Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Deuxième partie. Les églises, l'armée et la guerre

L’armée et l’Église pendant la guerre de Succession d’Autriche : les campagnes de Flandre (1744-1748) vues du côté français

Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Corvisier A., L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul : le soldat, Par (...)

1Vers le milieu du XVIIIe siècle, à l’époque de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), l’encadrement religieux des soldats de l’armée française était médiocre ; la présence d’un aumônier dans les régiments n’était pas systématique, et la pratique religieuse était irrégulière1. Il y a cependant un domaine où la pratique, ritualisée, resta exacte tout au long de cette guerre, c’est celui des cérémonies religieuses liées aux victoires militaires (les Te Deum) et à la guerre en général (les prières publiques ordonnées pour la prospérité des armes du roi, une fois au début de chaque campagne militaire). La monarchie était attachée à ces pratiques parce que c’était la nature même du pouvoir politique qui était en jeu. L’origine divine du pouvoir du roi – dans une monarchie de droit divin – exigeait naturellement une action de grâce religieuse en cas de victoire militaire. Les modalités de ces cérémonies seront analysées dans les deux premières parties de cet article.

2Une autre constante de cette guerre, comme d’autres guerres, au regard des rapports entre l’armée et l’Église, ce fut le poids humain et financier, direct ou indirect que la guerre exerça sur l’institution ecclésiale, à la fois sur les Églises locales en territoire conquis, et sur l’Église de France ; ce qui constituera notre troisième partie.

3Et c’est dans le contexte des campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche (1744-1748), vues du côté français, que nous explorerons ci-après les différentes facettes des rapports entre l’armée et l’institution ecclésiale induits par la guerre. Ces campagnes ont pour notre sujet trois avantages : ce furent, d’abord, des campagnes victorieuses et elles furent menées, en grande partie, en présence du roi à l’armée. Ce sont deux facteurs grâce auxquels put se déployer la magnificence des célébrations religieuses à l’occasion des événements militaires. Il faut noter que les campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche marquèrent l’apogée du nombre des Te Deum de victoire militaire en France. Enfin, ces campagnes marquèrent la fin de la guerre, ce qui permet de prendre de la hauteur sur la charge financière portée par l’Église durant le conflit.

L’empreinte religieuse sur les événements militaires : en France

Les Te Deum, un marqueur des victoires militaires

4Durant les campagnes de Flandre, chaque victoire militaire majeure de l’armée française (prise de place forte ou bataille) donna lieu à un Te Deum – hymne chrétien chanté à l’occasion d’un événement joyeux – dans tous les diocèses de France, sur ordre du roi. Au reste, les victoires militaires successives constituent la grande majorité des cas qui donnèrent lieu à des Te Deum en ces années. En effet, comme le montrent les sources, ces Te Deum d’action de grâces n’étaient chantés que pour des événements majeurs touchant la personne du roi ou sa famille proche : au cours du XVIIIe siècle, outre l’occasion des victoires militaires, on vit donc ordonner des Te Deum dans les diocèses de France seulement pour des types d’événements tels que le couronnement et le sacre du roi, le rétablissement de la santé du roi (quand on avait craint pour sa vie, par exemple en 1744), la naissance d’un enfant royal.

5Quelques éléments statistiques permettent de mesurer la fréquence des Te Deum pour victoires militaires, année après année, en se souvenant que les campagnes militaires n’avaient cours que de mai à octobre (nonobstant quelques courses de hussards l’hiver), à l’exception de la campagne d’hiver de 1745-1746 qui vit la prise de Bruxelles par les Français en février 1746. Au mois de septembre 1744, Barbier note :

  • 2 Le roi était tombé malade en août à Metz.
  • 3 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat de Paris, Clermont-Ferrand, éd. Paleo, t. VI (1743-1744), 20 (...)

« Indépendamment des Te Deum pour la santé du Roi2, on n’en a jamais aussi tant vu pour la prospérité de nos armes. On en a encore chanté un à Notre-Dame, tant pour ce qui s’est passé en Italie que pour la retraite du prince Charles du pays d’Alsace3. »

  • 4 Barbier ne mentionne qu’un Te Deum pour 1747, pour la prise de Berg-op-Zoom le 16 septembre. Mais (...)

6L’avocat parisien Barbier n’était pas particulièrement dévot mais son Journal constitue une source précieuse. Barbier est en effet presque toujours exact à mentionner, et souvent à commenter, les Te Deum qui furent chantés à la cathédrale Notre-Dame de Paris, mois après mois et année après année, comme il mentionnait tout ce qui occupait les conversations dans le public parisien de son milieu. Les actions militaires sur le théâtre d’opérations de Flandre y tinrent une grande part, et leur éclat se donnait à voir par ces cérémonies. Nous avons confronté les mentions successives de Barbier, au fil de son journal, aux nombres de Te Deum mentionnés dans des recueils de mandements d’évêques, mandements dont il sera question plus loin ci-après. Il y eut en tout vingt-huit Te Deum ordonnés dans les diocèses de France de 1744 à 1749 pour les événements militaires (essentiellement des victoires en Flandre, et quelques-unes en Italie). Le Te Deum de 1749 ne célébra pas une victoire en particulier mais fut chanté en action de grâces pour le rétablissement de la paix. Sur ces vingt-huit Te Deum, on en compte huit pour 1744, onze pour 1745, six pour 1746, deux pour 17474 et aucun pour 1748. 1745 fut en effet l’année où l’armée française fit le plus de sièges en Flandre.

7Plusieurs conditions étaient requises pour la célébration d’un Te Deum suite à des opérations militaires en temps de guerre, qui expliquent la plus ou moins grande fréquence de cette cérémonie, d’une campagne à l’autre. Ce qui vient le plus aisément à l’esprit est que, le Te Deum étant une prière d’action de grâce, il n’était chanté qu’en cas de victoire. C’est la raison pour laquelle, dans les sources françaises, on ne trouve pas trace de Te Deum pour les années 1742 et 1743, années de défaites. Mais, même en cas de victoire, on ne chanta pas systématiquement de Te Deum lorsque la France remporta ces victoires au titre d’auxiliaire d’un autre État, sans déclaration de guerre. Or, jusqu’au printemps 1744, la France combattit en Allemagne et en Bohême au titre d’auxiliaire du duc Charles-Albert de Bavière, élu empereur germanique sous le nom de Charles VII en janvier 1742. Ainsi, même si la guerre, à l’automne 1741, commença avec succès pour les Français, qui, avançant rapidement à travers la Bavière puis la Bohême, s’emparèrent de Prague dans la nuit du 25 au 26 novembre 1741, on ne chanta pas de Te Deum à l’occasion de cette prise de Prague.

  • 5 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 113 ; Mémoires du Duc de Luynes sur la (...)

8Un Te Deum fut cependant ordonné pour le 16 mai 1744 à Notre-Dame de Paris à l’occasion de la prise du comté de Nice sur le roi de Sardaigne par les Gallispans (armée franco-espagnole), alors que, sur le théâtre d’opérations d’Italie du Nord, la France agissait seulement comme auxiliaire de l’Espagne, sans déclaration de guerre contre le roi de Sardaigne… Selon le duc de Luynes, ce fut la cour d’Espagne qui souhaita que la France célébrât cette victoire à Paris5.

  • 6 Anonyme, Journal de la campagne du roi en MDCCXLVI, contenant ses entrées dans Bruxelles, dans Mal (...)
  • 7 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VIII, (1748-1750), p. 27.
  • 8 Fogel M., « Célébrations de la monarchie et de la guerre : les Te Deum de victoire en France de 17 (...)
  • 9 Ibid., p. 40, par ex. : si le roi appelle certains officiers généraux « mon cousin » dans les année (...)

9Enfin, toujours au titre des conditions requises pour un Te Deum de victoire militaire : lorsqu’il s’agissait de la prise d’une ville, il fallait que la ville eût capitulé à l’issue d’un siège en règle. C’est ce qui ressort de la comparaison consciencieuse entre, d’une part, l’ensemble des villes qui furent prises par les Français en Flandre entre 1744 et 1748 et, d’autre part, l’ensemble des Te Deum qui furent ou non chantés à la cathédrale Notre-Dame de Paris suite à la prise de ces villes. On ne chantait pas de Te Deum lorsqu’une place avait été occupée par l’armée française après son évacuation sans combat par l’armée des ennemis. Ainsi, il n’y eut pas de Te Deum pour la prise de Louvain (évacuée par les Alliés dans la nuit du 5 au 6 mai 1746 et occupée par l’armée française le 6 mai6) ni pour celle de Malines. S’il y en eut un à l’occasion de la prise de la ville et de la citadelle d’Anvers, ce fut parce que, si la ville ouvrit ses portes aux Français sans combat après évacuation par les Alliés, ces derniers défendirent en revanche la citadelle, dont il fallut faire le siège (elle tomba le 31 mai 1746). La même raison explique l’absence de Te Deum pour le siège de Maastricht en 1748 : certes, il y eut siège, mais il n’y eut pas de capitulation car le siège fut interrompu par l’annonce des préliminaires de paix mettant fin à cette guerre, début mai 1748 ; la ville fut certes rendue aux Français, mais Barbier précise que « les arrangements pris avec le maréchal de Saxe sans capitulation, toute la garnison est sortie de Maëstricht et que nos troupes y sont entrées7 ». Aussi l’interprétation que tente Michèle Fogel de la diminution des Te Deum, de 1745 à 1748, est-elle particulièrement hasardeuse. M. Fogel avance dans un article, sans étayer son hypothèse, que cette diminution témoignerait d’une volonté de ne pas souligner dans le public la durée d’une guerre devenue sans objet depuis la mort de l’empereur Charles VII8. Cette diminution s’explique en réalité simplement par la diminution des sièges, et des capitulations de places dans les conditions requises pour la célébration d’un Te Deum. L’article de M. Fogel, dont plusieurs interprétations sont sujettes à caution, voire erronées9, a toutefois l’intérêt de présenter une chronologie large (du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, pour ce qui concerne le nombre de Te Deum de victoire) ; ce qui permet de voir que les campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche marquèrent l’apogée du nombre de ces Te Deum au cours de l’époque moderne.

La célébration religieuse d’une victoire militaire, une procédure codifiée

10Le Te Deum était une cérémonie ordonnée par le roi à la gloire de ses armes et à celle de la monarchie. À ce titre, sa mise en œuvre obéissait à des règles, invariablement répétées d’une victoire à l’autre.

  • 10 Pour le détail des festivités, voir par ex. l’occasion de la prise de Menin (4 juin 1744) : Barbie (...)

11D’abord, cette cérémonie précédait toutes les autres pour la célébration de la victoire. C’était seulement ensuite qu’avaient lieu, sur ordre également, des festivités profanes : à Paris, le soir qui suivait le Te Deum à la cathédrale Notre-Dame, ou quelques jours après, avait lieu un feu d’artifice en place de grève, devant l’hôtel de ville ; le soir également, les fenêtres de toutes les maisons devaient arborer des illuminations ; on vit aussi à l’une ou l’autre de ces occasions (mais pas de façon systématique, contrairement au feu d’artifice et aux illuminations) des feux de joie dans les rues. Les illuminations furent parfois annulées à cause d’une météorologie exécrable (pluie, orage), comme lors des réjouissances ordonnées à Paris fin juin 1745 pour la prise de la ville et de la citadelle de Tournai10.

  • 11 Ibid., t. VII, p. 128. Autres mentions des drapeaux et étendards apportés lors des Te Deum de victo (...)

12Ensuite, les Te Deum étaient des cérémonies fastueuses, ainsi qu’il ressort de quelques détails donnés par Barbier et par le duc de Luynes pour ceux de Notre-Dame de Paris : comme c’étaient des cérémonies officielles ordonnées par le roi de France, étaient priés d’y participer des représentants de toutes les cours souveraines (ou cours supérieures). Rappelons qu’il s’agissait, à Paris, du Parlement, de la Chambre des comptes, de la Cour des aides, du Grand Conseil et de la Cour des monnaies. Lorsqu’il s’agissait de célébrer une victoire, la nef de Notre-Dame était d’autre part garnie des drapeaux et étendards pris aux ennemis. Par exemple, lors du Te Deum du 3 mars 1746 pour la prise de Bruxelles (du 20 février), « les cent-suisses de la garde [du roi] ont apporté une grande quantité de drapeaux. On ne sait quasi plus où les placer11 ». La célébration du Te Deum incluait « symphonie et grand chœur de musique ». Mais Barbier ne s’attache pas plus aux détails religieux de ces cérémonies. Il s’intéresse plus aux aspects formels et à l’esprit mondain, et note dans son journal au fil des années les présents et les absents de marque. Notamment la présence éventuelle de la reine et du dauphin, qui n’était pas systématique.

  • 12 La procédure était peu connue des contemporains. Le duc de Luynes en apprit des détails par le sec (...)
  • 13 Combeau Y., Le Comte d’Argenson, ministre de Louis XV, Paris, École des Chartes, 1999, p. 129.

13La procédure qui mettait en œuvre le Te Deum était elle-même minutieusement codifiée, ce qui montre l’importance qu’y accordait la monarchie12. Voici quelles en étaient les étapes quand le roi et le secrétaire d’État de la Guerre (c’était alors le comte d’Argenson) étaient présents à l’armée – ce qui fut le cas pendant une bonne partie de chacune des quatre premières campagnes de Flandre (1744 à 1747)13 :

  • le comte d’Argenson faisait expédier dans les bureaux de son département, à Versailles (depuis le théâtre des opérations, donc), la lettre du roi, signée « Louis » par un commis. De là, elle était réexpédiée au secrétaire d’État de la Maison du roi (c’était alors le comte de Saint-Florentin), qui avait dans ses attributions les affaires religieuses. C’était lui qui faisait envoyer des copies de la lettre, après l’avoir contresignée, à tous les évêques de France ;
  • les évêques, quand ils avaient reçu la lettre du roi, faisaient publier un mandement14 ordonnant de faire chanter le Te Deum dans toutes les églises de leur diocèse. À la fin du mandement était annexée, suivant l’usage, la lettre du roi ;
  • à Paris, c’était ensuite le grand maître des cérémonies ou le maître des cérémonies (tous deux officiers de la Maison du Roi, le second remplaçant le premier en cas d’indisponibilité) qui invitaient les cours souveraines à assister au Te Deum15.
  • 16 Recueil de mandemens de Monseigneur l’évèque d’Auxerre, depuis l’année 1705, Auxerre, F. Fournier, (...)
  • 17 Pour Fontenoy : The Political Cabinet; or, an Impartial Review of the most remarkable Occurrences (...)

14Différents recueils de mandements de ce temps ont été publiés et conservés jusqu’à nos jours. Nous avons utilisé les mandements de l’évêché d’Auxerre et ceux de l’archevêché de Paris16. C’est seulement dans certains de ces recueils que l’on trouve annexée, à la suite de chaque mandement pour fait militaire, la lettre du roi ayant ordonné le Te Deum ou les prières publiques correspondantes. Certaines lettres du roi de France ordonnant un Te Deum furent également traduites et insérées dans des feuilles d’informations périodiques publiées à l’étranger : furent par exemple publiées en anglais la lettre qui suivit la victoire de Fontenoy (mai 1745) et celle qui suivit la prise de Berg-op-Zoom (septembre 1747)17.

15D’une lettre du roi à l’autre (pour l’ordre du Te Deum), le contenu est similaire, sur une longueur d’une page à une page et demie : le roi commence par rappeler les circonstances de l’action militaire, les parties en présence, et les principales étapes qui ont mené à la victoire. Puis il souligne, au-delà de la valeur des armées en présence, le rôle de la Providence divine dans cette victoire, et ordonne pour cette raison la célébration d’un Te Deum.

  • 18 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 119. Barbier donne, pour date de la let (...)
  • 19 Recueil … d’Auxerre (1744), op. cit., p. 25-28. Ce recueil ne recopie pas le paragraphe qui, à la f (...)

16Il est à noter enfin que les Te Deum avaient lieu naturellement à des dates différentes à Paris et en province ; elles dépendaient de la date de réception de la lettre du roi par l’évêque du lieu. Par exemple, pour la prise de Menin (le 4 juin 1744), la lettre du roi pour le Te Deum est datée du 7 juin, le mandement de l’archevêque de Paris du 15 juin, et le Te Deum fut chanté à la cathédrale Notre-Dame de Paris le 1718. L’évêque d’Auxerre, lui, publia son mandement pour le Te Deum lié à la victoire de Menin seulement le 18 juin19.

L’empreinte religieuse sur les événements militaires : sur le théâtre des opérations

L’imbrication des domaines militaire et religieux

  • 20 G. (anonyme), « Les campagnes du maréchal de Saxe », Revue militaire (rédigée à l’état-major de l’ (...)
  • 21 Voir par ex. : Mouillard L., Les Régiments sous Louis XV, Paris, J. Dumaine, 1882, chap. vi.
  • 22 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 83.
  • 23 Ibid., p. 105 (dans le journal d’avril, sans dater la nomination) ; Bois J.-P., Maurice de Saxe, Pa (...)

17D’une manière générale, on observe en ce temps une imbrication entre la religion catholique et l’armée française. Par exemple, de façon assez inattendue aujourd’hui, c’est dans l’inventaire du parc d’artillerie de l’armée destinée à servir en Flandre, inventaire du 15 mai 1744, que l’on trouve, à côté des différents types de canons, affûts et munitions, la « chapelle », c’est-à-dire tout le nécessaire pour dire la messe, 49 objets en tout, dont : la tente pour la chapelle, une table, un coffre, calice et patène, nappes d’autel, aubes, flacon d’étain pour le vin, burettes, chandeliers, crucifix, cierges, missel et canon, etc.20. L’armée royale était une armée catholique, à défaut d’être une armée composée exclusivement de catholiques (de nombreux officiers et soldats des régiments levés sur le pied étranger étaient protestants ; ils jouissaient du privilège de pouvoir garder leur religion21). Des bruits coururent à la fin de 1743 et jusqu’en janvier 1744 sur une possible abjuration du lieutenant-général Maurice de Saxe, luthérien, au moment où il fut question de le nommer maréchal de France22. Puis il ne fut plus question d’abjuration, et il fut élevé malgré tout à la dignité de maréchal de France en mars 174423.

18Une armée catholique : les Alliés le comprenaient bien ainsi également. Les Hollandais mirent en effet sur pied, en vue de la campagne de 1748, un régiment de « religionnaires » français :

  • 24 Heeren L., Mémoires sur les campagnes des Pays-Bas en 1745, 1746 et 1747, Goettingue, J.-F. Roewer (...)

« Tout déserteur de cette nation [la France] qui se disoit de la réligion réformée y étoit reçu ; ç’étoient le plus souvent de si bons protestans, que conduits pour la première fois au temple, on les voyoit par bandes, aller chercher le bénitier. Ce régiment eut le sobriquet de Royal Calvin24. »

  • 25 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 15. L’auteur est un officier de l’armée française pr (...)

19Lorsque l’on considère le déroulement des campagnes militaires avec un peu de hauteur, on constate que les cérémonies religieuses interféraient régulièrement sur le théâtre des opérations au milieu de la vie militaire, rappelant la sacralité de la monarchie. Quand Louis XV arrivait à l’armée ou quand une ville avait été prise, une cérémonie religieuse était organisée à la gloire du roi et des armées de France ; les façades des églises étaient souvent illuminées le soir. Mais le roi visitait aussi les lieux par lesquels on avait attaqué la ville, et les réparations qui avaient été apportées aux parties endommagées ; et il faisait la revue de ses troupes. Et parallèlement, la guerre continuait : des détachements étaient commandés pour aller en reconnaissance. Ainsi en fut-il en 1746, d’après les détails sur les entrées du roi dans les villes prises par l’armée française, et les détails parallèles sur les opérations militaires, donnés par un officier français anonyme dans un journal qu’il publia25.

  • 26 Ibid., p. 28-29.

20À l’occasion de l’arrivée du roi à Malines, où il établit son quartier lors du mouvement de l’armée du 15 mai 1746, on voit clairement l’entremêlement entre la conquête militaire, la prise de contrôle politique et la religion : lorsque le roi sortit de l’église après le Te Deum en son honneur, pour aller à son logement, les rues de la ville étaient bordées par les troupes de la garnison, et par quelques compagnies des gardes françaises et suisses. Et le mémorialiste de décrire : « Le peuple cria beaucoup Vive le Roi, & on lisoit quelque part cette inscription : Vive le roi, et Dieu bénisse ses armes26. »

  • 27 Ibid., p. 21.

21Les ecclésiastiques avaient naturellement leur place au milieu des activités de la campagne militaire : le 12 mai 1746, le prince-évêque de Liège (le cardinal Théodore de Bavière) vint au quartier général du roi Louis XV, près de Louvain, pour lui faire sa cour. Après l’audience le matin et le déjeuner en compagnie du roi, il accompagna ce dernier dans sa revue des troupes l’après-midi27.

La place prioritaire de la religion après la victoire

22Lorsque l’on considère, non plus l’ensemble d’une campagne militaire, mais chaque événement militaire de ladite campagne, il faut souligner que, toujours, lors de l’arrivée du roi à la tête de son armée ou lors de son entrée dans une ville qui venait d’être conquise, les actes à caractère religieux venaient en premier, avant toute autre activité. Ainsi, à l’occasion de la prise de Menin, Barbier écrit (juin 1744) :

  • 28 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 118.

« On a capitulé, & la garnison, composée de Hollandais & d’Autrichiens, est sortie avec les honneurs de la guerre. Le Roi a vu défiler les troupes, & le commandant est descendu de cheval pour lui faire un compliment, après quoi le Roi est entré dans la ville & a été droit à l’église28. »

23Le récit anonyme, déjà cité, des premières entrées du roi dans plusieurs villes du Brabant, conquises par les Français en 1746, permet de saisir le détail du cérémonial, en grande partie religieux, auquel ces entrées – à Bruxelles, à Malines, à Anvers – donnèrent lieu. Rappelons qu’à partir du début des campagnes de Flandre, en 1744, la France s’attacha à conquérir les Pays-Bas autrichiens, en gros, d’ouest en est, depuis la Flandre maritime jusqu’à la Meuse. 1746 fut l’année de la conquête du Brabant (dont la capitale était Bruxelles). Le roi, à son arrivée en Flandre depuis Versailles pour l’ouverture de la deuxième campagne de 1746 (après la campagne d’hiver, qui avait vu la prise de Bruxelles), se rendit à Bruxelles le 4 mai. Par la suite, il entra à Malines le 15 mai, après l’évacuation de la ville par les ennemis dans la nuit du 11 au 12 (et occupation de la ville par les troupes françaises le 12). Louis XV entra à Anvers le 4 juin, après l’évacuation de la ville par les ennemis le 19 mai (et occupation par les troupes françaises le 20 mai). On synthétisera ci-après les entrées du roi à Malines et à Anvers (tout en marquant les quelques divergences), pour décrire le rituel général qui régissait une telle entrée.

  • 29 Le « magistrat » était le nom du corps de ville, en Flandre et en Hainaut.

24Le roi arrive à une porte de la ville à cheval, accompagné des princes du sang et des principaux seigneurs de sa cour (à Anvers, il est accompagné de plus, au rapport du mémorialiste sur lequel nous nous basons, par les principaux officiers de son armée et par une escorte de détachements de sa Maison militaire). Il reçoit des mains du commandant de la ville – c’est un officier général français, nommé lors de l’occupation des villes par l’armée du roi de France – les clefs de la ville, disposées sur un plateau d’argent, au nom du magistrat29. Les membres du magistrat, présents à côté, rendent au roi les hommages, à genoux. Un peu plus loin, le roi est accueilli ensuite par les doyens des corps et métiers, qui portent des flambeaux de cire blanche allumés (environ 200 flambeaux, pour Anvers). Escorté de tout ce monde, le roi se rend à la cathédrale, à la porte de laquelle il est accueilli par l’archevêque ou par l’évêque du lieu, accompagné de son chapitre, pour la célébration d’un Te Deum. Le mémorialiste donne le texte supposé du compliment que fit au roi le cardinal de Bossu, archevêque de Malines, avant son entrée dans la cathédrale :

« Sire, le Dieu des Armées est aussi le Dieu des miséricordes. Tandis que Votre Majesté lui rend des actions de graces pour ses Victoires, nous lui adressons des vœux pour les faire cesser par une paix prompte & durable. Le sang de Jesus-Christ est le seul qui coule sur nos Autels ; tout autre nous allarmes [sic]. Un Prince de l’Eglise doit avoir le courage d’avoüer cette peur devant un Roi Très Chrétien. »

25Le roi lui répondit que ses vœux et ses efforts ne tendaient qu’à ce but.

  • 30 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 25-28 pour l’entrée de Louis XV à Malines, et p. 80- (...)

26L’archevêque ou l’évêque se tient debout pendant le Te Deum, après lequel il récite des prières au bas de l’autel pour le roi et lui donne sa bénédiction. Le chœur est magnifiquement orné, à Malines comme à Anvers, de grands chandeliers d’argent, d’un grand crucifix d’argent doré, et tendu de riches tapisseries. C’est seulement après ce Te Deum que le roi, escorté comme à l’aller, va prendre possession de son logement (la commanderie de l’ordre teutonique à Malines, l’abbaye de Saint-Michel, de l’ordre des prémontrés, à Anvers). Et c’est seulement après cette cérémonie religieuse qu’ont lieu les festivités profanes : le soir, la ville est illuminée, de même que la cathédrale, les façades des églises, les clochers. Pour l’anecdote, à Malines, l’après-midi, le roi émit le souhait de monter au sommet de la tour de la cathédrale, et il en grimpa les 511 marches ; à Anvers, il s’attarda dans la cathédrale, après le Te Deum, à regarder La Descente de Croix, fameux tableau de Rubens30.

L’institution ecclésiale, les armées en guerre et l’occupation militaire

L’impact de la guerre sur les Églises locales

  • 31 Picaud S., « Religion, religieux et lieux de culte dans la pensée militaire et la “petite guerre” (...)

27Les gens d’Église et les lieux de culte souffrirent de la guerre, au même titre que l’ensemble des communautés villageoises situées sur le théâtre des opérations. Nous avons montré dans un autre article la façon dont les lieux de culte – églises, cimetières – furent souvent des lieux de combat dans les villages, des postes à retrancher et à défendre, ou des postes à attaquer31.

  • 32 À environ 25 km à l’est d’Anvers.
  • 33 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 45 (pour Herentals) et 48 (pour la citadelle d’Anver (...)

28D’autre part, le bombardement des villes lors des sièges engendrait des destructions conséquentes, et les bâtiments ecclésiastiques n’y échappèrent pas. Lors du siège de la citadelle d’Anvers, en mai 1746, le mémorialiste anonyme déjà cité rapporte que « l’Eglise, les Magasins, les maisons, les arbres, tout fut abattu, ou extrêmement endommagé ». Pendant ce siège, il y eut aussi un grand incendie à Herentals32, qui détruisit l’église (où les habitants avaient cru mettre en sûreté leurs principaux effets), la moitié de la ville et des magasins de fourrage des Français33.

  • 34 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 118.

29Au titre de l’impact de la guerre sur les bâtiments à caractère religieux, la destruction du couvent des capucins de Menin, lors du siège de la ville, marqua les esprits. La nouvelle de cet incendie gigantesque arriva jusqu’à Paris, puisque l’avocat Barbier en fait mention dans son journal34. Un officier supérieur qui était présent à l’armée de Flandre, Jean-Antoine Sablon du Corail (lieutenant-colonel du régiment du roi cavalerie), s’y étend assez longuement dans sa correspondance privée entretenue avec un parent d’Auvergne, parce que l’événement fut impressionnant. Nous transcrivons ici le passage concerné car la source est peu accessible :

  • 35 Du Ranquet E. et Teilhard de Chardin A.-J., Aux armées du roi. Lettres du lieutenant-colonel de ca (...)

« Il y a eu de part et d’autre un envoi de bombes considérable, mais de notre part particulièrement, qui a mis le feu en différents endroits de la ville ; de façon que plusieurs maisons, entre autres celle des capucins, ont été réduites en cendres. Le vent impétueux qu’il a fait durant trois jours ayant occasionné une plus grande incendie [sic], tous accourraient pour y remédier de leur mieux. Comme la ville est petite, nos bombes tombaient sur cette multitude et la désolaient. Voilà ce qui a avancé la reddition de cette place. On a arboré le drapeau blanc le jour de la Fête-Dieu, 4 de juin, vers les 9 heures du matin, après un grand feu de part et d’autre la nuit qui précéda et toute la matinée35. »

30Selon les deux auteurs qui ont publié les lettres du lieutenant-colonel du Corail, les dommages consécutifs au bombardement furent réparés aux frais du roi et, sur son ordre, le couvent des capucins fut rebâti.

  • 36 G. (anonyme), « Les campagnes du maréchal de Saxe », Revue d’histoire, rédigée à l’état-major de l (...)
  • 37 Picaud-Monnerat S., « Les prisonniers de guerre pendant la guerre de Succession d’Autriche », Jala (...)

31Au titre de l’impact de la guerre sur les gens d’Église, citons ces enlèvements de prêtres, comme d’autres notables locaux, en septembre 1744 en territoire français, en représailles à l’enlèvement de quelques notables de Gand36. Il était convenu pourtant entre les armées de ce temps que les ecclésiastiques devaient être ménagés. Les cartels de guerre de la guerre de Succession d’Autriche (cartels de Grottkau, de Protivin, de Francfort) prescrivaient notamment que les gens d’Église ne devaient pas être faits prisonniers de guerre37.

  • 38 Bavay G., « Soldats et paysans à la limite du Hainaut et du Brabant. Les formes d’une confrontatio (...)

32Au titre du poids de la guerre sur les institutions ecclésiales locales, on peut citer encore les rapines dans les églises, qui furent fréquentes, surtout à la campagne. Un article d’histoire locale fait saillir pour nous par exemple la figure d’un soldat vagabond comme il dut y en avoir beaucoup durant cette guerre, quand on sait le fléau endémique que fut la désertion, dans l’armée française comme dans celle des Alliés. Un certain Julien Feret, âgé de 24 ou 25 ans, originaire des environs d’Angers, milicien de 1743 à 1747, déserteur épisodique, rengagé, déroba en juillet 1748, quelque temps après la signature des préliminaires de paix, du linge précieux en l’église Saint-Rémy du village d’Ecaussinnes d’Enghien. Il y eut de la part de la population villageoise, face à ce déserteur voleur misérable, arrivé sans souliers (on lui en donna), qui essayait de revendre son butin dans une taverne, un mélange ambigu de pitié et de dénonciation. Il fut arrêté en quelques heures dans un village voisin mais finit par s’évader en août 1748 de la prison du châtelain de Braine-le-Comte, où il avait été enfermé38.

Les conséquences de l’occupation militaire pour l’institution ecclésiale

  • 39 Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 2010, p. 406-408, pour le (...)
  • 40 C’est-à-dire au quartier du roi, qui était alors au château de Stein, entre Bruxelles et Louvain.
  • 41 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 21.
  • 42 Service historique de la Défense (Vincennes, France), Département de l’armée de terre, registre A1 (...)

33La phase d’occupation militaire suivait la phase de conquête. Elle donna lieu à d’autres contraintes pour les Églises. Rappelons d’abord ici que, dans les semaines qui suivaient la conquête d’une nouvelle place, une des priorités était d’y installer l’administration française, sous la direction de l’intendant de province. On laissait en général en fonction les autorités locales traditionnelles. Elles devaient seulement prêter serment au roi ou, en son absence, à l’intendant au nom du roi ; l’intendant exerçait sur elles une certaine tutelle39. Ainsi, le 13 mai 1746, « Le cardinal de Bossu, archevêque de Malines & primat des Pays-Bas, vint à la Cour40 pour assurer le Roi de sa soumission, et le lendemain il prêta le serment de fidélité entre les mains de Sa Majesté41. » Comme Louis XV regagna Versailles en juin 1746 pour les couches de la dauphine et ne retourna plus à l’armée cette année-là, c’est l’intendant du Hainaut, Jacques Pineau de Lucé, qui reçut le serment de l’évêque de Namur en octobre 174642.

  • 43 Gand capitula devant l’armée française le 10 juillet 1745.
  • 44 Van Houtte H., Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, Gand-Paris, Van Goethe (...)
  • 45 Ibid., p. 245-246. H. van Houtte recopie les conditions de la capitulation de Bruxelles d’après la (...)

34Lors de chaque capitulation, le roi ou son représentant étaient aussi l’objet de nombreuses suppliques de la part des notables du lieu, dont le clergé, pour le maintien de leurs privilèges par le nouveau souverain. C’est simple à comprendre : la conquête militaire impliquait que tout ce qui était conquis devenait propriété du roi, butin de guerre, au titre du droit de conquête. Le maintien des privilèges, droits, propriété de biens meubles et immeubles, etc., des corps et communautés faisait donc l’objet de pratiques codifiées de demande, appelées « supplications ». Hubert van Houtte a publié par exemple la « Supplication faite à S. M. Très Chrétienne de la part de l’évêque, Clergé et magistrat de la ville de Gand », du 1er août 174543, avec les réponses du roi pour chaque paragraphe. Le premier paragraphe concerne la conservation des privilèges du clergé (évêché, abbayes, chapitres, Églises, hôpitaux, fondations ecclésiastiques…), c’est-à-dire le maintien des fonctions, exemptions, droits et biens, dîmes, meubles et immeubles, et de tous autres droits. Le roi accéda à ces supplications44. De même, l’article 10 du texte de la capitulation de Bruxelles, du 22 février 1746, stipule que le roi « se fera rendre compte aussi des droits et privilèges des abbés, monastères et chapitres45 ».

  • 46 Surirey de Saint-Rémy P., Mémoires d’artillerie, Paris, Rigaud, t. I, 1707 (2e éd.), p. 38, « Des (...)
  • 47 Van Houtte, Les occupations, op. cit., t. II, p. 302-303.
  • 48 Juste T., Histoire de Belgique, illustrée par l’élite des artistes belges, Bruxelles, A. Jamar, 18 (...)

35La confirmation des corps et communautés dans leurs privilèges n’allait cependant pas sans charge financière pour l’Église. Selon une ancienne coutume, quand une ville avait capitulé seulement après que le canon avait commencé à être tiré contre elle, les cloches des églises (et les autres objets en métal, le tout étant appelé « les cloches ») étaient réputées appartenir au grand maître de l’artillerie et devaient être rachetées à prix d’argent par la communauté locale46. Le produit de ce rachat allait en partie au grand maître, et en partie aux officiers qui avaient servi au siège. Au numéro 17 de la liste des « Impositions et exactions subies par la province de Namur », transcrite par H. van Houtte pour 1745-1747, on lit, par exemple, « rachat des cloches de la ville par Namur-fl. [florins] 24 00047 ». Dans le même ordre d’idées, le comte d’Eu, prince du sang, exigea, en sa qualité de grand maître de l’artillerie de France, une somme assez considérable pour le rachat des cloches de toutes les églises, couvents et chapelles de Bruxelles48.

  • 49 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VII, p. 199.

36Il reste à parler de l’effort qui fut consenti par l’Église de France pour financer la guerre de Succession d’Autriche. La guerre épuisa en effet les ressources financières de la France. On voit la trace de cet effort, important, dans le journal de Barbier comme dans les mémoires du duc de Luynes. En décembre 1746, Barbier énumère les mesures fiscales et les créations de rentes qui furent décidées par le roi de France pour financer la campagne de 1747. Parmi ces nouveautés, il y a une demande de don gratuit extraordinaire faite au clergé (« On demande au clergé, qui ne paie point de dixième, un don gratuit extraordinaire de douze millions, pour quoi il y aura assemblée du clergé au commencement de l’année prochaine49 »). Dans les doléances qui furent présentées par le clergé au roi durant l’année 1749 en réaction contre le nouvel impôt du vingtième, auquel la monarchie entendait aussi l’assujettir, on voit les montants payés par le clergé des différentes provinces du royaume pour financer la guerre de 1741 à 1748. Le clergé de Bourgogne rappelle par exemple (lettre transcrite dans les mémoires du duc de Luynes) :

  • 50 Mémoires du Duc de Luynes, op. cit., t. X, p. 467-474, « Très-humbles et très-respectueuses remontr (...)

« On ne dira pas, Sire, que nous cherchons à nous prévaloir de nos exemptions pour nous dispenser de contribuer aux charges de l’Etat. Qu’il nous soit permis d’en appeler à la propre expérience qu’en a faite Votre Majesté. Ne lui avons nous pas donné 54 millions depuis la dernière guerre […]. Après avoir fait de si grands efforts pendant la guerre, n’avions-nous pas lieu d’espérer d’être traités favorablement au moment de la paix50. »

*

37En conclusion, il faut retenir d’abord l’imbrication, qui était naturelle à l’époque, entre la religion et les événements militaires à la guerre. Dans ce cadre, nous avons vu cet auteur anonyme du journal de la campagne du roi de 1746 mettre en valeur les célébrations religieuses qui scandaient les victoires militaires et la présence du roi à l’armée. Cependant, le plus souvent, les autres écrits de militaires écrivains que nous avons consultés au fil des années s’intéressent peu, ou pas, à ces aspects. Si ceux-ci formaient le fond rituel et non remis en cause des actions, s’ils affleurent dans les feuilles d’informations publiques, ils apparaissent peu dans la correspondance des officiers à la guerre, soit que cette correspondance fût officielle et s’occupât des opérations ou des éléments d’intendance, soit que cette correspondance fût privée et s’attardât sur les conditions d’existence des auteurs à l’armée, à côté des opérations militaires de portée générale. Ce désintérêt fait écho au relatif désintérêt pour l’encadrement religieux des soldats, auquel nous avons fait référence en introduction.

  • 51 Recueil de mandemens… de l’archevêque de Paris (1781), op. cit., t. 3, p. 111-115 (pour le Te Deum (...)

38Le cadre rituel qui entourait les victoires militaires évolua apparemment après la guerre de Succession d’Autriche, tout comme l’attitude du gouvernement à l’égard de l’encadrement religieux. Dans ces deux domaines, la fin de l’Ancien Régime montra une inversion de tendance. D’une part, les Te Deum, qui étaient un signe de la place de la religion au cœur de l’État, se raréfièrent en France dans le cadre des conflits suivants auxquels la France fut mêlée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime : huit Te Deum entre 1756 et 1763, pour la guerre de Sept Ans, côté français (dont un en action de grâces pour le rétablissement de la paix en 1763) ; deux Te Deum, en 1779 et en 1781, pour la guerre d’Indépendance américaine51. Il ne faut pas voir là un changement de mentalité, ou un changement du rapport de l’État à la guerre ou à la religion. Cette diminution est facile à comprendre du point de vue tout bonnement factuel : la guerre de Sept Ans fut marquée essentiellement, pour la France, par des défaites ; dans la guerre d’Indépendance américaine, la France n’était qu’auxiliaire des Américains. C’est l’autre domaine où se fit jour une inversion de tendance qui montre en revanche une réelle évolution des mentalités, au moins au sommet de l’État, à la fin de l’Ancien Régime : la monarchie prit conscience de l’importance de la pratique religieuse individuelle pour la morale et la discipline du soldat, et le comte de Saint-Germain, durant son passage au secrétariat d’État de la Guerre (1775-1777), s’employa à la faire progresser dans l’armée. La question globale de la place de la religion dans les contextes de guerre au XVIIIe siècle invite donc à des conclusions différenciées en fonction du niveau d’analyse.

Notes

1 Corvisier A., L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul : le soldat, Paris, Presses universitaires de France, 1964, t. II, p. 865-872.

2 Le roi était tombé malade en août à Metz.

3 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat de Paris, Clermont-Ferrand, éd. Paleo, t. VI (1743-1744), 2005, p. 147. Les motifs de ce Te Deum de septembre, que Barbier donne très partiellement, furent au nombre de trois : départ des Autrichiens de l’Alsace, pour aller combattre les Prussiens entrés en Bohême ; victoire des Espagnols et Napolitains à la bataille de Velletri (dans le Latium, les 10 et 11 août) contre les Autrichiens ; prise aux Autrichiens le 17 août, par les Gallispans, du fort de Démont, qui défendait l’entrée du Piémont. Cf. la lettre du roi du 9 sept. 1744, ordonnant le Te Deum, dans : Recueil des mandemens de Monseigneur l’évêque d’Auxerre [Charles de Caylus], depuis l’année 1744, s. l., 1744, 62 p., p. 61-62.

4 Barbier ne mentionne qu’un Te Deum pour 1747, pour la prise de Berg-op-Zoom le 16 septembre. Mais on sait qu’un Te Deum fut ordonné aussi pour célébrer la victoire de Lawfeld (2 juillet 1747). Voir par ex. : Recueil de mandemens, lettres et instructions pastorales de Monseigneur l’archevêque de Paris, depuis 1747, jusques & compris 1779, Paris, Cl. Simon, 1781, 3 t. en 1 vol. (3 paginations, 1 seule page de titre), t. I, p. 14-16 (mandement) puis 16-18 (lettre du roi) ; l’ouvrage comprend une dernière partie avec nouvelle page de titre et table des matières séparée, comme suit : Recueil de mandemens de monseigneur l’archevêque de Paris. Depuis 1779, jusques & compris 1781, Paris, Cl. Simon, 1781, 16 p.

5 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 113 ; Mémoires du Duc de Luynes sur la Cour de Louis XV (1735-1758), t. V, 1743-1744, Paris, Firmin Didot, 1861, p. 434.

6 Anonyme, Journal de la campagne du roi en MDCCXLVI, contenant ses entrées dans Bruxelles, dans Malines et dans Anvers ; le journal du siège de la citadelle d’Anvers, & tous les mouvemens des deux armées depuis l’arrivée du Roi en Brabant, jusqu’à son départ…, Anvers, s. n., 1746, 117 p., p. 15-16. Rappelons qu’on appelait « Alliés » les armées conjointes des Autrichiens, des Anglais et des Hollandais, contre qui les Français combattaient en Flandre.

7 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VIII, (1748-1750), p. 27.

8 Fogel M., « Célébrations de la monarchie et de la guerre : les Te Deum de victoire en France de 1744 à 1783 », Viallaneix P. et Ehrard J. (dir.), La bataille, l’armée, la gloire, 1745-1871, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2 t. en 1 vol., t. I, 1985, p. 36.

9 Ibid., p. 40, par ex. : si le roi appelle certains officiers généraux « mon cousin » dans les années 1740, et certains autres « le comte de… » plus tard dans le siècle, ce n’est pas le signe d’un accroissement de la distance, au fil du temps, entre le roi et ses officiers (!). C’est simplement que le roi appelait « mon cousin » les princes du sang, les ducs et pairs, et les maréchaux, et que les derniers officiers généraux cités par Michèle Fogel ne l’étaient pas.

10 Pour le détail des festivités, voir par ex. l’occasion de la prise de Menin (4 juin 1744) : Barbier E.-J.- F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 119. Annulation des illuminations prévues pour la prise de Tournai : ibid., t. VII, (1745-1747), p. 59.

11 Ibid., t. VII, p. 128. Autres mentions des drapeaux et étendards apportés lors des Te Deum de victoire : ibid., p. 170 (13 août 1746, pour la prise de Charleroi et du fort de Saint-Guillain), p. 184 (12 oct. 1746, pour la prise de la ville et des châteaux de Namur) et p. 189 (26 oct. 1746, pour la bataille de Raucoux).

12 La procédure était peu connue des contemporains. Le duc de Luynes en apprit des détails par le secrétaire d’État Saint-Florentin. Voir Mémoires du Duc de Luynes, op. cit., t. V, p. 479-480.

13 Combeau Y., Le Comte d’Argenson, ministre de Louis XV, Paris, École des Chartes, 1999, p. 129.

14 Texte qui réglait le détail de la vie religieuse d’un diocèse.

15 Mémoires du Duc de Luynes, op. cit., t. V, p. 468-469 et 479.

16 Recueil de mandemens de Monseigneur l’évèque d’Auxerre, depuis l’année 1705, Auxerre, F. Fournier, 2 t. en 1 vol. (t. I, publié en 1746 pour les années 1705-1743 ; t. II, publié en 1748 pour les années 1744-1748) ; ibid., 1744, op. cit. (avec lettres du roi annexées, contrairement au recueil précédent). Concernant l’archevêché de Paris, deux compilations au moins, légèrement différentes dans leur présentation, sont accessibles aujourd’hui. Nous avons consulté : Recueil de mandemens… de l’archevêque de Paris, op. cit.

17 Pour Fontenoy : The Political Cabinet; or, an Impartial Review of the most remarkable Occurrences of the World, Particularly Europe, Londres, J. Roberts, 1745, p. 407 ; pour Berg-op-Zoom: The Gentleman’s Magazine, by Sylvanus Urban, Gent., Londres, E. Cave, vol. 17, octobre 1747, p. 464.

18 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 119. Barbier donne, pour date de la lettre du roi, le 13 juin, ce qui semble erroné car la transcription de cette lettre dans le recueil de mandements de l’archevêque d’Auxerre est datée du 7 juin.

19 Recueil … d’Auxerre (1744), op. cit., p. 25-28. Ce recueil ne recopie pas le paragraphe qui, à la fin des mandements, contenait les dates auxquelles les différentes églises du diocèse devaient faire chanter les Te Deum. Ce paragraphe est parfois maintenu dans le recueil concernant l’archevêque de Paris (par ex. pour la bataille de Lawfeld, de juillet 1747).

20 G. (anonyme), « Les campagnes du maréchal de Saxe », Revue militaire (rédigée à l’état-major de l’armée), vol. 2, no 17, (Paris, Chapelot et Cie) août 1900, p. 557-618, ici p. 574-575. L’article transcrit l’intégralité de l’inventaire du parc d’artillerie.

21 Voir par ex. : Mouillard L., Les Régiments sous Louis XV, Paris, J. Dumaine, 1882, chap. vi.

22 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 83.

23 Ibid., p. 105 (dans le journal d’avril, sans dater la nomination) ; Bois J.-P., Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1992, p. 315.

24 Heeren L., Mémoires sur les campagnes des Pays-Bas en 1745, 1746 et 1747, Goettingue, J.-F. Roewer, 1803, p. 296, n. 1.

25 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 15. L’auteur est un officier de l’armée française présent en Flandre durant cette campagne, notamment au siège de la citadelle d’Anvers, cf. p. 44, n. a et p. 48.

26 Ibid., p. 28-29.

27 Ibid., p. 21.

28 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 118.

29 Le « magistrat » était le nom du corps de ville, en Flandre et en Hainaut.

30 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 25-28 pour l’entrée de Louis XV à Malines, et p. 80-82 pour son entrée à Anvers. Le tableau de Rubens (peint de 1611 à 1614) est encore dans la cathédrale d’Anvers aujourd’hui.

31 Picaud S., « Religion, religieux et lieux de culte dans la pensée militaire et la “petite guerre” au XVIIIe siècle : modérateurs ou auxiliaires de la violence ? », Joly B. et Weber J. (dir.), Églises de l’Ouest, Églises d’ailleurs. Mélanges offerts à Marcel Launay, Paris, Les Indes Savantes, 2009, p. 81-95.

32 À environ 25 km à l’est d’Anvers.

33 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 45 (pour Herentals) et 48 (pour la citadelle d’Anvers).

34 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VI, p. 118.

35 Du Ranquet E. et Teilhard de Chardin A.-J., Aux armées du roi. Lettres du lieutenant-colonel de cavalerie Sablon du Corail (1741-1750), Paris, H. Champion, 1929, p. 86-87, lettre écrite par Du Corail à M. de Fretat (époux d’une de ses nièces), depuis l’armée de Saxe, sous Courtray, le 6 juin 1744.

36 G. (anonyme), « Les campagnes du maréchal de Saxe », Revue d’histoire, rédigée à l’état-major de l’armée (à partir de 1901, cette revue a pris la suite, sous un nouveau nom, de la Revue militaire, citée supra), vol. 11, no 32, août 1903, p. 225-298, ici p. 293.

37 Picaud-Monnerat S., « Les prisonniers de guerre pendant la guerre de Succession d’Autriche », Jalabert L. (dir.), Les prisonniers de guerre (XVe-XIXe siècles). Entre marginalisation et reconnaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

38 Bavay G., « Soldats et paysans à la limite du Hainaut et du Brabant. Les formes d’une confrontation parfois pacifique (1570-1750) », Revue belge d’histoire militaire, XXIV-7, septembre 1982, p. 635-654 (ici p. 642-644 et 647).

39 Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 2010, p. 406-408, pour le principe général et pour l’exemple du Hainaut en 1746.

40 C’est-à-dire au quartier du roi, qui était alors au château de Stein, entre Bruxelles et Louvain.

41 Anonyme, Journal de la campagne, op. cit., p. 21.

42 Service historique de la Défense (Vincennes, France), Département de l’armée de terre, registre A1 3143, pièce 92, lettre de Lucé au comte d’Argenson, de Namur le 14 oct. 1746, 2 p.

43 Gand capitula devant l’armée française le 10 juillet 1745.

44 Van Houtte H., Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, Gand-Paris, Van Goethem-Champion, 1930, t. II, p. 243-245.

45 Ibid., p. 245-246. H. van Houtte recopie les conditions de la capitulation de Bruxelles d’après la Gazette d’Utrecht du 4 mars 1746. Ces conditions sont un résumé des deux capitulations signées en fait par le maréchal de Saxe, l’une avec les Autrichiens, l’autre avec les Hollandais.

46 Surirey de Saint-Rémy P., Mémoires d’artillerie, Paris, Rigaud, t. I, 1707 (2e éd.), p. 38, « Des cloches ».

47 Van Houtte, Les occupations, op. cit., t. II, p. 302-303.

48 Juste T., Histoire de Belgique, illustrée par l’élite des artistes belges, Bruxelles, A. Jamar, 1842, p. 524.

49 Barbier E.-J.-F., Journal d’un avocat, op. cit., t. VII, p. 199.

50 Mémoires du Duc de Luynes, op. cit., t. X, p. 467-474, « Très-humbles et très-respectueuses remontrances présentées au roi par l’assemblée générale du clergé du comté de Bourgogne (17 septembre 1749) », ici p. 472-473. Voir aussi, aux p. 462-466, l’échange de correspondance entre le contrôleur général des finances et l’évêque de Verdun, entre juin et septembre 1749.

51 Recueil de mandemens… de l’archevêque de Paris (1781), op. cit., t. 3, p. 111-115 (pour le Te Deum de 1779), et dernière partie, p. 13-16 (pour le Te Deum de 1781).

Auteur

Agrégée et docteur en histoire, membre du comité de la Commission suisse d’histoire militaire

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540