Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

La faculté de Médecine de Paris et ses transformations au cours du second xxe siècle

Emmanuelle Giry et Édith Pirio

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le choix d’une contribution sur la faculté de Médecine de Paris s’est imposé pour plusieurs raisons. La première d’entre elles fut que le fonds d’archives de la faculté de Médecine est, parmi ceux produit par les cinq facultés parisiennes, le plus cohérent et le plus complet1. Cela est sans doute à mettre au crédit de la présence précoce d’un archiviste : Paul Bataillard, archiviste paléographe dont les fonctions sont attestées dès 1877 à la tête d’un service d’archives alors nouvellement créé au sein de la faculté. Le panorama institutionnel de cette faculté peut ainsi être renseigné par ces fonds conservés aux Archives nationales2.

Au sujet de la réinterrogation des temporalités, le fait que la faculté de Médecine de Paris soit plongée dans des réformes successives incessantes depuis les années 1950 est assez facile à démontrer. Les facultés de Médecine sont, en raison des progrès scientifiques, de la nouvelle place du médecin dans la société, de l’évolution du rôle de la médecine ...

Auteurs

Archives nationales, Département Éducation-Culture-Affaires sociales
Université Paris VIII Vincennes Saint-Denis

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540