Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Première partie. Les structures d'encadrement

« Des missions aux armées et aux hospitaux1 » : les aumôniers récollets sous le règne de Louis XIV

Caroline Galland

Texte intégral

  • 1 Le Febvre H., Histoire chronologique de la province des récollets de Paris, Paris, Denys Thierry, 1 (...)
  • 2 Bloch M., Apologie pour l’histoire, Cahier des Annales, 3, Paris, 1952, (1re éd. 1949), p. 4.

« Le bon historien […] ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier2. »

  • 3 Boniface X., L’aumônerie militaire française (1914-1962), Paris, Le Cerf, coll. « Histoire religie (...)

1Tout historien qui s’intéresse aux aumôniers militaires sous l’Ancien Régime pourrait faire sienne cette célèbre phrase de Marc Bloch. Car c’est bien de chair humaine et d’hommes dont il est question. Et non d’institution. Les historiens s’accordent sur ce point : il n’existe pas d’aumônerie militaire institutionnalisée à l’époque moderne. Xavier Boniface a d’ailleurs montré que cette situation vaut encore pendant la Grande Guerre : même s’ils sont reconnus officiellement, les hommes qui desservent les troupes ne forment pas en 1914-1918 un service autonome, hiérarchisé, et organisé par une législation spécifique3. Pas d’institution certes, mais une réalité faite de chair et de sang qu’il nous appartient d’explorer.

  • 4 Chagniot J., Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, coll. (...)
  • 5 Parmi ses très nombreux ouvrages, voir plus particulièrement Corvisier A., L’armée française de la (...)
  • 6 Guyard P., Les aumôniers des troupes, de la Régence à la chute de la monarchie, thèse, Paris IV, 19 (...)

2L’absence d’organisation institutionnelle n’est cependant pas sans conséquence : elle signifie aussi qu’il n’existe pas d’archives centralisées. Cela explique en partie le peu d’intérêt manifesté par les chercheurs pour le versant religieux du fait militaire. Si Jean Chagniot élude complètement la question dans son livre, pourtant incontournable, Guerre et société à l’époque moderne4, André Corvisier consacre en revanche de nombreuses pages à l’encadrement spirituel des troupes royales, même s’il se concentre essentiellement sur le XVIIIe siècle5. De même que son disciple, Philippe Guyard, pour la période qui court de la Régence à la chute de la monarchie6.

3De ces études, retenons un élément de méthode important : la nécessité d’adopter l’angle de la pratique, c’est-à-dire de privilégier le terrain. Sur le théâtre des opérations, les champs de bataille, dans les citadelles, les places fortes ou les hôpitaux, on rencontre en effet de nombreux aumôniers militaires. Pour comprendre qui ils sont et quelles sont leurs fonctions, au moins deux types de sources doivent être croisées : celles produites d’un côté par les acteurs religieux eux-mêmes et de l’autre par les agents de l’armée. Pour les premières, les histoires provinciales, les statuts, les – rares – livres de compte fournissent de précieux renseignements. Pour les secondes, la correspondance du ministère de la Guerre conservée au Service historique de la Défense offre un contrechamp nécessaire.

  • 7 Rapine C., Histoire générale de l’origine et progrez des Frères Mineurs de S. François, vulgairemen (...)

4Les récollets – des franciscains observants qui se réforment à la fin du XVIe siècle – constituent une étude de cas particulièrement intéressante dans la mesure où l’apostolat représente pour eux un enjeu de taille. C’est ce que signifie Charles Rapine, historiographe récollet, quand il affirme en 1631 qu’« aucun religieux clerc entre nous ne doit estre satisfait si coopérant à la grace de Dieu il ne se rend capable de pouvoir servir en quelques ministeres apostoliques7 ». Dans la suite de son ouvrage, Rapine dresse une typologie de ces différents ministères. Mais à cette date, il n’est pas question d’aumôniers militaires. En revanche, quarante ans plus tard, le nouvel historiographe de la province, Hyacinthe Le Febvre, publie une Histoire chronologique de la province des récollets de Paris dans laquelle il consacre un chapitre entier à ce qu’il appelle les « missions aux Armées et aux Hospitaux ». À le lire, il s’agit désormais de l’un des champs d’apostolat possibles pour un récollet de la fin du XVIIe siècle, au même titre par exemple que les « missions dans les pays Etrangers » traitées dans le chapitre précédent. Entre 1631 et 1677, incontestablement quelque chose a changé.

  • 8 Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi. Les récollets en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe (...)
  • 9 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon au (...)
  • 10 Voir Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi, op. cit. p. 338 sq. (164 frères sur 344).

5Dans le cadre de mes recherches sur les récollets en Nouvelle-France, j’avais déjà eu l’occasion de suivre les frères sur les champs de bataille et dans les nombreux forts où ils desservaient les troupes du roi de la seconde moitié du XVIIe siècle à la chute de la colonie, en 17608. J’avais montré que, dans ce cadre colonial spécifique, il ne s’agissait pas d’une « mission de l’exceptionnel9 », mais bien au contraire d’une des principales tâches dévolues aux récollets de l’Amérique française : un frère sur deux qui œuvra en Nouvelle-France fut à un moment ou l’autre aumônier des troupes10.

  • 11 Dans son extension maximale, c’est-à-dire avant le détachement des couvents artésiens en 1668, la (...)

6En revenant de ce côté-ci de l’Atlantique, il s’agit d’interroger à nouveaux frais cette pratique chez les récollets de la province dionysienne11, sans toutefois délaisser la province Saint-Antoine en Artois qui vit dans l’orbite de la province parisienne et dont la fondation même, en 1668, s’explique par les conquêtes militaires des rois de France.

7Au regard de ces différents éléments, le questionnement s’orientera dans trois directions. Mesurer tout d’abord le phénomène et en comprendre l’origine. Est-il possible de savoir combien de frères exercent comme aumôniers militaires et peut-on établir, au moins pour un long XVIIe siècle, une évolution au sein de la province dionysienne ? Ensuite, s’interroger sur les relations entre les récollets aumôniers et la monarchie en se demandant qui les sollicite. Les religieux proposent-ils leur service ou répondent-ils à une demande de la monarchie ? Enfin, comprendre comment les franciscains vivent dans la pratique cette mission. Quels sont les différents types d’aumôniers militaires ?

Les récollets sur le champ de bataille : périodisation et mesure du phénomène

  • 12 Corvisier A., L’armée française, op. cit., Paris, Presses universitaires de France, 1964, t. 2, p. (...)
  • 13 Voir infra.

8En 1964, André Corvisier déplorait déjà que l’armée française sous l’Ancien Régime n’ait pas eu, comme l’armée prussienne, de registres officiels d’aumôneries régimentaires12. Dans le cas des récollets de la province Saint-Denys, il faut sans doute renoncer à une estimation globale pour l’ensemble du XVIIe siècle et même pour le seul règne de Louis XIV. Ceci dit, en croisant deux sources de nature très différente, à savoir l’histoire provinciale de Le Febvre (1677) et des registres de comptes du début du XVIIIe siècle13, on peut tout de même prendre la mesure du phénomène et tenter ainsi de dégager une évolution générale – même si, disons-le d’emblée, on se situe ici à l’échelle de la micro-histoire. Les sources – et plus particulièrement l’histoire provinciale – mettent en lumière quatre périodes distinctes pour un long XVIIe siècle.

  • 14 Voir Le Mercure françois, t. XIV (1627-1628), Paris, Jean et Estienne Richer, 1627, p. 417 ; égale (...)
  • 15 Pierre B., Le Père Joseph. L’Éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 195 sq. Sur la p (...)

9Dans son chapitre intitulé « Des missions aux Armées », Hyacinthe Le Febvre propose pour les années 1628-1644 un récit continu, quasi linéaire, qui offre un triple intérêt. Il détermine tout d’abord, pour sa province, l’origine de cette forme d’apostolat au siège de La Rochelle, ce que d’autres témoignages corroborent14. C’est d’ailleurs à cette occasion que les récollets obtiennent du roi le droit de s’établir dans la ville, à l’instar de nombreux autres ordres comme les dominicains, les carmes, ou encore les minimes. Le père Joseph joue un rôle déterminant dans cette mobilisation massive des ordres mendiants pendant le siège, comme l’a montré Benoist Pierre dans sa biographie de l’éminence grise du cardinal de Richelieu15.

  • 16 BnF, Ms Fr. 13 875, Nécrologe des frères mineurs récollets de la province de Saint-Denys depuis sa (...)
  • 17 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., p. 138-139.

10Le Febvre insiste par ailleurs sur la continuité de ce type de mission entre 1628 et 1644 qui, sans être exclusive ni prédominante, n’en devient pas moins une constante : on retrouve ainsi les religieux en 1629 au siège de Privas16, là encore aux côtés du P. Joseph, puis à partir de 1635 sur le front septentrional de la guerre de Trente Ans en participant par exemple aux sièges d’Hesdin, d’Arras, de Thionville ou encore de Gravelines17.

  • 18 Nous ne connaissons pas les effectifs de la province en 1635, mais Placide Gallemant propose pour (...)
  • 19 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 309-314.

11Pour les différentes campagnes de cette période, le provincial indique enfin le nombre de frères mobilisés. Ces chiffres, à manipuler avec prudence, n’ont certainement pas de valeur absolue. Mais ils permettent tout de même de constater que, pendant la première moitié du XVIIe siècle, les effectifs restent extrêmement faibles, atteignant leur maximum en 1635, avec 8 religieux présents sur les frontières des Pays-Bas espagnols. Au regard de l’ensemble des frères de la province dionysienne, c’est vraisemblablement très peu, environ 2 %18. Pour la première moitié du Grand Siècle, on peut donc bien parler de « mission de l’exceptionnel19 ».

  • 20 Guyard P., Les aumôniers des troupes, op. cit., p. 202.
  • 21 Voir le chapitre intitulé « De la jonction des couvents d’Artois à la province », p. 89-97. Dans c (...)

12La chronologie construite par Hyacinthe Le Febvre ne laisse pas de surprendre puisqu’elle s’interrompt brutalement en 1644 pour ne reprendre qu’en 1670. Philippe Guyard en déduit que « pendant vingt-cinq ans environ, aucun récollet ne semble avoir paru sur les champs de bataille20 ». Pourtant, il ne s’agit en rien d’une interruption. Entre les années 1640 et 1670, les religieux dionysiens participent activement au conflit qui oppose la France à l’Espagne et se déroule essentiellement sur le territoire des Pays-Bas, en Flandre, en Artois et en Hainaut. Mais c’est dans le chapitre consacré à la naissance de la custodie – puis de la province – Saint-Antoine en Artois que l’historiographe traite l’apostolat militaire des années 1640 à 167021. Le hiatus n’en est donc pas un.

  • 22 Sur ce point, voir infra.

13Cette offensive des frères dionysiens sur le front septentrional s’organise en trois temps. Un temps de conquête tout d’abord, dans les années 1639-1659. Les religieux prennent possession d’un certain nombre de couvents qui dépendent des provinces des Pays-Bas espagnols où ils installent des religieux français. C’est le cas à Hesdin en 1639, Arras et Bapaume en 1640, Gravelines en 1644. Puis un temps d’organisation du territoire conquis. C’est le tournant de l’année 1662 avec la fondation de la custodie d’Artois. Sont ainsi rattachés à la province Saint-Denys onze couvents pris aux trois provinces espagnoles de Flandre, Saint-André, Saint-Joseph et Saint-Jérôme. Enfin, un temps d’institutionnalisation en 1668 : à la fin de la guerre de Dévolution qui permet l’annexion au royaume d’une partie de la Flandre et du Hainaut, la custodie devient une province à part entière, tout en restant dans l’orbite de la province dionysienne22.

14En participant à la conquête territoriale et en s’inscrivant dans une logique politique décidée par la monarchie, les récollets voient en retour leur province augmentée puis dédoublée à l’aube de la décennie 1670. En d’autres termes, l’engagement des frères aux côtés des soldats éclaire d’un jour nouveau l’histoire institutionnelle de la province dionysienne.

  • 23 Publié en 1677, le livre connaît deux additions, en 1686 et 1688.

15Pour la période postérieure, qui couvre les années 1670 à 1687, Le Febvre livre des informations plus précises23. Il dresse un inventaire de toutes les campagnes auxquelles participent les récollets dionysiens, précisant les fronts où ils interviennent ainsi que leur nombre.

  • 24 Le chiffre de 450 religieux est celui de Luc Wadding pour 1680, voir Pandzic B. (éd.), Annales Min (...)
  • 25 Voir notamment Corvisier A., Louvois, Paris, Fayard, 1983, tableau « les effectifs théoriques en 1 (...)

16Bien qu’à manier avec prudence une fois encore, ces chiffres permettent tout de même d’établir un point de comparaison avec la période précédente. Alors qu’en 1635 on compte 8 frères mobilisés sur la frontière des Pays-Bas, à partir de la guerre de Hollande, on oscille, suivant les années entre 20 religieux au minimum et 58 au maximum – soit entre 4 % et 13 % des effectifs de la province. Le Febvre donne à voir sinon une spécialisation du moins une participation croissante des franciscains dans ce type d’apostolat – quand bien même les effectifs demeurent modestes au regard des 450 frères qui peuplent la province24 et plus encore du nombre de soldats mobilisés25. En d’autres termes, un récollet n’a pas de vocation militaire mais, à partir du milieu du siècle, il semble convenu que l’Ordre fournisse à la monarchie un bataillon de frères pour servir les troupes royales. Pour autant, ils ne détiennent pas un monopole : les jésuites ou les capucins continuent de grossir les rangs des aumôniers militaires.

17Enfin, pour la fin du règne de Louis XIV, si Hyacinthe Le Febvre n’est plus d’aucun secours, les registres de comptes peuvent en revanche constituer une source inattendue pour estimer le nombre de religieux dionysiens chargés du soin spirituel des troupes.

  • 26 BnF, Ms Fr. 15 774 et 15 775. Pour la présentation de ce fonds, voir Galland C, « Les récollets de (...)
  • 27 On retrouve une partie de ces documents dans les 15 cartons de la sous-série G7 des Archives natio (...)

18Dans les deux volumes du fonds Harlay de la Bibliothèque nationale consacrés exclusivement aux récollets26, sont rassemblés deux types de documents comptables : certains produits par les frères et d’autres établis par le trésor extraordinaire des guerres à leur demande27. À partir de cette documentation qui couvre les années 1702 à 1706, on dénombre par an entre 25 et 31 religieux en campagne. Cela signifie que les effectifs observés à partir de la guerre de Hollande ne faiblissent pas pendant la guerre de Succession d’Espagne et, surtout, que les chiffres obtenus à partir des sources comptables confirment ceux avancés par le provincial pour la période précédente.

  • 28 C’est très net pour les fonds du SHD où la documentation à partir de la seconde moitié du XVIIe si (...)

19En fin de compte, la chronologie élaborée par Hyacinthe Le Febvre désigne la guerre de Hollande comme un tournant. Faut-il y voir un effet de sources dans la mesure où les archives du ministère de la Guerre en général et celles qui permettent de compter les aumôniers militaires en particulier sont plus nombreuses à partir des années 167028 ? C’est très certainement un élément à prendre en compte. Mais les estimations permettent tout de même de suivre une pratique qui tend, au fil du siècle, à s’intensifier. À partir des années 1670, desservir les troupes royales devient, pour les récollets dionysiens, une « mission » à part entière, sans prendre pour autant le pas sur les autres.

  • 29 Lynn J. A., The Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 30 Voir Drévillon H., L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Éditions Taillandie (...)
  • 31 Voir Barros M., Gibiat S., Pénicault E. et Sarmant T., « Le département de la guerre de 1570 à 179 (...)

20Cet engagement croissant des frères coïncide avec une autre évolution, celle que connaît le « Géant du Grand Siècle29 ». C’est en effet sous les Le Tellier que l’organisation de l’armée française est revue en profondeur, dans une volonté de rationaliser l’appareil militaire, notamment par l’apprentissage de la discipline30. C’est encore sous Le Tellier et Louvois que la fonction de secrétaire d’État de la Guerre devient, de l’aveu même du roi, l’« emploi le plus considérable du royaume ». Loin de se cantonner à l’administration de la guerre, le secrétaire d’État joue désormais le rôle d’un véritable inspecteur général des armées, associé à la direction des opérations militaires31.

Les aumôniers récollets et l’administration de la guerre : regards croisés

21L’histoire des aumôniers militaires ne peut être déconnectée de celle de la conduite de la guerre, aussi bien sur le terrain que dans les cabinets royaux ou ministériels. L’origine de l’engagement des récollets dans les armées du roi fait d’ailleurs l’objet d’un débat historiographique. Deux points de vue peuvent a priori s’opposer : le premier soutient que les frères sont sollicités par la monarchie tandis que, pour le second, il revient aux religieux de proposer leur service.

22Les franciscains apportent sur ce point une première réponse. À en croire Hyacinthe Le Febvre, c’est précisément parce que les récollets acceptent d’accompagner les troupes du roi à titre d’aumôniers militaires qu’ils entretiennent des liens privilégiés avec la monarchie. Et le provincial d’avancer au moins deux arguments pour étayer sa démonstration.

  • 32 Le livre de Le Febvre est achevé d’imprimer pour la première fois le 1er mars 1677 et Le Tellier d (...)
  • 33 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., épître dédicatoire non paginée.
  • 34 Ibid., loc. cit.

23Il s’agit tout d’abord de prouver que les franciscains sont particulièrement proches du ministre de la Guerre. C’est tout l’objet de l’Histoire chronologique que Le Febvre offre « A Monseigneur Le Tellier Ministre et Secretaire d’Estat32 ». Mais le provincial ne se contente pas d’une dédicace ; il présente également le ministre comme le « protecteur de [la] province des Recollets de Paris33 ». Plus encore, Michel Le Tellier et son fils, le marquis de Louvois, font figure d’intercesseurs des frères auprès du roi : ce sont eux qui suggèrent à Louis XIV de les employer comme aumôniers militaires34. À leur manière, les sources franciscaines confirment la place nouvelle que prend le secrétaire d’État de la Guerre dans la conduite des affaires à partir de 1643.

24De leur rôle sur les champs de bataille découle la faveur royale. La preuve la plus manifeste est la construction d’un couvent à Versailles, à deux pas du château. Le Febvre avance ici son second argument, irréfutable de son point de vue :

  • 35 Ibid., p. 87-88. Ce couvent, situé dans la rue des récollets à Versailles, abrite, depuis la fin du (...)

« Sa Majesté tres Chrestienne Louis XIV, ayant resolu de bâtir une Ville à Versailles, et d’y établir un Convent de Religieux, nonobstant les sollicitations de tous les Ordres Reguliers, à la recommandation de Monseigneur Le Tellier, et de Louvoy, Ministre et Secretaire d’Etat, et par une affection singuliere qu’il a pour les Recollets, ayant égard aussi aux services qu’ils luy rendent dans les hôpitaux de ses Camps et Armées : au mois de septembre 1671. Il manda à Versailles le Reverend Pere Julien Goisot, gardien actuel du Convent de Saint Germain, et sa Majesté luy dit, qu’elle y vouloit establir un Convent de Recollets35. »

  • 36 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., addition [1677], p. xxv.
  • 37 Le rôle joué par les récollets comme aumôniers militaires permet aussi de comprendre que Le Febvre (...)

25Si Le Tellier et Louvois apparaissent encore comme ceux qui murmurent à l’oreille du roi, le provincial insiste ici sur cette « affection singuliere » de Louis XIV à l’égard des récollets. D’ailleurs, une dizaine d’années plus tard, il affirme sans détour que « les Religieux de cette province […] serv[e] nt dans les Armées et dans les Hospitaux en qualité d’Aumôniers par les ordres exprés de Sa Majesté36 ». On comprend sans peine l’intérêt pour le provincial de se présenter publiquement comme le supérieur d’un ordre qui jouit tout particulièrement de la faveur du roi37. Mais qu’en est-il du côté de la monarchie ? Confirme-t-elle ce point de vue ?

  • 38 Voir Devos J.-C. et De Corvisier-Villèle M.-A., Guide des archives, op. cit., p. 19 sq.

26Les archives conservées dans la sous-série A1 du Service Historique de la Défense (SHD) constituent un contrechamp intéressant puisqu’il s’agit de l’ensemble des documents produits depuis le XVIIe siècle par le ministère de la Guerre (des bureaux jusqu’aux niveaux décisionnels les plus élevés) ainsi que par les unités et l’état-major de l’armée de terre38. Ces lettres et rapports permettent donc de saisir le point de vue de la monarchie et de ses agents sur le terrain. Au sein de ce fonds documentaire particulièrement imposant et riche d’informations sur les aumôniers récollets, deux types d’affaires méritent de retenir l’attention.

  • 39 SHD, A1 53, pièce 18, dont on retrouve la trace dans Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit (...)
  • 40 Voir Pénicault E., « Michel Chamillart », p. 297-307, Sarmant T. (dir.), Les ministres de la Guerr (...)

27La première concerne la politique menée par la monarchie dans les territoires conquis. À lire la correspondance du ministère de la Guerre, les frères ne sont pas seulement des aumôniers militaires : ils sont aussi des agents de francisation. Cette fonction apparaît dès la guerre de Trente Ans comme en témoigne une lettre de 1639, adressée au provincial dionysien, dans laquelle le roi exige de remplacer les Espagnols du couvent d’Hesdin par 12 Français39. Un demi-siècle plus tard, pendant la guerre de Succession d’Espagne, il est encore question de renvoyer les frères étrangers pour placer des sujets de Sa Majesté. D’ailleurs les rapports des officiers présents sur le front alimentent les craintes de la monarchie. Ainsi, le marquis de Ximénes, commandant du régiment Royal-Roussillon de 1701 à 1708, n’a de cesse d’écrire au printemps 1704 à son ministre, Michel Chamillart40, pour se plaindre des récollets liégeois qu’ils considèrent comme de véritables espions :

  • 41 SHD, A1 1738, pièce 144, [20 août 1704]. Sur cette affaire, voir également au SHD, A1 1738, pièce (...)

« Il est necessaire, affirme-t-il, pour le bien du service des deux couronnes que vous ayez la bonté d’ecrire a M. le Marquis de Bedmar pour qu’il empechast l’establissement des moynes liegeois dans les terres de l’obéissance de S.M.C., surtout des supérieurs, et les tirer des terres de S.M. comme on a fait [avec] les carmes et capucins car les Recolets de ce pays cy sont plus imperialistes que ceux qui sont nez à Vienne et surtout les liegeois dont tous les couvens sont pleins41. »

  • 42 Pour un autre exemple pris dans la même correspondance, voir le cas de d’un jacobin : SHD, 1738, p (...)

28Accusés d’être à la solde de l’empereur, les frères liégeois sont pour le moins indésirables en terre française ! La correspondance des acteurs militaires, à tous les échelons du commandement, confirme que les franciscains doivent participer activement à la politique de conquête territoriale. Ils remplissent, pourrait-on dire, une fonction de service public, d’une part en desservant les troupes pendant les sièges, d’autre part en francisant les villes soumises et s’en assurant le contrôle, notamment à travers la prédication et la confession. Ils ne sont bien entendu pas les seuls à jouer ce rôle : l’ensemble des ordres religieux français est mobilisé par la monarchie pour franciser les territoires pris à l’ennemi42.

  • 43 SHD, A1 1733, fo 368-370 ; 386-387 ; 412-413 ; 420-421 ; 434 ; 442 ; 476.
  • 44 Secrétaire d’État de la Guerre de 1685 à 1701. Voir Certain N. et Pénicault E., « Louis-François-M (...)
  • 45 Barentin, cousin germain de Barbezieux, est nommé intendant de Flandre maritime à Dunkerque en 169 (...)
  • 46 SHD, A1 1733, fo 368 à 370.

29Mais il ne faudrait pas croire que les récollets répondent toujours promptement aux besoins de la monarchie. Preuve en est ce conflit qui oppose les frères artésiens au roi et à ses représentants en Flandre, pendant la guerre de Succession d’Espagne. Alors que Louis XIV demande aux religieux de Dunkerque de fournir des aumôniers pour des vaisseaux, ceux-ci refusent43. Les injonctions du secrétaire d’État de la Guerre, le marquis de Barbezieux44, comme celles du chancelier et Pontchartrain ou de l’intendant de la Flandre maritime, Barentin45, n’y font rien et restent lettre morte. Pour réduire les religieux à l’obéissance, le roi menace de leur « oster […] l’aumosnerie du port, mais d’y mettre [un] prestre qu’[on] trouvera afin qu’on puisse la leur rendre s’ils reviennent à ce qu’on desire d’eux46 ». La menace est d’ailleurs mise à exécution tant les religieux s’obstinent. Au-delà de son caractère anecdotique, l’affaire révèle que la monarchie n’hésite pas à faire pression… quitte à priver les frères précisément d’un poste d’aumônier militaire ! Il faut donc que les intérêts du roi et ceux des religieux convergent pour qu’une « mission aux armées » se mette en place. Plus intéressant encore, nous savons que pour résoudre ce conflit, l’intendant propose au provincial artésien de rédiger un « règlement au sujet des aumosniers » et de le faire ratifier par les chapitres des provinces artésienne et dionysienne. Malheureusement, ce texte ne nous est pas parvenu. Mais il est significatif que la monarchie en soit à l’origine. C’est d’ailleurs probablement ce qui explique que les frères, au dernier moment, ne le reconnaissent pas et persistent dans leur refus d’obéir.

  • 47 Nodot P. F., Le munitionnaire des armées de France qui enseigne a fournir les vivres aux Trouppes (...)
  • 48 Voir par exemple ibid., p. 366-367, 372 et 402.

30Au fil du siècle, l’intérêt des récollets à devenir des aumôniers militaires rencontre donc celui de la monarchie de les employer. Il en résulte un engagement croissant des religieux dans cette forme d’apostolat et parallèlement, au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, la construction d’une image, celle de spécialistes reconnus. C’est déjà le cas dans le texte publié en 1702 par Paul François Nodot – un munitionnaire qui, après trente années passées au service du roi à « faire subsister [les] armées », décide d’écrire le récit de son expérience47. Acteur de premier plan de la campagne, il fait référence aux aumôniers à plusieurs reprises. Et pour Nodot, les aumôniers militaires semblent toujours être des récollets48.

  • 49 Guérard N., Les Exercices de mars, BnF, Estampes, EE-3 (A).

31Cette reconnaissance d’un savoir-faire particulier se retrouve également dans l’une des 24 estampes du graveur parisien Nicolas Guérard (1648-1719), qui représente un frère sur le champ de bataille. La série, offerte au duc de Bourgogne, est consacrée essentiellement à la cavalerie et intitulée Images à dessiner ou l’École de Mars49. Plus encore que l’image sur laquelle nous reviendrons, arrêtons-nous d’abord sur la légende, éloquente :

  • 50 On pourrait encore citer Juvernay O., Oraison funèbre de haut et puissant seigneur. Isaac de Pas, (...)

« Tout ce que la guerre a d’affreux paroist estre après un combat. Mais la dépouille des morts et des mourans console le soldat de cet efroyable spectacle. Les confesseurs et les chirurgiens y trouvent matiere d’exercer leur ministère. Quoy qu’il ny ait gueres de regiments qui n’ait un aumônier, cependant pour administrer plus promptement les sacrements la piété du Roy a voulut y augmenter des Recolets qui ne quittent pas les armées et se trouvent dans toutes les occasions soit au sièges ou aux batailles50. »

  • 51 Philippe Guyard donne de nombreux exemples de cette reconnaissance pour le XVIIIe siècle. Voir Guy (...)

32Le récollet, archétype de l’aumônier militaire ? Cette image brouille les cartes et déforme la réalité puisque nous savons que les frères sont loin de détenir un monopole jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Mais ces témoignages suggèrent que ces religieux, peut-être plus que les autres réguliers, ont réussi à s’imposer comme de véritables spécialistes. Sous le règne de Louis XV, l’association aumônier militaire/récollet fonctionne si bien qu’il ne semble plus besoin de la légitimer51. Le lieutenant-colonel Guignard, dans L’École de Mars (1725), est à la croisée de cette évolution :

  • 52 Guignard M. de, L’École de Mars., t. 2, Paris, Simart, 1725, p. 343.

« Outre les Aumôniers que le Roy entretient dans chaque Regiment, Sa Majesté en entretient aussi un nombre dans chaque Armée, pour y faire les fonctions curiales dans le quartier général. Ce sont ordinairement les Recolets qui sont employés à ce salutaire usage : ils s’en acquittent avec la regularité qui est generalement dans cet Ordre. On leur fournit les voitures necessaires, avec 30 sols chacun par jour, et deux rations de pain. On doit leur donner par préférence un logement convenable, pour qu’ils y puissent au defaut d’Eglise celebrer les Messes, et faire les autres fonctions ecclesiastiques52. »

33Guignard confirme la présence « ordinaire » des récollets, mais il introduit également un autre élément intéressant : la diversité des fonctions remplies par ceux qui desservent les troupes, voire leur spécialisation dans un type de tâche ou de public.

Typologie des aumôniers militaires récollets

34Si le terme générique d’aumônier militaire recouvre des réalités très différentes, on peut, dans le cas des récollets, en distinguer de trois types.

  • 53 Ce « camp » est en réalité un fort qui, d’octobre 2011 à août 2012, a fait l’objet d’une campagne (...)
  • 54 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., p. 139.
  • 55 Malheureusement, les archéologues n’ont pas retrouvé les traces des trois chapelles, probablement (...)
  • 56 On peut s’étonner de la parfaite coïncidence entre le nombre de récollets présents et le nombre de (...)

35Le premier est le frère qui n’est pas directement sur le front mais qui dessert les troupes en amont des campagnes, pendant leur entraînement. En 1670 par exemple, Louvois demande au provincial dionysien de lui fournir 20 religieux pour desservir le « camp Saint-Sébastien », dressé en 1670 près de Saint-Germain-en-Laye53 afin d’« y exercer les troupes au nombre de trente mil hommes54 ». Le provincial n’ignore pas que les aumôniers, même réguliers, doivent être autorisés par l’évêque du lieu où stationnent les troupes. Or, la situation s’avère particulièrement délicate puisque l’archevêque de Paris et l’évêque de Chartres se disputent la paroisse Saint-Germain dont dépend le camp. Hyacinthe Le Febvre opte pour la prudence : il sollicite la permission des deux prélats qu’il publie dans son histoire provinciale. Deux autorisations valent mieux qu’une ! Nécessairement limités dans le temps et nominatifs, ces documents dressent un inventaire plus ou moins détaillé des différentes tâches qui incombent aux religieux : administrer les sacrements – et on prend ici la peine de préciser la confession, la communion et les derniers sacrements pour les malades –, ensevelir les morts, prêcher et enseigner le catéchisme, et plus « generalement faire toutes les autres fonctions pastorales et spirituelles ». On distingue pour cela trois chapelles, deux destinées aux soldats et aux officiers en exercice, une autre aux malades55. À en croire le provincial, les « ferventes prédications » que le supérieur de la mission fait « trois fois la Semaine » provoquent l’abjuration de vingt protestants56. En fin de compte, les franciscains en poste au fort Saint-Sébastien desservent une véritable paroisse. Ils assurent dans ce cas les fonctions curiales.

  • 57 Le camp de Marly, destiné aux compagnies des régiments du roi, est installé au tout début du XVIII(...)
  • 58 BnF, Ms Fr. 15 775, fo 248.

36Pour le début du XVIIIe siècle, un autre camp est mentionné dans les extraits de compte, celui de Marly57, exclusivement desservi par un aumônier récollet. Sa mission semble continue pendant au moins une décennie, puisqu’il touche un revenu fixe qui se monte à 82 livres 10 sols par mois, régulièrement versé comme le prouvent les comptes du trésor extraordinaire des guerres58. Dans le cas de ce religieux qui reste une dizaine d’années au moins fidèle à son poste, on assiste à une forme de professionnalisation.

  • 59 Feuquières marquis de [Antoine de Pas], Mémoires sur la guerre écrits par feu M. le marquis de Feu (...)

37Quant au second type d’aumônier, il s’agit de celui qui accompagne les troupes sur le front. Il peut participer aux sièges – c’est d’ailleurs la grande majorité des cas mentionnés par Hyacinthe Le Febvre –, où un abri lui est ménagé à la queue de la tranchée. Là, il assume son service pendant vingt-quatre heures avant d’être relevé par un frère59. On comprend mieux la nécessité, souvent répétée, d’associer toujours au moins deux religieux.

  • 60 Voir supra.
  • 61 Depuis la Regula non bullata de 1221, il est interdit aux franciscains d’aller à cheval. Pour réso (...)

38Mais l’aumônier peut également se rendre sur le théâtre des opérations comme en témoigne la gravure de Nicolas Guérard que nous avons déjà mentionnée60 : sur un champ de bataille désolé, deux soldats, situés au pied d’un arbre effeuillé, dépouillent un cadavre ; non loin de là, un chirurgien soigne un blessé tandis que d’autres, à l’arrière-plan, se querellent à coups de mousquet ; des malades sont transportés sur des brancards pour être soignés à l’hôpital militaire. Toute la scène est dominée par un récollet au centre, à cheval, qui de sa main gauche tient fermement les rênes de sa monture et, de l’autre, brandit une croix dirigée vers le malade, soutenu par le chirurgien. Les comptes complètent le document iconographique puisqu’ils confirment qu’on dote chaque aumônier d’un cheval de selle61. Il s’agit d’ailleurs d’un des postes de dépense les plus importants car il en coûte en moyenne 200 livres, à quoi s’ajoutent la ferrure (46 livres 10 sols par cheval et par mois) et le fourrage (20 sols par jour).

  • 62 SHD, A1 78, pièces 14 et 15 (novembre 1643).
  • 63 Et non de la monarchie ou du secrétaire d’État de la Guerre comme on le lit trop souvent. Sur ce p (...)

39Enfin, un dernier type d’aumônier mérite d’être mentionné : celui qui se consacre aux soldats blessés ou malades dans les hôpitaux. On en trouve la trace dès la première moitié du siècle comme en témoigne cette « Depesche en cour de Rome pour obtenir une dispense pour le Pere Blaise Recolet que le Roy vouloit employer a la direction des hospitaux de l’armée de Sa Majesté en Italie62 ». Mais la pratique semble se généraliser dans la seconde moitié du siècle, à tel point que Hyacinthe Le Febvre intitule son chapitre « Des missions aux Armées et aux Hospitaux ». Dans le contexte de disciplinamento de l’armée au XVIIe siècle, il s’agit tout autant de soigner le corps et l’âme du soldat. C’est pourquoi les fonctions d’aumôniers et de chirurgiens retiennent particulièrement l’attention des intendants ou des commissaires des guerres63.

  • 64 Appelés ainsi pour la première fois dans l’ordonnance de Blois de 1550 et plus fréquemment dénommé (...)
  • 65 Le premier hôpital fixe en France est celui de Pignerol, établi par Richelieu en 1629.
  • 66 Limelette R., art. cit.
  • 67 Chaline O., Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, p. 414.

40Mais dans quel type d’hôpitaux militaires les récollets interviennent-ils plus précisément ? Rappelons que les premiers établissements, appelés « hôpitaux ambulatoires64 », apparaissent au XVIe siècle et sont situés au plus près des combats. À partir du début du XVIIe siècle, s’établit un service de santé militaire plus structuré qui distingue d’un côté les hôpitaux sédentaires, reculés du champ de bataille, qui permettent d’évacuer les blessés et de poursuivre les secours – ils n’ont donc de sédentaires que le nom – ; et d’un autre côté, les hôpitaux fixes, où les soldats sont soignés dans la durée, au sein de constructions pérennes éloignées du front et plus commodes à la pratique de la chirurgie et de la médecine65. Si les aumôniers récollets interviennent dans ces deux types de structure, il semble toutefois qu’ils jouent un rôle particulier dans les hôpitaux fixes que Louvois développe à partir de 1661 en deux temps. En effet, le secrétaire d’État de la Guerre met d’abord en place un premier réseau, en dotant les places les plus exposées de tels établissements, en particulier en Flandre et en Alsace66. Ensuite, Vauban complète ce réseau en aménageant le « pré carré » où, dans chaque place, est établi un hôpital fixe. Or, si l’on examine avec attention leur personnel, on retrouve dans la plupart d’entre eux des aumôniers récollets : c’est le cas par exemple à Dunkerque, Lille, Valenciennes, Le Quesnoy et Philippeville pour la première ligne du « pré carré », ainsi que Avesnes, Douai, Arras, Béthune ou Hesdin pour la seconde. Les religieux de la custodie puis de la province d’Artois s’inscrivent donc pleinement dans la politique militaire qui vise à instaurer, au nord et au nord-est « non seulement une limite de souveraineté mais une géographie militaire avec forteresses, garnisons et magasins67 ». En ce sens, la province artésienne est la déclinaison religieuse du « pré carré » de Vauban : elle participe de la construction de cette frontière.

  • 68 SHD, A1 1753, pièce 93 et réponse pièce 121.
  • 69 SHD, A1 1840, pièces 81, 87 ; A1 1450, pièces 20, 70, 75.

41Mais on retrouve également des récollets dans les hôpitaux installés sur d’autres fronts. C’est le cas par exemple à Strasbourg où, en 1704, l’intendant, Félix Le Peletier de La Houssaye, demande à Chamillart la permission de recruter un nouveau frère, en plus des deux qui sont déjà employés68. Il précise que celui-ci devra avoir « l’usage des deux langues allemande et françoise à cause des regimens estrangers » et suggère donc « de le tirer des maisons de Recolets d’Alsace ». Chamillart accepte sans difficulté, en dépit des accusations d’incompétence portées par l’intendant contre les religieux. D’après La Houssaye, qui loue le dévouement désintéressé des capucins, les récollets demanderaient de l’argent aux malades. C’est ce que confirmerait l’affaire que doit trancher le ministre de la Guerre en 1699, pour dire qui du curé ou de l’aumônier franciscain peut enterrer les blessés qui meurent à l’hôpital69. À n’en pas douter, l’argent reste la nef de la guerre, même pour des franciscains réformés.

*

  • 70 Sur ce point, voir la communication de Frédéric Meyer dans ce volume.

42L’aumônier militaire s’impose comme une clé de voûte pour qui cherche à mettre en lumière les rapports entre l’armée et la religion à l’époque moderne. Pour autant, une histoire globale des aumôniers militaires à l’échelle du royaume de France est-elle seulement possible70 ? La question mérite, il est vrai, d’être posée puisque, nous l’avons vu, il existe sous l’Ancien Régime des aumôniers plutôt qu’une aumônerie. Revenons donc plus précisément sur cette absence d’institutionnalisation.

  • 71 Limelette R., « Le service de santé militaire… », art. cit., p. 3.
  • 72 Sur ce point, voir Barros M., Gibiat S., Pénicault E. et Sarmant T., « Le département de la guerre (...)

43Il faut tout d’abord la nuancer puisque le pouvoir royal légifère sur cette matière dès le XVIe siècle et plus encore au siècle des Lumières – au point d’ailleurs que l’historien peut avoir l’impression que les édits et les ordonnances composent une sorte de mille-feuille législatif. Surtout, il semble bien que ce soit la pratique sur le terrain qui façonne ce droit et non l’inverse. En d’autres termes, l’organisation de la fonction d’aumônier telle qu’elle est pensée par le roi et le secrétaire d’État de la Guerre, si faible soit-elle, est une construction a posteriori, issue d’une expérience. L’étude confirme ainsi que « l’armée est à l’époque moderne un terrain d’expérimentation administrative71 ». Elle est ainsi un laboratoire pour observer comment fonctionne l’exercice du gouvernement : au XVIIe siècle, les hommes du terrain – les commis, les intendants d’armée et les commissaires – jouent encore un rôle extrêmement important dans la conduite des affaires militaires. C’est seulement au long du XVIIIe siècle que le commis, initialement client du secrétaire d’État, se transforme en fonctionnaire et le département de la Guerre ne prend d’ailleurs une existence autonome par rapport au ministre qu’à partir de 170172.

44Par ailleurs, de cette non-institutionnalisation résulte la dispersion des sources qui ne favorise pas une approche globale du phénomène. Mais elle pousse en retour l’historien à adopter des stratégies de contournement pour cerner le phénomène, pas à pas. Le détour par la micro-histoire peut en être une.

45Enfin, la pratique des récollets aumôniers rappelle que ce n’est sans doute pas un hasard si les ordres de la Réforme catholique qui se spécialisent dans les missions, les capucins, les jésuites et les récollets pour ne citer qu’eux, sont aussi ceux que l’on retrouve aux côtés des soldats. Le fantassin n’est-il pas en fin de compte l’Indien de l’intérieur ?

Guérard Nicolas, (vers 1648-1719), Champ de bataille après le combat © Paris, musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais/image musée de l’Armée.

Notes

1 Le Febvre H., Histoire chronologique de la province des récollets de Paris, Paris, Denys Thierry, 1677, p. 137.

2 Bloch M., Apologie pour l’histoire, Cahier des Annales, 3, Paris, 1952, (1re éd. 1949), p. 4.

3 Boniface X., L’aumônerie militaire française (1914-1962), Paris, Le Cerf, coll. « Histoire religieuse de la France », 2001.

4 Chagniot J., Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », 2001.

5 Parmi ses très nombreux ouvrages, voir plus particulièrement Corvisier A., L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul, Paris, Presses universitaires de France, 1964, 2 vol. , ainsi que l’article fondateur pour les questions religieuses : id., « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », Revue historique, 515, 1975, p. 3-30.

6 Guyard P., Les aumôniers des troupes, de la Régence à la chute de la monarchie, thèse, Paris IV, 1982, 2 vol. , sous la direction de A. Corvisier ; id., La déchristianisation dans l’armée à la fin de l’Ancien Régime, maîtrise, Paris IV, 1979 sous la direction de A. Corvisier.

7 Rapine C., Histoire générale de l’origine et progrez des Frères Mineurs de S. François, vulgairement appelés… récollects, reformez, ou deschaux, Paris, C. Sonnius, 1631, p. 28. Placide Gallemant, qui publie une histoire de la province Saint-Denys en 1649, ne fait pas non plus de référence à l’aumônerie militaire, si ce n’est à la rigueur dans son premier appendice consacré aux nouveaux couvents artésiens. Voir Gallemant P., Provincia sancti Dionysii fratrum minorum recollectorum in Gallia, Catalauni, H. Geoffroy, 1649, p. 229-230.

8 Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi. Les récollets en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Le Cerf, coll. « Histoire religieuse de la France », 2012.

9 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. « CERCOR. Travaux et recherches, 9 », 1997, p. 309-314.

10 Voir Galland C., Pour la gloire de Dieu et du Roi, op. cit. p. 338 sq. (164 frères sur 344).

11 Dans son extension maximale, c’est-à-dire avant le détachement des couvents artésiens en 1668, la province dionysienne s’étend de Metz à Gisors et de Gravelines à Nevers.

12 Corvisier A., L’armée française, op. cit., Paris, Presses universitaires de France, 1964, t. 2, p. 577. Pour la Prusse, voir Von Lyncker A., Die altpreußische Armee 1714-1806 und ihre Militärkirchenbücher Schriftenreihe der Reichsstelle für Sippenforschung, Berlin, Verlag für Standesamtswesen, coll. « Schriftenreihe der Reichsstelle für Sippenforschung, 1 », 1937 et plus récemment Marschke B., « Vom Feldpredigerwesen zum Militärkirchenwesen : Die Erweiterung und Institutionalisierung der Militärseelsorge Preußens im frühen 18. Jahrhundert », Kaiser M. et Kroll S. (dir.), Militär und Religiosität in der Frühen Neuzeit, Münster, Lit, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit, 4 », 2004, p. 249-277.

13 Voir infra.

14 Voir Le Mercure françois, t. XIV (1627-1628), Paris, Jean et Estienne Richer, 1627, p. 417 ; également les histoires de la ville comme : Arcere M. (de l’Oratoire), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d’Aulnis, La Rochelle, René-Jacob Desbordes, 1757 ; ou encore la très officielle version du siège proposée par l’historiographe du roi : Bernard C., Histoire du Roy Louis XIII, Paris, Courbe, 1646, p. 87. Tous ces récits insistent sur le nombre important de réguliers appelés au cours du siège pour encadrer les troupes.

15 Pierre B., Le Père Joseph. L’Éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 195 sq. Sur la participation du Père Joseph et des religieux au siège, voir notamment la correspondance avec Ingoli, premier secrétaire de la congrégation, De Propaganda Fide (1622-1649).

16 BnF, Ms Fr. 13 875, Nécrologe des frères mineurs récollets de la province de Saint-Denys depuis sa fondation, fo 9 vo. Ce sont surtout les récollets de la province de Lyon qui sont mobilisés sur ce front, lesquels obtiennent peu après de l’évêque une mission à Privas pour convertir les protestants. Voir Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 39.

17 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., p. 138-139.

18 Nous ne connaissons pas les effectifs de la province en 1635, mais Placide Gallemant propose pour 1649 le chiffre de 400 religieux. Sur ce point, voir Galland C., Guilloux F. et Moracchini P. (dir.), Les récollets. En quête d’une identité franciscaine, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2014, carte 2 « Les effectifs de la province Saint-Denys en 1649 ».

19 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 309-314.

20 Guyard P., Les aumôniers des troupes, op. cit., p. 202.

21 Voir le chapitre intitulé « De la jonction des couvents d’Artois à la province », p. 89-97. Dans ce chapitre, Hyacinthe Le Febvre ne propose pas d’estimation du nombre de religieux qui participent aux campagnes militaires. Une hypothèse peut toutefois être formulée : les gardiens placés à la tête des différents couvents ont probablement participé à ces campagnes.

22 Sur ce point, voir infra.

23 Publié en 1677, le livre connaît deux additions, en 1686 et 1688.

24 Le chiffre de 450 religieux est celui de Luc Wadding pour 1680, voir Pandzic B. (éd.), Annales Minorum, t. XXXII, Rome, Schola typogr. Pax et Bonum, 1964, p. 581-608. Pour une répartition géographique de ces effectifs, voir carte 6 « Les provinces récollettes en Europe en 1680 », Galland C., Guilloux F. et Moracchini P. (dir.), Les récollets, op. cit., p. xii-xiii.

25 Voir notamment Corvisier A., Louvois, Paris, Fayard, 1983, tableau « les effectifs théoriques en 1690 », p. 517 sq.

26 BnF, Ms Fr. 15 774 et 15 775. Pour la présentation de ce fonds, voir Galland C, « Les récollets de la province Saint-Denys, le parlement et le roi. Pour une histoire des pratiques gallicanes », Galland C., Guilloux F. et Moracchini P. (dir.), Les récollets, op. cit., p. 107-126.

27 On retrouve une partie de ces documents dans les 15 cartons de la sous-série G7 des Archives nationales relatifs à l’extraordinaire des guerres ainsi que dans la correspondance échangée entre le ministre de la Guerre et les différents acteurs militaires, conservée dans la sous-série A1 du Service historique de la Défense (désormais SHD) à Vincennes.

28 C’est très net pour les fonds du SHD où la documentation à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle est sans commune mesure avec celle de la première moitié du siècle. Thierry Sarmant précise même que « rien ou presque ne subsiste des archives constituées par les huit premiers secrétaires d’État de la Guerre entre 1570 et 1630 » ; Devos J.-C. et De Corvisier-villèle M.-A., Guide des archives de la bibliothèque [du service historique de l’armée de Terre], (2e éd. revue et augmentée : Sarmant T. et Gibiat S. dir.), Vincennes, SHAT, 2001, p. 19 (en ligne sur le site du SHD). Si 1630 représente donc une rupture importante dans l’histoire des archives du ministère de la Guerre, l’action des Le Tellier marque également un tournant important, en raison de la fondation de bureaux spécialisés à l’intérieur de l’administration de la Guerre, et d’un souci particulier pour le dépôt de la guerre. Voir ibid., p. 21-22.

29 Lynn J. A., The Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

30 Voir Drévillon H., L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Éditions Taillandier, 2005, chapitre Ier « Obéir et commander », p. 23-59.

31 Voir Barros M., Gibiat S., Pénicault E. et Sarmant T., « Le département de la guerre de 1570 à 1792 », Sarmant T. (dir.), Les ministres de la Guerre, 1570-1792, Paris, Belin, 2007, p. 90 sq.

32 Le livre de Le Febvre est achevé d’imprimer pour la première fois le 1er mars 1677 et Le Tellier devient chancelier le 27 octobre 1677. Il n’est donc pas surprenant que le provincial qualifie encore Le Tellier de ministre et secrétaire d’État.

33 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., épître dédicatoire non paginée.

34 Ibid., loc. cit.

35 Ibid., p. 87-88. Ce couvent, situé dans la rue des récollets à Versailles, abrite, depuis la fin du XIXe siècle, des institutions militaires.

36 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., addition [1677], p. xxv.

37 Le rôle joué par les récollets comme aumôniers militaires permet aussi de comprendre que Le Febvre brosse un portrait de Louis XIV digne du « rex dux et miles ». Plus encore, le provincial justifie la politique de conquête du roi et légitime la puissance discrétionnaire du souverain dans une perspective nationale, au nom de la Raison d’État. Voir ibid.

38 Voir Devos J.-C. et De Corvisier-Villèle M.-A., Guide des archives, op. cit., p. 19 sq.

39 SHD, A1 53, pièce 18, dont on retrouve la trace dans Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., p. 89 sq. Nous savons par ailleurs que Louvois et Louis XIV exigent à plusieurs reprises que le provincial artésien soit issu de la province dionysienne. Il n’est pas anodin que la monarchie impose des conditions au choix d’un provincial qui, en théorie, relève du seul chapitre. Sur ce point, voir par exemple la lettre du 21 mai 1685 écrite par Louvois au provincial Hyacinthe Le Febvre : « L’intention du Roy n’est pas de souffrir que les Convents de vôtre Ordre de la province d’Arthois, soyent gouvernez par d’autres religieux que par les Peres de la Province de Paris » (BnF, Ms Fr. 15 775, fo 276-277) ou encore cette lettre du 12 février 1692 (BnF, Ms Fr. 15 775, fo 279-280).

40 Voir Pénicault E., « Michel Chamillart », p. 297-307, Sarmant T. (dir.), Les ministres de la Guerre, op. cit., p. 297-307 et surtout id., Faveur et pouvoir au tournant du Grand Siècle, Michel Chamillart. Ministre et secrétaire d’État de la Guerre de Louis XIV, Paris, École des Chartes, 2004.

41 SHD, A1 1738, pièce 144, [20 août 1704]. Sur cette affaire, voir également au SHD, A1 1738, pièce 166 ; A1 1840, pièces 69, 73, 136.

42 Pour un autre exemple pris dans la même correspondance, voir le cas de d’un jacobin : SHD, 1738, pièce 271.

43 SHD, A1 1733, fo 368-370 ; 386-387 ; 412-413 ; 420-421 ; 434 ; 442 ; 476.

44 Secrétaire d’État de la Guerre de 1685 à 1701. Voir Certain N. et Pénicault E., « Louis-François-Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux », Sarmant T. (dir.), Les ministres de la Guerre, op. cit., p. 288-297.

45 Barentin, cousin germain de Barbezieux, est nommé intendant de Flandre maritime à Dunkerque en 1699. Sur ce point, voir Rowlands G., The Dynastic State and the Army under Louis XIV : Royal Service and Private Interest, 1661-1701, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 100.

46 SHD, A1 1733, fo 368 à 370.

47 Nodot P. F., Le munitionnaire des armées de France qui enseigne a fournir les vivres aux Trouppes avec toute l’oeconomie possible, Paris, Cusson et Wit, 1702. Je remercie Vincent Demont de m’avoir signalé cette référence.

48 Voir par exemple ibid., p. 366-367, 372 et 402.

49 Guérard N., Les Exercices de mars, BnF, Estampes, EE-3 (A).

50 On pourrait encore citer Juvernay O., Oraison funèbre de haut et puissant seigneur. Isaac de Pas, marquis de Feuquière…, Metz, Jean et Brice Antoine, 1688, prononcée par un récollet à l’occasion de la mort du « lieutenant général des armées du roy […] et gouverneur des ville et citadelle de Verdun ». Sur ce dernier, voir infra.

51 Philippe Guyard donne de nombreux exemples de cette reconnaissance pour le XVIIIe siècle. Voir Guyard P., Les aumôniers des troupes, op. cit., p. 153 sq.

52 Guignard M. de, L’École de Mars., t. 2, Paris, Simart, 1725, p. 343.

53 Ce « camp » est en réalité un fort qui, d’octobre 2011 à août 2012, a fait l’objet d’une campagne de fouilles archéologiques dirigée par l’archéologue Séverine Hurard de l’INRAP. La fouille a permis de mettre au jour deux ouvrages fortifiés distincts, le premier pour la campagne d’exercice de 1669 et le second, très différent, pour celle de 1670. C’est précisément à l’occasion de ce remaniement que les récollets sont appelés au fort Saint-Sébastien.

54 Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., p. 139.

55 Malheureusement, les archéologues n’ont pas retrouvé les traces des trois chapelles, probablement parce que leur structure ne se distinguait pas de celle des autres bâtiments. Je remercie Mme Hurard pour ces informations.

56 On peut s’étonner de la parfaite coïncidence entre le nombre de récollets présents et le nombre de protestants convertis.

57 Le camp de Marly, destiné aux compagnies des régiments du roi, est installé au tout début du XVIIIe siècle dans une clairière de la forêt de Marly. Voir Baillieul G., Nouveau plan de Versailles et de Marly avec les environs, [document cartographique], Paris, chez l’auteur, 1724 ; Vue perspective de revue de la maison du Roy Cavalerie qui se fait tous les 3 ans au Trou d’Enfer à 4 lieux de Paris, no 12 [estampe], Paris, chez Basset rue Saint-Jacques, [ca. 1760].

58 BnF, Ms Fr. 15 775, fo 248.

59 Feuquières marquis de [Antoine de Pas], Mémoires sur la guerre écrits par feu M. le marquis de Feuquières, s. l. n. n., 1735 (1re éd : Amsterdam, 1730), p. 91.

60 Voir supra.

61 Depuis la Regula non bullata de 1221, il est interdit aux franciscains d’aller à cheval. Pour résoudre cette difficulté, le provincial dionysien sollicite auprès du pape la permission « d’aller à cheval et [de] se servir de monture et autres commoditez […] sans enfraindre leur sainte Règle » (Le Febvre H., Histoire chronologique, op. cit., Première addition [1686], p. xxv).

62 SHD, A1 78, pièces 14 et 15 (novembre 1643).

63 Et non de la monarchie ou du secrétaire d’État de la Guerre comme on le lit trop souvent. Sur ce point, voir Limelette R., « Le service de santé militaire dans les intendances de Flandre et de Hainaut : de la liberté provinciale et l’uniformisation nationale », Leuwers H. et Barrière J.-P. (dir.), La construction des professions, du national à l’Européen, Bruxelles, Archives générales du royaume, à paraître (article disponible en ligne).

64 Appelés ainsi pour la première fois dans l’ordonnance de Blois de 1550 et plus fréquemment dénommés par la suite hôpitaux des armées. Voir Imbert J., Le droit hospitalier de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 45.

65 Le premier hôpital fixe en France est celui de Pignerol, établi par Richelieu en 1629.

66 Limelette R., art. cit.

67 Chaline O., Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, p. 414.

68 SHD, A1 1753, pièce 93 et réponse pièce 121.

69 SHD, A1 1840, pièces 81, 87 ; A1 1450, pièces 20, 70, 75.

70 Sur ce point, voir la communication de Frédéric Meyer dans ce volume.

71 Limelette R., « Le service de santé militaire… », art. cit., p. 3.

72 Sur ce point, voir Barros M., Gibiat S., Pénicault E. et Sarmant T., « Le département de la guerre de 1570 à 1792 », art. cit.

Table des illustrations

Légende Guérard Nicolas, (vers 1648-1719), Champ de bataille après le combat © Paris, musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais/image musée de l’Armée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteur

CHISCO – université Paris-Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540