Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

Stratégies ou tactiques immobilières pour l’enseignement supérieur parisien (1950-1975)

Christian Hottin

Texte intégral

1Le partage des locaux des anciennes facultés entre les nouvelles universités issues des réformes de 1968 reste un épisode peu connu, peu analysé, de l’histoire de l’enseignement supérieur parisien. Réalisé en un temps très court, il a pourtant donné naissance à une organisation matérielle qui s’est révélée extrêmement durable, même si de nombreux ajustements ont été ultérieurement nécessaires pour remédier aux situations les plus problématiques : en 2015, les grandes lignes de séparation opérées en 1970 restent parfaitement lisibles, les seules exceptions notables étant le départ de l’université Paris VII de Jussieu et son transfert dans la ZAC Paris Rive-Gauche, ainsi que le transfert en 1980 de l’université Paris VIII de Vincennes à Saint-Denis. Aujourd’hui encore, on reste frappé par la précipitation qui a caractérisé la mise en place de cette réorganisation complète de l’Université de Paris, la question des locaux ayant manifestement été considérée comme secondaire en regard des réflexions institutionnelles et non appréhendée comme faisant partie intégrante de ces dernières.

  • 1 Voir, dans le présent ouvrage, la contribution de Loïc Vadelorge.

2La brutalité des partages, source de conflits et de gênes pour les usagers, contraste avec le soin apporté, au cours des décennies précédentes, pour organiser plus rationnellement, sur le territoire francilien, la carte universitaire1. Pour cette raison, on commencera par réexaminer ces années d’après-guerre et la recherche d’une organisation plus efficace, en insistant notamment sur les diverses opérations menées en vue de doter la faculté des Sciences – la composante de l’université la plus exigeante en locaux – d’implantations à la mesure de la croissance importante de ses effectifs. Quant à la question de la partition des locaux de l’Université de Paris entre les nouvelles universités, elle appelle, pour être comprise, une explicitation des différentes étapes du processus administratif qui a conduit – précisément – à la décomposition de l’ordre antérieur et au démembrement de son espace. On verra alors à quel point la question des locaux apparaît tardivement dans les discussions, mais aussi combien elle a pu se révéler explosive, comme le rappelle le recteur Jacques Dehaussy :

  • 2 Lettre de Jacques Dehaussy, recteur-adjoint de l’Académie de Paris en 1969-1970, adressée au recte (...)

« Pour [les universités] de Paris-centre, nous avons dû procéder à des éclatements douloureusement ressentis, à des “divorces” entre des universitaires dont les tendances étaient incompatibles, autant qu’à des unions interdisciplinaires bien souvent imposées. Nous avons partagé, au prix d’orageuses et interminables concertations, des locaux qui, par leur nature originaire, n’étaient pas divisibles2. »

3Enfin, il faudra tenter d’expliciter certains des mécanismes sous-tendant ces partages ayant conduit à une transformation radicale de l’espace universitaire parisien. Certes, cette dernière a marqué, jusqu’à aujourd’hui et pour des années encore sans doute, les conditions de travail des universitaires, mais elle a en outre fait évoluer le statut des bâtiments eux-mêmes, notamment des plus anciens : ceux-ci ont cessé d’incarner l’institution pour devenir des expressions géographiques en même temps que des références symboliques pour asseoir la légitimité des institutions nouvelles.

La phase de déconcentration de l’Université de Paris (avant 1968)

Les rêves de la Libération

  • 3 AN, 2003041089, comité d’aménagement de la région parisienne, procès-verbal de la séance du 12 fév (...)
  • 4 Ibid.

4La question du redéploiement des facultés des Sciences et de Lettres se pose avec acuité dès la Libération. Une ordonnance du 24 octobre 1945 décide la création d’une cité universitaire scientifique sur les communes de Montrouge et Gentilly3, implantations envisagées notamment parce que la ligne de chemin de fer de Sceaux est en relation directe avec le Quartier latin grâce à la gare du Luxembourg. Ce projet ne sera cependant pas réalisé, étant donné les circonstances politiques et économiques. Reste que le désir de refondation de la Nation conduit à de belles rêveries architecturales. Roger-Henri Expert imagine plusieurs projets d’implantation en banlieue sud, notamment une vaste cité scientifique se déployant entre la cité universitaire et le fort de Montrouge, tout entière organisée autour d’un parc à la française, tandis que plus au sud encore, c’est tout le parc de Sceaux qui est transformé pour devenir un immense parc résidentiel universitaire. Mais l’ordonnance est abrogée par une loi votée à l’Assemblée nationale en sa séance du 17 février 1948 et au conseil de la République le 19 février de la même année4. Il faut revenir à des options plus réalistes.

La faculté des Sciences en quête d’espace

  • 5 Ibid., exposé des difficultés de la faculté des Sciences devant le manque de locaux, p. 4.

5La question de l’extension de la faculté des Sciences reste posée. Elle fait l’objet de nombreuses concertations administratives. La dispersion des services et l’obsolescence des équipements ne sont plus les causes principales de cette effervescence : l’augmentation rapide de la population étudiante est désormais un des paramètres fondamentaux de l’équation. Les effectifs de la faculté passent de 4 550 en 1940 à 8 705 en 1950, pour atteindre 10 655 en 19535.

  • 6 Ibid., exposé des difficultés de la faculté des Sciences devant le manque de locaux, p. 8.
  • 7 Voir, dans le présent ouvrage, les contributions d’Ana Bela de Araujo et de Franck Delorme.
  • 8 AN, 2003041089, lettre du doyen de la faculté des Sciences au recteur de l’Académie de Paris, 18 m (...)
  • 9 Ibid.

6Les projets de construction sur le site de la Halle aux vins semblent au point mort6, on se tourne résolument vers la banlieue. Après l’échec de Montrouge et l’enlisement du projet de Bagneux, l’opportunité offerte par le domaine d’Orsay permet de lancer un ambitieux projet7. Toutefois, le lancement de la construction de la faculté d’Orsay n’implique pas l’abandon de la Halle aux vins. Tout indique que les projets sont étudiés non comme offrant une alternative, mais plutôt comme présentant une complémentarité : Joseph Pérès souligne à plusieurs reprises que presque tous les enseignants sont favorables à une « politique mixte », « les deux projets devant être menés en étroite corrélation et avec un égal degré d’urgence8 ». La mission d’Orsay est ainsi définie : « Pour les enseignements spécialisés, aux effectifs limités, mais dont le caractère de préparation à la recherche exige de vastes installations, pour les laboratoires de recherche de la faculté, nécessitant de larges espaces loin des agglomérations turbulentes, dans un site propice à la méditation9. »

Une stratégie pour la faculté des Sciences : la vision de Marc Zamansky

7Au début des années 1960, l’implication d’André Malraux dans le projet de la faculté des Sciences de la Halle aux vins conduit à l’intervention d’un nouvel architecte, Édouard Albert, dans l’équipe. Imposant l’idée d’un plan de masse « compact », en forme de gril, il modifie radicalement le projet en cours. Mais, au moment où se dessine dans l’esprit des architectes une physionomie totalement nouvelle pour les bâtiments, l’institution universitaire lui assigne une fonction différente de celle envisagée précédemment. En effet, après 1945, il avait été question de transporter à la Halle aux vins toute la faculté des Sciences ; mais, après l’achat d’Orsay, s’était posée la question de la répartition des services entre les sites. Un temps, une certaine prééminence intellectuelle paraît accordée à Orsay, dont la superficie permet seule l’accueil de grands laboratoires de recherche ; à la même période le site parisien apparaît plutôt comme un lieu voué à l’enseignement de masse, et non comme un centre de recherche.

Illustration 1. – Les implantations de la faculté des Sciences à Paris. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.

  • 10 R. Poullain, « La rentrée 1964 à la faculté des Sciences », Éducation nationale, no 4, 26 janvier (...)
  • 11 M. Zamansky, « Une faculté des Sciences se construit en trois ans pour trente ans », Éducation nat (...)
  • 12 AN, F216673, programme pédagogique de Marc Zamansky pour la faculté des Sciences (1962).

8Cette opposition est dépassée, au début des années 1960, avec la réflexion que lance le nouveau doyen, Marc Zamansky. Il s’appuie sur une vision ambitieuse de ce que doit être la faculté10 : « Un immense service public qui fournira [à la Nation] [s]es cadres […], et continuera à se consacrer à son rôle fondamental qui est la recherche scientifique11. » Pour réaliser ce dessein, les dirigeants de la faculté envisagent, dans le temps et dans l’espace, ses évolutions prochaines ; on évalue la croissance à venir de la population étudiante, tout en pensant à son insertion dans l’espace francilien selon une véritable politique d’aménagement du territoire. La traduction en termes d’implantations de ces évolutions est une structure pyramidale qui confère une place éminente à la faculté de Paris-centre12. En 1970, une fois la Sorbonne totalement abandonnée, l’ensemble de la Halle aux vins doit accueillir 27 000 étudiants, dont 25 000 en deuxième et troisième cycles (sur un total de 45 000 pour toute la faculté de Paris) et seulement 2 000 en premier cycle (sur un total de 15 000). Hors de Paris, les sites d’Orsay et de Paris-nord (Villetaneuse) sont prévus pour recevoir chacun 12 000 étudiants répartis dans les trois cycles. Enfin, six collèges scientifiques universitaires (au nombre desquels se trouvent les antennes d’Orléans et de Reims) sont destinés à la formation, en premier cycle uniquement, de 9 000 étudiants. Si on ajoute que la faculté de Paris-centre sera le futur siège administratif de l’institution, on comprend que le projet hors-normes d’Albert et de ses collègues est bel et bien destiné à devenir, une fois construit, le vaisseau amiral d’une colossale faculté parisienne, forte de plus de 60 000 étudiants. Il en sera tout à la fois le centre névralgique et administratif, la tête chercheuse et pensante, le cœur vivant et la vitrine internationale.

Illustration 2. – Les implantations de la faculté des Sciences en région parisienne. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.

Illustration 3. – Les implantations de la faculté des Sciences en France. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.

Les espérances de la faculté des Lettres et du Rectorat (1960-1968)

  • 13 Voir, dans le présent ouvrage, la contribution de Géraud Kerhuel.

9Parmi les futures antennes de la faculté des Sciences, il en est une, prévue à Nanterre, qui ne verra jamais le jour. En revanche, le reste du programme nanterrois sort très rapidement de terre : la première tranche de la faculté des Lettres est édifiée en un peu plus de huit mois par Jacques et Jean-Paul Chauliat, qui relèvent le défi grâce à un recours massif à la préfabrication13. La faculté de Droit suit de près. Avec Nanterre, comme avec Censier qui constitue un autre grand chantier de redéploiement de la faculté des Lettres dans les années 1960, on est très loin des visions programmatiques professées par Marc Zamansky pour les sciences : l’urgence de bâtir rapidement pour accueillir des étudiants toujours plus nombreux l’emporte sur le souci d’aménagement du territoire, sur la recherche du geste architectural et sur la quête d’une organisation rationnelle des rapports entre centre et périphérie.

  • 14 Archives du rectorat, 1072 W 1.
  • 15 Ibid., lettre du doyen de la faculté des Lettres au recteur de l’Académie de Paris, 8 février 1967. (...)

10D’autre part, la Sorbonne, alors au cœur des études littéraires, doit conserver ce rôle. Le départ programmé de la faculté des Sciences à Jussieu offre même aux littéraires de belles opportunités de redéploiement. C’est en tout cas ce que suppose le doyen Marcel Durry. Reste que ce souhait va contre la volonté du rectorat, qui entend faire de la Sorbonne un vaste centre administratif pour l’Académie de Paris. En 1967, les plans dressés pour la future répartition des locaux de la Sorbonne montrent clairement un partage en faveur du rectorat14 : celui-ci récupèrerait toute la partie du bâtiment située au sud de la galerie Gerson. Seuls les amphithéâtres seraient affectés à la faculté des Lettres. La bibliothèque reprendrait quelques locaux, et les gains des littéraires se limiteraient aux pièces situées le long de la rue Saint-Jacques, entre la tour d’astronomie et le rectorat. Marcel Durry conteste vivement ce partage, « bien peu favorable aux besoins de la faculté, sans que celle-ci ait été appelée à en discuter et à faire valoir ses points de vue15 ». Et de refuser de voir sa faculté « confinée sur le pourtour de la cour d’honneur, encerclée d’une certaine manière, éparpillée par ailleurs, sans galeries ni issues qui lui seraient propres, sans caves et sans greniers » ; « autant dire qu’elle devrait renoncer à s’organiser raisonnablement ». Marcel Durry réclame au contraire un « partage cohérent » et « d’exécution échelonnée ». Le ton de la lettre laisse augurer de difficiles négociations. Elles n’auront pas lieu : le chantier de la Halle aux vins ayant pris du retard, les services de la chimie occupent encore les locaux en 1969 et il faut attendre 1971-1972 pour que les transferts en direction de Jussieu soient définitivement achevés.

11Les événements politiques et les réformes institutionnelles de 1968-1969 rendent toutefois anecdotique ce conflit mort-né : ces deux années voient une remise en cause fondamentale de l’architecture institutionnelle des universités françaises. L’impact de ce bouleversement sera particulièrement considérable pour l’Université de Paris, pour ses équipements matériels en général, et pour ses plus anciens bâtiments en particulier.

La phase de dislocation et de recomposition (après 1968)

Principes législatifs pour la création des universités

  • 16 Loi no 68-978 du 12 novembre 1968 d’orientation de l’enseignement supérieur, JORF, 13 novembre 196 (...)
  • 17 Loi no 68-978 du 12 novembre 1968 d’orientation de l’enseignement supérieur. Titre VIII. Mise en œ (...)
  • 18 Voir, par exemple, la note du doyen de la faculté des Lettres aux délégués des UER littéraires, no (...)

12La loi du 12 novembre 1968 fait de la pluridisciplinarité un principe essentiel d’organisation des universités : « Une ou plusieurs universités peuvent être créées dans le ressort de chaque académie. Les universités sont pluridisciplinaires et doivent associer autant que possible les arts et les lettres aux sciences et aux techniques. Elles peuvent cependant avoir une vocation dominante16. » Ce principe, en rupture avec l’organisation des facultés centrées sur un ensemble de disciplines proches, appelle à une remise à plat de la carte universitaire. L’état des enseignements dispensés dans les facultés au 31 décembre 1968 permet au ministère de l’Éducation nationale de dresser la liste des unités d’enseignement et de recherche (UER) de chaque académie. Il est ensuite prévu que les personnels de ces UER désignent leurs délégués, qui sont chargés d’établir les statuts de l’UER et qui siégeront dans les assemblées constitutives de l’Université que l’UER souhaite rejoindre17. En théorie, le mouvement initial de constitution des universités part de la base – les personnels – pour arriver à la constitution d’ensembles ayant la masse critique pour former une université : le rapprochement des UER autour d’un projet interdisciplinaire commun fait naître l’université. Toutefois, le ministère intervient constamment dans le processus, en particulier pour arbitrer et renforcer la pluridisciplinarité. Il le fait en contrant les projets des UER qui voudraient former une université organisée autour d’une seule famille de disciplines, voire reproduire purement et simplement sous l’appellation d’université une des anciennes facultés. Il est en outre prévu que les administrations des facultés s’en tiennent à expédier les affaires courantes jusqu’à la mise en place de la nouvelle organisation… Mais, là encore, bien des documents indiquent que les doyens ont joué un rôle majeur dans le processus, pour tenter de conserver leur périmètre d’action ou chercher à négocier des positions plus favorables18.

Une difficile mise en application

13Dans la pratique, le mouvement est encore plus chaotique, notamment pour les unités liées aux implantations parisiennes des facultés : les UER se déterminent certes pour telle ou telle université, mais au cours du processus, il peut arriver qu’elles éclatent à leur tour pour rejoindre des universités différentes. Bien entendu, les affinités intellectuelles, syndicales, politiques ou, tout simplement, l’amitié ou la détestation, jouent un rôle essentiel dans ces choix.

  • 19 Voir, dans le présent ouvrage, les contributions de Brice Le Gall, d’Emmanuelle Giry et Édith Piri (...)
  • 20 AD75, 3649 W 17, lettre de Marc Zamansky, 26 septembre 1969.
  • 21 Ibid., lettre de Marc Zamansky, 26 septembre 1969.
  • 22 Ibid., note aux présidents des conseils d’UER de Droit et Sciences économiques, 8 novembre 1969.
  • 23 Ibid., note aux présidents des conseils d’UER de Droit et Sciences économiques, 8 novembre 1969. La (...)
  • 24 Ibid., copie de la note du doyen de la faculté des Lettres aux délégués des UER littéraires, 12 jan (...)

14Les facultés de Paris-centre, soumises à de fortes pressions politiques et agitées par de vives tensions internes, tardent beaucoup à agréer leurs UER en projets d’universités19. Ainsi, en novembre 1969, les scientifiques de Paris-centre n’ont pas constitué de projet d’université20. Plus exactement, leur projet – la transformation de la faculté en université scientifique – est refusé par le ministère. Marc Zamansky et de nombreux délégués d’UER redoutent la pluridisciplinarité, vue comme inapplicable en raison de la spécificité des locaux en construction ou récemment construits : « On ne voyait pas […] comment cette notion de pluridisciplinarité pourrait s’accorder avec les faits, parmi lesquels figurent les besoins scientifiques fondamentaux, les liaisons entre laboratoires et des bâtiments qui ont été construits à des fins déterminées21. » La situation n’est pas meilleure en Droit puisque, le 8 novembre, juristes et économistes hésitent encore sur le nombre d’universités et sur leur composition22. Là encore, la pluridisciplinarité semble difficile à traduire concrètement : faut-il une seule université, ou bien deux universités aux dominantes distinctes, principalement axées sur le droit avec en leur sein un peu d’économie ? On entrevoit déjà combien les problèmes immobiliers seront délicats : « De façon plus terre-à-terre, comme aucune des deux universités ne pourrait se cantonner dans un seul des bâtiments actuels, la répartition des locaux poserait entre elles d’insolubles problèmes23. » En Lettres, le retard prend des proportions dramatiques. Le 12 janvier 1970, le doyen Las Vergnas écrit aux délégués des UER littéraires : « La structuration des universités de Paris-centre devient un problème très urgent. Des solutions multiples sont envisagées par les scientifiques, médecins, juristes et économistes, qui concernent parfois les unités littéraires. Mais jusqu’à ce jour, malgré plusieurs ébauches, aucun projet d’ensemble n’a été élaboré par des UER de notre faculté24. » Il propose de créer trois groupes de travail (lettres classiques, sciences humaines et lettres modernes-langues), ajoutant cependant que cette division « ne signifie pas nécessairement que la Sorbonne se diviserait en trois parties ».

  • 25 Les universités de Paris VIII (Vincennes), Paris IX (Dauphine) et Paris X (Nanterre) ont été créée (...)
  • 26 Décret no 70-246 du 21 mars 1970 relatif à la mise en place des universités, JORF, 22 mars 1970.

15Deux mois sont encore nécessaires avant qu’Olivier Guichard ne signe le décret de création des treize nouvelles universités25 de la région parisienne26. Ces universités respectent peu ou prou le principe de la pluridisciplinarité, à la notable exception de Paris IX (Dauphine). Nombreuses sont toutefois celles qui, comme Paris II, III, IV ou VI, affichent clairement une dominante juridique, littéraire ou scientifique. Force est de constater que celles qui ont joué la carte d’une plus grande interdisciplinarité (Paris I et surtout Paris VII) partent avec un lourd handicap dans la conquête de leur espace de travail.

Constitution des universités et partage des locaux

  • 27 AN, 2003038743, lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris, 23 (...)

16La création des UER et leurs éventuelles divisions ultérieures avant leur agrégation en universités engendrent, au printemps 1970, un complet morcellement de l’espace académique. Bien que les acteurs aient été conscients des problèmes graves qu’allait poser cet éclatement, ils ont avant tout utilisé ce risque comme argument contre la pluridisciplinarité, plutôt que cherché à en anticiper les conséquences. Une fois créées, les universités doivent en effet entrer en service en septembre 1970. Moins de six mois restent donc pour constituer l’administration, élaborer les programmes, répartir les étudiants… et partager les locaux. Cette question n’est donc qu’un problème parmi d’autres, un facteur contingent, mais urgent. Il semble même que la partition n’ait été engagée qu’à l’été 1970, comme l’indique la lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur, le 23 juillet, demandant à celui-ci des « suggestions précises » pour le 15 août27 !

  • 28 Ibid., lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris, 10 août 1970.

17Conscient du potentiel explosif de la question, le ministre suggère d’emblée des orientations pour la Sorbonne, en particulier le prêt de salles et d’amphithéâtres entre Paris I, II, III, IV et V, ainsi qu’une stricte délimitation des zones de maintien de l’ordre, question cruciale en ces temps troublés. On désigne des chargés de mission au sein des assemblées constitutives des universités pour faire état des besoins et réfléchir à la partition, et des réunions sont programmées entre présidents, arbitrées par les recteurs (voire par le cabinet du ministre). Le 10 août, Olivier Guichard précise au recteur Mallet l’esprit souhaité pour ces négociations : « Une confrontation générale entre les désirs souvent contradictoires exprimés par les présidents d’universités risquerait d’aboutir, si elle n’était soigneusement préparée par des études, à des solutions utopiques qui amèneraient des rancœurs ou des révoltes28. » La concertation doit être large mais porter sur des projets précis, les réunions consacrées à un même ensemble de locaux ne doivent rassembler que les présidents des universités concernés par les bâtiments en question.

  • 29 Ibid., lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris, 4 septembre 1 (...)

18Lors de la réunion du 4 septembre 1970, les présidents de Paris III et IV s’entendent sur un partage de la Sorbonne, acceptant toutefois que la cour d’honneur, la bibliothèque et les quatre grands amphithéâtres des Lettres soient, pour la gestion de l’ordre, placés sous la dépendance du recteur. Paris III accepte en outre la présence « d’antennes » de Paris I, V et VII en Sorbonne29. Ultérieurement, la place de Paris I va croître et celle de Paris III se réduire : en effet, la première, très interdisciplinaire, éclatée sur dix-sept sites, est dans une situation critique (le centre multidisciplinaire de Tolbiac n’est pas bâti et les rapports avec Paris II sont très tendus pour le partage de l’ancienne faculté de Droit), tandis que la seconde, purement littéraire, va progressivement « faire son pré carré » de Censier (après cession, entre 1971 et 1974 des locaux occupés par Paris IV et VII).

Les lettres ministérielles du 5 octobre 1970 et leurs conséquences

  • 30 Nous pouvons signaler que Paris XII et Paris XIII ont une « présidence commune » – le président de (...)
  • 31 Sauf peut-être pour l’UER Santé, Médecine, Biologie humaine de Bobigny, rattachée à l’hôpital fran (...)

19Le 5 octobre 1970, Olivier Guichard écrit aux présidents des treize universités d’Île-de-France pour leur indiquer officiellement leur siège administratif et leurs locaux pédagogiques. Pour les universités dont les numéros de désignation s’échelonnent entre Paris VIII et Paris XIII30, on ne constate pas de problème particulier : la localisation, le siège administratif et la désignation se répondent de manière cohérente, et aucun partage de locaux déjà existants ou en construction n’est envisagé. Tout au plus apparaît-il possible pour Paris VIII d’utiliser des locaux à Saint-Maur-des-Fossés. La situation des UER médicales ne soulève pas non plus de trop grandes difficultés31, la partition entre les différents CHU ayant été réalisée antérieurement. Il est cependant prévu que les unités de PCEM de Paris VI, VII et XI puissent utiliser, à titre transitoire, les équipements du centre d’enseignement de la rue des Saints-Pères, majoritairement attribué à Paris V.

  • 32 AN, 2003038743, lettre du ministre de l’Éducation nationale aux présidents de Paris 1, III, VII, 5 (...)
  • 33 Ibid., lettre du ministre de l’Éducation nationale au président de Paris III, 5 octobre 1970.

20S’agissant de la Sorbonne, le ministre précise aux présidents des universités Paris I, III, V et VII : « J’ai eu pour objectif de regrouper dans la mesure du possible les activités de chaque université comportant des disciplines littéraires, tout en admettant le principe que chacune d’elles, issue de la Sorbonne, ait la possibilité de disposer dans l’enceinte de celle-ci d’un lieu qui lui soit propre et qui manifeste cette filiation32. » Paris IV hérite de la majorité des locaux de la faculté des Lettres en Sorbonne. Toutefois, le président de Paris III, Las Vergnas, ancien doyen de la faculté des Lettres, bénéficie d’une faveur : son administration se situera au 17 rue de la Sorbonne, se « maintenant dans les locaux mêmes de l’administration décanale33 ».

  • 34 AD75, 3649 W 23, arrêté du recteur de l’Académie de Paris, 5 mars 1971.

21Il faudra néanmoins des années pour que ce partage imparfait et sommaire aboutisse à une stabilisation des relations entre les établissements. Ainsi, le 5 mars 1971, un arrêté du recteur reprend la délimitation des locaux entre les universités34, établit l’usage commun de la salle Liard (lieu de soutenance des thèses) pour l’ensemble de celles-ci, maintient Paris VI et VII dans les anciens locaux de la faculté des Sciences encore utilisés. Il fixe surtout la répartition des espaces entre Paris I et IV pour le maintien de l’ordre : à Paris I les bâtiments et couloirs donnant sur les rues de la Sorbonne et Victor-Cousin, à Paris IV les espaces tirant sur la rue Saint-Jacques. La responsabilité de Paris IV s’étend aux galeries Sorbon et Claude Bernard – hautement sensibles. S’agissant de la cour d’honneur et du vestibule de la bibliothèque, les deux universités assureront le maintien de l’ordre en alternance, avec changement à chaque rentrée.

Illustration 4. – La répartition prévisionnelle des différents départements de la faculté des Sciences sur le site de la Halle aux vins après achèvement du projet. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.

22Cette situation complexe, déroutante même, ne doit pas faire toutefois oublier que le partage de la Sorbonne est infiniment moins conflictuel que celui de la faculté de Droit, pour ne pas parler du cas de Jussieu. Marc Zamansky ayant tout fait pour contrer l’installation de Paris VII, très interdisciplinaire, sur le site de la Halle aux vins, le partage se fait par arbitrage ministériel. Dans les courriers du 5 octobre 1970, il apparaît que le cas de Jussieu est certainement le plus complexe de tous. Le siège de Paris VI est établi sur le gril d’Albert, tandis que celui de Paris VII est fixé quai Saint-Bernard, dans les barres d’Urbain Cassan, René Coulon, Louis Madeline et Roger Séassal. Paris VI récupère une partie des locaux de mathématiques et de physique, ainsi que ceux de géologie, tandis que Paris VII obtient le reste des mathématiques et de la physique, ainsi que des locaux en biologie moléculaire, auxquels il faut ajouter les barres 24.34 et 34.44, encore en construction. Sur le plan annexé à la lettre, le « domaine » de Paris VI s’étend le long de la rue Jussieu et sur la rue des Fossés-Saint-Bernard, tandis que celui de Paris VII occupe plutôt le centre du gril, en deux ensembles disjoints, séparés par un angle de la cour d’honneur inachevée. Les relations entre les deux établissements sont d’emblée exécrables, et rendues pires encore par l’inachèvement du projet, ce qui conduira, dès 1972, les présidents Alliot et Herpin à se disputer des locaux qui ne seront jamais construits.

Illustration 5. – La répartition des locaux sur le site de la Halle aux vins entre les universités Paris VI et Paris VII. Plan annexé à la lettre du ministre de l’éducation aux présidents des universités Paris VI et Paris VII, 5 octobre 1970. AN, 2000 0387 43.

23En comparaison, la situation des juristes et économistes apparaît presque simple : Paris II obtient la quasi-totalité du site de la rue d’Assas, et partage avec Paris I les locaux « historiques » de la faculté de Droit, place du Panthéon. Les difficultés immobilières ultérieures naîtront du déséquilibre patent entre les deux universités, Paris II étant faiblement pluridisciplinaire et concentrée géographiquement sur deux sites seulement, Paris I se trouvant éclatée, du fait de sa forte pluridisciplinarité, sur un grand nombre de sites et étant amenée à solliciter constamment des prêts de locaux auprès de Paris II.

Esquisse d’analyse

24La répartition des locaux établie en 1970 devait se révéler extrêmement durable dans ses grandes lignes. Toutefois, des années durant, les échanges perdurèrent entre universités en vue de résoudre les situations les plus complexes, comme en témoigne le programme d’échanges de locaux entre Paris III et plusieurs autres établissement, mis au point en 1978.

Illustration 6. – Projet d’échanges de locaux impliquant l’université Paris III (1978). AD75, 3649 W 22.

Le poids de l’histoire

25Aujourd’hui encore, il suffit de considérer un plan du Quartier latin antérieur à 1968 et de le comparer avec un plan récent pour faire ce constat : la partition des locaux des anciennes facultés entre les universités nouvelles ne s’est visiblement pas accomplie selon des critères de division rationnelle des espaces et de recherche d’efficacité pour les services. Tous les locaux historiques des facultés, ceux qui incluaient des éléments d’architecture antérieurs au XIXe siècle, ont été partagés entre plusieurs universités : la faculté de Droit du Panthéon entre Paris I et II, la faculté de Médecine entre Paris V (qui a son siège dans les bureaux du doyen) et VI, la Sorbonne entre toutes les universités ayant une composante ou une dominante littéraire.

26La partition du site de la Halle aux vins apparaît sensiblement différente. Certes, le projet était doté d’une forte charge symbolique et politique, grâce au soutien d’André Malraux à la vision d’Édouard Albert et en raison des ambitions du doyen Zamansky. Toutefois, la création des universités « fauristes » sonne le glas du projet de Zamansky avant même l’achèvement du complexe universitaire. 1968 voit la mort d’Albert, et 1969 le départ de Malraux. Le dessein politique attaché à la faculté des Sciences de Pariscentre est de ce fait aboli, ce qui n’empêche pas une lutte acharnée, de la part de Paris VI, pour limiter, simultanément, les effets de la pluridisciplinarité sur son organisation institutionnelle et ceux de la naissance de Paris VII sur l’usage des locaux de Jussieu.

Les conditions matérielles de l’exercice de la pluridisciplinarité

27Pour les universités nouvelles, la pluridisciplinarité constituait un défi, en regard des pratiques antérieures de l’institution. Elle est, hélas, également apparue comme un handicap sévère au bon fonctionnement des institutions, au moins dans les premières années. Il est frappant de constater que certaines universités, dont les dirigeants avaient fait le pari de la plus grande ouverture disciplinaire, se sont trouvées être celles qui ont connu les plus grandes difficultés matérielles, entravées dans leur fonctionnement par un émiettement extrême des services ; la gestion de l’espace et la résolution des conflits liés à son usage sont dès lors devenues, pour elles, une préoccupation majeure, en même temps qu’elles se trouvaient placées en situation de dépendance matérielle vis-à-vis des universités voisines, moins pluridisciplinaires et souvent moins éparpillées dans l’espace. Un autre paramètre doit toutefois être pris en compte pour nuancer ce jugement : les conflits se sont généralement révélés moins épineux et durables en Lettres et Droit qu’en Sciences. En effet, pour les littéraires et les juristes, les espaces à partager sont apparus relativement interchangeables : amphithéâtres, salles de cours ou de conférences nécessitent peu d’équipements spécifiques et des échanges peuvent être facilement organisés. Cette relative adaptabilité des espaces en Lettres peut en partie expliquer que la partition de la Sorbonne, en dépit d’enjeux symboliques considérables, n’ait pas débouché sur des conflits de longue durée. Il en va certes autrement en Sciences, où l’on ne peut modifier aisément la destination d’un local, en raison d’équipements spécifiques à telle ou telle discipline qui peuvent y être installés (conduits d’arrivée ou d’évacuation des fluides, par exemple) et font partie de son aménagement pérenne. La question ne s’est pas posée en médecine, car la création antérieure des CHU avait aplani les difficultés avant la réforme de 1968. Enfin, le facteur humain, le caractère et les ambitions de tel ou tel président ont joué un rôle évident dans l’apaisement ou l’aggravation des conflits.

La fin des palais universitaires

  • 35 P. Rivé, La Sorbonne et sa reconstruction, Paris/Lyon, AAVP/La Manufacture, 1987.

28Tout au long du XIXe siècle, la forme architecturale avait été indissociable de la configuration institutionnelle des universités ou des facultés, rendant plus singulière encore une institution telle que l’EPHE, bâtie d’hommes mais sans murs. La forme originelle de la Sorbonne avait été la matrice de l’Académie de Paris et de ses facultés jumelles, de Lettres et de Sciences. La réunion en un même espace – hautement signifiant – des sciences littéraires comme expérimentales et de l’administration de la science avait constitué la contrainte majeure du programme de 1882, défi brillamment relevé par le jeune Nénot35. Ce qui vaut pour la Sorbonne vaut peu ou prou pour les autres facultés du centre de Paris. La réforme des universités consécutive à la loi Faure – ou plutôt leur réinvention ? – repose sur l’arasement de ce système institutionnel au profit d’une ambition intellectuelle (des universités porteuses d’un savoir universel), mais elle vide de leur sens les formes architecturales qui faisaient système avec lui. Collapsus foudroyant. Vingt ans seront nécessaires pour réinventer un visage à l’université.

Notes

1 Voir, dans le présent ouvrage, la contribution de Loïc Vadelorge.

2 Lettre de Jacques Dehaussy, recteur-adjoint de l’Académie de Paris en 1969-1970, adressée au recteur de l’Académie de Paris, à l’occasion du colloque « De l’Université de Paris aux universités franciliennes », 20 juin 2013. Je remercie Stéphanie Méchine, responsable du service des archives du rectorat de Paris, pour la communication de ce document.

3 AN, 2003041089, comité d’aménagement de la région parisienne, procès-verbal de la séance du 12 février 1951.

4 Ibid.

5 Ibid., exposé des difficultés de la faculté des Sciences devant le manque de locaux, p. 4.

6 Ibid., exposé des difficultés de la faculté des Sciences devant le manque de locaux, p. 8.

7 Voir, dans le présent ouvrage, les contributions d’Ana Bela de Araujo et de Franck Delorme.

8 AN, 2003041089, lettre du doyen de la faculté des Sciences au recteur de l’Académie de Paris, 18 mai 1954.

9 Ibid.

10 R. Poullain, « La rentrée 1964 à la faculté des Sciences », Éducation nationale, no 4, 26 janvier 1961, p. 8-10.

11 M. Zamansky, « Une faculté des Sciences se construit en trois ans pour trente ans », Éducation nationale, no 34, 30 novembre 1961, p. 6.

12 AN, F216673, programme pédagogique de Marc Zamansky pour la faculté des Sciences (1962).

13 Voir, dans le présent ouvrage, la contribution de Géraud Kerhuel.

14 Archives du rectorat, 1072 W 1.

15 Ibid., lettre du doyen de la faculté des Lettres au recteur de l’Académie de Paris, 8 février 1967. Les citations suivantes sont issues du même document.

16 Loi no 68-978 du 12 novembre 1968 d’orientation de l’enseignement supérieur, JORF, 13 novembre 1968.

17 Loi no 68-978 du 12 novembre 1968 d’orientation de l’enseignement supérieur. Titre VIII. Mise en œuvre de la réforme. Article 39, JORF, 13 novembre 1968.

18 Voir, par exemple, la note du doyen de la faculté des Lettres aux délégués des UER littéraires, note établie en date du 12 janvier 1970 et dont une copie est conservée aux archives de la ville de Paris (arch. V. de Paris, 3649 W 17). On y voit clairement le doyen de la faculté des Lettres, bien loin de se contenter d’expédier les affaires courantes, prendre la main pour organiser les discussions entre UER.

19 Voir, dans le présent ouvrage, les contributions de Brice Le Gall, d’Emmanuelle Giry et Édith Pirio, de Stéphanie Méchine et Ève-Marie Rollinat-Levasseur.

20 AD75, 3649 W 17, lettre de Marc Zamansky, 26 septembre 1969.

21 Ibid., lettre de Marc Zamansky, 26 septembre 1969.

22 Ibid., note aux présidents des conseils d’UER de Droit et Sciences économiques, 8 novembre 1969.

23 Ibid., note aux présidents des conseils d’UER de Droit et Sciences économiques, 8 novembre 1969. La citation suivante est issue de ce même document.

24 Ibid., copie de la note du doyen de la faculté des Lettres aux délégués des UER littéraires, 12 janvier 1970.

25 Les universités de Paris VIII (Vincennes), Paris IX (Dauphine) et Paris X (Nanterre) ont été créées antérieurement, et le décret de mars 1970 ne fait que reprendre leurs arrêtés de création.

26 Décret no 70-246 du 21 mars 1970 relatif à la mise en place des universités, JORF, 22 mars 1970.

27 AN, 2003038743, lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris, 23 juillet 1970.

28 Ibid., lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris, 10 août 1970.

29 Ibid., lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris, 4 septembre 1970.

30 Nous pouvons signaler que Paris XII et Paris XIII ont une « présidence commune » – le président de Paris XIII, Jean Saurel, était vice-président de l’université Paris XII – jusqu’en 1972. Toutefois, cette « anomalie » concerne certes les institutions, mais pas vraiment les localisations, tout au moins cela n’est pas manifeste dans les courriers.

31 Sauf peut-être pour l’UER Santé, Médecine, Biologie humaine de Bobigny, rattachée à l’hôpital franco-musulman et qui ne sera rattachée à Paris XIII que plus tard ; J. Girault, J.-C. Lescure et L. Vadelorge (dir.), Paris XIII, histoire d’une université en Banlieue (1970-2010), Paris, Berg International éditeurs, 2012.

32 AN, 2003038743, lettre du ministre de l’Éducation nationale aux présidents de Paris 1, III, VII, 5 octobre 1970.

33 Ibid., lettre du ministre de l’Éducation nationale au président de Paris III, 5 octobre 1970.

34 AD75, 3649 W 23, arrêté du recteur de l’Académie de Paris, 5 mars 1971.

35 P. Rivé, La Sorbonne et sa reconstruction, Paris/Lyon, AAVP/La Manufacture, 1987.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Les implantations de la faculté des Sciences à Paris. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Illustration 2. – Les implantations de la faculté des Sciences en région parisienne. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Illustration 3. – Les implantations de la faculté des Sciences en France. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Illustration 4. – La répartition prévisionnelle des différents départements de la faculté des Sciences sur le site de la Halle aux vins après achèvement du projet. La faculté des Sciences de Paris, plaquette de présentation, 1967.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Illustration 5. – La répartition des locaux sur le site de la Halle aux vins entre les universités Paris VI et Paris VII. Plan annexé à la lettre du ministre de l’éducation aux présidents des universités Paris VI et Paris VII, 5 octobre 1970. AN, 2000 0387 43.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Illustration 6. – Projet d’échanges de locaux impliquant l’université Paris III (1978). AD75, 3649 W 22.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site