Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Deuxième partie. Les églises, l'armée et la guerre

L’encadrement religieux des armées associées à la Ligue (1590-1592)

Ariane Boltanski

Texte intégral

  • 1 Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”. L’encadrement catholique des troupes pontificales et (...)
  • 2 Voir notamment Civale G.-C., Guerrieri di Cristo. Inquisitori, Gesuiti e soldati alla battaglia di (...)

1À partir des années 1580, au sein de la Ligue ultra-catholique (en particulier autour des Seize qui tiennent Paris sous leur domination depuis la fin 1588), une réflexion est menée sur la discipline morale et religieuse des soldats et des nobles d’épée, lesquels sont appelés, à travers divers écrits polémiques, à rejoindre l’armée de la Sainte-Union et à soutenir par les armes la cause de Dieu et, plus concrètement, des ligueurs. La réflexion des ligueurs radicaux se situe dans le contexte plus global du déploiement, entrepris, depuis les années 1560, à l’initiative de la papauté, avec l’appui de certains ordres religieux (surtout de la Compagnie de Jésus), d’un modèle du « soldat chrétien », qui va progressivement orienter toute la conception de la guerre et de la discipline aux armées développée par la Contre-Réforme en Europe. Ce modèle engage un processus de « disciplinarisation » des troupes, dans la perspective tridentine, de manière à les rendre aptes à mener le combat contre les infidèles et les protestants, un combat décrit comme une guerre juste ou, plus exactement, une guerre sainte. Ce modèle s’articule sur l’association entre, d’une part, la publication de manuels du « soldat chrétien », qui doivent apprendre aux combattants à bien mener la guerre sainte et, d’autre part, le développement de missions aux armées composées de religieux, qui doivent assister et évangéliser les soldats et surtout les nobles qui les dirigent. C’est en France, durant la campagne militaire de 1569, que ce dispositif associant manuel et mission s’était noué pour une large part, à l’occasion de l’envoi par Pie V d’un contingent engagé alors contre les protestants1. Il avait ensuite été déployé dans d’autres contextes, notamment à Lépante en 15712.

  • 3 Voir, entre autres, Crouzet D., Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religi (...)

2L’objectif de cette présentation est de s’interroger sur la réception et l’application concrète de ce modèle, une vingtaine d’années plus tard, au sein des troupes catholiques associées à la Ligue lors de la huitième guerre civile, plus précisément en 1590-1592. Les forces militaires attachées à la défense de la Sainte-Union, françaises et étrangères, s’opposent à celles, également françaises et étrangères, soutenant le protestant Henri IV. Le roi de Navarre est monté sur le trône de France le 2 août 1589 et s’appuie sur un parti dit « royal », réunissant ses alliés coreligionnaires et de multiples catholiques ralliés, parmi lesquels un nombre croissant de nobles. La Sainte-Union aurait largement fait revivre, en outre, l’esprit de croisade, selon l’historiographie, et l’adhésion des théoriciens de la Ligue radicale au modèle du soldat chrétien en témoigne notamment3. La cause ligueuse serait, selon les prédicateurs et les écrits ultra-catholiques, celle de la défense de Dieu et de l’Église contre l’hérésie et la menace Antéchrist.

3Le milieu combattant associé à la Ligue pourrait donc paraître prédisposé à mettre en œuvre ce modèle contre-réformé de la guerre. Nous allons tenter de voir ce qu’il en a été en réalité.

La réception du modèle du « soldat chrétien » par les ligueurs radicaux

4La réflexion sur la discipline religieuse des soldats et des nobles d’épée, conduite par des représentants de la Ligue radicale, occupe une place centrale dans la polémique antinobiliaire des années 1580 et 1590.

  • 4 Caumont J. de, De la Vertu de noblesse aux roys et princes tres-chrestiens, Paris, F. Morel, 1585.
  • 5 Par exemple, Aguillon aux vrays François pour la liberte des catholiques, s. l., 1589 et voir l’in (...)
  • 6 Launoy M. de, Remonstrance contenant une instruction Chrestienne de quatre poincts à la Noblesse d (...)
  • 7 Raynssant O., Représentation de la noblesse hérétique sur le théâtre de France, Paris, G. Bichon, (...)
  • 8 Crome F., Dialogue d’entre le maheustre et le manant, éd. P. Ascoli, Genève, Droz, 1977.
  • 9 Cette critique antinobiliaire a d’abord été interprétée, notamment par Roland Mousnier, comme une (...)

5Cette polémique est initiée, en 1585, par l’opuscule de l’avocat Jean de Caumont, un des meneurs de la Ligue parisienne, De la vertu de noblesse aux roys et princes tres-chrestiens4. Elle se déploie ensuite, avec une ardeur sans précédent, à partir de 1589 et, plus encore, 15905, dans des pamphlets issus, eux aussi, du milieu des Seize, tels que ceux du chanoine Mathieu de Launoy6, d’Oudart Raynssant7, puis, en 1593, dans le Dialogue d’entre le maheustre et le manant8. Fréquemment analysés par les historiens à propos de la question controversée d’une éventuelle radicalité sociale de la Ligue9, ces écrits n’ont jamais été rapprochés, nous semble-t-il, des manuels du soldat chrétien. Or, ils manifestent une claire assimilation de l’idéal de la guerre proposé par l’Église depuis les années 1560.

  • 10 Le noble est traditionnellement présenté comme celui qui fait profession de la vertu. Or, la conte (...)
  • 11 Ainsi, Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 8. Aguillon aux vrays Françoys…, op. c (...)
  • 12 Launoy M. de, Remonstrance, op. cit., p. 10-11 ; Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit.,(...)
  • 13 Le Pédagogue d’armes, pour instruire un prince chrétien à bien entreprendre et heureusement acheve (...)
  • 14 Sur « l’invasion mystique » liée à la diffusion des traités de spiritualité, Crouzet D., Les guerr (...)

6Les écrits issus ainsi de la Ligue des ultras forment un appel à la restauration de la noblesse dans sa « vertu », conçue désormais comme une vertu chrétienne et confondue avec l’ardeur à défendre l’honneur de Dieu par les armes10. Contrairement à la conception classique de l’identité nobiliaire, la noblesse, telle que ces écrivains ligueurs la perçoivent, ne saurait se limiter à l’exercice de la vaillance guerrière, à la quête de la prouesse martiale, quelles qu’en soient les fins. La vaillance n’est pas discréditée en tant que telle mais en tant qu’elle porte à combattre sans motif, alors que seul, dans l’esprit des ligueurs, la lutte armée contre l’hérétique et ses complices est légitime11. La « Vraye noblesse », comme l’expliquent Launoy et Caumont, se gagne dans les « combats entre le vice et la vertu », ainsi dans le combat spirituel, opposant Dieu et le Diable12. À de nombreux égards, les écrits ligueurs reprennent le discours porté par les premiers traités jésuites destinés au roi de guerre et aux soldats, plus précisément Le Pédagogue d’armes du jésuite Emond Auger, paru en 1568, une ébauche des manuels du soldat chrétien, et l’opuscule d’Antonio Possevino, Il Soldato Christiano, édité à Rome en 1569, véritable matrice du genre, qui se distingue comme un parangon de l’orthodoxie contre-réformée en matière de guerre13. Les écrits ligueurs puisent sans doute également à d’autres sources, des sources aussi mobilisées par la catéchèse jésuite, la tradition du « combat spirituel », la littérature de spiritualité, notamment italienne et espagnole, enfin l’esprit de croisade, dont les références théologiques et historiques sont également présentes dans les manuels du soldat chrétien14.

Fig. 1. – Une transposition du combat spirituel dans Thomas Sailly, Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien, reveu et augmenté pour l’armée de Sa Majesté catholicque au Pays-Bas…, Anvers, Imp. plantinienne, chez la vefve et J. Mourentorf, 1590, in-16, 391 p., pièces limin., fig. Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, D-80221.

  • 15 Sailly T., Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien, reveu et augmenté pour l’armée de (...)
  • 16 Pour l’analyse des manuels infra, Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., et id (...)
  • 17 Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 9 et 24.
  • 18 Ibid., fo 23-25. Saint Paul, notamment son Epître aux Ephésiens avec la description de l’armature s (...)
  • 19 Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 10 et 26-27. Voir aussi Launoy M. de, Remonst (...)

7Les traités jésuites, celui d’Auger, de Possevino, comme celui de Thomas Sailly édité en 159015, nous y reviendrons, transposent la tradition du combat spirituel, présente dans les Écritures et dans une longue filiation d’écrits théologiques, dans un « ici et maintenant » de la guerre16 (fig. 1). Ils associent ainsi inextricablement deux combats, celui, intérieur, du soldat contre ses vices, incarnations invisibles de Satan, celui, extérieur et armé, contre les hérétiques ou infidèles, alliés visibles du diable. Le soldat du Christ est, pour les auteurs jésuites, pleinement justifié lorsqu’il tue les ennemis de Dieu. Abandonnant la quête des gloires et exploits terrestres pour celle de la gloire la Dieu, le combattant reçoit, contre le sacrifice éventuel de sa vie, « la demeure de l’Éternité » (« l’albergo dell’eternità », selon Possevino dans son manuel de 1569) et les manuels font l’éloge du martyre. Mais, pour obtenir l’appui de Dieu, qui seul concède la victoire contre les hérétiques et les infidèles, il doit agir en « soldat chrétien ». Cette quasi-conversion passe par une ascèse comportementale, induite par l’encadrement religieux des armées, un encadrement largement centré sur la lutte contre les vices et l’éducation à la vertu chrétienne. Les soldats et surtout leurs officiers nobles s’attacheront donc, exposent les jésuites, à bannir, en premier lieu, le blasphème, mais aussi la gourmandise, la luxure, le duel et les jeux, le vol et le pillage. Le combattant se voit proposer une bibliothèque idéale, l’ordre des prières communes à dire au long de la journée et en diverses occasions, ainsi que des oraisons ad hoc composées spécialement pour les soldats. Mais le modèle de dévotion présenté par ces manuels à la noblesse d’épée ne se conçoit pas séparément de son engagement armé contre l’hérésie. Il en va de même dans les écrits des ligueurs radicaux dont l’objectif est de rallier la noblesse catholique non ligueuse à la « croisade » contre les huguenots, en la détournant du parti de Navarre, tout en lui proposant une discipline morale et religieuse appropriée à une militia christi. Pour Jean de Caumont, le vrai noble ne peut pas souffrir le blasphème. L’auteur appelle les gentilshommes aux œuvres de charité et les invite à réformer leurs mœurs17. S’appuyant, comme la catéchèse jésuite, sur les Épitres de Paul, il montre la nécessité de conjoindre les armes de fer et les armes spirituelles dans la guerre pour extirper l’hérésie. Et, dans cette guerre juste, le noble aura « le guerdon eternel […] asseuré en Dieu » ; il n’aura, en outre, rien à craindre étant dans la protection divine18. Comme Mathieu de Launoy et d’autres auteurs ligueurs, comme aussi certains catéchistes jésuites, Caumont évoque les martyrs de la foi, ces lignées de soldats, princes et gentilshommes croisés, qui se sont, explique-t-il, sacrifiés pour la défense de la religion, ainsi Saint-Louis, Charlemagne, Godefroy de Bouillon, Simon de Montfort, etc.19.

  • 20 Le tombeau de hault et puissant seigneur Jean-Loïs de La Roche Foucault, comte de Randan, baron Du (...)
  • 21 À Paris, pendant le siège, se déploie une milice formée par les habitants ou bourgeois, enrôlés, a (...)
  • 22 De Picaïne, La Nouvelle milice françoise par où sont déduits les moyens d’ordonner l’infanterie ca (...)

8Dans ces mêmes années, la figure du « soldat chrétien » est aussi présente dans un autre genre scripturaire, apprécié des ligueurs, celui des « tombeaux », de petits libelles qui dressent le portrait apologétique des chefs des armées de l’Union tombés au combat. Ainsi Le Tombeau de Jean-Loïs de La Roche Foucault, comte de Randan, tué devant Issoire, le 14 mars 1590, le même jour que la bataille d’Ivry, souligne son exemplarité dans la lutte armée au service de Dieu20. En 1590, après la bataille d’Ivry, un noble d’épée ligueur du nom de Picaïne, alors enfermé dans Paris assiégé, propose au duc de Mayenne un projet de « milice françoise » qui vise à totalement réorganiser l’armée de la Sainte-Union21. L’objectif est notamment d’émanciper l’armée ligueuse de la cavalerie, l’arme noble mais qui a clairement failli à Ivry, de la marginaliser, en s’appuyant sur l’infanterie confondue avec l’arquebuserie. L’auteur se défend de vouloir rabaisser les gentilshommes par ce projet mais il exprime clairement le vœu d’obliger la noblesse à une régénération morale et chrétienne par le biais du « restablissement de l’ancienne discipline militaire22 ». Cette discipline est pleinement conforme au programme de réformation proposé par les manuels jésuites. Picaïne interpelle les nobles dans ces termes :

  • 23 Ibid., p. 76. Voir aussi le sonnet intitulé « le devoir et gouvernement du vray gendarme », à la fi (...)

« Vous donc soldats catholiques, que Dieu a reservez pour la deffense de son Eglise, ie vous conjure par la iustice et saincteté de la querelle pour laquelle vous portez les armes. […] Deposez ie vous prie voz vains iurement, quittez voz insolences, pilleries et violences qui attirent sur vous l’ire de Dieu, et la haine du peuple. Quittez les delices et voluptez qui rendent les hommes mols et effeminez : renoncez à tant d’autres desbordemens dont vous diffamez vostre honorable qualité […] pour espouser à iamais une Milice parfaictement disciplinée23. »

  • 24 De justa reipublicae christianae in reges impios et haereticos authoritate liber, Paris, G. Bichon, (...)
  • 25 Amalou T., Le Lys et la Mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épiscopal pendant les guerres de R (...)

9Le traité ligueur monarchomaque, De justa reipublicae…, attribué à Guillaume Rose, évêque de Senlis, appelle également à une réformation de la noblesse des armes, trop souvent corrompue par l’impiété ou l’hérésie, en la remodelant selon le cadre fourni par les ordres de chevalerie24. Rose peut rejoindre ici les préoccupations de la papauté pour une réforme des ordres militaires, destinés à réunir les nobles dans la mise en œuvre de la croisade à l’échelle de la chrétienté. Sensible à l’esprit de croisade, Rose manifesta aussi son soutien au développement d’une milice, ainsi à Senlis en 1588, et il prit, à Paris, en mai 1590, la tête de la procession armée de la Ligue, une « marche de croisade » selon D. Crouzet, dans laquelle les religieux, prêtres et écoliers de la cité défilaient avec armes et armures25 (fig. 2).

Fig. 2. – Procession de la Ligue à Paris conduite par Guillaume Rose (1590) Bibliothèque nationale de France, Paris, Est., Qb 1, dans Thierry Amalou, Le Lys et la Mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épiscopal pendant les guerres de Religion (1580-1610), Paris, Éditions du CTHS, 2007, p. 150-151 (je remercie chaleureusement T. Amalou d’avoir bien voulu mettre la reproduction de cette estampe à ma disposition).

10Ces libelles témoignent de la réception et de l’appropriation de la culture de guerre de la Contre-Réforme par une partie de la Sainte-Union ; mais, pour l’essentiel, les auteurs de ces écrits sont des clercs ou des auxiliaires de justice – des avocats pour Caumont et O. Rainssant – et, non, à l’exception de Picaïne, des nobles et/ou des militaires. Or, la Ligue, on le sait, est plurielle. Et rien ne prouve que les aspirations des milieux ligueurs, urbains et radicaux, à une « disciplinarisation » et à une régénération chrétienne de la noblesse de guerre étaient partagées par les chefs nobles des troupes françaises de l’Union.

Des expériences d’encadrement religieux des soldats en 1590-1592

  • 26 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Miscellanea, Arm., I, 24, fo 129-131, instructions à Matteucci, 1(...)
  • 27 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 129-131, instructions à Matteucci, 1er mai 1591. Cloulas I., « L (...)

11Ce modèle du « soldat chrétien » est mis en pratique au sein de deux expériences d’encadrement d’armées qui combattent en France entre 1590 et 1592. En mai 1591, Grégoire XIV adresse en secours à Mayenne et à la Ligue une armée forte de 1 000 cavaliers (10 compagnies de 100 cavaliers) et 2 000 fantassins italiens, (en 10 compagnies), auxquels s’ajoutent 6 000 suisses (de Lucerne en particulier), un chiffre plus théorique que réel, recrutés dans les cantons catholiques26. Le pape renouvelle alors le dispositif d’encadrement religieux, mis en œuvre pour la première fois en France en 1569. Les soldats pontificaux sont placés d’abord sous le commandement du neveu du Pontife, Ercole Sfondrato, duc de Montemarciano. Ils se voient assistés par une mission jésuite et l’armée est mise sous la tutelle d’un commissaire pontifical, Jérôme Matteucci, évêque de Sarno, lequel est pourvu d’instructions, comme les missionnaires jésuites, en mai 159127.

  • 28 Archivum Romanum Societatis Jesu (ARSI), Instit. 117 II, fo 512 ro-515 vo, « instructio pro missio (...)
  • 29 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 377, note des provisions qui doivent se payer par mois, ici fo 3 (...)
  • 30 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 129-131, instructions à Matteucci, 1er mai 1591.

12Les instructions, en latin, données alors par la Compagnie à ces pères montrent des évolutions notables face à celles dressées sans doute par Possevino en 1569, lors de la première expérience formalisée de « missio castrensis » jésuite28. La mission au camp est placée, en 1591, sous l’autorité d’un Supérieur, Hyppolite Pancirole, assisté d’un Admoniteur, Pierre Bracanius. Mais il est probable que les pères étaient un peu plus nombreux : Matteucci évoque, en novembre 1591, l’entretien de six pères spirituels pour 60 écus par mois29. Les instructions se préoccupent de façon plus concrète que celles de 1569 de la vie au camp des jésuites, en évoquant leur sommeil et leur nourriture ou en suggérant le recours, pour les questions matérielles, à un ou deux serviteurs laïcs. La perspective de la formation du soldat chrétien est évidemment présente : ainsi, le rôle des jésuites est « d’exhorter les soldats à combattre courageusement pour la Religion catholique aux avant-postes de notre Sainte Mère l’Église » ; et les instructions reprennent nombre d’éléments coutumiers ou en passe de le devenir, tel que l’insistance sur la lutte contre le blasphème, la répression des péchés et des vices, ainsi le jeu, l’assistance aux condamnés à mort, l’assistance aux malades et blessés (mais les jésuites n’ont plus eux-mêmes la charge de l’infirmerie), la célébration des messes auprès des soldats, les sermons publics et oraisons, etc. Mais diverses prescriptions semblent désormais calquées sur les recommandations aux missionnaires en général : ainsi les instructions de la Compagnie soulignent le fait que le missionnaire convertit par l’exemple qu’il donne, d’abord au travers de sa pauvreté : il doit vivre de l’aumône, ce qui n’est en fait certainement pas le cas au camp ; il ne doit pas être suspecté de tirer de l’argent de sa charge ; s’y ajoute sa gravitas, comme sa tempérance : pas de querelle avec ses compagnons, pas d’irascibilité face aux attaques des ennemis de la Compagnie. Les instructions insistent sur la nature des facultés missionnaires comparables à celles accordées aux jésuites outre-monts, plus le droit de célébrer le service sous les tentes et dans les camps, donc hors des églises, ou même dans des églises profanées. Surtout, plusieurs articles sont dévolus aux relations avec les puissants qui commandent aux camps, instituant une forme de précaution et de distanciation nettement plus poussée dans les liens aux soldats et aux officiers, de façon avant tout à préserver l’image de la Compagnie dont il faut « répandre partout une bonne odeur » : les jésuites ne se mêleront pas des affaires relevant des magistrats et des princes, donc de politique ; ils ne se conduiront pas en courtisans, mais ils chercheront toutes les occasions de faire progresser ces mêmes puissants en « piété » pour ce qu’il en rejaillit « d’utilité pour la Sainte-Église ». Auprès des chefs nobles, les jésuites ne prendront pas la place des séculiers pour la bénédiction des repas ou les messes ordinaires ; ils ne montreront pas d’opposition aux réguliers d’autres ordres que ces nobles appellent pour les confesser ou pour prêcher ; mais ils inciteront les nobles à ce qu’ils se confessent auprès d’eux. Les jésuites ne participeront pas aux repas des soldats et des chefs ; ils ne manifesteront pas d’excès de sévérité dans la répression des vices ; ils n’attaqueront pas nommément dans leurs sermons, etc. Pour leur part, les instructions pontificales à Matteucci, en 1591, se distinguent de celles données au commissaire du Pontife en 1569 par le fait que les questions religieuses ne sont pas abordées, ce qui manifeste peut-être une plus grande spécialisation des fonctions dans la gestion des troupes, le commissaire étant strictement chargé des aspects financiers, surtout du paiement des soldes, alors que les religieux se voient attribuer l’encadrement moral et confessionnel30. Certes, en août 1591, l’évêque de Sarno célèbre la messe au cours de laquelle le duc de Montemarciano fait bénir l’étendard de l’armée pontificale, mais il s’agit là d’une cérémonie exceptionnelle.

  • 31 Sur l’appui militaire apporté par les Espagnols, voir Ruiz Ibañez J.-J, Laberintos de hegemonía. L (...)
  • 32 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 293-295, ici fo 294 vo, état de la guerre en France, 25 septembr (...)
  • 33 Schoojans J., « ‘‘Castra Dei’’. L’organisation religieuse des armées d’Alexandre Farnèse », Miscel (...)
  • 34 Schoojans J., « “Castra Dei” », art. cit., p. 537-539 ; Parker G., The army of Flanders, op. cit.,(...)
  • 35 Voir supra. Pour des références complémentaires, ainsi qu’une proposition d’analyse de ce manuel, (...)
  • 36 Schoojans J., « “Castra Dei” », art. cit., p. 539. Les bulles pontificales sont éditées dans le Gu (...)
  • 37 Schoojans J, « “Castra Dei” », art. cit., p. 538 et 540 ; Terwecoren É. (S. J), Collection de préci (...)
  • 38 Voir Brusle De Montpleinchamp J.-C., L’histoire d’Alexandre Farnèze, duc de Parme et de Plaisance… (...)
  • 39 ARSI, Instit. 117 II, fo 517-518, « Ordinationes pro missione castrensi ». Lavenia V., « “Non arma (...)

13À deux reprises, Alexandre Farnèse, duc de Parme, gouverneur général des Pays-Bas espagnols, mène son armée en France et sauve la Ligue d’un désastre. Entré dans le royaume en août 1590, Farnèse réunit ses 15 000 à 20 000 soldats, espagnols, wallons, napolitains, aux troupes commandées par Mayenne et oblige Henri IV à lever le siège de Paris, puis, en octobre, il repart31. Lors d’une seconde expédition française, de décembre 1591 à la mi-juin 1592, l’armée du duc de Parme, avec au moins 16 000 hommes, s’associe aux contingents français de la Ligue et aux soldats pontificaux puis, en avril, libère Rouen assiégé par Henri IV32. Or, l’armée d’Alexandre Farnèse, avec celle du pape, est certainement l’une des premières en Europe à disposer, non seulement des structures d’une aumônerie formalisée, mais encore d’un encadrement missionnaire, une fois encore, par des jésuites. Nous n’évoquerons ici que partiellement cette expérience, mieux connue, d’encadrement religieux des soldats. L’organisation de l’aumônerie des troupes de Flandres est fixée en 1579. Ces troupes sont pourvues d’un chapelain par compagnie, d’un chapelain-major et d’un prédicateur par tercio ; l’on recrute pour ces charges des séculiers et des réguliers provenant de différents ordres33. Outre cette aumônerie ordinaire, Farnèse fait appel, en 1587, au jésuite bruxellois Thomas Sailly, ancien secrétaire de Possevino en Moscovie, qui va devenir son confesseur. À la demande du duc, Sailly va mettre en place une mission aux armées, qu’il va diriger jusqu’à sa mort en 1623. D’abord financée par Farnèse, la mission comprend 24 jésuites, inscrits et soldés sur les cadres de l’armée en 158834. Sailly est aussi l’auteur, on le sait, d’un manuel pour les combattants, Guidon et practicque spirituelle du soldat chrétien, manuel illustré cette fois, qu’il dédie le 15 août 1590 à Farnèse et dans lequel ce jésuite recopie ou paraphrase des chapitres entiers des traités d’Auger et de Possevino35. Sailly institue une confrérie du Saint-Sacrement destinée aux officiers de l’armée, approuvée et dotée d’indulgences par une bulle de Sixte Quint en février 158836. Il développe aussi le culte de la Vierge au sein des troupes : l’image de Marie est brodée sur tous les étendards, les trompettes saluent chaque matin Notre-Dame-des-Victoires37. Ces initiatives typiques de l’apostolat jésuite sont aussi conformes aux aspirations dévotionnelles de Farnèse, lequel se montre très attaché aux cultes, eucharistique et mariale, et les mobilise abondamment dans la conduite de la guerre en Flandres et parfois en France38 (fig. 3). Dans les archives de la Compagnie, à la suite de l’instruction de mai 1591 déjà évoquée, en figure une autre destinée à Sailly, lequel se voit assisté de six missionnaires jésuites et d’un moniteur. Mais cette seconde instruction qui comporte de nombreux points communs avec celle de 1591 concerne l’encadrement des troupes de Farnèse en Flandres avant le départ pour cette expédition française (à la fin des années 1580)39.

Fig. 3. – Farnèse en prière dans Thomas Sailly, Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien … reproduite dans Els Stronks, Adam Morton, Feike Dietz, Marc Van Vaeck, Lien Roggen (éd.), Illustrated Religious Texts in the North of Europe, 1500-1800, Ashgate, 2014, p. 208, figure 8.1.

  • 40 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 407-411, liste des forces françaises desquelles on peut tenir co (...)
  • 41 Godefroy De Paris, Les Frères mineurs capucins en France. Histoire de la Province de Paris, Paris, (...)
  • 42 Fumee M., Histoire générale des troubles de Hongrie et Transilvanie…, Paris, R. Fouet, 1608, p. 82 (...)
  • 43 Bref de N. S. Pere le Pape Gregoire XIIII par lequel il est permis à tous ecclesiastiques de porte (...)
  • 44 Histoire de Sébastien Le Pelletier, prêtre ligueur […], 1579-1592, Le Person X. (éd.), Genève, Droz (...)

14De 1590 à 1592, au sein de ce conglomérat de troupes qui constitue les forces de la Ligue contre l’armée de Navarre, les unités pontificales et celles amenées par le duc de Parme sont donc dotées d’un encadrement missionnaire. Qu’en est-il des forces placées sous l’autorité tutélaire de Mayenne ? Celles-ci ne disposent pas d’un tel encadrement missionnaire et probablement pas davantage d’une aumônerie, autant, du moins, que les sources que nous avons dépouillées jusqu’à présent permettent d’en juger. L’absence, dans ce cas, de structures religieuses institutionnalisées doit être mise en rapport avec la composition de cette armée. Après la large destruction et décomposition de l’armée de la Ligue consécutives à la bataille d’Ivry (14 mars 1590), Mayenne a reconstitué des forces, d’une part, en faisant venir à ses côtés des compagnies commandées par des nobles, des chefs ligueurs provinciaux, d’autre part, en faisant appel à Philippe II, qui supplée à l’épuisement de ses finances, en payant les soldes pour une large part et en lui fournissant des soldats étrangers, qui seront placés sous ses ordres. Un état de la fin 1591 dresse la liste, province par province, uniquement des compagnies françaises sur lesquelles Mayenne pourrait éventuellement compter, soit 31 compagnies d’infanterie et 135 de cavalerie. L’état donne, pour chacune, le nom du capitaine ; ainsi, pour la cavalerie, apparaissent les noms des grands chefs ligueurs, pris parfois dans la plus haute noblesse et, en majorité, dans la moyenne et petite noblesse provinciale40. Chaque chef de guerre est susceptible de venir ou pas avec ses hommes et aussi de se débander quand le besoin se fait sentir de repartir dans sa province. L’armée commandée par Mayenne est donc éminemment composite et volatile, ce qui ne peut guère favoriser la mise en place d’une structure formalisée d’encadrement religieux des soldats. Certains membres de la haute noblesse exerçant des commandements dans l’armée de Mayenne entreprennent des fondations pieuses en faveur des ordres militants de la Réforme catholique. Mayenne lui-même, à peine levé le siège de Rouen, y fait une grosse donation aux capucins de la ville, qui avaient soutenu le pouvoir ligueur et la population pendant le siège41. Mais, nous n’avons pas pu déceler de traces, de la part de ces nobles, d’initiatives tendant à mettre en œuvre un encadrement des soldats dans l’esprit de la Contre-Réforme. Le duc de Mercœur, qui combat, lui, en Bretagne, est, parmi les chefs ligueurs, celui qui incarne le mieux le modèle du soldat chrétien ; mais, c’est, plus tard, au tournant du siècle, lors de son intervention en Hongrie, qu’il fait appel à des capucins pour évangéliser ses troupes42. Dans les villes de l’Union, la présence des clercs, séculiers et réguliers, parfois en armes, ce que Grégoire XIV autorise en septembre 159143, paraît avoir été particulièrement marquée aux côtés des garnisons et des milices et ce, surtout en temps de siège. L’exemple de Paris, connu du fait des représentations des processions de la Ligue (fig. 2), n’est pas isolé, ce qu’indique notamment le cas de Chartres44. On peut voir là une forme de réception de l’idéal du soldat chrétien, une fois encore en milieu urbain ; mais il ne s’agit pas de structure d’aumônerie ou d’encadrement missionnaire auprès d’une armée régulière.

Du modèle à la pratique : l’échec de la « disciplinarisation »

15Au-delà de son déploiement dans les représentations et dans les pratiques d’apostolat auprès des soldats, se pose la question des effets concrets de ce modèle contre-réformé de la guerre sur les comportements des troupes. Or, l’écart est manifeste entre la discipline, morale, religieuse et militaire, du soldat chrétien et la conduite effective des combattants associés à la Ligue entre 1590 et 1592. En outre, la divergence entre ce modèle et le comportement des soldats se distingue aussi bien dans les troupes françaises, qui ne sont pas soumises à un encadrement missionnaire, que dans le contingent pontifical et dans l’armée du duc de Parme, bénéficiant de l’apostolat jésuite.

  • 45 Il ne reste, semble-t-il, que des témoignages très limités : une lettre en latin du jésuite Regina (...)
  • 46 En particulier ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, les lettres envoyées par Matteucci (...)
  • 47 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 5.
  • 48 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 337-342, ici fo 339 vo et 340 vo.
  • 49 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 6-8, lettre de Matteucci du 28 janvier 1592, ic (...)
  • 50 Les Suisses se montrent particulièrement indisciplinés, avec des mutineries, des menaces constante (...)
  • 51 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 239, 13 août 1592, copie d’une lettre de Matteu (...)
  • 52 Lloyd H. A., The Rouen campaign, op. cit., p. 176 ; ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38 (...)
  • 53 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 6-8, lettre de Matteucci du 28 janvier 1592, ic (...)
  • 54 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, lettre de Matteucci, fin janvier 1592, ici fo 20. (...)
  • 55 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 125, lettre de Matteucci, 23 mai 1592.

16L’intervention pontificale de 1591-1592 donne lieu, en résumé, à un désastre et ce, en dépit de l’importance des sommes investies par le Saint-Siège. La correspondance des pères avec le Général de la Compagnie n’a visiblement pas été conservée pour cette mission castrale de 1591-1592, contrairement à celle de 1569, qui nous avait permis de dresser le tableau de l’échec sur le terrain de l’apostolat jésuite durant la troisième guerre civile45. Mais ce manque peut être assez largement comblé par le recours à la correspondance du commissaire pontifical avec la secrétairerie d’État46. Le 25 août 1591, Matteucci mentionne encore la bonne discipline des soldats qui ont marché, expose-t-il, en « bon ordre » durant le voyage depuis l’Italie vers la Lorraine47. Mais, dès le début de l’automne, commencent des difficultés de paiement, d’approvisionnement et survient une épidémie qui décime les troupes. Fin octobre 1591, après avoir évoqué l’impossibilité à se fournir en pain, comme en fourrage, ainsi que les assassinats des soldats traînant à l’arrière par les paysans locaux, Matteucci explique qu’il a fallu abandonner une partie des malades à Verdun sous la garde de l’évêque qui a fait venir, pour les assister, un chanoine parlant italien et un capucin italien, avec d’autres clercs de la Péninsule48. Fin janvier 1592, la cavalerie qui comportait initialement 1 000 chevaux a été ramenée à 450 par le jeu de la mortalité et des désertions, puis, mi-mars, à 250 ; sur ce dernier chiffre, la moitié des cavaliers sont incapables de servir, allant à pied, presque nus, souvent sans arme ; leurs capitaines sont, pour la majorité, partis ou morts49. Au début de l’été, Matteucci procède au licenciement des Suisses50 et des soldats italiens survivants et l’armée pontificale est presque totalement recomposée, notamment par le recrutement de 3 000 fantassins allemands, sous les ordres du baron de Boppard51. Le manque de vivres, de fourrage, les retards dans le versement des soldes, les désertions, les maladies enfin, touchent aussi l’armée de Farnèse, qui diminue fortement à partir de janvier 1592 sans connaître, néanmoins, une situation aussi dramatique52. Si l’on en croit Matteucci, notamment d’après l’un de ses rapports de la fin janvier 1592, les soldats français manquent de toutes les choses nécessaires ; il n’y a pas de discipline parmi eux et, selon lui, ils ne veulent que de l’argent, dont ils manquent désespérément, étant dans une extrême pénurie53. Les chefs ligueurs tolèrent, d’après les agents du pape, la vie licencieuse des combattants. Matteucci explique qu’ils laissent leurs soldats en plan, sans provisions, pour faire retraite et se restaurer dans leurs petits châteaux en Champagne54. En mai, les cavaliers français se débandent, le commissaire évoquant le départ de 1 000 d’entre eux en une seule fois55.

  • 56 Voir, entre autres, Pallier D., Recherches sur l’imprimerie, op. cit., p. 179, qui évoque ainsi le (...)
  • 57 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 6-8, lettre de Matteucci du 28 janvier 1592, ic (...)
  • 58 Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit., p. 86.
  • 59 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 337-342, copie d’un rapport et d’une lettre de Matteucci, 28 oct (...)
  • 60 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 19, lettre de Matteucci, 31 janvier 1592.
  • 61 Schoojans J., « “Castra Dei” », art. cit., p. 528.
  • 62 Brusle De Montpleinchamp J.-C., L’histoire d’Alexandre Farnèse, op. cit., p. 298 et 301-302. Journ (...)
  • 63 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 475-476, rapport sur les exactions des gens de guerre, 21 octobr (...)
  • 64 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 126, lettre de Matteucci, 2 juin 1592 et fo 140 (...)

17La discipline du soldat chrétien, ainsi la révérence envers le sacré, notamment vis-à-vis des objets et lieux de culte, l’interdiction du vol et du pillage, l’obligation à restitution en cas de vol, la régulation plus générale des rapports avec les populations civiles et bien d’autres exigences inscrites au cœur de la catéchèse jésuite, ne paraissent pas pouvoir s’appliquer dans de telles conditions. Et, de fait, les armées associées à la Ligue entre 1590 et 1592, toutes origines confondues, s’illustrent par l’importance et la violence de leurs exactions56. Sur ce plan encore, les rapports de Matteucci sur la conduite des soldats pontificaux et de leurs alliés sont éloquents. Fin janvier 1592, il signale la fréquence des vols au sein de l’armée, vols de chevaux, de mules, de bagages, qui, expose-t-il, sont le fait des soldats « amis », dont il faut se garder plus que des « ennemis ». Ainsi, le commissaire s’est fait lui-même dépouillé, en particulier de la croix, des chandeliers, du calice et autres objets du culte nécessaires au fonctionnement de sa chapelle de campagne ; les agnus-dei et couronnes, sans doute préparés pour être distribués aux soldats, ont été répandus à terre et piétinés. Matteucci a marché tout le chemin aux côtés des mules du pape qui portent les deniers pontificaux destinés aux soldes afin de les protéger. Les capitaines, indique-t-il encore, ne répriment pas les licences des soldats italiens et laissent les cavaliers vendre leurs chevaux aux ennemis en prétendant ensuite qu’ils ont été dérobés57. En outre, des mutineries surviennent en 1591-1592 à l’intérieur des différentes armées catholiques. L’essentiel des vols est réalisé par les combattants au détriment des civils. Les troupes pontificales commettent déjà des exactions dans le Milanais avant même de parvenir en France58. Fin octobre 1591, Matteucci rapporte que les soldats espagnols et allemands au service du Roi Catholique, lesquels sont déjà nombreux dans le royaume avant même l’arrivée de Farnèse, sont laissés sans ressource et meurent de faim ; pour survivre, ils détruisent les hameaux et les fermes, consument tout ce qu’ils trouvent et ruinent les campagnes59. Les troupes du duc de Parme ne se comportent pas mieux. Matteucci les accuse notamment de piller et de violer les églises, ainsi que les couvents des religieuses, plus généralement de se nourrir sur le pays60. Des atteintes comparables aux lieux de culte et aux clercs avaient déjà été attribuées aux troupes de Farnèse en Flandres dans les années 1580 et on dispose de différents témoignages à propos de leurs brutalités contre les civils aux Pays-Bas61. À l’automne 1590, l’armée du duc de Parme avait acquis en France une réputation particulière de férocité avec les prises de Lagny et de Corbeil dont les garnisons royalistes avaient été passées entièrement au fils de l’épée et les deux villes saccagées62. Les exactions sont tout aussi bien le fait des soldats français de la Ligue. En octobre 1591, ainsi, des députés ligueurs de Paris viennent à Reims réclamer de l’aide aux chefs de l’Union. Ils rapportent les plaintes de l’oligarchie parisienne contre les taxations et les pillages des gens de guerre dans les environs de la capitale, qu’ils soient aussi bien royaux que ligueurs, qu’ils soient français ou étrangers63. Enfin, Matteucci va connaître lui-même de graves difficultés avec ses alliés ligueurs, des difficultés qui ne témoignent guère d’une grande révérence vis-à-vis d’un agent du pape. Nommé commissaire en Flandres, à la fin de sa mission en France, à l’été 1592, il fut en effet fait prisonnier sur ordre de Mayenne et emprisonné quelque temps avant son départ dans l’espoir de lui extorquer des deniers64.

*

18Sur le plan moral et disciplinaire, l’encadrement missionnaire des soldats du pape et de Farnèse aboutit, en France entre 1590 et 1592, à un échec manifeste, ce, en particulier, en matière de répression des vices de la soldatesque et des exactions des gens de guerre. Comme en 1569, les missionnaires sont dans l’incapacité de transformer ces combattants en soldats chrétiens et l’apostolat jésuite se heurte, sur le terrain, à l’inertie des violences de guerre, particulièrement répandues en France dans les années 1590 et communes aux royaux et aux ligueurs. Dans le cas des troupes françaises passées durant cette période sous le commandement de Mayenne, les grands capitaines de la Ligue n’ont visiblement pas mis en œuvre d’encadrement religieux formalisé. Pourtant, il apparaît que l’idéal du soldat chrétien a bien été reçu et assimilé par une partie du milieu ultra-catholique. En témoignent nombre d’écrits issus de la Ligue radicale, comme l’engagement des clercs auprès des soldats et des milices bourgeoises dans certaines villes de la Sainte-Union, en particulier quand elles étaient assiégées. On peut s’interroger sur la divergence, dans ce domaine, entre l’attitude de la noblesse des armes et les souhaits des composantes urbaines et ultras de la Ligue. L’absence d’un encadrement religieux structuré de cette armée s’explique peut-être par des motifs purement structurels. Mais l’appel à une régénération chrétienne de la noblesse porté par la critique des ligueurs radicaux peut contribuer aussi à détourner ces nobles du modèle du soldat chrétien, du moins tant que l’exigence dévote présentée ainsi au militaire est conjointe à l’engagement dans une guerre sainte contre l’hérésie, une situation appelée à évoluer avec la fin des guerres civiles.

Notes

1 Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”. L’encadrement catholique des troupes pontificales et royales en France en 1568-1569 », Revue historique, t. CCCXVI/1, 2014, no 669, p. 51-85. Nous nous permettons de renvoyer à cet article pour une plus ample bibliographie sur le développement du modèle du soldat chrétien, sur la catéchèse auprès des soldats et leur encadrement religieux, notamment à propos des travaux de Vincenzo Lavenia et Gianclaudio Civale. Signalons, parus récemment, Lavenia V., Il catechismo dei soldati. Guerra e cura d’anime in età moderna, Bologne, Unilibro, 2013 ; Civale G.-C., « La Compagnia di Gesù, la guerra e l’immagine del soldato da Ignazio a Possevino (1546-1569) », Società e Storia, 140, 2013, p. 283-317.

2 Voir notamment Civale G.-C., Guerrieri di Cristo. Inquisitori, Gesuiti e soldati alla battaglia di Lepanto, Milan, Edizione Unicopli, 2009.

3 Voir, entre autres, Crouzet D., Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 2009 (1re éd. en 2 vol., 1990), en particulier chap. xvii. Descimon R. et Ruiz Ibañez J.-J., Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Et, récemment, Debaggi Baranova T., À coups de libelles. Une culture politique au temps des guerres de religion (1562-1598), Genève, Droz, 2012.

4 Caumont J. de, De la Vertu de noblesse aux roys et princes tres-chrestiens, Paris, F. Morel, 1585.

5 Par exemple, Aguillon aux vrays François pour la liberte des catholiques, s. l., 1589 et voir l’inventaire des libelles parisiens dressé par Pallier D., Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue, 1585-1594, Genève, Droz, 1975, catalogue et p. 182-183.

6 Launoy M. de, Remonstrance contenant une instruction Chrestienne de quatre poincts à la Noblesse de France, laquelle faisant profession en apparence de la Religion Chrestienne, Catholique Apostolique et Romaine, suit neantmoins le party de l’heretique, et employe ses armes pour maintenir l’heresie…, Paris, N. Nivelle, 1590.

7 Raynssant O., Représentation de la noblesse hérétique sur le théâtre de France, Paris, G. Bichon, 1591.

8 Crome F., Dialogue d’entre le maheustre et le manant, éd. P. Ascoli, Genève, Droz, 1977.

9 Cette critique antinobiliaire a d’abord été interprétée, notamment par Roland Mousnier, comme une volonté de subvertir la société d’ordres et de renverser la noblesse. Mais nombre d’historiens, ainsi Peter Ascoli, Manfred Orlea, Robert Descimon, avec Élie Barnavi, Arlette Jouanna, Denis Crouzet, ont largement contredit cette vision d’une Ligue porteuse d’une révolution sociale. Cette critique formait, au contraire, une propagande de circonstance tournée vers un public bien identifié, la noblesse catholique non ligueuse, afin de la détourner du parti royaliste et les ligueurs l’associaient souvent à des plaidoyers pro-nobiliaires (sur ce dernier point, Barnavi É. et Descimon R., La Sainte Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président Brisson, 15 novembre 1591, Paris, Hachette, 1985, p. 255-259).

10 Le noble est traditionnellement présenté comme celui qui fait profession de la vertu. Or, la contestation produite par les pamphlets ligueurs repose, en premier lieu, sur un déplacement du sens du mot « vertu ». Celle-ci n’est plus associée à la « vaillance guerrière » (soit le fondement même de la doxa aristocratique : voir notamment les travaux d’Arlette Jouanna, ainsi L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe, 1498-1614, Lille, Atelier de reproduction des thèses, université Lille III, Paris, diffusion H. Champion, 1976, 3 vol., vol. II, p. 625 sq.), mais, pour Caumont, Mathieu de Launoy, Oudart Raynssant ou d’autres auteurs anonymes, à « l’amour de l’honneur de Dieu ».

11 Ainsi, Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 8. Aguillon aux vrays Françoys…, op. cit., p. 44.

12 Launoy M. de, Remonstrance, op. cit., p. 10-11 ; Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 6 et 9-10.

13 Le Pédagogue d’armes, pour instruire un prince chrétien à bien entreprendre et heureusement achever une bonne guerre…, Paris, S. Nivelle, 1568. Il Soldato christiano, con l’instruttione dei capi dello essercito catolico, […], libro necessario a chi desidera sapere i mezzi per acquistar vittoria contra heretici, Turchi et altri infedeli…, Rome, per li heredi di V. et L. Dorici, 1569. Et Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit.

14 Sur « l’invasion mystique » liée à la diffusion des traités de spiritualité, Crouzet D., Les guerriers de Dieu, op. cit., liv. II, p. 440-447, qui souligne d’ailleurs la « concordance » entre les théories ligueuses radicales sur la noblesse et certains traités de spiritualité comme ceux de Diego de Stella. Également, Dagens J., Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité et de ses sources (1501-1610), Paris, Desclée de Brouwer, 1952. Ces manuels s’inscrivent aussi dans une littérature plus vaste, déployant une culture contre-réformée de la guerre : voir Boltanski A., « Une langue religieuse de la guerre : de quelques manuels jésuites à l’intention des soldats dans la seconde moitié du XVIe siècle », Fontaine M.-M. et Fournel J.-L. (dir.), Les mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance, Genève, Droz, 2015, p. 169-196.

15 Sailly T., Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien, reveu et augmenté pour l’armée de Sa Majesté catholicque au Pays-Bas…, Anvers, Imp. plantinienne, chez la vefve et J. Mourentorf, 1590.

16 Pour l’analyse des manuels infra, Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., et id., « Une langue religieuse de la guerre », art. cit. Dans le manuel de Sailly, une gravure représente clairement cette transposition de la métaphore du combat spirituel (fig. 1).

17 Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 9 et 24.

18 Ibid., fo 23-25. Saint Paul, notamment son Epître aux Ephésiens avec la description de l’armature spirituelle, sont une référence essentielle des manuels de Possevino A., Il soldato cristiano, op. cit., p. 53 et Sailly T., Guidon, op. cit., p. 116-117. Sur la protection divine, voir aussi Raynssant O., Représentation de la noblesse, op. cit., fo 85.

19 Caumont J. de, De la vertu de noblesse, op. cit., fo 10 et 26-27. Voir aussi Launoy M. de, Remonstrance, op. cit., p. 15-16 et 20. Aguillon aux vrays Françoys…, op. cit., p. 41 et 43.

20 Le tombeau de hault et puissant seigneur Jean-Loïs de La Roche Foucault, comte de Randan, baron Du Luguet…, Paris, L. Delas, 1590. Aussi Pallier D., Recherches sur l’imprimerie, op. cit., p. 376.

21 À Paris, pendant le siège, se déploie une milice formée par les habitants ou bourgeois, enrôlés, armés et divisés selon les seize quartiers de la ville, soit, selon F. Pigafetta, une troupe de 48 000 fantassins en compagnies de 3 000 hommes : Pigafetta F., Relation du siège de Paris par Henri IV, éd. et trad. A. Dufour, Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 2, Paris, 1875, p. 1-105, ici p. 22. Crouzet D., Les guerriers de Dieu, op. cit., liv. II, p. 395-396. Cette milice a pu influencer l’auteur de ce traité.

22 De Picaïne, La Nouvelle milice françoise par où sont déduits les moyens d’ordonner l’infanterie catholique de sorte qu’elle puisse prévaloir à toute manière de cavallerie ennemie…, Paris, R. Thierry, 1590.

23 Ibid., p. 76. Voir aussi le sonnet intitulé « le devoir et gouvernement du vray gendarme », à la fin d’une pièce ligueuse, Reddition et prinse de la Ville et Chasteau d’Alençon…, Paris, J. Gregoire, 1589, qui évoque la nécessité d’établir une discipline, y compris morale, des soldats.

24 De justa reipublicae christianae in reges impios et haereticos authoritate liber, Paris, G. Bichon, 1590 ; Jouanna A., L’idée de race, op. cit., vol. III., p. 1250.

25 Amalou T., Le Lys et la Mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épiscopal pendant les guerres de Religion (1580-1610), Paris, CTHS, 2007, notamment p. 152-153 et 252 ; Crouzet D., Les guerriers de Dieu, op. cit., liv. II, p. 395. Et voir infra et fig. 2.

26 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Miscellanea, Arm., I, 24, fo 129-131, instructions à Matteucci, 1er mai 1591 ; Arm., I, 24, fo 366-368, comptes des gens à cheval et à pied et des provisions, 11 novembre 1591 ; Arm., I, 24, fo 414-416, articles conclus pour l’engagement des Suisses. Voir aussi Cloulas I., « L’armée pontificale de Grégoire XIV, Innocent IX et Clément VIII, pendant la seconde campagne en France d’Alexandre Farnèse (1591-1592) », Bulletin de la commission royale d’histoire, t. 126, 1960, p. 83-102, ici p. 84.

27 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 129-131, instructions à Matteucci, 1er mai 1591. Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit., p. 84.

28 Archivum Romanum Societatis Jesu (ARSI), Instit. 117 II, fo 512 ro-515 vo, « instructio pro missione nostrorum qui cum exercitu profiscuntur. Mense maii 1591 », instruction que nous commentons et dont nous traduisons quelques passages infra ; autre copie, identique, dans ARSI, Instit. 188, fo 266 vo-269 vo. Quelques éléments dans Brunelli G., Soldati del papa. Politica militare e nobiltà nello Stato della Chiesa (1560-1644), Rome, Carocci, 2003, p. 22. Sur les instructions pour les missionnaires jésuites en 1569, notamment, Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., p. 63 et 66-67.

29 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 377, note des provisions qui doivent se payer par mois, ici fo 377 vo.

30 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 129-131, instructions à Matteucci, 1er mai 1591.

31 Sur l’appui militaire apporté par les Espagnols, voir Ruiz Ibañez J.-J, Laberintos de hegemonía. La presencia militar de la monarquía hispánica en Francia a finales del siglo XVI, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2012, p. 73 ; Lloyd H. A., The Rouen Campaign, 1590-1592. Politics, Warfare and the Early-Modern State, Oxford, Clarendon Press, 1973, p. 171 ; Van Der Essen L., Alexandre Farnèse. Prince de Parme, Gouverneur Général des Pays-Bas (1545-1592), Bruxelles, 5 vol., t. V, 1933-1937, p. 292-295 ; lettre du légat Caetani au cardinal Montalto du 15 août 1590 ; lettre du légat à son frère du 2 septembre 1590 (Farnèse disposerait alors de 13 000 hommes d’infanterie et 3 000 chevaux) ; lettre de Farnèse au légat Caetani, 23 octobre 1590 évoquant son départ, traduites de l’italien par G.-B. Caringi, « Sixte et la Ligue. Documents inédits », Revue du monde catholique, t. 20, 1867, p. 783-809, ici p. 799, 803 et 807-808 (lettres originales conservées à l’Archivio Caetani à Rome).

32 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 293-295, ici fo 294 vo, état de la guerre en France, 25 septembre 1591 ; ibid., Arm., I, 24, fo 337-342, copie d’un rapport et d’une lettre de Matteucci à l’évêque de Bertinoro, 28 octobre 1591 ; Arm., I, 24, fo 357 vo, avvisi, de Lyon, 4 décembre 1591 ; Lloyd H. A., The Rouen campaign, op. cit., p. 172, 175 ; Van Der Essen L., Alexandre Farnèse, op. cit., p. 349 sq. ; Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit., p. 94 et 96. Les troupes effectivement menées en France par Farnèse s’avéreront beaucoup moins nombreuses que prévu et arriveront avec beaucoup de retard en décembre 1591.

33 Schoojans J., « ‘‘Castra Dei’’. L’organisation religieuse des armées d’Alexandre Farnèse », Miscellanea historica in honorem Leonis Van der Essen, Louvain, Bruxelles, 1947, 2 vol., vol. 1, p. 523-540, ici p. 531 et 533-534. Parker G., The army of Flanders and the Spanish road, 1567-1659. The logistics of Spanish victory and defeat in the Low Countries’wars, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 171-172.

34 Schoojans J., « “Castra Dei” », art. cit., p. 537-539 ; Parker G., The army of Flanders, op. cit., p. 172.

35 Voir supra. Pour des références complémentaires, ainsi qu’une proposition d’analyse de ce manuel, nous nous permettons de renvoyer à Boltanski A., « Une langue religieuse de la guerre », art. cit.

36 Schoojans J., « “Castra Dei” », art. cit., p. 539. Les bulles pontificales sont éditées dans le Guidon, op. cit., en latin puis en français, p. 369-382 et l’une des illustrations du manuel montre certains officiers membres de la confrérie en prière.

37 Schoojans J, « “Castra Dei” », art. cit., p. 538 et 540 ; Terwecoren É. (S. J), Collection de précis historiques, Bruxelles, 20 vol., 1854-1871, ici 8e année, 1859, p. 393-395, « Marie dans l’armée d’Alexandre Farnèse et l’œuvre des soldats ».

38 Voir Brusle De Montpleinchamp J.-C., L’histoire d’Alexandre Farnèze, duc de Parme et de Plaisance…, Amsterdam, A. Michils, 1692, qui donne de multiples indications sur l’utilisation de ces cultes par Farnèse aux Pays-Bas. En 1590, il avait promis aux Parisiens de les libérer pour l’Assomption de la Vierge, le 15 août ; il ne pourra pas tenir ce calendrier.

39 ARSI, Instit. 117 II, fo 517-518, « Ordinationes pro missione castrensi ». Lavenia V., « “Non arma tractare sed animas”. Cappellani cattolici, soldati e catechesi di guerra in età moderna », Annali di Storia dell’Esegesi, 26, 2009, p. 47-100, ici p. 78.

40 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 407-411, liste des forces françaises desquelles on peut tenir compte pour l’armée du duc de Maine.

41 Godefroy De Paris, Les Frères mineurs capucins en France. Histoire de la Province de Paris, Paris, 1937-1950, 3 vol., t. 1, fasc. 2, p. 150-151.

42 Fumee M., Histoire générale des troubles de Hongrie et Transilvanie…, Paris, R. Fouet, 1608, p. 828.

43 Bref de N. S. Pere le Pape Gregoire XIIII par lequel il est permis à tous ecclesiastiques de porter les armes contre les heretiques et leurs adherans…, Paris, R. Nivelle, 1591 ; Pallier D., Recherches sur l’imprimerie, op. cit., p. 178.

44 Histoire de Sébastien Le Pelletier, prêtre ligueur […], 1579-1592, Le Person X. (éd.), Genève, Droz, 2006, en particulier p. 221-222 : avec l’appui des clercs, dans cette ville assiégée de février à avril 1591, les soldats suivent le carême, écoutent la messe, se confessent, d’après Le Pelletier, maître de grammaire des enfants de chœur de la cathédrale. Et Le Pelletier insiste plus généralement sur l’appui apporté par les clercs aux habitants.

45 Il ne reste, semble-t-il, que des témoignages très limités : une lettre en latin du jésuite Reginaldus au Général de la Compagnie du 11 novembre 1591 envoyée de Pont-à-Mousson, évoquant le père Bracanius, lequel meurt durant la mission (ARSI, Gall. Epp. 93, fo 31), deux copies de lettres en latin du Général au Supérieur de cette mission, l’une du 9 novembre 1591, l’autre du 15 février 1592 (ARSI, FRANC. 1-II Epp. Gen, fo 370 ro et 373 ro) ; Boltanski A., « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit.

46 En particulier ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, les lettres envoyées par Matteucci en 1591-1592, à compléter par les documents beaucoup plus divers dans Miscellanea, Arm., I, 24 et par d’autres sources aux ASV en général déjà exploitées par Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit.

47 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 5.

48 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 337-342, ici fo 339 vo et 340 vo.

49 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 6-8, lettre de Matteucci du 28 janvier 1592, ici fo 6 et fo 63-64, lettre de Pietro Grosso collatéral à l’évêque de Bertinoro, 24 mars 1592.

50 Les Suisses se montrent particulièrement indisciplinés, avec des mutineries, des menaces constantes de se débander si les soldes ne sont pas versées, notamment peu avant le siège de Rouen (avril 1592) : il fallut que Farnèse leur fasse payer 30 000 écus pour qu’ils acceptent d’y marcher. Notamment, ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 11 et 21, lettres de Matteucci, 31 janvier 1592 ; fo 63-64, lettre de Pietro Grosso ; fo 216-218 ro, lettre de Matteucci, 3 avril 1592, ici fo 216 vo -217 ; A. S. V., Miscellanea, Arm., I, 24, fo 358 vo, avvisi de Reims, 16 novembre 1591 ; Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit., p. 90 et 92-94.

51 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 239, 13 août 1592, copie d’une lettre de Matteucci ; Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit., p. 97. Il était prévu que ces troupes soient accrues de deux régiments de cavalerie et associées au reste de l’armée catholique pour secourir les alliés ligueurs, quand Farnèse jugerait bon de revenir en France. Cette campagne avorta du fait de la mort du duc de Parme, le 2 décembre 1592. Voir aussi Van Isacker Ph., « Notes sur l’intervention militaire de Clément VIII en France à la fin du XVIe siècle », Revue d’histoire ecclésiastique, t. XII, 1911, p. 702-713.

52 Lloyd H. A., The Rouen campaign, op. cit., p. 176 ; ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 216-218 ro, lettre de Matteucci, 3 avril 1592, ici fo 218.

53 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 6-8, lettre de Matteucci du 28 janvier 1592, ici fo 6 vo et autre lettre du même, fo 19 vo -fo 20.

54 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, lettre de Matteucci, fin janvier 1592, ici fo 20. Voir aussi ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 337-342, copie d’un rapport et d’une lettre de Matteucci, 28 octobre 1591, ici fo 341.

55 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 125, lettre de Matteucci, 23 mai 1592.

56 Voir, entre autres, Pallier D., Recherches sur l’imprimerie, op. cit., p. 179, qui évoque ainsi les arrêts du parlement de Paris, pris pour les troupes de la Ligue, afin de tenter de réguler les excès des gens de guerre, en vain. De son côté, Henri IV prend, en mars 1593, une ordonnance pour discipliner les soldats qui ravagent et assassinent : Turrel D., Le blanc de France. La construction des signes identitaires pendant les guerres de religion (1562-1629), Genève, Droz, 2005, p. 43.

57 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 6-8, lettre de Matteucci du 28 janvier 1592, ici fo 7.

58 Cloulas I., « L’armée pontificale », art. cit., p. 86.

59 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 337-342, copie d’un rapport et d’une lettre de Matteucci, 28 octobre 1591, fo 338 vo-339.

60 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 19, lettre de Matteucci, 31 janvier 1592.

61 Schoojans J., « “Castra Dei” », art. cit., p. 528.

62 Brusle De Montpleinchamp J.-C., L’histoire d’Alexandre Farnèse, op. cit., p. 298 et 301-302. Journal historique de Pierre Fayet sur les troubles de la Ligue, éd. V. Luzarche, Tours, Ladevèze, 1852, p. 98-99 ; Le Roux N., Les guerres de Religion, 1559-1629, Paris, Belin, 2009, p. 287 ; Pallier D., Recherches sur l’imprimerie, op. cit., p. 89.

63 ASV, Miscellanea, Arm., I, 24, fo 475-476, rapport sur les exactions des gens de guerre, 21 octobre 1591, signé notamment par Belin. La présence d’une garnison espagnole à Paris soulève aussi de grands mécontentements, mais la discipline de ces troupes sera améliorée, ce qui va permettre de réduire l’image de leurs désordres : Ruiz Ibañez J.-J, Laberintos de hegemonía…, op. cit., p. 62. Sur cette garnison espagnole à Paris, id., « “Thing Not Seen in Paris since Its Founding”. The Spanish Garrison of 1590 to 1594 », Cardim P., Herzog T., Ruiz Ibáñez J.-J. et Sabatini G. (éd.), Polycentric Monarchies. How did Early Modern Spain and Portugal Achieve and maintain a Global Hegemony ?, Sussex University Press, 2012, p. 197-213.

64 ASV, Nunz. di Francia, Segr. Stato Francia, 38, fo 126, lettre de Matteucci, 2 juin 1592 et fo 140, copie d’une lettre de F. Sega, cardinal de Plaisance, 4 juillet 1592 ; Cloulas, I, « L’armée pontificale », art. cit., p. 96.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Une transposition du combat spirituel dans Thomas Sailly, Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien, reveu et augmenté pour l’armée de Sa Majesté catholicque au Pays-Bas…, Anvers, Imp. plantinienne, chez la vefve et J. Mourentorf, 1590, in-16, 391 p., pièces limin., fig. Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, D-80221.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47584/img-1.jpg
Fichier image/, 270k
Légende Fig. 2. – Procession de la Ligue à Paris conduite par Guillaume Rose (1590) Bibliothèque nationale de France, Paris, Est., Qb 1, dans Thierry Amalou, Le Lys et la Mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épiscopal pendant les guerres de Religion (1580-1610), Paris, Éditions du CTHS, 2007, p. 150-151 (je remercie chaleureusement T. Amalou d’avoir bien voulu mettre la reproduction de cette estampe à ma disposition).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47584/img-2.jpg
Fichier image/, 86k
Légende Fig. 3. – Farnèse en prière dans Thomas Sailly, Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien … reproduite dans Els Stronks, Adam Morton, Feike Dietz, Marc Van Vaeck, Lien Roggen (éd.), Illustrated Religious Texts in the North of Europe, 1500-1800, Ashgate, 2014, p. 208, figure 8.1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47584/img-3.jpg
Fichier image/, 165k

Auteur

CERHIO (UMR CNRS 6258) – université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540