Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

Nanterre-université : rigueur et préfabrication en réponse à l’urgence

Géraud Kerhuel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès le début des années 1950, face au nombre croissant des étudiants, il devient indispensable de construire de nouveaux équipements universitaires. À Paris, comme ailleurs sur l’ensemble du territoire national, les Lettres et les Sciences humaines sont les disciplines qui connaissent la plus forte expansion puisque non seulement le nombre des nouveaux bacheliers augmente chaque année, mais ceux-ci se tournent de plus en plus vers des études littéraires. Ainsi, d’un effectif de 20 787 étudiants en 1959-1960, cette faculté doit en accueillir 28 854 en 1962-19631. Or, la politique d’implantation des nouveaux sites universitaires doit se faire selon un double souci de décentralisation et de « décongestion » de l’agglomération parisienne. Les universités de province doivent garder leurs étudiants, mais aussi absorber des Parisiens. Le IVe plan de l’Équipement scolaire, universitaire et sportif (1962-1965), prévoit alors la création de quatre ensembles universitaires concernant les disci...

Auteur

École nationale supérieure d’architecture de Versailles

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540