Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Troisième partie. Les voies de la moralisation

Prêcher aux militaires : les sermons de l’abbé Demaugre vers 1775

Stefano Simiz

Texte intégral

1Selon les propos écrits par le commissaire ordonnateur Chennevières dans les Détails militaires vers 1750, les fonctions essentielles attendues d’un aumônier de régiment sont qu’il « dise la Messe, fasse la prière et les Exhortations aux heures qui lui sont indiquées par le Colonel ou par celui qui commande […] [qu’] il donne la bénédiction du jour de Bataille avant l’action, et s’en tient à portée pendant le combat, pour secourir les blessés et les mourants ».

  • 1 Chennevières F. de, Détails militaires dont la connoissance est nécessaire à tous les officiers, e (...)
  • 2 R. P. Caprais de Singlande, Mémoires et voyages du Révérend Père de Singlande, ancien Aumônier des (...)

2Résumant en une phrase ces fonctions pastorales et d’accompagnement, il a cette belle formule : « Il est, pendant la guerre, le Curé de la Troupe pour l’administration de tous les sacremens à ceux qui en font partie1. » À côté de ces cahiers des charges théoriques, les récits d’expérience de terrain, susceptibles de nous apporter une illustration in vivo de la norme proposée, demeurent bien rares. Le journal du Père de Singlande, qui, comme on l’a écrit, fut « le premier aumônier de régiment qui ait osé faire le tableau de sa vie et rendre au public compte de ses actions », campe une réalité en tout point passionnante, mais isolée et de ce fait impossible à généraliser2. L’absence de ces sources spécifiques pour l’Ancien Régime est un obstacle de poids sur la route d’une analyse historique de leur rôle auprès des gens de guerre en campagne.

  • 3 Journal de dom Jean François, 1760-1772, Metz, Imprimerie lorraine, 1913, p. 97-98. L’aumônier du p (...)

3Le constat à peine formulé fait naître une question légitime : sachant qu’une partie de l’existence des gens de guerre implique des temps de paix plus ou moins longs, qu’en est-il de la vie religieuse et de la pratique des officiers et hommes d’armes lorsqu’ils ne sont ni au front, ni en campagne, ni aux camps et manœuvres, en bref lorsqu’ils sont de retour dans la cité, au milieu des autres fidèles, en casernement ou en famille ? Une première réponse à cette question se lit dans les archives des villes de garnison et de stationnement, des cités frontalières. Par exemple, le journal du bénédictin messin, dom Jean François, décrit la mise en place d’une station de carême spécifique le 1er mars 1765 « pour disposer le régiment de Champagne ; de 4 bataillons logés en Chambières, à faire leurs pâques ». Pour cette mission à caractère extraordinaire, comportant des sermons adaptés (le public visé est bien cerné), « les religieux se prêtent avec joie pour prêcher » et confesser, aidés en cela par l’aumônier du régiment. Le succès immédiat de l’opération plaît à son confrère du régiment du Dauphin – sans doute aussi à son commandant – qui demande à son tour « une station pour ses propres soldats », confiée non aux frères de Saint-Clément, mais à ceux de Saint-Vincent3.

4De telles situations prenant en compte la composante militaire de la cité n’ont rien d’exceptionnel, mais elles révèlent un effort à la fois pragmatique et opportun de tirer profit d’une disponibilité régulière, celle des quartiers d’hiver. Néanmoins, cette pastorale de l’extraordinaire pose en creux le problème de l’encadrement des troupes au temps ordinaire, puis interroge tour à tour sur l’absence d’une paroisse militaire et la réalité des pouvoirs que possède alors l’aumônier. Sans église attitrée, sans lettre de mission précise, il est en effet dépendant de l’assistance des clergés séculier et régulier de la ville de garnison. Le recueil imprimé composé par le curé de Givet Demaugre à partir de sermons et instructions certainement prononcés avant 1775, offre l’opportunité d’une présentation et d’une analyse bien contextualisée de ces enjeux. Ou comment il convient de guider la vie morale et spirituelle du militaire non seulement par l’écrit, mais encore par les prises de parole.

Le manuel d’un curé

  • 4 L’orthographe de son nom reste incertaine. Si son livre majeur écrit De Maugre, les biographes pos (...)
  • 5 Requête à l’impératrice Marie-Thérèse, Sedan, 1760.
  • 6 Bouillot J.-B.-J., Biographie ardennaise ou Histoire des Ardennais qui se sont fait remarquer par (...)

5Jean Demaugre4 est un homme de l’Est, né à Sedan en 1714, qui a acquis très tôt une certaine connaissance du milieu des armes puisqu’il est fils d’un capitaine de milice frontière. Optant pour les ordres, sa carrière semble toute tracée lorsqu’il entre chez les jésuites en 1737, accomplissant une partie de ses études à l’université de Pont-à-Mousson, avant d’être envoyé à la maison de Metz où il enseigne les Belles-lettres. Une violente querelle l’opposant à un poète amateur local, président au parlement, l’oblige pourtant à quitter sa chaire d’enseignant. L’abbé Bouillot apporte quelques précisions sur la « satire en vers » de Demaugre qui « circula[nt] dans tous les salons de Metz », entendait « pulvériser cette choquante prétention » de vouloir se faire un nom parmi les versificateurs. Le « rimailleur lorrain », « profondément stigmatisé » d’être devenu « la fable des villes et des champs », se rebiffa entraînant la fuite du jeune pamphlétaire en 1742. Plus inattendue ou du moins mal expliquée par les biographes est la décision de quitter la Compagnie pour se séculariser. Sa carrière ecclésiastique se poursuit alors dans sa province natale, au sein d’un doyenné ardennais du diocèse de Reims – vicaire à Balan, près de Sedan – jusqu’en 1747, puis de l’autre côté de la frontière en assumant la charge de curé de Chauvency-Saint-Hubert au duché de Luxembourg. Ce clerc des frontières devient de ce fait sujet de l’impératrice Marie-Thérèse pendant seize années, lui adressant une requête appréciée qui lui vaut une gratification de 100 ducats en 17605, puis rentre en France pour prendre la tête de la cure de Givet en 1763 où il demeure douze années avant de demander et d’obtenir la cure de Gentilly près Paris, choix lui permettant un regroupement familial puisqu’il y retrouve son frère, également prêtre6. C’est là qu’il met en forme le petit ouvrage de 271 pages intitulé Le Militaire chrétien ou extraits des sermons de M. L’Abbé de Maugre, curé de Gentilly, ci-devant curé de Givet, paru pour la première fois en 1776.

  • 7 Moins connue et étudiée que celle prononcée par Charles de Neuville aux Invalides, elle est néanmo (...)
  • 8 Le Militaire Chrétien ou extraits des sermons de M. L’Abbé de Maugre, curé de Gentilly, ci-devant c (...)
  • 9 Michaud L.-G., Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Michaud, 1814, t. 11e, « Demaugr (...)
  • 10 Lasconjarias G., « Louis-Nicolas-Victor de Félix, comte du Muy, 1774-1775 », Sarmant T. (dir.), Le (...)

6Le curé de Givet-Gentilly n’est pas complètement un homme de plume, c’est son art oratoire qui est à l’origine de ses premières publications à commencer par l’oraison funèbre du maréchal de Belle-Isle, prononcée à Montmédy, en présence de l’abbé d’Orval, en 17617. Sa grande œuvre publiée, Le Militaire chrétien, provient également de l’art de la chaire et s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs. Tout d’abord, Demaugre dirige la paroisse d’une ville frontalière et de garnison et, à ce titre, une bonne part de ses fidèles se compose, au moins une partie de l’année, de militaires et de leurs familles. Conduisant ce qu’il qualifie lui-même de « paroisse militaire8 », il sait attirer ce corps et leurs familles et possède la réputation de bien adapter son discours à la partie de son auditoire exerçant le métier des armes. Les chercheurs qui lui ont consacré quelques lignes vantent dans un parfait élan commun, les uns après les autres, « [s]es talens pour la chaire, [lui qui] trouva le secret de se rendre intéressant aux militaires9 ». Cela doit être vrai car sa pastorale tout autant que sa personnalité plaisent à un observateur prestigieux, le maréchal de Muy. Avant de devenir un efficace et tout aussi éphémère secrétaire d’état à la Guerre de 1774 à 1775, de Muy fut en charge de la direction générale des camps et armées du Roi en 1771 et 1772, employant plus d’une année complète à inspecter « les places situées sur le chemin d’une invasion éventuelle10 ». Le visiteur sillonna les cités et citadelles des confins, passa en revue les régiments stationnés entre Alsace et Flandres ; c’est donc certainement à l’occasion de son passage à Givet qu’il rencontra Demaugre. La suite est elle-même contée par le principal intéressé : on rapporta au comte « la manière dont je partageois mes instructions entre les Guerriers et les Paroissiens », une attention auquel l’inspecteur est très sensible car trop peu pratiquée, aussi le prêtre s’engagea-t-il à les faire imprimer. Il « me fit promettre d’en extraire les instructions particulières pour le militaire ». Le livre imprimé en 1776 est tout à la fois la concrétisation de l’engagement pris auprès de « l’illustre guerrier » qui, entre-temps a mérité « les premiers emplois dans le Ministère », un hommage à un homme décédé l’année précédant l’édition, enfin un outil pensé « dans la vue d’être de quelque utilité à ceux qui ont à remplir un ministère dont j’ai été chargé pendant plusieurs années ».

  • 11 M.C., toutes ces citations commencent la préface, p. iii-vi.

7L’identification volontaire de l’auteur à la figure d’un aumônier n’est pas innocente et, afin d’en saisir toute la portée, il faut rappeler que dans la très vaste pratique de la prédication d’Ancien Régime, les prises de parole effectuées devant ou à propos des militaires sont souvent limitées à deux rendez-vous : des oraisons funèbres ou des bénédictions et harangues rapides. En excellent promoteur de son opus, Demaugre évoque cette lacune d’un labeur spécifique et soutenu dans le temps : « ces habiles maîtres dans la chaire », « nos célèbres prédicateurs » n’ont « fait qu’effleurer » les détails de la vie militaire car, « quelque vaste fut le champ qu’ils offroient à leur éloquence, une instruction particulière pour ces guerriers n’étoit pas dans le plan de leur travail ». Il entend bien y remédier par cette « Morale » qui s’adresse « à Messieurs les Curés dans les villes frontières, à Messieurs les Aumôniers des Régimens11 ».

  • 12 Certaines instructions furent données au cours d’une station de carême.

8Comme souvent le passage de l’oral – des sermons donnés au sens large entre 1763 et 1775 – à l’écrit – fruit d’une réécriture où tout n’est pas fidèle transcription – assure la postérité de paroles qui se seraient volatilisées, mais au prix d’une transformation considérable. Certes, des marques d’oralité restent repérables ici ou là, souvent très artificielles ; toutefois les extraits de discours proposés ne semblent pas renvoyer à un cycle unique donné en l’honneur seul des troupes12. Les dix-neuf discours moraux proposés, d’une longueur extrêmement variée, suivent une sorte de plan interpellant les « Guerriers Chrétiens » respectivement et d’abord sur leurs perspectives de salut et de sanctification, leurs devoirs d’état et leur pratique religieuse, puis portent le curseur sur les fautes, des plus « légères » jusqu’aux vices communs de la soldatesque et de son encadrement, enfin proposent quelques réflexions finales en forme de synthèse entre l’état militaire et l’identité chrétienne.

Discours tirés des sermons

Nombre de pages

Sur la récompense éternelle

10

Sur la sainteté

6

Sur les devoirs des paroissiens

14

Sur la vocation

7

Sur la piété dans les armées

29

Sur les fautes légères

10

Sur la restitution

8

Sur le sacrifice de la messe

8

Sur l’impureté

12

Sur le jurement

11

Sur le blasphème

15

Sur l’affaire du salut

15

Sur le jeûne

15

Sur les mauvaises compagnies

10

Sur le jeu

13

Sur le respect humain

12

Sur la vengeance

36

Sur l’emploi du temps

13

Sur la Religion

25

  • 13 Nous renvoyons à la contribution d’Ariane Boltanski dans ce volume.
  • 14 Daguet P.-A., Exercices chrétiens des gens de guerre ou les instructions les plus intéressantes so (...)
  • 15 Ibid., p. xiv.
  • 16 L’objectif premier d’un livre de piété est bien celui d’être lu par le public cible de laïcs pour (...)
  • 17 Avant d’analyser la manière et le contenu propre à Demaugre, insistons à nouveau sur l’équivalence (...)

9Si la parution d’un nouveau manuel du soldat chrétien issu d’un ensemble de sermons est originale, en revanche la littérature chrétienne et militaire n’est alors ni une exception ni un événement. Prenant le relais des grands textes généraux sur les devoirs d’état qui, depuis le XVIe siècle13, guident les fidèles chacun en sa vocation propre, elle propose les mêmes grandes questions, mais imaginés et conçues comme prêtes à l’emploi. C’est en particulier le cas de l’ambitieux Exercices chrétiens des gens de guerre du jésuite Daguet paru peu avant, en 1759, soucieux de relever le défi d’un si important objectif et multipliant à cette fin les textes utilisables en toute circonstance14. Également bénéficiaire d’une haute protection d’État en la personne du ministre de la Guerre d’alors, le maréchal de Belle-Isle, l’auteur affirme à ses futurs lecteurs que son ouvrage est « un missionnaire muet qu’il ne tiendra qu’à vous d’avoir sans cesse en votre compagnie15 ». Voilà une qualification naturellement revendiquée par Demaugre dont le livre, moitié moins long que le traité de Daguet, trouve une place singulière dans la production adressée aux militaires. Véritable vade-mecum d’un volume raisonnable, peut-être plus susceptible d’accompagner les militaires en déplacement du fait de son format16, le Militaire chrétien connaît son petit succès, marqué par une réédition, sans modification ni évolution, en 1786. Nul doute qu’il ne réponde à son tour par la forme, plus encore par son fond, aux attentes croisées exprimées à la fois par les autorités militaires, les responsables de la pastorale et les gens de guerre17.

Un tableau noir des vices militaires

10Afin de provoquer l’adhésion de son auditoire-lectorat, le prédicateur-écrivain doit naturellement faire la preuve de sa connaissance du milieu militaire. Les références à un style de vie à nul autre comparable, aux ordonnances militaires qu’il suggère plus qu’il ne les cite, ne manquent pas et lui accordent à la fois un crédit et une légitimité de bon aloi. Significativement, Demaugre fait également la démonstration des enjeux pastoraux et moraux du milieu militaire en dégageant d’abord les fautes et vices qu’on y trouve en abondance, puis en ouvrant des perspectives pour les combattre et les vaincre. Il s’agit là d’un procédé rhétorique classique prouvant qu’un sermon n’est pas qu’une discussion convenue à propos de quelque chose, mais un levier pour alerter l’âme de l’auditeur. C’est pour cette raison qu’il insiste majoritairement sur les péchés et fautes inhérents à cette population mobile, insuffisamment enracinée dans un territoire ou une communauté pour se discipliner efficacement d’elle-même.

  • 18 M.C., « Sur le jeune », p. 150.

11De ce fait, dans sa bouche puis sous sa plume, la vie religieuse du militaire est souvent réduite à sa plus simple expression, comparable à un vernis qu’on essaie de ne pas trop entamer. Pas ignorant des particularités de l’existence dans les camps et au front, Demaugre ne sermonne pas avec virulence, mais il dénonce un univers de petits arrangements automatiques avec les obligations chrétiennes les plus ordinaires, toujours autorisés au nom des excuses. Une première illustration concerne les dispenses de jeûne et d’abstinence qui, si elles sont totalement justifiées en temps de guerre ou de manœuvres – « continuité des veilles […] longueur des bivouacs […] crainte des allertes » –, ne s’appliquent plus « dans le repos18 ». Or, l’habitude prise de ne pas les respecter au loin s’étend au près avec la complicité de l’institution :

  • 19 Ibid., p. 148.

« [pour] une attestation, vous trouvez le moyen de forcer la main d’un médecin, d’un chirurgien-major, qui cédant à vos pressantes instances, vous donne un certificat qu’il n’ose vous refuser […] certificat qui, par la manière dont vous l’exigez, prouve moins la nécessité dans laquelle vous êtes de faire gras, qu’une volonté déterminée de ne pas faire maigre19 ».

12L’objection de l’auteur apparaît plus nettement encore dans le discours consacré au « sacrifice de la messe » :

  • 20 M.C., « Sur le sacrifice de la messe », p. 85. Daguet aussi dénonce la préférence pour ce qui resse (...)

« [cette] Messe militaire Messieurs, pour laquelle vous composez avec un Ministre et lui prescrivez pour l’action la plus sainte de la Religion, un tems que vous trouveriez trop limité pour vos repas ordinaires : cette Messe à laquelle vous donnez la préférence, parce qu’elle est la plus courte […] aussi bruyante, j’ai presque dit aussi scandaleuse que précipitée20 ».

  • 21 Ibid., p. 86-89.

13Une prise de parole favorisant volontiers les comparaisons, il oppose alors le « noble maintien » et le « profond silence dans tous les rangs » lors d’un rassemblement sur la place d’Armes à « l’irrévérence » de certains « à les voir promener de tous côtés un œil dissipé, abandonner leur imagination à toutes sortes d’égaremens ». Quant aux chants qui parfois résonnent dans le sanctuaire, ils ne sont pas que « profanes », mais encore jugés « efféminés », qualifiés « [d’]airs lascifs » et de « préludes indécens ». Au fond quelle coupable différence de comportement dans la discipline du soldat entre « un coup de tambour » et un « son de cloche »21 ! Or, en se montrant irrespectueux et inattentif aux « saints mystères », au « prêtre à l’autel » et au sens des instructions, le guerrier fait le lit des discours de perdition émanant de la « chaire de pestilence », terme qu’il faut opposer à celui de « chaire de vérité » habituellement employé pour désigner la tribune où naissent les bons sermons.

  • 22 Philippe Martin dit d’eux « qu’ils vivent dans un monde souvent décrié pour sa violence, ses débau (...)
  • 23 M. C., « Sur le jurement », p. 108.
  • 24 Ibid., « Sur le blasphème », p. 116.
  • 25 Cabantous A., Histoire du blasphème en Occident, XVIe -XIXe siècles, Paris, Albin Michel, 1998, p. (...)
  • 26 M. C., « Sur le jeu », p. 171-183. Demaugre décrit les mécanismes de la dépendance au jeu, qui, loi (...)
  • 27 Ibid., « Sur la vengeance », p. 196-231. Il oppose « l’honneur guerrier » (p. 208), positif, et ce (...)
  • 28 Ibid., « Sur les mauvaises compagnies », p. 161-170, notamment p. 166.

14Au cœur de cette liste sans surprise22, on retrouve une longue série de poncifs, à commencer par le soldat comme figure emblématique du jureur et blasphémateur : « c’est surtout parmi les gens de guerre que le jurement est commun23 » et « ce qui met le comble à l’iniquité d’un jureur, ce qui en est l’excès, l’abomination, c’est lorsqu’au jurement, il joint le blasphème24 ». Certes, les ordonnances ne cessent de combattre le péché de langue, dans toutes les armes, depuis la fin du XVIIe siècle25, il doit cependant reconnaître que le chantier est de longue haleine, les fautifs peu sensibles aux châtiments encourus (détaillés dans le livre) et les résultats bien décevants. Un discours entier est également consacré aux pièges du jeu26. De tels défauts caractérisent la population entière, pourtant, à l’image de la prostitution, ils trouvent une résonance et un écho majuscules au sein ou autour des armées. Enfin les développements très attendus sur les duels, la culture de la vengeance et les pièges du faux honneur bénéficient de longues mises en perspective tout à fait conformes à ce qu’on peut lire par ailleurs27. À ces défauts ordinaires de l’état militaire s’ajoutent les maux propres à la seconde moitié du Siècle des lumières, aggravant le libertinage classique des jeunes populations par les méfaits des nouvelles idées, alimentées ou par les « mauvaises compagnies » ou par la fréquentation des mauvais livres « qui inondent notre siècle ». La corruption des mœurs lui semble totale, car « du libertinage à l’impiété, il n’y a qu’un pas, et vous l’avez franchi […] à vous faire gloire d’être plus incrédule qu’eux » en puisant « dans les mêmes sources empoisonnées28 ».

  • 29 Sur ce mouvement désormais bien étudié, voir notamment Albertan-coppola S., « L’apologétique catho (...)

15Si nous en restions à cela, les propos du curé de Givet pourraient rejoindre le long cortège des sermons tonnant contre l’incrédulité du temps et ainsi relever uniquement de la démonstration de type apologétique29. Il ne s’agit pourtant pas d’une simple réaction défensive face à des ennemis qui assiègent toute la société chrétienne ou l’État, mais aussi une force de proposition, un ensemble de justes voies à emprunter au plus tôt. Pour cela, chaque troupe doit pouvoir compter sur un groupe d’hommes lui étant dédiés, censé la diriger avec fermeté en lui rappelant ses devoirs. Parce qu’il est un modèle pour ses hommes, l’officier est particulièrement visé.

Sanctifier le militaire et régler sa vie religieuse

16On ne peut en effet douter que l’intention première du curé soit d’enseigner les voies du salut, ainsi que nous le rappelle l’organisation même du recueil, débutant significativement par des instructions ciblées sur la récompense éternelle, la sanctification, les devoirs, la vocation, la piété des armées (plus avant il est même question de la grande affaire de l’existence, celle du salut). Dans cette abondance de conseils prodigués, le repos pendant l’exercice de son métier est un moment prioritairement ciblé. Il doit être employé au perfectionnement et pour se préparer à un autre type de combat.

  • 30 M. C., « Sur la récompense éternelle », p. 1.

« L’héroïsme, écrit-il dans le tout premier discours du recueil, Guerriers Chrétiens, ne consiste pas seulement à repousser, à terrasser à main armée des Ennemis qui menacent nos frontières : mais à [se vaincre soi-même], à dompter des passions avec lesquelles nous devons être dans une guerre continuelle et qui s’opposent à notre vrai bonheur30. »

  • 31 Ibid., préface, p. vii-viii.

17Ce combat doit d’abord être mené dans le temps ordinaire, en substituant aux attitudes criminelles la pratique des exercices vertueux. Les écueils dans lesquels les officiers tombent sont non seulement pernicieux pour eux, mais se révèlent être des pièges mortels pour les soldats qui les observent et s’en inspirent. Car c’est bien l’officier qui doit particulièrement faire un meilleur usage du temps libre que laisse la vie militaire, d’autant plus qu’au cours des années faisant suite à la guerre de Sept Ans, les affrontements se raréfient. Demaugre ne cherche pas tant à multiplier les conseils de piété pour toutes les saisons de la vie, la littérature spécialisée y pourvoyant, qu’à prendre en charge l’état présent des militaires venus l’écouter. Il affirme d’ailleurs répondre à l’attente des soldats et officiers et non imposer sa volonté propre. Pour eux, écrit-il, « j’ai souvent abandonné le sujet que j’avois préparé pour en traiter un qui leur fut personnel ». Il estime avoir été écouté « dans le plus profond silence, avec autant d’étonnement que de respect31 ».

18Une crainte particulière du prédicateur se rapporte à la sanctification du temps de congé menacé par la contagion des errements. Il leur demande de faire un effort de mémoire afin de gérer ces transitions :

  • 32 Ibid., « Sur les mauvaises compagnies », p. 168-170.

19« Ah ! Sur le point de retourner dans le sein d’une famille impatiente de vous revoir, rappelez-vous » ce que vous étiez avant de rejoindre le régiment, les conseils prodigués par les parents et l’Église ; or « que sont devenus ces nobles sentimens […] dans quel état allez-vous reparaître dans la maison paternelle ? […] Vous allez donc reporter dans le cours de vos semestres, les vices de vos garnisons, et corrompre (après vos jeunes recrues et subordonnés), par la loi de vos mœurs, des vassaux que la Sagesse d’un père […] que les exemples d’une mère respectée par ses vertus, soutenoient, affermissoient dans l’innocence et dans la piété32. »

  • 33 Ibid., « Sur l’impureté », p. 98-99.

20On dénonce leur irresponsabilité coupable, usant même le terme d’agents corrupteurs et plus encore de « Ministres de Satan », formulant ainsi les accusations : « c’est vous qui leur mettez en main ces livres dans lesquels le poison de l’impureté » se répand, qui les attirez au spectacle et aux « assemblées nocturnes33 ».

  • 34 Ibid., préface, p. viii.
  • 35 Ibid., « Sur les devoirs de paroissien », p. 17-18.

21À la différence des auteurs de traités presque tous membres du clergé régulier, Demaugre est un curé ce qui le conduit à raisonner avec la culture et les priorités pastorales du clergé diocésain, c’est-à-dire à tout envisager depuis le pôle paroissial. Ainsi, quand les « pieux Militaires » l’écoutent attentivement, c’est non seulement bénéfique pour eux, mais encore pour ses ouailles habituelles : « j’avoue que c’étoit un spectacle aussi édifiant pour la Paroisse, que consolant pour le Pasteur34 ». À ses yeux, les périodes de paix, les fréquents semestres accordés, les retours dans les foyers ou dans le monde urbain impliquent le retour à une pratique ordinaire. Il consacre d’ailleurs un discours entier aux « devoirs des paroissiens » et s’en explique. Dans le cours des campagnes « vous vous croyez affranchis de ces devoirs » auxquels tout catholique se soumet dans les autres états. Au loin, c’est l’aumônier qui fait office de pasteur, mais au près « leurs pouvoirs sont suspendus, leur juridiction cesse [et] ils ne peuvent exercer leur Ministère sans une nouvelle mission ». De même, s’il admet « qu’au milieu des travaux de la guerre et du tumulte des armées, vous n’avez pas le temps de vacquer aux exercices de la Religion », en revanche, « dans le sein de la paix, dans le loisir de vos semestres », ils sont sur la même ligne que les autres et toute autre attitude est sans justification. En conclusion logique de la démonstration, il peut affirmer « vous rentrez dans la classe des Paroissiens, dans le bercail du Pasteur ordinaire35 ».

  • 36 Simiz S., « Prêcher le jubilé aux XVIe-XVIIe siècles », Corbet P., Petrazoller F. et Tabbagh V. (di (...)
  • 37 M. C., « Sur la restitution », citations p. 77-84.

22En réduisant ainsi les hommes d’armes à l’état de fidèles, ses sermons gagnent en force et leur but affiché est une authentique démarche de conversion devant conduire les impétrants à évaluer ses actes manqués et à en demander pardon. Demaugre l’exprime avec netteté dans la harangue sur la restitution, digne d’un sermon classique de jubilé36 : « Point de réconciliation avec Dieu, point d’assurance de pardon sans restitution. Triste sujet d’un sérieux retour sur vous, Messieurs les Militaires, obligés de restituer tout ce que vous avez acquis sans un droit légitime, par des voies illicites. » Sachant pertinemment qu’il touche là un point sensible, il épie les réactions que ses propos suscitent : « Je sens votre embarras, je conçois aussi bien que vous la difficulté de cette restitution, mais pour être difficile elle n’en est pas moins indispensable. » Pour cela, il faut consulter « un Ministre prudent, éclairé ; exposez lui les circonstances dans lesquelles vous vous êtes trouvés […] il vous dirigera dans la conduite que vous devez tenir et calmera vos remords ». Cette affaire de « délicatesse de conscience » mène au moins à recevoir le sacrement de confession pascale37. Elle est également invitation à une direction plus régulière qui affinera la réparation générale par des rendez-vous intermédiaires, à vivre des temps de retraite signe d’un bon usage du temps libre. On atteint alors l’objectif principal : l’appel à la vie de prière bien réglée, plus encore à la familiarité sacramentelle.

  • 38 Daguet P.-A., Exercices Chrestiens, op. cit., p. xix.
  • 39 Ibid., p. 466.
  • 40 Ibid., p. 470.

23L’absence de toute pratique régulière constatée par l’orateur-écrivain n’a que de fâcheuses conséquences, déjà relevées chez tous les auteurs. Daguet regrettait « l’éloignement des sacremens […] si commun dans les troupes », attitude qui contribue « le plus à y entretenir tous les desordres qui y regnent ». On ne sait si le curé de Givet a lu le manuel de son confrère, mais il est certain qu’il fait partie du lectorat qu’envisageait le jésuite, s’adressant tout particulièrement aux ouvriers apostoliques placés, d’une manière ou d’une autre, au contact des militaires : « nous croyons même pouvoir dire que ceux qui ont à leur parler pour leur sanctification, en quelque occasion que ce soit, même dans les Retraites et dans les Missions, trouveront dans cet ouvrage […] tout ce qu’on peut leur rappeler, leur apprendre de plus utile, leur conseiller de plus salutaire, et leur répondre de plus solide38 ». Il préconise d’ailleurs aux gens de guerre, « lorsque vous en aurez le temps, d’assister à la parole de Dieu et au salut39 », de faire fructifier aussi les temps dédiés à un effort d’instruction et d’introspection, tel le carême40.

*

24Écrit hors période de conflit, le livre de Demaugre n’a rien de la très grande œuvre qui marquerait son temps. Si le contenu ne présente aucune originalité mémorable, il n’est pourtant pas sans intérêt sur des enjeux propres à la seconde moitié du XVIIIe siècle. Sa connaissance du milieu militaire est incontestable, fruit d’une carrière toute entière passée à l’ombre des frontières, nourrie des échos lointains et familiers des champs de guerre et des camps de manœuvre. Certes les différents chapitres de son livre ne font parfois que reproduire des idées communes, mais il les évoque depuis sa paroisse, comme s’il voulait paraître en tant qu’aumônier ordinaire des semestres de relâche et des quartiers d’hiver. Cela lui donne une légitimité suffisante pour parler assez naturellement et amplement de la « Religion militaire », comme si elle relevait d’une lettre de mission paroissiale originale, celle d’un curé à la tête d’une circonscription mixte.

  • 41 Babeau A., La vie militaire sous l’ancien Régime, t. 2 : Les soldats, Paris, Didot, 1899, p. 225 r (...)

25Le statut de l’aumônier de troupe n’est jamais l’objet premier de ses remarques, toutefois il l’aborde en creux. En soulignant ses pouvoirs limités, notamment lorsque ses ouailles sont les plus réceptives, en suggérant son manque de reconnaissance de facto au sein de la hiérarchie de service ecclésiale, enfin par la dénonciation de la faiblesse récurrente de ses résultats41, ne cherche-t-il pas à mettre le doigt sur un certain dysfonctionnement de la pastorale aux armées, voire sur son absence ? Il est difficile d’aller au-delà en lui prêtant une quelconque réflexion plus poussée tant sur la question cruciale de la formation ou à propos de la qualité de nomination des clercs délégués aux armées. Peu importe au fond, car, quelles que soient ses intentions religieuses, il convient de rappeler que la livraison à l’imprimeur de ses prises de parole relève pratiquement de la commande publique. La demande jadis reçue d’un inspecteur aux armées, devenu par la suite secrétaire d’État, n’est pas une faveur isolée ou accordée ponctuellement. Elle semble devoir rejoindre le flot continu des sorties d’ouvrages destinés au monde militaire. À ce titre, le Militaire chrétien est bien une pièce supplémentaire apportée à l’œuvre de moralisation entreprise du monde des officiers, une composante de l’armée dont on attend qu’elle fasse triompher toutes les formes de discipline.

Notes

1 Chennevières F. de, Détails militaires dont la connoissance est nécessaire à tous les officiers, et principalement aux commissaires de guerre, Paris-Versailles, Jombert-Fournier, t. 2, 1750, p. 145-146.

2 R. P. Caprais de Singlande, Mémoires et voyages du Révérend Père de Singlande, ancien Aumônier des armées du Roi, reçu en survivance Aumônier des bains de Barèges, Paris, Lacombe, t. 1er, 1766. Dans sa préface, p. xiv, il montre qu’il a conscience de l’originalité de son écrit : « Je suis le premier Aumônier du Régiment qui ait osé faire le tableau de sa vie, & rendre au public compte de ses actions : je ne me flatte pas de donner ici un exemple digne en tout point d’être imité ; mais enfin l’avantage de la patrie & de la religion, est l’unique but que je me propose ; la vraie et unique règle que je suive : avec cela si je n’ai pas le bonheur de plaire & d’amuser dans cet ouvrage, du moins je ne puis nuire ; j’espère même être de quelque utilité. »

3 Journal de dom Jean François, 1760-1772, Metz, Imprimerie lorraine, 1913, p. 97-98. L’aumônier du premier régiment cité ne se contente donc pas uniquement de solliciter et de coordonner la « mission », mais s’y montre actif puisque la source précise que c’est lui qui prêche l’ouverture, trouvant sans doute les mots utiles aux troupes.

4 L’orthographe de son nom reste incertaine. Si son livre majeur écrit De Maugre, les biographes postérieurs accolent toutes les lettres les unes aux autres. Nous optons pour ce choix moderne.

5 Requête à l’impératrice Marie-Thérèse, Sedan, 1760.

6 Bouillot J.-B.-J., Biographie ardennaise ou Histoire des Ardennais qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs vertus et leurs erreurs, t. 1er, Paris, chez l’éditeur-rue de l’Arbre sec, 1830, p. 337-339.

7 Moins connue et étudiée que celle prononcée par Charles de Neuville aux Invalides, elle est néanmoins citée par Lelong J. et Fevret de Fontette C.-M., Bibliothèque historique de la France contenant le catalogue des ouvrages imprimés et manuscrits qui traitent de l’Histoire de ce royaume ou qui y ont rapport, Paris, Vve Herissant, 1771, t. 3e, section « Histoire des maréchaux de France », p. 154 ; Millin A.-L., Antiquités nationales ou recueil de monumens pour servir à l’histoire générale ou particulière de l’Empire français, Paris, M. Drouhin, 1791, p. 24. Sa parution in-4 ° est faite à Charleville la même année. Très lié à l’abbaye d’Orval il donne aussi l’Oraison funèbre de Dom Menne-Effleur, abbé d’Orval, Charleville, s. éd., 1765. Enfin, Demaugre a prononcé l’Éloge du Chevalier Bayard à Mézières (1770) au jour anniversaire de la délivrance de cette ville, le 27 septembre 1521.

8 Le Militaire Chrétien ou extraits des sermons de M. L’Abbé de Maugre, curé de Gentilly, ci-devant curé de Givet, Paris, 1786 (désormais noté M.C.), préface, p. vi. La difficulté à trouver l’édition originale nous a conduit à utiliser celles postérieures, de 1786 notamment.

9 Michaud L.-G., Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Michaud, 1814, t. 11e, « Demaugre », p. 28.

10 Lasconjarias G., « Louis-Nicolas-Victor de Félix, comte du Muy, 1774-1775 », Sarmant T. (dir.), Les ministres de la Guerre, 1570-1792. Histoire et dictionnaire biographique, Paris, Belin, 2007, p. 450-456.

11 M.C., toutes ces citations commencent la préface, p. iii-vi.

12 Certaines instructions furent données au cours d’une station de carême.

13 Nous renvoyons à la contribution d’Ariane Boltanski dans ce volume.

14 Daguet P.-A., Exercices chrétiens des gens de guerre ou les instructions les plus intéressantes sont confirmées par des traits d’histoire curieux et edifians, Lyon, Delaroche, 1759, 538 pages auxquelles il faut ajouter un cahier supplémentaire de 33 cantiques sur 48 pages.

15 Ibid., p. xiv.

16 L’objectif premier d’un livre de piété est bien celui d’être lu par le public cible de laïcs pour lequel il existe (cf. définition qu’en donne Martin P., Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003, p. 15). P.A. Daguet s’adresse aux officiers lorsqu’il écrit : « il seroit à souhaiter qu’il fut répandu dans chaque compagnie » et accessible à « tout soldat qui sait lire » (Exercices chrétiens, op. cit., p. xxi).

17 Avant d’analyser la manière et le contenu propre à Demaugre, insistons à nouveau sur l’équivalence des objectifs d’un auteur à l’autre. La recherche d’une position charnière est bien exprimée dans la préface de Daguet à Belle-Isle : « ces Exercices chrétiens les formeront au service de Dieu, et par la-même ils serviront admirablement à affermir leur fidélité, à fortifier leur bravoure, à perfectionner leur gloire et assurer leur bonheur. Quelles obligations ne vous auront pas nos Troupes pour avoir si fort contribué à leur procurer de si précieux avantages ! » (Ibid., p. viii.)

18 M.C., « Sur le jeune », p. 150.

19 Ibid., p. 148.

20 M.C., « Sur le sacrifice de la messe », p. 85. Daguet aussi dénonce la préférence pour ce qui ressemble à des messes basses, vite expédiées.

21 Ibid., p. 86-89.

22 Philippe Martin dit d’eux « qu’ils vivent dans un monde souvent décrié pour sa violence, ses débauches et son dédain pour la vie religieuse » (Une religion des livres, op. cit., p. 358).

23 M. C., « Sur le jurement », p. 108.

24 Ibid., « Sur le blasphème », p. 116.

25 Cabantous A., Histoire du blasphème en Occident, XVIe -XIXe siècles, Paris, Albin Michel, 1998, p. 91 et suivantes.

26 M. C., « Sur le jeu », p. 171-183. Demaugre décrit les mécanismes de la dépendance au jeu, qui, loin d’être une « honnête récréation », conduit le soldat au « renferme[ment] en lui-même ».

27 Ibid., « Sur la vengeance », p. 196-231. Il oppose « l’honneur guerrier » (p. 208), positif, et ce « barbare préjugé » et « maudit point d’honneur, abominable chimère, funeste duel, cruel monstre avide de carnage […] quelle ville, quelle Province n’a-t-il point désolées […] France ! Considère les ravages de cette hydre renaissante, malgré les Edits qui le proscrivent et les foudres qui l’abattent » (p. 199-200).

28 Ibid., « Sur les mauvaises compagnies », p. 161-170, notamment p. 166.

29 Sur ce mouvement désormais bien étudié, voir notamment Albertan-coppola S., « L’apologétique catholique française à l’âge des Lumières », Revue de l’histoire des religions, no 205/2, 1988, p. 151-180 ; Masseau D., Les ennemis des Philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

30 M. C., « Sur la récompense éternelle », p. 1.

31 Ibid., préface, p. vii-viii.

32 Ibid., « Sur les mauvaises compagnies », p. 168-170.

33 Ibid., « Sur l’impureté », p. 98-99.

34 Ibid., préface, p. viii.

35 Ibid., « Sur les devoirs de paroissien », p. 17-18.

36 Simiz S., « Prêcher le jubilé aux XVIe-XVIIe siècles », Corbet P., Petrazoller F. et Tabbagh V. (dir.), Le Grand Pardon de Chaumont et les pardons dans la vie religieuse, XIVe-XXIe siècles, Chaumont, Le Pythagore, 2011, p. 199-209.

37 M. C., « Sur la restitution », citations p. 77-84.

38 Daguet P.-A., Exercices Chrestiens, op. cit., p. xix.

39 Ibid., p. 466.

40 Ibid., p. 470.

41 Babeau A., La vie militaire sous l’ancien Régime, t. 2 : Les soldats, Paris, Didot, 1899, p. 225 rapporte le jugement sévère formulé par Jean Claude Gorgy, dans le roman Victorine, paru en 1789 : « ça vous disait la messe en un tour de main, disait-on de l’un d’eux ; ça confessait en bataillon entier dans une matinée ; ça vous donnait l’absolution comme le bonjour ». Les aumôniers sont donc accusés d’être trop souples à l’égard de leurs fidèles en uniforme.

Auteur

Professeur en histoire moderne, CRULH – EA 3945, université de Lorraine. Il a travaillé sur les identités et sources religieuses des espaces urbains entre le XVIe et le XVIIIe siècle (confréries, cérémonies, ego-documents) ; l’histoire des prises de parole publique et notamment celle de la prédication d’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540