Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

Le théâtre à l’Université de Paris : institutionnalisation et développement dans la seconde moitié du xxe siècle

Stéphanie Méchine et Ève-Marie Rollinat-Levasseur

Texte intégral

1Alors que l’Institut d’études théâtrales a été créé en 1959 à la faculté des Lettres de Paris, sa discipline est fortement associée, dans l’imaginaire collectif, aux disciplines émergentes qui n’ont pu s’établir véritablement qu’avec l’éclatement de l’Université de Paris. De fait, cet Institut, logé à Censier dès son ouverture en 1966, a été rattaché en totalité à Paris III par le décret du 21 mars 1970. D’emblée, il a semblé incarner la rupture idéologique représentée par la création des universités franciliennes, avec tout ce que symbolisait l’ancienne Sorbonne, puis avec l’esprit qu’a paru conserver l’université Paris IV. Tournant résolument le dos au monde ancien de la philologie et de l’histoire littéraire, il s’aventurait sur des voies radicalement nouvelles, dans le sillon creusé par l’engouement pour le formalisme et le structuralisme ; rompant avec une tradition de « culture haute » de l’enseignement de la littérature fondée sur l’étude des textes, cette discipline constituait le théâtre – art spectaculaire et éphémère – en objet d’étude ; introduisant la pratique théâtrale à l’Université, elle révolutionnait les rapports sociaux entre enseignants-chercheurs et étudiants, signe de la fin du règne des mandarins et de la promotion des étudiants-acteurs de leur propre formation.

2L’étude de la genèse et de l’histoire de cet Institut invite cependant à relire l’histoire des études théâtrales et à réévaluer le rôle et l’image de la faculté des Lettres de l’Université de Paris. La comparaison entre les fonctions attribuées à l’Institut d’études théâtrales et celles des autres instituts nous permet de montrer ce qui caractérise cette discipline au moment de sa fondation. Il s’agira ensuite de voir comment le mouvement de Mai 1968 et l’application de la loi Edgar Faure ont donné un essor à des études théâtrales tournées vers la création spectaculaire.

Genèse de l’enseignement des études théâtrales

  • 1 Décret du 31 juillet 1920 relatif à la constitution des universités, Bulletin des lois et des décr (...)
  • 2 AN, AJ16/5993, dossier de carrière de F. Gaiffe.
  • 3 G. Cohen, Études d’histoire du Théâtre en France au Moyen-Âge et à la Renaissance, Gallimard, 1956 (...)

3L’Institut d’études théâtrales (IET) est de création tardive. Cependant, s’il est fondé près de quarante ans après la parution du décret de 1920 sur la création des instituts1, l’intérêt que porte l’Université de Paris à la littérature théâtrale et à la pratique du théâtre date des années 1930. La transformation de la chaire de littérature romane tenue par Félix Gaiffe en chaire d’histoire de la littérature dramatique le 1er novembre 1934 témoigne d’une tentative d’institutionnalisation, laquelle a cependant échoué, son protagoniste et professeur mourant subitement2. C’est à cette même époque que le théâtre universitaire a pris son essor à la Sorbonne. En particulier, deux troupes ont contribué à la renommée de la Sorbonne et se sont illustrées par une longévité extraordinaire (20 à 30 ans), celle des Théophiliens, groupe de théâtre médiéval initié par le professeur Gustave Cohen ainsi que le Groupe du Théâtre antique qui a été animé par l’helléniste Paul Mazon. La lecture des professeurs était en effet mise à l’épreuve des expérimentations possibles sur scène3 : les représentations théâtrales permettaient ainsi de vérifier les hypothèses philologiques du médiéviste, les interprétations de traductions de Paul Mazon, ou encore l’articulation entre le théâtre et la musique avec Jacques Chailley. Déjà, avant la Seconde Guerre mondiale, le théâtre universitaire rompait doublement avec l’enseignement ex cathedra : il introduisait une relation « d’amitié » entre professeurs et étudiants et donnait une place à l’expérience dans la lecture par la recherche que les étudiants-acteurs faisaient pour incarner leurs rôles. Non soumises aux contraintes matérielles des théâtres, ces troupes ont pu mettre en scène des textes réputés injouables, notamment les mystères médiévaux. Alors qu’en France, le théâtre était principalement tourné vers le boulevard, elles ont ainsi renouvelé l’art scénique et formé un public au théâtre. La Sorbonne ouvrait ses portes aux Parisiens qui reconnaissaient dans ces représentations l’esprit du théâtre d’avant-garde, incarné avant-guerre par le Cartel des quatre (Louis Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty et Georges Pitoëff, que connaissaient Gustave Cohen et plusieurs professeurs). L’influence de ces troupes s’étendait en province et à l’étranger grâce à leurs tournées. Leur histoire montre donc que la faculté des Lettres de Paris a eu une vocation certaine pour le théâtre et qu’elle a, en retour, formé le théâtre à sa propre vocation.

  • 4 E. Loyer, Paris à New York, Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947, Hachette, 2007 (...)
  • 5 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, dossier de carrière de J. Scherer, sans cote.

4Les archives concernant les carrières des professeurs impliqués dans la genèse de l’Institut nous conduisent à considérer que le séjour à New York de certains de ses protagonistes pendant la Seconde Guerre mondiale a dû jouer un rôle décisif dans l’émergence des études théâtrales en France. Gustave Cohen, réfugié, a en effet été l’un des fondateurs et le doyen de la faculté des Lettres de l’École libre des hautes études inaugurée en 1942, École étroitement associée à la naissance du structuralisme : il y a donné des conférences à des étudiants qui pouvaient suivre parallèlement des ateliers de pratique théâtrale avec la comédienne Ludmila Pitoëff4. Se trouvait également à New York Jacques Scherer, considéré comme le véritable fondateur de l’IET : ce jeune agrégé de Lettres y travailla pour la radio la Voix de l’Amérique, très liée à cette École5. On peut émettre l’hypothèse qu’il fut alors convaincu de l’intérêt de poursuivre ses recherches sur le théâtre dans une perspective formaliste, que l’on retrouve dans La Dramaturgie classique en France paru en 1950. Il se peut également que sa connaissance des pratiques pédagogiques anglo-saxonnes qui associaient la pratique théâtrale, la lecture et la théorie, lui aient fait envisager les études théâtrales dans une approche pluridisciplinaire.

  • 6 R. Lebègue, rapport : « L’Institut d’études théâtrales », Annales de l’Université de Paris, avril- (...)
  • 7 Annales de l’Université de Paris, avril-juin 1962, p. 129.
  • 8 AN, 20010498/178, lettre manuscrite du 28.01.1960 du doyen de la faculté des Lettres au secrétaire (...)

5Ainsi, avant comme après-guerre, les professeurs de la faculté des Lettres de Paris n’apparaissent pas seulement comme versés dans la lecture des livres anciens : ils sont parfaitement au fait des réalités des recherches de la création théâtrale. Si, de leur côté, des hommes de théâtre se sont souciés de tisser des liens avec le milieu universitaire et de soutenir la création d’études théâtrales, c’est sans doute parce qu’ils considéraient que l’université pourrait donner une formation solide à la fois aux comédiens, aux metteurs en scène et au public à venir. Mais il leur importait aussi que leur art devienne un objet d’étude digne d’entrer en Sorbonne, donnant ainsi une forme de pérennité à l’éphémère. Parallèlement, l’institutionnalisation des études théâtrales était demandée par les bibliophiles, soucieux de conserver toutes les traces de cet art spectaculaire et de le constituer en objet de recherche. C’est ainsi que la Société d’histoire du théâtre, créée en 1933, rassemblait des personnalités qui n’avaient pas la même conception du théâtre, loin de là, mais toutes convaincues que le théâtre devait être un véritable art : Louis Jouvet – qui a demandé lui-même, dès 1947, au doyen de la faculté la création d’une chaire de théâtre6 –, Gaston Baty, Jacques Chancerel, Gustave Cohen, le linguiste Ferdinand Brunot, puis notamment Raymond Lebègue et Jacques Scherer, en étaient membres. Ce mouvement n’est pas spécifique à la France : les rencontres, congrès, et associations internationales sur le théâtre se sont multipliées après-guerre et de nombreux pays, comme l’Allemagne, l’Autriche, l’Angleterre, les États-Unis avaient déjà fait une place aux études théâtrales dans leurs universités7. Et c’est sans doute ce contexte international ainsi que l’opportunité de pouvoir répondre au projet d’une Université européenne8 qui a poussé l’Université de Paris à donner une visibilité au théâtre.

La création de l’Institut d’études théâtrales : « la phase héroïque9 »

  • 9 Expression employée par J. Scherer lors du séminaire inter-enseignant sur la recherche dans les ét (...)
  • 10 Voir R. Abirached (dir.), La Décentralisation théâtrale, t. 1 : Le Premier Âge, Actes-Sud, 1992.
  • 11 Voir M.-M. Mervant-Roux, « Les études théâtrales : objet ou discipline ? », Unités des recherches (...)
  • 12 AN, 20020476/277, Lettre d’André Villiers au recteur de l’Académie de Paris, 28 avril 1955.

6C’est qu’aux lendemains de la guerre, nombreux sont ceux qui voient dans le théâtre un art qui peut à la fois servir la paix et la démocratie. Aussi, les recherches sur le théâtre se développent et des démarches d’institutionnalisation sont déployées pour développer un théâtre populaire et œuvrer à sa décentralisation10. En Sorbonne, une tentative émane d’abord au sein des études d’esthétique11. En 1948 et 1949, le comédien et théoricien du théâtre en rond André Villiers parvient à rassembler professeurs, metteurs en scène, comédiens et architectes au sein d’un Centre d’études philosophiques et techniques du théâtre. Ce centre semble ne pas avoir pu se développer. Mais Villiers cherche à nouveau une forme d’institutionnalisation des études théâtrales en 1952 au sein de l’association des cours de civilisation française, logée en Sorbonne. Il y devient animateur/directeur d’une section d’art dramatique (1953-1954) qui est transformée en section d’art du spectacle (1955). Cette fois-ci, cette initiative prise aux confins de l’Université de Paris et portée par un homme de théâtre qui, bien que docteur en esthétique n’a pas suivi les étapes attendues d’une carrière universitaire, est stoppée par l’institution12 : si les études théâtrales devaient être créées en Sorbonne, elles se devaient d’émaner de la section des Lettres qui a recruté en 1954 J. Scherer.

  • 13 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, dossier de carrière de J. Scherer, ibid., lettre de J. Sch (...)
  • 14 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’Institut d’études théâtrales (IET), échange (...)
  • 15 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Archives de l’IET, ibid., lettre de R. Lebègue au doyen de (...)

7Sur le plan administratif, les étapes décisives qui ont présidé à la création de l’IET sont celles qui semblent conduire à la fondation des autres instituts de Sciences humaines et sociales, à savoir le besoin d’élargir le champ d’une discipline en créant une chaire spécialisée et en se dotant, pour le développement de la recherche, d’un centre documentaire. À la fin de l’année 1956, une première étape est franchie avec la transformation de la chaire de langue et littérature françaises de J. Scherer en chaire d’histoire et technique du théâtre, dont l’intitulé est celui qui avait été attribué à F. Gaiffe en 1934. J. Scherer, ultérieurement, n’hésitera pas à rappeler cette filiation13. L’année suivante, Scherer, par l’intermédiaire de la veuve de G. Baty, fait acquérir par la faculté des Lettres, la bibliothèque de l’homme de théâtre pour un million de francs14. À partir de là, c’est le professeur de littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles Raymond Lebègue qui réunit vingt-et-un collègues de treize sections différentes : il est mandaté par ceux-ci pour souligner l’intérêt de « créer de nouvelles activités de nature à favoriser le développement des études théâtrales15 ». L’Institut en tant que tel est créé sous la présidence du recteur, président du conseil de l’Université Jean Sarrailh, le 21 novembre 1959.

8L’article 2 de ses statuts définit précisément son objet :

« – de coordonner et de développer les études supérieures relatives au théâtre,
– de rassembler les documents relatifs à ces études, ainsi que d’orienter les étudiants et les chercheurs vers les autres sources de documents,
– de publier, sous le patronage de l’Université de Paris, et selon des modalités qui seront déterminées avec son accord, des études et des recherches sur le théâtre,
– de coordonner et d’animer l’action des groupes d’étudiants existants, ou à créer, qui organisent les représentations théâtrales sous le patronage de l’Université de Paris ».

9La caractéristique de l’IET est avant tout sa pluridisciplinarité. « Coordonner » des études relatives au théâtre, c’est associer différentes disciplines qui traitaient jusqu’alors séparément du théâtre, notamment les études dans différentes langues et civilisations étrangères tout en poursuivant une approche esthétique de la matière théâtrale et une analyse des techniques du théâtre. De fait, la composition du conseil d’administration témoigne clairement de cette orientation ainsi que de la volonté de la faire porter par des professeurs reconnus et éminents. Le conseil de direction en atteste aussi, étant composé des professeurs Lebègue (son président et directeur de l’Institut), Souriau (son vice-président), Scherer, Fort et Gravier : il revient à J. Scherer de diriger l’Institut.

10Enfin, au sein du conseil de perfectionnement doivent être nommés « sept représentants des institutions qualifiées et des personnalités du monde du théâtre » : parmi ceux-ci se trouvent, à sa création, Jean Vilar et Jean-Louis Barrault, nommé directeur en 1959 au très proche Théâtre de l’Odéon, Pierre-Aimé Touchard, directeur du Conservatoire national d’art dramatique, ainsi qu’André Villiers, ramené ainsi à son statut d’homme de théâtre. Le nouveau champ disciplinaire est ainsi arrimé à une pratique professionnelle : cela témoigne de la volonté d’aborder désormais l’objet théâtral à partir de sa vocation spectaculaire alors qu’il relevait auparavant du champ de la littérature ; nommer des hommes de théâtre atteste aussi de la volonté d’introduire une perspective contemporaine à l’université ; enfin, c’est signifier que la pratique, à travers l’expérience de ces hommes de théâtre, peut participer à l’élaboration du champ d’études. L’introduction de la pratique dans l’enseignement théorique, tel qu’il se professe en France, reste néanmoins une gageure à soutenir.

Illustration 1. – Photographie de J. Scherer et d’un étudiant lors d’une mission de conférences au Japon, s. d. (1966-1971), coll. C. Scherer.

  • 16 J. Scherer, « Bernard Dort universitaire », in J.-P. Sarrazac (dir.), Les Pouvoirs du théâtre. Ess (...)
  • 17 Voir C. Meyer-Plantureux, Bernard Dort, un intellectuel singulier, Le Seuil, 2000, p. 171-182.
  • 18 F. Dosse, Histoire du structuralisme, t. 1 : Le champ du signe (1945-1966), Paris, La Découverte, (...)

11L’IET coordonne d’abord des conférences puis des cours sur différents aspects du théâtre, sur les théâtres de très nombreux pays, répondant ainsi aux attentes d’une faculté de Lettres tout en s’ouvrant à l’air du temps (Paris découvre alors, à travers la programmation du Théâtre des Nations comme de celle du Théâtre de l’Odéon, les théâtres étrangers, notamment d’Extrême-Orient). Des metteurs en scène prestigieux ou révolutionnaires sont invités à parler en Sorbonne, tels Vilar, Barrault ou Roger Planchon. Mais cette coordination ne suffit pas à fonder une discipline16. Jacques Scherer obtient en 1963 de recruter deux maîtres-assistants, André Tissier, et un jeune énarque littéraire, Bernard Dort, brechtien17. Cette dernière nomination permet à l’IET de spécialiser ses recherches autour de la dramaturgie, c’est-à-dire de la lecture du théâtre comme texte destiné à la scène. Immédiatement, la très jeune avant-garde du théâtre, P. Chéreau, J.-P. Vincent, assiste avec enthousiasme aux cours de Dort et assure sa renommée. Mais il est frappant de voir que dans les dernières années de l’Université de Paris, l’IET rassemble encore des personnalités toutes engagées pour le théâtre mais avec des positions extrêmement différentes sur les plans épistémologique, idéologique et politique : en 1966, année phare du structuralisme18, Raymond Picard, lancé à ce moment-là dans sa querelle contre Roland Barthes et la nouvelle critique, y donne des cours, comme Dort.

Illustration 2. – Courrier du doyen P. Renouvin au recteur J. Sarrailh, 5 mars 1958. Dossier administratif de J. Scherer, non coté, université Sorbonne Nouvelle-Paris III.

  • 19 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, dossier individuel J. Scherer, ibid., lettre de J. Scherer (...)

12Parmi les missions données à l’IET, celle de coordonner les initiatives du théâtre universitaire attire l’attention : cela signifie intervenir à un niveau péri-universitaire puisque, après-guerre, les différentes troupes de théâtre universitaires, désormais établies à la maison des Lettres, dépendent du Comité parisien (CO-PAR). La question se pose concrètement en 1958 lorsque des étudiants s’adressent à Scherer pour lui demander de les assister dans leurs entreprises théâtrales19. La Section de Français refuse alors d’avoir la responsabilité de troupes étudiantes mais concède que Scherer est habilité à donner ses conseils, à titre individuel : ce qui a alors surgi est la défiance récurrente du monde académique vis-à-vis du théâtre et de ses pouvoirs de sédition.

Illustration 3. – Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, archives de l’IET, compte rendu de réunion du comité directeur, 12 mars 1960, p. 2.

13En 1959, les statuts de l’IET semblaient donc inaugurer une nouvelle ère et vouloir associer étroitement les recherches théâtrales des étudiants à l’institutionnalisation de la discipline. Mais l’IET n’aura pas renoué avec l’esprit du milieu des années 1930. Cette orientation est repoussée par le comité directeur dès 1960. Le glissement lexical entre la coordination et l’animation de troupes étudiantes, stipulées dans les statuts, et leur « contrôle » mentionné dans le compte-rendu de sa première réunion vient attester le changement d’esprit vis-à-vis du théâtre universitaire et des initiatives étudiantes.

  • 20 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, compte rendu de réunion (CR) du comité (...)

14Une méfiance vis-à-vis de tout contrôle de la part de l’institution contre la liberté de création se développe tout au long de ces années 1960, tant parmi les étudiants que parmi certains enseignants. La question n’est pas reprise ultérieurement alors que durant cette décennie le théâtre universitaire était foisonnant et marqué par les débuts de P. Chéreau, d’A. Mnouchkhine (fondatrice de l’Association théâtrale des étudiants de Paris), de J.-P. Miquel, de J. Nichet, etc. L’IET ne propose que des travaux pratiques, intégrés à l’ensemble des cours, confiés notamment à Charles Antonetti (« prêté gracieusement20 » par le ministère de la Culture), ou sous forme de visites faites au Théâtre de l’Odéon grâce à J.-L. Barrault.

  • 21 Ibid., répertoire des bibliothèques.
  • 22 Ibid., CR du conseil d’administration (CA), 20 mars 1964.
  • 23 Ibid., lettre de Colette Scherer, 22 mai 1967.
  • 24 Ibid., CR du CA, 11 mars 1966.
  • 25 Ibid., CR du CA, 20 mars 1964.
  • 26 M.-M. Mervant-Roux a montré la double genèse des études théâtrales – à l’IET et au CNRS – dans « L (...)
  • 27 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Archives de l’IET, CR du comité directeur, 8.02.1965.
  • 28 Le centre de Censier, l’autre annexe de la faculté des Lettres de l’Université de Paris a été cons (...)

15Le centre documentaire, rapidement nommé Bibliothèque Baty, a joué un rôle crucial dans son développement ainsi que dans son rayonnement national et international : logé au 17 rue de la Sorbonne et « rattaché à l’Institut de langue et littérature française » à sa création21, il est dirigé par Jacques Scherer. En 1964, le conseil d’administration décide de la fusion de ce centre avec l’IET22, ce qui contribue à détacher le théâtre de la littérature française. Peu après, il prend le titre de Bibliothèque Gaston Baty23. Celle-ci, qui ne cesse d'enrichir son fonds, accueille parallèlement les étudiants de l’institut. De ce fait, l'IET manque de personnel technique pour assurer son développement et demande la création de postes24 : c’est pourquoi, on y envisage en 1964, comme en 1966, de partager du personnel technique avec le CNRS25 où se constitue parallèlement à la création de l’IET un groupe de recherches théâtrales autour de Jean Jacquot26. La bibliothèque pâtit également d’un manque d’espace, au point que la question de son ouverture au public est posée en 196627, ce qui a sans doute été un argument décisif en faveur de son transfert à Censier28.

  • 29 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, arrêté du 9.06.1962 du ministère de l’É (...)

16Enfin, les promoteurs de l’IET ont très rapidement vu la nécessité d’insérer leurs cours dans des cursus existants et de créer des diplômes pour asseoir leur existence au sein de l’Université. Le souci de stabiliser un public, pas seulement d’amateurs, et de répondre aux attentes des étudiants de la faculté des Lettres, revient de manière récurrente dans les discussions du conseil académique : l’IET obtient dès 1962 de proposer un certificat de licence29 et un diplôme d’Études théâtrales, accessible à des étudiants ne poursuivant pas des études en vue de la licence ès Lettres, c’est-à-dire des étudiants étrangers, des non bacheliers, des professionnels du théâtre désireux de compléter leur formation. D’emblée, l’IET essaie de trouver des réponses adaptées aux missions et aux valeurs de l’Université (outre le certificat de licence, l’IET prend soin de donner des cours qui correspondent au programme de l’agrégation des Lettres) mais aussi d’adapter ses cours aux publics concernés par des études théâtrales.

  • 30 E. Loyer, « Les nuits blanches de l’Odéon : 1968 », in A. de Baeque (dir.), L’Odéon, un théâtre da (...)

17C’est donc la faculté des Lettres qui aura légitimé les études théâtrales à Paris et en France et sera parvenue à leur faire trouver leur place dans un centre universitaire tourné vers les langues vivantes, Censier. Si cette discipline semble y naître, c’est parce qu’elle s’y établit durablement précisément au moment où les pères fondateurs de l’Institut partent à la retraite et qu’un projet de réforme de cet institut naît de mai 1968, porté par Bernard Dort et Jacques Scherer. C’est aussi le moment où l’IET essaie de prendre en compte les revendications des étudiants, leur regard critique sur le théâtre populaire, désormais jugé trop bourgeois, accusé de ne pas avoir réalisé sa mission de décentralisation et relégué au passé par les nouvelles formes de créations théâtrales : à la mi-mai, malgré le désaccord d’un certain nombre de professionnels de théâtre syndiqués, c’est dans les locaux de Censier que des intellectuels et des artistes lancent l’idée de l’action symbolique de la prise du Théâtre de l’Odéon, toujours dirigé par J.-L. Barrault30. C’est dans cette double contestation, de l’institution universitaire et du théâtre institutionnel, que l’IET conduit sa réforme.

Les projets de mai

  • 31 IMEC, DOR 100.1.
  • 32 IMEC, DOR 100.1, CR de l’AG, 25 mai 1968.

18Les archives personnelles de B. Dort témoignent de l’effervescence qui s’est emparée de l’IET au moment du mouvement de mai31. Y sont conservées les traces des échanges relatifs à la validation de l’année universitaire. Une motion rédigée par le comité d’Action de l’IET propose des aménagements pour la session des examens de juin 1968 : cette motion, dans l’esprit du temps, donne un rôle paritaire aux étudiants dans l’évaluation et transforme l’épreuve orale en « discussion entre le candidat d’une part, ses maîtres et camarades d’autre part » : l’examen qui sanctionne le Diplôme d’études théâtrales (qui depuis 1967, se déroule sur 2 ans) doit ainsi « se constituer d’un oral, sous forme de discussion » et « la délibération » doit être « publique32 ». Ces modalités témoignent de la contestation de la hiérarchie entre les enseignants et les étudiants mais aussi de la volonté d’établir une transparence dans le système d’évaluation. Un tel dispositif est inaugural mais trouvera un prolongement : dans les ateliers de pratique théâtrale, les étudiants auront non seulement à faire des propositions de jeu mais aussi à évaluer les propositions de leurs camarades, se formant à la fois par l’action et par l’apprentissage d’un regard critique. Ainsi, ces discussions publiques envisagées en Mai 1968 semblent préfigurer les espaces collectifs de recherche qu’allaient devenir les ateliers de pratique théâtrale à l’université.

  • 33 Voir témoignage de Serge Ouaknine, dans P. Ivernel, « Legs du passé ou promesse d’avenir ? De l’un (...)
  • 34 L. Martin, « Jack Lang et le festival universitaire de Nancy », in P. Poirrier et R. Germay (dir.) (...)

19Parallèlement, c’est une réforme de fond des études théâtrales à l’université qui est envisagée par différents protagonistes, avec, aux côtés de B. Dort et de J. Scherer, les étudiants mais aussi des collègues d’autres institutions, le CNRS, l’Université internationale de théâtre, le Conservatoire, etc., et de nombreuses personnalités engagées dans la création théâtrale, notamment J.-M. Villégier, F. Kourilsky, J. Nichet, A. Vitez, etc. Les projets évoquent même la transformation de l’IET en « Institut Universitaire du Théâtre », montrant la volonté d’ancrer les études théâtrales à l’Université. C’est une double gageure si l’on considère que la contestation étudiante remet alors en cause l’institution universitaire et que le théâtre, du moins dans sa dimension expérimentale, se conçoit dans le refus d’enfermement dans tout cadre33. Mais précisément, depuis une dizaine d’années, un modèle alternatif à l’IET existait à Paris, d’abord sous le nom de l’Université du Théâtre des Nations (1961-1965), portée par le Théâtre des Nations, puis de l’Université internationale du théâtre (1965-1973), logée à partir de 1968 à la Maison internationale de la Cité universitaire (CIUP). À Nancy34, avait aussi été créé le Centre universitaire international de formation et de recherches dramatiques (CUIFERD) porté par le festival mondial du Théâtre universitaire fondé par Jack Lang. Les grandes personnalités de l’IET et du CNRS y intervenaient, élaborant une nouvelle pédagogie du théâtre par la recherche pratique. Le succès de ces universités autoproclamées a dû avoir une influence notable sur l’intérêt que l’Université de Paris a porté à l’IET et à la nécessité de lui donner des moyens pour constituer dans une structure académique des études théâtrales ouvertes sur les mutations de la scène contemporaine.

  • 35 IMEC, DOR 100.1, CR de l’AG, 22 mai 1968.

20L’IET garde in fine son nom. Des discussions de Mai 1968 ressortent, malgré les divergences, des éléments convergents : le souhait de créer un cursus d’études théâtrales sur trois cycles ou/et un diplôme d’études théâtrales comportant quatre années d’études ; une modification des contenus de cours avec une ouverture sur les représentations théâtrales contemporaines ; la réaffirmation de la nécessité de trouver des lieux appropriés pour les ateliers de pratique théâtrale ; le souhait de faire intervenir des professionnels du théâtre, ce qui implique de créer un statut particulier puisque ces derniers n’ont pas la carrière attendue des universitaires35.

  • 36 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, notice provisoire de l’IET, novembre 19 (...)
  • 37 IMEC, DOR 100.1. Lettre de J. Scherer au doyen, 26 juin 1968.
  • 38 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, notice provisoire novembre 1968. La not (...)

21Fin juin 1968, J. Scherer est globalement parvenu à protéger la bibliothèque G. Baty des opérations de saccage menées par les « Katangais » même s’il n’a pas pu empêcher la disparition d’« une partie des disques et [de] tous les magnétophones36 ». Au terme de cette période d’agitation, il demande au doyen des moyens pour l’IET en soulignant la volonté de mettre en œuvre au sein de l’Université une synergie entre la vie théâtrale contemporaine et les études théâtrales37. L’IET peut revendiquer son autonomie, c’est-à-dire son indépendance vis-à-vis de la section de Français, ce qui marque une coupure définitive de son champ disciplinaire d’origine. C’est pourquoi il veut encore s’unir avec différentes structures pour fédérer les études théâtrales, en s’associant avec les sections théâtrales des facultés de Vincennes, de Nanterre, du Conservatoire et de l’UIT38.

  • 39 P. Tancelin, « “Dép’Arts”. L’expérience de Paris VIII Vincennes à Saint-Denis. Pour une pédagogie (...)

22L’éclatement de l’Université de Paris va briser ce projet d’élaboration d’un département d’études théâtrales unique et va conduire chacune de ses composantes à se spécialiser. L’IET, quoique autonome vis-à-vis des Lettres, trouve une forte identité autour du concept de « dramaturgie du texte et de la représentation », perspective épistémologique portée par B. Dort. À Vincennes, d’emblée, au Dép’Arts qui s’ouvre dans l’esprit qui anime le Living Theater, c’est une approche transdisciplinaire de la création expérimentale qui est alors adoptée : sa mise en œuvre par une « pédagogie de la création39 » est portée par deux comédiens, Jacques Clancy et André Vander, ainsi que par André Veinstein, conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal et auteur d’une thèse sur la mise en scène contemporaine. À Nanterre, le théâtre reste encore longtemps intégré au département des Lettres… Sans doute ces spécialisations ont-elles permis d’insuffler une dynamique dans les études théâtrales mais de façon éparpillée, contenant ainsi le pouvoir séditieux du théâtre comme l’effervescence estudiantine.

Les études théâtrales ou la question de la place de la pratique à l’Université

23À l’IET, la réforme envisagée peut se mettre en place, même partiellement, dès la rentrée 1968 : Scherer et Dort ont obtenu un renforcement de l’équipe enseignante et la possibilité que des gens de théâtre puissent donner cours. Le diplôme d’Études théâtrales comporte quatre années d’études. Sur le plan des diplômes nationaux, l’IET délivre toujours des certificats de deuxième cycle et désormais une maîtrise spécialisée.

24L’arrêté du 21 mars 1970 rattache l’IET à l’université Paris III qui, quoique non pluridisciplinaire, a « un caractère particulier », ainsi que le signalent les statuts dont elle s’est dotée en 1970 : « La majorité des UER d’origine s’y consacrent aux langues, française et étrangères, et aux littératures et civilisations correspondantes. » Ce rattachement semble donc s’inscrire pleinement dans la dynamique qui avait permis la naissance et le développement des études théâtrales. Cependant, il intervient à un moment où l’IET a repensé son enseignement et n’approche plus les théâtres étrangers en fonction de la langue et la civilisation où les œuvres ont été produites.

  • 40 IMEC, DOR 100.1, notice provisoire, mars 1969.
  • 41 Voir intervention J.-P. de Ryngaertd, Théâtre universitaire et institutions, Actes du colloque de (...)
  • 42 Propos de B. Dort, colloque de Reims, ibid., p. 62.
  • 43 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Livret de l’étudiant, 1974-1975, p. 111.

25La question est désormais de développer les études théâtrales sur le plan national mais aussi d’envisager les débouchés professionnels ouverts par des études théâtrales. De fait, dès novembre 1968, l’IET a eu soin de préciser que « la formation du comédien n’est pas assurée à l’Institut40 » : elle est donc laissée aux écoles de théâtre. Il s’agit là d’une spécificité française : l’université reste tournée vers la théorie plus que vers la pratique et la technique, contrairement à d’autres systèmes académiques, notamment anglo-saxons, où la formation artistique se fait au sein des universités. Mais c’est aussi que, suivant la politique de démocratisation de l’université, l’IET accueille toujours plus d’étudiants et qu’il y a une trentaine d’étudiants par atelier de pratique théâtrale41, alors que « la formation du comédien ne peut s’établir que sur la base d’un choix, d’une sélection » et à très faible effectif42. À cela, il faut encore ajouter que les locaux de Censier, neufs mais déjà surpeuplés, ne se prêtent pas à la pratique théâtrale : ce n’est qu’en 1974-1975 que l’IET obtient « une salle équipée en vue de la pratique et de la réalisation théâtrales43 » et il n’y a pas de théâtre.

  • 44 IMEC, DOR 28.1, DOR 28.2, DOR 29.1 et DOR 29.2.
  • 45 IMEC, DOR 29.1 et 29.2.

26L’IET se devait néanmoins de préciser, avec ses objectifs, à quel public ses cursus s’adressaient. Le Livret de l’étudiant de 1971-1972 présente les études théâtrales comme une formation spécialisée et complémentaire. Celle-ci veut entrer dans la formation des enseignants et des animateurs scolaires et relève du souci de l’éducation populaire ainsi que de la démocratisation du théâtre ; pour tous ceux qui se destinent à des professions dans le théâtre, elle se définit comme une formation fondamentale qui doit leur permettre d’avoir une pensée critique sur leur vie artistique à venir. En 1974, le Livret de l’étudiant comporte une nouvelle rubrique « Débouchés, vie professionnelle » dans laquelle il est souligné que « la profession théâtrale étant très peu structurée, il n’existe pas d’accord avec la profession garantissant aux titulaires du diplôme tels débouchés ou tels salaires ». Ces précisions montrent que la finalité des études théâtrales devient un sujet crucial. C’est même le thème d’un séminaire donné à l’IET de 1970-197344. Sans doute est-ce aussi parce que les études théâtrales se sentent encore menacées à l’Université45 : leur développement en France dépend de leur capacité à prouver à leur autorité de tutelle que la formation en théâtre n’est pas coupée des réalités mais ouvre des perspectives professionnelles aux étudiants.

  • 46 R. Abirached, Actes du colloque de Reims, op. cit., p. 21.

27La position intermédiaire d’une formation principalement théorique mais où la pratique a une place, d’une discipline tournée vers la recherche mais qui se nourrit de la relation avec les théâtres, donne à l’IET sa spécificité et lui permet de rayonner tout en ouvrant le champ des études théâtrales. Lorsque, une décennie plus tard, Jack Lang fait collaborer les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture pour introduire le théâtre à l’école, Robert Abirached, chargé de faire évaluer les premiers ateliers, se tourne vers Paris III46, signe que l’IET est devenu le lieu incontournable d’expertise. De fait, les conditions-mêmes du travail à l’IET ont conduit les enseignants-chercheurs à se concentrer sur le « processus », « l’essai », plus que sur la réalisation, dans le travail collectif, ce qui correspond à l’idéologie de la mise en place du théâtre à l’école.

  • 47 IMEC, DOR 95.9, secrétariat d’État à la culture, L’Enseignement du théâtre à l’Université, 1976.

28L’institutionnalisation des études théâtrales à l’Université de Paris et le succès de leur intégration à l’université de Paris III ont été moteur dans le développement de cette discipline à l’université en France. S’il n’y a encore que quatre universités à délivrer des diplômes de théâtre en 197647, les études théâtrales sont depuis en plein essor et, en janvier 2014, on peut relever vingt-six formations dans ce domaine. Toutefois, les différents rattachements de ces formations, en Lettres, en Arts ou en Médiation culturelle, témoignent d’hésitations toujours vivaces sur l’identité de leur champ disciplinaire.

Notes

1 Décret du 31 juillet 1920 relatif à la constitution des universités, Bulletin des lois et des décrets, L XXIII, 1920, p. 332-334.

2 AN, AJ16/5993, dossier de carrière de F. Gaiffe.

3 G. Cohen, Études d’histoire du Théâtre en France au Moyen-Âge et à la Renaissance, Gallimard, 1956, p. 423-447.

4 E. Loyer, Paris à New York, Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947, Hachette, 2007 (2005), p. 217.

5 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, dossier de carrière de J. Scherer, sans cote.

6 R. Lebègue, rapport : « L’Institut d’études théâtrales », Annales de l’Université de Paris, avril-juin 1962, p. 129-130.

7 Annales de l’Université de Paris, avril-juin 1962, p. 129.

8 AN, 20010498/178, lettre manuscrite du 28.01.1960 du doyen de la faculté des Lettres au secrétaire général du Rectorat de Paris, P. Bartoli.

9 Expression employée par J. Scherer lors du séminaire inter-enseignant sur la recherche dans les études théâtrales le 09.02.1972, IMEC, fonds B. Dort, DOR 101.2.

10 Voir R. Abirached (dir.), La Décentralisation théâtrale, t. 1 : Le Premier Âge, Actes-Sud, 1992.

11 Voir M.-M. Mervant-Roux, « Les études théâtrales : objet ou discipline ? », Unités des recherches en sciences humaines et sociales : fractures et recompositions, ENS-Ulm-CNRS 2006.

12 AN, 20020476/277, Lettre d’André Villiers au recteur de l’Académie de Paris, 28 avril 1955.

13 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, dossier de carrière de J. Scherer, ibid., lettre de J. Scherer au recteur de l’Académie de Paris, 13 février 1958.

14 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’Institut d’études théâtrales (IET), échange de courriers entre P. Renouvin et la veuve Baty, 19 mars 1957 et 25 mars 1957.

15 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Archives de l’IET, ibid., lettre de R. Lebègue au doyen de la faculté des Lettres, 6 février 1959. Six professeurs de la section Lettres participent à cette réunion, ce qui montre leur poids dans la demande de création d’un institut dédié au théâtre.

16 J. Scherer, « Bernard Dort universitaire », in J.-P. Sarrazac (dir.), Les Pouvoirs du théâtre. Essais pour Bernard Dort, Éditions théâtrales, 1994, p. 173-176.

17 Voir C. Meyer-Plantureux, Bernard Dort, un intellectuel singulier, Le Seuil, 2000, p. 171-182.

18 F. Dosse, Histoire du structuralisme, t. 1 : Le champ du signe (1945-1966), Paris, La Découverte, p. 264-270.

19 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, dossier individuel J. Scherer, ibid., lettre de J. Scherer au recteur de l’Académie de Paris, 13 février 1958.

20 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, compte rendu de réunion (CR) du comité directeur, 27 mai 1963.

21 Ibid., répertoire des bibliothèques.

22 Ibid., CR du conseil d’administration (CA), 20 mars 1964.

23 Ibid., lettre de Colette Scherer, 22 mai 1967.

24 Ibid., CR du CA, 11 mars 1966.

25 Ibid., CR du CA, 20 mars 1964.

26 M.-M. Mervant-Roux a montré la double genèse des études théâtrales – à l’IET et au CNRS – dans « Les études théâtrales : objet ou discipline », ibid.

27 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Archives de l’IET, CR du comité directeur, 8.02.1965.

28 Le centre de Censier, l’autre annexe de la faculté des Lettres de l’Université de Paris a été construite, à l’instar de Nanterre, en 1964. Elle a hébergé à la suite de l’application de la loi Faure les universités Paris I, III et VII avant de devenir le lieu d’enseignement principal de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris III.

29 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, arrêté du 9.06.1962 du ministère de l’Éducation nationale autorisant la faculté des Lettres à délivrer un certificat d’études théâtrales.

30 E. Loyer, « Les nuits blanches de l’Odéon : 1968 », in A. de Baeque (dir.), L’Odéon, un théâtre dans l’histoire, Paris, Gallimard, 2010, p. 182-207.

31 IMEC, DOR 100.1.

32 IMEC, DOR 100.1, CR de l’AG, 25 mai 1968.

33 Voir témoignage de Serge Ouaknine, dans P. Ivernel, « Legs du passé ou promesse d’avenir ? De l’université du Théâtre des Nations (UTN) à l’Université internationale du Théâtre (UIT) », Revue d’Histoire du Théâtre, 2012-2, p. 287.

34 L. Martin, « Jack Lang et le festival universitaire de Nancy », in P. Poirrier et R. Germay (dir.), Le Théâtre universitaire. Pratiques et expériences, Éditions universitaires de Dijon, 2013, p. 27-35.

35 IMEC, DOR 100.1, CR de l’AG, 22 mai 1968.

36 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, notice provisoire de l’IET, novembre 1968.

37 IMEC, DOR 100.1. Lettre de J. Scherer au doyen, 26 juin 1968.

38 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, archives de l’IET, notice provisoire novembre 1968. La notice provisoire de mars 1969 reprend les trois derniers paragraphes de ce texte concernant le souhait de former un département d’études théâtrales (voir, archives B. Dort, IMEC, DOR 1001).

39 P. Tancelin, « “Dép’Arts”. L’expérience de Paris VIII Vincennes à Saint-Denis. Pour une pédagogie de la création », in P. Poirrier et R. Germay (dir.), Le Théâtre universitaire. Pratiques et expériences, Éditions universitaires de Dijon, 2013, p. 215-221.

40 IMEC, DOR 100.1, notice provisoire, mars 1969.

41 Voir intervention J.-P. de Ryngaertd, Théâtre universitaire et institutions, Actes du colloque de Reims du 26 et 27 janvier 1985, Caen, Fédération nationale du théâtre universitaire, 1985, p. 66-70.

42 Propos de B. Dort, colloque de Reims, ibid., p. 62.

43 Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Livret de l’étudiant, 1974-1975, p. 111.

44 IMEC, DOR 28.1, DOR 28.2, DOR 29.1 et DOR 29.2.

45 IMEC, DOR 29.1 et 29.2.

46 R. Abirached, Actes du colloque de Reims, op. cit., p. 21.

47 IMEC, DOR 95.9, secrétariat d’État à la culture, L’Enseignement du théâtre à l’Université, 1976.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Photographie de J. Scherer et d’un étudiant lors d’une mission de conférences au Japon, s. d. (1966-1971), coll. C. Scherer.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Illustration 2. – Courrier du doyen P. Renouvin au recteur J. Sarrailh, 5 mars 1958. Dossier administratif de J. Scherer, non coté, université Sorbonne Nouvelle-Paris III.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Illustration 3. – Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, archives de l’IET, compte rendu de réunion du comité directeur, 12 mars 1960, p. 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site