin, minute de Pierre Bartoli, s. d. (juin 1971). AN, 729AP/NC, © M.-Cl. Bartoli.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47760/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

Auteur

Conservateur général honoraire aux Archives nationales

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site