Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Première partie. Les structures d'encadrement

L’impossible aumônerie militaire en France sous l’Ancien Régime

Frédéric Meyer

Texte intégral

  • 1 En particulier : Corvisier A., Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, Presses univers (...)
  • 2 Lefèvre, J, « L’aumônerie militaire à l’époque de l’archiduc Albert (1598-1621) », Revue belge de (...)

1En dépit d’ouvrages et d’articles relativement nombreux sur le sujet, la lisibilité de l’aumônerie militaire dans les armées du roi Très Chrétien du XVIe au XVIIIe siècle reste faible1. Si on repère facilement des aumôniers au hasard des archives (récits de combats, gazettes, descriptions de forteresses, annales des ordres religieux qui s’y dévouent), l’historien a encore du mal à estimer la réalité de l’aumônerie, et dans l’Église gallicane et sur le terrain militaire. Contrairement aux armées espagnoles où les aumôneries, prévues dès 1523 dans le cadre du droit de patronage royal sur l’Église, sont assez bien organisées et bien hiérarchisées pour être un acteur important du disciplinamento des troupes du roi ou de l’archiduc Albert au début du XVIIe siècle aux Pays-Bas2, les militaires français semblent longtemps livrés à eux-mêmes, en une marge missionnaire abandonnée de tous.

  • 3 Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi, op. cit., p. 338.
  • 4 Maral A., « Le grand aumônier de France et le diocèse de la chapelle royale sous Louis XIV », Bibl (...)
  • 5 RP. Caprais de Singlande (désormais Singlande), Mémoires et voyages, Paris, N.-A. Delalain, t. 1, (...)

2En France, une brassée de questions posées à l’historien (autour de l’organisation, du recrutement, de la vocation des Pères…) montre tout de suite la complexité du sujet de l’aumônerie militaire. Le clergé, séculier ou régulier, s’y intéressa certes, mais de façon variée, sans pour autant décider d’en faire jamais une mission spécifique. Quelques réguliers courageux durent imposer leur service à un pouvoir royal resté longtemps indifférent à leur endroit. Les récollets n’en ont jamais eu le monopole, sauf au Canada3. Ni le roi de France ni le clergé n’ont créé sous l’Ancien Régime un corps spécial d’aumôniers militaires, malgré l’existence du Grand Aumônier à la cour et auprès de la Maison du roi, qui avait autorité aussi sur certains établissements charitables du pays4. Si la législation royale en parle dès le XVIe siècle, ce n’est néanmoins qu’à la fin du XVIIe siècle, lors de la guerre de Hollande et au moment de la révocation de l’édit de Nantes, que la couronne semble se préoccuper vraiment de la présence d’aumôniers aux côtés de soldats et de marins exposés au protestantisme. On voit certes des aumôniers dans les armées, mais beaucoup plus confusément l’aumônerie. Je voudrais explorer ici les diverses facettes de ces paradoxes. Je ne propose que quelques pistes, réflexions et illustrations concrètes pour un sujet qui reste ouvert, à travers les témoignages de récollets et, même s’il est probablement enjolivé, de celui, rare en son genre, du père Caprais de Singlande5, aumônier de régiment sous Louis XV. Je traiterai successivement des questions liées à la place de l’aumônerie dans les armées, puis de la place des réguliers dans cette charge et de son ambiguïté.

Les problèmes liés aux aumôneries des troupes

  • 6 Delumeau J, « Missions de l’intérieur au XVIIe siècle », Un chemin d’histoire. Chrétienté et Chris (...)
  • 7 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit. Le tome 1 décrit la campagne de Corse, le second la guerr (...)

3On sait que les armées sont restées longtemps en marge de l’encadrement clérical et qu’elles n’ont pas profité en priorité de l’élan des réformes religieuses à l’époque moderne. Cela pose question, dans une société où la guerre est courante, sur les liens que la troupe peut entretenir avec la religion et la société. Les « marginaux du christianisme6 » que sont les soldats, particulièrement lors des campagnes, marchent, se battent, tuent, souffrent et meurent quasiment sans secours religieux, et de manière générale échappent à toute éducation religieuse. Les troupes sont un monde religieusement à part, hors de l’élan réformateur et même légal de la France d’Ancien Régime. À côté du souci des pauvres, des blasphémateurs, des criminels, les soldats apparaissent peu présents au sein du disciplinamento à la française, autant que dans la législation royale. Encore au XVIIIe siècle, le P. de Singlande, qui accompagne en Corse en 1738 l’armée chargée de ramener l’île, tentée par l’aventure du baron Théodore Ier von Neuhoff en 1736, dans le giron génois, décrit des recrues qui n’ont pas fait leur première communion et des soldats qui n’ont pas l’habitude de se confesser. L’armée est un monde à part, avec ses lois propres. Singlande rencontre des soldats français ouvertement calvinistes (des Languedociens) malgré la Révocation, et des officiers turbulents, rebelles aux ordres comme à la morale chrétienne7. On peut trouver à cet état de fait trois séries de raisons.

  • 8 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 26.
  • 9 Armstrong M.-C, « Les moines radicaux : les Frères mineurs observants et la Ligue de Sainte-Union  (...)
  • 10 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 152.
  • 11 Ibid., p. 59.

4La première est que le roi, aussi bien que les évêques, ne tiennent pas trop à se mêler de l’aumônerie. Le roi de France, parce que l’on touche à la fois à la chose militaire et au gallicanisme, est rétif à une organisation qui ne viendrait pas de lui. Mais, d’un autre côté, il n’entend pas lui consacrer trop de moyens non plus. Les évêques ne veulent pas se défaire de leur clergé diocésain, qu’ils ont bien du mal à former en ces temps de Réforme catholique. L’édit portant règlement sur la juridiction ecclésiastique d’avril 1695 ne fait pas de l’aumônerie des troupes une responsabilité épiscopale. Il existe bien un Grand Aumônier en France depuis 1543, qui a en théorie la charge de l’encadrement spirituel des armées, mais ce grand seigneur, proche de la cour, a autre chose à penser. Il se contente de faire envoyer les brevets de nominations aux aumôniers. Ce sont les évolutions religieuses du XVIe siècle, la présence de soldats protestants dans l’armée française, qui poussèrent Henri II à légiférer, dans ce domaine comme dans d’autres, entre 1555 et 1558 pour limiter l’influence de l’hérésie. Mais l’effort resta limité. L’ordonnance du duc d’Anjou de 1568 manquait d’ambition et n’imposait la messe quotidienne aux armées que pour les officiers, sur le vieux modèle du chapelain seigneurial8. Pour la troupe, on n’envisageait vraiment que des exhortations : la parole divine primait alors sur tout le reste aux yeux de l’Église. Puis les guerres de religion, curieusement, firent oublier ces mesures. On peut s’étonner de ne pas voir de franciscains dans les armées royales du XVIe siècle. En revanche on en trouve dans les rangs des soldats de la Ligue, comme l’a montré Megan Armstrong9 ! La véritable naissance de l’aumônerie des troupes en France date de Louis XIII et Richelieu, et en particulier lors du siège de La Rochelle (1628). La lutte contre le protestantisme encourage dorénavant la monarchie à veiller sur la foi des troupes du Très Chrétien : ce n’est pas un hasard si l’aumônerie progresse au XVIIe siècle lors des sièges de La Rochelle et de Privas (1629), puis de la guerre de Hollande (1672) et des années 1680-1685, qui correspondent à la gestation de l’édit de Fontainebleau. Ce sont les années où le roi et le pape (Innocent XI, on le verra) légifèrent davantage. Le roi accorde des brevets aux aumôniers, les rémunère (la fonction n’est pas un bénéfice) et les gère comme des officiers militaires, les déplaçant, les sanctionnant, leur accordant des congés, comme ce semestre que Singlande va passer dans les domaines de M. de Valence, son chef-de-corps10. Pourtant les résultats sont maigres : on constate avec Singlande que plusieurs régiments qui servent en Corse en même temps que lui, comme les hussards d’Austrasie, n’ont pas d’aumônier du tout. Il explique comment il dut aller célébrer la messe de Pâques 1740 au régiment d’Agen, en plus de son régiment de Béarn11.

  • 12 Varachaud M.-C., « La formation des aumôniers de la marine du roi-soleil », Revue d’Histoire de l’ (...)
  • 13 Viallet, L., Les sens de l’Observance. Enquête sur les réformes franciscaines entre l’Elbe et l’Od (...)
  • 14 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 129.
  • 15 Ibid., p. 51. En 1766 à Limoges.
  • 16 Archives départementales du Rhône, 10 h 15, t. 2, p. 69.
  • 17 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 84.

5Il n’y a pas eu dans la société et le clergé français d’Ancien Régime la volonté de créer un corps spécifique d’aumôniers, ni séculiers ni réguliers. Il n’a existé des séminaires d’aumôniers que pour la marine12. Ce n’est pas alors une vocation identifiée pour les ecclésiastiques, comme la desserte de paroisse ou la mission, ou même peu à peu comme l’enseignement. Il faut dire que la guerre et le métier des armes doivent poser question à des clercs. Sans remonter aux interrogations de saint Augustin et saint Thomas d’Aquin sur la guerre juste et aux débats sur la croisade pour justifier à la guerre une présence de clercs qui ne va pas de soi, la modernité fait référence la plupart du temps au franciscain Jean de Capistran et à son rôle dans la campagne de Belgrade contre les Turcs en 145613. D’où le choix de confier cet encadrement spirituel des troupes, pour l’essentiel mais sans exclusive, à des réguliers ou des clercs réguliers (mendiants, jésuites, lazaristes, sulpiciens) issus des ordres de la Réforme catholique davantage prêts au martyre que les autres, et qui constituèrent environ les deux tiers des aumôniers14. La tradition franciscaine rappelle aux jeunes religieux comment Capistran convertissait les soldats en même temps qu’il les exhortait au combat, ce qui peut paraître contradictoire. L’active participation du capucin Marc d’Aviano au siège de Vienne de 1683 devant les Turcs en est l’illustration parfaite. Pourtant on constate le peu de succès de ce genre de vocations, même dans les ordres les plus zélés à la mission. Mal payée (entre 400 livres et 600 livres par an au XVIIIe siècle15), mal considérée, fatiguante, très exposée, la carrière n’attire pas. Elle est effectivement dangereuse. Le récollet Etienne de Martel est tué à Vézel (dans le duché de Clèves et Juliers) à 27 ans le 15 mai 1673, et il est enterré chez les dominicains de Clèves16. Il s’était « volontairement offert pour servir, selon le désir de nostre roy très chrétien, les soldats qui combattaient dans ses armées contre les Hollandais ». Le père Singlande tombe en 1738 entre les mains des rebelles corses du neveu du roi Théodore, dit « M. Frédéric » von Neuhoff. Il se rachète en abandonnant à ses agresseurs sa bourse bien garnie (18 louis d’or et deux d’argent)17. Les réguliers ont le goût de la mort. Mais ils préfèrent aller chercher le martyre auprès des Indiens ou des protestants que sur les champs de bataille, sauf s’il s’agit de lutter contre ces mêmes protestants. Sinon l’aumônerie militaire ne leur paraît pas leur vocation, du moins au XVIIe siècle. Dans les notices nécrologiques des ordres religieux, ils ne sont qu’un petit nombre à apparaître comme aumôniers.

  • 18 Le Febvre H., Histoire chronologique de la province des récollets de Paris sous le titre de Saint- (...)
  • 19 Ibid., p. 147.

6On se demande alors ce que l’on attendait vraiment d’eux. Spontanément on pense qu’ils participaient à la distribution des sacrements aux soldats, en particulier aux malades, blessés et mourants. Les textes normatifs vont dans ce sens, comme les notices nécrologiques mais sans en faire l’essentiel du récit de vie, préférant insister sur le parcours général de ces frères. En réalité, la visite des hôpitaux n’occupe que modestement Singlande, alors que le corps expéditionnaire français en Corse est décimé par les fièvres. On peut s’interroger alors sur l’efficacité réelle des aumôniers, même en ce domaine. Le récollet Hyacinthe Le Febvre dit que parmi les 24 frères envoyés depuis la province de Paris en Hollande en 1672, l’essentiel était constitué par des tertiaires18, une spécificité des franciscains récollets, sorte de frères lais de deuxième catégorie, qui ne peuvent pas distribuer les sacrements. Le fait est en contradiction avec le règlement de la province de Paris qui imposait au moins deux récollets prêtres dans chaque campement19. À qui pouvaient-ils être utiles, sinon pour réconforter les soldats, mais sans avoir pour cela ni formation théologique ni capacité sacramentelle ?

  • 20 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 78.
  • 21 Ibid., p. 151.

7Au quotidien, un aumônier des troupes semble plutôt une caution morale pour le régiment, une sorte de pédagogue, pour un milieu rétif au dressage des mœurs. Singlande lit la permission pontificale de manger gras en carême pour les soldats, que lui a transmis non le Grand Aumônier (le cardinal de Rohan-Soubise) en 1741, mais le ministre Tencin. On le voit enterrer un soldat ivre-mort, ce qui est pour lui « un défaut si funeste de la troupe », mais très banal20. On découvre parmi les recrues un religieux qui s’est enfui de son monastère. Son régiment se trouvant alors à la forteresse de Sisteron, Singlande le remet à l’évêque du lieu qui se charge de le faire ramener à son monastère, avec ce commentaire désabusé : « Il avait beaucoup à travailler pour devenir d’un mauvais soldat un passable religieux21. » Les jeunes officiers sont des têtes brûlées qui grimpent sur les toits des maisons pour dénicher les moineaux. Victimes de leur témérité, les jeunes dénicheurs d’oiseaux tombent du toit et se tuent. Singlande, sans illusion sur son rôle, note :

  • 22 Ibid., p. 68.

« Cet accident fit plus d’impression sur les jeunes officiers que tous les conseils qu’on aurait pu leur donner ; ce que la jeunesse entend sur l’avenir frappe les oreilles, ne fait rien de plus pour l’ordinaire ; ce qu’elle voit effectivement arriver passe de ses yeux à son esprit et ne manque presque jamais de l’instruire et de la rendre plus attentive et moins présomptueuse22. »

  • 23 Ibid., p. 100.

8D’autres officiers lui demandent d’avancer la messe dominicale au camp à six heures du matin pour pouvoir aller à la chasse, et quand Singlande leur demande quel genre de messe ils veulent, ils lui répondent « une messe de chasseurs… la plus courte23 ». L’influence de l’aumônier est donc limitée. Il est pour les hommes un conseiller, une sorte de père pour des jeunes gens livrés à eux-mêmes, mais il n’a pas les moyens de convertir l’armée.

La question des réguliers comme aumôniers

  • 24 Dompnier B., « Mission lointaine et mission de l’intérieur chez les capucins français de la premiè (...)
  • 25 Brunet S., Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’A (...)

9Pour les religieux qui s’adonnent à l’aumônerie, la desserte des armées pose d’autres questions, plus spécifiques et liées à leur engagement. Pour des clercs dont la mission est une vocation, qui est à l’époque considérée comme une et sans spécificité locale ou ethnique, qu’elle s’adresse à des paysans auvergnats ou à des Indiens du Canada24, suivre les régiments en campagne ou les encadrer au spirituel dans les forteresses sont dans la vie d’un missionnaire de simples étapes d’un cursus, à côté de la place principale accordée aux missions intérieures ou à la controverse. Ils ne reçoivent pas une formation particulière. Le jésuite gascon Jean Forcaud (1584-1645), connu pour avoir été un grand missionnaire dans les Pyrénées, fut quatre mois durant aumônier de l’hôpital militaire de Leucate en 1639, pendant le siège de Salses25. Les soldats sont pour des missionnaires des âmes à sauver, dans des conditions difficiles, mais autant, ou parfois plutôt moins difficilement que l’exige le soin des autres fidèles pendant les épidémies ou les famines. Le profil des aumôniers est seulement un peu plus diversifié que celui qui se dégage par exemple des notices nécrologiques des frères, formaté par une image conformiste construite autour de l’observance de la règle et de l’obéissance.

  • 26 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. xi-xii.
  • 27 Ibid., p. 96.

10Singlande ne correspond pas à ce modèle : il avoue sans peine son attrait de toujours pour la chose militaire, une tradition dans sa famille, pourtant modeste, d’Agen. Il aurait aimé être soldat, mais sa condition physique (il est malade depuis l’enfance) ne le lui a pas permis. La proposition par le colonel du régiment de Béarn, le marquis de Valence, de le suivre comme aumônier lui donna « occasion de s’en rapprocher autant qu’il est possible26 ». Lorsqu’il s’embarqua pour la première fois, il avouait : j’étais « ravi de pouvoir m’employer au salut éternel de ceux dont j’ai toujours ambitionné de partager la gloire et les dangers ». Il peut en rajouter, mais il n’était pas non plus obligé de le dire si nettement. On sent bien chez lui un militaire raté. De façon générale, les ordres religieux parlent de leurs aumôniers en d’autres termes que ceux-là, insistant sur leur dévouement, « l’honneur et l’édification » de leur apostolat, en rapport avec leur vision de la sainteté. Rien de tel chez Singlande, qui se dit le premier aumônier militaire à narrer sa vie par écrit, avec une mentalité de soldat bien plus que de religieux. Il prend plaisir à raconter comment il a proposé à ses chefs une solution pour humilier les rebelles corses qui avaient mission de tuer et qui se laissaient pousser une longue barbe comme signe distinctif : aller les faire raser dans leur propre maison par les barbiers du régiment, et il dit comment il a participé lui-même à l’opération27. À la sortie, il les fit boire à la santé du roi et à la sienne ! Il semble dans ces conditions un piètre religieux, mais un assez bon soldat. Combien d’aumôniers militaires étaient sans doute comme lui ?

  • 28 Delumeau J. « Missions de l’intérieur au XVIIe siècle », art. cit., p. 159 ; Brejon de Lavergnée M (...)
  • 29 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon au (...)
  • 30 Muller Cl., « Le dynamisme des récollets en Alsace au XVIIIe siècle », Archives de l’Église d’Alsa (...)
  • 31 Grégaine de Marcigny P., Seconde partie ou second livre de l’histoire de cette province des Frères (...)
  • 32 Varachaud M.-C., « La formation des aumôniers de la marine… », art. cit., p. 67-68.

11Néanmoins, comme c’est souvent le cas par ailleurs, les ordres religieux se sont fait une concurrence sévère dans leur place à l’aumônerie, plus qu’ils n’ont collaboré. Après Vincent de Paul, les lazaristes accompagnèrent les troupes en 1636 et en 1657 en Picardie et en Piémont28. Dans la mémoire des ordres, franciscains observants, récollets, capucins se disputèrent l’appartenance de tel ou tel héros mort au combat. Si les récollets jouent la carte de l’aumônerie militaire dans les années 1670-1680 (le règlement de la province Saint-Denys de Paris date de 1677), c’est peut-être aussi qu’ils se trouvent à la fin du siècle à un tournant de l’évolution de leur ordre, hésitant entre accepter des missions nombreuses (en Orient par exemple) et les refuser par goût d’une spiritualisation croissante, plus attirés qu’ils sont alors par un retour général au cloître29. En 1728, à Strasbourg, capucins et récollets se disputent la desserte des soldats : les premiers desservent l’hôpital, les seconds la citadelle comme curés30. Finalement, les récollets obtiennent de donner les sacrements dans la citadelle, les capucins à l’hôpital, sauf le baptême et le mariage. Les fidèles étaient déconcertés. Comme disait un témoin alsacien en 1739 : « On dirait qu’ils sont tous atteints d’épilepsie dans le monde des frères ennemis de l’ordre de Saint-François. » Pour autant, si en Europe, on trouve aussi parmi les aumôniers des carmes ou des bénédictins, si le récollet Paul Grégaine de Marcigny évoque en 1628-1629 « quantité de religieux et d’ecclésiastiques dans l’armée du roi pour assister spirituellement et corporellement les soldats31 », les franciscains, les jésuites et les lazaristes furent bien les plus nombreux des religieux à s’engager. Singlande était un tertiaire régulier franciscain (vulgairement appelé « Picpus » en France). Les séminaires de la marine furent tenus par des lazaristes à Rochefort et des jésuites à Brest et à Toulon jusqu’en 176432. Les récollets n’ont eu le monopole de l’aumônerie militaire qu’au Canada (47 % des récollets y furent au service des soldats) dans un contexte particulier : en Nouvelle-France la province récollette et la nation coïncidaient, ce qui n’était pas le cas en métropole où l’ordre était divisé en plusieurs provinces.

  • 33 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 2.
  • 34 Decrusy, Jourdan A.-J. L., Isambert F.-A., Taillandier A.-H., Recueil général des anciennes lois f (...)
  • 35 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 227-229 (il s’agirait du père Bernard ; coll. privé (...)

12Ce manque d’unité a sans doute nui à la formation d’un corps homogène d’aumôniers. Mais c’est qu’aucun ordre religieux n’a voulu assumer pleinement cette charge et y consacrer des moyens humains suffisants. L’organisation de l’aumônerie en France ne facilitait pas non plus les choses aux réguliers. Celle-là est nationale avec le Grand Aumônier (que le pape voudrait voir renforcé dans ses pouvoirs, mais qui reste théorique, on l’a dit) et le roi, alors que les réguliers (surtout ceux qui s’y emploient) sont de gestion provinciale. Le roi demande des aumôniers de façon aléatoire, en fonction de ses besoins ; certains religieux de divers ordres postulent directement, comme le fait Singlande, ce qui est contraire au vœu d’obéissance envers les supérieurs. Comment l’information circulait-elle dans les couvents ? Qui choisissait vraiment les candidats : le religieux, le supérieur, le provincial ? Il est difficile de répondre. Singlande échappe de fait à son ordre en se portant volontaire pour une aumônerie au régiment de Béarn en 1738. Il raconte comment son provincial d’Aquitaine refusa de le laisser partir. Il demanda alors au procureur du parlement de Toulouse son autorisation, qui lui fut accordée et il rejoignit son régiment en Corse en décembre 173833. L’aumônerie militaire n’est pas une construction linéaire et paraît peu lisible. L’ordonnance du 1er novembre 1733 sur les aumôniers des régiments de cavalerie, hussards et dragons est commune… à l’instauration des chirurgiens. Pour le roi, c’est une simple commodité offerte aux troupes34. R. Poinard donne, en annexe de son aimable synthèse récente sur les aumôniers, le témoignage d’un père carme, aumônier vers 1775 qui propose au roi des conseils sur l’aumônerie de ses troupes35. Le religieux y regrette l’absence de structure de recrutement des aumôniers et de séminaire (en distinguant les aumôniers des camps et ceux des citadelles), d’unité dans les prières, de bénéfices pour attirer de meilleurs éléments. Il a sans doute raison.

  • 36 Le Febvre H., Histoire chronologique de la province des récollets de Paris sous le titre de Saint (...)
  • 37 Meyer F., « Rome et les protestants du Languedoc. Les missions des frères Lieurin au XVIIe siècle  (...)

13En revanche, une fois les religieux désignés pour le service de l’aumônerie, il y a un intérêt bien compris à la fois des ordres religieux et des militaires à travailler de concert. Si dans l’esprit du temps, les officiers pensent qu’eux-mêmes et leurs hommes ont besoin de la présence de clercs pour se sauver, les missionnaires ont besoin des soldats pour les protéger dans leur implantation dans des zones difficiles, en particulier face aux protestants. Sans l’armée, ils ne peuvent progresser, se ravitailler et entrer dans les villages. C’est comme cela que les missionnaires espagnols purent pénétrer dans les villages amérindiens. Bonaventure Lieurin d’Amiens, un franciscain récollet engagé dans les Cévennes protestantes, a connu une telle situation. Il rejoignit l’armée de Montmorency en 1624, à la demande du duc. Il connaissait des extases et des attaques du démon36. Après cinq ans d’apostolat en Cévennes auprès des armées, il mourut au siège de Privas, dans la tranchée, le 24 mai 1629, alors qu’il confessait les mourants. Le duc de Montmorency écrivit à la congrégation de la Propaganda Fide à Rome pour vanter sa mort : blessé à la main par un coup de fusil, un second coup de mousquet lui traversa la poitrine et ne lui laissa que le temps « de professer le Très Saint Nom de Jésus ». Avant de l’enterrer, Montmorency avait réclamé son capuce comme relique. La Propagande lui accorda un service perpétuel37.

  • 38 Dinet D., « De l’épée à la croix : les soldats passés à l’ombre des cloîtres (fin XVIe siècle-fin (...)
  • 39 Le Mercure Galant, juillet 1681, vol. 1, p. 165-166.

14Les cloîtres, on le sait, sont aussi un asile pour des anciens soldats (invalides, mortes-payes, etc.) qui avaient pu être impressionnés par des aumôniers pendant leur service, et qui veulent terminer leur vie dans une retraite acceptable et sauver leur âme38. Parmi d’autres, le Mercure Galant rend hommage au frère Beauregard, « si connu des gens d’armées », qui mourut en 1681 sous le froc récollet, après avoir été mestre de camp de cavalerie, présent aux siège de La Rochelle et de Lérida (Catalogne). Avant de mourir, à Nîmes, il rappela que vingt-cinq ans auparavant, il y était entré à la tête du régiment de Conti39 !

La place ambigüe des aumôniers réguliers aux armées

  • 40 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 129.
  • 41 Grégaine de Marcigny P., Seconde partie ou second livre, op. cit., p. 412.

15Il n’empêche. Les armées françaises au XVIIIe siècle comptaient environ 150 aumôniers, nous dit R. Poinard. Ce dernier estime les récollets à 80, présents dans les hôpitaux et les forteresses de Strasbourg, de Briançon, de Ré40. Pourtant ce ne fut jamais la vocation principale de l’ordre. Les aumôniers ne représentent qu’un petit nombre de frères pour chaque province franciscaine en même temps, sauf peut-être pour la province de Paris des récollets. Les imaginer massivement engagés dans les armées de Louis XIV et de Louis XV relève largement d’une construction mentale. Les récollets racontent dans leurs annales que Louis XIII et Richelieu les ont priés instamment d’accepter de devenir les aumôniers de leurs troupes. En fait, on a l’impression que les récollets ont tout fait pour obtenir cette charge d’un roi assez lointain, ce qui leur permit ensuite d’obtenir d’autres avantages de sa part, comme des soutiens dans leurs fondations de couvents au plein moment de leur installation en France. Le récollet de la province de Lyon Séraphin de la Croix rencontra Louis XIII à Tournus en janvier 1629, lui rappelant qu’il l’avait servi au siège de La Rochelle ; son confrère Jacques d’Embrun fit de même avec Richelieu à Cluny au printemps suivant ; Roger de Valence revit Louis XIII à Valence en mai. Tous proposèrent de suivre les troupes royales, « Sa Majesté l’ayant pour agréable41 ». Servir le roi au début du XVIIe siècle après la pacification religieuse était pour les récollets un moyen de donner des gages à la monarchie et d’apparaître comme indispensables à la couronne.

  • 42 Ibid., p. 438-439.
  • 43 Le Mercure Galant, juin 1681, p. 247-253.
  • 44 Bergin J., Crown, Church and Episcopate under Louis XIV, New Haven/Londres, Yale University Press, (...)

16Les récollets restèrent donc les aumôniers les plus nombreux des armées françaises jusqu’à la Révolution. Mais chaque province de l’ordre n’en donnait que très peu. À Privas en 1629 ils n’étaient que six frères (deux avec les mousquetaires, deux avec Mgr de Biron, lieutenant général, et deux « pour le service du public »). Pour la campagne de Piémont de 1630, la province de Lyon n’en fournit que quatre, et encore deux religieux ne dépassèrent-ils pas Pignerol à cause de la famine qui empêchait de les nourrir (priorité était donnée aux soldats) et surtout de la peste ; ils durent rentrer à Grenoble. Les deux autres firent en revanche toute la campagne et participèrent au siège de Casale de mars 1630 par le marquis de Spinola. Le père Roger de Valence « pouvait parler des choses comme personne, ayant vu comme le tout s’est passé42 ». Les guerres de Louis XIV les amènent ensuite sur tous les fronts, en Hollande en 1672, à Thionville et à Luxembourg en 1697, en Alsace en 1704. Le récollet Théodore-Germain Allart (1617-1685), de la province de Paris, avait fait un parcours classique dans son ordre. Après des études de philosophie et de théologie, il devint enseignant, gardien (= supérieur de couvent), puis commissaire général (= visiteur) en diverses provinces récollettes. Pourtant, il suivit en 1672 (à 55 ans !), avec quarante autres pères, l’armée française en Hollande. Il fut quatre fois provincial et devint même un éphémère commissaire général de tous les récollets français à la demande de Louis XIV43. Proche de Bontemps, le premier valet de chambre du roi, à qui il devait une partie de ses amitiés politiques, il érigea dans le cadre français une nouvelle province récollette après la conquête de l’Artois et réinstalla les récollets au Canada. Petit neveu de l’évêque de Verdun, il fut enfin nommé par le roi évêque de Vence en 1682, et mourut en 168544. C’est un parcours nettement atypique. En s’imposant comme aumôniers privilégiés des troupes, les récollets tentaient donc bien de relancer un ordre qui avait tendance à s’essouffler dans le dernier tiers du XVIIe siècle.

  • 45 Viallet L., « La réforme franciscaine au miroir de ses textes. Jalons pour une anthropologie du vi (...)
  • 46 Le Mercure Galant, juin 1681, p. 253.

17Pour des ordres réformés, très stricts sur l’observance de leur règle et qui n’imaginent leur salut qu’en y restant totalement fidèles, on peut se demander comment les frères engagés pouvaient penser assurer la discipline régulière dans ces conditions militaires, en particulier en cas de guerre. Le règlement bien connu des récollets de la province de Paris publié par le père Hyacinthe Le Febvre en 1677 impose aux aumôniers de rester fidèle aux principes de l’ordre franciscain : réciter régulièrement les offices, ne pas sortir sans autorisation, ne pas manger hors de sa tente, ne recevoir ni argent ni testament, bref vivre au quotidien ce que Ludovic Viallet appelle la « clôture extra muros » qui caractérise les observants45. Ça ne devait pas être impossible fin XVIIe siècle, puisque Louis XIV dit que dans ses armées de Flandres et d’Allemagne, les récollets « vivaient avec autant de recueillement que s’ils avaient été dans leurs couvents et qu’on ne les voyait qu’aux lieux où ils devaient estre46 ».

  • 47 Moreri L., Le Grand dictionnaire historique, ou le Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane (...)
  • 48 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 153-155. Il se réfugie dans sa chambre, « bien heureu (...)
  • 49 Ibid., p. 59-60.
  • 50 Ibid., p. 52.

18Pourtant les plus observants d’entre les frères durent obtenir des dérogations à leur règle pour vivre en paix avec leur âme. Innocent XI accorda aux récollets aumôniers en 1685 le droit de se déplacer à cheval « et de se servir de toutes les commodités possibles et compatibles avec la règle47 ». Le tertiaire régulier franciscain Singlande, un demi-siècle plus tard, tranche nettement avec l’image des récollets donnée plus haut par Louis XIV. D’abord, il n’évoque qu’indirectement dans ses écrits le respect de sa règle, qui ne semble pas pour lui une obsession. Il dîne avec les officiers, leur offre lui-même à manger, possède une bourse bien remplie, se déplace à cheval, loge à l’auberge, boit du café et des liqueurs, va passer son congé, non en récollection dans son couvent d’origine, mais chez son supérieur. Au moins se sauve-t-il à Avignon en 1741 quand des jeunes gens veulent l’entraîner dans une partie fine avec des demoiselles48. Question d’ordre religieux moins rigoureux que les récollets et de nouveau contexte mental, certes. Mais ailleurs dans son livre, Singlande propose sans vergogne à un officier écrasé de dettes de se faire ecclésiastique, pour les payer avec ses futurs bénéfices ! On est loin du vœu de pauvreté et de l’idéal franciscain. Il précise même dans son ouvrage que le conseil a été suivi, puisque l’officier est devenu clerc à Rome et a obtenu pour 8 000 livres de rentes49 ! Singlande se comporte comme un auxiliaire de l’armée, pas comme un religieux. Il n’a de vraie distance ni vis-à-vis de la guerre, ni des massacres. Ce qui l’horrifie seulement dans une exécution de déserteurs que l’on fusille, c’est qu’il a à peine le temps de se retirer avant le coup de feu, « pour que la cervelle de ces malheureux ne rejaillisse pas sur moi et ne couvrît mon surplis50 ».

  • 51 Pierre B., Le Père Joseph. L’éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 195-196 : « Le g (...)
  • 52 Grégaine de Marcigny P., Seconde partie ou second livre, op. cit., p. 413.
  • 53 Fournier G., Hydrographie, contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la navigat (...)
  • 54 Vergé-Franceschi M., Histoire de Corse. Le pays de la grandeur, Paris, Le Félin, 1996, éd. de 2013 (...)
  • 55 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 55.
  • 56 Ibid., p. 53 et 66.
  • 57 Ibid., p. 72.
  • 58 Ibid., p. ix.
  • 59 Ibid., p. 142.

19Ces aumôniers décidemment ne semblent pas tous, mais peut-être sommes-nous victimes des textes dont nous disposons, correspondre à l’image du missionnaire classique de l’époque, vivant au cœur du monde mais cherchant à le fuir sans cesse, auteur de miracles de son vivant ou post-mortem. On les voit plutôt se faire le chantre de la gloire du roi la plus matérielle possible, bien plus qu’ils ne sont un agent de spiritualisation des armées. Jean Suffren, jésuite et confesseur de Marie de Médicis, à La Rochelle ou le père Joseph de Paris, capucin, concevaient la préparation morale des troupes en excitant les soldats à la victoire51, et marchaient à leur tête en récitant les litanies. Bonaventure Lieurin d’Amiens, dans la tranchée devant Privas en 1629, « ranimait les pionniers à la poursuite de l’entreprise52 ». Pourtant la tâche de l’aumônier de marine quand il est à bord, en campagne de mer, était bien de diriger les prières, dire la messe, administrer les sacrements, assister les malades et instruire les matelots53, ce que reprit l’ordonnance de Colbert d’août 1681. Mais contrairement à la marine, il n’y eut jamais de formation spécifique pour les aumôniers de l’armée de terre. Un siècle après Bonaventure Lieurin, Singlande fait devant les soldats lors de la messe des Rameaux 1738, l’apologie de son chef, Desmarets de Maillebois, le fils du contrôleur général des finances qui a remplacé Boissieux en Corse54 et dont il apprécie l’énergie55. Il n’a aucun mot pour contester sa politique de la guerre brûlée, lorsqu’il fait couper les bois et les oliviers et arracher les vignes des rebelles56. Il admire sans réserve la hardiesse de l’attaque sur Bastelica et la piève de Talavo57. De même fait-il un service solennel à la mort du ministre de la Guerre, Angervilliers, en mars 1740. Son autonomie est faible. Il dépend du bon vouloir de ses chefs, et ne veut même pas déplaire aux officiers. Ses origines sociales, son statut de religieux, sa position de clerc au milieu des militaires le fragilisent. Il n’a aucune tendresse pour les populations locales, alors que les franciscains étaient réputés être sensibles à la découverte des indigènes en Amérique (plus que les jésuites peut-être). Il adopte une posture qui annonce celle de la « guerre coloniale » vis-à-vis de la Corse, envers la « férocité des peuples qui l’habitent58 », ces « misérables », dont on ne sait jamais s’ils sont « des créatures humaines ou des ours59 ». Il redoute le climat local, décrit longuement les mentalités, avec déjà tous les clichés sur l’île, bien avant la Colomba de Mérimée (la violence généralisée, les vengeances, les bandits, la brutalité des maris sur les femmes, etc.).

  • 60 Ibid., p. 90.
  • 61 Ibid., p. 139.
  • 62 Ibid., p. 78.
  • 63 Vergé-Franceschi M., Histoire de Corse. Le pays de la grandeur, op. cit., p. 289.
  • 64 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 79-81.

20Singlande est vraiment un auxiliaire des troupes, plus qu’il n’incarne l’Église présente au régiment. Naturellement, il sert d’officier de liaison, de porte-parole du régiment auprès du clergé local, qui en Corse, a largement pris le parti de la rébellion. Singlande n’éprouve pour lui aucune pitié ni solidarité. Ainsi, il lui « prend fantaisie » d’assister à l’exécution d’un prêtre séculier. Celui-ci meurt « comme un homme réunissant tous les vices, sans sentiment de religion et d’une impiété obstinée… propre à tous les prêtres qui ne franchissent jamais certaines bornes de l’honneur et de la probité ». Ce n’est pas l’effet de l’ignorance : il était docteur de l’université de Pavie. Son refus de se repentir aurait beaucoup choqué les soldats qui « ne sont pas surpris qu’on vive sans mœurs et même sans probité, mais qui ne peuvent voir sans horreur qu’un prêtre meure sans religion60 ». Singlande explique comment les couvents (essentiellement franciscains) servaient en Corse de caches et de dépôts d’armes. Il fallut faire venir quatre capucins de France pour calmer leurs frères corses61. Des religieux ont rejoint les bandes armées. Singlande évoque un frère lai « récollet » (un riformati en fait, les franciscains stricts observants du monde italien), qui transporte de la poudre et des balles, et qui finit pendu. Les franciscains « oubliant les devoirs de leur état, avaient souvent paru à la tête des mutins62 ». Le couvent de Corte fut brûlé en représailles. C’est à celui de Saint-François, à Alesani, que le roi Théodore fut couronné63. Singlande est chargé par le marquis de Maillebois de réunir les frères du couvent strict-observant de Tavagna, près d’Orezza, qui avait servi d’hôtel des monnaies à Théodore, de les rappeler à l’obéissance due au roi et de leur montrer « la honte qui rejaillit sur leur ordre ». Il fait fouiller leurs chambres et trouve quantité de pistolets et de « stilets [sic] à l’italienne ». La nuit il fait enfermer les frères dans un dortoir gardé par une sentinelle, pour éviter qu’ils n’ouvrent les portes à des attaquants nocturnes64.

*

  • 65 Galland, C., Pour la gloire de Dieu et du Roi, op. cit., p. 355.

21L’image de l’aumônerie militaire d’ancien régime reste brouillée aux yeux des historiens. Pour les récollets mêmes, qui s’y sont impliqués plus que les autres réguliers, elle semble marginale, et dans leur représentation et dans leurs moyens, sauf au Canada. Pour la monarchie, on peut se demander finalement, à quoi sert un aumônier des troupes en France sous l’Ancien Régime ? Certes, il prend soin des âmes des soldats. Mais il les encourage aussi à combattre les infidèles et de manière générale tous les ennemis du roi, sans scrupule de quelque nature. La gloire de Dieu et la gloire du roi vont de pair. Sécularisation, dit C. Galland à propos des tâches multiples des récollets aumôniers au Canada65. L’aumônier, pourtant issu d’ordres réformés dont l’action missionnaire est imposante dans la France moderne, est devenu un auxiliaire des troupes. Militarisation et éloignement du modèle observant l’emportent certainement. On a là un exemple de plus des limites de la Réforme catholique et d’une concurrence du modèle monarchique avec celui de l’Église, plus que d’une sincère collaboration entre les deux institutions.

Notes

1 En particulier : Corvisier A., Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, Presses universitaires de France, 1976 ; Guyard P., Les aumôniers de troupe de la Régence à la chute de la Monarchie, thèse 3e cycle, université Paris-Sorbonne, 1982 ; Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi. Les récollets en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Cerf, 2012 ; Poinard R., L’aumônier militaire d’Ancien Régime. La vie du prêtre aux armées des guerres de religion à la Première République (1568-1795), Paris, L’Harmattan, 2012.

2 Lefèvre, J, « L’aumônerie militaire à l’époque de l’archiduc Albert (1598-1621) », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 7, fasc. 1, 1928, p. 113-129.

3 Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi, op. cit., p. 338.

4 Maral A., « Le grand aumônier de France et le diocèse de la chapelle royale sous Louis XIV », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 158, livraison 2, 2000, p. 475-506.

5 RP. Caprais de Singlande (désormais Singlande), Mémoires et voyages, Paris, N.-A. Delalain, t. 1, 1765, 246 p.

6 Delumeau J, « Missions de l’intérieur au XVIIe siècle », Un chemin d’histoire. Chrétienté et Christianisation, Paris, Fayard, 1981, p. 159.

7 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit. Le tome 1 décrit la campagne de Corse, le second la guerre de 1741 en Allemagne, en Flandres et en Italie.

8 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 26.

9 Armstrong M.-C, « Les moines radicaux : les Frères mineurs observants et la Ligue de Sainte-Union », Meyer F. et Viallet L. (dir.), Identités franciscaines à l’âge des réformes, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 471-481.

10 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 152.

11 Ibid., p. 59.

12 Varachaud M.-C., « La formation des aumôniers de la marine du roi-soleil », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXXX, no 204, janvier-juin 1994, p. 65-83.

13 Viallet, L., Les sens de l’Observance. Enquête sur les réformes franciscaines entre l’Elbe et l’Oder, de Capistran à Luther (vers 1450-vers 1520), Münster, Lit Verlag éd., 2014, coll. « Vita Regularis », 57.

14 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 129.

15 Ibid., p. 51. En 1766 à Limoges.

16 Archives départementales du Rhône, 10 h 15, t. 2, p. 69.

17 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 84.

18 Le Febvre H., Histoire chronologique de la province des récollets de Paris sous le titre de Saint-Denys en France, depuis 1612 qu’elle fut érigée jusqu’en l’année 1676, Paris, Denys Thierry, 1677, p. 143.

19 Ibid., p. 147.

20 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 78.

21 Ibid., p. 151.

22 Ibid., p. 68.

23 Ibid., p. 100.

24 Dompnier B., « Mission lointaine et mission de l’intérieur chez les capucins français de la première moitié du XVIIe siècle », Les réveils missionnaires du Moyen Âge à nos jours (XIIe-XXe siècles), Paris, Beauchesne, 1984, p. 91-106 ; Deslandres D., Croire et faire croire. Les missions françaises au XVIIe siècle (1600-1650), Paris, Fayard, 2003.

25 Brunet S., Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime (Val d’Aran et diocèse de Comminges), Aspet, PyréGraph, 2001, p. 161.

26 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. xi-xii.

27 Ibid., p. 96.

28 Delumeau J. « Missions de l’intérieur au XVIIe siècle », art. cit., p. 159 ; Brejon de Lavergnée M., Histoire des Filles de la Charité, XVIIe -XVIIIe siècle. La rue pour cloître, Paris, Fayard, 2011, p. 191. Des femmes devaient aussi former une confrérie pour soigner les soldats.

29 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon au XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. « CERCOR. Travaux et recherches, 9 », 1997.

30 Muller Cl., « Le dynamisme des récollets en Alsace au XVIIIe siècle », Archives de l’Église d’Alsace, t. III de la 3e série, 1988, p. 323-324.

31 Grégaine de Marcigny P., Seconde partie ou second livre de l’histoire de cette province des Frères Mineurs Récollets de saint François en France depuis l’année 1622 jusqu’en l’année 1628 [1630], ms. no 10 de la bibliothèque franciscaine provinciale des Franciscains de Paris, p. 390-392.

32 Varachaud M.-C., « La formation des aumôniers de la marine… », art. cit., p. 67-68.

33 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 2.

34 Decrusy, Jourdan A.-J. L., Isambert F.-A., Taillandier A.-H., Recueil général des anciennes lois françaises de 420 à 1789, Paris, Belin-Leprieur, t. XXI, 1830, p. 380.

35 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 227-229 (il s’agirait du père Bernard ; coll. privée).

36 Le Febvre H., Histoire chronologique de la province des récollets de Paris sous le titre de Saint Denys en France, op. cit., p. 117-118.

37 Meyer F., « Rome et les protestants du Languedoc. Les missions des frères Lieurin au XVIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 109, 1997-2, p. 874.

38 Dinet D., « De l’épée à la croix : les soldats passés à l’ombre des cloîtres (fin XVIe siècle-fin XVIIIe siècle) », Histoire, Économie et Société, 1990, vol. 9, no 9-2, p. 171-183.

39 Le Mercure Galant, juillet 1681, vol. 1, p. 165-166.

40 Poinard R., L’aumônier militaire, op. cit., p. 129.

41 Grégaine de Marcigny P., Seconde partie ou second livre, op. cit., p. 412.

42 Ibid., p. 438-439.

43 Le Mercure Galant, juin 1681, p. 247-253.

44 Bergin J., Crown, Church and Episcopate under Louis XIV, New Haven/Londres, Yale University Press, 2004, p. 366.

45 Viallet L., « La réforme franciscaine au miroir de ses textes. Jalons pour une anthropologie du vivre franciscain au XVe siècle », Quaestiones Medii Aevi Novae, vol. 10, 2005, p. 331-344 (p. 337).

46 Le Mercure Galant, juin 1681, p. 253.

47 Moreri L., Le Grand dictionnaire historique, ou le Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, t. 6, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1725, p. 67 ; Robinet J.-B.-R., Dictionnaire des sciences morale, économique, politique ou Bibliothèque de l’homme d’état et du citoyen, Londres, Les libraires associés, t. XII, 1780, p. 163.

48 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 153-155. Il se réfugie dans sa chambre, « bien heureux d’en avoir été quitte pour la peur, et d’avoir pour six francs sauver mon honneur et ma vie ».

49 Ibid., p. 59-60.

50 Ibid., p. 52.

51 Pierre B., Le Père Joseph. L’éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 195-196 : « Le glaive et la croix ».

52 Grégaine de Marcigny P., Seconde partie ou second livre, op. cit., p. 413.

53 Fournier G., Hydrographie, contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la navigation, Paris, J. Dupuis, 1667 (1re éd. en 1643), cité par Varachaud M.-C., « La formation des aumôniers de la marine du Roi-soleil », art. cit., p. 66.

54 Vergé-Franceschi M., Histoire de Corse. Le pays de la grandeur, Paris, Le Félin, 1996, éd. de 2013, p. 293 et 298.

55 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 55.

56 Ibid., p. 53 et 66.

57 Ibid., p. 72.

58 Ibid., p. ix.

59 Ibid., p. 142.

60 Ibid., p. 90.

61 Ibid., p. 139.

62 Ibid., p. 78.

63 Vergé-Franceschi M., Histoire de Corse. Le pays de la grandeur, op. cit., p. 289.

64 Singlande, Mémoires et voyages, op. cit., p. 79-81.

65 Galland, C., Pour la gloire de Dieu et du Roi, op. cit., p. 355.

Auteur

CRULH – université de Lorraine

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540