Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

La genèse de la carte universitaire francilienne : du Padog aux villes nouvelles (1960-1974)

Loïc Vadelorge

Texte intégral

  • 1 C. Hottin, « Les délices du campus ou le douloureux exil », Revue d’histoire de l’Éducation, no 10 (...)
  • 2 C. Charle et J. Verger (dir.), Histoire des universités. XIIe-XXIe siècle, PUF, 2012, chap. vii et (...)
  • 3 A. Prost, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 4 : L’école et la fa (...)

1Dans l’état actuel de la recherche, la structuration de la carte universitaire francilienne contemporaine relève de deux logiques explicatives principales. La première est celle du « desserrement » des institutions d’enseignement supérieur, qui s’amorce dès la fin du XIXe siècle dans Paris et sa banlieue1 même s’il faut attendre les années 1950-1960 pour que les facultés soient touchées (Orsay, Nanterre, etc.) et les années 1980-1990 pour voir la grande couronne concernée (Évry, Marne-la-Vallée, etc.) Cette lecture sur la longue durée met en avant les contraintes démographiques qui conditionnent l’expansion de l’Université de Paris au cours du XXe siècle. Elle est aussi compatible avec la prise en compte des politiques de démocratisation de l’enseignement supérieur qui accompagnent la massification depuis les années 19602. Une seconde lecture consiste à privilégier au contraire le temps court et à lire la structuration de la carte en termes de ruptures, essentiellement imputables aux décisions politiques. La carte actuelle résulte alors d’un « éclatement » de l’Université de Paris, entériné en 1970 et que les historiens relient fort justement aux décisions du ministère Faure (1968-1969)3. La loi Faure du 13 novembre 1968, si elle n’aborde pas explicitement le cas de l’Université de Paris, le fait implicitement à travers son article 6 qui indique « qu’une ou plusieurs universités peuvent être créées dans le ressort de chaque académie ».

  • 4 L. Vadelorge, « Du District de la région parisienne au Conseil régional d’Île-de-France : la loi d (...)

2On se propose de développer ici une troisième lecture interrogeant le rapport possible entre l’histoire de l’aménagement de la région parisienne et celle de la transformation institutionnelle de l’Université de Paris à la charnière des années 1960-1970. Loin de constituer des sphères administratives étanches, les services du ministère de l’Éducation nationale, du rectorat de Paris et ceux du District de la région parisienne dirigé par Paul Delouvrier4 collaborent activement. Il s’agira ici de rendre compte de la manière dont les hypothèses de localisation se dessinent au cours des années 1960 et de s’interroger sur l’impact de la structuration de l’administration régionale sur la transformation de l’Université de Paris. Le récit historique qui s’appuie sur le croisement des archives du District de la région parisienne et celles de la sous-direction de la Prévision du ministère de l’Éducation nationale s’organisera en trois temps. On montrera tout d’abord qu’au cours des années 1960 le développement universitaire devient un enjeu pour les aménageurs de la région parisienne. On reviendra ensuite sur le « moment » Faure où se rencontrent à la fois les attentes des gestionnaires du ministère et la volonté des aménageurs de rendre irréversible le programme des villes nouvelles. On abordera pour finir la question du reflux des ambitions de développement universitaire sous la présidence Pompidou.

De la prévision à la prospective (1960-1967)

  • 5 S. Vassal, « Les nouveaux ensembles universitaires français. Éléments de géographie urbaine », Ann (...)

3Des débuts de la Ve République au ministère Faure, le ministère de l’Éducation nationale ne raisonne pas en termes de « carte universitaire », même si la direction des Enseignements supérieurs créée en 1965 un service du Plan scolaire et universitaire dans le cadre de la préparation du Ve Plan (1966-1970). Statistiquement parlant, la place de l’Académie de Paris dans l’ensemble national universitaire décroît proportionnellement passant de 42 % en 1955-1956 à 34 % en 1959-1960, puis à 30 % environ à la fin des années 1960, en dépit de la hausse des effectifs qui enregistrent un doublement entre les années 1930 (30 000 étudiants) et les années 1950 (62 000 étudiants en 1952)5. Malgré cette croissance, le ministère n’envisage pas de création de nouvelles universités en région parisienne, la doctrine établie à la fin du XIXe siècle d’une université par académie continuant à prévaloir.

Le malthusianisme universitaire de la région parisienne en 1960

  • 6 PADOG, chap. iii : « Établissements d’enseignement supérieur », p. 5.
  • 7 PADOG, p. 70.
  • 8 PADOG, p. 70.
  • 9 Ibid.

4La publication en mars 1960 du Plan d’aménagement et d’organisation générale de la région parisienne (PADOG) permet de visualiser l’état de la réflexion sur l’aménagement universitaire. Les facultés parisiennes comptent à cette date 66 200 étudiants. Le PADOG comporte un chapitre sur « les établissements d’enseignement supérieur » qui rapporte les prévisions de croissance du ministère tablant sur un triplement des effectifs. L’Université de Paris atteindrait 185 000 étudiants en 1971. Les rédacteurs du PADOG en concluent à la nécessité de « création d’établissements nouveaux » : « Aussi bien par manque de place au centre de Paris qu’avec le souci de mieux desservir la population, la construction de ces ensembles universitaires doit être entreprise en banlieue6. » Le texte distingue deux tranches. La première correspond aux terrains à acquérir avant 1965 (IVe Plan). On retrouve ici deux projets attendus : Nanterre et Stains (Villetaneuse) et deux projets qui n’aboutiront pas : Fontenay-sous-Bois et Chatenay-Malabry/Le Plessis-Robinson. En tout, ce sont 119 hectares que le PADOG propose pour construire des établissements dédiés aux Sciences, Lettres et Droit et à l’École centrale mais pas à la Médecine qui est traitée à part. Une seconde tranche est envisagée pour couvrir l’accroissement prévu entre 1965 et 1971 (Ve Plan), entièrement à réaliser à Versailles sur deux parcelles de six et quatre hectares. La modestie des surfaces envisagées renvoie explicitement aux contraintes qui pèsent sur l’établissement du PADOG et qui vont demeurer présentes tout au long de la période étudiée. La croissance universitaire parisienne est en effet subie et non souhaitée. On cherche au contraire à « limiter l’afflux des étudiants provinciaux sur Paris » et à décentraliser « plusieurs grandes écoles nationales, laboratoires ou centres nationaux d’études7 » dans les grandes villes de province. Ce parti pris malthusien, qui s’applique au développement universitaire comme au développement urbain dans le PADOG, n’empêche pas les aménageurs de faire des propositions fortes. D’une part, ils souhaitent que les nouvelles implantations soient toutes localisées « en banlieue8 ». D’autre part, les établissements universitaires nouveaux sont considérés comme « des éléments importants d’attraction des noyaux urbains nouveaux9 » appelés à restructurer cette banlieue.

  • 10 PADOG, p. 7. Voir aussi, dans le même ouvrage, la contribution d’Emmanuelle Giry et Édith Pirio.
  • 11 Cochin, Saint-Antoine, La Pitié-Salpêtrière, Necker-enfants malades, Lariboisière, Beaujon, Bicêtr (...)
  • 12 PADOG, p. 7.
  • 13 F. Bourillon, N. Bertrand, C. Blandin, L. Coudroy de Lille et A. Oubaidourahaman (dir.), Aux origi (...)

5Le PADOG traite à part les hôpitaux qui ont fait l’objet de l’ordonnance du 30 décembre 1958 créant les centres hospitaliers universitaires (CHU). Contrairement aux équipements universitaires, hôpitaux et CHU bénéficient d’une réflexion poussée qui débouche sur un « plan hospitalier de la région parisienne10 ». Trois principes essentiels de répartition géographique sont avancés, qu’on retrouvera dix ans plus tard lors de l’élaboration du « schéma directeur universitaire de l’Académie de Paris ». Premièrement, la « carte hospitalière » est le produit d’une réflexion statistique conduite de 1952 à 1956 par la direction départementale de la Santé de la Seine sur la base d’indicateurs (lits par habitants) appliqués à des zones géographiques pré-identifiées (Paris, le département de la Seine, la frange urbanisée de la Seine-et-Oise, la zone rurale de la région parisienne). À notre connaissance, il n’existe pas de réflexion comparable au sein du ministère de l’Éducation nationale avant 1965. Second principe, le plan hospitalier conduit à isoler neuf hôpitaux qui sont chacun l’équivalent d’un CHU régional, tout en préservant la tutelle unique et historique de l’Assistance publique11. C’est déjà l’idée d’un éclatement de la faculté de Médecine qui préfigure les universités de Paris V, Paris VI, Paris VII de 1970. Troisième principe, le renforcement de l’équipement hospitalier de la banlieue n’a pas pour but de dupliquer les grands hôpitaux parisiens mais simplement de contribuer au desserrement et, déjà, à libérer des réserves foncières intra-muros, ce qui « pourrait constituer une opération foncière et urbanistique intéressante12 ». Dans l’esprit de la politique d’aménagement du territoire de cette époque, ce sont les CHU des grandes villes de province qui doivent compenser la vocation nationale des hôpitaux parisiens, tandis que la banlieue doit se contenter de développer des centres hospitaliers d’envergure départementale. Ce schéma de 1960 explique les conditions parfois difficiles dans lesquelles se développeront dix ans plus tard les UER de médecine de Créteil et surtout de Bobigny (rattachée à Paris XIII)13.

L’offensive des aménageurs 1964-1967

  • 14 L. Vadelorge, Retour sur les villes nouvelles. Une histoire urbaine du XXe siècle, Paris, Créaphis (...)
  • 15 SDAURP, p. 122.
  • 16 SDAURP, p. 72.
  • 17 SDAURP, p. 97.
  • 18 SDAURP, p. 115.
  • 19 SDAURP, p. 96.
  • 20 SDAURP, p. 110.
  • 21 Sur les cartes réalisées parallèlement à la publication du texte du SDAURP, on note qu’un rectangl (...)

6Le fameux schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (SDAURP) rédigé sous l’autorité du délégué général au District de la région parisienne, Paul Delouvrier, entre 1962 et 1964 et rendu public en juin 1965, est paradoxalement moins intéressant que le PADOG sur la question de la carte universitaire. Ce texte, qui défend le principe de projection de l’aménagement de la région parisienne à l’horizon de l’an 200014, reste très prudent sur les universités écrivant même « personne n’a proposé de déplacer ni Notre-Dame, ni la Sorbonne15 ». Le fameux plaidoyer pour les villes nouvelles s’arrête au seuil des universités nouvelles : « Chacune n’a pas besoin de posséder un aéroport, ni une université complète16. » Les rédacteurs du SDAURP se situent encore dans la logique du « desserrement » des facultés parisiennes en parlant « d’établissements universitaires17 » pour Cergy-Pontoise ou de « collège universitaire » pour Montreuil18, sans en préciser la taille. En revanche, d’autres localisations sont désignées pour accueillir des grands projets universitaires, ce qui marque une rupture avec le PADOG : la zone de Villetaneuse/Montmagny qui « doit devenir le centre universitaire du Nord19 » ; l’est du plateau de Saclay dont on souhaite renforcer la vocation scientifique par le biais du transfert de l’École polytechnique et l’extension de la faculté des Sciences d’Orsay ; la plaine de Montesson où l’on envisage « la création d’un ensemble universitaire et culturel20 » ; la future Marne-la-Vallée où l’on envisage de créer un « ensemble universitaire » à Bry-sur-Marne/Noisy-le-Grand21.

  • 22 Archives régionales d’IDF, 23 WIA 354, lettre du 23 janvier 1963.
  • 23 AN, 19770534/1.

7Si le SDAURP reste au final assez évasif sur la question universitaire, c’est pourtant bien du District que vient le renouveau. En entérinant l’idée que les conceptions malthusiennes de l’aménagement régional ne sont pas adaptées à la réalité de la croissance urbaine, Delouvrier contribue à débloquer le tabou des politiques de l’offre. Pour ce qui concerne les universités, c’est l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (IAURP) né en 1960 qui joue le rôle essentiel. En 1963, dans le cadre de la préparation du Ve Plan, Serge Goldberg, directeur des études générales à l’IAURP et futur directeur de l’établissement public d’aménagement de Saint-Quentin-en-Yvelines confie à une chargée d’études Ève Drouant le soin de travailler sur les hypothèses d’évolution des effectifs de l’enseignement supérieur dans la région de Paris22. Le rapport Drouant, rendu en 196523, servira de référence pour le ministère de l’Éducation nationale jusqu’au début des années 1970. Il établit des prévisions à l’horizon 1975 et 1985. La prospective remplace alors la prévision et permet de changer d’échelle spatio-temporelle.

  • 24 Archives régionales d’IDF, 23 WIA 357.
  • 25 L. Vadelorge, « Campus ou ville universitaire ? », J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir. (...)
  • 26 Sur les liens entre architecture et universités parisiennes, É. Marantz et S. Méchine (dir.), Cons (...)

8Parallèlement, l’IAURP reprend l’idée déjà contenue dans le PADOG que l’équipement universitaire peut constituer un levier pour transformer la banlieue. Au printemps 1965 l’IAURP rédige les éléments pour un concours d’architecture destiné au « complexe universitaire de Villetaneuse24 ». Les surfaces initialement prévues sont décuplées pour réaliser trois facultés (Sciences, Lettres, Droit), une bibliothèque, des résidences étudiantes et divers services. Au début de l’année 1966, le ministère et le District lancent conjointement le « concours d’idées pour un aménagement de la plaine de Villetaneuse-Deuil-Montmagny comportant un ensemble universitaire25 ». Il porte sur une surface de près de 1 000 hectares, à cheval sur trois communes et deux départements. Il s’agit d’une véritable ville nouvelle universitaire et deux cents cabinets d’architectes répondent à la première phase du concours26. Signe de l’intérêt du District pour les équipements universitaires, Les Cahiers de l’IAURP publient trois numéros consacrés aux campus : en 1964 sur Orsay, en 1970 sur le concours de Villetaneuse, en 1971 sur les campus universitaires européens.

Le ministère des possibles

9La lecture des archives du ministère Faure (juin 1968-juillet 1969) constitue un vrai défi pour l’historien. Les hypothèses de travail fusent de tous les côtés, donnant l’impression que tout est possible et que le ministère ne sait pas réellement où il va. La question de la carte universitaire, qui est très clairement mise à l’agenda, n’échappe pas à la règle. Au fil des réunions des différents groupes de travail à géométrie variable qui se multiplient à l’automne 1968, plusieurs hypothèses de localisation universitaire sont évoquées, précisées ou abandonnées. Derrière l’impression dominante d’improvisation, on pointera cependant l’évidence d’une émulation entre aménageurs et fonctionnaires qui comprennent très rapidement qu’une fenêtre de tir s’ouvre pour développer de nouvelles universités en région parisienne.

Les conséquences de la loi Faure sur la carte universitaire

  • 27 Archives de l’Assemblée nationale, séance du 8 octobre 1968.
  • 28 La croissance des flux étudiants conduit parallèlement le ministère à développer un programme de c (...)

10Promulguée le 12 novembre 1968, la loi Faure est généralement considérée comme l’origine de l’éclatement de l’Université de Paris. Pourtant, lors de l’examen à l’Assemblée nationale du fameux article 6, ni les parlementaires ni le ministre n’évoquent la création de plusieurs universités en région parisienne27. La discussion porte exclusivement sur le « monopole » universitaire, c’est-à-dire l’obligation pour un étudiant dont les parents résident dans une académie de suivre les premier et second cycles universitaires dans l’université de cette académie. Edgar Faure refuse un amendement demandant la suppression du « monopole géographique » en indiquant que l’Université de Paris qui va accueillir « 32 000 étudiants de plus à la rentrée 1968 » ne peut en accepter 10 000 ou 20 000 de plus28. À une autre question portant sur la sectorisation spécifique à l’Université de Paris et l’obligation pour les étudiants parisiens de suivre leurs premiers cycles dans certaines facultés, le ministre répond que le critère de sectorisation géographique est le moins arbitraire pour répartir les étudiants entre les facultés de Lettres (Sorbonne, Censier, Nanterre) et de Droit (Sorbonne, Nanterre). Il ne fait aucune allusion à des projets de création pourtant étudiés par son ministère depuis plusieurs années comme Créteil ou Villetaneuse.

  • 29 AN, 19770534/1.
  • 30 « Les prodromes de Vincennes », C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du cent (...)

11Cependant, dès le 12 septembre 1968, des réunions sont organisées à date régulière sur le sujet des « implantations universitaires en région parisienne ». Y participent des hauts-fonctionnaires (directeurs ou sous-directeurs d’administration centrale) de la direction de l’Enseignement supérieur, de la préfecture de région et du service du Plan. De toute évidence, le ministère Faure entend se saisir de la question comme en témoigne la présence dès la seconde réunion de Jacques de Chalendar et de Jean Sirinelli aux côtés du recteur Antoine, chargé de mission auprès du ministre29. Le rapprochement entre les institutions régionales et le ministère se concrétise en novembre 1968 par la mise en place d’une cellule statistique commune au rectorat de Paris, à la direction de l’Enseignement supérieur et à la préfecture de région. À cette date, le ministère vient de lancer les universités expérimentales de Vincennes et Dauphine et songe en ouvrir une troisième à Antony30. Le 15 novembre 1968, le recteur Alliot, directeur de cabinet d’Edgar Faure explique aux représentants de la préfecture de région les « incidences sur les implantations universitaires de la loi d’orientation ». Cette réunion constitue de toute évidence un moment charnière. Alliot indique explicitement que « l’éclatement géographique » des facultés (Orsay, Nanterre) va conduire à « l’éclatement juridique » et donc implicitement à la création de nouvelles universités. Il précise également la doctrine du ministère en la matière :

  • 31 AN, 19770534/1.

« À partir de maintenant, afin de permettre une participation efficace des enseignants et des étudiants à la gestion des établissements d’enseignement supérieur, il est souhaitable que le volume d’une université soit limité à 12 000 ou 15 000 étudiants. […] Le seuil d’éclatement d’une université devrait être fixé à 25 000 étudiants31. »

12On le voit, les choses vont très vite puisque nous ne sommes qu’à trois jours de la promulgation de la loi. La double norme de fondation et de division des universités en région parisienne est fixée et va contraindre à la fois les établissements et les aménageurs. Les hypothèses de localisation de cette époque s’inscrivent donc à la fois dans la continuité de la période précédente et dans la rupture.

Une carte d’écolier pour un plan universitaire régional

13Les différentes options de localisation qui sont discutées entre septembre 1968 et juin 1969 sont en partie synthétisées sur un document étonnant retrouvé dans le fonds du service du Plan et de la carte universitaire et non précisément daté. Il s’agit d’une carte, rapidement dessinée sur un papier à carreaux et coloriée à la main avec des ajouts au feutre pour les légendes (voir la carte 1 en couleur). La date de réalisation de cette carte peut varier entre 1969 et 1971, l’objet du document étant de décrire les implantations universitaires prévues au VIe (1971-1975) et VIIe Plan (1976-1980). On notera cependant que certains sites présentés ne portent pas sur la carte les numéros que leur donnera le décret Guichard de mars 1970, ce qui oriente peut être vers une réalisation contemporaine du ministère Faure.

14La carte conforte le principe de la sectorisation : Nord, Est, Sud, Ouest et Nord-Ouest. À chaque secteur correspondent plusieurs implantations universitaires détaillées à la fois en cycles et en disciplines. Les IUT sont également mentionnés. Les nouvelles limites départementales sont précisées ainsi que les axes de transports prévus par le SDAURP de 1965. Le travail de la cellule statistique est également présent sous la forme d’encadrés de prévisions d’effectifs en 1975 et 1985. Ce document constitue donc la synthèse du travail de planification réalisé par les différents services du Plan, de la préfecture et de la direction de l’Enseignement supérieur entre 1965 et 1970.

15Dans le détail, les localisations relèvent de projets plus ou moins aboutis sous le ministère Faure et qui évoluent très rapidement. Les archives témoignent de deux types d’hésitations. Les premières sur les superficies à réserver. Certaines opérations projetées ne concernent que quelques hectares comme à Versailles, Montreuil ou Trappes tandis que d’autres s’étendent sur de grandes surfaces comme Montesson (100 ha), Verrière-le-Buisson (55 ha) ou Noisy-le-Grand (75 ha). Les secondes sur les affectations qui sont précisées pour certains sites (CPEM à Bobigny ou Garches, IUT à Boulogne ou Argenteuil, faculté des Sciences à Montesson, faculté des Lettres à Antony) ou au contraire non spécifiées (Noisy-le-Grand, Trappes).

Localisation

Date d’apparition dans les archives

Désignation

Superficie

Nombre d’étudiants

Villetaneuse-Montmagny

12 septembre 1968

NR

NR

NR

Verrière-le-Buisson

12 septembre 1968

NR

55 ha DUP dont 20 ha pour l’université (15 novembre 1968)

NR

Versailles

12 septembre 1968

NR

27 ha au terrain des Mortemets (armée) (15 novembre 1968)

NR

Montreuil Les murs à pêches

12 septembre 1968

NR

10 ha (15 novembre 1968)

NR

Créteil

12 septembre 1968

Ensemble pluridisciplinaire

8 à 9 ha

NR

Trappes

11 octobre 1968

« centre universitaire »

5 à 8 ha (15 novembre 1968)

NR

Mantes

11 octobre 1968

NR

NR

NR

Montesson (on indique en avril 1969 que les terrains ne seront disponibles qu’en 1976)

11 octobre 1968

Faculté des Sciences (15 décembre 1968)

100 ha (15 décembre 1968)

NR

Bobigny

11 octobre 1968

CPEM

NR

900 places (13 novembre 1968)

Antony puis Bures-sur-Yvette ou Villejuif

11 octobre 1968 : abandon et remplacement le 13 novembre 1968 par Bures ou Villejuif

Lettres/Droit

NR

NR

Asnières

11 octobre 1968

Lettres/Droit en remplacement d’Antony

NR

NR

Chatenay-Malabry

11 octobre 1968

Pharmacie

NR

NR

Kremlin-Bicêtre

11 octobre 1968

CPEM

NR

NR

Aubervilliers

11 octobre 1968

CPEM

NR

NR

Garches

13 novembre 1968

CPEM

2 + 1 ha

1500 places

Massy-Antony

13 novembre 1968

Droit hébergé dans un lycée technique

NR

NR

Saint-Denis

13 novembre 1968

NR

5 ha caserne de Saint-Denis

NR

Noisy-le-Grand

15 novembre 1968

NR

75 ha (15 avril 1969)

NR

Rueil-Buzenval

15 novembre 1968

IUT

3 ha

NR

Villeneuve-Saint-Georges

15 novembre 1968

IUT

NR

NR

Sceaux

15 novembre 1968

IUT

NR

NR

Boulogne-sur-Seine

15 novembre 1968

IUT

NR

NR

Saint-Germain-en-Laye

15 décembre 1968

CPEM

10 ha

NR

Mantes

15 décembre 1968

Implantation universitaire à long terme

NR

NR

Argenteuil

15 décembre 1968

IUT

NR

NR

Boissy-Saint-Léger

15 avril 1969

NR

15 ha

NR

Tableau 1. – Synthèse des hypothèses de localisations universitaires en région parisienne sous le ministère Faure (source AN, 19770534/1).

Le point de vue des aménageurs

16Le ministère Faure correspond à un moment où la préfecture de région essaie de pousser ses arguments dans la mesure où la pression sur l’Université de Paris consécutive à la crise de Mai rend possible la prise de décision. Pour Delouvrier, il est possible de passer de la phase des hypothèses à celle de la programmation des équipements dans le cadre du VIe Plan. Les équipements universitaires sont alors considérés comme des leviers permettant la réalisation des objectifs du SDAURP, au même titre que les préfectures. Le 15 novembre et le 19 décembre 1968, le préfet de la région parisienne participe aux réunions, signe que le District a parfaitement compris qu’il disposait d’une « fenêtre de tir ».

  • 32 AN, 19770534/1, réunion du 19 décembre 1968.

17Lors de ces réunions, Delouvrier rappelle que les implantations universitaires nécessitent du temps, qu’il faut trois ans en moyenne pour acquérir le sol auxquels il faut ajouter la réalisation de voiries d’accès. Il souligne aussi que « les implantations universitaires doivent être réalisées dans une certaine perspective d’urbanisation » et rejette explicitement l’hypothèse d’une implantation universitaire à Mantes-la-Jolie sur le site de Moisson qui ne serait « qu’un campus à l’américaine coupé de la ville32 » ; a contrario, il signale l’intérêt du site de Noisy-le-Grand, en raison à la fois de l’accès par le futur RER et plus encore des disponibilités foncières. La chronologie des villes nouvelles explique clairement cette prise de position. Si les emplacements sont fixés depuis 1964 et si les missions d’études et d’aménagement de Cergy, Trappes et Évry ont été fondées en 1966-1967, il faut attendre la circulaire Couve de Murville du 24 octobre 1968 pour que l’État s’engage définitivement dans la réalisation par le biais de la création d’établissements publics d’aménagement. Le lancement des villes nouvelles est donc contemporain de la loi Faure sur les universités, ce qui dessine des perspectives nouvelles pour la carte universitaire et pose d’emblée la question des arbitrages.

L’argumentaire du reflux

  • 33 M. Baron, « Les transformations de la carte universitaire depuis les années 1960 : constats et enj (...)

18En dehors des sites de Créteil et de Villetaneuse dont la construction est d’ores et déjà lancée en 1970, les perspectives ambitieuses du ministère Faure restent lettres mortes. Le développement de l’espace universitaire francilien est bloqué durablement et il faudra attendre le début des années 1990 pour que de nouvelles universités soient créées en Île-de-France33.

Un délégué à l’Aménagement du territoire à l’Éducation nationale

  • 34 Nous remercions Antoine Prost d’avoir attiré notre attention sur ce point lors du colloque.

19Le ministère Guichard (juin 1969-juillet 1972) marque le retour des injonctions de l’aménagement du territoire qui étaient passées au second plan sous le ministère Faure au regard de l’urgence de la gestion de la crise universitaire. Dès 1971, on prépare donc un schéma directeur de développement des enseignements supérieurs à l’échelle du bassin parisien dont les conclusions contribuent objectivement à arrêter le développement des universités en banlieue. La comparaison de l’évolution des treize universités de la région parisienne, des six universités de la « Couronne du bassin parisien » et des universités de province entre 1964 et 1972 montre qu’au-delà l’artefact de la croissance initiale consécutive à la création des universités de Rouen (1966), Orléans (1966), Reims (1971), Tours (1970), Le Mans (1969) et Amiens (1969)34, la Couronne du bassin parisien ne parvient pas à ralentir la dynamique francilienne.

  • 35 Cité dans P. Lamard et P.-Y. Lequin, La technologie entre à l’Université. Compiègne, Sevenas, Belf (...)

20Le ministère Guichard en tire une première conséquence en décidant le transfert de l’« université des Sciences et techniques » envisagée sous le ministère Faure pour Villetaneuse à Compiègne au nom du « desserrement des universités parisiennes35 ». Les défenseurs d’un desserrement interne à l’Île-de-France ne désarment pas pour autant.

Années

Région parisienne

Couronne Bassin parisien

Province (hors Bassin parisien)

1964-1965 – 1966-1967

+ 10,2

+ 23,5

+ 12,4

1966-1967 – 1969-1970

+ 9,9

+ 21,5

+ 12,2

1969-1970 – 1971-1972

+ 9,7

+ 5,2

+ 4,0

  • 36 AN, 19770534/1, schéma directeur de développement des enseignements supérieurs dans le Bassin pari (...)

Tableau 2. – Taux de croissance des effectifs étudiants par grandes zones entre 1964 et 197236.

Le schéma directeur des implantations universitaires dans l’Académie de Paris pour le VIe Plan

  • 37 Décret du 22 décembre 1971, création au 1er janvier 1972.
  • 38 Les prévisions d’accueil pour Tolbiac fluctuent entre 4 000 et 8 000 étudiants.

21Le dernier « plan » de notre corpus est réalisé en 1971 à l’initiative du rectorat de Paris, en amont de la création des nouvelles académies de Créteil et Versailles37. Confrontés à une prévision de croissance des effectifs de 44 000 étudiants à l’horizon 1975, le « schéma directeur des implantations universitaires dans l’Académie de Paris pour le VIe Plan » entérine l’idée de nouvelles implantations. Il rompt cependant avec la logique de la ligne de Sceaux en considérant qu’il s’agit désormais de diriger les effectifs vers d’autres secteurs. La reconnaissance de l’importance du secteur central (128 000 étudiants intra-muros en 1971) amène les rapporteurs à accepter la densification du site de Jussieu (six barres à construire quai Saint-Bernard) et l’acceptation du « Centre multidisciplinaire de Tolbiac » de 6 700 places38 sans compter les locaux de Médecine au sein des hôpitaux Bichat et Lariboisière. Les sites de Villetaneuse et de Créteil déjà lancés voient leur rôle conforté, ce qui annonce une densification sur place. En revanche, dès cette époque, on considère que Vincennes, qui accueille 12 500 étudiants est arrivé à saturation et qu’il faut envisager de redéployer les effectifs à venir vers Créteil ou Noisy-le-Grand.

22Ce schéma directeur permet également de hiérarchiser un certain nombre de projets, à commencer par ceux des villes nouvelles. L’université de Cergy-Pontoise, insérée dans le secteur Nord est reportée au-delà de 1975 de même que celle de Montesson, Nanterre étant jugée suffisante pour le VIe Plan. Au sud, le destin de Verrières-le-Buisson semble scellé dès cette date puisque le schéma envisage de transformer l’équipement en « université expérimentale audiovisuelle » qu’on appelle même « université des ondes » ! En revanche, la nécessité de créer dès le VIe Plan des centres universitaires dans d’autres secteurs est réaffirmée. À l’ouest, l’université de Trappes qu’on appelle déjà Saint-Quentin-en-Yvelines prend le pas sur celle de Versailles. On lui promet un grand destin en lui rattachant un CHU à construire à Saint-Germain-en-Laye et le transfert de l’École normale supérieure de Saint-Cloud ! À l’est, les sites de Boissy-Saint-Léger et Noisy-le-Grand sont confortés même si pour cette dernière le développement est prévu plutôt après 1975. Ce qui frappe enfin dans ce projet piloté par le rectorat c’est la réduction des surfaces envisagées. Il n’est plus question de 100 hectares mais de superficies plus modestes comme les 5 hectares de Boissy-Saint-Léger ou les 12 hectares du site d’Étiolles à Melun-Sénart.

L’abandon des universités de villes nouvelles

  • 39 AN, 19770534/2, lettre de Guy Salmon-Legagneur (secrétaire-général adjoint du Groupe central des v (...)
  • 40 Voir dans le même ouvrage la communication de Florence Bourillon.

23Le projet de 1971 est contemporain de la réalisation des schémas d’aménagement des villes nouvelles. Des réservations de terrain très importantes ont été faites et les aménageurs envisagent l’accueil des premiers étudiants en 1975 (Noisy-le-Grand, Trappes, Étiolles) ou 1976 (Cergy-Pontoise) ce qui implique des constructions démarrant dès 1972 à Trappes et 1973 à Noisy-le-Grand. Les effectifs attendus à Trappes pour 1975 sont de 7 000 étudiants39. Les établissements publics d’aménagement mettent à l’étude la programmation des équipements universitaires avec un évident enthousiasme, notamment à Saint-Quentin-en-Yvelines où, dès 1972, apparaît le futur site de Guyancourt et à Marne-la-Vallée où « l’université de Noisy-le-Grand est une occasion exceptionnelle ». En dépit de la mobilisation des équipes et du relais du Groupe central des villes nouvelles, les ministères Guichard puis Fontanet tergiversent et reportent les décisions au-delà de 197540.

  • 41 B. Lebeau et L. Vadelorge, « Les scenarii contradictoires du retour en ville : le cas de l’univers (...)
  • 42 Voir, dans le même ouvrage, la contribution de Florence Bourillon.
  • 43 AN, 19790149, lettre de Jean-Pierre Soisson au ministre de l’Équipement-DAFU, 18 mars 1975.

24Plus encore, l’existence des projets universitaires en villes nouvelles fournit des arguments au ministère pour abandonner officiellement d’autres sites. L’ensemble universitaire et urbain de Villetaneuse est réduit à un simple campus enclavé durablement dans la banlieue nord41 et le projet de centre universitaire à Boissy-Saint-Léger42 pourtant très avancé est laissé en souffrance jusqu’au moment où le nouveau secrétaire d’État aux Universités du gouvernement Chirac lui assène le coup de grâce : « À la suite d’études détaillées de carte universitaire, il a paru plus rationnel de procéder en région parisienne et en tant que de besoin aux implantations universitaires dans les villes nouvelles (en cours de création ou à créer) plutôt que dans le voisinage de centres existants. En conséquence, le projet de centre universitaire à Boissy-Saint-Léger est abandonné43. »

25C’est dire que finalement l’époque qui court de 1970 à 1975 est autant celle du reflux que celle de la décantation des projets. La carte universitaire sans doute trop généreuse qui s’était esquissée sous le ministère Faure a été hiérarchisée sous les ministères Guichard et Fontanet pour être finalement arbitrée et mise en sommeil au début du septennat giscardien. L’hypothèse des universités de villes nouvelles en sort paradoxalement confortée. Si les noms de Montesson, Boissy-Saint-Léger, Verrières-le-Buisson disparaissent de l’espace universitaire francilien, ceux d’Évry, Cergy, Saint-Quentin-en-Yvelines et Marne-la-Vallée renaîtront au début des années 1990.

*

  • 44 Cf. F. Bourillonet al., op. cit., et M. Giovaninetti, « Les implantations universitaires en Seine- (...)
  • 45 « Enseignements supérieurs », J. Beaujeu-Garnier et J. Bastié, Atlas de Paris et de la région pari (...)

26Au terme de l’analyse on soulignera que la notion de carte universitaire en région parisienne existe bien au moment de l’éclatement de la Sorbonne en 1970 et qu’elle résulte d’une construction croisée entre le rectorat de Paris, la direction de la Prévision du ministère de l’Éducation nationale et la préfecture de région. Cette carte a une histoire complexe mais aussi décisive qui démontre que les choix structurants se situent au croisement des arbitrages entre long terme et court terme, sans parler des pressions des collectivités locales dont la recherche révèle le rôle souvent actif (Créteil, Saint-Denis44). L’étude révèle aussi que la planification universitaire est uniquement l’affaire de responsables administratifs et politiques et qu’y manquent deux absents de marques : ni les doyens des facultés avant 1970 ni les présidents des treize universités ensuite, ne sont en effet conviés aux réunions. L’expertise universitaire n’est pas davantage au rendez-vous en dépit de l’existence de travaux sur la géographie universitaire en région parisienne45, témoignage supplémentaire des limites de l’autonomie issue de la loi Faure.

Notes

1 C. Hottin, « Les délices du campus ou le douloureux exil », Revue d’histoire de l’Éducation, no 102, mai 2004, p. 267-293.

2 C. Charle et J. Verger (dir.), Histoire des universités. XIIe-XXIe siècle, PUF, 2012, chap. vii et viii ; A. Prost, Éducation, société et politiques. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. « Points histoire », 1992.

3 A. Prost, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 4 : L’école et la famille dans une société en mutation (depuis 1930), Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2004 ; A. Tuilier, Histoire de l’Université de Paris et de la Sorbonne, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1994.

4 L. Vadelorge, « Du District de la région parisienne au Conseil régional d’Île-de-France : la loi de 1972 en miroir », Pour Mémoire, hors-série, 2012, p. 42-54.

5 S. Vassal, « Les nouveaux ensembles universitaires français. Éléments de géographie urbaine », Annales de Géographie, no 426, 1969, p. 131-157.

6 PADOG, chap. iii : « Établissements d’enseignement supérieur », p. 5.

7 PADOG, p. 70.

8 PADOG, p. 70.

9 Ibid.

10 PADOG, p. 7. Voir aussi, dans le même ouvrage, la contribution d’Emmanuelle Giry et Édith Pirio.

11 Cochin, Saint-Antoine, La Pitié-Salpêtrière, Necker-enfants malades, Lariboisière, Beaujon, Bicêtre, Broussais, Claude-Bernard.

12 PADOG, p. 7.

13 F. Bourillon, N. Bertrand, C. Blandin, L. Coudroy de Lille et A. Oubaidourahaman (dir.), Aux origines de l’UPEC, Créteil, UPEC, 2011 ; P. Casassus, « L’UFR SMBH : Innover pour grandir », J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir.), Paris XIII. Histoire d’une université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg International, 2012.

14 L. Vadelorge, Retour sur les villes nouvelles. Une histoire urbaine du XXe siècle, Paris, Créaphis, 2014.

15 SDAURP, p. 122.

16 SDAURP, p. 72.

17 SDAURP, p. 97.

18 SDAURP, p. 115.

19 SDAURP, p. 96.

20 SDAURP, p. 110.

21 Sur les cartes réalisées parallèlement à la publication du texte du SDAURP, on note qu’un rectangle orange (équipements universitaires) est clairement visible au sud de la boucle de la Marne vers Boissy/Bonneuil. Voir également sur les origines de Paris XII, A. Bussinger, Le Val-de-Marne. Un million de citoyens 94, Créteil, Centre d’études économiques et sociales du Val-de-Marne, 1969, p. 383.

22 Archives régionales d’IDF, 23 WIA 354, lettre du 23 janvier 1963.

23 AN, 19770534/1.

24 Archives régionales d’IDF, 23 WIA 357.

25 L. Vadelorge, « Campus ou ville universitaire ? », J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir.), op. cit., p. 39-52.

26 Sur les liens entre architecture et universités parisiennes, É. Marantz et S. Méchine (dir.), Construire l’université. Architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016.

27 Archives de l’Assemblée nationale, séance du 8 octobre 1968.

28 La croissance des flux étudiants conduit parallèlement le ministère à développer un programme de construction « d’urgence » de « centres universitaires » à Clignancourt (arch. : Maurice Cammas, GEEP-Industries, 1968, 3 000 étudiants), Clichy (ibid.), Asnières (ibid.) et bien sûr de Vincennes (arch. : Georges Delanoë, GEEP-Industries, 1968, 7 500 étudiants), Saint-Maur (arch. : Maurice Cammas, GEEP-Industries, 1969, 5 000 étudiants). Cf. à ce sujet T. Vétillart, Les centres universitaires de GEEP-Industries : un spécimen de construction industrialisée dans la commande publique (1968-1971), master 1 d’histoire de l’art sous la direction d’É. Marantz, université de Paris I, 2013-2014.

29 AN, 19770534/1.

30 « Les prodromes de Vincennes », C. Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du centre expérimental de Vincennes, PUV, 2012, p. 31-84.

31 AN, 19770534/1.

32 AN, 19770534/1, réunion du 19 décembre 1968.

33 M. Baron, « Les transformations de la carte universitaire depuis les années 1960 : constats et enjeux », Le Mouvement social, no 233, octobre-novembre 2010, p. 93-105.

34 Nous remercions Antoine Prost d’avoir attiré notre attention sur ce point lors du colloque.

35 Cité dans P. Lamard et P.-Y. Lequin, La technologie entre à l’Université. Compiègne, Sevenas, Belfort-Montbéliard, Belfort, Presses de l’UTBM, 2005, p. 92.

36 AN, 19770534/1, schéma directeur de développement des enseignements supérieurs dans le Bassin parisien (février 1973).

37 Décret du 22 décembre 1971, création au 1er janvier 1972.

38 Les prévisions d’accueil pour Tolbiac fluctuent entre 4 000 et 8 000 étudiants.

39 AN, 19770534/2, lettre de Guy Salmon-Legagneur (secrétaire-général adjoint du Groupe central des villes nouvelles) au ministre de l’Éducation nationale, février 1971.

40 Voir dans le même ouvrage la communication de Florence Bourillon.

41 B. Lebeau et L. Vadelorge, « Les scenarii contradictoires du retour en ville : le cas de l’université Paris XIII », Espaces et sociétés, 159, 2014, p. 95-110.

42 Voir, dans le même ouvrage, la contribution de Florence Bourillon.

43 AN, 19790149, lettre de Jean-Pierre Soisson au ministre de l’Équipement-DAFU, 18 mars 1975.

44 Cf. F. Bourillonet al., op. cit., et M. Giovaninetti, « Les implantations universitaires en Seine-Saint-Denis, 1967-1981 : tensions et contradictions politiques et structurelles », Espaces et Sociétés, no 159, 2014, p. 77-94.

45 « Enseignements supérieurs », J. Beaujeu-Garnier et J. Bastié, Atlas de Paris et de la région parisienne, 1967 ; S. Vassal, « Les nouveaux ensembles universitaires français », op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site