Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

Les premiers bâtiments de la faculté des Sciences de Jussieu (1958-1960)

Une architecture universitaire méconnue dans le paysage des berges de la Seine à Paris

Franck Delorme

Texte intégral

Illustration 1. – Les deux « barres Cassan » vues depuis la Seine (© Franck Delorme, 2014).

  • 1 P. Rivé, La Sorbonne et sa reconstruction, Paris, La Manufacture, 1987.

1L’implantation du campus de Jussieu suscita de nombreuses polémiques depuis le début de sa construction, à la fin des années 1950, jusqu’au début des années 2000, lorsque sa réhabilitation devint indispensable. Si l’ensemble en forme de « gril » réalisé par l’architecte Édouard Albert est connu de beaucoup, étudiants ou usagers, riverains ou touristes, historiens ou néophytes, les deux bâtiments longeant le quai Saint-Bernard et la rue Cuvier sont largement banalisés dans le paysage parisien, comme tombés dans l’oubli. Pourtant, les deux longues barres de 260 et 160 mètres, édifiées de 1958 à 1960, constituent l’embryon du campus de Jussieu, postérieur de peu d’années, destiné à désengorger la « nouvelle Sorbonne » construite par Henri-Paul Nénot à la toute fin du XIXe siècle1. Même si leur aspect les distingue radicalement des bâtiments édifiés plus tard sur le dessin d’Édouard Albert, ils sont bien les édifices pionniers de ce grand déménagement de la faculté des Sciences et demeurent ainsi les seuls témoins d’un premier projet tout aussi ambitieux que celui des années 1960 mais qui n’a pas entièrement vu le jour.

  • 2 Cette étude a pour sources principales une partie des archives du rectorat de Paris versées aux Ar (...)

2Opposer les deux ensembles de bâtiments sur des critères purement esthétiques constituerait une erreur grossière et réductrice, car cela tendrait à réduire la question à une opposition duale entre les ministères de l’Éducation nationale et des Affaires culturelles, ou à un affrontement de la « construction » et les « arts », ou bien encore à une simple querelle des Anciens et des Modernes. Peut-être faut-il avant tout voir dans ce projet inachevé des années 1950, le point de départ du renouvellement de l’architecture universitaire dans le Paris de l’après-guerre. Quoiqu’il en soit, il convient de l’appréhender dans le contexte plus large, embrassant la France dans son ensemble. Au point de vue local, il est certain que l’édification de ces deux barres imposantes à proximité immédiate du Paris historique ne bénéficia pas d’un accueil très favorable, ni auprès des autorités ni auprès du grand public. Il n’en demeure pas moins vrai que cette opération allait inaugurer une période au cours de laquelle le paysage des berges de la Seine allait être profondément modifié2.

Le projet, son origine, son histoire

  • 3 Voir, dans le même ouvrage, la contribution d’Ana bela de Araujo.

3Dès avant la Seconde Guerre mondiale, l’étroitesse autant que l’inadaptation des bâtiments de la Sorbonne avaient été dénoncées en particulier par les scientifiques et universitaires, premiers concernés par le problème. Les réflexions et les projets se poursuivirent sous l’Occupation3. La solution envisagée était celle du désengorgement des vieux locaux de la Sorbonne par le déplacement de la faculté des Sciences, celle qui était le plus à l’étroit car elle ne parvenait plus à y trouver de quoi satisfaire ses besoins en espaces spécifiques comme les laboratoires et leurs annexes. Certaines installations scientifiques avaient fait l’objet de sévères critiques peu après leur livraison définitive en 1901, et avaient été très tôt jugées inadéquates comme, par exemple, l’observatoire astronomique et sa lunette qui, implantés au cœur du quadrilatère de La Sorbonne, étaient inutilisables. En outre, dès le début, la cohabitation dans un même lieu des facultés des Sciences et des Lettres et des services de l’Académie de Paris, entrava rapidement le bon déroulement des activités de chacune des institutions, comme le suggère en 1955 l’architecte Roger Séassal dans une note accompagnant le projet de reconstruction de la faculté des Sciences :

  • 4 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 2003410/89, note de Roger Séassal accompagnant le projet (...)

« Bientôt, les divers services, contigus l’un à l’autre, gênèrent mutuellement leur extension. Ils essayèrent de lutter en se développant en hauteur et en profondeur […]. Ensuite la faculté des Sciences éclata et les éclats allèrent tomber en différents points de Paris et de sa banlieue […]. Les disciplines se dispersèrent et s’éloignèrent les unes des autres, obligeant les étudiants, les Maîtres et le personnel du service central à des déplacements inutiles et à des pertes de temps4. »

  • 5 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 2003410/89, lettre du secrétaire général aux Beaux-Arts (...)
  • 6 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 2003410/89, lettre du doyen au ministre, 14 janvier 1942

4Dès 1941, les terrains de la Halle aux vins situés au pied de la Montagne Sainte-Geneviève étaient convoités par Paul Montel le doyen de la faculté des Sciences, dans l’espoir d’y rassembler les services et d’y réaliser « une cité biologique splendide » qui aurait associé au muséum tout proche la nouvelle faculté des Sciences, les laboratoires du Collège de France et, de même, aurait permis la relocalisation de la faculté de Médecine qui, malgré la construction du bâtiment de la rue des Saints-Pères par Louis Madeline, était toujours éclatée sur plusieurs sites. Dans sa lettre adressée au recteur de l’Académie en octobre 1941, le doyen constatait qu’il y avait encore « un effort à faire à Paris pour constituer un ensemble moderne où le muséum pourrait trouver place à des agrandissements nécessaires et où l’Université de Paris mettrait à côté de lui ses services de zoologie, d’anatomie comparée, etc., qu’elle cherche depuis longtemps à installer en dehors de la Sorbonne ». Le 31 janvier 1942, le secrétaire général des Beaux-arts recommandait au secrétaire d’État à l’Instruction publique que « dans cette hypothèse, il y aurait lieu, pour déterminer les conditions d’utilisation, d’établir dès maintenant le programme des constructions à édifier […] en vue de son examen par la section spéciale du Conseil général des bâtiments civils5 ». Pourtant, dès le 14 janvier 1942, le préfet de la Seine avait signalé au doyen qu’il n’était « pas possible d’affecter à la faculté des Sciences un terrain excédant le tiers de la surface totale6 ».

  • 7 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, lettre du 23 juillet 1943.

5Cela n’empêcha pas le directeur de l’Enseignement supérieur d’assurer en juillet 1943 au secrétaire d’État aux Beaux-arts qu’« étant donné l’intérêt que présenterait pour l’Université de Paris, le transfert et le regroupement des services de la faculté des Sciences, [il] poursui[vai]t les négociations avec la Préfecture de la Seine7 » pour obtenir le déplacement des installations de la Halle aux vins, entre le quartier de Bercy et la Porte de Charenton, et la concession des terrains au profit de l’Université de Paris. Par ce même échange, le doyen Montel demandait à Roger Séassal, architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux, d’établir un programme et un avantprojet. L’Occupation, même si elle n’interdisait pas de mener de grands projets urbains, n’en favorisait pas toujours la réalisation notamment à cause de la pénurie de matériaux. En revanche, le déménagement de l’ensemble des installations et des activités de la Halle aux vins dans un autre lieu s’avérait compliqué à mener à bien comme cela fut le cas plus tard comme nous allons le voir.

  • 8 Sur l’implantation d’une partie de la faculté des Sciences à Orsay, nous renvoyons le lecteur à l’ (...)

6Dès la Libération, le projet de transfert fit l’objet de nouvelles avancées. En juin 1945, le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) rédigea un projet d’ordonnance concernant le déplacement de la Halle aux vins et la construction d’une nouvelle faculté. Néanmoins, il faudra attendre le mois de juillet 1951 pour que le comité d’Aménagement de la région parisienne (CARP) donne un avis favorable « à l’attribution à l’Université de Paris (faculté des Sciences) du terrain […] occupé au quai Saint-Bernard par la Halle aux vins, dont les services [devaient] être transportés progressivement au quai de Bercy sur un emplacement qui [avait] été cédé par la SNCF au département de la Seine ». Des emplacements situés hors de la ville étaient également envisagés pour implanter l’intégralité de la faculté des Sciences. Le fort de Montrouge, en proximité immédiate de Paris, aurait nécessité l’arasement complet des bâtiments militaires, solution trop coûteuse. Des terrains à Bagneux, d’une superficie de 90 hectares furent sérieusement envisagés avant de révéler un vice caché : la présence en sous-sol d’anciennes carrières de gypse qui représentaient un trop grand risque. Le vaste domaine du parc de Launay à Orsay aurait pu enfin permettre le déménagement escompté. Ce terrain, que l’État avait saisi à son propriétaire jugé coupable de collaboration pendant l’Occupation, offrait l’opportunité de créer un immense campus universitaire et scientifique à l’américaine, projet fortement défendu par Irène Joliot-Curie elle-même8. Si le site d’Orsay n’accueillit finalement pas toute la faculté, il permit l’installation des laboratoires de biologie sur de grandes étendues de terrains pour des expériences de culture et d’élevage, des laboratoires de physique éloignés des perturbations de la grande cité, des laboratoires de mécanique dotés de grandes dépendances, enfin des laboratoires de chimie éloignés des habitations.

  • 9 Proposition faite par le doyen Châtelet au ministre de l’Éducation nationale en 1951.
  • 10 « Extension des laboratoires de la faculté des Sciences de Paris », Bâtir, no 53, novembre 1955, p (...)

7En attendant que prenne forme un projet global et cohérent de construction d’une nouvelle faculté de Sciences, des solutions temporaires et partielles furent envisagées, comme par exemple l’utilisation d’une partie des bâtiments provisoires installés en 1951 par Jacques Carlu pour l’Organisation des Nations unies (ONU) au Trocadéro, destinés à être démolis après la tenue de l’assemblée générale9. Une solution plus pérenne, bien qu’encore très insuffisante, fut décidée : la construction de laboratoires de physique, chimie et biologie (PCB) – bâtiment actuellement dénommé Félix Esclangon – par surélévation des chais de la maison Dubonnet à l’angle des rues Cuvier et Jussieu, dont le permis de construire accordé le 7 mai 1954 fut suivi de la réalisation en 195510. Cela fut rendu possible parce que, comme le relate le procès-verbal de la réunion du 13 juin 1955 du CARP, « pour les terrains de la Halle aux vins une première étape a été franchie. La faculté des Sciences dispose déjà d’une partie. L’effort sera poursuivi progressivement ». Un projet d’envergure commença alors à se dessiner. Sur la proposition de Frédéric Surleau, commissaire à la Construction de la nouvelle faculté, le ministre de l’Éducation nationale confia, par arrêté de nomination du 23 août 1955, la mission d’étude générale sur l’ensemble des terrains à quatre architectes, les mêmes à qui était confiée la réalisation des premiers bâtiments de la faculté des Sciences d’Orsay : Louis Madeline (1882-1965), Roger Séassal (1885-1967), Urbain Cassan (1890-1979) et René Coulon (1908-1997). Cette décision suivait la recommandation exprimée en décembre 1954 par le bureau de la Construction dans une note rédigée à l’attention du conseiller technique du ministre de l’Éducation nationale. En effet, l’âge avancé de Roger Séassal (75 ans) poussait l’administration à lui adjoindre l’assistance d’architectes d’opération plus jeunes. Le décès, le 13 avril 1955, de Roger-Henri Expert, architecte en chef de l’école nationale supérieure d’Enseignement technique de Cachan alors en pleine exécution, avait récemment prouvé que ce type de précaution n’était pas superflu.

La nouvelle faculté, sa construction, son architecture

  • 11 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 20030410/89, lettre du ministre de l’Éducation nationale (...)

8La possibilité d’installer les grands laboratoires sur le site du domaine d’Orsay régla donc une partie des problèmes, mais, comme l’écrivait en août 1955, Jean Berthouin, le ministre de l’Éducation nationale, à Pierre Sudreau, commissaire à la Construction et à l’urbanisme pour la région parisienne : « Il reste à satisfaire les besoins de l’enseignement propédeutique et de deuxième cycle, qui groupent […] 8 000 élèves et qui comprendront certainement davantage dans les années à venir. » Dans la même lettre, le ministre remarquait également qu’il « ne saurait être question de transférer hors de la capitale un tel effectif d’étudiants sans que ne se posent des questions de transports et de logements qu’il serait impossible à résoudre avant de longues années11 ». La seule solution à cet épineux problème semblait donc, pour les acteurs de l’époque, d’installer ces enseignements à l’emplacement des entrepôts du quai Saint-Bernard. Un obstacle se dressait cependant devant cette ambition pourtant clairement affichée : le difficile déménagement de l’intégralité des installations de la Halle aux vins qui ne pouvait pas être effectif tant que leur relogement n’était pas assuré dans le secteur de la porte de Charenton. Sans attendre ce délai incertain et lointain, la décision fut néanmoins prise d’élever deux premiers bâtiments en périphérie du site, tout en conservant les activités de négoce en cœur d’îlot.

  • 12 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, conférence à l’hôtel de ville, co (...)

9Dans cette première phase de construction envisagée en 1955, un bâtiment de 313 mètres de long et de sept étages devait être implanté en bordure du quai Saint-Bernard et un autre de 162 mètres de long au-dessus de la rue des Graves, parallèlement à la rue Cuvier. Devant l’ampleur des édifications envisagées, la commission des Sites, perspectives et paysages, demanda en octobre 1955 « que les architectes établissent un plan d’ensemble de l’utilisation générale des terrains de la Halle aux vins, de façon à montrer que la construction des deux bâtiments projetés s’intégrera dans ce plan d’ensemble12 ». La concrétisation des projets avançait donc de manière décisive puisqu’au même moment, la concession des terrains fut entérinée. Le plan d’ensemble produit par l’équipe d’architectes était un compromis entre une composition académique et une répartition libre des bâtiments sur le terrain (illustration 2). À la manière des compositions des Prix de Rome, un axe principal partant de la place Jussieu aboutissait, en passant sous un bâtiment formant porche, au cœur de l’ensemble, recoupé au tiers de la hauteur par une perpendiculaire marquant une rupture de pente entre le niveau haut du terrain du côté de la rue Jussieu et le niveau bas sur le quai. De part et d’autre de cette ligne directrice, des bâtiments en formes de barres se répondaient et s’équilibraient, la plupart étant implantés parallèlement à la Seine et selon un étagement entre la rue et le quai. D’autres barres perpendiculaires cadraient la composition sur les rues Cuvier et des Fossés-Saint-Bernard. L’angle situé au carrefour du boulevard Saint-Germain et du quai était laissé ouvert pour dégager la vue de l’ensemble depuis le pont de Sully et l’île Saint-Louis, et ce dans un souci de ne pas opposer à celle-ci un front bâti trop abrupt, la grande barre sur le quai était ainsi raccourcie et mise à distance. L’entrée principale située sur la place Jussieu était percée largement entre deux bâtiments mis à l’alignement. Une esplanade d’accueil était ménagée et entourée des bâtiments des services généraux et de la bibliothèque. Un double emmarchement monumental permettait d’accéder au reste du site et des édifices. Des volumes cubiques abritant le plus souvent les amphithéâtres et salles de conférence étaient greffés perpendiculairement aux bâtiments barres et ponctuaient la composition. À une échelle réduite, la dispersion, certes régulière et fortement composée, de bâtiments isolés sur un terrain, dont les espaces libres étaient traités en des jardins aux circulations courbes, préfigurait les domaines universitaires qui seraient développés plus tard dans les années 1960-1970 tels que ceux de Grenoble, Bordeaux, etc. De ce grand plan d’ensemble, ne furent cependant réalisés que les deux grands bâtiments actuels improprement dénommées « barres de Cassan ».

Illustration 2. – Plan d’ensemble dressé par Séassal, Madeline, Cassan et Coulon (30 juin 1953), AN F/21/6673 (© Franck Delorme).

  • 13 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, mémoire explicatif accompagnant l (...)
  • 14 Ibid.

10Les architectes produisirent un projet détaillé au mois de février 1956 portant uniquement sur les deux grands bâtiments de la rue Cuvier et du quai. Le terrain de la Halle aux vins n’étant pas encore totalement libéré, l’implantation et le principe architectural durent tenir compte de cette contrainte (illustration 3). Le mémoire explicatif qui accompagnait les documents graphiques indiquait : « Le rez-de-chaussée sera laissé libre sur une hauteur de cinq mètres et les poteaux en fer supportant l’ensemble seront équidistants de douze mètres. Cette disposition permettra le libre passage des locomotives, des camions et des wagons réservoirs13. » Dans le même mémoire de février 1956, des détails étaient fournis concernant le système constructif envisagé : « L’ossature des édifices est prévue en charpente métallique pour permettre d’assurer un assemblage rapide d’éléments préfabriqués en usine14. »

Illustration 3. – Coupe transversale sur le quai et perspective avec éclaté montrant le principe constructif, Techniques et architecture, no 3, mars 1960, p. 120 (© Franck Delorme).

  • 15 F. Seitz, L’architecture métallique en France au XXe siècle. Architecture et « savoir-fer », Paris (...)

11En réalité, pour des raisons de délais et d’économie – comme l’explique Frédéric Seitz dans L’architecture métallique en France15, une véritable crise des métaux ferreux sévissait alors –, un seul des deux bâtiments, celui sur la rue Cuvier, fut réalisé en métal. Le plus grand, sur le quai, fut construit en béton précontraint. Le chantier du bâtiment en métal fut confié à un groupement rassemblant les ateliers Moissant-Laurent-Savey, la société Schwartz-Haumont, la Compagnie française d’entreprises et les établissements Baudet-Donon-Roussel. Les travaux commencés le 26 mars 1958 s’achevèrent le 7 juillet 1960. Le bâtiment en béton fut aussi construit par un groupement associant la société Froment-Clavier, l’entreprise Boussiron et la société Balency-Schuhl. Il faut d’ailleurs souligner que la différence de technique de construction n’est pas perceptible depuis l’extérieur, sauf au niveau du soubassement de la plus grande barre où se distinguent les pilotis supportant les étages. Pour le reste, les deux bâtiments affichent les mêmes façades constituées de blocs isolants en terre cuite recouverts d’une mince couche de pierre venant dissimuler l’ossature. L’ensemble présente ainsi un curieux paradoxe jouant sur la peau et le squelette, dans un double thème béton versus métal et métal versus béton.

Les bâtiments, leur place dans l’architecture universitaire des années 1950

  • 16 C. Hottin, « L’architecture universitaire des Trente Glorieuses. Des temples du savoir à l’univers (...)

12Outre leur intérêt intrinsèque, les deux premiers bâtiments de Jussieu méritent d’être replacés dans une double perspective de contextualisation des bâtiments universitaires et de normalisation des constructions scolaires. Jussieu se démarque en effet des constructions de l’entre-deux-guerres, et en particulier de la faculté de Médecine de la rue des Saints-Pères dont la première pierre avait été posée en 1936. Cette réalisation de Louis Madeline, au moment de son inauguration tardive en 1953, fut mal accueillie à cause non seulement de sa situation près de Saint-Germain-des-Prés mais aussi de sa pesante architecture officielle. Si elle se situe dans la suite de cet édifice contesté à l’époque, Jussieu présente, malgré son échelle plus importante, un caractère moins pesant par l’adoption d’autres solutions : décollement des bâtiments du sol, jeu sur les volumes et les décrochements, retraits successifs des étages supérieurs16.

  • 17 CAA du XXe siècle, fonds Henry Bernard, 266. AA. 8/1, rapport sur la reconstruction de l’universit (...)
  • 18 P. Poirrier, « Roger Barade, architecte du campus de Montmuzard », P. Poirrier (dir.), Paysage des (...)

13Conçus par des architectes de la génération de Louis Madeline et pétris de la même formation académique, c’est pourtant une formule épurée, modernisée, que les bâtiments de Jussieu suggèrent avec une franchise un peu plus affirmée même si elle est encore tempérée par des principes formels et esthétiques traditionnels. Cette évolution esthétique est à lire au prisme du changement de contexte de production de l’architecture publique. Sous la IIIe République de Jules Ferry dans les années 1880-1890, l’encadrement de la conception et de la construction des écoles élémentaires et des lycées conduisit à des édifices rationnels et fonctionnels. Après 1945, cet encadrement technique s’appliqua à l’ensemble des constructions scolaires et universitaires. La Sorbonne n’était pas le seul établissement d’enseignement supérieur édifié au XIXe siècle confronté à des problèmes de locaux insuffisants ou mal adaptés. La plupart des grandes villes universitaires françaises se lancèrent après-guerre dans d’ambitieux programmes immobiliers pour la plupart délocalisés à leur périphérie en raison de l’absence des réserves foncières suffisantes dans les centres anciens. À Caen, les bâtiments universitaires avaient été détruits en 1944 au cours du bombardement d’une partie de la ville. « Les terrains sur lesquels s’élevaient les bâtiments démolis de l’ancien “Palais des Facultés” étant notoirement insuffisants », l’architecte Henry Bernard (1912-1994) fut désigné pour dresser en 1945 un projet de reconstruction d’ensemble de l’université dans le secteur de Gallion tout proche du site du château mais dans une zone de 33 hectares encore peu urbanisée17. La réalisation, qui s’est étendue de 1948 à 1957, fut pionnière dans le sens où elle représente la première création en France d’un véritable domaine universitaire, inspiré directement, Normandie oblige, des exemples des campus anglais entre autres d’Oxford. À Dijon, c’est l’architecte Roger Barade qui a été désigné en 1952 pour concevoir une nouvelle université à édifier sur le site de Montmuzard18. Dans ces deux exemples, le normand et le bourguignon, si la composition d’ensemble laisse la place, à première vue, à la libre dispersion des différents services et bâtiments sur de vastes emprises, les édifices principaux et de prestige obéissent individuellement à des règles de composition assez traditionnelles. En outre, à Caen comme à Dijon, les facultés des Sciences occupent une place centrale dans la reconfiguration des installations et architectures universitaires car elles sont les premières constructions que l’on aborde quand on pénètre sur ces « campus ». Les bâtiments sont répartis sur les trois côtés d’une cour ouverte du côté de l’arrivée à Caen, ou vers l’intérieur à Dijon. Dans le premier cas, la composition fonctionne à la manière de propylées entre lesquels le passage se fait par un portique soulevant le bâtiment frontal. À Dijon, la façade est interrompue en son milieu par une sorte d’avant-corps percé de trois grandes baies monumentales.

Illustration 4. – Un des deux amphithéâtres en saillie sur le quai formant à l’origine l’entrée principale (© Franck Delorme, 2014).

  • 19 F. Delorme, « La faculté des Sciences de Bordeaux. René Coulon architecte », In Situ Revue des pat (...)

14En ce qui concerne les facultés des Sciences proprement dites, Bordeaux parvient enfin à partir de 1953 à résoudre les problèmes de place qui se posaient depuis les années 1930 dans les bâtiments situés en plein cœur de la ville, place de la Victoire. L’acquisition en 1951 de vastes terrains sur la commune de Talence, dans la périphérie de Bordeaux, allait apporter l’occasion de voir grand en confiant un projet de nouvelle faculté à l’architecte René Coulon. L’implantation du grand complexe de bâtiments isolés et dispersés dans un vaste parc a été la première pierre du domaine universitaire de Talence qui allait être réalisé à partir de 1963 d’après le plan de masse général dressé en 1959 par l’architecte Louis Sainsaulieu19. L’expérience de René Coulon dans la conception de la faculté des Sciences de Bordeaux a peut-être eu une importance décisive dans les choix qui ont été faits à Jussieu. Les deux ensembles ont de nombreuses similitudes en termes de composition et de construction.

Le contexte technique et règlementaire

Illustration 5. – Détail de façade : pilastres carrés correspondant à la trame de six mètres et divisée en trois par des meneaux de section triangulaire (© Franck Delorme, 2014).

  • 20 P. Carpentier (directeur général de l’équipement scolaire, universitaire et sportif), préface au d (...)

15Une des préoccupations de la direction des Constructions scolaires, universitaires et sportives au ministère de l’Éducation nationale était en effet de « dégager mieux chaque jour les stipulations fonctionnelles, dimensionnelles et techniques, et les normes de coût des constructions et de certains matériels » afin de pouvoir « obtenir malgré les contraintes du moment, des expressions architecturales satisfaisantes, et par là, éducatrices20 ». La prise en compte des impératifs de normalisation des constructions sous la pression du ministère de la Construction aboutit à des compromis plus ou moins heureux. Le module préconisé par le ministère de l’Éducation nationale et en vigueur au moment de l’élaboration est fixé à une largeur de travée de 1,75 mètre entre axes. À Jussieu, il semble bien que ce soit ce module qui ait été adopté, car les bâtiments sont réglés sur des grandes travées de six mètres divisées en trois par des montants de 0,25 mètre de largeur (illustration 5).

  • 21 L’Éducation nationale, no 34, 30 novembre 1961.
  • 22 « Centre universitaire de Dijon », L’Architecture française, no 179-180, p. 48-52.

16Pour l’administration, il semble que les premiers bâtiments de Jussieu marquent une rupture avec l’expression architecturale des édifices universitaires antérieurs. La preuve en est la promotion qu’elle en fait, comme par exemple en 1961 dans la revue L’Éducation nationale où est évoquée la « claire architecture de la faculté des Sciences21 ». Il faut certainement y percevoir un certain satisfecit et une autopromotion de l’action, propre à la plupart des administrations comme des entreprises. Il reste malgré cela que la modernité de la conception des bâtiments de Jussieu se démarque des constructions de l’entre-deux-guerres par le caractère affirmé de la structure qui se lit en façade de manière subtile et aboutit à une architecture plus proche de celle des grands lycées de l’époque. À l’université de Caen d’Henry Bernard, où le rythme très serré des pilastres/meneaux (comment nommer autrement ces éléments montants de fond) ne permet pas la lecture de la structure en façade, sauf sur la partie centrale en portique. Roger Barade adopte un autre parti architectural et constructif pour le centre universitaire de Dijon : façades lisses sans affirmation de la structure cachant en réalité, sous le parement en pierre de Bourgogne, une trame structurelle de 4,20 mètres subdivisée en deux pour obtenir des fenêtres d’une largeur de 2,10 mètres22.

  • 23 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, mémoire explicatif accompagnant l (...)
  • 24 P. Dehan, « René-André Coulon (1908-1997) », L’Architecture d’aujourd’hui, no 310, avril 1997, p.  (...)

17À Bordeaux, pour les bâtiments de la faculté des Sciences, René Coulon impose un module de trois mètres. « Le rythme régulier des travées de façades est conçu pour permettre, dans l’avenir, des modifications ou adjonctions faciles des cloisons de refend23. » À Jussieu, un des artisans de cette première rupture moderne – la seconde sera le gril d’Albert –, est peut-être bien René Coulon qui, plus jeune que ses trois confrères, montre dans la plupart de ses projets – sièges sociaux d’entreprises, campus technologiques et scientifiques, prototypes de logements préfabriqués –, un intérêt particulier pour les matériaux nouveaux et l’adéquation entre choix constructifs et esthétiques, tout en accordant une attention à la composition et l’équilibre des volumes. En 1997, Philippe Dehan ne s’y trompe pas lorsqu’il écrit que « comme Jean Ginsberg, René-André Coulon fait partie d’une génération pour laquelle l’architecture moderne n’est plus un combat ou une doctrine, mais un ensemble de principes à exploiter sans renier les traditions, qu’il s’agisse des règles de l’art ou des principes de composition24 ».

Les bâtiments, leur place dans le paysage des berges de la Seine

Illustration 6. – Perspective du projet de siège social pour Air France à l’emplacement de la gare d’Orsay par René Coulon et Guillaume Gillet (8 juillet 1957), CAPA-CAA du XXe siècle, fonds Gillet, 152/IFA/312.

  • 25 « Un centre administratif modèle : l’annexe Morland de la Préfecture de la Seine », La Constructio (...)
  • 26 « La Cité internationale des Arts », La Construction moderne, no 1, 1967, p. 33-39.
  • 27 F. Delorme, Guillaume Gillet, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Carnets d’architectes », 2012

18Appréhendée à l’échelle de la ville, la faculté des Sciences de Jussieu, dans sa première formulation, ouvre la voie à l’introduction d’architectures modernes et massives sur les bords de Seine au cœur du Paris historique en même temps qu’elle prépare l’opinion publique à s’y opposer. Quelques années après la réalisation des bâtiments universitaires du quai Saint-Bernard et de la rue Cuvier, la Cité administrative du boulevard Morland (1966), avec sa grande tour de seize étages voulue par le préfet de la Seine et imposée à l’architecte Albert Laprade (1883-1978), même placée en retrait du quai, a été rapidement perçue comme l’exemple à ne pas répéter25. Les architectes Paul Tournon et Olivier-Clément Cacoub, concepteurs de la Cité des arts édifiée en 1967, ont pour leur part dus faire « profil bas » en respectant les gabarits et les hauteurs moyennes des immeubles anciens. La Construction moderne a relaté les difficultés rencontrées : « Dans le quartier du Marais, face à l’Île Saint-Louis, entouré d’hôtels prestigieux, le terrain affecté à la Cité internationale des arts présentait, […] d’innombrables avantages, mais cet environnement limitait les possibilités de recherches du parti architectural, d’autant que long de 150 mètres sur la façade parallèle au quai de l’Hôtel-de-Ville, le terrain accuse une profondeur variable26. » Ces deux réalisations, qui suivent de peu celle de la première tranche de la faculté des Sciences, ne doivent pas faire méconnaître que d’autres projets auraient pu voir le jour. En 1955, au même moment où étaient élaborés les bâtiments de Jussieu, dans un autre secteur du Paris historique, en aval, face aux Tuileries, René Coulon, associé à son confrère Guillaume Gillet (1912-1987), étudiait le projet d’un ensemble administratif destiné à remplacer la gare d’Orsay. Les deux architectes multiplièrent les études d’implantation tant en plan qu’en volume. Au gré des changements de programme et de l’organisation de concours successifs, l’ambition de faire une architecture contemporaine s’écroula définitivement en 1973 quand Jacques Duhamel, alors ministre des Affaires culturelles signa l’arrêté de protection du bâtiment de Victor Laloux. Nous avons eu l’occasion dans un ouvrage consacré en 2012 à Guillaume Gillet, de nous attarder sur la complexité de ce projet27.

  • 28 AN, Fonds du conseil des bâtiments de France, F/21/6673, procès-verbal de la séance de la délégati (...)

19Si l’on s’en tient aux bâtiments de Jussieu, en février 1943, le préfet attirait déjà l’attention du ministre de l’Éducation nationale sur le danger de recouvrir la totalité du terrain de constructions élevées. Treize ans plus tard, en février 1956, lors de l’examen du projet, la commission supérieure des Monuments historiques faisait la même observation concernant l’insertion délicate de « grandes architectures modernes » en bordure du centre historique, dont la pointe en amont de l’île Saint-Louis représentait la limite physique autant que psychologique à ne pas franchir : « En fait, la question dépasse de beaucoup la protection des abords de ces façades, car c’est l’aspect d’ensemble des rives de la Seine qui se trouve menacé à cet endroit28. » Lorsqu’il s’est agi par la suite de poursuivre la construction de Jussieu, sur de nouveaux principes d’implantation, les préventions ne tombèrent pas même si l’engagement et le soutien d’André Malraux au projet d’Édouard Albert aida à vaincre l’hostilité, parfois de force. La préoccupation esthétique et paysagère faisait consensus au point que le ministre de la Construction, Jacques Maziol, pouvait écrire en novembre 1963 à son confrère de l’Éducation nationale, Christian Fouchet :

  • 29 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, lettre du ministre de la Construc (...)

« La position qu’elle occupe sur les rives de la Seine, face à l’île Saint-Louis, au voisinage d’un quartier encombré et le long d’un quai parcouru par une circulation intense, commande une étude très attentive : l’ensemble qu’il s’agit d’édifier devra répondre à des sujétions rigoureuses concernant notamment les accès, le stationnement, l’espacement des constructions, il devra être digne, par la qualité de son architecture, du cadre prestigieux où il s’insèrera et de la fonction éminente dont il sera le réceptacle et le symbole29. »

20C’est donc bien comme témoins que doivent être considérés les deux premiers bâtiments de Jussieu. Tout d’abord, ils sont les embryons d’un projet de relocalisation intra-muros de la faculté des Sciences, projet qui fut par la suite réorienté vers d’autres principes organisationnels, constructifs et architecturaux. Ils sont aussi et surtout les exemples des recherches conduites en France au cours des années 1950 en matière de conception des édifices publics et plus spécifiquement ceux dédiés à l’enseignement. Enfin, ils témoignent la volonté de continuer la longue histoire de l’édification de Paris, pas seulement sur ses marges mais aussi en son cœur même.

Notes

1 P. Rivé, La Sorbonne et sa reconstruction, Paris, La Manufacture, 1987.

2 Cette étude a pour sources principales une partie des archives du rectorat de Paris versées aux Archives nationales (versement 20030410/89). Elle s’appuie également sur quelques sources imprimées (« Le projet de construction des nouveaux bâtiments de la faculté des Sciences à la Halle aux vins », Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, 15 mars 1958, p. 23) et la bibliographie abordant le sujet : C. Hottin, « Jussieu, l’inachevée. Cinquante ans de projets pour la “faculté des Sciences de Paris-centre” », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 13, p. 21-49 ; A. Roche, « Le 1 %, de la faculté des sciences de Paris à l’université Pierre et Marie Curie : inventaire, restauration, valorisation d’un patrimoine artistique méconnu », In Situ, no 17, 2011, [http://insitu.revues.org/889] ; S. Delanes, « Le campus de Jussieu », Universités et grandes écoles à Paris. Les palais de la science, Paris, AAVP, 1999, p. 199-205.

3 Voir, dans le même ouvrage, la contribution d’Ana bela de Araujo.

4 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 2003410/89, note de Roger Séassal accompagnant le projet de reconstruction de la Faculté des sciences établi en 1955.

5 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 2003410/89, lettre du secrétaire général aux Beaux-Arts au secrétaire d’État à l’Instruction publique, 31 janvier 1942.

6 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 2003410/89, lettre du doyen au ministre, 14 janvier 1942.

7 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, lettre du 23 juillet 1943.

8 Sur l’implantation d’une partie de la faculté des Sciences à Orsay, nous renvoyons le lecteur à l’étude d’Ana bela de Araujo dans ce même ouvrage. Voir aussi : « Paris-Orsay. Faculté des Sciences », Techniques et architecture, no 3, mars 1960, p. 120.

9 Proposition faite par le doyen Châtelet au ministre de l’Éducation nationale en 1951.

10 « Extension des laboratoires de la faculté des Sciences de Paris », Bâtir, no 53, novembre 1955, p. 22-25.

11 AN, Fonds du rectorat de Paris, versement 20030410/89, lettre du ministre de l’Éducation nationale au commissaire à la Construction et à l’urbanisme, août 1955.

12 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, conférence à l’hôtel de ville, commission des Sites, perspectives et paysages du département de la Seine, 5 octobre 1955.

13 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, mémoire explicatif accompagnant les documents du projet détaillé, 19 avril 1956.

14 Ibid.

15 F. Seitz, L’architecture métallique en France au XXe siècle. Architecture et « savoir-fer », Paris, Belin, 1995, p. 122-124.

16 C. Hottin, « L’architecture universitaire des Trente Glorieuses. Des temples du savoir à l’université de masse », C. Hottin, G. Rideau et B. Andia, Universités et grandes écoles à Paris : Les palais de la science, Paris, AAVP, 1999, p. 187-191.

17 CAA du XXe siècle, fonds Henry Bernard, 266. AA. 8/1, rapport sur la reconstruction de l’université de Caen (document dactylographié, 4 mai 1945).

18 P. Poirrier, « Roger Barade, architecte du campus de Montmuzard », P. Poirrier (dir.), Paysage des campus. Urbanisme, architecture et patrimoine, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2009, p. 129. Voir aussi : « Dijon : la faculté des Sciences », La Construction moderne, no 6, 1960, p. 60-67.

19 F. Delorme, « La faculté des Sciences de Bordeaux. René Coulon architecte », In Situ Revue des patrimoines, no 17, Les patrimoines de l’enseignement, 2011, [http://insitu.revues.org/932 ;DOI:10.4000/insitu.932].

20 P. Carpentier (directeur général de l’équipement scolaire, universitaire et sportif), préface au dossier « Constructions scolaires », Techniques et architectures, no 3, mars 1960, p. 87.

21 L’Éducation nationale, no 34, 30 novembre 1961.

22 « Centre universitaire de Dijon », L’Architecture française, no 179-180, p. 48-52.

23 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, mémoire explicatif accompagnant le projet de février 1956, 19 avril 1956.

24 P. Dehan, « René-André Coulon (1908-1997) », L’Architecture d’aujourd’hui, no 310, avril 1997, p. 17.

25 « Un centre administratif modèle : l’annexe Morland de la Préfecture de la Seine », La Construction moderne, no 2, 1966, p. 52-59.

26 « La Cité internationale des Arts », La Construction moderne, no 1, 1967, p. 33-39.

27 F. Delorme, Guillaume Gillet, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Carnets d’architectes », 2012.

28 AN, Fonds du conseil des bâtiments de France, F/21/6673, procès-verbal de la séance de la délégation permanente de la commission supérieure des Monuments historiques (13 février 1956).

29 AN, Fonds du conseil général des Bâtiments de France, F/21/6673, lettre du ministre de la Construction au ministre de l’Éducation nationale (22 novembre 1962).

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Les deux « barres Cassan » vues depuis la Seine (© Franck Delorme, 2014).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Illustration 2. – Plan d’ensemble dressé par Séassal, Madeline, Cassan et Coulon (30 juin 1953), AN F/21/6673 (© Franck Delorme).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Illustration 3. – Coupe transversale sur le quai et perspective avec éclaté montrant le principe constructif, Techniques et architecture, no 3, mars 1960, p. 120 (© Franck Delorme).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Illustration 4. – Un des deux amphithéâtres en saillie sur le quai formant à l’origine l’entrée principale (© Franck Delorme, 2014).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Illustration 5. – Détail de façade : pilastres carrés correspondant à la trame de six mètres et divisée en trois par des meneaux de section triangulaire (© Franck Delorme, 2014).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Illustration 6. – Perspective du projet de siège social pour Air France à l’emplacement de la gare d’Orsay par René Coulon et Guillaume Gillet (8 juillet 1957), CAPA-CAA du XXe siècle, fonds Gillet, 152/IFA/312.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47747/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site