Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Quatrième partie. Identités confessionnelles et partisanes

« On a laissé quelques Couvens de Religieuses, mais chassé tous les gens de l’église » : la « Milice » des Provinces-Unies sous Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647) bras armé d’un État confessionnel

Andreas Nijenhuis-Bescher

Texte intégral

  • 1 Parival J.-N., Les délices de la Hollande. Avec un traité du gouvernement et un abrégé de ce qui s (...)

« Philippe second […] fut un des plus grans Monarques qui ayent jamais esté, & qui se faisoit obeir en l’un & l’autre monde, avec deux traits de plume. On dit qu’il n’y eut jamais prince devant luy qui entendit mieux l’art de regner. A cette vaste monarchie Dieu opposa cette petite province, qui sembla sortir des eaux pour l’arrester & pour la faire chanceler1. »
Jean-Nicolas Parival, Les Délices de la Hollande, Leyde, Stercoren, 1660.

1Le XVIIe siècle « hollandais » apparaît rétrospectivement comme une période extraordinairement faste des actuels Pays-Bas. L’apport spécifique à l’histoire de l’art est sans doute la réminiscence la plus persistante de cette période. Saenredam, Rembrandt, Fabritius, ou encore Vermeer, sont emblématiques pour une société qui semble économiquement prospère, socialement relativement égalitaire, culturellement foisonnante et tolérante sur le plan religieux.

2Cette vision idyllique focalise les regards sur la province de Hollande, dont le nom fait encore de nos jours office de synonyme pour l’ensemble de la république des Provinces-Unies. Or, l’âge d’or de la République est consubstantiel de son âge de fer. C’est, en effet, à la faveur des armes que les Provinces-Unies se détachent des Pays-Bas habsbourgeois, au cours de la révolte ou guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648). Les frontières sont fixées en fonction des succès et des insuccès des forces en présence, et bien des provinces subissent les désagréments de la guerre.

3Ce long conflit façonne les deux entités politiques nées de la scission des dix-sept Pays-Bas rassemblés sous l’autorité personnelle de Charles Quint (1500-1558). Commencé comme conflit politique, au début du règne de Philippe II (1527-1598) comme seigneur des Pays-Bas, les troubles évoluent vers une guerre civile et de religion dans la seconde moitié du XVIe siècle. Si l’historiographie retient l’insurrection armée de l’année 1568 comme le commencement de la Révolte, le bruit des armes avait été précédé par le grand iconoclasme de 1566. L’envoi d’une importante armée espagnole, menée par le Duc d’Albe (1507-1582) le long du « chemin espagnol » en 1567, fait entrer les Pays-Bas dans une longue ère de guerre.

4Au cours de cette période naît la république des Provinces-Unies. La politique religieuse de ce nouvel État est fondée sur l’exclusif de l’Église réformée, dite « publique », tempéré par la liberté de conscience consentie par l’Union d’Utrecht (1579). Quant aux Pays-Bas habsbourgeois ou espagnols, ils deviennent au cours du conflit un véritable bastion de l’Église catholique tridentine. La première phase du conflit, jusqu’à la trêve de Douze Ans (1609-1621), est essentiellement une guerre civile. Avec l’établissement de facto de la République, la reprise de la guerre en 1621 se profile davantage comme un conflit entre États établis, inséré dans les luttes à l’échelle européenne.

  • 2 Le vicaire général (« Exercitus in Belgio Vicarij Generalis ») Charles de Mansfelt († 1647), Castr (...)

5À la lisière septentrionale de la « dorsale catholique », la guerre territoriale entre les Provinces-Unies calvinistes et les Pays-Bas espagnols catholiques revêt manifestement une dimension confessionnelle. Tout comme l’« armée de Dieu » habsbourgeoise (castra Dei2) du camp catholique, la « Milice des États » des Provinces-Unies protestantes joue un rôle capital dans ce conflit à caractère religieux, puisqu’elle met en œuvre la politique confessionnelle de la République calviniste.

6À l’image de la société néerlandaise du XVIIe siècle, l’armée est toutefois elle-même multiconfessionnelle. Dans les nombreux régiments étrangers, comme au sein des régiments confédéraux, plusieurs religions se côtoient, y compris parmi les officiers. Nonobstant, cette armée bigarrée en matière de religion fait office d’instrument de confessionnalisation. Si l’armée applique de manière pragmatique en son propre sein les « placards » confessionnels de l’État dont elle est le bras armé, les conséquences concrètes d’une occupation par cette armée pour les populations catholiques sont immédiatement tangibles.

  • 3 Orange F.-H. d’[Constantin Huygens], Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange. Qui contiennent s (...)
  • 4 Ibid., p. viii. Préface du pasteur Isaac de Beausobre (1659-1738) présentant le texte.
  • 5 Parival J.-N., Les Délices de la Hollande, Œuvre Panegirique. Avec un traité du Gouvernement, et u (...)
  • 6 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du maréchal (...)

7Ce texte analyse les liens étroits entre l’armée de la république des Provinces-Unies et la religion à l’époque de Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647), successeur de Maurice d’Orange (1567-1625). Les campagnes de ce Stathouder et Capitaine Général de la République ont essentiellement lieu dans des territoires gagnés à la Réforme tridentine, les futurs Pays de la Généralité, où la population est très majoritairement catholique. Les sièges de villes épiscopales comme Bois-le-Duc (1629) et Ruremonde (1632) poussent au paroxysme l’antagonisme militaire et religieux des partis en lice. Les Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, publiées à titre posthume en 1733, fournissent une foule de détails sur les campagnes militaires du Capitaine Général3. Ces Mémoires sont attribuées à Constantin Huygens (1596-1687), son secrétaire et « officier de plume », mais « le Prince a lû son Ouvrage & l’a retouché4 ». Confrontées à l’abrégé de l’historien catholique Jean Nicolas Parival (1605-1669)5 et à la correspondance privée d’Henri de Turenne (1611-1675)6, jeune soldat dans l’armée de son oncle, elles fournissent une source intéressante sur le rôle confessionnel de l’armée dans les terres catholiques conquises par un État calviniste.

8Après une contextualisation des principales campagnes de Frédéric-Henri d’Orange dans les années 1627-1632, les différentes politiques religieuses appliquées dans le sillage de la milice sont analysées.

Les Provinces-Unies et les guerres européennes de la première moitié du XVIIe siècle

  • 7 Chaline O., La bataille de la Montagne-Blanche, un mystique chez les guerriers, Paris, Noésis, 200 (...)

9Dans l’historiographie traditionnelle, marquée par la perspective « nationale », la Révolte était parfois traitée séparément de la guerre de Trente Ans (1618-1648). Ce d’autant que la République se garde d’intervenir frontalement dans l’Empire, étant elle-même aux prises avec les puissants Habsbourg d’Espagne. Toutefois, l’interconnexion des guerres européennes a bien une incidence sur ce nouvel État. Le territoire des Provinces-Unies fait officiellement partie de l’Empire jusqu’en 1648 et subit les effets collatéraux du grand conflit. La solidarité confessionnelle mène le « Roi d’un hiver » Frédéric V (1596-1632) et son épouse Élisabeth Stuart (1596-1662) aux Provinces-Unies, via Sedan, après la débâcle protestante de la Montagne Blanche en novembre 16207. L’armée protestante menée par Christian de Brunswick (1599-1626) et Peter Ernst II von Mansfeld (1580-1626, fils illégitime du gouverneur des Pays-Bas) y fait également une incursion en 1622, au lendemain de la reprise des combats aux Pays-Bas, après l’expiration de la trêve de Douze Ans.

  • 8 Parker G., The Army of Flanders, op. cit., traite de l’ensemble de la question logistique de l’arm (...)

10De même, les efforts continuels pour couper la « route espagnole » permettant d’acheminer des troupes au service des Habsbourg d’Espagne aux Pays-Bas depuis l’Italie, inscrivent le conflit néerlandais dans une perspective européenne8. La présence néerlandaise en Rhénanie, récurrente depuis la guerre de Succession de Juliers et de Clèves (1610-1614) jusqu’à la guerre de Hollande (1672-1678) découle de la volonté de contrôler la voie fluviale du Rhin. Inversement, la première action d’Ambrogio Spinola (1569-1630) à l’expiration de la Trêve est de s’emparer de la ville de Juliers, assiégée en plein hiver 1621-1622. Les incursions impériales, comme pendant l’hiver précédant le siège de Breda (1624-1625) ou en 1629 en marge du siège de Bois-le-Duc, mettent également en évidence le lien stratégique entre les Habsbourg d’Espagne et d’Empire.

  • 9 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 342-343.
  • 10 Ibid., p. 343. À propos des hasards de la guerre, Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri princ (...)

11Le soutien français de fait aux Provinces-Unies, avant son entrée dans la guerre ouverte en 1635, témoigne également de l’inscription du conflit à l’échelle européenne. L’intervention française dans la guerre de Trente Ans s’ouvre avec la campagne franco-néerlandaise au Brabant. Le Stathouder Frédéric-Henri fait office de généralissime des armées combinées pendant le siège de Louvain, bastion de la catholicité tridentine. La « conjonction des armées se fit à Mastricht, le generalat deferé à son Altesse le Prince d’Orenge9 », fait Lieutenant Général par Louis XIII (1601-1643) pour l’occasion. Même si, comme souvent dans les guerres, la campagne ne donne guère le résultat escompté « de faire à cette fois là deloger les Espagnols10 », Frédéric-Henri est au faîte de son prestige militaire.

  • 11 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 309.
  • 12 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 35.

12La réputation du Stathouder Frédéric-Henri est bâtie sur une longue série de campagnes. En prenant en avril 1625 la succession du « gouvernement du valeureux Prince Maurice11 », son frère consanguin, le Capitaine Général des milices des États est confronté à un contexte difficile. Avec la perte de Breda en juin 1625, au terme d’un éprouvant siège de onze mois, son stathoudérat s’ouvre sur un revers sensible. Cette grande ville stratégique du Brabant, « Ville & Maison qui luy appartient en particulier12 », est une étape militaire de choix sur la route de la Hollande.

  • 13 Ibid., p. 43.
  • 14 Ibid., p. 20, relatant une incursion par la cavalerie menée par Henri de Bergues en 1624.
  • 15 Ibid., p. 43.
  • 16 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 336. Maurice de Nassau avait assiégé Groen (...)

13Après des débuts hésitants, Frédéric-Henri s’avère un grand stratège et gagne le surnom de « poliorcète », expert des sièges. Ses premières campagnes d’envergure visent à fermer l’Est des Provinces-Unies. Après s’être emparé d’Oldenzaal en 1626, il achève la « fermeture » de la frontière orientale. La ville de Groenlo, située en Gueldre sur le chemin de Westphalie, « aux frontières de l’Evesché de Munster13 », est investie pendant l’été de 1627. De là, les troupes des Pays-Bas espagnols ou d’Empire pouvaient « infester nostre pays14 ». L’enjeu stratégique de ce « verrou » explique l’ampleur de ses fortifications modernes à l’italienne érigées par Spinola comportant « six grands bastions15 » et les multiples sièges subis (1595, 1597, deux en 1606, 1627). Du « brave prince Henry », le « premier exploit fut [le siège de] la ville de Grol que le Prince Maurice avoit entrepris en vain, & qui devoit tomber sous le sort de ses armes16 ».

  • 17 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. viii.

14Tirant les leçons des sièges passés, systématiquement menacés par l’arrivée d’une armée espagnole, Frédéric-Henri emploie le système d’une contrevallation-circonvallation ceignant la ville. Les retranchements intérieurs isolent la ville assiégée, tandis que les fortifications périphériques prémunissent les assiégeants des attaques extérieures. Ce faisant, le Capitaine Général néerlandais s’inspire à la fois des techniques employées dans l’Antiquité par Jules César (dont « il portoit ordinairement avec lui, en petit volume les Commentaires17 ») et par son homologue ennemi Spinola. Le stratège italien avait eu recours au système à grande échelle, aux sièges homériques d’Ostende (1601-1604) et de Breda.

15Après un mois de siège, plusieurs mines sont prêtes vers la mi-août, permettant d’envisager l’assaut de la ville de Groenlo. Frédéric-Henri

  • 18 Ibid., p. 47.

« fit demander par le Sr. d’Haulterive Coronel François, & qui ce jour commandoit la garde en cest endroit [des approches françaises], s’il n’y avoit pas d’Officier [des assiégés] à qui il peust parler. Celuy que j’ay dit se montre, Haulterive luy represente qu’apres s’estre si bien deffendus, ce seroit dommage que tant de braves gens se perdissent, qu’il voyoit bien à quoy ils estoyent reduits, que trois mines alloyent jouer à la fois, qu’ils n’estoyent pas bastans de repousser l’effort qui se feroit de tous costez, qu’il valoit bien mieux faire une bonne composition que d’en venir à ces extremitez18 ».

  • 19 Un écrit occasionnel rapporte les événements : Relation et mémoire des munitions qui ont esté trou (...)

16En effet, la ville s’expose, selon les usages de la guerre moderne, à un pillage et la garnison à la mort lorsqu’une cité est prise de force. Cette mésaventure touche la ville de Wesel en Rhénanie, prise d’assaut le 19 août 1629 par les Milices des États. Plusieurs confessions cohabitant dans la ville, les officiers autorisent uniquement le pillage des maisons non protestantes. Bien entendu, la troupe pille sans distinction confessionnelle et met à sac les maisons calvinistes ou luthériennes au même titre que les biens catholiques ou juifs19.

  • 20 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 47.
  • 21 Ibid., p. 47.

17Malgré une réponse bravache (« Nous ne craignons rien20 »), les tractations s’engagent et « le Traicté fut accordé, qu’ils sortiroyent avec armes, bagage, tambour battant, enseignes deployées & deux pieces de Campagne, & qu’ils seroyent conduits en assurance jusques à Wesel21 ».

La conquête de l’évêché de Bois-le-Duc au Brabant

  • 22 Ayant quitté provisoirement les Provinces-Unies après le siège de Bois-le-Duc, Turenne se trouve é (...)

18Le succès de Frédéric-Henri devant Groenlo permet d’envisager la conquête de la partie méridionale des Pays-Bas. En 1629, il prépare une campagne d’une envergure encore jamais vue aux Provinces-Unies. La conjoncture est certes très favorable. En France, les guerres huguenotes, dites « de Monsieur Rohan » (1620-1629) s’achèvent. Le pénible siège de La Rochelle touche à sa fin en octobre 1628 ; l’intervention hollandaise aux côtés de la marine française, très polémique parmi les calvinistes des deux pays appartient également au passé. En juin 1629, l’édit d’Alès solde politiquement le conflit français. Les deux puissances alliées peuvent de nouveau se tourner contre leur ennemi commun. Aussi, l’Espagne est bientôt accaparée par la guerre de Succession de Mantoue (1628-1631), où la France intervient directement, avec le dessein de couper une nouvelle fois le chemin espagnol. Spinola part avec des troupes en Lombardie, diminuant la force militaire des Pays-Bas espagnols. Le marquis meurt, par ailleurs, d’épuisement et de maladie durant le siège de Casale, en septembre 163022.

  • 23 Prud’homme van Reine R., Admiraal Zilvervloot. Biografie van Piet Hein, Amsterdam, De Arbeidersper (...)

19De surcroît, un succès éclatant de la WIC (West-Indische Compagnie, fondée en 1621) vient conforter les Provinces-Unies et troubler les finances espagnoles. En septembre 1628, le capitaine Piet Hein (1577-1629) réussit à s’emparer devant Cuba d’un important convoi d’argent en provenance des colonies américaines et à destination de l’Espagne. Cet acte de course rapporte environ douze millions de florins aux Provinces-Unies. Les caisses du jeune roi d’Espagne Philippe IV (1605-1665, roi depuis 1621), déjà en banqueroute chronique, sont privées d’autant de revenus23. Sur le frontispice de l’Histoire du siège de Bol Duc chroniquée par Daniel Heinsius (1580-1655), historiographe des États-généraux, les réaux (reales) tombent du ciel et encadrent une vue globale sur la ville assiégée, établissant un lien causal entre cette manne providentielle et le succès des armes de la République.

  • 24 Van Gaal F. et Verhagen P., Dans l’enceinte de Bois-le-Duc, une exploration historique, Bois-le-Du (...)

20Ainsi dotée de moyens extraordinaires, l’armée de Frédéric-Henri se met en campagne au printemps de 1629. L’objectif de la campagne est particulièrement ambitieux. Bois-le-Duc est l’une des principales villes du Brabant, commandant une importante dépendance, son bailliage. Stratégiquement nichée près de la Meuse, elle sert de point de départ d’incursions espagnoles dans la République. Tenue par les Pays-Bas espagnols depuis 1579, la ville bénéficie de fortifications puissantes et d’un système d’inondations de la plaine irriguée par les deux rivières traversant la cité. La renommée d’invincibilité de la ville est nourrie par les multiples sièges infructueux tentés par Maurice de Nassau (1591, 1601, 1603 et 1622)24 :

  • 25 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 337.

« Bois le Duc, que le feu Prince [Maurice] avoit mugueté par deux fois [voire quatre], & que le destin avoit reservé à son frere, fut investi le premier jour de May, 1629. La flotte d’argent conduite en Hollande au commencement de l’année, sembla animer le vaillant Prince [Frédéric-Henri] à cette hardie entreprise. Les Espagnols estoient sans chef, par la retraite du Marquis [Spinola] en Italie, sans argent par la perte de la flotte, & sans union par la jalousie des seigneurs du pais [à l’époque d’Olivares (1587-1645)]25. »

21Avec une remarquable économie de mots, Parival résume le long siège de quatre mois et demi en quelques paragraphes :

  • 26 Ibid., p. 337.

« Le Prince ne perd point de temps, il se retranche & fait travailler à la digue d’Hollande, ouvrage admirable, fait dans les eaux, qui a cousté une somme d’argent excessive./Le Compte Henry [Henri de Bergues] paroit, mais trop tard, il voit une mer au dehors des retranchemens, & le tout mis à sec dedans par l’invention des moulins26. »

  • 27 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 22 mai 1629
  • 28 Ibid., p. 4. Lettre datée du 13 août 1629.

22Comme le remarque Turenne, après trois semaines de siège sous les ordres de Frédéric-Henri, « qui, à ce que tout le monde dit, n’a jamais été plus gai dans armée que dans celle-ci ; & aussi tout lui réussit à souhait & principalement ses ouvrages desquels il se loue fort, & qui sont tous parachevés27 ». Toutefois, une fois investie, la ville se défend âprement. L’antagonisme religieux transparaît dans la rumeur que rapporte Turenne, suite à une attaque manquée sur la porte de Vught, au début du mois d’août 1629 : « Un Gentilhomme françois fort riche est mort là dedans, d’une blessure qu’il avoit reçue, quant il fut pris prisonnier ; les Prêtres, à ce que l’on dit, l’ont extrêmement tourmenté28. »

  • 29 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 337.
  • 30 Ibid., p. 338.

23Grâce à l’emploi des ouvrages de double circonvallation et le savoir-faire hydrologique, l’armée de Frédéric-Henri isole la ville, assèche les inondations défensives, et se protège des attaques d’Henri Van den Bergh (1573-1638), successeur de Spinola. Celui-ci tente une diversion en direction du cœur de la République, la Hollande, afin de desserrer l’étau. « Les Espagnols passent le Rhin & l’Issel, entrent dans le Velau [la Veluwe, région au Nord du Rhin] : quelques regimens Imperiaux se joignent à eux29. » Enfin, vers la fin de l’été, « les armées ennemies s’espouvantent & se retirent, Bosleduc se rend, piece qui restoit à l’affermissement de cette puissante Republique. […] Bois le duc pris fit perdre esperance à l’Espagnol de jamais reprendre la Hollande30 ».

  • 31 Ibid., p. 338.
  • 32 Ibid., p. 338-339.

24La conquête de Bois-le-Duc, « dragon des marais » réputé inexpugnable, assoit internationalement la réputation militaire du prince d’Orange. « Depuis la retraite du duc d’Alve [Gouverneur, 1567-1573] jamais les Espagnols ne l’ont eu si belle31 » affirme Parival. En effet, « au siege de ladite ville, le prince fit obeir les Elemens, vit les Astres conspirer à sa gloire, vainquit ses ennemis, monstra que rien ne luy estoit impossible32 » !

La campagne de 1632 ou la maîtrise de la Meuse

25Couronné de lauriers par la prise de Bois-le-Duc, Frédéric-Henri entreprend en 1632 une nouvelle campagne d’envergure. L’objectif consiste en la maîtrise de la Meuse. Cette rivière est un axe de navigation important et marque la lisière orientale des Pays-Bas. Son contrôle permet d’interdire les communications entre la Rhénanie impériale et les Pays-Bas espagnols, compliquant ainsi l’acheminement de troupes habsbourgeoises.

26L’entreprise audacieuse visant à s’emparer de la Haute Gueldre et du Limbourg en une seule campagne est rendue possible par la défection d’Henri de Bergues. De Bergues est lieutenant-général de la cavalerie de l’archiduc Albert (1559-1621), puis de la Gouvernante, l’Infante Isabelle d’Autriche (1566-1633, fille aînée de Philippe II). Ce membre de la famille de Nassau, descendant de Marie de Nassau (1539-1599), sœur aînée de Guillaume d’Orange, est catholique et au service de l’Espagne comme toute sa famille proche. Il figure cependant parmi la noblesse des Pays-Bas, mécontente d’être défavorisée par le recours quasi systématique aux Espagnols (ou, à défaut, Italiens) pour les charges les plus importantes.

27En 1632, Henri de Bergues, Stathouder de la Haute Gueldre, se rapproche de Frédéric-Henri. Comme le relate Parival,

  • 33 Ibid., p. 340.

« il arriva environ le mois de Mars [1632] à la Haye un grand seigneur, qui se tint long temps masqué dans le jardin du Prince, & qui ne se decouvrit à personne qu’audit Prince, & à l’Ambassadeur de France. Les plus subtils jettans les yeux sur le passé & jugeant de l’avenir, s’imanigerent que c’estoit le compte Henry de Bergues33 ».

  • 34 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 131.
  • 35 Ibid., p. 132.

28En réalité, il s’agit de son co-comploteur René de Renesse (1580-1637), comte de Warfusée et « Chef des Finances pour le Roy d’Espagne au Païs-Bas34 ». Grâce à son entremise et à celle du « Conte de Berg […] de mesme volonté que luy35 », la ville de Venlo et l’épiscopat de Ruremonde, sis sur la Meuse, sont conquis en une seule semaine, en juin 1632.

  • 36 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 16. Lettre du 29 mai 163 (...)

29Depuis l’armée des États, Turenne écrit à sa mère, Élisabeth de Nassau (1577-1642), pour l’informer des préparatifs de la campagne : « L’armée s’en va demain coucher à une lieue d’ici [c’est-à-dire de Nimègue]. C’est vers le chemin de Venlo & de Maestricht. On a commandement de prendre des vivres pour cinq jours36. » Les Mémoires de Frédéric Henri donnent un aperçu de toute la logistique et de l’organisation des troupes :

  • 37 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 134.

« Au partir de Nimmegues l’Armée alla loger à Mooc, [la bruyère de Mook, lieu commode de rassemblement], la Troupe des Anglois aiant l’Avant-garde, celle des François la Bataille, & celle des Allemands & Ecossois l’Arriere-garde, ce qui se changeoit tous les jours, à sçavoir, qui tenoit aujourd’huy l’Avant-garde, le lendemain prenoit l’Arriere-garde, celle qui tenoit la Bataille prenoit l’Avant-garde & celle de l’Arriere-garde estoit à la Bataille ; Une partie de la Cavallerie avec le Conte de Stirum demeura avec l’Armée, Staeckenbrouck avec le gros d’icelle marchoit de l’autre costé de la Meuse le long de laquelle l’on trainoit un pont de batteaux37. »

  • 38 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 16. Lettre du 3 juin 163 (...)

30La reddition rapide de toutes les villes et forts entre Venlo et Maastricht en l’espace de quelques semaines permet à « cette armée […] la plus forte que je crois qu’on aie jamais vu ensemble en ce pays38 » de progresser vers Maastricht, et de mettre le siège devant cette ville stratégique, possession espagnole depuis 1579.

  • 39 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 340.

31Du 9 juin au 22 août, le siège fait rage nonobstant les tentatives de briser l’encerclement. Ici encore, l’approche méthodique et l’emploi des circonvallations portent leurs fruits. « Le Prince y survient, l’assiegea tres estroitement, mais le siege tirant en longueur donna temps au Conseil de Bruxelles de rappeller les Espagnols du Palatinat, de mettre une armée sur pied, & de faire venir Pappenheim [le maréchal d’Empire Godefroy-Henri de Pappenheim, 1594-1632] à son secours39. »

32Les actions conjuguées des Habsbourg d’Empire et des Pays-Bas s’avèrent vaines. La ville capitule le 22 août, et reste aux mains des Provinces-Unies, désormais maîtresses de la Meuse :

  • 40 Ibid., p. 340.

« La ville fut contrainte de se rendre à la barbe de deux armées, l’effort de Pappenheim fut inutile, qui se retira en Allemagne, & les Espagnols en Brabant, laissant aux Estats la liberté de se saisir du Duché de Limbourg. Si la faveur des liegeois [sous le Prince-Évêque de Liège, Ferdinand de Bavière, 1577-1650] se fut attiedie ou changée tout à fait, le prince eut été en un danger tres evident de tout perdre, pour avoir trop hasardé & s’étre engagé trop avant40. »

  • 41 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 16. Lettre du 21 septemb (...)

33Suite à ce succès néerlandais, des pourparlers (demeurant infructueux) s’engagent avec les ambassadeurs de l’Infante. Fin septembre, Turenne reste dans l’expectative à Maastricht, évoquant toutes les options pour la suite du conflit : « On parle de notre partement d’ici ; mais on croit que ce n’est pas pour retourner en Hollande si-tôt. Les Etats de Brabant que l’on dit viendront ici, feront bien changer les affaires, n’en pouvant juger autre choses, si ce n’est la paix, la trève, ou de chasser entièrement les Espagnols du pays41. »

Fig. 1. – Principaux sièges au cours du stathoudérat de Frédéric-Henri d’Orange. Cartographie : Andreas Nijenhuis-Bescher. La carte répertorie la part estimée de la population d’appartenance calviniste (fin XVIIe siècle). Les dates correspondent à la conquête d’une ville par les États-généraux (en gras) ou par les Pays-Bas espagnols (en italique).

Sur la ligne de fracture

  • 42 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 343. L’appréciation de Parival concerne l’ (...)

34La ville de Maastricht domine depuis l’Antiquité la traversée de la Meuse (trajectum ad Mosam, donnant le nom à la ville), et n’est distante de Bruxelles que de quelques jours de marche. Elle fait office de base stratégique pour la campagne de 1635, semant la panique dans les Pays-Bas espagnols. Le siège avorté de Louvain et le pillage de Tirlemont sont les premiers faits d’armes, peu glorieux et quasi oubliés, de l’intervention franco-néerlandaise dans la guerre de Trente Ans, avec « la plus belle armée du monde, composée d’une gaillarde noblesse, toute vestue d’ecarlatte42 ».

35Au cours de la Révolte, l’armée confédérale, renforcée par la solidarité huguenote et soutenue par la France, s’empare de territoires catholiques. La ligne de front, mouvante de campagne en campagne au gré des victoires et des revers, correspond à la ligne de fracture entre la République protestante et les Pays-Bas espagnols, à la pointe de la Réforme tridentine.

36Les territoires conquis par Frédéric-Henri après la trêve de Douze Ans sont emblématiques pour l’action contre-réformatrice. Les populations y sont (re-)devenues massivement catholiques, sous le double effet de l’émigration des protestants et de l’œuvre de l’Église catholique romaine tridentine. La composition religieuse des terres conquises contraste avec la société multiconfessionnelle de la partie plus ancienne des Provinces-Unies. Dans les sept provinces nucléaires, constituant son corps politique, il existe dans la première moitié du XVIIe siècle une grande mobilité confessionnelle. Les effets de la conquête par les milices des États sont variables en fonction des territoires concernés, s’échelonnant d’une soumission pure et simple au simultaneum, en passant par la tolérance.

37État confessionnel calviniste, les Provinces-Unies ne sont pas intégralement gagnées au calvinisme durant la Révolte. Pendant tout l’Ancien Régime, l’Église réformée est la seule Église publique autorisée ; les autres confessions bénéficient, a minima, de la liberté de conscience et d’une tolérance pragmatique grandissante.

Une milice multiconfessionnelle, bras armé d’un État confessionnel

38L’armée des États-généraux est, à l’image du pays tout entier, une création récente. Les sorts de la République nouvellement créée et de ses milices sont étroitement liés, comme le souligne Parival. Établissant une comparaison audacieuse avec la Rome antique, il esquisse sans fatalisme rétrospectif les premières années de l’État :

  • 43 Parival J.-N., Les Délices de la Hollande, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. i-iii. L’épître dédi (...)

« Vous remarquerez que son commencement a esté tres facheux [et] que ceux qui ont posé la premiere pierre ont tousiours douté d’une bonne issue. Les fondements estant posez parmy de tres grandes difficultez, les murailles furent elevees fort hautes en fort peu de temps, & son accroissement a esté plus prodigieux par sa promptitude, que celuy des Romains.
Son Adolescence a paru apres le depart du second gouverneur, & a montré tout d’une suite la vigueur d’une forte jeunesse ; si bien que le bastiment s’est incontinent achevé. Veritablement le jeune Comte Maurice ayant pris le fardeau du gouvernement sur les épaules, les Hollandois ont plus fait en 20 ans que les Romains apres l’etablissement de leur Republique, en deux cents43. »

39Les premiers régiments « du pays », par opposition aux troupes espagnoles, abhorrées surtout depuis le gouvernorat d’Albe, datent de la Pacification de Gand en 1576. Ils sont mis à rude épreuve dès janvier 1578 à la bataille de Gembloux, remportée par Juan d’Autriche (1545-1578, enfant illégitime de Charles Quint). La structuration de l’armée de la Révolte intervient lorsque ses premiers chefs disparaissent ou abandonnent. Après le départ de François d’Anjou (1554-1584, gouverneur 1580-1583), l’assassinat de Guillaume d’Orange en juillet 1584 et le rappel de l’Anglais Robert Dudley, comte de Leicester (1531-1588, gouverneur 1585-1587), les Provinces-Unies se constituent de fait en République. Au jeune Maurice de Nassau, Stathouder dès l’âge de dix-huit ans, incombe la tâche de faire survivre le nouvel État aux assauts de la castra Dei espagnole.

  • 44 Rohan H. II de, Discours politiques du Duc de Rohan, faits en divers temps sur les affaires qui se (...)
  • 45 Zwitzer H.-L., “De militie van den staat”. Het leger van de Republiek der Verenigde Nederlanden, A (...)
  • 46 Rohan H. II de, Discours politiques du Duc de Rohan, op. cit., p. 257.
  • 47 De Gheyn J., Wapenhandelinghe van Roers, Musquetten ende Spiessen, La Haye, 1607, 3 tomes. Il s’ag (...)

40À partir de 1596, l’armée confédérale des Provinces-Unies devient permanente. Aux soldats « entretenus en pleine paix44 », mentionnés par le duc de Rohan, expert militaire, s’ajoutent à chaque campagne de nouvelles recrues, regroupées par « nation45 ». Le noyau permanent de l’armée est composé de soldats disciplinés et bien entraînés et de « l’eslite des bons Capitaines46 ». Le manuel d’instruction du maniement des armes (Wapenhandelinghe), édité à la demande du Capitaine Général Maurice en 1607 par Jacob de Gheyn (1565-1629), témoigne de la spécialisation des soldats47. Cette armée réorganisée est l’instrument des succès de Maurice de Nassau, cantonnant, grâce à une série de sièges, les armées loyales aux Pays-Bas espagnols essentiellement au sud du Rhin et de la Meuse. Elle surprend en juillet 1600 les observateurs internationaux, amis et ennemis, en remportant sur les redoutables tercios d’Albert d’Autriche une bataille en rase campagne à Nieuport, en Flandres.

Une armée religieusement bigarrée

41L’armée commandée par Frédéric-Henri perpétue ce fonctionnement, rôdé pendant les quarante ans de généralat de Maurice. Les Mémoires de Frédéric-Henri donnent une idée très précise de la provenance des troupes et de la composition hétéroclite caractérisant les armées modernes. Le récit de la campagne de 1629, aboutissant à la conquête de l’épiscopat de Bois-le-Duc, bénéficie d’une énumération exhaustive des régiments se mettant en branle à la fin du mois d’avril :

« On forma trois corps de toute l’Infanterie, autant de la Cavallerie. Ce jour-là l’Avant-garde escheut à celuy qui estoit composé de quatre Regiments François, un Walon, & deux du Pays, à sçavoir celuy de

La bataille estoit des Regiments qui s’ensuivent.

L’arrière-garde estoit de quatre Regimens Anglois & deux du pays.

  • 48 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 56-57.

De façon que l’Armée estoit composée de deux cents quarante-quatre Compagnies de gens de pied & de seize de Cavallerie. Laquelle estoit aussi divisée en trois corps, chascun composé de cinq Regimens, chascun de quatre ou cinq Compagnies48. »

42Voici donc une armée d’une force nominale de plus de 24 000 hommes d’infanterie et de 4 000 cavaliers lancée à l’assaut de l’épiscopat de Bois-le-Duc. Le siège de l’évêché de Ruremonde est l’œuvre d’une armée très similaire, décrite plus succinctement :

  • 49 Ibid., p. 133-134.

« Dix-sept mille hommes de pied, & quatre mille Chevaux fort lestes, l’Infanterie divisée en trois Corps ou Troupes, dont l’une estoit de quatre Regimens Anglois, & celuy du Conte de Solms, Brederode, & Wynbergen. L’autre de quatre Regimens François, celuy du Conte Maurice Wallons, Pinsen & Varic. La troisieme de celuy du Conte Ernest Alemands, trois Escossois, un Frison, Gent, Eerenreiter & Ferens, six pieces de batterie avec six demi Canons chambrés & force pieces de Campagne, quantité de Fours, de Moulins & autres choses necessaires pour le fait des vivres, comme aussi quantité de munitions de guerre49. »

43Dans cet ensemble hétérogène se côtoient par conséquent des troupes de multiples religions. Les calvinistes « du Pays » (sans doute dans les proportions de la coexistence religieuse dans la République), de la France huguenote (représentée par les nobles comme Bouillon, Châtillon, Hauterive, Turenne, etc.), et de l’Écosse presbytérienne, sont complétés par des « anciens wallons », également appelés « nouveaux gueux » en hommage aux Wallons révoltés de la première heure. Parmi les Allemands et les Danois, les luthériens sont nombreux. L’Angleterre fournit des anglicans, mais également des soldats des autres confessions présentes dans le pays. Enfin, les catholiques sont également présents en quantité parmi les Allemands, les Français, les Néerlandais et les Wallons. La coexistence religieuse au sein de l’armée se double d’une coexistence religieuse à l’échelle des régiments. Regroupant les soldats par « nation », ceux-ci reflètent la coexistence confessionnelle des sociétés d’origine.

44Paradoxalement, l’armée est un vecteur de pluriconfessionnalité, tout en imposant dans les territoires conquis la politique religieuse d’un État dominé par l’Église publique réformée.

La pluralité des régimes religieux dans les territoires conquis

45À la multiplicité religieuse au sein de l’armée s’ajoute la complexité territoriale. Les trois campagnes esquissées ici représentent trois cas de figure différents. L’hétérogénéité des politiques religieuses et le morcellement des statuts sont caractéristiques pour les Provinces-Unies.

46Le siège de Groenlo en 1627 est représentatif de la situation religieuse dans le corps politique de la République. La ville est située dans la Gueldre, l’une des provinces signataires de l’Union d’Utrecht de janvier 1579 et constitutives de la confédération. Depuis le mois d’août 1606, la ville est de nouveau sous l’autorité des Pays-Bas espagnols. Durant les deux décennies précédant le siège entrepris par Frédéric-Henri, la ville est ainsi redevenue catholique sous l’action de l’Église romaine et la présence ecclésiastique est notable pendant le siège même. En effet, Philippus Rovenius (1574-1651), vicaire apostolique de la Mission Hollandaise (Missio Hollandica ou Batavica) est dans les murs de la ville lors du siège. Cette présence cristallise la dimension confessionnelle de la guerre en cours.

47La capitulation de Groenlo, le 19 août 1627, implique un retour sous l’autorité de la province de Gueldre et l’application du régime religieux des Provinces-Unies. Cela correspond à une interdiction juridique de toute autre religion que l’Église réformée dans l’espace public, assortie de la liberté de conscience accordée aux habitants, en vertu de l’article XIII de l’Union d’Utrecht. Le vicaire apostolique et les réguliers installés depuis 1606, obtiennent un délai de deux mois après la capitulation pour quitter la ville.

  • 50 Le premier recensement méthodique de la population intervient à l’époque du Royaume de Hollande, s (...)
  • 51 Une ferme avec une église catholique dissimulée du XVIIIe siècle subsiste dans les environs immédi (...)

48Les Grolois avaient déjà changé de maître à trois reprises (1595, 1597, 1606) depuis le début de la Révolte, et s’attendaient peut-être à un retour des Espagnols après 1627. De ce fait, et grâce à la liberté de conscience, les catholiques ne sont pas incités à une conversion rapide. Sous le régime de la République, la population demeure très majoritairement catholique. Si la part catholique de la province de Gueldre se stabilise à la fin du XVIIIe siècle à environ 40 % de la population, Groenlo compte environ 80 % de catholiques parmi ses bourgeois, selon des estimations extrapolées des recensements de l’époque napoléonienne50. Au cours du XVIIe siècle, la tolérance pragmatique mène à la création d’églises non calvinistes « dissimulées », conjuguant une neutralisation « triomphante » de l’espace public au profit de l’Église publique et une tolérance religieuse progressivement élargie permettant l’existence discrète d’autres confessions51.

La suppression de l’évêché de Bois-le-Duc

  • 52 La publication de la capitulation emploie le terme : La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Es (...)
  • 53 La Reduction de la ville de Bois-Leduc, op. cit., p. 8, art. XIIII.
  • 54 Christ M. P., De Brabantsche saecke. Het vergeefse streven naar een gewestelijke status voor Staat (...)

49Le cas de Bois-le-Duc est radicalement différent. Le Brabant n’étant pas signataire de l’Union d’Utrecht (sauf Breda, fief des Orange conquis par Spinola en 1625), la conquête de l’évêché équivaut à une « réduction52 », c’est-à-dire une soumission. Bois-le-Duc et son « plat Païs sous contribution53 », ou bailliage, rejoignent les Pays de la Généralité, exclus d’une représentation politique au sein de la République54.

  • 55 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 se (...)

50Lorsque la ville se rend, le 14 septembre 1629 au terme d’un siège de quatre mois et demi, la capitulation définit les modalités séculières et religieuses du régime néerlandais. Turenne relate à sa mère que les bourgeois de Bois-le-Duc ont eu la « capitulation qu’ils ont voulu, hors la liberté de la religion55 ». Or, s’agissant d’un évêché, la réduction de la ville est symbolique pour le démantèlement de l’Église catholique dans les territoires conquis par les Provinces-Unies.

  • 56 La Reduction de la ville de Bois-Leduc, op. cit., p. 4, art. II.

51Il est prévu dans la capitulation « que tous les Ecclesiastiques & Religieux personnes masles, sortiront de la ville dans le terme de deux mois, en se comportant cependant selon les Placarts du pays, & pourront prendre & transporter avec eux leurs meubles, Images, peintures, & ornements d’Eglise56. » En se conformant à l’interdiction dans l’espace public de toute religion autre que réformée, « selon les Placarts du pays », les ecclésiastiques disposent par conséquent de deux mois pour préparer leur départ. Michael Ophovius (1570-1637), évêque depuis 1626, ne quitte Bois-le-Duc que le 20 novembre 1629, à l’échéance du délai prévu par la capitulation.

  • 57 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 se (...)
  • 58 La Reduction de la ville de Bois-Leduc, op. cit., p. 4, art. IIII.

52De manière lapidaire, Turenne résume les effets de la conquête : « On a laissé quelques Couvens de Religieuses, mais chassé tous les gens de l’église57. » Les religieuses bénéficient effectivement d’une dérogation, stipulée par l’article III de la capitulation : « Les Nonnains & autres femmes Ecclesiastiques pourront demeurer dans la Ville, & seront alimentez leur vie durant58. » Les autorités séculières se substituent en l’espèce à l’Église catholique, en prenant en charge la pension alimentaire des religieuses, qui peuvent rester catholiques, dans leur sphère privée, grâce à la liberté de conscience.

  • 59 Ibid., p. 4, art. II. Saint-Jean demeure un temple calviniste jusqu’à l’époque française, lorsque l (...)

53Le premier acte de Frédéric-Henri, le 19 septembre, c’est-à-dire le jour même de la sortie des troupes vaincues et l’entrée de son armée, est d’assister à l’office calviniste. Celui-ci se déroule dans l’ex-cathédrale Saint-Jean, convertie en temple. Grâce à la clause permettant d’évacuer « meubles, Images, peintures, & ornements d’Eglise59 », la conversion se fait sans destructions, à la différence de l’iconoclasme ayant touché Bois-le-Duc en août 1566, au début de la Révolte. Le collège des Jésuites devient le siège du gouverneur de la ville, symbolisant l’effet de l’occupation du Brabant des États sur l’Église catholique.

  • 60 Ibid., p. 8, art. XIIII.
  • 61 Rogier L., Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, Amsterda (...)
  • 62 Le Brabant septentrional affiche en 1809, les chiffres suivants : 294 956 habitants, dont 258 346 (...)

54Nonobstant, « les Habitans de Bois-le-Duc, & ceux qui au plat Païs sous contribution sont donnez, seront traittez comme autres bons Habitans des Provinces Unies, tant dans les villes qu’au plat Païs demeurans60 ». Par conséquent, la liberté de conscience s’applique à ces territoires. Les débuts de la nouvelle classe (classis) calviniste sont difficiles. À la fin de l’année 1629, elle n’accueille que 266 membres, essentiellement des cadres politiques et militaires venus dans les fourgons de l’armée61. Malgré un effort considérable pour implanter l’Église réformée, et l’interdiction de toute manifestation catholique dans l’espace public, le Brabant des États reste fermement attaché au catholicisme. Les effets de la Réforme tridentine sont sensibles62.

Le simultaneum en Haute Gueldre

55Emblématique de la complexité des Provinces-Unies, et des différents statuts en son sein, la situation est encore différente dans la Haute Gueldre et à Maastricht, conquis pendant l’été de 1632.

56La ville de Venlo et l’évêché de Ruremonde, conquis dès le début de juin 1632, mais repris en 1637 par le Cardinal-Infant Ferdinand d’Autriche (1609-1641), jouissent d’un statut singulier. Les Mémoires de Frédéric Henri précisent les conditions de la reddition :

  • 63 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 135.

« Le troisieme jour [de la campagne] que l’on approcha de Venlo ils parlementerent & rendirent la Ville à bonnes conditions, à sçavoir de sortir Tambour battant, enseignes desploiées & toutes les ordinaries, & que la Garnison seroit conduitte en asseurance jusques à Gueldres, que les catholiques Romains retiendroient l’exercice de leur Religion libre & public & auroient toutes les Eglises, seulement qu’ils en laisseroient une suffisante, pour ceux de la Religion Reformée63. »

57Dans ce cas de figure, les conditions religieuses font office de monnaie d’échange pour une capitulation sans délai et sans investissement de la ville ; de même, il s’agit de ne pas heurter les comtes catholiques de Warfusée et de Bergues ayant collaboré à l’entreprise.

  • 64 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 347. Parival se trompe d’année, la campagn (...)

58Au mécontentement des calvinistes les plus stricts, Frédéric-Henri et les États accordent dans ce territoire davantage de libertés aux catholiques, pour des raisons pragmatiques et tactiques. Le maintien de « l’exercice de leur Religion libre & public » tranche avec l’hégémonie habituelle de l’Église publique. Parival rapporte dans sa chronique le projet d’un régime similaire, concession à l’alliance avec un pouvoir catholique, en l’occurrence la monarchie française, encore habituée à la coexistence religieuse sous le régime de l’Édit de Nantes. « L’an 1646. estant à Breda », écrit Parival, « il [Frédéric-Henri] fut prié par les Ambassadeurs de sa Majesté tres Chrestienne [Louis XIV] d’assieger Anvers, avec promesse de luy envoyer six mille hommes, & demandoient promesse reciproque de laisser quatre Eglises principalles pour les Catholiques : à quoy ledit Prince consentit avec les deputez [des États], mais ceux de Zelande protesterent à l’encontre64 ». La ville fortifiée de Hulst, près d’Anvers, est effectivement prise lors de cette campagne, en novembre 1645, mais la cité d’Anvers demeure espagnole. Ce projet d’une coexistence religieuse légalement instituée est ainsi déjoué.

  • 65 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 135.

59Et les Mémoires de Frédéric Henri de conclure le récit de la campagne de 1632 : « L’on fit de mesme à Straelen ; pour Roermonde, le Conte Ernest [le Stathouder de Frise, Ernst-Casimir de Nassau-Dietz, 1573-1632] y estant arrivé & aiant commencé les approches, les voulant aller visiter receut un coup de mousquet par la teste, dont fort peu d’heures apres il expira. Le Prince en estant adverti, en tesmoigna un grand deplaisir, partit le lendemain de Venlo où il laissa dix Compagnies d’Infanterie, & le Lieutenant Coronel Nicolas de Brederode descendu de cette Maison par Bastardise, pour y commander, arriva le soir fort tard devant Roeremonde qui ceste mesme nuict fit son traicté aux mesmes conditions de ceux de Venlo ; la Garnison en sortit le lendemain [6 juin] avec le Mestre de Camp Ribaucourt, Randwic [Randtwijk] y fut laissé pour y commander65. »

60L’application du régime spécifique du simultaneum, inconnu dans le corps politique de la République, prend fin en Haute Gueldre seulement cinq ans après son institution. Lorsque l’armée de Frédéric-Henri est occupée par le siège de Breda de juillet à octobre 1637, Don Ferdinand reprend ce territoire. Le simultaneum est immédiatement aboli dans la région, et l’épiscopat catholique de Ruremonde est rétabli. L’évêque Jacobus de Castro (1560-1639), chassé en 1632, peut retourner à Ruremonde et consacrer de nouveau la cathédrale du Saint-Esprit, reprise aux calvinistes.

Le condominium de Maastricht

61La ville de Maastricht, dernier objectif de la campagne de 1632, bénéficie d’un simultaneum de plus longue durée. En effet, la ville, conquise de haute lutte, reste entre les mains de la République, à la différence de la Haute Gueldre. En outre, le simultaneum résulte à Maastricht du statut juridique particulier dont jouit la ville. La souveraineté sur la ville est partagée entre la Principauté de Liège et les Provinces-Unies. Les Mémoires chroniquées par Huygens détaillent ce condominium, ou double seigneurie :

  • 66 Ibid., p. 137. En réalité, le siège de 1579 a duré quatre mois, de début mars au 29 juin.

« Maestricht est une Ville assise sur le bord de la Meuse du costé du Brabant & depend de ladite Duché, a fort peu de Jurisdiction, ains est presque enclavée dans le Païs de Liege, n’est qu’à trois lieues de ladite Ville, a esté sous la puissance du Roy d’Espagne, depuis que le Duc de Parme [Alexandre Farnèse (1545-1592, gouverneur depuis 1578)] la prit par assaut [en juin 1579], sur les Estats Generaux apres un siege de neuf mois, a tousjours esté regie par un Magistrat miparti du Duc de Brabant & de l’Evesque de Liege, qui s’eslit tous les ans par des Deputez de la part de ces deux Princes. C’est une place bien peuplée & de grande quantité de gens d’Eglise, y aiant des Convents presque de tous les Ordres, l’Eglise capitale est grande & belle, dediée à Saint Servais, servie par plusieurs Chanoines66. »

  • 67 Archives du Regionaal Historisch Centrum Limburg, série 21 279 Waalse Gemeente Maastricht.

62En vertu du régime mi-parti du condominium, la liberté de culte est accordée simultanément aux catholiques et aux calvinistes. La collégiale « Saint Servais, servie par plusieurs Chanoines » demeure par conséquent catholique ; l’église paroissiale de St-Servais, toute proche, est en revanche transformée en temple calviniste. Dès septembre 1632, un premier temple wallon est aménagé, au détriment de la chapelle St-Hilaire, confisquée aux chanoines de St-Servais67.

63Contrairement aux habitudes ailleurs dans la République, l’espace public n’est pas dépouillé de tous signes (croix, statues) et manifestions (processions, habits ecclésiastiques) catholiques. Le simultaneum ne concerne cependant que les confessions catholique et réformée. En effet, la religion catholique est la seule autorisée à Liège à cette époque, et le calvinisme est la religion publique de la République. Les autres religions, dont la luthérienne, très présente dans la garnison, sont reléguées à la sphère privée.

  • 68 Joly Cl., Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 167 (...)
  • 69 Ibid., p. 67.
  • 70 Ibid., p. 66.

64Le chanoine français Claude Joly (1607-1700), observateur avisé et fine plume, fait étape à Maastricht pendant l’été de 1646. Voyageant dans la suite de hauts personnages, Madame de Longueville (Anne Geneviève de Bourbon, 1619-1679) et sa belle-fille Marie d’Orléans (1625-1707), il est reçu par les autorités religieuses de la ville. Ainsi, il assiste à une procession et une messe à « la grande Eglise appellée s. Servais, qui est une Collegiale de Chanoines68. » Après une réception « tambours battans69 » par les autorités militaires de la République, le 12 juillet 1646, les « Chanoines y receurent le lendemain matin […] leurs Altesses, au devant desquelles ils vinrent tous en corps jusqu’à la porte de l’Eglise, & firent à l’instant chanter devant elles une grande Messe en musique avec voix & instrumens70 ». Voici une scène inhabituelle aux Provinces-Unies : des chanoines en procession dans les rues d’une ville, et une messe avec chants et musique dans un lieu de culte public en l’honneur d’hôtes de marque !

  • 71 Ibid., p. 66.
  • 72 Ibid., p. 66.

65Le chanoine souligne la proximité spatiale des églises catholique et réformée : « Auprés de cette Eglise [la collégiale St-Servais] est le Presche des Flamans71 », dans l’ancienne paroissiale St-Servais. Le voyageur français rapporte par ailleurs un incident, témoignant des tensions interconfessionnelles sur fond d’atmosphère obsidionale régnant à Maastricht. Le Voyage de Hollande indique que le culte calviniste wallon « se tient à present en l’Eglise des Iesuites qui en ont esté chassés avec les Recollés, pour ce que le Recteur des Iesuites, & un Recollé, à ce qu’on nous dit, avec un brasseur de bierre & un soldat de la garnison avoient pris resolution de mettre les Espagnols dans la Ville72 ».

  • 73 Leunissen J., De kus van de ijzeren maagd, Maasbree, Corrie Zelen, 1980, p 162.
  • 74 Joly Cl., Voyage, op. cit., Paris, 1670, p. 66-67. Ubachs P. J.-H. et Evers I. M. H. (éd.), Histor (...)

66Depuis la perte des villes fortifiées de la Haute Gueldre en 1637, Maastricht est la seule place forte de la République sur cette partie de la Meuse, environnée d’un territoire hostile. Le gouverneur militaire, Frédéric Maurice de La Tour d’Auvergne (1605-1652, gouverneur 1632-1641), ou du moins son lieutenant Joachim van Goltsteyn73, maintient la ville sur le qui-vive, et résiste à un siège dès juillet 1634. En 1638, les autorités militaires découvrent un complot, ourdi par un soldat de la garnison, Claude de la Court, et des complices, tous catholiques. Avec des fonds espagnols, De la Court engage un maçon pour ouvrir une porte dans l’enceinte de la ville, dans sa maison située près du cloître des « Recollés » franciscains évoqués par Joly. Le gouverneur, alerté par la soudaine richesse du simple soldat, fait arrêter une vingtaine de suspects. La justice militaire exécute en juin 1638 neuf personnes, dont deux ecclésiastiques. En guise d’exemple et d’avertissement, cinq de leurs « testes [sont] mises sur un bastion qui est sur le bord de la Meuse à l’entrée de la ville où nous [Joly et consorts] les vismes74 », huit ans après les faits. Dans ce contexte de guerre, la liberté de culte ne signifie pas l’absence de méfiance réciproque…

Une pluralité juridique et confessionnelle

67Une longue lutte armée déchire aux XVIe-XVIIe siècles le territoire stratégique des anciens Pays-Bas. Cette guerre, fondatrice des Provinces-Unies, revêt une dimension religieuse et s’inscrit dans les conflits européens. La ligne de front est également une ligne de fracture confessionnelle, séparant les Provinces-Unies, où l’Église publique réformée domine la vie religieuse, et les Pays-Bas espagnols, résolument engagés dans la Réforme catholique tridentine. L’armée confédérale des Provinces-Unies, commandée depuis 1625 par le Stathouder et Capitaine Général Frédéric-Henri d’Orange, est l’instrument militaire de la politique religieuse, appliquée dans les territoires conquis.

68La « Milice » des États-généraux est pluriconfessionnelle par essence. En effet, elle est composée de troupes « du pays », reflétant la coexistence religieuse au sein des Provinces-Unies, et de troupes provenant de multiples pays européens. À l’échelle des régiments regroupant ces différentes « nations », le calvinisme « protégé » par la République côtoie le luthéranisme, l’anglicanisme, mais également le catholicisme, très présent. Une application pragmatique des « placards » religieux et la liberté de conscience prévue par l’Union d’Utrecht de 1579 permettent la coexistence religieuse au sein de l’armée des Provinces-Unies.

69Dans les territoires conquis par la République, l’armée est le bras armé d’une politique confessionnelle favorisant l’Église publique, tout en étant, paradoxalement, vecteur de pluralité religieuse. La diversité des traitements en fonction des territoires participe de la primauté du pouvoir séculier, le respect des droits seigneuriaux primant sur les considérations purement confessionnelles. Nonobstant, dans les limites fixées de manière variable et pragmatique par les États-généraux, l’armée fait office d’instrument d’une politique confessionnelle. Son action est, malgré la brutalité de la guerre, codifiée. Un cartel régit le traitement des prisonniers, et les capitulations font l’objet de traités dûment négociés.

70Les grandes campagnes militaires de Frédéric-Henri, menant à la prise de Groenlo en Gueldre (1627), à la conquête et la suppression de l’évêché de Bois-le-Duc au Brabant (1629), et au contrôle de la Meuse et de Maastricht (1632) témoignent de la complexité de la politique religieuse. Celle-ci varie en fonction du statut politique et juridique des territoires en question.

71Dans le corps politique de la République, comme en Gueldre, province signataire de l’Union d’Utrecht, la population catholique bénéficie d’une tolérance religieuse basée sur une séparation rigoureuse entre l’espace public, dominé par l’Église publique, et la sphère privée, permettant au fur et à mesure davantage de libertés religieuses. En effet, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les confessions dissidentes, « conniventes » ou non protestantes obtiennent, selon un calendrier variable selon les régions, la possibilité de célébrer leurs offices dans des lieux de culte « banalisés » ou « dissimulés ». Les soldats luthériens des nombreuses garnisons profitent notamment de ce phénomène.

72Les Pays de la Généralité, comme le « Brabant des États », sont exclus du corps politique de la République, et ne bénéficient d’aucune représentation aux États-généraux. La politique religieuse y est plus répressive, notamment jusqu’au dernier quart du XVIIe siècle. Recatholicisé sous l’impulsion de la Réforme tridentine, ce territoire demeure largement fidèle à l’« ancienne religion » malgré un effort conséquent de l’Église publique pour convertir ces populations.

73La Haute Gueldre jouit pendant son occupation par la République (1632-1637) d’un régime à part. Un simultaneum, garantissant la liberté de culte aux catholiques et aux calvinistes, est institué pour des raisons pragmatiques. En effet, l’alliance avec son gouverneur catholique, Henri de Bergues, a permis de s’emparer de cette région presque sans coup férir. Enfin, à Maastricht, le simultaneum est également instauré. La coexistence religieuse entre catholiques et calvinistes découle dans ce cas précis d’un statut particulier. La coseigneurie, ou condominium, de la Principauté de Liège et de la république des Provinces-Unies sur la ville sur la Meuse régit les rapports confessionnels.

74Le gouverneur de Maastricht, Frédéric Maurice de La Tour d’Auvergne, illustre par sa vie personnelle que les rapports interconfessionnels sont cependant possibles. Le duc de Bouillon, frère aîné d’Henri de Turenne, tombe, pendant un séjour à Bruxelles à la cour de l’Infante Isabelle, sous le charme d’Éléonore de Bergh (1613-1657). Il s’agit d’une cousine de Frédéric Maurice, également parente d’Henri de Bergues.

  • 75 N.N. (Jacques de Langlade), Mémoires de la vie de Frédéric Maurice de LaTour d’Auvergne, Duc de Bo (...)
  • 76 Ibid., p. 24. S’éloignant de fait de Maastricht après le siège de Breda de 1637, et tombé en disgrâ (...)

75« Le Duc de Bouillon vid Mademoiselle de Bergh à un Bal. C’étoit une personne de grande naissance, d’une beauté surprenante, & dans une reputation d’avoir beaucoup d’esprit & de sagesse, mais Catholique, & sans aucun bien75. » Malgré ces deux inconvénients, habituellement rédhibitoires, les deux jeunes amoureux convolent en février 1634, au cours d’une cérémonie catholique. Frédéric Maurice se convertit, certes discrètement, au début du mariage à la religion catholique, tout en conservant son gouvernorat de Maastricht. « Le Duc de Bouillon […] passa en Holande avec elle, où par un privilege de la beauté & du merite, chacun approuva le choix qu’on avoit tant condamné76. »

76Dieu est amour !

Fig. 2a et 2b. – Frédéric-Henri d’Orange observant la garnison vaincue quittant Maastricht. Gravures d’actualité de Jan van de Velde, d’après Jan Martszen de Jonge, accompagnées d’un « bref et succinct » récit de la campagne de 1632 : Kort en bondigh verhael van den geluckigen op-tocht des Legers der H. H. Staten generael Van De Geunieerde Provintien, Amsterdam, Claes Jansz. Visscher, 1633. (Rijksmuseum Amsterdam, RP-P-OB-81.341A et RP-P-OB-81.341C.)

Notes

1 Parival J.-N., Les délices de la Hollande. Avec un traité du gouvernement et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable jusques à l’an de grace 1660, Leyde, Ger Stecoren, 1660, p. 331. Sauf indication contraire, les citations proviennent de cette édition. L’orthographe originelle a été respectée ; seules d’éventuelles erreurs typographiques ont été corrigées.

2 Le vicaire général (« Exercitus in Belgio Vicarij Generalis ») Charles de Mansfelt († 1647), Castra Dei sive parochia, religio, et disciplina militum, Bruxelles, Martin de Bossuyt, 1642, emploie le terme dans son traité sur l’encadrement religieux de l’armée des Pays-Bas. Voir également Parker G., The Army of Flanders and the Spanish Road, 1567-1659, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 (1re édition 1972), p. 146.

3 Orange F.-H. d’[Constantin Huygens], Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange. Qui contiennent ses Expéditions Militaires depuis 1621. jusqu’à l’Année 1646, Amsterdam, Pierre Humbert, 1733.

4 Ibid., p. viii. Préface du pasteur Isaac de Beausobre (1659-1738) présentant le texte.

5 Parival J.-N., Les Délices de la Hollande, Œuvre Panegirique. Avec un traité du Gouvernement, et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable, jusques à l’an de grace 1650, Leyde, Pieter Leffen, 1651. L’édition consultée est Parival J.-N., Les délices de la Hollande. Avec un traité du gouvernement et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable jusques à l’an de grace 1660, Leyde, Ger Stecoren, 1660. Jusqu’en 1728, quinze éditions, partiellement posthumes, de l’ouvrage se succèdent, faisant des Délices l’une des matrices de la perception des Provinces-Unies. Pour Parival et la portée de son œuvre, voir Van Strien-Chardonneau M., « Leiden, metropool der muzen en tuin van Holland. Leiden in Jean-Nicolas Parivals Les Délices de la Hollande », Roding J., Sneller A. et Thijs B. (éd.), Beelden van Leiden. Zelfbeeld en representatie van een Hollandse stad in de vroegmoderne Tijd, 1550-1800, Hilversum, Verloren, 2006, p. 171-184, et Nijenhuis A., « La Hollande du Siècle d’Or à l’aune des Délices de la Hollande de Jean-Nicolas de Parival », Bertrand G. (éd.), Voyage et représentations réciproques (XVIe-XIXe siècle). Méthode, bilans et perspectives, Grenoble, CRHIPA, 2009, p. 29-48.

6 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du maréchal de Turenne, pour servir de preuves et d’éclaircissements à une partie de l’histoire de Louis XIV, et particulièrement à celle des campagnes du général français, Paris, Nyon l’Aîné, 1782, 2 vol.

7 Chaline O., La bataille de la Montagne-Blanche, un mystique chez les guerriers, Paris, Noésis, 2000, analyse sous l’angle confessionnel le contexte de cette première bataille, ouvrant la guerre de Trente Ans.

8 Parker G., The Army of Flanders, op. cit., traite de l’ensemble de la question logistique de l’armée espagnole ; Nijenhuis-Bescher A., « Des cimes alpines aux plats pays. La Savoie, la route espagnole et la Révolte des Pays-Bas au temps du temps du Duc d’Albe », Nijenhuis-Bescher A., Champeley J.-Y. et Pépy E.-A. (éd.), L’Honnête homme, l’or blanc et le Duc d’Albe. Mélanges en l’honneur d’Alain Becchia, Chambéry, université Savoie Mont-Blanc, 2016, p. 343-371, insiste sur le début de la Révolte et le passage du Duc d’Albe dans les États de Savoie.

9 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 342-343.

10 Ibid., p. 343. À propos des hasards de la guerre, Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 38, relatant une entreprise manquée en 1626, observe : « Voilà comme à la guerre un petit accident, le moindre retardement, & qu’on se figure ce qu’on ignore plus grand qu’il n’est en effect, est cause de faire perdre de grands & importans desseins, comme il nous en prit cette fois. »

11 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 309.

12 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 35.

13 Ibid., p. 43.

14 Ibid., p. 20, relatant une incursion par la cavalerie menée par Henri de Bergues en 1624.

15 Ibid., p. 43.

16 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 336. Maurice de Nassau avait assiégé Groenlo à trois reprises, en 1595, 1597 et 1606.

17 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. viii.

18 Ibid., p. 47.

19 Un écrit occasionnel rapporte les événements : Relation et mémoire des munitions qui ont esté trouvées dans la ville de Vezel, tant de bouche que de guerre, pour donner secours à la ville de Bolduc, & le nombre de prisonniers qui ont esté pris : Ensemble la grande quantité d’or & d’argent qui l’ont trouvé dans ledit Vezel, Paris, Jean Brunet, 1629. Voir également De Cauwer P., Tranen van bloed. Het beleg van’s-Hertogenbosch en de oorlog in de Nederlanden, 1629, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008, p. 121.

20 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 47.

21 Ibid., p. 47.

22 Ayant quitté provisoirement les Provinces-Unies après le siège de Bois-le-Duc, Turenne se trouve également dans les environs de Casale à la même époque, faisant référence dans ses lettres au « Marquis ». La Grange E.-L. (Marquis de), Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, Duc de la Force, Paris, Charpentier, 1843, t. I, p. 7-9.

23 Prud’homme van Reine R., Admiraal Zilvervloot. Biografie van Piet Hein, Amsterdam, De Arbeiderspers, 2003, p. 160 rapporte le chiffre de 11 509 524 florins. Cela représente l’équivalent de 32,5 tonnes d’or, à raison de 2,82 grammes d’or pour un Carolus d’or ; l’Espagne dépense en 1629 pour son trésor militaire aux Pays-Bas 2 590 840 Escudos, soit l’équivalent de 8,8 tonnes d’or, à raison de 3,4 grammes l’Escudo. Le chiffre du trésor des Pays-Bas est établi par Parker G., The Army of Flanders, op. cit., p. 259. Le butin de la WIC profite en premier lieu à ses actionnaires, mais les États-généraux se financent auprès de la Compagnie. Pays-Bas espagnols sont tributaires des prélèvements fiscaux et des transferts depuis l’Espagne. Cf. Elliott J., The Count-Duke of Olivares: the statesman in an age of decline, New Haven/Londres, Yale University Press, 1986.

24 Van Gaal F. et Verhagen P., Dans l’enceinte de Bois-le-Duc, une exploration historique, Bois-le-Duc, Les Éditions Adriaan Heinen, 2001, p. 68. Pour un récit détaillé de la campagne de 1629, voir Nijenhuis A., « État calviniste et société multiconfessionnelle à l’aune de récits français dans le contexte de la Révolte (1568-1648). L’exemple des Pays de la Généralité après la prise de Bois-le-Duc (1629) », Chrétiens et sociétés, Lyon, Resea, no 17/2010, p. 45-102.

25 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 337.

26 Ibid., p. 337.

27 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 22 mai 1629.

28 Ibid., p. 4. Lettre datée du 13 août 1629.

29 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 337.

30 Ibid., p. 338.

31 Ibid., p. 338.

32 Ibid., p. 338-339.

33 Ibid., p. 340.

34 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 131.

35 Ibid., p. 132.

36 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 16. Lettre du 29 mai 1632, signée « A Nimègue ».

37 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 134.

38 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 16. Lettre du 3 juin 1632, signée « Auprès de Venlo ».

39 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 340.

40 Ibid., p. 340.

41 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 16. Lettre du 21 septembre 1632, signée « Au camp de Maestricht ». Les pourparlers ont finalement lieu à La Haye, et n’aboutissent pas.

42 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 343. L’appréciation de Parival concerne l’armée française, rejoignant celle de Frédéric-Henri à Maastricht.

43 Parival J.-N., Les Délices de la Hollande, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. i-iii. L’épître dédicatoire de l’édition de 1655 s’adresse à Gerard Bicker van Swieten (1632-1716, régent), Johan Dedel (1589-1665, régent et précepteur des fils Huygens, Constantin jr. et Christiaan), et Aernout van Overbeke (1632-1674, écrivain).

44 Rohan H. II de, Discours politiques du Duc de Rohan, faits en divers temps sur les affaires qui se passoyent. Cy-devant non imprimez, s. l. (Amsterdam), s. n. (Louis III Elzévir), p. 257. Sans mention de lieu ou d’éditeur, le volume port la marque des Elzévirs (la sphère armillaire). Louis Elzévir a également édité le Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, Amsterdam, Louys Elzevier, 1646.

45 Zwitzer H.-L., “De militie van den staat”. Het leger van de Republiek der Verenigde Nederlanden, Amsterdam, Van Soeren, 1991, p. 44.

46 Rohan H. II de, Discours politiques du Duc de Rohan, op. cit., p. 257.

47 De Gheyn J., Wapenhandelinghe van Roers, Musquetten ende Spiessen, La Haye, 1607, 3 tomes. Il s’agit d’un beau volume in-folio, avec des gravures, dont certaines coloriées, décomposant les mouvements du fantassin. Son volume et son prix destinent l’ouvrage aux officiers.

48 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 56-57.

49 Ibid., p. 133-134.

50 Le premier recensement méthodique de la population intervient à l’époque du Royaume de Hollande, sous Louis Napoléon (1778-1846). Ce recensement est publié par De Kok J., Nederland op de breuklijn Rome-Reformatie. Numerieke aspecten van protestantisering en katholieke herleving in de Noordelijke Nederlanden, 1580-1880, Assen, Van Gorcum, s. d. (1964). Le recensement de 1839 indique 1 858 catholiques sur une population totale de 2 263 personnes, soit 82,10 %.

51 Une ferme avec une église catholique dissimulée du XVIIIe siècle subsiste dans les environs immédiats de Groenlo (monument no 14626 de l’inventaire néerlandais). Pour la présence luthérienne en Gueldre, y compris dans les garnisons, voir Van Manen K.-G., Verboden en getolereerd. Een onderzoek naar lutheranen, lutheranisme en lutherse gemeentevorming in Gelderland ten tijde van de Republiek, Hilversum, Verloren, 2001 (Werken Gelre, 55). Une synthèse de la chronologie différenciée de la tolérance des différentes confessions à travers l’exemple d’Amsterdam est proposée par Nijenhuis A., « La coexistence confessionnelle aux Provinces-Unies du Siècle d’Or. Pratiques religieuses et lieux de culte dissimulés à Amsterdam », Do Paço D., Monge M. et Tatarenko L. (éd.), Des religions dans la ville. Ressorts et litiges de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 55-80.

52 La publication de la capitulation emploie le terme : La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Estats d’Holande. Avec les articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, au Gouverneur de la ville de Bois-leduc, & aux Capitaines & gens de guerre estans en icelle, s. l. (Paris), Pierre Des-Hayes, 1629.

53 La Reduction de la ville de Bois-Leduc, op. cit., p. 8, art. XIIII.

54 Christ M. P., De Brabantsche saecke. Het vergeefse streven naar een gewestelijke status voor Staats-Brabant. 1585-1675, Tilbourg, Stichting Zuidelijk Historisch Contact, 1984 ; Van den Eerenbeemt H. F. J. M. (dir.), Geschiedenis van Noord-Brabant, 3 tomes, Amsterdam/Meppel, Boom, 1996-1997.

55 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

56 La Reduction de la ville de Bois-Leduc, op. cit., p. 4, art. II.

57 Grimoard Ph.-H. de, Collection des lettres et mémoires, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

58 La Reduction de la ville de Bois-Leduc, op. cit., p. 4, art. IIII.

59 Ibid., p. 4, art. II. Saint-Jean demeure un temple calviniste jusqu’à l’époque française, lorsque les anciens Pays-Bas sont intégrés dans l’Empire. Lors de la restauration de la hiérarchie catholique, conséquence de la liberté de culte instaurée par la constitution néerlandaise de 1848, les ornements d’église mis à l’abri à Bruxelles, réintègrent l’église en décembre 1853 après un « exil » de 224 ans.

60 Ibid., p. 8, art. XIIII.

61 Rogier L., Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, Amsterdam, Urbi et Orbi, 1967, t. I, p. 605.

62 Le Brabant septentrional affiche en 1809, les chiffres suivants : 294 956 habitants, dont 258 346 catholiques (87,59 %), 34 604 calvinistes (11,73 %), 973 luthériens (0,33 %), 1 009 juifs (0,34 %), trois sans confession (0,01 ‰).

63 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 135.

64 Parival J.-N., Les délices de la Hollande, op. cit., p. 347. Parival se trompe d’année, la campagne résultant de ces tractations intervenant pendant l’automne de 1645.

65 Orange F.-H. d’, Mémoires de Frédéric Henri prince d’Orange, op. cit., p. 135.

66 Ibid., p. 137. En réalité, le siège de 1579 a duré quatre mois, de début mars au 29 juin.

67 Archives du Regionaal Historisch Centrum Limburg, série 21 279 Waalse Gemeente Maastricht.

68 Joly Cl., Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 1670, p. 66.

69 Ibid., p. 67.

70 Ibid., p. 66.

71 Ibid., p. 66.

72 Ibid., p. 66.

73 Leunissen J., De kus van de ijzeren maagd, Maasbree, Corrie Zelen, 1980, p 162.

74 Joly Cl., Voyage, op. cit., Paris, 1670, p. 66-67. Ubachs P. J.-H. et Evers I. M. H. (éd.), Historische encyclopedie Maastricht, Zutphen, Walburgpers, 2005. Le bastion est depuis appelé « de vijf koppen », « les cinq têtes ». Il s’agit des têtes du brasseur Van Lansman, propriétaire de la maison louée par les comploteurs, le soldat De la Court, le maçon Katers et les deux ecclésiastiques : le franciscain Servatius Vink et jésuite Philippe Nottijn.

75 N.N. (Jacques de Langlade), Mémoires de la vie de Frédéric Maurice de LaTour d’Auvergne, Duc de Bouillon. Avec quelques particularitez de la Vie & des mœurs de Henri de la Tour d’Auvergne, Vicomte de Turenne, Paris, Pierre Trabouillet, 1692, p. 20. L’auteur ajoute qu’Élisabeth de Nassau « Madame de Bouillon avoit toujours eu dans l’esprit que sur tout le Duc de Bouillon se mariât avec une personne de sa religion » (ibid., p. 21).

76 Ibid., p. 24. S’éloignant de fait de Maastricht après le siège de Breda de 1637, et tombé en disgrâce suite au complot de Cinq-Mars en 1641, le duc de Bouillon est remplacé en novembre 1641 par Jean Albert de Solms (1599-1648), beau-frère de Frédéric-Henri. Molhuysen P. C. et Blok P. J. (éd.), Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek, Leyde, Sijthoff, 1912, t. 2, p. 1449 « Tour d’Auvergne (Frederic Maurice) » et p. 1343 « Solms (Johan Albert graaf van) ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Principaux sièges au cours du stathoudérat de Frédéric-Henri d’Orange. Cartographie : Andreas Nijenhuis-Bescher. La carte répertorie la part estimée de la population d’appartenance calviniste (fin XVIIe siècle). Les dates correspondent à la conquête d’une ville par les États-généraux (en gras) ou par les Pays-Bas espagnols (en italique).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 2a et 2b. – Frédéric-Henri d’Orange observant la garnison vaincue quittant Maastricht. Gravures d’actualité de Jan van de Velde, d’après Jan Martszen de Jonge, accompagnées d’un « bref et succinct » récit de la campagne de 1632 : Kort en bondigh verhael van den geluckigen op-tocht des Legers der H. H. Staten generael Van De Geunieerde Provintien, Amsterdam, Claes Jansz. Visscher, 1633. (Rijksmuseum Amsterdam, RP-P-OB-81.341A et RP-P-OB-81.341C.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 297k

Auteur

CRULH-EA 3945 – université de Lorraine

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540