Version classiqueVersion mobile

Les techniques et la globalisation au xxe siècle

 | 
Hilaire-Pérez Liliane
, 
Larissa Zakharova

Troisième partie. La globalisation comme vecteur de l'innovation

Savoir et créer un savoir : le processus de globalisation de l’acupuncture en France

Lucia Candelise

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La diffusion remarquable de la pratique des médecines chinoises en Europe depuis la première moitié du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui s’inscrit dans un contexte social, culturel et politique plus vaste, celui de la circulation des savoirs et des savoir-faire au niveau mondial.

Observés à l’échelle mondiale, le déplacement et la réélaboration des savoirs médicaux chinois qui, de leur territoire d’origine, se développent et s’enracinent dans la plupart des continents, peuvent être décrits comme un phénomène ou un processus de globalisation. Par conséquent, la médecine chinoise, ou les médecines chinoises1, et ses techniques peuvent se définir comme un savoir médical « global », puisqu’il produit autant de connaissances que de pratiques, maîtrisées désormais dans la plupart des pays du globe.

Mais que veut dire « globalisation des pratiques médicales chinoises » ? L’énonciation de cette question nous ramène immédiatement à son ampleur et à la difficulté de sa conceptualisation. Définir u...

Auteur

Travaille à l’institut Études Genre, dans le cadre du projet FNS : « Circulation, transmission et adaptation des pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour une histoire comparée avec le contexte médical français et italien » financé par le Fonds national de la recherche scientifique suisse. Elle est rattachée au laboratoire SPHERE, UMR 7219, CNRS/université Paris Diderot-Paris 7, membre (chercheuse libre) à l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP-CHUV), Lausanne et associée au laboratoire CECMC, UMR 8173, Chine, Corée, Japon (EHESS/CNRS) et au laboratoire CETCOPRA de Paris 1 Sorbonne. Le cœur de ses recherches porte sur la diffusion, la réception et les tentatives d’intégration de la médecine chinoise et des médecines non conventionnelles en différents pays d’Europe et d’Afrique en combinant une approche historique à l’enquête de terrain. Elle travaille aussi à la publication d’un ouvrage sur la patrimonialisation des savoirs médicaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search