Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’université de Paris aux universités d’Île-de-France

 | 
Loïc Vadelorge
, 
Florence Bourillon
, 
Stéphanie Méchine
, 
et al.

Introduction

De l’Université de Paris aux universités franciliennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En juin 1964, la revue Esprit publie un numéro spécial intitulé « Pour la réforme de l’enseignement supérieur ». Parmi les questions posées à une palette de chercheurs de renom comme Michel Crozier, Claude Gruson, Léo Hamon ou Robert Mandrou, on trouve l’inévitable « Que pensez-vous de l’avenir de l’Université de Paris ? ». La réponse du mathématicien Laurent Schwartz, futur signataire de l’appel du 11 mai 1968 contre les violences policières1 est parfaitement représentative de l’état d’esprit des universitaires de l’époque :

« La concentration actuelle à Paris est un phénomène monstrueux. […] En tout état de cause, il doit exister une ou plusieurs grandes universités parisiennes. Presque inévitablement, plusieurs universités distinctes2. »

Cette reconfiguration institutionnelle de l’Université de Paris est réalisée par le décret Guichard du 21 mars 1970 qui crée treize universités autonomes, désignées par de simples numéros en chiffres romains, accolés à la formule « université de Pa...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540