Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Deuxième partie. Les églises, l'armée et la guerre

Dieu et Mars : le clergé alsacien pendant la guerre de Succession d’Espagne (1702-1714)

Claude Muller

Texte intégral

  • 1 Archives du Sénat à Paris, 3 FPM, mémoire manuscrit sur l’Alsace de Félix Le Pelletier de La Houss (...)

« L’on ne peut pas disconvenir que les ecclésiastiques allemands [= alsaciens] ont beaucoup plus de docilité pour leurs supérieurs que les Français. Ils sont bien plus aisés à gouverner et à conduire pourvu que l’on veuille se donner le moindre soin pour les gagner et leur faire entendre raison1. »

  • 2 Né à Paris le 25 mars 1663, fils d’un maître des requêtes, intendant de Soissons en 1694, intendan (...)
  • 3 Né à Blois le 11 novembre 1643, il commence comme commis dans les bureaux de Louvois qui estime se (...)

1Cette appréciation émane de Félix Le Pelletier de La Houssaye2, nouvel intendant d’Alsace, successeur de Jacques de La Grange3 et date de 1700.

  • 4 A.S.P., 3 FPM, fo 127.

2De La Houssaye poursuit sa description : « Le commun des curés est plus savant et mieux instruit dans les principes de théologie et de religion que les curés de la campagne du royaume, quoiqu’ils n’aient pas tant de vivacité que les autres. Ils sont peu instruits de la discipline exacte pour la vie ecclésiastique. Pour l’extérieur, ils ne sont pas capables de se laisser persuader de la nécessité de porter les cheveux courts, un habit long et modeste, tels que les canons le prescrivent. S’ils le font pour la plupart, c’est par déférence ou par crainte pour leurs supérieurs, mais ce n’est point par mouvement de cœur. » L’intendant n’en a pas encore fini : « Le clergé est plus respecté entre les Allemands qu’il ne l’est en France. Si un curé apprend quelques désordres dans sa paroisse, il ne recevra point ceux qui auront fait du scandale à l’église qu’il ne leur ait fait faire une pénitence. Les autres qui ont fait quelque faute contre le service de Dieu, il les met à l’amende et les punit sans que qui que ce soit s’y oppose4. »

  • 5 Livet G., L’intendance d’Alsace sous Louis XIV (1648-1715), Paris, Publications faculté de Lettres (...)
  • 6 Muller Cl., Guerres et paix sur la frontière du Rhin au XVIIIe siècle, Drusenheim, Société d’histo (...)
  • 7 Bély L., Berenger J. et Corvisier A., Guerres et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, Paris, Sedes, (...)
  • 8 Corvisier A., La France de Louis XIV, Paris, Sedes 1979 et Le contrôle des troupes sous l’Ancien R (...)
  • 9 Pommois L., La guerre de 1701-1714 dans le Ried Nord, Drusenheim, Société d’histoire et d’archéolo (...)

3Le commentaire de celui que l’on a surnommé l’œil du roi dans la province nous décrit par conséquent, au début du XVIIIe siècle, un clergé alsacien non encore assimilé au clergé français, même si quelques louanges ne manquent pas. Ce clergé particulier vit dans une région prospère5 et surtout frontière6 avec tout cela comporte comme danger dans le contexte bruissant des guerres louis-quatorziennes7. Pour appréhender l’attitude des ecclésiastiques locaux dans un conflit8, il nous est possible de recourir à deux chroniques évoquant la guerre de Succession d’Espagne9, qui se déroule sur le sol alsacien. À travers les deux récits apparaissent deux visions de la guerre, loyalisme et circonspection, relayées par ailleurs par d’autres sources plus marginales.

Deux chroniqueurs de la guerre

  • 10 Klele J., Haguenau pendant la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714), Haguenau, Imp. Haguenau, (...)
  • 11 Rapp F. et Muller Cl., Koenigsbruck. L’histoire d’une abbaye cistercienne, Drusenheim, Société d’h (...)

« Après une courte période de paix et à peine tout remis en ordre, une nouvelle guerre malfaisante éclata entre Sa Majesté impériale et le très catholique roi de France à cause de la couronne d’Espagne. L’abbesse fit immédiatement transporter lettres, documents, ornements religieux, argent, vin et autres choses utiles à Haguenau10, au cas où la communauté fut dans l’obligation de quitter l’abbaye. Cette prudente prévoyance fut pertinente. Le 22 avril 1702, les troupes impériales franchirent en effet le Rhin près de Lauterbourg, occupèrent la ville de Wissembourg. Une centaine de cavaliers français arrivèrent à Koenigsbruck le 30 avril et détruisent les ponts du Sauerbachgraben11. »

  • 12 La biographie de cet ingénieur souffre de quelques lacunes. Il apparaît comme ingénieur ordinaire, (...)
  • 13 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, fonds Alsace, section Mémoires et Documents (...)
  • 14 Guillin ne néglige pas les murs religieux. L’abbaye des cisterciens de Neubourg, dans la Forêt Sai (...)

4Ces quelques mots jetés en allemand sur le papier par le confesseur des cisterciennes de Koenigsbruck, Richard Schlee, nous introduisent, de plain-pied, dans les débuts d’un conflit particulièrement meurtrier pour l’Alsace septentrionale. Écrits au moment où l’ingénieur militaire Guillin12 achève, à toute vitesse, un impressionnant mémoire13 énumérant les cours d’eau, les forêts, les localités et leurs enceintes, murs14 et murets, du secteur géographique, ces bribes malheureusement s’arrêtent là, nous laissant sur notre faim. Heureusement deux autres sources littéraires suppléent à ce manque.

Dom Bernardin de Ferrette, un pieux bénédictin

  • 15 Ingold A.-M.-P., « Le diarium de Murbach de dom Bernardin de Ferrette », Revue catholique d’Alsace(...)

5Né à Porrentruy le 18 juin 1680, François Antoine Conrad de Ferrette15, fils d’un lieutenant-colonel au régiment de Montjoie, fait profession à l’abbaye bénédictine de Murbach, dans le sud de l’Alsace, à l’âge de 17 ans, en 1697, sous le nom de dom Bernardin. Il est l’auteur d’un recueil d’éphémérides, classé par mois et par jours, rédigé en latin couvrant la période 1687 à 1746. Il n’existe pas pour cette époque du moins et en Alsace un ouvrage qui, sous ce rapport, puisse être comparé à cette chronique.

  • 16 Références des citations à suivre : RCA, 1894, p. 12 (27 août 1712) ; p. 14 (14 janvier 1703) ; p. (...)

6Suivons les étapes de la guerre16, à travers la vision du pieux religieux. Première mention du conflit dans son diaire le 27 août 1702, soit quatre mois tout de même après le début des hostilités – il est vrai que Murbach se trouve à 200 kilomètres de l’épicentre : « Joseph, roi des Romains, étant venu mettre le siège devant Landau et la guerre menaçant de s’étendre sur tout le pays, les pères de Saint-Gall qui nous servaient d’auxiliaires rentrèrent dans leur monastère. »

7L’année suivante, dom Bernardin relève, le 30 mai 1703, une dangereuse extension du conflit, même si elle est éphémère : « Un corps de hussards et autres soldats de l’empereur se détache de l’armée qui assiégeait Landau et fait une incursion en Lorraine. Il pousse une pointe jusqu’à Luxeuil et pille la ville de Sainte-Marie-du-Chêne, à deux mille de Lure. Après avoir imposé une contribution à l’abbaye de cette ville, les soudards s’éclipsent avec leur butin. » Deux faits guerriers méritent un relevé du chroniqueur : la prise de Vieux Brisach par les Français, notée le 6 septembre 1703, la défaite des Français et de leurs alliés bavarois à Hochstaedt, évoquée le 14 août 1706.

8Après la mention de l’explosion de la poudrière de Colmar le 23 janvier 1705, voici un curieux rapprochement le 12 mai 1706 : « Toute l’Europe est terrifiée par une éclipse de soleil telle que jamais il n’y en avait eu. Les chauves-souris et les autres oiseaux de nuit volaient en plein midi. Ce jour-là, les Français furent obligés de lever le siège de Barcelone. » Preuve que le diariste avait accès à des informations internationales. La guerre concerne le chroniqueur, car son frère, François Joseph de Ferrette, capitaine au régiment suisse de Greder, succombe le 16 octobre 1708 des suites d’une blessure reçue au siège de Lille en Flandre.

9Quatre mentions terminent une chronologie somme toute succincte. Relevé de la bataille de Rumersheim sans la citer nommément, mais uniquement avec les évocations du général français vainqueur et de l’Autrichien défait le 26 août 1709 : « Jour glorieux pour Eleonor comte (plus tard maréchal) du Bourg, jour néfaste pour le comte de Mercy et l’armée impériale. J’apprends à Schinznach la défaite de ce dernier par un courrier qui allait apporter la nouvelle à Bade en Suisse au comte de Luc, conseiller au roi très chrétien. » Restent la mention de la prise de Fribourg par les Français le 1er décembre 1713, ainsi que deux occurrences concernant la paix.

Le jésuite anonyme de Molsheim

  • 17 Archives du Sénat à Paris, 3 FPM, fos 102-105.

10L’intendant Félix Le Pelletier de La Houssaye ne décrit pas seulement, dans son mémoire, le clergé séculier alsacien ; il donne aussi de précieuses données sur les jésuites locaux, même s’il ne dit pas explicitement que deux catégories de jésuites œuvrent dans la région : des jésuites français de la province de Champagne (Strasbourg) et des jésuites allemands de la province du Rhin supérieur (Haguenau, Sélestat, Molsheim). « A Strasbourg, ils se sont placés derrière la cathédrale. Ils ont soin du séminaire… un établissement très utile et absolument nécessaire pour le gouvernement du diocèse où il y a une grande disette de pasteurs, car on n’en peut tirer de France à cause de la différence de langue… On y vit si exemplairement que l’on peut dire que c’est la meilleure école et la plus régulière de la province17. »

  • 18 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, Section Mémoires et Documents, fonds Alsace (...)

11À Haguenau, les jésuites prêchent tous les dimanches en allemand dans la paroisse Saint-Georges. À Sélestat, ils n’enseignent que les humanités et prêchent dans leur église de Sainte-Foy. À Molsheim, « ils ont une académie ; on y fait des docteurs en philosophie et en théologie. » Et la conclusion est lourde de conséquence : « Le provincial réside dans les terres de l’empire. » À peine quelques mois plus tard, l’intendant écrit18 à Chamillart le 13 juillet 1702 : « En temps de paix, il n’y a que du bien à dire de ces jésuites allemands, mais les relations continuelles qu’ils sont obligés d’entretenir avec les pères de leur collège les rendent fort suspect en temps de guerre. » Voici résumé le problème de l’Alsace : la région parle la langue de l’ennemi et abrite des étrangers aussi assimilés à l’adversaire militaire.

  • 19 Seyfried C., « Les jésuites en Alsace [en fait à Molsheim] », RCA, 1897, p. 365-375 ; p. 458-467 ; (...)
  • 20 RCA, 1897, p. 368 (1704) ; p. 370 (1705) ; p. 460 (1708) ; p. 463-465 (1709) ; p. 465 (1710) ; p. 4 (...)

12Les jésuites de Molsheim ont laissé pour la postérité une histoire du collège19, rédigée en latin par différents chroniqueurs qui n’indiquent pas leur nom, laquelle comprend les années de 1704 à 1765. Plus que dom Bernardin de Ferrette, ces scribes fournissent d’utiles données. Présentons donc ces informations20 évoquant la guerre de Succession d’Espagne, en commençant par 1704 :

« Le régiment d’infanterie de Navarre partit avec plusieurs autres pour la Bavière, où l’armée royale essuya une défaite désastreuse. Une partie fut détruite, une autre partie emmenée en captivité par le général impérial Eugène de Savoie et le général anglais Malborough après que peu de temps auparavant le margrave Louis de Bade eut mis hors de combat et taillé en pièces une nombreuse armée franco-bavaroise près de Donauwerth, situé sur une haute colline et entouré de fossés et de retranchements. Enfin le même Louis de Bade, sous la direction de Joseph Ier, roi des Romains, reconquit la forteresse de Landau et la rendit à l’empereur. »

13Le « tumulte de la guerre », pour reprendre la formulation du chroniqueur, nous vaut ce développement pour 1705 :

« Les commissaires de l’armée impériale exigèrent du collège une contribution de 2 028 florins du Rhin pour les années 1704, 1705 et 1706 et cela sans délai et avec menace de tout mettre à mort, à feu et à sac, tandis que les commissaires du roi de France défendirent de payer quoique ce fût et cela également sous peine de mort. Dans cette perplexité on se recommanda à Dieu par des prières spéciales… Il fut décidé qu’on demanderait des saufs conduits pour des envoyés allant traiter au nom des trois communautés [des jésuites, des chartreux de Molsheim, des chanoines de Haslach]. Les saufs conduits furent accordés. Mais comme les commissaires impériaux profitèrent de l’occasion pour formuler de plus fortes prétentions, les mandataires s’en retournèrent dans le but d’en référer à leurs supérieurs. Dans l’intervalle était arrivée une nouvelle défense de la part des Français d’entrer en négociation avec les Allemands. »

14Si en 1708, le chroniqueur s’insurge à nouveau contre les contributions excessives, il signale aussi la tentative de franchissement du Rhin par les impériaux sous le commandement de l’électeur de Hanovre et de Lunebourg. L’année 1709, par contre, est abondamment commentée :

« La cour royale donna un décret qui, sous les peines pécuniaires et corporelles les plus graves, ordonna à chaque famille de remettre l’indication exacte de toute sa provision de blé et du nombre de membres dont elle se composait, afin que l’intendant pût établir ses taxes et transporter le superflu aux magasins royaux. Par suite de cette combinaison, la ville de Strasbourg dut livrer 20 000 sacs, le comte de Hanau 6 000 et la noblesse, ainsi que le clergé d’Alsace un nombre proportionné aux indications fournies. Le collège qu’on avait taxé pour 135 sacs de froment fut dispensé de faire la livraison, grâce à l’intervention de l’évêque.
C’est surtout en été que la famine se fait sentir, traînant à sa suite les maladies et d’autres misères. Pour remédier aux maux, on eut recours à des exactions inouïes imposées à tous, à l’exception de la noblesse et du clergé. Quoique la récolte fut à peine terminée et ne fut pas suffisante pour l’entretien des habitants de la province un nouveau décret ordonna à tous ceux qui maniaient d’une charrue de livrer aux magasins royaux 60 000 sacs d’orge et 20 000 sacs de froment, avant la fin de septembre. La province entière fut imposée pour 2 millions et 50 000 rations de foin et d’avoine. La ration était estimée à 4 sols du Rhin ou 8 gros… Vers les mois de septembre et d’octobre, les horreurs de la guerre ne firent qu’augmenter la misère. »

  • 21 Comme l’a remarquablement démontré Muller G., L’Alsace et la Guerre, op. cit. Récit de cette batai (...)
  • 22 Corvisier A., La bataille de Malpaquet, 1709. L’envahissement de la France évité, Paris, Economica (...)

15Le jésuite consacre deux paragraphes à Rumersheim. Notons l’importance de cette bataille, signalée par les deux chroniqueurs, laquelle évite l’invasion de l’Alsace. Cette bataille est pourtant totalement occultée par l’historiographie française, à cause de celle de Malpaquet, plus meurtrière, plus importante géographiquement du fait de sa proximité avec Paris21, concentrant en définitive l’attention22. Pour 1710, le commentaire se fait à peine plus discret : « On s’était quelque temps bercé de l’espoir qu’après une guerre longue et sanglante, la paix serait enfin conclue. Le ciel ne parut pas vouloir exaucer ces vœux, de sorte que les hostilités, les batailles et les sièges recommencèrent. » Puis le chroniqueur ajoute :

« En Flandre, sous la direction d’Eugène de Savoie et de Malborough, les forts de Douai et de Valenciennes furent assiégés et pris d’assaut. Dans l’Aragon, Philippe IV, deux fois battu par Charles III, fut expulsé de toute l’Espagne, au mois de septembre, en sorte que ce dernier monta sur le trône de Madrid. Mais au mois de décembre, il eut le même sort que son compétiteur Philippe. Manquant de vivres, il subit des défaites désastreuses et perdit non seulement la moitié de son armée, la Castille et l’Aragon, mais encore Girone la majeure partie de la Catalogne.
En Hongrie, les rebelles furent battus par les impériaux. Erlau et la plupart des places fortifiées se soumirent de nouveau à Joseph le roi légitime. En Suède, les Moscovites s’emparèrent de Riga et de Narva, ainsi que de presque toute la Finlande et la Livonie.
En Alsace, dès que la moisson fut rentrée, on imposa la province pour 80 000 sacs ou quartaux de blé et deux millions et cinquante mille rations de foin et d’avoine. On intima à tous les habitants du royaume l’ordre de payer la dîme jusqu’au troisième mois après la conclusion de la paix. Cependant l’intendant, faisant ressortir l’attachement de l’Alsace pour le roi et relevant tout ce que ses habitants avaient déjà fourni et fournissaient encore, obtint que la province fut exemptée des dîmes royales au moins pour l’année suivante. »

16La guerre se ralentit quelque peu du côté oriental en 1711, ce qui transparaît dans la remarque annuelle : « L’Alsace resta à l’abri de nouveaux dangers. Atterrée par la mort subite de l’empereur Joseph, l’Allemagne se tint sur la défensive, en attendant l’arrivée de Charles VI qui vient d’Espagne pour occuper le trône de son frère. » La maison de Molsheim n’est pas oubliée : « Le collège a dû payer tout de même aux commissaires impériaux la contribution stipulée les années précédentes, mais la charge fut moins onéreuse que celle imposée par le roi très chrétien sous le nom de don gratuit si, par abus de mots, il est permis de l’appeler ainsi. »

17Le même leitmotiv revient pour 1712 : « Les Anglais, soit par désir de la paix, soit pour un autre motif, se détachèrent de leurs anciens alliés et la guerre recommença avec fureur et se concentra dans la Belgique. L’Alsace n’en ressentit pas autrement les suites que par les impositions de main morte, comme on les appela. Le collège paya pour sa part 35 florins. » Et pour 1713, les remarques ne varient pas : « Pendant que l’empereur et les princes de l’empire soutenaient seuls la guerre, après la défection des Anglais, des Hollandais, de l’Espagne et de la Savoie et même du roi de Prusse, les Français dirigèrent toutes leurs forces du côté du Rhin et s’emparèrent de Landau et ensuite de Fribourg. L’on peut conjecturer les nombreuses charges qui pesèrent sur toute l’Alsace. »

Une même vision de la guerre ?

18Reprenons les deux textes de dom Bernardin de Ferrette et du chroniqueur des jésuites de Molsheim. Il faut nous attarder sur quelques passages et lire entre les lignes.

La France, la monarchie et l’éternel

  • 23 RCA, 1894, p. 14 (14 janvier 1703) ; p. 15 (6 septembre 1703) ; p. 17 (30 avril 1704) ; p. 19 (14 (...)

19Si dom Bernardin de Ferrette relève scrupuleusement, mais partiellement – il n’indique qu’un des quatre sièges de Landau par exemple – les faits de guerre, il trahit aussi ses sentiments. Reprenons chronologiquement ses écrits23. Quatre mois après sa première mention du conflit, le 14 janvier 1703, il écrit : « Louis le Grand élève à la dignité de maréchal de France le comte Conrad de Rosen, seigneur de Bollwiller, ainsi que le marquis d’Huxelles. Tout le voisinage est en joie. » Sensible à la faveur royale pour un de ses voisins ou contemporains, le chroniqueur ne cache pas sa joie à l’annonce d’une victoire française le 6 septembre 1703 : « Jubilation générale par tout le pays d’Alsace à l’annonce de la prise de Vieux Brisach après treize jours de siège par Louis duc de Bourgogne [en fait par Villars]. Le gouverneur de la place, Philippe comte d’Arc, inculpé d’avoir capitulé prématurément, fut décapité à Bregenz le 19 février 1704. »

20La vision nobiliaire et l’amour du royaume ne vont pas sans référence à Dieu le 30 avril 1704 : « Le vicaire général de Bâle Jean Christophe Haus… avait solennellement béni, dans la matinée, les drapeaux et insignes de plusieurs régiments notamment de ceux du régiment de Champagne appelant la bénédiction céleste sur toute l’armée française qui se dirigeait vers la Forêt Noire pour pénétrer en Souabe et en Bavière. »

21Les préférences de dom Bernardin de Ferrette pour la France apparaissent le 14 août 1704 :

« Une nouvelle fort désirée des partisans de la France nous vient des bains de Soultzbach et se répand en Alsace. Il s’agit de la défaite des Impériaux par l’électeur de Bavière et le général de Tallard. C’était chose inventée et répandue par la poste afin de jeter un peu d’eau froide sur la trop vive pétulance des Bâlois et Mulhousiens [calvinistes], lesquels étaient tous du parti de Malborough. A Strasbourg, à Sélestat et autres lieux, on s’était apprêté un triomphe et l’on s’attendait à voir arriver d’un moment à l’autre un ordre du roi. Mais lorsqu’on apprit la malheureuse défaite des Français et des Bavarois à Hochstaedt, on n’osa plus rien dire contre ceux qui s’étaient fait les propagateurs de l’erreur. »

22Sentiments français et monarchiques ne signifient pas pour autant vile servilité. En témoigne cette remarque du 1er juillet 1707 : « Arrivée à Colmar du seigneur de Chamillart, colonel de cavalerie, jeune homme de 17 à 18 ans, fils du ministre du roi. Impossible d’imaginer la fièvre qui s’empare de tous les grands d’Alsace pour aller adorer ce soleil levant. » L’absence d’œillères se lit aussi le 1er décembre 1713 : « Après un siège long et pénible, Fribourg est enfin pris par les Français, qui se répandent ensuite par troupes en Alsace et s’y livrent à des excès. Par prudence, nous faisons coucher ici soixante citoyens armés de Guebwiller. » La soldatesque, de quelque bord qu’elle soit, n’est visiblement pas en odeur de sainteté chez dom Bernardin de Ferrette.

23Reste la joie de la victoire, où Dieu a toute sa part. Tout d’abord le 1er février 1714 : « Jeûne solennel dans tout le diocèse de Bâle et prières publiques pour obtenir de Dieu la paix entre l’empereur et Sa Majesté très chrétienne, comme aussi pour être préservé de la peste et autres fléaux. » Ensuite et surtout le 21 mai 1714 : « A Murbach comme par toute l’Alsace on rend à Dieu de solennelles actions de grâces pour la conclusion de la paix à Rastatt et on célèbre ce traité par de grandes réjouissances. »

Une neutralité sans adhésion ?

  • 24 RCA, 1897, p. 368 (1704).

24Au début de la guerre de Succession d’Espagne, relevons cette phrase du chroniqueur des jésuites en 1704 : « Le régiment d’infanterie de Navarre, après avoir pris ses quartiers d’hiver dans la ville et les environs, se rendit tout entier dans l’église des jésuites de Molsheim pour la bénédiction des nouveaux drapeaux, que le recteur entreprit en présence des officiers et des soldats et du concours de toute la cité24. » La même alliance du sabre et du goupillon apparaît, sauf que le chroniqueur indique la défaite immédiate de cette armée. Propos ironique ?

25Reprenons aussi quelques commentaires cités précédemment. Celui qui tient la plume ne cesse de se plaindre des taxations imposées aux jésuites, semble dire que les exactions de l’armée paraissent intemporelles et que Français et Impériaux, c’est blanc bonnet ou bonnet blanc. Faut-il y lire là une réserve des jésuites allemands de Molsheim ? En fait la réserve se découvre dans le commentaire de la bataille de Rumersheim :

  • 25 Cf. n. 21.

« Le général Mercy passa le Rhin à Rheinfelden avec quelques milliers de troupes choisies et descendant le long du fleuve il jeta un pont à Neubourg. Pendant ce temps ses Hongrois et ses hussards parcoururent toute l’Alsace supérieure afin de la mettre à contribution. C’en était fait de cette partie de notre province, ainsi que Huningue et de Neuf-Brisach, où ne se trouvait pas de froment ni de farine pour six jours, si, dans sa rencontre avec le comte du Bourg à Rumersheim, Mercy avait été plus prudent et ne s’était pas tant éloigné de son camp admirablement fortifié par la nature. En méprisant son ennemi et en négligeant de s’informer de ses forces avec des éclaireurs, il ne récolta que des cyprés, là où il aurait pu récolter tant de lauriers. Car, outre le général Brunner qui, dès le début de l’engagement fut traversé par une balle, plus de 1 200 hommes tombèrent dans une cruelle boucherie et presque 2 000 furent faits prisonniers. Mercy avec un petit nombre des siens, échappa à la mort par la suite, laissant au vainqueur le camp, les tentes, les munitions et la moitié du pont construit avec des vaisseaux en cuir.
Le roi de France prit occasion de cette défaite des impériaux pour joindre à nouveau à tous les habitants de l’Alsace de transporter dans les forteresses les plus rapprochées tout le blé de quelque nature qu’il fût, battu ou encore en gerbes et cela avant la fête de la Toussaint [1er novembre]. Que de courses et de suppliques le collège a dû faire afin d’obtenir un délai. Si enfin nous avons été même dispensés de fournir toute imposition, nous le devons à notre évêque [Gaston de Rohan] qui, par ce service, récompensa amplement le dîner auquel il s’était invité le 12 avril25. »

26Par contre, on retrouve la référence divine :

  • 26 RCA, 1894, p. 544 (1714).

« Le 6 mars 1714, après une guerre de treize ans, de sanglants combats et de nombreux sièges, la bonté et la Providence de Dieu se manifesta en ce sens que dans la forteresse de Rastatt elle fit surgir l’olivier de la paix. Quoique plus précoce que l’Europe entière ne s’y attendait, la plante arriva cependant au mois de septembre à sa complète maturité à Bade en Suisse, où les plénipotentiaires des monarques, des princes et de presque tous les États de l’Europe ratifièrent et confirmèrent les articles convenus à Rastatt même. Si le cruel Dieu Mars avait de nouveau déployé ses innombrables armées sur le champ de bataille, ni les hommes ni le bétail n’eussent été sauvés, puisque les provisions étaient épuisées, non seulement dans notre province, mais dans toutes les contrées d’alentour26. »

Le loyalisme du haut clergé

27La comparaison entre la chronique de dom Bernardin de Ferrette et celle des jésuites de Molsheim montre tout à la fois un accord et un désaccord. L’accord se retrouve en Dieu, invoqué unanimement. Le désaccord peut se déceler à l’égard du loyalisme envers la France. D’autres sources doivent être consultées pour trancher afin de mieux appréhender une opinion plus générale du clergé alsacien.

Les harangues au duc de Bourgogne (1703)

28Si le chroniqueur des jésuites de Molsheim n’évoque pas la présence du duc de Bourgogne en Alsace en 1703, dom Bernardin de Ferrette ne manque pas cette occasion. Louis XIV place alors de grands espoirs en son petit-fils appelé à devenir un futur chef de guerre. Au début de la guerre de Succession d’Espagne, il s’agit pour l’héritier du trône de France d’apprendre son métier. L’avenir démontrera son inaptitude et son incompétence.

  • 27 Archives départementales du Haut-Rhin, 1 J 11, recueil des harangues de Corberon, fos 12-15 (Camil (...)

29Pour notre propos, signalons deux harangues27 tenues par deux ecclésiastiques qui lui sont adressées le 3 juin 1703, lorsqu’il assiste à la messe à la cathédrale de Strasbourg. Discours de circonstance certes, destinés à plaire, à flatter, à attirer l’attention sur soi, vision courtisane de la société aussi, mais surtout reflet d’une mentalité ecclésiastique aux prises avec la guerre. Lisons tout d’abord ce que dit, avec un certain talent, François Blouet de Camilly, grand vicaire de l’évêché de Strasbourg :

« La naissance donne aux princes le droit de se faire craindre et respecter, mais ce n’est qu’aux qualités personnelles qu’ils ont reçues de Dieu et que l’éducation a perfectionnées qu’ils sont redevables de l’amour et de l’attachement des peuples. Ce sont, Monseigneur, ces grandes qualités qui vous ont attiré les cœurs et l’admiration des gens de guerre et qui dans les voyages pacifiques des provinces du royaume vous ont fait regarder comme les délices de l’État et ont engagé les peuples à vous rendre leurs hommages, bien plus encore par inclinaison que par devoir.
L’Alsace, jalouse du bonheur des autres provinces, souffrait avec peine de se voir si longtemps privée de cet avantage. Elle se flattait cependant toujours qu’étant le théâtre de la guerre et le rempart du royaume, accoutumée à voir et à former des héros, elle aurait bientôt le bonheur de vous voir cueillir des lauriers sur les bords du Rhin où la gloire a déjà couronné tant de têtes sur les bords de ce fleuve et où les héros de l’ancienne Rome, les César, les Drusus et les Germanicus se sont formés, et sans chercher des exemples si éloignés, c’est là où votre illustre père a remporté ses premières victoires, où votre auguste aïeul a fait ses grandes conquêtes d’autant plus glorieuses que la religion y a eu plus de part que l’intérêt de l’État. Pendant près de deux siècles, les pierres du sanctuaire étaient dispersées, les autels renversés, les ronces et les épines croissaient jusque dans le lieu saint. Comme un autre Macchabée, il a rétabli ces mêmes autels. Il a renouvelé, purifié et orné le sanctuaire que l’hérésie avait profané.
Digne héritier de sa piété et de sa valeur comme de sa couronne, vous soutiendrez l’ouvrage qu’il a si glorieusement commencé. Vous accorderez votre protection à une Église qui étant la plus noble du monde chrétien semble être la plus digne de l’attention du grand prince. Car enfin, Monseigneur, que ne devons-nous pas attendre de cet esprit de religion qui anime toutes vos actions de cette piété solide et éclairée, soutenue du sublime des talents de l’esprit de cette pénétration vive à laquelle rien n’échappe ?
Nous ne cesserons, Monseigneur, de lever les mains au ciel à ce qu’il plaise au Dieu des armées de bénir vos grands desseins, d’humilier les ennemis de la France qui sont ceux de l’Église et de donner par vos victoires la paix de l’Europe. »

30Le deuxième compliment au duc de Bourgogne est l’œuvre de dom Louis de La Grange, abbé bénédictin de Munster, frère de l’ancien intendant de la province d’Alsace, Jacques de La Grange, qui s’exprime au nom du chapitre de la collégiale de Saint-Martin. Son discours paraît plus incisif que celui du grand vicaire :

« Votre heureuse arrivée en cette province nous cause autant de joie qu’elle excite le trouble dans l’esprit des ennemis de notre invincible monarque Louis le Grand. Ils ont autrefois redouté la pesanteur de son bras victorieux. Ils appréhendent aujourd’hui celle du vôtre. Ils sont consternés et ne savent quelles mesures prendre pour se garantir de l’orage dont ils sont menacés. Ils voient fondre sur eux un jeune héros qui, suivant à pas de géant les traces de ses augustes aïeux, n’a d’autre but que de se couvrir de lauriers et d’immortaliser son nom par la ruine totale des ennemis de la couronne. Fasse le ciel, Monseigneur, que de si louables et de si généreux desseins soient favorisés par le puissant secours du Dieu des armées qui s’est si souvent déclaré en faveur de la France et que les fleurs de lys poussent plus haut leur tige que le vol impuissant de l’aigle impériale. C’est ce que tout ce clergé va lui demander plus ardemment que jamais et moi particulièrement qui ai toujours fait profession ouverte d’avoir ces sentiments gravés profondément dans le cœur et qui suis prêt d’en donner des preuves par l’effusion de mon sang et par le sacrifice de ma propre vie. »

31On ne peut mieux faire dans le dithyrambe. Mais remarquons que tant Camilly que La Grange sont originaires de « vieille France », même s’ils sont en poste en Alsace.

L’attitude courtisane de Gaston de Rohan

  • 28 Archives municipales de Strasbourg, AA 1926.
  • 29 Metz R., « L’accession du premier Rohan à l’évêché de Strasbourg : le jeu de la diplomatie royale  (...)

32« L’évêque de Strasbourg part incessamment pour aller dans cette ville [de Strasbourg]. Quoiqu’il ne fasse point d’entrée publique, l’intention du roi est qu’on lui rende les mêmes honneurs que l’on ferait à un maréchal de France ou au gouverneur de la province s’il y allait28. » L’ordre qui claque aux oreilles du magistrat strasbourgeois vient de Versailles, le 3 septembre 1704. Il émane de Chamillart et traduit l’importance que la Cour accorde à ce jeune ecclésiastique, Gaston de Rohan29, venant prendre ses nouvelles fonctions. Comme un maréchal. Alors que l’Alsace connaît sur son sol les affres de la guerre, la comparaison montre l’importance du prince évêque, qui réside dans un premier temps à Strasbourg comme en attestent ses signatures dans les registres de la régence de 1704 jusqu’au 26 avril 1708. Désormais tous les actes, à quelques exceptions près, sont signés à Saverne, où le prince évêque établit son pied-à-terre quand il se trouve en Alsace.

  • 30 Bibliothèque de l’Arsenal de Paris (= BAP), ms 6618, f. 157. Cette correspondance à du Bourg est i (...)
  • 31 BAP, ms. 6618, fo 161.
  • 32 Ibid., fo 165.

33Un tournant paraît s’esquisser en 1709. La victoire de Rumersheim apporte la gloire au comte du Bourg, assure une certaine tranquillité à la région… et semble faire apparaître Gaston de Rohan auprès des hommes de guerre chargés de diriger les armées françaises. En effet, lorsque les maréchaux arrivent ou quittent le théâtre des opérations, ils transitent par le château de Saverne, en passe d’être réhabilité, désormais lieu de résidence du prince évêque de Strasbourg. Citons quelques exemples. « Les ennemis ont pris le parti de se retirer après la prise de Mons [en Belgique]. Je compte aller à Saverne coucher avant Sarrebourg. J’espère vous dire adieu et à l’intendant chez l’évêque de Strasbourg30 », écrit le maréchal d’Harcourt au comte du Bourg, depuis Wissembourg le 2 novembre 1709. En fait, le maréchal doit surseoir au départ. Le 5, il note : « J’ai reçu les ordres du roi pour la séparation de l’armée et les lettres de Voysin pour les officiers qui doivent servir dans la province pendant l’hiver31. » De Metz, le 19 novembre, il conclut : « Vous voyez que je me trouve ici fort bien chez messieurs les évêques32. »

  • 33 BAP, ms. 6617, fo 132.
  • 34 Ibid., fo 134.
  • 35 Ibid., fo 160.

34L’année suivante le même scénario se reproduit. Le 8 novembre 1710, le maréchal de Besons note au comte du Bourg : « Je compte prendre le chemin de Saverne dés que les premières troupes seront en mouvement33. » Il complète le 21 novembre 1710 : « Mgr de Strasbourg nous a donné tout ce qui est nécessaire pour la continuation de notre voyage34. » Le ballet militaire nous vaut un nouveau billet épistolaire de Besons à du Bourg, envoyé cette fois de Versailles en Alsace : « Je pense être à Saverne le 19 mai [1711]. Je crois que Mgr de Strasbourg y sera arrivé dans ce temps-là et vous ne serez pas fâché de le voir si vos affaires vous permettent de vous y rendre35. »

35L’omniprésence de Gaston de Rohan auprès des officiers généraux se vérifie dans cette ultime missive de l’intendant Félix Le Pelletier de La Houssaye à du Bourg le 5 octobre 1711 :

  • 36 BAP, ms. 6620, fo 102.

« Je fus avant-hier voir l’évêque de Strasbourg à Benfeld. Je partis en poste à six heures et demi du matin et fut de retour à deux heures et demi après-midi ayant dîné de bonne heure avec lui, parce qu’il allait coucher à Saverne d’où il vint hier au soir ici [= à Strasbourg]. J’eus l’honneur de lui donner à souper. Il m’a aussi fait celui de dîner aujourd’hui chez moi. Il est parti sur les quatre heures pour retourner à Benfeld. Il attend des nouvelles du maréchal d’Harcourt pour savoir s’il persiste à vouloir aller à Saverne ou s’il ne lui conviendrait pas mieux de s’épargner ce détour en séjournant à Benfeld autant qu’il lui plaira36. »

36L’encre de ce mot n’est pas encore sèche que l’intendant ajoute en postscriptum que d’Harcourt séjournera à Strasbourg « jeudi et vendredi, partant samedi à Benfeld ».

*

  • 37 Signalons lors de ce conflit, l’intervention de l’abbé Atto Melani (1626-1714), castrat, diplomate (...)

37Au terme de cette présentation, des idées-forces s’imposent. L’union du trône et de l’autel, ainsi que l’alliance du sabre et du goupillon ne font aucun doute à l’étude du dossier présenté et évoquant la guerre de Succession d’Espagne37. Un peu plus d’un demi-siècle après les traités de Westphalie, le clergé alsacien semble faire preuve de loyalisme certain à l’égard de la monarchie française et ne cesse d’invoquer Dieu pour que les armées françaises soient victorieuses. De nombreux indices récoltés convergent vers le même sens. Un examen serré des sources montre toutefois une faiblesse. Dom Bernardin de Ferrette, l’abbé de Camilly, l’abbé de La Grange, le prince évêque Gaston de Rohan font partie d’une catégorie, celle du haut clergé. Qui plus est, trois de ces quatre ecclésiastiques viennent de « vieille France ».

  • 38 Tout proche de Rumersheim, célèbre pour la bataille victorieuse de la France, se trouve Rustenhart (...)
  • 39 Selon un rapport du provincial Ricklin, de 1766, « les récollets ont fourni depuis 1684 une foule (...)
  • 40 Archives du ministère des Affaires étrangères, Section Mémoires et Documents, fonds Alsace, t. 39, (...)

38Sont-ils représentatifs du bas clergé ? Sans doute pas, même si tel curé38 pourrait avoir des sympathies marquées pour la France et si les récollets fournissent les aumôniers des troupes39. Surtout gardons en mémoire40 ce que dit un secrétaire anonyme de l’intendance – Peloux ? – en 1727 : « Il semble que nous regardions l’Alsace comme un dépôt que nous devons remettre à l’Allemagne… La langue allemande est ce qu’il y a de plus important à détruire. »

Notes

1 Archives du Sénat à Paris, 3 FPM, mémoire manuscrit sur l’Alsace de Félix Le Pelletier de La Houssaye, fo 126.

2 Né à Paris le 25 mars 1663, fils d’un maître des requêtes, intendant de Soissons en 1694, intendant de Montauban en 1698, intendant d’Alsace en 1699, après le court intérim de Claude de La Fond, jusqu’en 1715, contrôleur général des finances de 1720 à 1722, décédé à Paris le 20 septembre 1723, voir Livet G., « Le Pelletier de La Houssaye », Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne (= NDBA), no 24, 1995, p. 2308.

3 Né à Blois le 11 novembre 1643, il commence comme commis dans les bureaux de Louvois qui estime ses qualités d’intelligence, d’ordre et de fidélité. Il succède en 1673 en qualité d’intendant à Poncet de La Rivière dans la province d’Alsace. Il reste en place jusqu’en 1698. Il décède à Andeuille le 14 juillet 1710, voir Livet G., « La Grange », NDBA, no 24, 1995, p. 2179. La Grange a demandé à plusieurs personnes de contribuer au Mémoire destiné à l’instruction du duc de Bourgogne, Oberlé R. (éd.), L’Alsace en 1700. Mémoire sur la province d’Alsace, Colmar, Alsatia, 1975.

4 A.S.P., 3 FPM, fo 127.

5 Livet G., L’intendance d’Alsace sous Louis XIV (1648-1715), Paris, Publications faculté de Lettres Strasbourg, 1956 ; Boehler J.-M., Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1994, 3 vol., 1992.

6 Muller Cl., Guerres et paix sur la frontière du Rhin au XVIIIe siècle, Drusenheim, Société d’histoire et d’archéologie du Ried-Nord, 2007.

7 Bély L., Berenger J. et Corvisier A., Guerres et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, Paris, Sedes, 1991 ; Bély L., Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990.

8 Corvisier A., La France de Louis XIV, Paris, Sedes 1979 et Le contrôle des troupes sous l’Ancien Régime, service historique, Paris, 1968-1970.

9 Pommois L., La guerre de 1701-1714 dans le Ried Nord, Drusenheim, Société d’histoire et d’archéologie du Ried-Nord, 2001. Voir surtout Muller G., L’Alsace et la guerre de succession d’Espagne, master d’histoire université de Strasbourg, 2012.

10 Klele J., Haguenau pendant la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714), Haguenau, Imp. Haguenau, 1926.

11 Rapp F. et Muller Cl., Koenigsbruck. L’histoire d’une abbaye cistercienne, Drusenheim, Société d’histoire et d’archéologie du Ried-Nord, 1998, p. 191-193.

12 La biographie de cet ingénieur souffre de quelques lacunes. Il apparaît comme ingénieur ordinaire, département de la marine, en 1688. Inspecteur des fortifications de Lourdes en 1691, le voici à Bordeaux en 1698, à Neuf Brisach en 1702. Par la suite il participe aux campagnes d’Allemagne, défend Landau en 1704. Retiré avant 1713, il décède vers 1725, touchant sa pension jusqu’en 1724. Pas mort à Strasbourg, A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires (1691-1791), Montpellier, université Paul Valéry, 1981, p. 355. Aux Archives départementales du Bas-Rhin, 6E 41/20 est conservé un acte du 5 mai 1717 évoquant Claude Charles Guillin entrepreneur pour moitié de la fourniture des aliments et médicaments aux soldats de Landau.

13 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, fonds Alsace, section Mémoires et Documents, t. 13, fos 91-185.

14 Guillin ne néglige pas les murs religieux. L’abbaye des cisterciens de Neubourg, dans la Forêt Sainte, se voit gratifiée de ce commentaire : « Abbaye située sur la rivière de Moder, renfermée d’une muraille haute de quatorze à dix-huit pieds avec plusieurs bâtiments hauts. Il y a une église assez grande, voûtée, de même que les allées du cloître. Les bâtiments de cette abbaye sont assez négligés, mais depuis la paix, on les rétablit » (Muller Cl., « Le clocher, le cimetière et la guerre. Défendre la région haguenovienne en 1702 », Études Haguenoviennes, t. 37, 2006, p. 155).

15 Ingold A.-M.-P., « Le diarium de Murbach de dom Bernardin de Ferrette », Revue catholique d’Alsace (= RCA), 1893, p. 461-497, 540-548, 601-610, 681-686 ; 1894, p. 10-26, 120-128, 217-222, 376-380, 467-472, 535-543, 613-628, 690-698.

16 Références des citations à suivre : RCA, 1894, p. 12 (27 août 1712) ; p. 14 (14 janvier 1703) ; p. 15 (6 septembre 1703) ; p. 23 (12 mai 1706) ; p. 121 (16 octobre 1708) ; p. 123 (26 août 1709) ; p. 220 (1er décembre 1713).

17 Archives du Sénat à Paris, 3 FPM, fos 102-105.

18 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, Section Mémoires et Documents, fonds Alsace, vol. 28, fo 62.

19 Seyfried C., « Les jésuites en Alsace [en fait à Molsheim] », RCA, 1897, p. 365-375 ; p. 458-467 ; p. 542-553 ; p. 561-581 ; p. 691-702 ; p. 767-773 ; p. 839-847 ; p. 933-937.

20 RCA, 1897, p. 368 (1704) ; p. 370 (1705) ; p. 460 (1708) ; p. 463-465 (1709) ; p. 465 (1710) ; p. 467 (1711) ; p. 542 (1712) ; p. 542 (1713).

21 Comme l’a remarquablement démontré Muller G., L’Alsace et la Guerre, op. cit. Récit de cette bataille par Benoit A., « Le combat de Rumersheim », RCA, 1896, p. 830-838 et p. 908-914 ainsi que par Muller Cl., « La guerre dans la Hardt, le comte du Bourg et la bataille de Rumersheim (1709) », Annuaire de la société d’histoire de la Hardt et du Ried, t. 24, 2011-2012, p. 41-44.

22 Corvisier A., La bataille de Malpaquet, 1709. L’envahissement de la France évité, Paris, Economica, 1997.

23 RCA, 1894, p. 14 (14 janvier 1703) ; p. 15 (6 septembre 1703) ; p. 17 (30 avril 1704) ; p. 19 (14 août 1704) ; p. 26 (1er juillet 1707) ; p. 220 (1er décembre 1713 et 1er février 1714).

24 RCA, 1897, p. 368 (1704).

25 Cf. n. 21.

26 RCA, 1894, p. 544 (1714).

27 Archives départementales du Haut-Rhin, 1 J 11, recueil des harangues de Corberon, fos 12-15 (Camilly) et 16-17 (de La Grange) ; voir aussi Banderier G., « Un discours inédit de l’abbé Louis de La Grange au duc de Bourgogne (1703) », Annuaire de la société d’histoire de la ville et du val de Munster, t. 66, 2012, p. 149-150.

28 Archives municipales de Strasbourg, AA 1926.

29 Metz R., « L’accession du premier Rohan à l’évêché de Strasbourg : le jeu de la diplomatie royale », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. 11, 1967, p. 227-240 ; Muller Cl., Le siècle des Rohan, Strasbourg, Éditions La Nuée Bleue, 2006, 446 p.

30 Bibliothèque de l’Arsenal de Paris (= BAP), ms 6618, f. 157. Cette correspondance à du Bourg est inédite et inconnue, entre autres, de Lasconjarias G., Un air de majesté. Gouverneurs et commandants dans l’Est de la France au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2010.

31 BAP, ms. 6618, fo 161.

32 Ibid., fo 165.

33 BAP, ms. 6617, fo 132.

34 Ibid., fo 134.

35 Ibid., fo 160.

36 BAP, ms. 6620, fo 102.

37 Signalons lors de ce conflit, l’intervention de l’abbé Atto Melani (1626-1714), castrat, diplomate, espion au service du roi de France, le 17 septembre 1702 à propos du siège de Landau, Archives du Service Historique de la Défense, A1 1573, f. 161.

38 Tout proche de Rumersheim, célèbre pour la bataille victorieuse de la France, se trouve Rustenhart. Il nous faut évoquer son curé de 1701 à 1709. Il s’agit de Rodolphe Higelin, né à Guebwiller le 23 février 1665, fils de Jean David Higelin chirurgien et de Suzanne Schönzahl. Ordonné prêtre le 21 mai 1701, vocation tardive par conséquent, il décède à Guebwiller le 1er septembre 1709 (voir Kammerer L., Répertoire du clergé d’Alsace sous l’Ancien Régime, Strasbourg, s. éd., 1983, p. 144, no 2260). Dans le registre des décès de la paroisse catholique de Rustenhart se trouve cette mention, en latin, traduite : « En l’an 1709, aux calendes de septembre, après avoir enduré avec une grande patience pendant environ trois mois les douleurs de l’hydropisie, désirant être délivré, avec le Christ très pieusement il quitta cette vie mortelle pour la vie éternelle, à Guebwiller sa patrie où il avait été transféré en raison d’attaques hostiles du comte de Mercy, l’admirable, révérend et éminent Rodolphe Higelin, premier curé résidant dans ce village après la reconstruction. Celui-ci d’abord savant en art chirurgical et parti en Germanie donna son nom à une expédition chrétienne contre les Turcs. Comme il combattait contre ceux-ci, courageusement certes mais sans succès en Hongrie, blessé, il fut fait prisonnier. Vendu par ces mêmes barbares, il fut détenu sous le joug de l’esclavage. Après une grande accumulation de nombreux malheurs et aussi avec de grandes récompenses proposées, les maîtres qu’il servait comme esclave, surtout un homme de Basse Arménie qui était son dernier maître, s’attachèrent à le détourner de sa foi ancestrale et de la religion chrétienne. Mais vains furent tous les efforts de tous contre un homme sage qui avait bien fondé et fermement édifié sa foi sur un rocher. Il avait passé plusieurs années dans cet esclavage misérable quand enfin un jour à Constantinople, une occasion s’étant offerte de s’enfuir de chez son maître et ayant été recueilli et caché avec bienveillance par l’excellentissime ambassadeur de France dans son palais, il rejoignit heureusement à la rame le monde chrétien dans des navires marchands français. Retourné dans sa patrie, il recommença à se consacrer aux études, les rudiments qu’il avait déjà appris dans son enfance n’étant pas suffisants. Enfin devenu prêtre, il fut nommé curé de ce village. Sa charge de pasteur très zélé et très vigilant il la remplit ici avec grand mérite pendant huit ans. Et ceux qui étaient prisonniers avec lui, il les a nourris de façon tout à fait salutaire par la saine doctrine et l’exemple de très pieuses conversations. Mais on ne saurait dire combien de sueur et de travail il a dépensé pour restaurer, stabiliser, conserver et accroître son église et les ressources paroissiales. Il a été enterré dans le chœur de l’église devant le maître-autel. Qu’il repose en paix. Ebelin successeur. »

39 Selon un rapport du provincial Ricklin, de 1766, « les récollets ont fourni depuis 1684 une foule de sujets aux armées du roi et leurs services ont été d’autant plus essentiels qu’étant les seuls sujets du roi qui réunissent le langage de ses troupes à celui des peuples d’Allemagne chez qui ils ont fait la preuve. Ils étaient d’une utilité supérieure à tous leurs confrères, quoiqu’animés tous d’un même zèle », voir Muller Cl., Les ordres mendiants en Alsace au XVIIIe siècle, Haguenau, Société d’histoire de l’Église d’Alsace, 1984, p. 289.

40 Archives du ministère des Affaires étrangères, Section Mémoires et Documents, fonds Alsace, t. 39, f. 161.

Auteur

IHA – université de Strasbourg

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540