Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

Nanterre-université : rigueur et préfabrication en réponse à l’urgence

Géraud Kerhuel

Texte intégral

  • 1 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/21. Jean-Pierre Soisson, Projet de con (...)
  • 2 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/21. Rapport de messieurs Hirsch et Sei (...)

1Dès le début des années 1950, face au nombre croissant des étudiants, il devient indispensable de construire de nouveaux équipements universitaires. À Paris, comme ailleurs sur l’ensemble du territoire national, les Lettres et les Sciences humaines sont les disciplines qui connaissent la plus forte expansion puisque non seulement le nombre des nouveaux bacheliers augmente chaque année, mais ceux-ci se tournent de plus en plus vers des études littéraires. Ainsi, d’un effectif de 20 787 étudiants en 1959-1960, cette faculté doit en accueillir 28 854 en 1962-19631. Or, la politique d’implantation des nouveaux sites universitaires doit se faire selon un double souci de décentralisation et de « décongestion » de l’agglomération parisienne. Les universités de province doivent garder leurs étudiants, mais aussi absorber des Parisiens. Le IVe plan de l’Équipement scolaire, universitaire et sportif (1962-1965), prévoit alors la création de quatre ensembles universitaires concernant les disciplines juridiques, littéraires et scientifiques dans la proche banlieue parisienne : l’un au nord, dans la région de Villetaneuse, un autre à l’Est, vers Tremblay, un troisième au Sud, dans les environs d’Orsay, et un dernier à l’ouest de Paris, dans la région de Nanterre. Celui-ci, du fait de la sectorisation, accueille les étudiants de la banlieue ouest et de l’Ouest parisien, d’où provenait une part importante de l’effectif de la faculté de Lettres2.

Une genèse difficile

  • 3 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre (22 février 1963).
  • 4 A. Sander, « Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense », P. Chabard et V. Picon-Lefebvre (dir.), (...)
  • 5 Archives DEFACTO (anciennement nommé EPAD), 227 W 80. Convention le ministre de l’Éducation nation (...)

2À Nanterre, le site repéré par l’Éducation nationale est le camp militaire de La Folie. Il est occupé par l’établissement central de matériel aéronautique (ECMA), qui sert de dépôt pour l’armée de l’Air (illustration 1). Mais ce camp pose plusieurs problèmes. D’autres projets d’infrastructure sont prévus à proximité ou sur le terrain, sans être précisément arrêtés : la future autoroute A 14, qui borde aujourd’hui l’université à l’ouest, et l’interconnexion avec la ligne de Cergy du futur réseau express régional (RER) qui devait traverser le camp du sud-est au nord-ouest. De plus, cet emplacement était initialement dédié à reloger une caserne de Courbevoie. Ensuite, l’emprise du projet ne s’étend pas uniquement sur la surface d’occupation du camp de La Folie. Au nord de la future A 14, les terrains appartiennent à quatre propriétaires : l’État pour la partie du terrain occupée par l’ECMA ; une coopérative d’HLM militaires pour celle située près de la RN 186 ; des propriétaires privés pour quelques parcelles situées en bordure de la même route ; et la mairie de Nanterre pour le groupe scolaire communal du petit Nanterre. Pour compliquer encore un peu plus les choses, certaines de ces parcelles sont louées ou occupées par des tiers3. Par chance, le camp est situé dans l’aire d’intervention de l’établissement public pour l’aménagement de La Défense (EPAD)4. Par convention, il revient donc à l’EPAD de procéder à toutes les opérations d’acquisition, de cession, d’échange, de transfert et de mise à disposition des terrains mobilisés pour permettre ou pour faciliter la construction de l’ensemble universitaire5.

  • 6 Archives DEFACTO, 227 W 79. Mémento de la réunion du 11 avril 1961.
  • 7 Archives DEFACTO, 227 W 79. Lettre du ministère de l’Éducation nationale à André Prothin, directeu (...)
  • 8 Ce sera une partie de l’usine SIDELOR à Floirac en Gironde ; Archives de l’université de Nanterre, (...)
  • 9 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/22. « Note sur la construction d’une f (...)
  • 10 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du ministère de l’Éducation (...)
  • 11 Archives DEFACTO, 227 W 79. Lettre du ministère de l’Éducation nationale à André Prothin, directeu (...)
  • 12 Archives DEFACTO, 227 W 79. Compte rendu d’un entretien en date du 11 juillet 1961 à l’EPAD.
  • 13 Ibid., compte rendu de la réunion du 16 mai 1963 au cabinet du ministre des Armées.

3La décentralisation de l’ECMA étant prévue par décret depuis le 20 octobre 19566, le plan d’Aménagement et d’organisation générale de la région parisienne (PADOG), approuvé pour sa part par décret le 6 août 1960, prévoit que le camp sera mis à disposition du ministère de l’Éducation nationale7. Un changement d’affectation du terrain est donc demandé le 2 novembre 1960 à l’Armée par le ministre de l’Éducation nationale, Pierre Sudreau. Mais des problèmes propres à l’armée doivent être réglés au préalable, comme la modification de l’infrastructure existante ou la recherche de terrains de remplacement pour l’ECMA8. Le changement d’affectation n’est en définitive arrêté que le 13 juillet 19629, ce qui conduit l’Éducation nationale à s’inquiéter en raison du « caractère d’urgence des opérations10 ». Le ministère espérait en effet commencer les travaux cette année-là11 pour accueillir dès octobre 1963 les étudiants d’une propédeutique dans des locaux certes existants mais qu’il s’agit tout de même d’approprier à leur nouvel usage12. Le retard pris impose désormais « de commencer les travaux des bâtiments de la propédeutique au plus tard en octobre 196313 ».

Illustration 1. – Vue aérienne du camp de La Folie vers 1960, archives DEFACTO, 227 W 79.

  • 14 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du ministère de l’Éducation (...)
  • 15 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre de l’agence Chauliat au dire (...)
  • 16 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre de Jean Roche, recteur de l’ (...)

4Mais le transfert de propriété du terrain entre les ministères de l’Intérieur et de l’Éducation nationale ne peut se faire qu’après la signature d’un protocole prévoyant une indemnisation de 35 millions de francs, fixée selon la procédure des échanges compensés. Le ministre des armées fournit bien le document au ministre de l’Éducation nationale en mai 196314, mais ce dernier tarde à le signer. Or, sans ce document officialisant l’accord, le ministre des armées donne pour instruction de ne procéder « à aucune approche technique, ni à la délivrance d’aucun renseignement concernant le terrain15 ». La situation devient ainsi « une affaire de Gouvernement16 ».

  • 17 Note du 16/07/1963, archives DEFACTO, 227 W 79.
  • 18 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Permis de construire de la faculté des Lettres (11 juil (...)
  • 19 « Rentrée impossible en 1964 si le collège littéraire de Nanterre n’est pas ouvert », Le Figaro, 2 (...)
  • 20 Il s’agit de plusieurs salles à l’Institut d’océanographie, rue Saint-Jacques, à la Société de géo (...)
  • 21 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. « La faculté de Nanterre (lettres (...)
  • 22 Archives DEFACTO, 227 W 80. Compte rendu de la réunion du 9 décembre 1963.
  • 23 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Lettre du député-maire de Nanterre, Raymond Barbet, au (...)
  • 24 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Protocole (signé le 19 décembre 196 (...)
  • 25 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Dossier de permis de construire de la faculté des Lettr (...)

5Le 11 juillet 1963 est tout de même déposé à la mairie le permis de construire de la faculté, dans l’objectif de pouvoir procéder aux premiers travaux de terrassements à la mi-août 196317. Mais la municipalité émet un avis défavorable le 16 août18, invoquant pour justifier ce délai de traitement, le sort du groupe scolaire du Petit Nanterre – dont il est prévu la destruction sans reconstruction – et les problèmes inhérents au raccordement à un réseau d’égout déjà surchargé. La vive inquiétude face au retard s’exprime désormais par voix de presse19. À la rentrée 1963, l’Université de Paris croule sous le poids des nouveaux étudiants, tant et si bien que le doyen de la faculté des Lettres doit louer plusieurs salles disséminées dans la ville20. Au matin du 5 novembre a enfin lieu la cérémonie de la pose de la première pierre de la future faculté des Lettres de Nanterre par le ministre Christian Fouchet ; mais elle ne signe pas le démarrage des travaux. « Si cette pierre n’est pas suivie de nombreuses autres, si la première tranche n’est pas finie en octobre 1964, la prochaine rentrée universitaire n’aura pas lieu, […] car il sera alors impossible de caser tous les étudiants à la Sorbonne21 », prévient le ministre. Le ton est donné ; la responsabilité d’un échec reposera sur les constructeurs, alors que le retard incombe avant tout à l’administration. Pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, le permis de construire passe par une « procédure accélérée22 ». Le 5 décembre 1963, le ministre de l’Éducation nationale ouvre par décret le crédit pour la construction. Le 12 décembre, le ministre de la Construction délivre le permis de construire de la faculté de Lettres par arrêté23. Enfin, le 19 décembre, le protocole d’accord entre les ministères de l’Intérieur et de l’Éducation nationale est enfin signé24. Il prévoit une évacuation du camp de La Folie en trois étapes, dont la première ne peut intervenir qu’après le versement d’une partie (15 millions de francs en l’occurrence) de l’indemnité prévue, en conséquence de quoi la première tranche de terrain n’est libérée qu’en décembre 1963, alors qu’elle aurait dû l’être en avril25.

Une conception architecturale à l’épreuve d’un programme mouvant

  • 26 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Chronologie et notice des archite (...)
  • 27 Pour plus d’informations sur les architectes, voir G. Kerhuel, « Jean-Paul et Jacques Chauliat : v (...)

6Le 1er octobre 1962, Pierre Sudreau informe le recteur Jean Roche du choix de Jacques Chauliat (1916-1994) comme architecte coordonnateur de l’ensemble universitaire de Nanterre et de la future faculté des Lettres26. L’architecte en est pour sa part averti le 5 du même mois. Architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux (BCPN), fils de l’architecte en chef des Monuments historiques Eugène Chauliat (1886-1973), il travaille en association avec son frère Jean-Paul (1914-1990). Tous deux sont diplômés de l’École des beaux-arts, Jacques Chauliat étant également diplômé de Polytechnique (promotion 1936). À la Libération, ils participent aux grands concours du MRU (concours de Villeneuve-Saint-Georges en 1949 ; concours de la cité Rotterdam à Strasbourg en 1951), tout en travaillant pour l’État. Jacques Chauliat intègre en effet le corps des architectes BCPN en 1947, au sein duquel il accède au grade d’architecte en chef en 1953, tandis que Jean-Paul Chauliat, nommé architecte en chef de la Reconstruction de Cherbourg en 1948, dirige cette importante opération jusqu’en 1952. Ils bâtissent énormément de constructions scolaires, parmi lesquelles le lycée Le Corbusier à Poissy. Jacques Chauliat devient ainsi membre titulaire de la commission de l’Équipement scolaire, universitaire et sportif du 5e Plan (1966-1970). Ces expériences les familiarisent avec les problématiques de l’industrialisation du bâtiment, qu’ils expérimentent notamment dans la petite ville du Trait, en Seine-Maritime, avec le procédé Jules Cauvet, puis à Cherbourg (ensembles d’habitation d’Amont-Quentin et de/du Casino). Ils utiliseront en fin de compte très souvent les procédés de construction FIORIO, basés sur la préfabrication de lourds panneaux de façade porteurs en terre cuite et béton. De toute leur carrière, l’université de Nanterre est très certainement leur plus prestigieuse réalisation et leur plus important chantier de construction27.

Illustration 2. – Plan directeur no 2 en date du 2 avril 1963 (archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/20). Légende : 1 : faculté de Lettres ; 2 : faculté de Sciences ; 3 : faculté de Droit ; 4 : Institut d’études Politiques ; 5 : bibliothèque Lettres et annexe ; 6 : bibliothèque Sciences ; 7 : bibliothèque Droit ; 8 : restaurants ; 9 : parkings.

  • 28 Archives DEFACTO, 227 W 79. Note au sujet des partages de l’ECMA, par M. Jerusalemy de l’EPAD, p.  (...)
  • 29 Archives DEFACTO, 227 W 80, lettre du directeur de l’équipement scolaire, universitaire et sportif (...)
  • 30 Archives DEFACTO, 227 W 79. Extrait de compte rendu de la réunion tenue au District le mercredi 13 (...)
  • 31 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2010021/21. Programme (15 juin 1964).
  • 32 Archives DEFACTO, 227 W 79. Compte rendu de M. Jérusalémy de l’EPAD après entretien avec M. Richar (...)
  • 33 La faculté des Sciences reste prévue au programme du site de Nanterre au moins jusqu’en juin 1964  (...)
  • 34 Archives DEFACTO, 227 W 79. Compte rendu de la réunion du 30 avril 1964 à l’EPAD.

7Pourtant, concevoir l’université de Nanterre ne fut pas une tâche aisée car, en plus du retard administratif déjà évoqué, des incertitudes quant aux tracés de l’A 14 et du RER, le programme de l’ensemble universitaire à édifier est modifié sans cesse. La première version du projet comporte une faculté des Lettres pour 8 000 étudiants et un centre scientifique universitaire de 1 500 étudiants, avec bibliothèque, installations sportives et restaurant28. Au début de l’année 1963, il est décidé d’agrandir la faculté des Sciences pour qu’elle puisse accueillir 8 000 étudiants, et d’ajouter au programme une faculté de Droit destinée à 10 000 étudiants et une annexe de l’Institut d’études politiques conçue pour 5 000 étudiants. Cela aurait porté la capacité de l’ensemble universitaire de Nanterre à 31 000 étudiants, sans que le terrain dévolu à sa construction ne voie sa superficie augmentée. On envisage aussi de réaliser des logements étudiants prenant la forme de chambres réparties dans des immeubles collectifs à bâtir à proximité ; on pense également à « la présence d’un village de 750 chambres réparties en 4 ou 5 pavillons29 ». Mais l’EPAD et le District de la région parisienne s’opposent fermement à cette inflation programmatique, estimant que 10 000 étudiants constituent un seuil d’usagers maximum à ne pas dépasser30. Ils mettent en avant une densité envisagée trop importante, rendant difficile l’implantation des résidences universitaires et impossible la présence des parkings et terrains de sport souhaités (illustration 2). Le projet est finalement réévalué à la baisse et la capacité d’accueil du site est fixée à 18 000 étudiants environ en juin 1964 : 8 000 étudiants en Lettres, 3 000 en Sciences (propédeutique), 3 000 pour l’IEP et 4 000 en Droit31. En fin de compte, la faculté des Sciences, dont il avait été un temps prévu qu’elle soit construite par Émile Aillaud32, est supprimée en septembre 196433, donnant finalement raison au District de la région parisienne qui s’était opposé à son implantation à Nanterre dès avril 196334.

  • 35 Ibid., lettre d’André Prothin, directeur de l’EPAD, au ministre de l’Éducation nationale (17 octobr (...)
  • 36 AN, 19880466/47. Procès-verbal du conseil général des Bâtiments de France (séance du 2 avril 1963)
  • 37 Voir, dans le même ouvrage, la contribution de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel.
  • 38 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du ministère de l’Éducation (...)

8En 1962, avant même que Jacques Chauliat ait été désigné comme architecte, un premier projet suggère d’implanter le futur complexe universitaire de part et d’autre de la future autoroute A 14, option rapidement abandonnée sur les conseils de l’EPAD, au profit d’un investissement des seuls terrains de l’ECMA35. Sur cette base, les architectes choisissent de traiter l’université « comme un îlot autonome au milieu des grands ensembles d’habitations qui l’entourent ou doivent l’entourer36 », certainement en raison de la présence d’infrastructures (routes et voies ferrées) qui créent des limites urbaines radicales. Si la superficie du terrain – 33 hectares – permet d’envisager sans peine une implantation des futurs bâtiments autour d’un vaste espace central37, leurs emplacements sont en revanche imposés par la progressive mise à disposition du terrain, mise à mal par les atermoiements du projet38.

Illustration 3. – Présentation du projet de la faculté des Lettres à Georges Pompidou lors de la journée d’inauguration du 30 septembre 1964 (archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1, © Service photographique de France-Soir). De gauche à droite : le recteur Jean Roche, Jean-Paul Chauliat, Jacques Chauliat, Christian Fouchet, ministre de l’Éducation nationale, et Georges Pompidou, Premier ministre.

  • 39 AN, 19880466/47. Procès-verbal du conseil général des Bâtiments de France (séance du 2 avril 1963)
  • 40 Archives DEFACTO, 227 W 81. Compte rendu de l’entretien du 6 mai 1964 entre M. Jerusalemy de l’EPA (...)
  • 41 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Note anonyme non datée (probablem (...)

9Finalement, l’implantation des bâtiments suit l’ordre de libération des terrains et se fait en fonction des ensembles les plus urgents à construire. La première tranche est ainsi libérée en décembre 1963. D’une surface de huit hectares, située à l’ouest du terrain, elle accueillera donc la faculté des Lettres, considérée comme étant la plus urgente à construire. La superficie impose à l’architecte de ne pas orienter la faculté dans le même sens que les logements militaires voisins, mais le conduit « à adopter l’orientation nord-est/sud-est à 45 ° sur l’axe du nord-sud39 ». Pour nourrir les futurs usagers du centre, un premier restaurant universitaire y est également bâti à partir d’avril 1964, par Jacques Barge, lui aussi architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux. La deuxième tranche de terrain, libérée en décembre 1964, occupe pour sa part le nord du site, le long de la RN 186. Devant initialement être occupée par la faculté des Sciences, elle le sera finalement par une résidence étudiante, le ministère suivant en cela les recommandations de l’EPAD40. Le reste du terrain est libéré en deux autres phases, en juillet 1965 puis en décembre 196541 ; il accueille aujourd’hui la bibliothèque et les facultés de Droit et d’Économie.

L’urgence des premiers chantiers

10À la délivrance du permis de construire, il reste donc neuf mois pour livrer la première tranche de travaux de la faculté des Lettres : un bâtiment de quatre étages sur un socle constitué de deux amphithéâtres et de locaux administratifs pour l’enseignement de propédeutique. La conception architecturale est donc rigoureusement pensée pour respecter ces délais. Les architectes imaginent en conséquence un ensemble constitué de quatre blocs d’enseignement et d’une tour administrative de huit étages se développant sur un rez-de-chaussée occupé par les halls et les amphithéâtres, l’ensemble formant un socle ponctué de patios. Chaque bloc possède quatre orientations et accueille quatre étages de salles de cours ; l’un est réservé à la propédeutique ; les trois autres à chacune des sections de 2e et 3e cycles (Histoire-géographie, Lettres, Langues vivantes). Du point de vue de leur implantation, ils sont légèrement décalés les uns par rapport aux autres, de façon à éviter toute monotonie et créer de vastes patios aérés et plantés entre eux ; ils sont en outre reliés par une galerie couverte.

  • 42 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Permis de construire de la faculté des Lettres, notice (...)

11Pour concevoir les bâtiments, Jacques et Jean-Paul Chauliat mobilisent « une trame permettant de normaliser les études et la réalisation pour réduire les délais42 ». Cette trame d’environ 1,45 mètre leur permet de calculer au mieux les surfaces, par une succession de carrés d’environ deux mètres carrés. Elle correspond en outre à la largeur réglementaire de deux unités de passage. Les façades en découlent, avec tout de même une cadence alternant deux et trois modules pour éviter que l’ensemble ne soit trop monotone. Les procédés de construction sont également déterminés par les délais extrêmement serrés que l’entreprise Moinon, chargée du gros œuvre, s’est engagée à respecter. La structure est ainsi constituée par des murs porteurs en façade et en refends, et non par une structure poteaux-poutres. En revanche, le plus grand nombre possible d’éléments est préfabriqué, comme les planchers des étages, les gradins d’amphithéâtre ou les panneaux de murs-rideaux (illustration 4). La Société de constructions aéronavales du port-neuf (SCAN) réalise ces panneaux qui, contrairement à ce qu’ils laissent paraître, ne sont pas le fruit d’une préfabrication totale, peut-être pour des raisons de coût. Ce sont en fait de simples menuiseries en aluminium avec une allège faite de parpaings en béton recouverts de glaces émaillées, excepté au niveau de la tour administrative dont les allèges sont constituées par des éléments préfabriqués en béton.

Illustration 4. – Le bloc propédeutique de la faculté des Lettres en construction photographié le 16 juin 1964, archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1, © Yves Guillemaut.

  • 43 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Chronologie et notice des archite (...)
  • 44 « Nanterre, la nouvelle faculté des Lettres, J.-P. et J. Chauliat », Techniques et Architecture, 2 (...)

12Grâce aux moyens mis en œuvre, la première tranche de travaux est reçue le 1er septembre 1964 et inaugurée le 30 septembre par le premier ministre Georges Pompidou, alors que l’ordre de service des terrassements généraux datait seulement du 7 janvier précédent. La deuxième tranche, qui comprend la tour de l’administration, est inaugurée par Georges Pompidou le 16 octobre 1965 et réceptionnée dix jours plus tard, tandis que la dernière tranche le sera le 30 novembre 196643. Les choix de conception et de préfabrication, imposés par les délais impartis, sont totalement assumés par les architectes dans les publications. En insistant sur les données quantitatives, ils présentent l’opération comme une prouesse technique victorieusement réalisée compte tenu de l’urgence et de l’importance de la commande44.

Le « 1 % artistique », un dispositif mis en échec

  • 45 AN, 19880466/47. Lettre de l’agence Chauliat à M. Barbot, sous-directeur de la création artistique (...)
  • 46 Ibid., procès-verbal de la commission de la création artistique (séance du 9 décembre 1964).
  • 47 Ibid., procès-verbal de la commission de la création artistique (séance du 6 avril 1965).
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid., lettre du chargé de mission pour la création artistique à Jean Dubuffet (9 avril 1965).
  • 50 Ibid., lettre de l’agence Chauliat au directeur de la création artistique (10 mai 1965).
  • 51 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/46. Procès-verbal du conseil général (...)
  • 52 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/46. Arrêté agréant Jean Dubuffet com (...)
  • 53 AN, 19880466/47. Procès-verbal de la commission de la création artistique (séance du 27 octobre 19 (...)
  • 54 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/46. Lettre de Jean Dubuffet à M. Ric (...)

13Depuis l’arrêté du 18 mai 1951, tout projet d’équipement scolaire doit s’accompagner d’une réalisation artistique au coût d’1 % du budget total. À Nanterre, compte tenu des « délais exceptionnellement réduits45 », la décoration est étudiée dans un second temps, parfois même une fois les bâtiments livrés. En décembre 1964, Jacques et Jean-Paul Chauliat proposent donc cinq projets décoratifs : une décoration du socle du bâtiment administratif en pierre ou en céramique avec un plan d’eau ; deux panneaux en mosaïque à disposer dans le hall des amphithéâtres de mille places ; une composition graphique à réaliser sur l’un des murs du péristyle dans les patios, où se trouveraient en outre des sculptures ; et une grande tapisserie devant venir orner la salle des actes, au huitième étage de la tour de l’administration46. La commission de la création artistique ayant jugé le programme architectural « de bonne tenue », elle décide « d’un programme de décoration de grande qualité, confié à des artistes confirmés47 ». C’est ainsi qu’elle confie à Jean Dubuffet la réalisation des deux panneaux du hall48, choix qui aurait réjoui André Malraux en personne49. La réalisation et la pose de ces deux panneaux de céramique représentant une surface de 80 mètres carrés sont évaluées à 240 000 francs, pour une enveloppe globale de 270 000 francs destinée à financer le 1 % artistique50. Le service constructeur ne retient donc qu’elle sur l’ensemble initialement envisagé51. Jean Dubuffet, verbalement informé de cette commande en mars, y travaille tout le printemps afin qu’une pose en septembre soit envisageable. Mais ne recevant ni confirmation écrite, ni versement d’argent, il s’arrête en juin, ne pouvant plus avancer personnellement les dépenses. L’artiste est finalement agréé pour l’exécution de cette œuvre par arrêté du 25 août 196552, mais aucun acompte ne lui étant encore versé en octobre 196553, il renonce. En décembre 1965, lorsque le service le recontacte, il déclare qu’il ne se sent « plus d’humeur de reprendre cette affaire54 ». À la suite de ce revers, les architectes proposent l’installation de statues sur l’ensemble du complexe universitaire, et non une décoration propre à chaque faculté. Mais il semblerait que le 1 % artistique de l’université de Nanterre se limite finalement au traitement des murs pignons, réalisés avec le plasticien Gianferrarri.

Un nouveau défi : la construction de la résidence étudiante

  • 55 Archives municipales de Nanterre, 80 W 186. Dossier de permis de construire de la résidence, Rappo (...)
  • 56 Entretien avec Jean-Yves Chauliat, 23 juillet 2013 ; G. Kerhuel, Jean-Paul et Jacques Chauliat. Êt (...)

14La résidence étudiante est le second projet devant être mis en œuvre sur le site de Nanterre par Jacques et Jean-Paul Chauliat. Comme pour la faculté des Lettres, l’implantation est imposée par l’ordre de libération des terrains par l’armée, les résidences seront en l’occurrence construites sur la partie nord du site. Le chantier de la résidence étudiante surpasse le précédent par l’importance du programme à réaliser en un temps si court. « L’impératif principal du projet est la rapidité de construction », précisent ainsi les architectes dans la note explicative jointe au dossier de permis de construire, « puisque l’ensemble doit être réalisé dans un délai de huit mois55 ». Mille quatre cent quarante-huit chambres étudiantes doivent en effet être bâties pour la rentrée 1965. Elles seront regroupées en quatre ensembles de deux bâtiments chacun – l’un de quatre étages, l’autre de neuf – reliés par un foyer. Selon une tradition tenace, c’est à la demande expresse de Madame de Gaulle que la résidence est conçue pour éviter les vis à vis entre les chambres des filles et celles de garçons56.

  • 57 N. Peters, Jean Prouvé, 1901-1984. La dynamique de la création, Paris, Taschen, 2012, p. 15.

15Pour respecter budget et délais, les Chauliat organisent alors un concours au terme duquel ils choisissent la solution proposée par la Compagnie industrielle de matériel de transport (CIMT), qui s’était tournée vers les méthodes d’industrialisation du bâtiment, et avait acheté l’entreprise de construction Quillery et le bureau d’étude de Jean Prouvé, en nommant celui-ci directeur du secteur bâtiment. Ensemble, ils étaient leaders du marché des murs-rideaux57. La CIMT propose ainsi aux frères Chauliat un procédé de construction particulièrement rapide. La structure du bâtiment est réalisée à partir de voiles de béton armé obtenus au moyen de tunnels de coffrage chauffants, permettant un décoffrage encore plus rapide (quelques heures) grâce à l’injection d’un béton préchauffé dans des centrales automatiques. Ainsi, quatre coffrages permettent de réaliser l’ossature de vingt-deux chambres par jour, les parties pleines des façades étant constituées par les mêmes panneaux préfabriqués de béton blanc qu’à la faculté des Lettres. Les escaliers, les murs, les corniches et les poutres sont aussi préfabriqués, de même que le mur-rideau créé par Jean Prouvé à partir de menuiseries coulissantes en aluminium et d’allèges en tôle émaillée (illustration 5).

Illustration 5. – Une résidence étudiante, SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, dossier Jean-Paul et Jacques Chauliat. Fonds DAU-0-CHAJA, © Yves Guillemaut.

  • 58 . P. Sulzer, Jean Prouvé : œuvre complète, vol. 4 : 1954-1984, Birkhäuser, Basel, 2008, p. 124-128 (...)
  • 59 Le raidisseur est une grande pièce métallique permettant de lier les panneaux de façade entre eux. (...)
  • 60 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/24.
  • 61 Archives municipales de Nanterre, 80 W 186. Permis de construire de la résidence (16 mars 1965).

16À l’origine conçus avec les fins raidisseurs métalliques du système « La grille58 », qui ne peuvent être mis en œuvre à Nanterre du fait de la présence de murs de refends entre les chambres, les panneaux sont dans le cas présent fixés sur le gros œuvre au moyen d’un raidisseur59. Ces panneaux ont été déposés à l’occasion d’une réhabilitation conduite par l’équipe Naizot-Rinaldi après un concours lancé en 1989-199060. Grâce à ces choix constructifs, le chantier de la résidence universitaire commencé le 1er mars 1965 se termine en octobre suivant, les premiers étudiants prenant possession des locaux le 3 novembre. Si la prouesse technique est impressionnante, le chantier se fait aussi au mépris des procédés administratifs puisque l’ordre de service pour commencer les travaux est délivré le 1er mars 1965, tandis que le permis de construire est déposé à la mairie le 16 mars et refusé le 2461.

Une réception teintée de contestation

  • 62 Le Figaro, 13 février 1968 ; article au titre partiel conservé aux archives de l’université de Nan (...)
  • 63 « Mais que veulent donc les étudiants ? », Le Journal du dimanche, 17 mars 1968, p. 23-24 ; coupur (...)
  • 64 Alain Spiraux, « Voici la vérité sur ce qui se passe à la “fac” de Nanterre », Noir et Blanc, s. d (...)
  • 65 « Mais que veulent donc les étudiants ? », art. cit.

17À l’exception de la bibliothèque réalisée par Édouard Albert, Jacques et Jean-Paul Chauliat réalisent les autres bâtiments du complexe universitaire : le centre sportif couvert est bâti de septembre 1965 à juillet 1967 ; l’annexe de l’Institut d’études politiques est achevée au début de l’année 1968, après avoir mobilisé les mêmes procédés et entreprises que la faculté des Lettres. Pourtant, avant même la réception du collège juridique en octobre 1968, les jeunes s’agitent. Au début de l’année 1968, les étudiants contestent le règlement de la résidence qui interdit la libre circulation entre les bâtiments des filles et ceux des garçons. Cette contestation mène à des heurts avec les forces de l’ordre en janvier. Les journalistes cherchent dans l’environnement de l’université les sources du mécontentement. Leurs articles, publiés dans la presse grand public, écornent alors sérieusement l’image de l’ensemble universitaire : « Même sous le soleil, il faut le dire, le campus de Nanterre est triste. Sous la pluie, il est déprimant. […] Il n’est pas étonnant que cet entourage provoque une atmosphère lourde que ne compense pas une animation culturelle interne62. » Ils mettent également l’accent sur le manque de vie et d’animation du complexe : « Ce qui frappe à Nanterre, quand on en a fait le tour, c’est la tristesse. Il n’y a de l’animation que trois fois par jour. […] le reste du temps, c’est vide, morne63. » La référence à Sarcelles est omniprésente : « Cette faculté a été édifiée dans le paysage le plus laid de la banlieue parisienne. Un Sarcelles universitaire, où l’on succombe vite à un ennui pernicieux64 », peut-on lire dans la revue Noir et Blanc ; « Oui, ce campus est modèle comme Sarcelles à ses débuts, une ville sans âme et sans joie65 », remarque Le Journal du dimanche. L’architecture est alors directement critiquée, comme dans L’Express en mars 1968 :

  • 66 J. Giraud, « La révolte des étudiants », L’Express, no 974, 18-24 mars 1968, p. 99-103 ; coupure d (...)

« Aujourd’hui, cette faculté neuve suinte déjà l’ennui et la vieillesse des HLM immédiatement fanées. Des murs sales, un hall kafkaïen qui évoque irrésistiblement la froideur vétuste de la salle des pas perdus de la gare Saint-Lazare. Une architecture sarcellienne dressée dans un immense chantier boueux. […] Et quelle misère architecturale66 ! »

  • 67 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Note anonyme et non datée.
  • 68 Archives de l’IFA, 133 Ifa 502/41, note du 10 octobre 1972, notes de ministère.
  • 69 Archives de l’IFA, 133 Ifa 502/41, note manuscrite, notes de ministère.

18Très sévèrement jugé à sa réception, le projet de l’université de Nanterre est pourtant un défi remporté par les architectes. Malgré un programme mouvant et le retard pris par une administration qui resserrait toujours plus l’étau des délais, Jean-Paul et Jacques Chauliat ont su livrer à temps les premières tranches de travaux. Seules la conception rigoureuse et des méthodes de construction industrialisées ont permis cet exploit. Après avoir testé ces procédés depuis les années 1955 à Cherbourg, le chantier de l’université de Nanterre permettait ainsi aux architectes de conclure que « l’industrialisation ne [devait] pas en rester au stade des prototypes67 ». Ils continueront à construire avec des procédés industriels, au dépend malheureusement d’une architecture « un peu froide68 », « sans aucune note de lyrisme69 », comme il leur sera reproché à la fin de leur carrière.

Notes

1 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/21. Jean-Pierre Soisson, Projet de construction de la faculté des Lettres et des Sciences humaines de Paris-Ouest (Nanterre), rapport rédigé le 1er décembre 1963 en vue d’une réunion prévue le 5 décembre 1963, p. 7.

2 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/21. Rapport de messieurs Hirsch et Seite (16 octobre 1959), cité dans le document de Jean-Pierre Soisson, doc. cit., p. 12.

3 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre (22 février 1963).

4 A. Sander, « Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense », P. Chabard et V. Picon-Lefebvre (dir.), La Défense. Un dictionnaire. Architecture/politique, Paris, Parenthèses, 2012, p. 412-415.

5 Archives DEFACTO (anciennement nommé EPAD), 227 W 80. Convention le ministre de l’Éducation nationale et l’EPAD (14 septembre 1964).

6 Archives DEFACTO, 227 W 79. Mémento de la réunion du 11 avril 1961.

7 Archives DEFACTO, 227 W 79. Lettre du ministère de l’Éducation nationale à André Prothin, directeur de l’EPAD (13 janvier 1961).

8 Ce sera une partie de l’usine SIDELOR à Floirac en Gironde ; Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du directeur de l’équipement scolaire universitaire et sportif au chef du service constructeur de l’université de Paris (14 février 1963).

9 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/22. « Note sur la construction d’une faculté des Lettres, premier élément d’un ensemble universitaire, sur le terrain de l’ECMA à la Folie-Nanterre », note anonyme et non datée.

10 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du ministère de l’Éducation nationale au ministère des Armées (10 juillet 1961).

11 Archives DEFACTO, 227 W 79. Lettre du ministère de l’Éducation nationale à André Prothin, directeur de l’EPAD (13 janvier 1961).

12 Archives DEFACTO, 227 W 79. Compte rendu d’un entretien en date du 11 juillet 1961 à l’EPAD.

13 Ibid., compte rendu de la réunion du 16 mai 1963 au cabinet du ministre des Armées.

14 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du ministère de l’Éducation nationale au chef du service constructeur de l’université de Paris (24 mai 1963).

15 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre de l’agence Chauliat au directeur de l’équipement scolaire, universitaire et sportif (5 juin 1963).

16 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre de Jean Roche, recteur de l’université de Paris, à André Aymard, doyen de la faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris (31 août 1963).

17 Note du 16/07/1963, archives DEFACTO, 227 W 79.

18 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Permis de construire de la faculté des Lettres (11 juillet 1963).

19 « Rentrée impossible en 1964 si le collège littéraire de Nanterre n’est pas ouvert », Le Figaro, 29 juillet 1963.

20 Il s’agit de plusieurs salles à l’Institut d’océanographie, rue Saint-Jacques, à la Société de géographie, boulevard Saint-Germain, et à la Société pour l’encouragement de l’industrie nationale, rue de Rennes. Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/21. « Projet de construction de la faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris-Ouest (Nanterre) », réunion du comité de décentralisation du 5 décembre 1963, Jean-Pierre Soisson, rapporteur.

21 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. « La faculté de Nanterre (lettres, droit, sciences) doit accueillir 3 000 étudiants dès 1964. », article du 6 novembre 1963 de provenance inconnue (photocopie d’article dans les fonds Chauliat).

22 Archives DEFACTO, 227 W 80. Compte rendu de la réunion du 9 décembre 1963.

23 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Lettre du député-maire de Nanterre, Raymond Barbet, au ministre de la Construction (28 décembre 1963).

24 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Protocole (signé le 19 décembre 1963).

25 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Dossier de permis de construire de la faculté des Lettres, notice explicative (juin 1963), p. 1.

26 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Chronologie et notice des architectes (septembre 1970).

27 Pour plus d’informations sur les architectes, voir G. Kerhuel, « Jean-Paul et Jacques Chauliat : vers une logique industrielle de l’architecture », Fabric A, no 8, 2014, p. 94-123.

28 Archives DEFACTO, 227 W 79. Note au sujet des partages de l’ECMA, par M. Jerusalemy de l’EPAD, p. 3 (26 décembre 1962).

29 Archives DEFACTO, 227 W 80, lettre du directeur de l’équipement scolaire, universitaire et sportif, au chef du service constructeur de l’université (24 octobre 1963).

30 Archives DEFACTO, 227 W 79. Extrait de compte rendu de la réunion tenue au District le mercredi 13 mars 1963, par M. Boistière de l’EPAD (19 mars 1963).

31 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2010021/21. Programme (15 juin 1964).

32 Archives DEFACTO, 227 W 79. Compte rendu de M. Jérusalémy de l’EPAD après entretien avec M. Richard, chef constructeur de l’université (20 septembre 1963).

33 La faculté des Sciences reste prévue au programme du site de Nanterre au moins jusqu’en juin 1964 ; il est ensuite décidé de la déplacer vers la plaine de Montesson où des espaces sont réservées à l’Éducation nationale. Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/21. Lettre du ministre de l’Éducation nationale au recteur de l’Académie de Paris (15 juin 1964) ; archives DEFACTO, 227 W 80. Compte rendu anonyme de l’entretien du 24 septembre 1964 au ministère de l’Éducation nationale (28 septembre 1964).

34 Archives DEFACTO, 227 W 79. Compte rendu de la réunion du 30 avril 1964 à l’EPAD.

35 Ibid., lettre d’André Prothin, directeur de l’EPAD, au ministre de l’Éducation nationale (17 octobre 1962).

36 AN, 19880466/47. Procès-verbal du conseil général des Bâtiments de France (séance du 2 avril 1963).

37 Voir, dans le même ouvrage, la contribution de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel.

38 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/1. Lettre du ministère de l’Éducation nationale à André Prothin, directeur de l’EPAD (2 novembre 1962).

39 AN, 19880466/47. Procès-verbal du conseil général des Bâtiments de France (séance du 2 avril 1963).

40 Archives DEFACTO, 227 W 81. Compte rendu de l’entretien du 6 mai 1964 entre M. Jerusalemy de l’EPAD et M. Dutordoir du service constructeur de l’université (11 mai 1964).

41 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Note anonyme non datée (probablement des architectes, vers fin 1965).

42 Archives municipales de Nanterre, 5 I 281. Permis de construire de la faculté des Lettres, notice explicative (juin 1963), p. 7.

43 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Chronologie et notice des architectes (septembre 1970).

44 « Nanterre, la nouvelle faculté des Lettres, J.-P. et J. Chauliat », Techniques et Architecture, 25e série, no 1, décembre 1964, p. 100-101 ; « J.-P. et J. Chauliat, nouvelle faculté des Lettres à Nanterre », L’Architecture Française, no 275-276, 1965, p. 74-75 ; « Domaine universitaire de Nanterre, J.-P. et J. Chauliat », Techniques et Architecture, 29e série, no 1, février 1968, p. 130-131.

45 AN, 19880466/47. Lettre de l’agence Chauliat à M. Barbot, sous-directeur de la création artistique (12 mars 1964).

46 Ibid., procès-verbal de la commission de la création artistique (séance du 9 décembre 1964).

47 Ibid., procès-verbal de la commission de la création artistique (séance du 6 avril 1965).

48 Ibid.

49 Ibid., lettre du chargé de mission pour la création artistique à Jean Dubuffet (9 avril 1965).

50 Ibid., lettre de l’agence Chauliat au directeur de la création artistique (10 mai 1965).

51 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/46. Procès-verbal du conseil général des Bâtiments de France (séance du 6 juillet 1965).

52 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/46. Arrêté agréant Jean Dubuffet comme artiste pour la faculté de Lettres (25 août 1965).

53 AN, 19880466/47. Procès-verbal de la commission de la création artistique (séance du 27 octobre 1965).

54 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/46. Lettre de Jean Dubuffet à M. Richard, chef du service constructeur de l’Académie de Paris (16 décembre 1965).

55 Archives municipales de Nanterre, 80 W 186. Dossier de permis de construire de la résidence, Rapport explicatif (18 décembre 1964).

56 Entretien avec Jean-Yves Chauliat, 23 juillet 2013 ; G. Kerhuel, Jean-Paul et Jacques Chauliat. Être architecte pendant les Trente Glorieuses : suivre la logique de l’industrialisation du bâtiment, mémoire de master 2 recherche « Histoire culturelle et sociale de l’architecture et de ses territoires », École nationale supérieure d’architecture de Versailles/université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2014, vol. annexe, p. 55.

57 N. Peters, Jean Prouvé, 1901-1984. La dynamique de la création, Paris, Taschen, 2012, p. 15.

58 . P. Sulzer, Jean Prouvé : œuvre complète, vol. 4 : 1954-1984, Birkhäuser, Basel, 2008, p. 124-128 et 136.

59 Le raidisseur est une grande pièce métallique permettant de lier les panneaux de façade entre eux. Dans le cas de Nanterre, il sert également à fixer le mur-rideau aux murs porteurs transversaux.

60 Archives de l’université de Nanterre, Fonds SCARIF, 2012021/24.

61 Archives municipales de Nanterre, 80 W 186. Permis de construire de la résidence (16 mars 1965).

62 Le Figaro, 13 février 1968 ; article au titre partiel conservé aux archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1.

63 « Mais que veulent donc les étudiants ? », Le Journal du dimanche, 17 mars 1968, p. 23-24 ; coupure de presse conservée aux archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1.

64 Alain Spiraux, « Voici la vérité sur ce qui se passe à la “fac” de Nanterre », Noir et Blanc, s. d. circa 1968 ; coupure de presse conservée aux archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1.

65 « Mais que veulent donc les étudiants ? », art. cit.

66 J. Giraud, « La révolte des étudiants », L’Express, no 974, 18-24 mars 1968, p. 99-103 ; coupure de presse conservée aux archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1.

67 Archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1. Note anonyme et non datée.

68 Archives de l’IFA, 133 Ifa 502/41, note du 10 octobre 1972, notes de ministère.

69 Archives de l’IFA, 133 Ifa 502/41, note manuscrite, notes de ministère.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Vue aérienne du camp de La Folie vers 1960, archives DEFACTO, 227 W 79.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Illustration 2. – Plan directeur no 2 en date du 2 avril 1963 (archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/20). Légende : 1 : faculté de Lettres ; 2 : faculté de Sciences ; 3 : faculté de Droit ; 4 : Institut d’études Politiques ; 5 : bibliothèque Lettres et annexe ; 6 : bibliothèque Sciences ; 7 : bibliothèque Droit ; 8 : restaurants ; 9 : parkings.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Illustration 3. – Présentation du projet de la faculté des Lettres à Georges Pompidou lors de la journée d’inauguration du 30 septembre 1964 (archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1, © Service photographique de France-Soir). De gauche à droite : le recteur Jean Roche, Jean-Paul Chauliat, Jacques Chauliat, Christian Fouchet, ministre de l’Éducation nationale, et Georges Pompidou, Premier ministre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Illustration 4. – Le bloc propédeutique de la faculté des Lettres en construction photographié le 16 juin 1964, archives de l’université de Nanterre, Fonds Chauliat, 2012011/1, © Yves Guillemaut.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Illustration 5. – Une résidence étudiante, SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, dossier Jean-Paul et Jacques Chauliat. Fonds DAU-0-CHAJA, © Yves Guillemaut.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47749/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

Auteur

École nationale supérieure d’architecture de Versailles

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site