Version classiqueVersion mobile

Thémis en diplomatie

 | 
Éric Schnakenbourg
, 
Nicolas Drocourt

Troisième partie. Droit et sauvegarde des acteurs des relations internationales

Réfugiés politiques et transfuges à Byzance

Political Refugees and Defectors in Byzantium

Élisabeth Malamut

Résumé

This chapter focuses on the meaning of Byzantine terms for strangers and foreigners (xenos, ethne, ethnikoi, allotrios) and recalls the meaning of asylum in the Theodosian Code. The example analysed is the refugee coming from foreign country who asks for Byzantium’s protection. Such a refugee, who is considered as a traitor in his/her own country, involved diplomatic relations between the States. The first section is devoted to political refugees in Byzantium, their conditions upon arriving in Byzantium, and consequently the right to asylum. The second part is devoted to the oath as the only legal standard of the refugee’s status. The paper concludes with the instability of this status and the blurry limit between prisoner of war and hostage.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les termes « étrangers », « asile » et « réfugiés » renvoient à un ensemble de notions qui chacune peuvent être traitées séparément. Ces notions ont évolué depuis l’Antiquité, tout en gardant certaines spécificités. Il convient de définir ce que l’on entendait par étrangers à l’époque byzantine. Ainsi le xénos, concept hérité de la Grèce antique, en avait gardé la notion d’hospitalité. Les xénoi à l’époque byzantine n’étaient pas toujours des étrangers à l’empire : ils étaient étrangers à l’image du Christ, qui avait quitté volontairement sa patrie pour s’exiler, faisant acte de « xéniteia ». Ils venaient le plus souvent des confins de l’empire. L’Église puis l’État les prirent en charge, leur offrant l’hospitalité dans des « xénônes » ou « xénodocheia », les hospices pour étrangers et pèlerins. Être xénos c’était donc se définir comme pèlerin, moine exilé à la recherche de Dieu, étranger à la population locale, donc répondre à une identité plus culturelle que politique1. Les « étra...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search