Version classiqueVersion mobile

Thémis en diplomatie

 | 
Éric Schnakenbourg
, 
Nicolas Drocourt

Deuxième partie. Argument juridique et rhétorique diplomatique

Le droit contre la paix : l’impossible paix entre les royaumes de France et d’Angleterre du XIVe au XVe siècle

Law against Peace: the Impossible Peace between the Kingdoms of France and England during the Hundred Years’ War

Jean-Marie Moeglin

Résumé

The Hundred Years’ War turned on a point of law: to whom should the crown of France pass? However, referring to law was not done out of a desire for peace; it was, on the contrary, to decide whether to continue the war. Many treatises written in France between 1400 and 1460 claimed to clear up the points of law that were at the heart of the conflict between the kings of France and England. Yet, their real goal was to show that the claims invoked by the King of England were just a poor excuse for his libido dominandi, in full knowledge of the facts; the English simply had to be expelled from France. One idea developed in these treatises was that the French territories claimed by the English had always belonged to the kingdom of France. From this, around 1460 the idea arose that the historical mission of the French kings was to restore to the Crown of France all the provinces that had previously belonged to the country but which had been lost over time, obviously against the prevailing laws. At the same time, the Salic Law became a fundamental law of the kingdom of France and an identity symbol for the French.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une remarque préliminaire s’impose avant d’entrer dans le vif du sujet : les relations internationales comme relations entre États défendant leurs droits et leurs intérêts – c’est-à-dire selon le sens actuel du terme – n’existent pas au Moyen Âge en tant que telles. Le Moyen Âge connaît des relations entre individus – entre puissants – qui défendent « leur » droit, c’est-à-dire leurs biens et leur honneur. C’est dans ce cadre que vont se développer des relations, que l’on pourra vraiment dire « internationales » lorsqu’un petit nombre de ces puissants sera parvenu à imposer l’idée qu’ils possèdent seuls dans un territoire donné la superioritas, mais qui restent en tout état de cause des relations personnelles entre rois et princes défendant « leur » droit1.

C’est sous cet éclairage que l’on peut dire que la guerre dite de Cent Ans procède d’une question de droit : à qui devait revenir la couronne de France ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search