Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

Les premiers bâtiments de la faculté des Sciences de Jussieu (1958-1960)

Une architecture universitaire méconnue dans le paysage des berges de la Seine à Paris

Franck Delorme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Illustration 1. – Les deux « barres Cassan » vues depuis la Seine (© Franck Delorme, 2014).

L’implantation du campus de Jussieu suscita de nombreuses polémiques depuis le début de sa construction, à la fin des années 1950, jusqu’au début des années 2000, lorsque sa réhabilitation devint indispensable. Si l’ensemble en forme de « gril » réalisé par l’architecte Édouard Albert est connu de beaucoup, étudiants ou usagers, riverains ou touristes, historiens ou néophytes, les deux bâtiments longeant le quai Saint-Bernard et la rue Cuvier sont largement banalisés dans le paysage parisien, comme tombés dans l’oubli. Pourtant, les deux longues barres de 260 et 160 mètres, édifiées de 1958 à 1960, constituent l’embryon du campus de Jussieu, postérieur de peu d’années, destiné à désengorger la « nouvelle Sorbonne » construite par Henri-Paul Nénot à la toute fin du XIXe siècle1. Même si leur aspect les distingue radicalement des bâtiments édifiés plus tard sur le dessin...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540