Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Quatrième partie. Identités confessionnelles et partisanes

La monarchie, la dynastie ou la religion ?

Les Espagnols et la Ligue catholique (1618-1619)

Étienne Bourdeu

Texte intégral

  • 1 Pour une définition plus précise de la notion de « projection » espagnole, voir Ruiz Martín F. (di (...)

1À la fois composite et polycentrique, la monarchie espagnole de la première modernité a cherché à surmonter son éclatement territorial et politique par la défense d’une identité confessionnelle fondée sur le catholicisme. Pour autant, l’application de ce qui tient lieu de programme politique peut-elle s’observer dans la projection européenne de la monarchie hispanique, dans ce que l’on appellerait maintenant sa politique extérieure1 ?

2C’est la question que pose, notamment, la participation des Espagnols à la Ligue catholique, reconstituée en 1619. Créée en 1609 sous la direction du duc de Bavière Maximilien pour répondre à la mise en place l’année précédente d’une Union évangélique, cette Ligue catholique s’inscrit dans le contexte de la recrudescence des tensions confessionnelles à l’intérieur du Saint-Empire. Toutefois, pour des raisons complexes, la Ligue entre en sommeil à partir de 1617, non que les tensions se soient apaisées mais parce que le duc de Bavière admettait difficilement que l’instrument de défense du catholicisme qu’il avait établi puisse être contrôlé par l’empereur.

  • 2 Les documents utilisés ici proviennent pour l’essentiel de l’Archivo Histórico Nacional de Madrid (...)
  • 3 Sur cette question, je me permets de renvoyer à deux articles récemment publiés : Bourdeu É., « “T (...)

3Avec la révolte des États protestants de Bohême en mai 1618, le contexte change de manière notable et, en apparence, aux dépens des catholiques du Saint-Empire, ce qui redonne toute son actualité aux projets de reconstitution de la Ligue catholique. Les Espagnols ne se tiennent pas à l’écart de ce processus. La fragilité du pouvoir impérial et la menace représentée par les calvinistes semblent même justifier une intervention de leur part. Les négociations et les manœuvres hispaniques sont connues grâce à la correspondance du comte d’Oñate, ambassadeur hispanique en poste dans le Saint-Empire à compter de 1617, avec Philippe III2. En étudiant ces processus de négociation entre différents acteurs impériaux du point de vue hispanique, la question se pose de savoir comment la défense de la religion est employée à des fins politiques et comment le programme de défense confessionnelle des Espagnols s’adapte aux réalités impériales. Dans un cadre un peu plus large, cela permet également de mieux saisir un autre processus, celui de l’entrée en guerre de la monarchie espagnole dans le cadre de la guerre de Trente ans et de comprendre pourquoi les armées espagnoles parviennent à se mobiliser aussi rapidement lors de la guerre du Palatinat3.

Les trois temps de la reconstitution de la Ligue catholique

  • 4 Sur le fonctionnement de la Ligue catholique de 1609, voir Parker G. (dir.), La Guerre de Trente a (...)

4Dans le Saint-Empire, malgré la multiplication des menaces et l’accroissement des tensions confessionnelles, la reconstitution de la Ligue catholique sur le modèle de la ligue bavaroise de 1609, autour d’une armée et d’un prince utilisant de manière centralisée un trésor de guerre constitué par les différents membres de la Ligue, ne va pas de soi4. En effet, si le constat de l’imminence des dangers est partagé par les princes catholiques du Saint-Empire ou par ceux qui ont des intérêts dans l’espace impérial, les formes que doit prendre cette Ligue diffèrent selon les acteurs en présence. Pour cette raison, le processus de reconstitution en lui-même s’étend sur deux années et la restitution de ses différentes étapes permet de mieux comprendre les multiples enjeux liés à cette armée confessionnelle.

« Vivente imperatore » : tentatives de reconstitution du vivant de l’empereur Matthias

  • 5 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 21 janvier 1618 : « Dando Dios salud al (...)

5D’après la documentation espagnole, la remise sur pied d’une armée catholique dans le Saint-Empire dont le but serait de défendre les intérêts de la religion romaine n’est pas une nécessité de premier ordre tant que l’empereur Matthias est en vie. L’ambassadeur Oñate avance ainsi que « tant que Dieu donnera une bonne santé à l’Empereur, j’espère qu’il ne sera pas nécessaire de renforcer la ligue catholique5 ». Le fait que le maintien de l’empereur puisse rendre caduc tout recours à la Ligue s’explique sans doute par le poids de l’autorité impériale : pour Oñate, celle-ci semble encore en mesure de s’imposer aux différents camps confessionnels.

  • 6 Ibid. : « Mas si Dios dispusiese de su Mag[esda]d Cessarea haría falta no estar tan unida y bien di (...)

6Une autre raison existe, beaucoup plus concrète : au contraire du parti calviniste qui reste structuré autour de l’Union évangélique, le camp catholique est insuffisamment organisé. La suite de cette lettre du 21 janvier 1618 confirme cette vue puisque le diplomate avoue que « si Dieu disposait de sa Majesté Impériale, elle [la Ligue catholique] serait loin d’être aussi unie et bien ordonnée qu’il serait nécessaire6 ». En cette année 1618, l’appui principal des Espagnols pour défendre les positions du catholicisme dans le Saint-Empire et celles de la monarchie hispanique reste l’empereur aussi longtemps que les institutions qui dépendent directement de lui continuent de fonctionner et aussi longtemps qu’il reste en vie. La santé de Matthias est pourtant précaire puisqu’Oñate rapporte toutes les crises qui frappent l’empereur et l’impact qu’elles peuvent avoir sur son gouvernement.

« Estando toda Alemania en la confusión presente »

Ligue et transition impériale

  • 7 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 19 mai 1619 : « Los Calvinistas se arma (...)
  • 8 Ibid. : « Dessean y no sin causa Príncipe q[ue] les pueda amparar. »

7Le décès de Matthias, le 20 mars 1619, remet tout naturellement en cause cette stratégie et précipite la décision de reconstituer une armée catholique. Le contexte est en effet défavorable aux catholiques impériaux et aux membres de la maison d’Autriche : en mai 1618, l’archiduc Ferdinand d’Autriche a été dépossédé de la couronne de Bohême par les États calvinistes et la question est désormais de savoir comment l’élection d’un nouvel empereur va pouvoir être organisée en l’absence de l’électeur de Bohême. Par ailleurs, le rapport des forces au sein du collège électoral n’est plus favorable aux catholiques puisque, avec la vacance de l’électorat de Bohême, les électeurs calvinistes ou luthériens sont désormais aussi nombreux que les électeurs catholiques. Dans ce contexte, il y a donc menace à la fois sur le maintien de la couronne impériale dans le giron catholique mais également dans celui des Habsbourg. C’est ce que rapporte le comte d’Oñate à Madrid en mai 1619 : « Les Calvinistes s’arment tous et laissent entendre qu’il convient, lors de l’élection [impériale], de sortir de la Maison d’Autriche ou qu’elle ne se fasse pas7. » Par conséquent, la reconstitution d’une armée paraît s’imposer comme la meilleure solution pour défendre les catholiques impériaux qui, toujours selon Oñate, « désirent et non sans raison un Prince qui puisse les protéger8 ».

  • 9 Ibid. : « Los Cath[óli]cos se arman también y aunq[ue] esto es cada uno de por sí hasta a[h]ora no (...)

8Dans cette situation, la mobilisation opérée par les catholiques est dans un premier temps désordonnée : « Les Catholiques s’arment également et même si c’est chacun séparément jusqu’à maintenant, j’ai confiance en ce que la ligue s’unira d’une façon ou d’une autre puisque les difficultés entre les Maisons d’Autriche et de Bavière ont déjà été surmontées9 », allusion à la constitution des deux directoires du Rhin et de Bavière.

  • 10 Parker G. (dir.), La Guerre de Trente ans, op. cit., p. 22.
  • 11 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « Tienen alguna gente q[ (...)

9La forme précise à donner à cette armée catholique reste encore sinon à trouver, du moins à mettre en œuvre. Au passage, ce constat semble nuancer la date parfois avancée de janvier 1619 comme moment de reconstitution de la Ligue catholique10 : à l’été 1619, elle n’est pas encore une réalité. Malgré l’absence d’organisation précise, la mobilisation de troupes par les catholiques commence durant l’été 1619. Le duc de Bavière Maximilien tient prêts 4 000 fantassins et 700 à 800 cavaliers. L’évêque de Wurtzbourg, Johann Gottfried von Aschhausen, a quant à lui levé 3 000 fantassins et 400 cavaliers ; l’archevêque de Cologne, Ferdinand de Bavière, dispose de 4 000 soldats et se dit prêt à en recruter 6 000 de plus en une quinzaine de jours en cas de besoin. Les autres princes territoriaux catholiques, et notamment les archevêques de Mayence et de Trêves, « ont quelques gens qui suffisent à peine à couvrir leurs places fortes11 ».

10Surtout, une première forme d’organisation de ces armées est en train de se dessiner qui permet d’entrevoir une organisation plus centralisée et plus coordonnée :

  • 12 Ibid. : « Pues en tan breve t[iemp]po no se pueden vencer todas las difficultades de la liga, se in (...)

« Puisqu’en si peu de temps on ne peut vaincre les difficultés de la ligue, il a été introduit une forme de défense pour une durée d’un an ou pour le temps que durera la guerre de Bohême, faisant général de toutes les armes Catholiques le duc de Bavière ou bien octroyant celles du district Rhénan à une personne convenant à l’Électeur de Cologne, personne qui s’accorde bien avec les Généraux de Votre Majesté et qui accepte sans difficulté les ordres du duc de Bavière ; je n’ai pas refusé une telle proposition parce qu’en l’état actuel il convient mieux que les Catholiques disposent de forces prêtes, le danger qu’elles soient dirigées par le Duc de Bavière étant moins grand que le fait de ne pas en disposer du tout12. »

11Au-delà du nombre de soldats levés, le constat fait ici par le comte d’Oñate montre que les deux pôles d’organisation d’une armée catholique dans le Saint-Empire sont désormais le duc de Bavière mais aussi le monarque espagnol à qui le plan d’organisation de la nouvelle ligue est soumis et dont les intérêts sont pris en compte, au moins dans le choix des commandants de la Ligue. Un accord tacite semble ainsi avoir été trouvé durant le mois d’août 1619 qui permet formellement de la reconstituer.

La monarchie espagnole, axe central de la Ligue catholique

  • 13 Schilling H. Aufbruch und Krise. Deutschland, 1517-1648, Berlin, Siedler, 1988, p. 417-418 ; Kohle (...)

12L’importance de la place prise par la monarchie espagnole dans la mise en ordre du camp catholique au sein de l’Empire est rendue visible au terme du traité de Munich du 8 octobre 1619. Cet accord arrête, entre autres, les conditions de l’appui du duc Maximilien de Bavière à l’empereur nouvellement élu Ferdinand II : en échange d’un soutien militaire pour mettre fin à la révolte de la Bohême et de Frédéric V du Palatinat, l’empereur concède au duc de Bavière le Haut-Palatinat à titre de gage de remboursement des frais engagés. Présent durant les négociations, le comte d’Oñate apporte l’aide de la monarchie hispanique sous la forme de subsides à l’empereur et à Maximilien13.

13Toutefois, les offres espagnoles initiales allaient bien au-delà de l’octroi de sommes d’argent, pour importantes qu’elles fussent. Une copie en espagnol des propositions faites par Oñate à Munich permet de se faire une idée plus précise des efforts auxquels a consenti l’ambassadeur du Roi Catholique. Dans un premier temps, il rappelle que Philippe III a accepté que

  • 14 AHN, E, leg. 1638, « Copia del papel que el conde mi s[eño]r dio en Monaco a 5 de octubre 1619 » : (...)

« l’assistance […] à la ligue catholique soit à choisir par sa Majesté [impériale] entre des soldats ou de l’argent, sous réserve de pouvoir l’utiliser au secours de la Maison d’Autriche en cas de besoin et en proposant en plus de cela de secourir les Catholiques avec toutes les forces Royales que le lui permettra la conservation de ses Royaumes14 ».

  • 15 Ibid. : « Tendrá su Mag[esda]d Catt[óli]ca 15 [000] Infantes y mil corazas en Alemania que son más (...)
  • 16 Ibid. : « Que las fuerzas de su Mag[esda]d Catt[óli]ca por a[h]ora yndiferentemente sirvan en los e (...)

14Cette proposition amène le nombre de soldats ibériques dans l’espace impérial à 15 000 fantassins et 1 000 cavaliers, soit la plus importante armée que la monarchie espagnole a envoyée dans le Saint-Empire depuis Charles Quint15. On retrouve dans cette offre faite par Oñate l’importance accordée par les Espagnols à l’empereur puisque c’est à lui de disposer de la forme d’aide proposée par son cousin hispanique. Les concessions hispaniques vont plus loin encore puisque le roi accepte le fait que ses troupes puissent servir aussi bien dans les armées impériales que bavaroises, « selon ce qu’il conviendra à sa Majesté Impériale d’ordonner16 ». Ce compromis vise à donner des gages au duc de Bavière et, au-delà, à tous les catholiques impériaux, que les Espagnols ne chercheront pas à se retirer de manière inopportune du conflit, en abandonnant leurs coreligionnaires. Surtout, les Espagnols s’engagent afin de permettre aux ecclésiastiques rhénans, particulièrement les archevêques de Mayence et de Trêves, de surmonter leur défiance vis-à-vis du duc de Bavière qu’ils considèrent comme une menace relative.

  • 17 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 27 novembre 1619 : « Levas no se hacen (...)

15Malgré ces efforts importants, la mobilisation tarde à porter ses fruits. D’une part, les « levées ne se font pas dans l’urgence » c’est-à-dire suffisamment rapidement17. D’autre part, cette lenteur à mobiliser les troupes permet aux princes protestants de prendre des contre-mesures envers les catholiques de la partie occidentale du Saint-Empire. Oñate met ainsi en garde Madrid de ce que

  • 18 Ibid. : « el duque de Virtemberg ha metido gente en algunos lugares del marquesado de Burgau y tien (...)

« le duc de Wurtemberg a disposé des soldats dans quelques lieux du margraviat de Burgau et qu’il a cerné les évêchés et les électorats du Rhin à tel point que l’évêque de Spire [Philipp Christoph von Sötern] m’a décrit dans une lettre du 12 novembre les grands dégâts qu’ils font dans ses terres mais que ces dégâts ne sont pas suffisants pour déclarer la guerre aux protestants ; si Votre Majesté ne les aide pas au moins en partie à détourner les forces de l’ennemi, bien des États catholiques seront amenés à composer avec celui-ci. Votre Majesté en déduira la nécessité qu’il y a à ce que l’Armée des Flandres intervienne18 ».

16La proposition de faire venir l’armée des Flandres faite par l’ambassadeur espagnol est ici paradoxale : elle est à la fois un aveu que la constitution de la Ligue catholique n’est pas encore en mesure d’apporter une solution efficace pour s’opposer aux protestants dans le Saint-Empire. Mais elle tend également à donner l’impression que tous les efforts faits pour parvenir à un accord entre les princes catholiques visaient à rendre possible une intervention directe des Espagnols. Ainsi, au terme de ces presque deux années de négociation, si la monarchie hispanique a effectivement joué un rôle important dans la reconstitution d’une alliance catholique dans le Saint-Empire, elle est également parvenue à intervenir dans l’espace impérial pour sauvegarder ses intérêts propres (la « route espagnole ») en jouant de l’exacerbation des tensions religieuses et de l’appel à l’aide des principautés ecclésiastiques rhénanes. Cela amène donc à réfléchir sur les différents objectifs dévolus à cette Ligue catholique.

Les objectifs mouvants de la Ligue catholique

17Ces objectifs paraissent mouvants, notamment parce qu’ils semblent s’inscrire dans un terme relativement court et sont perpétuellement adaptés aux différents acteurs susceptibles d’intervenir dans la Ligue. Surtout, à partir du moment où le duc Maximilien de Bavière accepte la possible concurrence de la monarchie espagnole pour le commandement de la Ligue, des concessions sont nécessaires dans la définition des buts assignés à l’armée catholique. Dans une telle perspective, il faut donc se demander si ces finalités sont de nature confessionnelle.

Une Ligue catholique à vocation offensive ?

  • 19 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 18 septembre 1619 : « Rotura universal.(...)
  • 20 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 : « Hazer liga offensiv (...)

18Dans un contexte où la « rupture universelle », c’est-à-dire la guerre, semble imminente, la reconstitution de la Ligue catholique semble participer de ce climat offensif généralisé19. Au début de l’année 1619, le comte d’Oñate informe ainsi Philippe III du projet de « faire une ligue offensive pour déclarer la guerre aux Calvinistes20 ». Mais plus que la volonté de s’engager dans une guerre préventive contre les réformés du Saint-Empire, ce sont les personnes dont émanent de tels appels qui méritent attention.

  • 21 Altmann H., « Leopold v. Ferdinand », Neue Deutsche Biographie, Berlin, Duncker & Humblot, vol. 14 (...)
  • 22 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 : « A nadie parece occa (...)

19En l’occurrence, cette volonté de partir en guerre contre les calvinistes est exprimée par l’archiduc Léopold, membre de la Ligue catholique de 1609 en tant qu’évêque de Passau et de Strasbourg. Sa position semble partagée par « quelques princes » qu’Oñate ne précise pas davantage. À première vue, il s’agit d’une position en cohérence avec la vigoureuse politique de contre-réforme catholique que Léopold tente de mettre en place à Strasbourg, position qui pourrait convenir au Roi Catholique et à son ambassadeur21. Pourtant, malgré la proximité familiale entre l’archiduc et Philippe III, une telle proposition ne convient pas au comte d’Oñate qui, en politique d’expérience, ne souhaite pas assigner des objectifs irréalistes et donc démobilisateurs à l’armée catholique en voie de réformation. L’ambassadeur espagnol est ainsi parfaitement conscient qu’il « ne semble à personne que l’on se trouve dans une occasion pour les [calvinistes] attaquer s’ils ne déclarent pas la guerre22 ». La monarchie hispanique se trouve ainsi dans une situation paradoxale : en dépit de son programme de défense du catholicisme, elle doit modérer les intentions de certains de ses partenaires de la Ligue catholique.

La Ligue catholique comme alliance défensive

  • 23 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 21 janvier 1618 : « En favor de los Pro (...)
  • 24 Israel J., The Dutch Republic. Its Rise, Greatness and Fall, 1477-1806, Oxford, Clarendon Press, 1 (...)
  • 25 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 21 janvier 1618 : « Se pueden temer más (...)
  • 26 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 27 novembre 1619 : « Reasume el t[í]t[u (...)

20Dans la perspective défensive qui sous-tend le projet de la monarchie espagnole pour la Ligue catholique, deux positions cohabitent. Il y a tout d’abord une volonté de défense contre des ennemis bien identifiés et désignés par Oñate. Il s’agit d’une part des Hollandais qui pourraient pénétrer dans le Saint-Empire « en faveur des Protestants ». Mais, comme le fait remarquer le diplomate hispanique, « de cela il y a à l’heure actuelle peu à redouter en raison des divisions en Hollande23 ». Les divisions en question sont ici celles qui opposent les arminiens d’Oldenbarnevelt aux gomaristes de Maurice de Nassau : derrière les définitions divergentes du calvinisme (les arminiens incarnant un courant modéré et les gomaristes une plus grande intransigeance) percent également des différends sur le positionnement politique que doivent adopter les Provinces Unies ; si les partisans de l’avocat de Hollande défendent une politique extérieure pacifique, le stadhouder tient une ligne bien plus agressive dans le cadre de l’expiration prochaine de la Trêve de douze ans24. D’autre part, la seconde menace contre laquelle la Ligue catholique peut servir de défense est plus réelle puisqu’il s’agit de l’électeur palatin Frédéric V : « Il y a davantage lieu de craindre les offenses que, en cas de sede vacante, le Palatin commettra à l’encontre des Catholiques de son Vicariat25. » En effet, en cas de vacance impériale, la réalité du pouvoir serait alors exercée, à titre intérimaire, par le duc de Saxe et l’électeur palatin, chacun d’eux exerçant cette autorité dans une partie distincte du Saint-Empire. Cette situation qui verrait le Palatin en mesure de limiter légalement l’influence et les droits des catholiques de l’espace impérial apparaît aux yeux des Espagnols comme le scénario le plus probable, forts de leurs démêlés déjà anciens avec la principauté. De fait, la suite des événements semble donner raison à l’ambassadeur puisque Frédéric V, une fois élu roi de Bohême par les États révoltés, continue à contester l’autorité de l’empereur nouvellement élu, Ferdinand II. Le comte d’Oñate rapporte ainsi que le Palatin « revendique le titre de vicaire de l’Empire » en novembre 1619, soit trois mois après l’élection de Ferdinand II26.

  • 27 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 : « Contengan en alguna (...)

21Au-delà de ces menaces précises, d’autres objectifs plus généraux imposent à l’armée de la Ligue catholique un rôle défensif. Si l’idée que les catholiques du Saint-Empire « contiennent d’une manière ou d’une autre les Protestants » est suffisamment vague pour soutenir presque tout autre projet politique assigné à la Ligue, le comte d’Oñate assigne d’autres finalités à l’armée en voie de reconstitution face aux prétentions offensives de l’archiduc Léopold27 :

  • 28 Ibid. : « Ha sido necessario darles muy claram[en]te a entender q[ue] lo q[ue] se pretende es resta (...)

« Il a été nécessaire de leur faire comprendre très clairement que ce qui est envisagé est la restauration de la ligue catholique pour conserver la Religion, l’autorité Impériale et la sécurité de sa personne et de ses États et pour rétablir la paix et tranquillité de l’Empire28. »

  • 29 AHN, E, leg. 1638, « Copia del papel que el conde mi s[eño]r dio en Monaco a 5 de octubre 1619 » : (...)

22Une formule très semblable est employée dans le document résumant les propositions faites par Oñate lors des négociations précédant le traité de Munich puisqu’il y écrit que « le Roi mon seigneur désire en premier lieu la conservation de la religion catholique29 ». Le recours à cette rhétorique de la conservation tend à montrer que les Espagnols n’entendent jouer qu’un rôle limité dans le Saint-Empire ; il s’agit d’appuyer leurs alliés catholiques sans inquiéter les protestants qui n’ont pas encore embrassé le parti de l’électeur palatin. Néanmoins, couplé aux impératifs de défense dynastique de la maison d’Autriche, ce discours prend une autre tonalité.

Une armée en appui à l’empereur

23En procédant de la sorte, le comte d’Oñate contribue à assigner un autre objectif à cette armée catholique. À partir du moment où les intérêts des catholiques dans le Saint-Empire et ceux de la maison d’Autriche sont liés, la Ligue catholique se présente comme un instrument pour peser sur la vie institutionnelle de l’Empire. Formulé d’une autre façon, cela revient à dire que cette armée sert davantage à instaurer un rapport de forces en faveur des catholiques impériaux qu’à faire la guerre contre leurs ennemis.

  • 30 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 19 mai 1619 : « Temen la seguridad de l (...)

24Cette idée est formulée pour la première fois en mai 1619, après la mort de l’empereur Matthias et au moment où se pose la question de la réunion du collège électoral pour désigner son successeur. Les électeurs catholiques, c’està-dire les archevêques de Mayence, Cologne et Trêves, « redoutent la sécurité de la ville de Francfort et le fait que les forces leur manquent pour appuyer l’Élection qu’ils feront30 ». L’imprécision de cette formulation peut désigner deux réalités : ou les électeurs catholiques estiment avoir besoin d’une armée pendant la durée de l’élection pour les défendre des pressions que pourraient exercer des candidats ou des partis qui leur sont opposés comme cela s’est déjà observé au cours d’autres élections impériales ; ou ils souhaitent recourir à une force armée afin de faire respecter une décision légale qui doit s’imposer dans tout l’Empire. Dans les deux cas, cela revient à donner à l’armée de la Ligue catholique un rôle qui n’est plus seulement confessionnel mais qui déborde sur la vie des institutions et des équilibres impériaux.

  • 31 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « La necessidad q[ue] [h (...)

25Alors que la perspective de l’élection impériale se rapproche, ce nouveau rôle assigné à la Ligue est rappelé par le comte d’Oñate dans la relation d’une entrevue entre lui, l’archiduc Ferdinand et l’archevêque de Cologne ; il dit avoir alors insisté sur « la nécessité que les Princes catholiques s’arment pour appuyer la négociation et la résolution qui s’y prendra31 ». Sont ici mis en relation explicite la nécessité de disposer d’une armée, constituée sur des bases confessionnelles, et le but proposé à cette dernière qui n’est pas uniquement confessionnel mais institutionnel et politique. Ce faisant, l’ambassadeur de la monarchie espagnole propose à la Ligue de jouer un rôle qui dépasse la seule défense des catholiques dans l’espace impérial. À ce propos, il peut paraître paradoxal que cette redéfinition soit proposée par un acteur extérieur au Saint-Empire. Cela amène donc à s’interroger sur les motivations ambiguës de la présence hispanique dans l’espace impérial.

Les ambiguïtés de la présence hispanique dans le Saint-Empire

26En effet, au-delà des négociations aboutissant à reconstituer la Ligue catholique et à lui assigner des objectifs, les lettres du comte d’Oñate fournissent un exemple intéressant de la position occupée par la Monarchie Catholique dans le Saint-Empire et de ses modes d’intervention en ce début de XVIIe siècle.

La défense du catholicisme impérial

  • 32 Rodríguez Salgado M., Felipe II, el « Paladín de la cristiandad » y la paz con el Turco, Valladoli (...)

27Depuis le règne de Philippe II (1556-1598), ce qui tient lieu de programme à la monarchie espagnole est la défense du catholicisme. Ce projet politique permet au monarque de surmonter l’éclatement territorial de ses royaumes et de leur conférer une certaine unité, confessionnelle en l’occurrence. Comme l’a fait remarquer María Rodríguez Salgado à propos de la lutte de Philippe II contre les Ottomans, une telle attitude fonde également l’aspiration à la prééminence de la monarchie hispanique parmi les autres princes chrétiens en faisant de son souverain un « paladin de la Chrétienté32 ». Dans le cadre des tensions confessionnelles qui touchent tout le continent européen à partir du milieu du XVIe siècle, un tel programme permet également aux Rois Catholiques de légitimer leurs interventions dans différents territoires. Comme cela vient d’être montré, c’est au nom de la défense du catholicisme que les Espagnols soutiennent le processus de reconstitution de la Ligue et y participent.

  • 33 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « La abrazará tanto más (...)
  • 34 Ibid. : « No es verisimil q[ue] los Cathó[li]cos por ningun caso quieran apartarse de los Reales fu (...)

28Pour autant, il ne s’agit pas, de la part des Hispaniques, de prétentions exprimées de manière unilatérale et nombre de catholiques du Saint-Empire reconnaissent au souverain espagnol une légitimité à intervenir dans le cours des événements impériaux. Ainsi, lors d’une rencontre à Munich avec le comte d’Oñate à la veille de l’élection d’un nouvel empereur en 1619, le duc de Bavière Maximilien déclare à l’ambassadeur qu’il « y entrera [dans la Ligue] d’autant plus qu’il la voit protégée par Votre Majesté [Philippe III]33 ». Mais il n’est pas le seul à reconnaître le droit aux Espagnols à s’impliquer dans la vie agitée du Saint-Empire, voire à attendre qu’ils agissent ouvertement. Toujours durant ce mois d’août 1619, Oñate rapporte qu’« il n’est en aucun cas vraisemblable que les Catholiques veuillent se départir des forces Royales de Votre Majesté34 ». Ainsi, dans ces deux cas, un parti catholique, composé pour l’essentiel des électeurs et de puissants princes territoriaux, attend que les Espagnols s’impliquent dans le cours de la vie de l’Empire pour se regrouper et s’organiser autour d’eux. Cette attente est notamment fondée sur le dispositif militaire déployé par les Hispaniques.

29Pourtant, la dimension militaire n’est pas la seule composante de l’attrait que suscitent alors les Espagnols. Une part essentielle de celui-ci tient à leur capacité à imposer un équilibre et des arbitrages au sein même du parti catholique impérial. Le meilleur exemple en est donné par l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg qui écrit dans une lettre au comte d’Oñate à propos de l’organisation de la Ligue catholique que

  • 35 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 29 janvier 1619 : « A mi y a algunos ot (...)

« de si nombreux et de si grands inconvénients se sont présentés à moi et à certains autres Électeurs et Princes de l’Union [sic] Catholique que si Votre Excellence, par l’intermédiaire de [Jacques] Bruneau, ne les avait vaincus, maintenant encore on ne pourrait en attendre que peu de choses35 ».

  • 36 Ibid. : « De entretener medio regimi[ent]o de infantt[eri]a en Borg[oñ]a y otro tanto en las partes (...)

30Le prélat précise un peu plus loin sa pensée en évoquant les difficultés du directoire rhénan à organiser sa propre force militaire : réticents à être placés sous l’autorité du duc de Bavière, les membres du directoire rhénan (à l’exception de l’archevêque de Cologne, un Wittelsbach) ont préféré confier le commandement de celui-ci à l’archevêque de Mayence et la conduite de leurs maigres troupes au comte François de Vaudémont, cadet de la maison de Lorraine. Selon Cronberg, la résolution des difficultés tant matérielles qu’organisationnelles n’a été possible que parce que les Espagnols ont promis « d’entretenir un demi-régiment d’infanterie en Bourgogne et autant dans la région alsacienne » ; sans cette promesse, « il n’aurait peut-être pas été impossible, mais à tout le moins fort difficile de parvenir à cet accord » entre les membres du directoire rhénan et le duc de Bavière36. De ce point de vue, la monarchie espagnole représente une forme d’institution au sein même du Saint-Empire puisqu’elle est en mesure de s’y engager sur un terme relativement long et qu’elle constitue une force d’organisation de la confession catholique au sein de cet espace.

Les restrictions à l’action hispanique

31Pour autant, l’aide que les Espagnols sont en mesure d’apporter aux catholiques impériaux ne se fait pas sans condition. On peut même en repérer deux. La première a déjà été évoquée puisqu’il s’agit de la préservation des intérêts dynastiques de la maison d’Autriche dans le Saint-Empire. La deuxième condition posée par les Hispaniques tient à la sauvegarde des territoires constituant la monarchie espagnole ou, pour le dire dans les termes du temps, la conservation de la monarchie.

  • 37 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « No pudiendo las Reales (...)

32Ainsi, quand le comte d’Oñate évoque la nécessité d’une force catholique pour appuyer la décision de l’élection impériale, il précise que les Espagnols ne peuvent être les seuls à la constituer, « les forces Royales de Votre Majesté ne pouvant assumer cela seules en raison des nombreux endroits où elles sont sollicitées37 ». Pour cette raison, il insiste pour que les princes ecclésiastiques prennent leur part, fût-elle minime, dans l’effort qu’implique la reconstitution de l’armée de la Ligue.

33Les motivations hispaniques peuvent néanmoins être plus égoïstes ou plus réalistes dans la mesure où il s’agit également de préserver les forces de la monarchie. Par exemple,

  • 38 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 5 octobre 1619 : « En q[uan]to a los mi (...)

« en ce qui concerne les mille chevaux que le seigneur duc de Bavière désire que l’on amène de Flandres, il faut prendre en considération que dans cette armée il n’y en a pas plus de 2 500 à l’heure actuelle et que la difficulté ne sera pas mince à les prendre parmi ceux-ci puisque la cavalerie en serait très affaiblie pour s’opposer aux Hollandais et mener à bien les autres tâches qui seront nécessaires pour le bon accomplissement de cette guerre38 ».

34Dans la perspective d’une reprise du conflit avec les Hollandais à l’expiration de la Trêve de douze ans signée en 1609, il n’est pas dans l’intérêt des Espagnols de se dégarnir dans les Flandres au profit de l’espace impérial, quand bien même ce serait en appui des catholiques ou de l’empereur lui-même. Cette prise en compte des intérêts plus larges de la monarchie montre à quel point le Saint-Empire et le maintien de la couronne impériale dans le giron des Habsbourg ne constituent pas une fin en soi pour les Espagnols. Même en présence d’enjeux élevés, le cadre de référence reste l’intérêt global de la monarchie hispanique.

La Monarchie Catholique est-elle étrangère au Saint-Empire ?

35Ce dernier point nous amène à une ultime question : quel est le statut de la monarchie espagnole par rapport non plus aux seuls catholiques mais à l’ensemble impérial ?

  • 39 Weis M., Les Pays-Bas espagnols et les États du Saint-Empire, Bruxelles, Éditions de l’université (...)
  • 40 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 et AHN, E, leg. 1638, l (...)

36Depuis la Transaction d’Augsbourg de 1548 qui a fait des territoires flamands le cercle de Bourgogne, ces derniers participent à la vie institutionnelle du Saint-Empire : ils ont une représentation à la Diète impériale, lèvent des troupes et des impôts pour l’Empire ; pourtant, cette même transaction exempte les pays bourguignons de la justice impériale, les plaçant dans une situation de flou juridique vis-à-vis des institutions impériales39. La candidature de l’archiduc Albert, gouverneur général des Pays-Bas, proposée à plusieurs reprises par le comte d’Oñate soit pour diriger le directoire rhénan de la Ligue soit pour recevoir la couronne impériale est une illustration de cette ambiguïté40 : membre de la maison d’Autriche, de sa branche viennoise précisément, et alter ego de Philippe III dans les Flandres, il semble constituer une candidature de consensus à la fois pour les catholiques du Saint-Empire et pour les fidèles des Habsbourg.

37Il ne s’agit toutefois là que d’un point de vue espagnol. Si nombre de catholiques sont bien disposés à l’égard des Hispaniques, tous les membres du Saint-Empire ne les considèrent pour autant pas comme des membres à part entière. À au moins deux reprises durant les négociations de reconstitution de la Ligue catholique, des princes territoriaux soulignent le caractère d’étrangers des Espagnols. C’est une première fois le duc de Saxe qui dit

  • 41 AHN, E, leg. 1638, lettre de l’électeur de Saxe à celui de Mayence, 25 avril 1619 (ancien style) : (...)

« redouter des étrangers, en voyant que […] l’Empire, si loin qu’on puisse se le rappeler, ne s’est jamais trouvé dans des dangers aussi certains : les rumeurs de Bohême sont plus que sûres, les soldats qui ont été levés en Flandres s’acheminent déjà41 ».

  • 42 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte palatin à l’électeur de Mayence, 9 juin 1619.
  • 43 Ibid.

38De même, quelque mois plus tard, le comte palatin du Rhin soulève de tels arguments afin de contester la mobilisation entreprise par les Hispaniques42. Dans ce cas, une pareille allégation semble peu étonnante dans la mesure où il s’agit de discréditer les Espagnols. L’argument a déjà plus de portée chez l’électeur de Saxe, plus neutre que le Palatin. Surtout, l’introduction d’un débat autour de l’éventualité d’une intervention d’une puissance étrangère dans le Saint-Empire s’avère risquée pour les Espagnols puisque rien ne leur garantit qu’ils ne seront pas inclus dans cette catégorie. C’est pourtant ce qui s’est produit lorsque Johann Schweikard von Cronberg s’est plaint auprès de Frédéric V de l’immixtion du comte de Salm ; le Palatin y voit moins de dommages qu’avec l’entrée des troupes espagnoles qu’il considère également comme étrangères43. On retrouve ici l’ambiguïté de la situation des Flandres à l’égard du Saint-Empire appliquée aux Espagnols. Ainsi, au-delà d’un relatif consensus parmi les catholiques à voir les Espagnols s’impliquer dans le processus de reconstitution de la Ligue catholique, cette implication ne leur vaut pas pour autant un statut de membre à part entière de l’Empire au moins de la part de leurs opposants confessionnels. Dans la mesure où l’institution impériale est affaiblie, les catholiques impériaux s’accommodent de cette ingérence hispanique. La question reste de savoir ce qu’il en sera une fois que l’autorité impériale se sera affermie.

*

39À l’issue de cette réflexion, deux points peuvent être retenus. D’une part, même si cela paraît être une évidence, la monarchie espagnole est un acteur de premier ordre au sein de l’espace impérial, capable de proposer des arbitrages et des compromis à ses différents partenaires catholiques. Elle y parvient parce qu’elle peut se poser en recours et aplanir les difficultés qui sont susceptibles de diviser le parti catholique. Ensuite, le positionnement confessionnel des Espagnols n’est pas absolu, il coexiste avec d’autres préoccupations, notamment dynastiques et territoriales. Ainsi, aussi longtemps qu’il n’y a pas de divergences entre les aspects confessionnels et ceux touchant à la maison d’Autriche ou à la préservation des territoires de la monarchie, il n’est pas possible de distinguer de contradictions entre ces différents projets. Mais c’est un élément de nuance à apporter à une éventuelle confessionnalisation de la projection espagnole en Europe. En effet, lorsque la dissociation s’opérera, une redéfinition de la présence espagnole dans l’espace impérial sera nécessaire et imposera un nouveau type de rapports avec les princes territoriaux catholiques du Saint-Empire.

Notes

1 Pour une définition plus précise de la notion de « projection » espagnole, voir Ruiz Martín F. (dir.), La proyección europea de la monarquía hispánica, Madrid, Complutense, 1996, et Ribot García L. (dir.), La proyección de la monarquía hispánica en Europa : política, guerra y diplomacia entre los siglos XVI y XVIII, Bilbao, Universidad del País Vasco, 2009.

2 Les documents utilisés ici proviennent pour l’essentiel de l’Archivo Histórico Nacional de Madrid (désormais AHN), section Estado (désormais E), liasse 1638 (désormais leg. 1638).

3 Sur cette question, je me permets de renvoyer à deux articles récemment publiés : Bourdeu É., « “Trouver quelques roses parmi celles qui ont été choisies”. L’histoire et ses usages chez un conseiller impérial du XVIIe siècle », XVIIe siècle, 261, 2013, p. 699-711 et « Les paradoxes d’une présence multiforme. Les Espagnols dans l’espace impérial au début de la guerre de Trente ans (1618-1624) », Revue d’histoire diplomatique, 3, 2013, p. 223-238.

4 Sur le fonctionnement de la Ligue catholique de 1609, voir Parker G. (dir.), La Guerre de Trente ans, Paris, Aubier, 1987, p. 87-88.

5 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 21 janvier 1618 : « Dando Dios salud al Emp[erad]or espero q[ue] no sería nezess[ari]o reforçar la liga catt[ólic]a. »

6 Ibid. : « Mas si Dios dispusiese de su Mag[esda]d Cessarea haría falta no estar tan unida y bien dispuesta como es menester. »

7 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 19 mai 1619 : « Los Calvinistas se arman todos y dan a entender conviene en la elección salir una vez de la Casa de Austria o bien no hazerla. »

8 Ibid. : « Dessean y no sin causa Príncipe q[ue] les pueda amparar. »

9 Ibid. : « Los Cath[óli]cos se arman también y aunq[ue] esto es cada uno de por sí hasta a[h]ora no desconfío de q[ue] la liga se enquadernará en alg[un]a manera pues se han vencido ya las difficultades entre la Casa de Austria y de Baviera. »

10 Parker G. (dir.), La Guerre de Trente ans, op. cit., p. 22.

11 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « Tienen alguna gente q[ue] apenas basta para cubrir sus plazas. »

12 Ibid. : « Pues en tan breve t[iemp]po no se pueden vencer todas las difficultades de la liga, se introduzca una forma de defensa por un año o por el t[iem]po q[ue] durará la guerra de Bohemia, haziendo G[e]n[er]al de todas las armas de los Cath[óli]cos al duq[ue] de Baviera o encomendado las del distrito Rhenano a alguna persona grata al Ele[c]tor de Colonia q[ue] se avenga bien con los G[e]n[er]ales de V[uestra] M[ajesta]d y reciba sin difficultad ordenes del duq[ue] de Baviera y yo no rehusé este medio porq[ue] en el estado presente la conveniencia mayor es q[ue] los Cath[óli]cos tengan fuerzas en pie, siendo el peligro de mandarlas el Duq[ue] de Baviera menor q[ue] el estar ellos desproveydos. »

13 Schilling H. Aufbruch und Krise. Deutschland, 1517-1648, Berlin, Siedler, 1988, p. 417-418 ; Kohler A., Das Reich im Kampf um die Hegemonie in Europa. 1521-1648, Munich, Oldenbourg, 1990, p. 101-102.

14 AHN, E, leg. 1638, « Copia del papel que el conde mi s[eño]r dio en Monaco a 5 de octubre 1619 » : « La asistenzia […] a la liga catt[óli]ca fue a elección de su Mag[esda]d en gente o dinero con reservación de poderla aplicar al socorro de la Casa de Austria en caso de nezecidad y offreciendo además desto socorrer a los Catt[ólic]cos con todas sus Reales fuerzas q[uan]to lo permitiese la conservación de sus Reynos. »

15 Ibid. : « Tendrá su Mag[esda]d Catt[óli]ca 15 [000] Infantes y mil corazas en Alemania que son más que dobladas fuerzas de las que la Corona de España ha embiado a estas partes desde Carlos Quinto acá. »

16 Ibid. : « Que las fuerzas de su Mag[esda]d Catt[óli]ca por a[h]ora yndiferentemente sirvan en los exercitos del Emp[erad]or o del señor duque de Baviera conforme se sirviere ordenarlo su Mag[esda]d Cess[are]a. »

17 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 27 novembre 1619 : « Levas no se hacen a prisa. »

18 Ibid. : « el duque de Virtemberg ha metido gente en algunos lugares del marquesado de Burgau y tienen tan rodeados los obispados y electoratos del Rin q[ue] me scrive el obispo de Spira en carta de 12 de noviembre hacen grandes daños en aquella tierra que ellos solos no son suficientes pa[ra] mover guerra a los protest[ant] es y que si V[uestra] M[ajesda] d no les ayuda en parte a divertir las fuerzas del enemigo q[ue] muchos estados cat[ólic]os por necesidad se compondrán con el de aquí. Ynferirá V[uestra] M[ajesdad] quanta necessidad [h]ay de que venga Ex[erci] to de Flandes ».

19 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 18 septembre 1619 : « Rotura universal. »

20 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 : « Hazer liga offensiva para romper la guerra con los Calvinistas. »

21 Altmann H., « Leopold v. Ferdinand », Neue Deutsche Biographie, Berlin, Duncker & Humblot, vol. 14, 1985, p. 290-293.

22 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 : « A nadie parece occasión la presente para offenderlos si ellos no rompen la guerra. »

23 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 21 janvier 1618 : « En favor de los Protestantes » et « desto [h]ay a[h]ora menos rezelo por las divisiones de Olanda ».

24 Israel J., The Dutch Republic. Its Rise, Greatness and Fall, 1477-1806, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 421-477.

25 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 21 janvier 1618 : « Se pueden temer más los agravios q[ue] en caso de sede vacante haría el Palatino a los Catt[óli]cos de su Vicariato. »

26 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 27 novembre 1619 : « Reasume el t[í]t[ul]o de vicario del Ymperio. »

27 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 : « Contengan en alguna manera a los Protestantes. »

28 Ibid. : « Ha sido necessario darles muy claram[en]te a entender q[ue] lo q[ue] se pretende es restaurar la liga cathólica para conservación de la Religión y autoridad Imperial y seguridad de su persona y Estados y para establecer la paz y tranquilidad del Imperio. »

29 AHN, E, leg. 1638, « Copia del papel que el conde mi s[eño]r dio en Monaco a 5 de octubre 1619 » : « El Rey mi s[eño]r en primer lugar desea la conservación de la religión catt[óli]ca. »

30 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 19 mai 1619 : « Temen la seguridad de la villa de Francaforte y q[ue] les falten fuerzas para suste[n]tar la Elección q[ue] hicieren. »

31 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « La necessidad q[ue] [h]ay de q[ue] los Principes cath[óli]cos se armen para apoyar la negociación y sustentar la resolución q[ue]se tomare. »

32 Rodríguez Salgado M., Felipe II, el « Paladín de la cristiandad » y la paz con el Turco, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2004.

33 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « La abrazará tanto más quanto la vee más amparada de V[uestra] M[ajesda] d. »

34 Ibid. : « No es verisimil q[ue] los Cathó[li]cos por ningun caso quieran apartarse de los Reales fuerzas de V[uestra] M[ajesda]d. »

35 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 29 janvier 1619 : « A mi y a algunos otros Eletores y Prín[cip]es de la Unión Catt[óli]ca se han ofrecido tantos y tan grandes inconv[enient]es q[ue] si V[uestra] E[xcelencia] con sus officios hechos por Bruneo no los huviera venzido aun a[h]ora se podría esperar poco. »

36 Ibid. : « De entretener medio regimi[ent]o de infantt[eri]a en Borg[oñ]a y otro tanto en las partes de Alsacia sino se huviera impedido del todo por lo menos se huviera difficultado mucho este tratado. »

37 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 11 août 1619 : « No pudiendo las Reales fuerzas de V[uestra] M[ajesda]d por las muchas partes a q[ue] se ha de acudir tomarlo todo sobre sí. »

38 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 5 octobre 1619 : « En q[uan]to a los mil cavallos que desea el s[eño]r duque de Baviera se traygan de Flandes se deven considerar que en aquel exercito no [h]ay por a[h]ora más de 2 500 en pie y que no terná pequeña difficultad sacarlos destos pues quedaría muy devil la cavallería pa[ra] oponerse a los Olandeses y hazer otros buenos effectos que por ventura serán nezesarios para el buen fin desta guerra. »

39 Weis M., Les Pays-Bas espagnols et les États du Saint-Empire, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2003, p. 23-31.

40 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 10 janvier 1619 et AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate à Philippe III, 19 mai 1619. Sur les prétentions impériales de l’archiduc Albert, voir également Duerloo L., « Der ehrgeizige Jüngste. Erzherzog Albrecht und die Nachfolge Rudolfs II. », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichte, 118, 2010, p. 103-139.

41 AHN, E, leg. 1638, lettre de l’électeur de Saxe à celui de Mayence, 25 avril 1619 (ancien style) : « De temer forasteros viendo […] el Imperio en muchíssimo tiempo desde q [ue] hombre se puede acordar no ha estado en peligros más ciertos, por estar en medio dellos, los rumores de Bohemia son más q [ue] ciertas, la gente q [ue] se ha levantado en Flandes camina. »

42 AHN, E, leg. 1638, lettre du comte palatin à l’électeur de Mayence, 9 juin 1619.

43 Ibid.

Auteur

CESR – université de Tours

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540