Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

« Leçons de science dans un parc »

La nouvelle faculté des Sciences à Orsay dans la carte universitaire et scientifique francilienne (1955-1975)

Ana bela De Araujo

Texte intégral

  • 1 Le terme de géantification est utilisé par D. Pestre, « Raoul Dautry et le nucléaire français », R (...)
  • 2 Irène Curie (1897-1956), fille aînée des prix Nobel Pierre et Marie Curie, épouse Frédéric Joliot (...)
  • 3 M. Magat et J. Hadamard, « La science aux États-Unis. Le miracle américain en est-il un ? », Atome (...)
  • 4 Cette recherche embryonnaire sur la faculté des sciences d’Orsay est essentiellement issue d’une t (...)

1En 1955, la faculté des Sciences de Paris est la première des universités parisiennes à quitter l’espace urbain saturé de la montagne Sainte-Geneviève. Son transfert, pionnier, préfigure la déconcentration généralisée de l’université parisienne vers la banlieue dans les années 1960 et 1970. Ce déracinement de l’enseignement scientifique est intrinsèquement lié à la nouvelle échelle des lieux de science, autrement dit à la « géantification1 » de la recherche scientifique après 1945. Plus que tout autre champ disciplinaire, celui des sciences, et en particulier l’enseignement de la physique nucléaire, souffre après la Seconde Guerre mondiale de l’exiguïté et du manque de locaux dans Paris intra-muros. Ce transfert de la faculté des Sciences de Paris vers Orsay (illustration 1) est largement imputable à la clairvoyance des deux plus éminents scientifiques spécialistes en physique et chimie nucléaires, prix Nobel en 1935, Irène et Frédéric Joliot-Curie2. Les premiers, ils mesurent combien la taille des instruments désormais requis par cette science neuve plonge l’université dans une problématique nouvelle, qui est celle de la grande dimension et de la grande échelle. Prônant les « leçons de science dans un parc3 », loin de l’agitation de la capitale au profit de vastes campus au calme et au vert, les Joliot-Curie sont les protagonistes majeurs de ces transferts d’activités universitaires et scientifiques vers la banlieue sud de Paris4. Indirectement, ils orienteront la politique d’aménagement de la région parisienne vers la réactualisation du projet de radiale universitaire sud verte imaginée dès le début du XXe siècle, dont le campus scientifique d’Orsay établi au cœur de la vallée exceptionnelle de Chevreuse, est encore aujourd’hui l’un des maillons structurants. Bien qu’appartenant au contexte macro-historique de la déconcentration des universités parisiennes, le transfert de la faculté des Sciences à Orsay analysé par le prisme de quelques acteurs, aux opinions et engagements décisifs, permet, en réduisant la focale, de mesurer combien les micro-histoires ont induit le développement et l’implantation de la recherche et de l’enseignement des sciences en Île-de-France.

Illustration 1. – Carte postale montrant la faculté des Sciences d’Orsay dans son environnement boisé © Lapie, coll. part.

Les prémices avant 1945

  • 5 P. Rivé (dir.), La Sorbonne et sa reconstruction, Paris, AAVP/La Manufacture, 1987.
  • 6 AN, 20030410, lettre de Gilbert Gidel, recteur de l’Académie de Paris au doyen de la faculté des S (...)

2Les origines du campus d’Orsay remontent probablement à 1941. Trop à l’étroit dans ses locaux du quartier Latin depuis sa construction à l’extrême fin du XIXe siècle5, dépassée par l’évolution et la multiplication des disciplines scientifiques, la faculté des Sciences de Paris doit se résigner à accepter l’éparpillement. En 1941, le ministère de l’Éducation nationale sollicitait le terrain de la Halle aux vins quai Saint-Bernard et rue Cuvier, proche du Quartier latin, pour permettre l’implantation de la totalité des services de la faculté des Sciences. Le recteur de l’Académie de Paris, Gilbert Gidel, s’empresse de désigner le futur architecte de la reconstruction de la faculté des Sciences. Il se précipite pour faire ratifier la décision de Paul Montel, nouveau doyen de la faculté des Sciences, qui avait choisi Roger Séassal, architecte en chef du gouvernement, premier Grand prix de Rome6. Cette promptitude ne suffira pas à entériner le projet, lequel restera, pendant une dizaine d’années, suspendu à la décision d’affectation des entrepôts Saint-Bernard à l’université de Paris. Une longue lutte s’engage entre les concessionnaires des entrepôts, la Ville de Paris et l’université pour l’occupation du site. Il faut attendre 1945 pour que le terrain de l’entrepôt Saint-Bernard soit propriété de l’université.

  • 7 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre d’Irène Joliot-Curie à Gilbert (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

3À contre-courant de cette posture institutionnelle générale, émerge en parallèle une velléité personnelle, celle de la scientifique Irène Joliot-Curie, qui consiste à déconcentrer la faculté des Sciences. Dès 1942, très précocement, elle est une des premières à plaider auprès du recteur de l’Académie de Paris pour le transfert et le regroupement dans un terrain unique, hors de Paris, des établissements scientifiques à caractère expérimental. Dans une lettre au recteur, elle avance en premier lieu, le motif de l’air et de l’espace, prétendant que la majorité des professeurs et des étudiants « préfèrent habiter la banlieue, pour avoir des conditions de vie plus saines7 ». Elle appuie ensuite son argumentation sur la spécificité des laboratoires, insistant sur le fait que contrairement aux professeurs et étudiants de droit et de lettres, les chercheurs en sciences utilisant des laboratoires en ville rencontrent de nombreux inconvénients : « Physiciens, chimistes ou biologistes, tous les chercheurs peuvent être obligés d’utiliser des appareils sensibles, pour le fonctionnement desquels les trépidations dues à la circulation intense de Paris, ainsi que les perturbations électriques sont une grande gêne8. » Elle suggère alors la création d’une cité universitaire dédiée aux sciences expérimentales dans la banlieue sud de Paris, au sein de laquelle seraient réunis « des laboratoires de recherches, des services d’enseignement, des élevages d’animaux d’expérience, des succursales de fabricants de produits chimiques et d’appareils scientifiques9 » associés à toutes les infrastructures nécessaires à la vie en communauté. La lettre à peine envoyée, Irène Joliot-Curie reprend la plume le jour même pour sans tarder suggérer au recteur « un terrain plat situé le long de la route d’Orléans, entre Bourg-la-Reine et la Croix-de-Berny, à proximité immédiate de la gare de métro Parc de Sceaux10 » à réserver aux aménagements sportifs de l’université.

  • 11 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre d’Irène Joliot-Curie au maire d (...)
  • 12 Ce choix est notamment suspendu aux lenteurs administratives liées à l’affectation des entrepôts S (...)

4Elle propose ainsi une sorte de « cité des Sciences », complète et autonome, idéalement construite sur un site qui soit suffisamment vaste pour autoriser les extensions, mais suffisamment proche de Paris et de sa cité internationale universitaire par le truchement de la ligne métropolitaine de Sceaux. Alors que l’université continue de se battre pour le site intramuros de la Halle aux vins, Irène Joliot-Curie se lance dans la recherche d’autres terrains disponibles au sud de Paris, et signale même en 1945 un terrain libre à Bagneux11. Pendant plus de huit ans, tout le paradoxe et les atermoiements de la reconstruction de la faculté des Sciences résident dans le dilemme du choix du site. Le pouvoir central ne parvient pas à se décider entre le site de la Halle aux vins sans le site de Bagneux, ou le regroupement total à Bagneux avec abandon de la Halle aux vins, ou encore l’utilisation simultanée des deux sites12.

« Géantification » de la recherche scientifique

  • 13 À partir des années 1930, la poursuite des recherches sur des radioéléments nécessite de grandes m (...)
  • 14 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre d’Irène Joliot-Curie au doyen d (...)

5Au cours de cette décennie, Irène Joliot-Curie ne lâche pas son combat pour obtenir la construction d’une cité scientifique hors de Paris. Elle est parfaitement au fait du processus et des impacts de géantification que connaissent certaines disciplines scientifiques depuis les années 1930. La recherche fondamentale devient en effet indissociable d’une recherche appliquée qui, en plus des laboratoires, requiert de grands instruments archétypaux d’une taille quasi industrielle. Devenue en 1946, membre du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), elle sait combien la science de l’atome s’accompagne désormais d’un changement d’échelle inconnu jusqu’alors tant dans les effectifs humains, les moyens financiers que dans la taille des machines et outils de la recherche13. En 1950, Irène Joliot-Curie signale au doyen de la faculté des Sciences que le grand développement de la radioactivité et de la physique nucléaire, déjà engagé par le CEA sur le plateau de Saclay, ne peut faire l’économie d’un centre universitaire consacré à ce domaine neuf de la science. « Il est nécessaire de prévoir un espace libre assez considérable autour des bâtiments car, dans cette science en pleine évolution, il est difficile de prévoir l’avenir, et un bâtiment supplémentaire peut devenir nécessaire. En particulier, bien que les grands cyclotrons et les accélérateurs de particules soient prévus à Saclay, il est possible que l’on soit amené à construire un petit cyclotron ou un tube accélérateur de particules dans les laboratoires de l’université14. » Elle tente d’alerter le doyen de la faculté des Sciences sur le fait que ces outils sont consommateurs d’espace jusqu’à former des cités, de la taille parfois d’une ville ; elle insiste sur les superficies et les extensions à prévoir pour cette nouvelle science et ne cesse de le prévenir de la nécessité d’obtenir des terrains en banlieue pour permettre des agrandissements futurs.

  • 15 D. Pestre, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte, 2006, p. 54.
  • 16 AN, 800-284, compte rendu d’activité du CNRS de septembre 1944 à octobre 1945 ; cité par M. Pinaul (...)

6Autour de 1946, trois nouveaux organismes, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Office national d’études et de recherches aéronautiques (ONERA) et le CEA, amorcent un virage dans l’inscription des espaces de la science dans le territoire francilien. Les centres de recherche de ces trois organismes nécessitant délocalisation, isolement, grande échelle et espace, s’implantent dans la banlieue sud de Paris. Ces choix de localisation simultanés incarnent une prise de conscience de l’importance de l’implantation géographique, de la gestion et du contrôle des espaces dédiés à la science comme préalable à toute réussite scientifique15. Cette prise de conscience est largement imputable au couple des Joliot-Curie. En effet, en 1945, en tant que directeur du CNRS, Frédéric Joliot-Curie avait soufflé la possibilité d’acquérir un terrain à Gif-sur-Yvette pour y implanter « une grande cité laboratoire […] dans un cadre de verdure, où les savants travailleront dans le calme et en liaison facile avec la capitale16 ». Reliée à la ligne de chemin de fer de Sceaux, Gif présente l’avantage de ne pas être trop éloignée de Paris pour les chercheurs. C’est ainsi qu’en 1946, le domaine de 67 hectares de Button à Gif devient la propriété du CNRS. La même année, sur les conseils de Frédéric Joliot-Curie encore, est créé l’ONERA afin de relancer la recherche aéronautique française. En installant dès 1946 son centre d’essais des propulseurs au bord de l’Étang-Vieux de Saclay, l’ONERA poursuit le développement scientifico-industriel du plateau ouvert par Joliot. C’est presque sans surprise que, la même année encore, lorsqu’un terrain doit être trouvé pour que le CEA puisse installer son centre d’études nucléaires, Frédéric Joliot-Curie, qui en est le haut-commissaire, et Irène Joliot-Curie, membre du comité scientifique, se battent durant plusieurs mois pour que les 127 hectares de terre à blé sur le plateau de Saclay fassent l’objet d’une expropriation, qui sera effective en 1947. Le rôle anticipateur du couple dans les choix des sites pour l’expansion des établissements scientifiques vers le sud dans des zones de verdure et de calme est donc manifeste. En France, les Joliot-Curie personnifient le basculement de la recherche nucléaire dans une nouvelle dimension, augurant de la Big Science de l’après-guerre. Tous les établissements scientifiques établis au sud de Paris, dont l’implantation est leur initiative, ne tardent pas à devenir (et pour certains demeurent encore) des éléments d’enjeux métropolitains.

La radiale universitaire verte

  • 17 A.-M. Gendre-peter, Histoire du centre de Saclay [http://www-centre-saclay.cea.fr/fr/Histoire-duce (...)
  • 18 M. Planchais, « Le bout du monde, ou presque à l’époque », La Vie française, no 7, juillet 1980, p (...)

7Loin de nous l’idée d’affirmer que l’implantation des institutions d’enseignement et de recherche dans le sud-ouest parisien est du seul apanage du couple Joliot-Curie. Dès la fin du XIXe siècle, l’École normale supérieure puis l’École des travaux publics avaient manifesté cette préférence pour le sud (Fontenay, Sèvres, Saint-Cloud, Cachan). Suffisamment isolés, situés à vingt kilomètres au sud-ouest de Paris, ces espaces très peu fréquentés et très faiblement habités avaient rapidement attiré les scientifiques. Les belles vallées de l’Yvette et de la Bièvre bordant le plateau de Saclay offraient des conditions géographiques et paysagères favorables à l’implantation des activités humaines. Ces espaces vallonnés avaient déjà suscité la curiosité des milieux cultivés sous Louis XIV, puis celle des peintres et écrivains du XVIIIe siècle, et avaient servi de cadre verdoyant aux châteaux des XVIIe et XVIIIe ainsi qu’aux belles villas du XIXe. Depuis le début du XXe siècle, la vallée de l’Yvette était le territoire privilégié des scientifiques parisiens comme les Cotton, les Curie pour leurs promenades à vélo. Irène, enfant, se promenait déjà avec ses parents, Pierre et Marie Curie, et plus tard, elle aimait marcher avec son mari sur le plateau de Saclay17. Resté à l’écart de l’urbanisation, considéré comme « le bout du monde, ou presque18 », il n’est pas étonnant que ce territoire ait été rapidement envisagé par les Joliot-Curie comme idoine pour le transfert de leurs activités scientifiques. Le couple lui associe sans arrêt deux avantages majeurs : celui du transport, grâce à la ligne de Sceaux qui le relie au cœur de Paris et celui de l’environnement qui offre le calme que réclame tout activité de recherche.

  • 19 Voir dans ce même ouvrage la contribution de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel.
  • 20 J.-C. N. Forestier, Grandes villes et systèmes de parcs, Paris, Hachette, 1906.
  • 21 On pense aux projets du concours international pour l’extension de Paris et l’aménagement de la ré (...)

8L’axe de la ligne de Sceaux a sans conteste structuré la métropolisation de la capitale vers le sud. Le paysagiste Jean-Claude-Nicolas Forestier est le premier, en 1906, à avoir suggéré un projet de développement de la capitale à l’échelle régionale suivant une radiale sud verte, grand système complet de parcs accueillant les extensions des universités parisiennes19, reliés entre eux par des avenues-promenades, constituant ainsi une liaison verte, en parallèle de la ligne de Sceaux, entre le Quartier latin de Paris jusqu’au parc de Sceaux20. Au cours de la première moitié du XXe siècle, plusieurs projets pour l’extension de Paris et l’aménagement de la région parisienne ont pris en compte cette notion de cité verte proposant des cités-jardins et universités dans les parcs vers le sud21. Dans les années 1920, Henri Sellier, en grand défenseur des cités-jardins, encourage ce mouvement :

  • 22 H. Sellier, « La Cité-jardin du Grand Paris. L’extension de Paris au Sud », Vie Urbaine, no 5, 192 (...)

« Les espaces libres de quelque étendue, à proximité de Paris, sont rares. Or Sceaux offre l’avantage d’être vraiment proche. M. de Rutté et ses collaborateurs proposent d’électrifier la ligne du Luxembourg à Limours et d’utiliser la ligne électrique Paris-Chartres actuellement en construction qui doit avoir une station à Chatenay. Ainsi le quartier Latin serait à un quart d’heure de trajet environ de la nouvelle cité universitaire. De plus, Sceaux et Bourg-la-Reine sont déjà habités par un certain nombre d’intellectuels, professeurs au lycée Lakanal ou bien ayant leurs occupations à Paris22. »

  • 23 B. Lemoine, La cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990 ; C. Anber, « Origi (...)

9En 1922, la création de la cité internationale universitaire, envisagée d’abord à Saint-Cloud, puis à Sceaux Robinson, et qui se concrétise sur un terrain de 44 hectares dans le sud de Paris, à l’emplacement des anciennes fortifications de Thiers, est le premier – et pour quelques décennies le seul – maillon de cette chaîne23.

  • 24 Ces documents (sans date, ni signature) pour la direction générale de l’Architecture du ministère (...)
  • 25 G. Berdet-Kerharo, La résidence universitaire Jean Zay d’Antony de 1945 à 2003 (Eugène Beaudouin a (...)

10Les projets d’extension de l’université vers le sud trouvent une suite dans les années d’après-guerre. Une série de projets, émanant notamment d’Eugène Beaudouin, atteste d’une volonté de créer un ensemble universitaire et scientifique près du fort de Montrouge, complété par le parc de Sceaux transformé en parc résidentiel universitaire24. En définitive, la radiale universitaire sud se matérialisera partiellement avec la cité universitaire d’Antony qu’Eugène Beaudouin finit par construire en 1954 après que sa dernière proposition pour Sceaux ait avortée comme celles de ses prédécesseurs. Implantée à une dizaine de kilomètres au sud de Paris, très bien desservie par d’importants axes de circulation, la cité d’Antony confirme la politique de déconcentration des universités parisiennes des années 1950 qui culminera dans les années 1960 avec la crise de l’université25.

Illustration 2. – Plan des réserves de terrains pour l’Éducation nationale et l’université, s. d. (en orange les établissements d’enseignement ou de recherche existants, en violet les réserves de terrain envisagées), AN, 20030410.

  • 26 AN, 20030410. Compte rendu de la séance du CARP (12 février 1951).

11Mais c’est surtout la construction de la nouvelle faculté des Sciences de Paris à Orsay qui confortera cette radiale universitaire (illustration 2). Le projet de cité des Sciences proposé dès 1942 par Irène Joliot-Curie et le terrain de 90 hectares situé entre Bagneux et Bourg-la-Reine qu’elle avait repéré en 1945 consolidaient évidemment cette radiale et impulsaient une nouvelle carte de l’enseignement supérieur régional en permettant « la réalisation, sur la ligne Nord-Sud allant de la Seine jusqu’à Bourg-la-Reine, en suivant approximativement le trajet du boulevard Saint-Michel et de la ligne métropolitaine de Sceaux, d’une large bande de constructions universitaires dans un cadre verdoyant26 », référence directe à la radiale universitaire verte. Mais il faut attendre 1951 pour que le programme général d’Équipement de l’enseignement supérieur dans la région parisienne soit examiné par le Comité d’aménagement de la région parisienne (CARP). Au cours de cette séance, le principe de réserve de terrains est établi.

  • 27 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre adressée au doyen de la faculté (...)

12C’est donc sans surprise qu’en 1952, dans une longue note adressée au doyen de la faculté concernant la reconstruction de la faculté des Sciences, Irène Joliot-Curie précise « que la meilleure solution semble être l’abandon total de la Halle aux vins et l’acquisition rapide d’un terrain convenable pour installer une grande cité des Sciences27 ». En février 1953, une loi de Finances ouvre enfin un crédit de 12,3 milliards pour la reconstruction de la faculté des Sciences. Irène Joliot-Curie ne tarde pas à élaborer, en septembre 1953, un programme substantiel pour l’Institut de Physique nucléaire et Radioactivité qu’elle appelle de ses vœux depuis une dizaine d’années. Ses arguments liés au transfert de cette science restent inchangés depuis 1942 :

  • 28 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Programme de l’Institut de Physique nu (...)

« Le développement de l’enseignement de la physique nucléaire, de la physique nucléaire théorique, de la chimie et physico-chimie des radioéléments, des indicateurs radioactifs, ainsi que l’installation d’accélérateurs n’ont pu être envisagés jusqu’ici faute de place, bien que le besoin s’en fasse sentir depuis longtemps, mais plus spécialement depuis quelques années28. »

La décision de 1954

  • 29 R. Bimbot, « Les années Joliot », La Revue pour l’histoire du CNRS [en ligne] 16/2007, mis en lign (...)

13En 1954, le projet se concrétise grâce à la question sensible, portée au Parlement, de la participation française au centre européen de la recherche nucléaire (CERN)29. Interrogé sur ce point, le couple Joliot-Curie subordonne la nécessaire participation française à ce programme au développement de grands centres universitaires dotés des meilleurs accélérateurs de particules, dont le pays ne dispose toujours pas. Deux laboratoires universitaires de physique nucléaire sont enfin esquissés : le premier correspond au projet ancien d’Irène Joliot-Curie de créer un laboratoire de Physique nucléaire, extension de l’Institut du Radium à l’étroit à Paris, qui s’élabore autour d’un important outil, le synchrocyclotron à protons de 150 MeV ; le second est le laboratoire de l’Accélérateur linéaire d’électrons d’énergie égale à 1,3 GeV qui sera dirigé par Yves Rocard de l’École normale supérieure.

  • 30 Ibid.
  • 31 AN, 20030410, compte rendu de la séance du CARP du 4 août 1954.

14En août 1954, au cours d’une séance plénière du CARP, est décidée la levée de réserve de 1951 portant sur le terrain situé entre Bagneux et Bourgla-Reine, lequel ne suffit plus à l’établissement de ces deux laboratoires. Il semble qu’une « évolution dans l’esprit des professeurs et chercheurs qui auraient difficilement accepté auparavant de quitter Paris30 » ait aussi amené la faculté des Sciences à revoir le projet et à s’orienter vers le domaine boisé de Launay (127 hectares) à Orsay, dont l’acquisition peut s’effectuer dans des conditions relativement intéressantes, et vers la ferme voisine du Mesnil (36 hectares). On se trouve donc en présence d’un ensemble de 163 hectares situé à 20 kilomètres de Paris, à cheval sur les communes d’Orsay et de Bures, dans un site « réputé », desservi par la ligne de Sceaux (trois stations dont une à quelques centaines de mètres de l’entrée du domaine) qui le mettent à 30 minutes du Quartier latin (vingt-quatre trains dans chaque sens tous les jours, pour ne parler que de la ligne de Sceaux). Le 4 août 1954, la séance du CARP concluait sur les avantages de cette installation, laquelle, au vu des surfaces nécessaires, rendait définitivement caduque le fait de rester dans Paris intra-muros. « L’installation à cet endroit d’une annexe de la faculté compléterait heureusement l’ensemble des établissements voués à la recherche scientifique qui, des laboratoires de Saint-Gobain au CNRS en passant par l’Office national d’études et de recherches aéronautiques, le centre de recherches agronomiques, le centre d’essais des moteurs et d’hélices, etc., sont venus essaimer dans cette région sud ouest de la capitale31. » Le CARP insiste donc sur la chaîne de sites universitaires et scientifiques qui progressivement seront égrenés sur une bande le long d’une ligne ferroviaire, entre-temps devenue ligne de RER, qui se déploie désormais du quartier Latin jusqu’au plateau de Saclay en passant par la cité universitaire internationale et par les sites que le couple Joliot-Curie avait pour la plupart choisis (Cachan-Antony, Orsay).

Un site, un projet, des architectes

  • 32 Il s’agit d’un domaine avec un moulin et une demeure bourgeoise du XIXe siècle, acquis en 1906 par (...)
  • 33 S. Muthusius, The Postwar University : Utopianist Campus and College, New Haven and London, Yale U (...)
  • 34 AN, 20030410, compte rendu de la séance du CARP du 4 août 1954.

15Le site, composé d’anciens domaines arborés, celui de Launay du XIIIe siècle32 et de la ferme du Mesnil sur les communes d’Orsay et de Bures, est exceptionnel. Le terrain d’environ 200 hectares s’étend sur un flanc de coteau très boisé au fort dénivelé, étagé entre le plateau agricole de Saclay et la vallée du cours d’eau de l’Yvette. Fin 1954, un avant-projet d’implantation des laboratoires est réalisé dans l’urgence. Loin des modèles des campus anglo-saxons fondés sur des principes compositionnels de symétrie et d’axialité33, le projet d’implantation élaboré par Roger Séassal est dicté par les contraintes topographiques et paysagères du site (illustration 3). Les bâtiments, en moyenne de deux étages sur rez-de-chaussée, sont répartis dans les parties constructibles non boisées et étagées sur les pentes. Le conseil des Bâtiments de France donne un avis de principe favorable au projet, jugeant « que l’effort de l’université de Paris, qui à l’instar de certaines universités étrangères veut essaimer dans la verdure le long de la ligne de Sceaux, mérite d’être soutenu34 ».

Illustration 3. – Plan masse de la faculté des Sciences à Orsay, © Fonds Urbain Cassan, CAPA/Archives d’architecture du XXe siècle, 2016.

  • 35 Roger Séassal (1885-1967) était l’architecte de la faculté des Sciences. Louis Madeline (1882-1962 (...)
  • 36 Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, Fonds Urbain Cassan, no 62, contrats pour la facul (...)

16La question des architectes reste entière et urgente. Pendant quelques mois, le désaccord sur le choix précipité de 1941 qui s’était porté sur l’architecte de la faculté des Sciences Roger Séassal, paralyse le projet. Seule l’arrivée de Frédéric Surleau, conseiller d’État honoraire, met un terme à la querelle. En février 1955, il suggère que l’ensemble des études d’Orsay et de Paris, qui correspondent à 157 000 m2 de surface pour la première et 93 000 m2 pour la seconde, soit confié à un groupe d’architectes expérimentés dans la conception de grands bâtiments aménagés en bureaux, amphithéâtres, salles de travaux ou laboratoires. Il désigne Roger Séassal, Louis Madeline, Urbain Cassan et René Coulon, tous les quatre architectes des Bâtiments civils et des palais nationaux35, dont la collaboration est fixée par un arrêté du ministre de l’Éducation nationale du 3 août 195536.

Illustration 4. – Le laboratoire de Physique nucléaire, © Ana bela de Araujo, 2013.

17La construction des édifices de la future grande faculté autonome d’Orsay s’étalera en réalité sur une vingtaine d’années (1955-1975), tant cette science est en pleine expansion. Une certaine continuité stylistique se maintient, bien que trois périodes se dégagent en raison des reconfigurations de l’équipe de maîtres d’œuvre suite aux décès successifs des architectes. Une première période, qui s’étend de 1955 à 1962, se rapporte aux premiers édifices, œuvres du premier quatuor d’architectes : le laboratoire de l’Accélérateur linéaire d’Yves Rocard et (illustration 4) le laboratoire de Physique nucléaire d’Irène Joliot. La composition d’ensemble repose sur un équilibre des masses qui fait peu de cas de la symétrie. Si l’architecture privilégie une approche plastique libre, le mode opératoire demeure rationaliste : la construction use de la préfabrication pour les bureaux et ose afficher un langage plus industriel pour les accélérateurs. Même si une certaine monotonie peut caractériser ces élévations toutes revêtues de plaques de béton à la granulométrie rouge-rose, elles ont le mérite d’exprimer clairement leur usage et fonction. C’est autour de ce premier noyau, que les constructions suivantes s’agglomèrent. En 1958, la décision de transférer à Orsay l’ensemble de la recherche et le 3e cycle de la faculté des Sciences en accroit le nombre. Deux autres décisions administratives donneront au campus toute son ampleur. Celle en 1965, de l’indépendance de la faculté des Sciences d’Orsay transforme le laboratoire de Physique nucléaire d’Irène Joliot en institut de Physique nucléaire autonome. Quelques années plus tard, l’application de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur de 1968 modifiera une nouvelle fois le statut du campus d’Orsay en une composante de l’université Paris-Sud.

Illustration 5. – Carte postale de la faculté des Sciences d’Orsay achevée © Yvon, coll. part.

18Une deuxième période de construction s’ouvre de 1962 à 1967, conduite par une maîtrise d’œuvre réduite à trois associés, suite au décès de Louis Madeline en 1962. Les bâtiments de cette phase, à la volumétrie simplifiée, plus parallélépipédiques, perdent leur revêtement rose et, par conséquent, en raffinement. Au décès de Roger Séassal en 1967 s’ouvre une troisième phase qui s’étend jusqu’en 1975, au cours de laquelle les anciens collaborateurs de Louis Madeline, Christian Berger et Christian de Gortchakoff, sont officiellement associés à l’agence, tandis que René Coulon disparaît de l’organisation à partir de 1973. Le nombre de constructions nouvelles se réduit et les travaux consistent souvent à construire des extensions ou à combler des interstices entre les bâtiments. Ces constructions nouvelles font appel au métal et à des éléments préfabriqués constituant une rupture stylistique en lien avec les techniques de l’époque (illustration 5).

  • 37 Installation de l’ONERA et du CEA à Châtillon et à Saclay et du centre de Biologie du CNRS à Gif e (...)

19Aujourd’hui, le centre scientifique d’Orsay se fond encore dans un environnement paysager remarquable et préservé, ce qui lui vaut d’être le seul campus universitaire de France labellisé Jardin botanique (2001). La géographie actuelle de la science parisienne demeure fortement marquée par ce territoire devenu la vitrine de la recherche scientifique et universitaire française37. Il est certain que l’université d’Orsay est un maillon important non seulement de la radiale universitaire verte voulue depuis plus d’un siècle, mais aussi de la création d’un cluster scientifique et technologique qui a l’ambition de constituer un campus d’excellence en matière de recherche, d’enseignement supérieur et d’innovation à visibilité mondiale pour le siècle à venir. Irène Joliot-Curie est décédée en mars 1956. De son laboratoire tant espéré, elle n’aura vu que les fondations. Frédéric Joliot en a assumé la direction jusqu’à sa disparition en 1958. Reconnaissons-leur la paternité du campus d’Orsay, lequel a depuis été rejoint par de nombreux autres établissements (HEC, Polytechnique, etc.) et continue de participer, comme lors de sa création, à une carte francilienne des sciences, une sorte de géographie de la connaissance spécifiquement scientifique qui se redessine aujourd’hui à l’occasion de la future université Paris-Saclay. Le couple Joliot-Curie ne s’était donc pas trompé.

Notes

1 Le terme de géantification est utilisé par D. Pestre, « Raoul Dautry et le nucléaire français », Raoul Dautry, la naissance d’une pensée technique, 1880-1951, compte-rendu du colloque des 9 et 10 octobre 1986 à l’IFA, Paris, 1987, p. 63-69.

2 Irène Curie (1897-1956), fille aînée des prix Nobel Pierre et Marie Curie, épouse Frédéric Joliot (1900-1958). En 1934, le couple de physiciens découvre la radioactivité artificielle, étape majeure de leur carrière, récompensée par le prix Nobel de chimie en 1935.

3 M. Magat et J. Hadamard, « La science aux États-Unis. Le miracle américain en est-il un ? », Atomes, no 3, avril 1946, p. 14-16.

4 Cette recherche embryonnaire sur la faculté des sciences d’Orsay est essentiellement issue d’une thèse de doctorat ; A. b. de Araujo, Le Centre d’études nucléaires à Saclay. L’architecture-système d’Auguste Perret à l’épreuve de la science, 1948-1951, thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction de Gérard Monnier, université de Paris I, 2013.

5 P. Rivé (dir.), La Sorbonne et sa reconstruction, Paris, AAVP/La Manufacture, 1987.

6 AN, 20030410, lettre de Gilbert Gidel, recteur de l’Académie de Paris au doyen de la faculté des Sciences (24 décembre 1941).

7 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre d’Irène Joliot-Curie à Gilbert Gidel, recteur de l’Académie de Paris (20 avril 1942).

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre d’Irène Joliot-Curie au maire de Bagneux (7 mai 1945).

12 Ce choix est notamment suspendu aux lenteurs administratives liées à l’affectation des entrepôts Saint-Bernard. Durant plusieurs décennies, la faculté des Sciences fera l’objet d’une succession de projets et de débats les plus virulents, aboutissant à l’échec du campus de Jussieu ; C. Hottin, « Jussieu, l’inachevée… Cinquante ans de projets pour la “faculté des Sciences de Paris-centre” », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 13, 1er semestre 2007, p. 23-51.

13 À partir des années 1930, la poursuite des recherches sur des radioéléments nécessite de grandes machines atomiques d’une taille et d’un genre nouveaux, dont le gigantisme marque une rupture dans l’implantation urbaine de la science. Frédéric Joliot s’était lancé dans la construction d’instruments géants hors de Paris, dans le sud : le générateur Van de Graaff atteignant 5 MeV à l’école des Travaux publics de Cachan en 1935 et le générateur d’impulsions haut de 12 mètres et pesant 6 tonnes à Ivry-sur-Seine en 1937 autour duquel il crée son nouveau Laboratoire de Synthèse atomique.

14 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre d’Irène Joliot-Curie au doyen de la faculté des Sciences de Paris (24 juin 1950).

15 D. Pestre, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte, 2006, p. 54.

16 AN, 800-284, compte rendu d’activité du CNRS de septembre 1944 à octobre 1945 ; cité par M. Pinault, Frédéric Joliot, la science et la société, un itinéraire de la physique nucléaire à la politique nucléaire (1900-1958), thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Antoine Prost, université de Paris I, 1999, p. 509.

17 A.-M. Gendre-peter, Histoire du centre de Saclay [http://www-centre-saclay.cea.fr/fr/Histoire-ducentre-de-Saclay], date de consultation ; A. Coutrot, « La création du Commissariat à l’Énergie Atomique », Revue française de science politique, no 31, avril 1981, p. 367 ; B. Adde, Gif-sur-Yvette en quête de son histoire, lieu, Société des amis de Gif et d’alentour (SAGA), 1992.

18 M. Planchais, « Le bout du monde, ou presque à l’époque », La Vie française, no 7, juillet 1980, p. 88.

19 Voir dans ce même ouvrage la contribution de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel.

20 J.-C. N. Forestier, Grandes villes et systèmes de parcs, Paris, Hachette, 1906.

21 On pense aux projets du concours international pour l’extension de Paris et l’aménagement de la région parisienne en 1919 qui insistent sur ce développement de l’agglomération parisienne vers le sud. Notamment le projet de Sirvin, de Rutté, Bassompierre et Payret-Dortail propose l’aménagement d’une cité-jardin du Grand Paris au sud de la capitale, qui comporte une cité universitaire à établir dans le parc du château de Sceaux. Léon Jaussely, qui obtient le premier prix au concours en 1919, avec Roger-Henri Expert et Louis Sollier, suggère pareillement la transformation du parc de 250 hectares en cité universitaire, insistant sur l’implantation des laboratoires de l’École des travaux publics, sur un terrain de 9 hectares à Arcueil-Cachan. Voir aussi, dans ce même ouvrage, la contribution de Franck Delorme.

22 H. Sellier, « La Cité-jardin du Grand Paris. L’extension de Paris au Sud », Vie Urbaine, no 5, 1920, p. 63-76.

23 B. Lemoine, La cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990 ; C. Anber, « Origines de la Cité », Les Cahiers de la cité internationale universitaire de Paris, no 1, 1991.

24 Ces documents (sans date, ni signature) pour la direction générale de l’Architecture du ministère de l’Éducation nationale ont été retrouvés aux Archives nationales par Bernadette Blanchon, qui les analyse brièvement dans un mémoire d’étude ; B. Blanchon, La cité universitaire de Paris, 1919-1940, mémoire de certificat d’études approfondies sous la direction de Jean-Louis Cohen, école d’architecture Paris-Villemin, 1991.

25 G. Berdet-Kerharo, La résidence universitaire Jean Zay d’Antony de 1945 à 2003 (Eugène Beaudouin architecte), maîtrise d’histoire de l’art sous la direction de Gérard Monnier, Paris, université de Paris I, 2003.

26 AN, 20030410. Compte rendu de la séance du CARP (12 février 1951).

27 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Lettre adressée au doyen de la faculté comprenant une note sur l’aménagement et la reconstruction de la faculté des Sciences (20 avril 1952).

28 Archives de l’Institut du radium, Fonds Irène Joliot, I-28. Programme de l’Institut de Physique nucléaire et Radioactivité, septembre 1953.

29 R. Bimbot, « Les années Joliot », La Revue pour l’histoire du CNRS [en ligne] 16/2007, mis en ligne le 26 mars 2009, consulté le 15 septembre 2012, [http://histoire-cnrs.revues.org/1597].

30 Ibid.

31 AN, 20030410, compte rendu de la séance du CARP du 4 août 1954.

32 Il s’agit d’un domaine avec un moulin et une demeure bourgeoise du XIXe siècle, acquis en 1906 par Maurice Bunau-Varilla, propriétaire du journal pro-nazi Le Matin. Mis sous séquestre à la Libération, ce bien est cédé en 1951 à l’université.

33 S. Muthusius, The Postwar University : Utopianist Campus and College, New Haven and London, Yale University Press, 2000.

34 AN, 20030410, compte rendu de la séance du CARP du 4 août 1954.

35 Roger Séassal (1885-1967) était l’architecte de la faculté des Sciences. Louis Madeline (1882-1962) avait été, entre autres, chargé de la direction des travaux de la nouvelle faculté de Médecine rue des Saints-Pères, récemment inaugurée et du CHU de Lille avec Jean Walter et Urbain Cassan (1934-1958). Urbain Cassan (1880-1979) œuvrait sur le plateau de Saclay, au CEA, sur les traces d’Auguste Perret ; il avait par ailleurs réalisé des hôpitaux. René Coulon (1908-1997) était considéré comme l’expert des laboratoires. En 1949, il avait dirigé un numéro spécial de la revue L’Architecture d’aujourd’hui sur le sujet et construit de nombreux laboratoires notamment pour Saint-Gobain ou l’industrie sidérurgique à Saint-Germain-en-Laye (1947-1953) et surtout il construisait alors la faculté des Sciences de Bordeaux.

36 Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, Fonds Urbain Cassan, no 62, contrats pour la faculté des Sciences, boîte no 2.

37 Installation de l’ONERA et du CEA à Châtillon et à Saclay et du centre de Biologie du CNRS à Gif en 1946, du centre d’études agricoles à Jouy-en-Josas, du centre de recherches Saint-Gobain de la Croix-de-Berny en 1953, de l’Institut de recherches en sidérurgie (IRSID) à Saint-Germain-en-Laye en 1952, de la faculté des Sciences d’Orsay en 1955, l’école des Hautes Études commerciales (HEC) en 1964, du Centre de formation continue (CFC) en 1967, de l’Institut supérieur des affaires (ISA) en 1969, de Centrale à Chatenay-Malabry, de Supélec à Moulon en 1975 et de Polytechnique en 1976 à Palaiseau.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Carte postale montrant la faculté des Sciences d’Orsay dans son environnement boisé © Lapie, coll. part.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Illustration 2. – Plan des réserves de terrains pour l’Éducation nationale et l’université, s. d. (en orange les établissements d’enseignement ou de recherche existants, en violet les réserves de terrain envisagées), AN, 20030410.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Illustration 3. – Plan masse de la faculté des Sciences à Orsay, © Fonds Urbain Cassan, CAPA/Archives d’architecture du XXe siècle, 2016.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Illustration 4. – Le laboratoire de Physique nucléaire, © Ana bela de Araujo, 2013.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Illustration 5. – Carte postale de la faculté des Sciences d’Orsay achevée © Yvon, coll. part.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site