Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Première partie. Un processus de transformation de longue durée

« Leçons de science dans un parc »

La nouvelle faculté des Sciences à Orsay dans la carte universitaire et scientifique francilienne (1955-1975)

Ana bela De Araujo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1955, la faculté des Sciences de Paris est la première des universités parisiennes à quitter l’espace urbain saturé de la montagne Sainte-Geneviève. Son transfert, pionnier, préfigure la déconcentration généralisée de l’université parisienne vers la banlieue dans les années 1960 et 1970. Ce déracinement de l’enseignement scientifique est intrinsèquement lié à la nouvelle échelle des lieux de science, autrement dit à la « géantification1 » de la recherche scientifique après 1945. Plus que tout autre champ disciplinaire, celui des sciences, et en particulier l’enseignement de la physique nucléaire, souffre après la Seconde Guerre mondiale de l’exiguïté et du manque de locaux dans Paris intra-muros. Ce transfert de la faculté des Sciences de Paris vers Orsay (illustration 1) est largement imputable à la clairvoyance des deux plus éminents scientifiques spécialistes en physique et chimie nucléaires, prix Nobel en 1935, Irène et Frédéric Joliot-Curie2. Les premiers, ils mesurent combi...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540