Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Première partie. Les structures d'encadrement

Corporations et confréries d’archers et d’arbalétriers à la fin du Moyen Âge

Valérie Serdon-Provost

Texte intégral

  • 1 Gaier C., « 700 ans de traditions des gildes visétoises », publication en ligne, université de Liè (...)
  • 2 Ce terme est défini comme « un genre de regroupement laïc, tourné vers le perfectionnement moral, (...)
  • 3 Vincent C., « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », Paravicini (...)

1Les compagnies d’archers et d’arbalétriers connurent une certaine faveur dans les derniers siècles du Moyen Âge, en particulier dans les régions situées au nord de la Loire et en Flandre. Des communautés – urbaines pour la plupart – se dotèrent de ces groupements dans le but de pourvoir à leur défense en cas de danger. Il leur fut aussi dévolu la difficile tâche du maintien de l’ordre et de la répression du brigandage à l’intérieur de la communauté. Les membres de ces organisations corporatives devaient prêter serment aux autorités locales dont ils dépendaient1. Ces milices communales de « gens de trait », guildes dans les pays germaniques et en Flandre, sont connues en France sous le nom de « connétablies » ou « serments ». Selon les régions, le développement de ces associations de type confrérie2 ne connut pas la même ampleur ni la même évolution depuis le XIVe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle ; c’est bien la Contre-Réforme et non la fin du XVe siècle qui marqua une rupture dans l’évolution de ces mouvements3 : elles finirent par témoigner autant, sinon plus, de manifestations de piété et de solidarité que d’une quelconque efficacité militaire.

  • 4 Vauchez A., « Conclusion », Le mouvement confraternel, op. cit., p. 395.
  • 5 Ibid., p. 398-399 ; Espinas G., « Confréries et métiers », Mélanges d’histoire sociale, vol. 3, no (...)
  • 6 Fouqué V., Recherches historiques sur les corporations des archers, des arbalétriers et des arqueb (...)
  • 7 Godar H., Histoire de la gilde des archers de saint Sébastien de la ville de Bruges, Bruges, Stain (...)
  • 8 Gaier C., « Quand l’arbalète était une nouveauté, réflexions sur son rôle militaire du Xe au XIIIe(...)

2Le bilan historiographique établi par André Vauchez souligne que le XIXe siècle a livré peu d’études scientifiques sur le sujet4. Les historiens médiévistes européens se sont intéressés avant tout à l’apparition des confréries en lien avec l’essor des métiers et du mouvement communal et ont souligné, à maintes reprises, leur rôle dans la cohésion sociale et la vie politique urbaine5. Quant aux communautés relatives aux « gens de traict », quelques ouvrages anciens, de valeur inégale, ont surtout insisté sur les ordonnances royales en matière militaire et sur la survivance de ces associations sportives à l’époque contemporaine, avec une vision empreinte d’un certain folklorisme et d’un goût pour le pittoresque6. Dans le même temps, des monographies communales offraient la traduction française des premiers statuts écrits en ancien français et la publication des documents comptables communaux voire ducaux pour les Pays-Bas méridionaux7. Mais l’absence d’études d’ensemble relative à la création, l’organisation et le rôle militaire et social des compagnies de gens de trait au niveau européen reste aujourd’hui à déplorer8.

  • 9 Un bilan historiographique a été dressé dans : Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches (...)

3L’un des acquis de la recherche depuis les années soixante-dix chez les médiévistes a été de mettre l’accent sur les problèmes de typologie – liés au vocabulaire utilisé – et de remettre en question les distinctions classiques entre confrérie professionnelle et association pieuse en insistant sur le caractère plurifonctionnel très marqué9.

  • 10 La fête du saint protecteur Sébastien se tenait le 20 janvier. Outre les récits des chroniqueurs, (...)
  • 11 D’innombrables travaux relatifs aux confréries médiévales ont été publiés. Parmi eux, nous pouvons (...)

4Les confréries de tir placées sous le patronage de saint Sébastien ou de saint Georges, en particulier, témoignaient d’une certaine unité par leur activité et leur recrutement. Elles sont aujourd’hui connues des historiens par les manifestations de sociabilité les plus voyantes qu’elles pouvaient exprimer (comme les banquets, les fêtes et les grands concours de tir10), et non par leur aspect religieux pourtant perceptible dans un certain nombre de sources. En effet, ces associations combinaient en général un certain nombre d’actes religieux simples à des pratiques caritatives à usage interne11. De fait, ces confréries accordaient autant d’importance aux exercices de dévotion et au souci d’entraide mutuelle qu’à la pratique militaire, d’où les difficultés pour en préciser les contours.

  • 12 Bien que la plupart de ces groupements revendiquent encore aujourd’hui leur ancienneté – l’entreti (...)
  • 13 L’exploitation de telles sources est traditionnelle pour l’étude des confréries, Dompnier B. et Vi (...)
  • 14 Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. cit., p. 103. C (...)
  • 15 Chiffoleau J., La comptabilité de l’au-delà : les hommes, la mort et la religion dans la région d’ (...)

5Bien que les titulatures et les fêtes de ces confréries soient connues, les lacunes des sources interdisent d’en déterminer l’ancienneté et la nature précise12. Leurs statuts et leurs registres (règlements, listes des confrères, documents comptables, autorisation de procession, pris-fait de chapelles, retables, bannières…)13 fournissent des renseignements précieux sur la vie de ces groupements, les membres associés – nouveaux confrères inscrits chaque année14 – et leurs activités mais empêchent bien souvent de saisir leurs liens avec le clergé séculier ou mendiant15.

6Au-delà de l’efficacité militaire de ces compagnies, leur organisation juridique et leur fonctionnement, il paraît légitime de s’interroger sur leur code éthique, leur dynamique idéologique et le rôle de la protection et de l’identification au saint guerrier, découlant ou non d’un effort d’institutionnalisation de l’Église. C’est en particulier ce double attachement qu’il convient d’interroger par l’évocation de l’origine de ces confréries dans les milices communales des gens de trait puis par les manifestations de sociabilité et pratiques dévotionnelles qui leur sont propres.

Une origine dans les milices communales des gens de trait

  • 16 Crombie L., « Defense, Honor and Community : the Military and Social Bonds of the Dukes of Burgund (...)
  • 17 Contamine Ph. (dir.), Histoire militaire de la France, t. 1 : Des origines à 1715, Paris, Presses (...)
  • 18 La Grange A., Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai (1431-1476), T (...)

7À la fin de la période médiévale, les villes étaient avant tout des centres de ressources en hommes et en matériel de guerre, quelles que soient leur importance et la puissance de leur enceinte. Dans ce cadre se sont développées – à l’exemple des communes italiennes – des confréries de gens de trait, archers et arbalétriers, qui jouèrent un rôle d’appui dans les milices urbaines, pour leur propre mise en défense. Par ailleurs, leur appoint fut souvent décisif pour les rois et les princes : elles accompagnaient régulièrement, au XIVe siècle, les expéditions liées à la protection d’un territoire, puisque ces services faisaient partie de leurs obligations militaires16. Par exemple, Charles V, entre 1369 et 1380, procéda à des « semonces générales » pour obtenir le concours des bonnes villes dans lesquelles il s’efforça de développer les exercices militaires et de susciter des compagnies d’archers et d’arbalétriers qui pouvaient apporter leur concours à la demande : ce fut le cas d’Arras et de Saint-Quentin, en 1373, qui envoyèrent un certain nombre d’arbalétriers lutter contre les Anglais (notamment pour l’ost dit de Bourbourg17). Les Tournaisiens apportèrent leur contribution au siège de Pontoise en 1441 sur la demande de Charles VII18.

  • 19 De Smet J., « L’effectif des milices brugeoises et la population de la ville en 1340 », Revue belg (...)
  • 20 Voir les études de Gaier C., « L’invincibilité anglaise et le grand arc après la guerre de Cent An (...)
  • 21 Gaier C., « Quand l’arbalète était une nouveauté », art. cit., p. 179.
  • 22 Contamine Ph. (dir.), Histoire militaire de la France, op. cit., p. 146.
  • 23 Ibid., p. 147.

8Quant aux chiffres d’hommes « mobilisables », pour l’année 1340, la ville de Bruges était en capacité de lever 7 044 combattants valides dont l’ensemble était composé de 10 % de bourgeois et 90 % d’hommes de métier (pour une ville qui comptait 35 000 habitants environ)19. La plupart du temps, les gens de trait ne représentaient qu’une centaine de combattants, suffisamment nombreux pour infliger des pertes importantes mais pas pour décider de l’issue d’un combat, rôle dévolu à l’archerie anglaise avec des tirs de barrage très denses20. Claude Gaier considère que les villes clés pouvaient en lever quelques centaines, les États, quelques milliers tout au plus21. La levée des gens de trait s’opérait parfois aussi sur le « plat-pays » : en 1380, une centaine d’arbalétriers fut ainsi fournie par le bailliage de Vermandois22. Ces hommes de trait étaient soldés par les villes qui, pour ce faire, mettaient en place une fiscalité spécifique, alors que les rétributions des nobles répondant à la semonce royale relevaient des trésoriers des guerres, ces dernières étant issues d’impôts exceptionnels23.

  • 24 Gaier C., « Mentalité collective de l’infanterie communale liégeoise au Moyen Âge », Armes et comb (...)
  • 25 Petit-Dutaillis Ch., Les communes françaises. Caractères et évolution des origines au XVIIIe siècl (...)
  • 26 Robillard de Beaurepaire Ch., Notice sur la compagnie des arbalétriers, autrement dite la « Cinqua (...)
  • 27 L’arbalète tendit à se spécialiser et à devenir une arme de position, utilisée de façon préférenti (...)
  • 28 Pour le Brabant voir Boffa S., « Art de la guerre et stratégie dans le duché de Brabant », art. ci (...)
  • 29 Boffa S., loc. cit.

9Certaines autorités municipales pouvaient compter sur leur propre organisation en matière de combattants qui relevaient d’un quartier ou d’un métier et s’équipaient à leur frais selon leur condition et leur niveau de fortune24. Les combattants étaient dévolus à la sécurité (assurer l’ordre, maintenir le guet) qui est apparue comme l’une des priorités à la fin du Moyen Âge ; il s’agissait bien souvent d’un devoir contenu, à l’origine, dans les chartes de franchise des villes qui participaient au mouvement communal aux XIIe et XIIIe siècles25. Les Serments d’archers et d’arbalétriers étaient des confréries composées de bourgeois ou fils de bourgeois en âge de porter les armes, dotées de privilèges26. Elles se multiplièrent mais aucune politique cohérente de recrutement et de formation ne fut développée, à l’instar de l’Angleterre ; ces gens de trait – selon leur lieu d’origine et le groupement dont ils étaient membres – furent équipés indifféremment d’arcs ou d’arbalètes27. Bien que la combativité des milices urbaines fût vantée par les chroniqueurs, à partir du milieu du XIVe siècle, elles devinrent inadaptées aux contraintes de la guerre par manque de discipline et de professionnalisme et furent peu enclines à se plier aux exigences des princes territoriaux28. Mis à part pour leur propre défense, les villes ne furent plus sollicitées sauf à fournir argent, vivres et matériel29.

  • 30 Gaier C., « Quand l’arbalète était une nouveauté », art. cit., p. 178 ; Contamine Ph., La guerre a (...)

10Aux XIVe et XVe siècles, l’Italie et les pays germaniques devinrent des bassins de recrutement de mercenaires, réputés pour leurs performances et leur motivation, les arbalétriers génois ou gascons notamment30. Ces changements ne furent pas simultanés selon les villes mais varièrent en fonction des moyens financiers et des divers rapports de forces antagonistes au sein de celles-ci.

  • 31 Sur cette question voir Boffa S., Warfare in medieval Brabant, 1356-1406, Woodbridge, The Boydell (...)
  • 32 Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France », art. cit., p. 72 (...)
  • 33 Chevalier B., « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux XIVe et XVe siècle (...)
  • 34 Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », art. cit., p. 43.

11Tout en se gardant de simplifier à l’extrême, il est possible de distinguer un certain nombre d’étapes dans le développement de ces groupements de gens de trait et d’en marquer les caractéristiques31. Pour faciliter la défense, chaque habitant était rattaché à un quartier, c’est-à-dire à une circonscription administrative, fiscale et militaire. Leur nombre était variable et chacune avait en charge une portion de la muraille, clairement définie, sous les ordres d’un ou deux notables. Dans la première moitié du XIVe siècle, les habitants étaient répartis en connestableries, sous la direction d’un gouverneur. Il s’agit d’un héritage d’un système plus ancien attesté par exemple dans le Brabant dès le XIIe siècle et lié à la garde des nouvelles fortifications, aux postes clés en haut des courtines et au niveau des portes32. Les arbalétriers, peu nombreux, formaient des dizaines. Les textes évoquent des connétables et dizeniers, mais aussi des vinteniers, des cinquanteniers, des centeniers33 … Rouen établit par exemple une cinquantaine dès le XIIIe siècle qui, plus d’un siècle après sa création, institua une confrérie sous le vocable de Saint-Georges34.

12Le manque de sources ne nous permet pas de saisir le glissement du système de la connétablie à celui dans lequel les métiers ont commencé à prendre une part active dans les entreprises militaires, probablement à l’initiative des autorités urbaines à partir de la fin du XIVe siècle. Aussi, les confréries ou guildes d’arbalétriers et d’archers assuraient aux villes de disposer au minimum de quelques dizaines de tireurs efficaces.

13Dans les villes les plus importantes du royaume, les gens de trait représentaient tout au plus quelques centaines d’hommes au XIVe siècle, peut-être davantage au XVe siècle. À l’échelle des principautés, on retrouve ce même schéma d’une mobilisation locale : le rôle prépondérant de ces groupements n’impliqua pas que les autres habitants fussent dispensés de ce service. Dans un périmètre alentour, variable selon les agglomérations, les habitants étaient soumis aux mêmes obligations.

  • 35 Salamagne A., Les villes fortes au Moyen Âge, op. cit., p. 75. À deux reprises, en 1475 et 1476, l (...)

14Dans le cas des villes de Flandre et des marges nord-occidentales de l’Empire (Brabant, pays de Liège, Lorraine, Alsace…), la forte indépendance politique s’exprimait au niveau du potentiel militaire. Organisées sous la bannière des différents métiers, les armées communales mobilisaient une grande proportion des hommes valides : plusieurs milliers à Bruges et Gand au milieu du XIVe siècle, de même qu’à Strasbourg un siècle plus tard35.

15En face des effectifs croissants de l’attaque, l’évolution se fit au détriment de la défense : les corps de combattants spécialisés (rendus nécessaires par l’usage de l’artillerie à poudre) vinrent renforcer les milices urbaines si le péril était estimé important.

  • 36 Butaud G., « L’armement des citadins et des villageois à la fin du Moyen Âge : l’exemple de la Pro (...)
  • 37 Contamine Ph., « L’armement des populations urbaines à la fin du Moyen Âge : l’exemple de Troyes ( (...)

16Tous les hommes de la cité étaient initialement susceptibles de prendre les armes quand le danger le nécessitait, c’est la raison pour laquelle celles-ci étaient conservées chez l’habitant. De fait, bien que le port et la détention d’armes de trait aient été réglementés, les villes bénéficièrent très tôt de passe-droits. Comme le confirment les inventaires notariés, leur diffusion dans la société était très importante et encouragée par le pouvoir36. Plusieurs études portant sur le recensement des armes possédées en propre par les habitants, notamment au XVe siècle, font ressortir une large diffusion : à Troyes en 1474 on a recensé 547 couleuvrines et 287 arbalètes pour 2 400 chefs de feu37.

  • 38 Boffa S., Warfare in medieval Brabant, op. cit., p. 143.

17L’organisation militaire en métiers n’a pas été sans inconvénient pour les maîtres de la ville : organisés et armés, le risque que les artisans se retournent contre ceux-ci était grand. Cette ambiguïté explique les limites quant à l’organisation et à l’armement les plus efficaces38.

  • 39 Ibid., p. 145.
  • 40 Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit., p. 182 ; Henne A. et Wauters A., Histoi (...)
  • 41 Boffa S., Warfare in medieval Brabant, op. cit., p. 141 ; Salamagne A., « Les garnisons des villes (...)
  • 42 Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. cit., p. 103.
  • 43 L’ordonnance de Charles V, datée du 3 avril 1369, interdisait de se livrer à tout autre jeu ou exe (...)
  • 44 Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France, op. cit., p. 58.
  • 45 Ibid., p. 59 ; Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », art. cit., p. 41.
  • 46 Comme l’écrit Ph. Contamine, cette création peut être interprétée comme « une extension au plat-pa (...)

18La situation est en effet plus difficile lorsque la nature des armes requiert des compétences particulières et un entraînement approprié (arc, arbalète et arquebuse). Une solution intermédiaire fut adoptée par les villes avec l’organisation de corps combattants que l’on pourrait qualifier aujourd’hui de semi-professionnels. Ces guildes ont formé une force armée à la disposition des autorités urbaines destinées à maintenir l’ordre et défendre la cité, tout en étant moins enclines à se retourner contre elle. Ces associations furent privilégiées mais en contrepartie soumises à une sévère discipline et à un entraînement régulier39. Plusieurs compagnies cohabitaient dans une même ville, généralement non sans heurts. Leurs membres avaient des droits clairement établis et jouissaient de nombreux privilèges. Ils étaient bien payés, exempts de certaines taxes et vêtus par la ville40. En échange, ils devaient se procurer des armes de bonne facture à leurs propres frais41. Ils se regroupaient sous la bannière du saint de leur église et possédaient généralement une chapelle dédiée à leur saint patron42. Philippe VI de Valois encouragea les habitants des villes à s’exercer au tir à l’arc et à l’arbalète en leur accordant exemptions d’impôts et faveurs spéciales43 ; il se borna en fait à entériner ce qui se faisait dans différentes cités sans aller jusqu’à imiter le roi d’Angleterre Édouard III qui interdisait aux Anglais de se divertir à d’autres jeux que le tir44. Des ordonnances de Charles V, renouvelées par son successeur, enjoignirent à leurs sujets de « s’exercer au tir à l’arc et de l’arbalète, de choisir des emplacements convenables pour ces exercices, de décerner des prix aux plus habiles, de donner à ces concours le caractère de véritables fêtes et de les entourer de tout l’attrait possible45 ». Finalement, les Francs-archers furent institués par Charles VII (1448) mais indiscipline, inefficacité et débordements en tout genre conduisirent à leur suppression par Louis XI en 148046.

  • 47 Boffa S., Warfare in medieval Brabant, op. cit., p. 147.

19Dans la seconde moitié du XVe siècle, les obligations militaires changèrent et les compagnies militaires de gens de trait survécurent aussi longtemps que l’indépendance de leur communauté. Les artisans n’intervinrent plus mais payèrent une contribution pour la guerre qui servit notamment à équiper un certain nombre de mercenaires47.

Manifestation de sociabilité et pratiques dévotionnelles

  • 48 Serdon V., Armes du diable, op. cit., p. 25; Arnade P. J., Realms of Ritual: Burgundian Ceremony a (...)

20Ces groupements – dédiés initialement à la pratique du tir – jouissaient de privilèges spécifiques et d’un mode de fonctionnement codifié. Ils développèrent, à ce titre, un profond sentiment d’appartenance avec des traditions fortement ancrées, rituels festifs qui se doublaient de strictes règles d’admission, de moralité, d’aptitude au combat et de pratiques dévotionnelles bien attestées dans les sources48.

  • 49 Si le besoin d’union et d’entraide a été un fait essentiellement urbain, certaines sources, comme (...)
  • 50 Espinas G., « Confréries et métiers », Mélanges d’histoire sociale, 1943, vol. 3, no 1, p. 101-104

21Derrière le concept de confréries de tir se cachait une réalité complexe qui se traduit notamment par l’amalgame entre confrérie et compagnie, les sources d’archives rendant évidente l’imprécision des termes. Le terme de confrérie – fréquemment utilisé dans les documents d’archives jusqu’au XVIe siècle – évoquait une manifestation d’union sociale, d’entraide, de fraternité49. La coexistence de termes différents ne témoignait pas nécessairement d’une évolution de ces organisations : fraternité ou confraternité ne possédaient pas un sens différent de celui de confrérie et insistaient sur la sociabilité propre à ces types d’organisation. En Artois et en Flandre, confrérie ou bien charité étaient précisément les termes utilisés par les associations urbaines pour se désigner ; par là même, elles exprimaient la forte empreinte religieuse qui marquait leur groupement50.

  • 51 A. D. Meuse, Confrérie Saint-Sébastien des archers de Bar-le-Duc et Behonne. Lettres de fondation (...)
  • 52 Vincent C., Les confréries médiévales dans le royaume de France XIIIe-XVIe siècle, Paris, Albin Mi (...)

22Pour prendre un exemple développé par Frédéric Schwindt dans sa thèse relative aux confréries meusiennes, chez les archers de Bar et de Behonne, trois mots et trois réalités se trouvaient imbriqués au milieu du XVIe siècle : la boette formait classiquement la caisse d’entraide des associés (destinée à financer l’inhumation des pauvres), la confrérie désignait la fraternité professionnelle qui organisait le tir au papegai et la congrégation, le volet religieux de l’association51. En revanche, les transformations sont parfois confirmées par le vocabulaire employé, mêlant archaïsmes et nouveautés : dans une ordonnance datée de 1564, le duc de Lorraine utilisa sciemment le mot compagnie qui renvoyait à leur rôle avant tout militaire. Les expressions de compagnie et de société, bien qu’empruntées à d’autres domaines, avaient un sens proche de confrérie. La guilde ou la corporation (ce dernier terme datant du XIXe siècle) renvoyait bien souvent exclusivement au volet professionnel des confréries de métier mais il s’avère souvent difficile de séparer organisation civile et organisation religieuse, d’autant que leur fonctionnement ne se distinguait bien souvent en rien : plusieurs appellations pouvaient donc recouvrir une même réalité52. D’autre part, cette ambiguïté des confréries de métier se retrouvait d’une manière amplifiée chez les archers et les arbalétriers parmi lesquels protections physique et spirituelle étaient liées en période de crise.

  • 53 Comme à Amiens à la fin du XVe siècle, Janvier A., Notice sur les anciennes corporations d’archers (...)
  • 54 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 27.

23Les compagnies de tir furent souvent assimilées aux confréries de métier, notamment parce qu’elles leur furent associées lors des processions53 ; de plus, à peu d’exceptions près, comme nous l’avons souligné, ces combattants n’étaient pas des soldats professionnels mais plutôt des bourgeois ayant obtenu le privilège de porter des armes : des liens concrets existaient donc avec les autres corporations dans lesquelles se recrutaient les « hommes de traict » mais aussi avec le pouvoir municipal qu’ils étaient censés servir54.

  • 55 Claude Gaier évoque le « réflexe obsidional » dans Art et organisation militaires dans la principa (...)
  • 56 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 32.

24Comme nous l’avons évoqué, les premières sociétés ont été urbaines, constituées pour la défense d’une place forte, liées à l’importance du siège à cette époque et au sentiment d’insécurité55. Depuis le XIVe siècle, les princes ont encouragé – sinon fondé – de nombreuses compagnies afin de renforcer leur autorité et protéger leurs marges (garde de pont et point de passage notamment). En Lorraine, le duc Robert aurait multiplié les compagnies d’arbalétriers pour augmenter la puissance de ses forteresses et disposer de forces de réserves aux frontières, entre diocèses ou entre principautés et dans les zones plus menacées près d’enclaves étrangères : en Meuse, au nord dans la zone de souveraineté mixte, vers la Champagne ou dans les enclaves comme Commercy et Ligny56. Le contexte politique a contraint les souverains à militariser parfois l’organisation et les activités de certains groupements de gens de trait.

  • 57 Ibid., t. 2, p. 189.

25L’établissement d’une compagnie venait ponctuer une histoire locale souvent ancienne ; elle était quelquefois la simple reconnaissance d’un groupement spontané antérieur. À la fin du Moyen Âge, ces confréries furent tout autant des compagnies d’archers, des milices bourgeoises, que l’incarnation du groupe dirigeant de la cité : lieu de sociabilité, de rassemblement de personnes d’intérêts divers, lieu d’échange et de confrontations, elles regroupaient aussi les personnes influentes de la ville ou de la région. À Marville, le seigneur de la ville créa une confrérie en 1346 pour assurer la défense de la cité et regrouper des notables, ceux-ci s’entraînant régulièrement sur un terrain aménagé à cet effet au sud de l’enceinte57.

  • 58 Crombie L., « French and Flemish urban festive networks », art. cit., p. 157-175 ; « les banquets  (...)

26En temps de paix, les guildes de gens de traits organisaient des compétitions amicales, dotées de prix, rassemblant des compagnies déléguées par plusieurs villes, portant une tenue vestimentaire identique parfois aux armes des villes qu’ils représentaient. On y faisait assaut d’adresse mais aussi de fastes ; des repas somptueux étaient organisés à cette occasion, destinés semble-t-il, à favoriser la cohésion entre membres58.

  • 59 Ibid., p. 81-82; Crombie L., « French and Flemish urban festive networks », art. cit., p. 161-162;
  • 60 Heers J., Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Institu (...)
  • 61 Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France, op. cit., p. 59 ; Salamagne A., « Les garnisons des vil (...)

27En Flandre et en Hainaut, ces confréries étaient particulièrement nombreuses et envoyaient leurs meilleurs éléments s’affronter dans des tournois. En 1394, 48 villes furent représentées à la compétition qui eut lieu à Tournai ; Bruxelles remporta le prix pour la quatrième fois59. Ces fêtes suscitèrent par ailleurs des hiérarchies, un esprit de compétition au sein des confréries qui entraient en contradiction avec l’idéal confraternel des premiers temps60. Pour l’entraînement, un endroit approprié était réservé aux exercices dans chaque localité, terrain généralement en pente sur lequel était fixée la cible au point le plus élevé portant le nom de butte ou de bersault (qu’il s’agisse d’un tertre naturel ou artificiel souvent placé dans l’espace des lices)61.

  • 62 Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France, op. cit., p. 59 ; Lamotte F., « Les compagnies du papeg (...)
  • 63 Les mentions de ces traditions encore vivantes aux XVIIIe et XIXe siècles sont nombreuses : Henne (...)
  • 64 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 34.
  • 65 Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures (catalogue de l’exposition, musée nation (...)

28Ce type de pratique se doublait du tir à l’oiseau ou au papegai (perroquet), oiseau de bois ou de carton placé en haut d’une perche pour servir de cible aux tireurs à l’arc ou à l’arbalète62. Il était d’usage que l’on décerne des prix aux meilleurs tireurs et le vainqueur du tournoi recevait le titre de « roy », bénéficiant par ailleurs d’exemptions fiscales63. En 1536, les arbalétriers de la société Saint-Sébastien de Commercy lancèrent un défi à ceux de Saint-Mihiel sur un terrain situé à Mécrin. De toutes les communes meusiennes, c’est celle où le papegai est demeuré le plus vivant après la Révolution. Le tir à l’agace (nom vernaculaire de la pie bavarde) y était pratiqué à Vadonville et Sampigny64. Un lien très fort entre un grand nombre de compagnies d’archers dans certaines zones géographiques et une tradition durable comme le papegai est établie dans le Nord de la France (notamment le Valois, l’ancienne province de Picardie) mais aussi en Belgique65.

  • 66 Serdon V., Armes du diable, op. cit., 48-49 ; Gaier C., « L’invincibilité anglaise et le grand arc (...)
  • 67 Voir aussi Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 73 et 77-78.
  • 68 Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches pour l’histoire des confréries », Confréries e (...)

29En même temps que le tir à l’arc était considéré comme un jeu d’adresse, il permettait l’entretien du corps. Deux traités techniques, amorçant une réflexion sur sa pratique, ont paru de part et d’autre de la Manche à peu près à la même époque : L’art d’archerie daté de 1510 et le Toxophilus de 154466. Ces ouvrages marquèrent un tournant dans la manière de la considérer comme loisir, voire comme « sport », pour un entretien physique aussi bien qu’un apprentissage moral et une forme d’édification67. Gaston Phébus évoque dans son traité cet aspect quasi métaphysique qui devait faire partie des préoccupations des hommes vivant à la fin du Moyen Âge. Ces associations témoignaient donc d’une attention particulière à la formation de la jeunesse et d’une volonté de former une « élite chrétienne » vivante au sein de ces confréries68.

  • 69 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 35 et 40.
  • 70 Ibid., t. 1, p. 37.

30La question du rapport entre le fonctionnement civil de la « profession » et la confrérie qui encadrait la dévotion est parfois difficile à trancher car elles semblent participer du même mouvement. Frédéric Schwindt a démontré qu’au XVIIe siècle, beaucoup de confréries dédiées à Saint-Sébastien étaient d’anciennes compagnies d’archers médiévales « réactivées » en renforçant leur fonction de dévotion – au sens missionnaire du terme – quand leur rôle a changé au sein des communautés d’habitants69. Un examen rigoureux des dates confirme cependant de nombreux décalages : les fondations anticipèrent parfois les périodes de troubles70. D’autres se sont transformées en une forme plus ouverte de confréries prophylactiques tardivement, se maintenant plus longtemps sous forme de compagnie « professionnelle » de gens de guerre.

  • 71 Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit., p. 89-90.
  • 72 Vincent C., « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », Le mouveme (...)
  • 73 Henne A. et Wauters A., Histoire de la ville de Bruxelles, op. cit., vol. 2, p. 637.

31Parmi les devoirs des membres, les processions (impliquant souvent la possession d’un cierge monumental)71, l’assistance aux messes72, le souvenir des morts et l’accompagnement des confrères décédés tenaient une place importante dans le règlement de ces sociétés73. Au secours spirituel s’ajoutait le secours matériel rigoureusement codifié. Le plus important d’entre eux, signalé dans les statuts, intervenait en effet au moment du décès du confrère : il pouvait compter sur une cérémonie décente avec veillée funèbre, messe, convoi et luminaire. Le secours matériel pouvait prendre la forme de dons d’argent (pèlerinage, maladie).

  • 74 Ibid., p. 641; Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. c (...)
  • 75 Godar H., Histoire de la gilde des archers de Saint-Sébastien, op. cit., p. 82-85.

32En retour de cette solidarité confraternelle, on attendait le versement régulier de sa cotisation annuelle, l’assistance aux cérémonies religieuses qui marquait notamment le jour de la fête du saint patron, à la procession, à l’assemblée où l’on renouvelait les liens autrefois exprimés par serments. Un banquet commun confirmait pleinement ces liens de solidarité74. Chaque confrérie avait sa chapelle. À Bruges, jusqu’en 1578, celle de Saint-Sébastien entretenait la sienne aux Frères Mineurs, puis, elle finit par avoir sa chapelle dans son propre local75.

  • 76 Bruyère P., Les compagnies sermentées de la cité de Liège, op. cit., p. 26.
  • 77 Voir Guyon C. « Chapelle princière et paroisse : l’exemple de Lunéville », Bouvet M.-B. et Say H. (...)
  • 78 Janvier A., Notice sur les anciennes corporations d’archers d’arbalétriers, op. cit., vol. 1, p. 1 (...)
  • 79 À ce titre, deux catalogues d’expositions – relevant plutôt des arts et traditions populaires – so (...)
  • 80 Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures, op. cit., p. 66.

33Plusieurs saints pouvaient être associés aux pratiques du tir à l’arc, à l’arbalète et à l’arquebuse à la fin du Moyen Âge. Parmi eux, saint Georges, natif d’Orient, dont le culte s’est diffusé en Occident à la période des croisades, personnifiait l’idéal chevaleresque : il devint à ce titre le patron des cavaliers, archers et arbalétriers76, plus largement des ordres militaires. Saint Antoine, ermite réputé maîtriser le feu, était souvent le saint protecteur des arquebusiers. Son patronage est établi en 1513 à Lunéville77. Il est retenu comme protecteur aussi à Nancy, Reims, Chaumont, Malines, Louvain, Gand ou Anvers78. Mais c’est la vénération pour saint Sébastien qui doit retenir notre attention : au-delà de l’iconographie abondante propre à l’image de ce saint dans l’art du Moyen Âge finissant, cette dévotion particulière doit aussi intéresser l’historien des religions et des mentalités79. Une substitution fréquente de l’attribut, les flèches du supplice de saint Sébastien, se trouvent à l’origine de deux types de vénérations : le patronage de nombreuses guildes d’archers et d’arbalétriers et une dévotion plus généralisée avec une invocation contre la peste, les flèches du martyre devenant les instruments de la colère divine80.

  • 81 Passion (Acta S. Sebastiani Martyris), Patrologia Latina, XVII, 1021-1058, éd. De l’abbé Migne, Par (...)

34La relation entre ces compagnies d’archers et des premières confréries de saint Sébastien a été très forte et sa vénération témoigne d’étonnants aspects de l’imaginaire chrétien. Son origine est à chercher dans le récit hagiographique rédigé au Ve siècle, dans lequel un épisode devint réellement populaire : celui de sa sagittation ordonnée par Dioclétien à laquelle il a miraculeusement survécu, interprétée en terme allégorique comme une victoire sur l’épidémie81. Les membres des confréries d’archers en firent l’instrument de leur propre salut et par extension celui de tous, ce qui explique qu’il fut choisi comme intercesseur privilégié.

  • 82 Antony-Schmitt M.-M., Le culte de saint Sébastien en Alsace : médecine populaire et saints guériss (...)
  • 83 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 47.

35Son utilisation au sein des confréries a été changeante selon les nécessités du moment en lien avec le contexte. Lors des diverses épidémies de peste (du XIVe au XVIIIe siècle), cette dévotion collective a pris un relief particulier. Avec son recul, la pratique a revêtu un caractère intime plus accentué. En Alsace, son développement serait lié à la diffusion des éditions incunables de la Légende dorée de Jacques de Voragine ; saint Sébastien criblé de flèches comme un hérisson a dû frapper l’imagination populaire82. Dans de nombreuses paroisses meusiennes, la fondation de ces associations pieuses est à mettre en relation avec cette dévotion à caractère prophylactique puisqu’elles furent fondées durant des épidémies de peste entre le XIVe et le XVe siècle mais surtout pendant la guerre de Trente Ans, dans les années 1630-1635, au paroxysme de l’épidémie83.

  • 84 Ibid., t. 2, p. 141-142.
  • 85 Ibid., t. 1, p. 31.

36Parfois des autels et des statues plus anciens, voire la présence de reliques, ont préparé la fondation84. Le saint joua aussi un rôle symbolique dans la fonction de protection notamment aux portes des villes : les chapelles ou maisons de la confrérie furent en effet placées à des endroits stratégiques (par exemple à Billy dans le doyenné d’Amel en 1550)85.

  • 86 Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures, op. cit., p. 171-174 ; Crombie L., « Ho (...)

37La fraternité entre membres fut renforcée par la soumission à une règle morale et par quantité de signes extérieurs communs : costumes, insignes, devises. On touche là à l’approche anthropologique des rituels de sociabilité qui tenaient une si grande place dans la vie de ces confréries86.

*

38En guise de conclusion, quelques aspects méritent d’être soulignés mais la prudence nous invite à ne pas généraliser des situations propres à la Lorraine, mieux étudiées à travers les exemples meusiens. Il semble pourtant que dans la majorité des cas, les créations de confréries ne venaient pas se substituer mais s’ajouter aux anciennes. Plus nombreuses dans les zones densément urbanisées ou dans des zones frontières aux XIVe et XVe siècles, certaines ont disparu ou fusionné avec d’autres sans que l’on puisse en connaître les raisons ; on note des formes spontanées d’organisation. Une cartographie finement datée ferait ressortir les nuances régionales, les inégalités n’étant peut-être pas seulement liées aux hasards de la préservation des sources. À cet égard, des travaux précis sur une région donnée comme la Meuse ont montré la relation entre l’émergence ou la « réactivation » des confréries de tir et le contexte militaire dans certains cas ou la conjoncture politique, économique, sociale ou démographique dans d’autres.

  • 87 Ibid., p. 417.
  • 88 À partir du XVe siècle, des synodes défendirent d’ériger une confrérie sans l’autorisation de l’év (...)
  • 89 Desmette Ph., « Confréries religieuses et Réforme catholique », art. cit., p. 515.
  • 90 Pour l’évolution de ces groupements de tir au XVIe siècle voir Desmette Ph., « Les archers de Sain (...)

39Ces confréries entretenaient « un rapport complexe à l’institution ecclésiastique87 » et devaient échapper, pour une large part, à l’autorité épiscopale qui n’avait ainsi aucun droit de regard en l’absence de législation précise88. Dans bien des cas, pour la période considérée, ces groupements ne recouraient pas à une autorité supra-paroissiale pour leur fondation89. Seul le clergé local était consulté. La fondation des groupements était néanmoins officialisée par écrit : les statuts élaborés et les serments des confrères, ainsi que les principes qu’ils s’engageaient à respecter, étaient en effet couchés sur le papier90.

  • 91 Vincent C., « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », Le mouveme (...)
  • 92 Ibid., p. 116.

40L’attitude des autorités ecclésiastiques séculières, ainsi que des pouvoirs urbains, fut toutefois ambivalente dans la mesure où ces groupements ont entraîné leurs membres dans des festivités dont les débordements ont parfois inspiré un sentiment de défiance de la part des autorités urbaines91 ; d’autre part, ces groupes armés pouvaient présenter un caractère de dangerosité et être susceptibles de générer des éléments de trouble et de résistance populaire. Mais, la plupart des chercheurs s’accordent à souligner que le clergé devait être conscient que l’apparition de ces formes de sociabilité – en marge d’institutions établies – contribuait souvent à renforcer des structures existantes plutôt que véhiculer toute forme de contestation, bien que dans ce cas particulier les membres de ces confréries fussent armés92.

  • 93 Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit., p. 171.
  • 94 Le Bras G., Introduction aux pratiques religieuses en France, Paris, Presses universitaires de Fran (...)
  • 95 Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, p (...)

41Ces groupements représentaient autant un fait de sociabilité, avec une convivialité par la pratique « sportive », qu’une forme spontanée de ferveur religieuse. Leur histoire ne peut donc être liée à la seule reconnaissance par l’Église qui ne fut d’ailleurs pas hostile aux grandes processions et manifestations de piété populaire à travers le jeu93. À l’exemple du mouvement initié par les Ordres mendiants, les fidèles se sont regroupés en dehors du cadre paroissial et la fin du Moyen Âge marqua l’âge d’or des petites sociétés de piétés tournées vers la liturgie et les œuvres94. La vénération de la figure de saint Sébastien a témoigné de cette sensibilité exacerbée et de cette émotivité collective, sensible à travers les grandes processions des confréries avec bannières et « chandelles ». Les tournois, quant à eux procédaient de rites à la fois sacrés et profanes95.

  • 96 Vauchez A., Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, Cerf, 1987, p. 11 (...)

42Les facteurs à l’origine de leur succès furent autant un besoin d’intercession, de médiation face aux périls – avec une recrudescence des épidémies qui suscitèrent de violentes poussées de mortalité – qu’un affaiblissement des liens de solidarité familiale avec comme corollaire un besoin d’incorporation à un ordre collectif96.

Notes

1 Gaier C., « 700 ans de traditions des gildes visétoises », publication en ligne, université de Liège, http://culture.ulg.ac.be/

2 Ce terme est défini comme « un genre de regroupement laïc, tourné vers le perfectionnement moral, la dévotion, l’assistance réciproque, la charité » dans Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches pour l’histoire des confréries », Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, mi-XVe-début XIXe siècle (actes du colloque, Rome, octobre 2003), Rome, École française de Rome, 2008, p. 405.

3 Vincent C., « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », Paravicini Bagliani A. et Vauchez A., Le mouvement confraternel au Moyen Âge : France, Italie, Suisse (actes de la table ronde : Lausanne, 9-11 mai 1985), Lausanne, université de Lausanne, faculté des lettres, 1987, p. 111.

4 Vauchez A., « Conclusion », Le mouvement confraternel, op. cit., p. 395.

5 Ibid., p. 398-399 ; Espinas G., « Confréries et métiers », Mélanges d’histoire sociale, vol. 3, no 1, 1943, p. 101-104 ; Fougères M., « Entr’aide et Piété : les associations urbaines au Moyen Âge », Mélanges d’histoire sociale, vol. 5, no 1, 1944, p. 100-106 ; Mc Ree B. R., « Religious Gilds and Civil Order : The Case of Norwich in the Late Middle Ages », Speculum, vol. 67, no 1, 1992, p. 84 ; Coornaert E., « Les ghildes médiévales (Ve-XIVe siècle). Définition-évolution », Revue historique, vol. 199, 1948, p. 22-55 et 208-243.

6 Fouqué V., Recherches historiques sur les corporations des archers, des arbalétriers et des arquebusiers, Chalon-sur-Saône, chez l’auteur, 1852 ; Janvier A., Notice sur les anciennes corporations d’archers d’arbalétriers, de couleuvriniers et d’arquebusiers des villes de Picardie, Amiens, Duval et Herment, 1855 ; Delaunay L. A., Étude sur les anciennes compagnies d’archers, d’arbalétriers et d’arquebusiers, Paris, Champion, 1879 ; Stein H., Archers d’autrefois, archers d’aujourd’hui, Paris, D. A. Longuet, 1925.

7 Godar H., Histoire de la gilde des archers de saint Sébastien de la ville de Bruges, Bruges, Stainforth, 1947 (voir le compte rendu : De Smet J. dans Revue belge de philologie et d’histoire, 27-3, 1949, p. 908) ; Desmette Ph., « Le serment de la confrérie des archers de Saint-Sébastien à Soignies (6 juin 1517) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. CLXIV, 1998, p. 129.

8 Gaier C., « Quand l’arbalète était une nouveauté, réflexions sur son rôle militaire du Xe au XIIIe siècle », Armes et combats dans l’univers médiéval, t. 1, Bruxelles, De Boeck, 1995, p. 179. Le mémoire de licence d’histoire de Ch. Dothee, soutenu à l’université de Liège en 1977 sous la direction d’A. Joris, est resté inédit. Seule la brochure tirée de ce vaste travail nous a été accessible : De Schrijver M. et Dothee C., Les concours de tir à l’arbalète des guildes médiévales, Anvers, 1979.

9 Un bilan historiographique a été dressé dans : Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches pour l’histoire des confréries », Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit. ; Vauchez A., « Conclusion », Le mouvement confraternel, op. cit., p. 401. Le mouvement avait été initié dans les années quarante par Le Bras G. dans « Les confréries chrétiennes. Problèmes et propositions », Revue d’histoire du droit français et étranger, 1940-1941, p. 310-363, et Duhr J., « La confrérie dans la vie de l’église », Revue d’histoire ecclésiastique, t. XXXV, 1939, p. 437-478.

10 La fête du saint protecteur Sébastien se tenait le 20 janvier. Outre les récits des chroniqueurs, les statuts des confréries et des guildes professionnelles, leurs comptes financiers et certains règlements municipaux apportent des renseignements précis sur la nature et l’organisation des fêtes. Voir Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1300-1486), Genève, Droz, 1996; Crombie L., « French and Flemish urban festive networks: archery and crossbow competitions attended and hosted by Tournai in the fourteenth and fifteenth centuries », French History, vol. 27, no 2, 2013, p. 157-175; Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery and crossbow guilds of Bruges, 1445 – 81 », Journal of Medieval History, vol. 37, no 1, 2011, p. 102-113.

11 D’innombrables travaux relatifs aux confréries médiévales ont été publiés. Parmi eux, nous pouvons citer Vincent C., Des charités bien ordonnées : les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, ENS, 1988 ; Deschamps J., Les confréries au Moyen Âge, Bordeaux, Bière, 1958.

12 Bien que la plupart de ces groupements revendiquent encore aujourd’hui leur ancienneté – l’entretien de la mémoire des origines représentant un aspect essentiel de l’identité du groupe – le manque de sources (statuts, actes de fondation, comptes, listes de membre, par exemple) interdit d’avancer une date pour la création de la majorité d’entre eux. Desmette Ph., « Les confréries religieuses dans le diocèse de Cambrai à l’époque Moderne », Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit., p. 356. En général, les archives encore en possession de ces associations ne sont pas antérieures au XVe siècle voir Godar H., Histoire de la gilde des archers de Saint-Sébastien, op. cit., p. 908.

13 L’exploitation de telles sources est traditionnelle pour l’étude des confréries, Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches pour l’histoire des confréries », Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit., p. 409.

14 Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. cit., p. 103. Ces travaux ont parfois autorisé des études prosopographiques : voir Godar H., Histoire de la gilde des archers de Saint-Sébastien, op. cit.

15 Chiffoleau J., La comptabilité de l’au-delà : les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 1980.

16 Crombie L., « Defense, Honor and Community : the Military and Social Bonds of the Dukes of Burgundy and the Flemish Shooting Guilds », Journal of Medieval Military History, 9, 2011, p. 77-80 ; Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France aux XVIe et XVe siècles », Revue du Nord, 83, 2001, p. 711. Sergio Boffa souligne leur appui au duc de Brabant dans des expéditions liées à la défense du territoire ou dans le cadre de guerres « privées » dans « Art de la guerre et stratégie dans le duché de Brabant pendant la seconde moitié du XIVe siècle », Revue belge de philologie et d’histoire, 82, 2004, p. 883. L’auteur souligne l’engagement volontaire de certaines villes, signe pour lui du poids politique qu’elles pouvaient jouer à l’intérieur du duché.

17 Contamine Ph. (dir.), Histoire militaire de la France, t. 1 : Des origines à 1715, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 172.

18 La Grange A., Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai (1431-1476), Tournai, H. et L. Casterman, 1893.

19 De Smet J., « L’effectif des milices brugeoises et la population de la ville en 1340 », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 12, 1933, fasc. 3, p. 631-636.

20 Voir les études de Gaier C., « L’invincibilité anglaise et le grand arc après la guerre de Cent Ans : un mythe tenace », Armes et combats dans l’univers médiéval, Bruxelles, 1995, p. 327-335 ; Strickland M. et Hardy R., The Great Warbow. From Hastings to the Mary Rose, Somerset, Haynes Publishing, 2011 ; Hardy R., Longbow. A Social and Military History, Sparkford, Haynes Publishing, 2012.

21 Gaier C., « Quand l’arbalète était une nouveauté », art. cit., p. 179.

22 Contamine Ph. (dir.), Histoire militaire de la France, op. cit., p. 146.

23 Ibid., p. 147.

24 Gaier C., « Mentalité collective de l’infanterie communale liégeoise au Moyen Âge », Armes et combats dans l’univers médiéval, Bruxelles, t. 1, 1995, p. 313 ; Bruyère P., Les compagnies sermentées de la cité de Liège. L’exemple des Jeunes arbalétriers (1523-1684), Liège, Société des bibliophiles liégeois, 2004, p. 2 ; Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France », art. cit., p. 711-713 ; Salamagne A., Les villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2002, p. 75.

25 Petit-Dutaillis Ch., Les communes françaises. Caractères et évolution des origines au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1947, p. 44-45.

26 Robillard de Beaurepaire Ch., Notice sur la compagnie des arbalétriers, autrement dite la « Cinquantaine » de Rouen, Rouen, E. Cagniard, 1885, p. 7-9 ; Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France », art. cit., p. 713-714.

27 L’arbalète tendit à se spécialiser et à devenir une arme de position, utilisée de façon préférentielle dans un cadre urbain ou tout autre lieu fortifié et devint ainsi une arme de choix pour les milices urbaines. Serdon V., Armes du diable. Arcs et arbalètes au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 33-38 ; Toureille V. et al., Guerre et société, 1270-1480, Neuilly, Atlande, 2013, p. 150-151. De nombreuses lettres de rémission font état de ces « jeux » d’arc et d’arbalète : mal maîtrisées, ces armes constituaient un danger pour autrui, voir Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 59 ; Henne A. et Wauters A., Histoire de la ville de Bruxelles, Bruxelles, Perichon, 1845, vol. 2, p. 638 ; Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », Jeux et sports dans l’histoire (actes du 116e Congrès national des sociétés savantes, Chambéry, 1991), Paris, Congrès national des sociétés savantes, 1992 (Section d’histoire moderne et contemporaine), p. 41 ; Saunier A., « S’esbattre ou se battre. De quelques jeux et de leurs conséquences à la fin XIVe siècle », Jeux, sports et divertissements au Moyen Âge et à l’âge classique (actes du 116e Congrès national des sociétés savantes, Chambéry, 1991), Paris, Congrès national des sociétés savantes, 1993 (Section d’histoire médiévale et philologie), p. 72.

28 Pour le Brabant voir Boffa S., « Art de la guerre et stratégie dans le duché de Brabant », art. cit., p. 885 et 887.

29 Boffa S., loc. cit.

30 Gaier C., « Quand l’arbalète était une nouveauté », art. cit., p. 178 ; Contamine Ph., La guerre au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 1980, p. 206.

31 Sur cette question voir Boffa S., Warfare in medieval Brabant, 1356-1406, Woodbridge, The Boydell Press, 2004, p. 138-147.

32 Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France », art. cit., p. 722-723 ; Henne A. et Wauters A., Histoire de la ville de Bruxelles, op. cit., vol. 2, p. 634-635.

33 Chevalier B., « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux XIVe et XVe siècles », Revue historique, 268, 1982, p. 34.

34 Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », art. cit., p. 43.

35 Salamagne A., Les villes fortes au Moyen Âge, op. cit., p. 75. À deux reprises, en 1475 et 1476, les troupes se mutinèrent à Strasbourg. Les milices communales ont paru peu fiables en comparaison des mercenaires suisses : Rapp F., « Les villes du Saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », Journal des savants, 2, 1996, p. 377-417.

36 Butaud G., « L’armement des citadins et des villageois à la fin du Moyen Âge : l’exemple de la Provence et du Comtat Venaissin », Raynaud Ch. (dir.), Armes et outils, Paris, Le Léopard d’Or, 2012, p. 221-252.

37 Contamine Ph., « L’armement des populations urbaines à la fin du Moyen Âge : l’exemple de Troyes (1474) », Pages d’histoire militaire médiévale : XIVe-XVe siècles, Paris, De Boccard, 2005, p. 59-73.

38 Boffa S., Warfare in medieval Brabant, op. cit., p. 143.

39 Ibid., p. 145.

40 Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit., p. 182 ; Henne A. et Wauters A., Histoire de la ville de Bruxelles, op. cit., vol. 2, p. 637.

41 Boffa S., Warfare in medieval Brabant, op. cit., p. 141 ; Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France », art. cit., p. 724.

42 Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. cit., p. 103.

43 L’ordonnance de Charles V, datée du 3 avril 1369, interdisait de se livrer à tout autre jeu ou exercices que le tir à l’arc et l’arbalète : « et voulons et ordonnons que nos diz sujez prennent et entendent a prendre leurs geux et esbatement a euls exercer et habiliter en fait de trait d’arc et d’arbalestre ». Mandements et actes divers de Charles V, no 506. Cités dans Verdon J., Les loisirs au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2002, p. 165. À leur suite, de nombreuses autres ordonnances furent édictées dans le même esprit. Ces séances étaient conçues comme une initiation et un entraînement au maniement d’armes difficiles à maîtriser. Voir Bonnault d’Houët X., Les francs-archers de Compiègne, 1448-1524, Compiègne, H. Lefebvre, 1897.

44 Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France, op. cit., p. 58.

45 Ibid., p. 59 ; Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », art. cit., p. 41.

46 Comme l’écrit Ph. Contamine, cette création peut être interprétée comme « une extension au plat-pays des compagnies ou confréries de gens de trait telles que de nombreuses villes avaient favorisé leur éclosion à partir de la seconde moitié du XIVe siècle » (La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 252) ; Contamine Ph., « Les réserves organisées : les francs-archers », Guerre, état et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France (1337-1494), Paris/La Haye, Mouton, 1972, p. 338.

47 Boffa S., Warfare in medieval Brabant, op. cit., p. 147.

48 Serdon V., Armes du diable, op. cit., p. 25; Arnade P. J., Realms of Ritual: Burgundian Ceremony and Civic Life in Late Medieval Ghent, Ithaca, Cornell University Press, 1996, p. 78-79.

49 Si le besoin d’union et d’entraide a été un fait essentiellement urbain, certaines sources, comme les conciles, nous laissent entrevoir ce phénomène dans les campagnes puisque l’on note la fréquence de ces petites sociétés pieuses dans les villages. Dans sa thèse, Frédéric Schwindt a démontré la précocité de leur formation et leur glissement vers d’autres activités plus « récréatives » : ses travaux dressent un inventaire des associations religieuses des Pays meusiens du XIIIe au XXe siècle dans une zone carrefour entre le royaume de France, la Lorraine et les Pays-Bas du sud. Les parties relatives à la fin du Moyen Âge et la transition avec l’époque moderne ont particulièrement éclairé notre travail. Schwindt F., La communauté et la foi. Confréries et sociétés dans l’ouest de l’espace lorrain (XIIIe-XXe siècle), sous la direction de L. Châtellier, Nancy, université Nancy 2, 2004.

50 Espinas G., « Confréries et métiers », Mélanges d’histoire sociale, 1943, vol. 3, no 1, p. 101-104.

51 A. D. Meuse, Confrérie Saint-Sébastien des archers de Bar-le-Duc et Behonne. Lettres de fondation du duc Charles III (manuscrit enluminé de 1564), copie de 1706 ; Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 32.

52 Vincent C., Les confréries médiévales dans le royaume de France XIIIe-XVIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 36-39. L’auteur va jusqu’à nier l’existence de confréries de métier proprement dites avant le XIVe siècle. Bruyère P., Les compagnies sermentées de la cité de Liège, op. cit., p. 23-26.

53 Comme à Amiens à la fin du XVe siècle, Janvier A., Notice sur les anciennes corporations d’archers d’arbalétriers, op. cit., p. 85-86.

54 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 27.

55 Claude Gaier évoque le « réflexe obsidional » dans Art et organisation militaires dans la principauté de Liège et dans le comté de Looz au Moyen Âge, Bruxelles, Palais des Académies, 1968, p. 204.

56 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 32.

57 Ibid., t. 2, p. 189.

58 Crombie L., « French and Flemish urban festive networks », art. cit., p. 157-175 ; « les banquets » dans Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit. ; Arnade P. J., Realms of Ritual, op. cit., p. 84-94.

59 Ibid., p. 81-82; Crombie L., « French and Flemish urban festive networks », art. cit., p. 161-162;

60 Heers J., Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Institut d’études médiévales, 1971.

61 Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France, op. cit., p. 59 ; Salamagne A., « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France », art. cit., p. 720-721 ; Germain G., « Jeux et divertissement dans le Centre de la France à la fin du Moyen Âge », Jeux, sports et divertissements au Moyen Âge et à l’âge classique, op. cit., p. 46-48.

62 Mehl J.-M., Les jeux au royaume de France, op. cit., p. 59 ; Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », art. cit., p. 43 ; Verdon J., Les loisirs au Moyen Âge, op. cit., p. 169-170.

63 Les mentions de ces traditions encore vivantes aux XVIIIe et XIXe siècles sont nombreuses : Henne A. et Wauters A., Histoire de la ville de Bruxelles, op. cit., vol. 2, p. 640-641 ; Lamarre Ch., « Les jeux militaires au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, 2002/1, no 5, p. 85-103 ; Belmas E., Jouer autrefois : essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2006, 109-111 ; Lamotte F., « Les compagnies du papegay en Normandie », art. cit., p. 45.

64 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 34.

65 Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures (catalogue de l’exposition, musée national des Arts et Traditions populaires, Paris, 25 novembre 1983-16 avril 1984), Paris, Réunion des musées nationaux, 1983, p. 44.

66 Serdon V., Armes du diable, op. cit., 48-49 ; Gaier C., « L’invincibilité anglaise et le grand arc », art. cit., p. 332.

67 Voir aussi Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 73 et 77-78.

68 Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches pour l’histoire des confréries », Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit., p. 422.

69 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 35 et 40.

70 Ibid., t. 1, p. 37.

71 Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit., p. 89-90.

72 Vincent C., « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », Le mouvement confraternel, op. cit., p. 114 ; Mcree Ben R., « Charity and Gild Solidarity in Late Medieval England », Journal of British Studies, vol. 32, no 3, 1993, p. 196.

73 Henne A. et Wauters A., Histoire de la ville de Bruxelles, op. cit., vol. 2, p. 637.

74 Ibid., p. 641; Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. cit., p. 102-113.

75 Godar H., Histoire de la gilde des archers de Saint-Sébastien, op. cit., p. 82-85.

76 Bruyère P., Les compagnies sermentées de la cité de Liège, op. cit., p. 26.

77 Voir Guyon C. « Chapelle princière et paroisse : l’exemple de Lunéville », Bouvet M.-B. et Say H. (dir.), De la gloire de Dieu à la gloire du prince : les chapelles princières en Europe, Paris, CTHS, 2015, p. 75-92.

78 Janvier A., Notice sur les anciennes corporations d’archers d’arbalétriers, op. cit., vol. 1, p. 164 ; Van Der Haeghen F., Histoire de la Gilde souveraine des couleuvriniers, arquebusiers et canonniers, dite Chef-confrérie de Saint-Antoine à Gand, Gand, De Busscher, 1866, p. 72 ; Wauters A., Notice historique sur les anciens sermens ou gildes d’arbalétriers, d’archers, d’arquebusiers et d’escrimeurs de Bruxelles, Briard, Gand, 1848, p. 33.

79 À ce titre, deux catalogues d’expositions – relevant plutôt des arts et traditions populaires – sont symptomatiques de ce mouvement : Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures, op. cit. ; Sebastiaan. Martelaar of mythe, Waanders Uitgevers, 1993, Bergen-op-Zoom, 1994.

80 Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures, op. cit., p. 66.

81 Passion (Acta S. Sebastiani Martyris), Patrologia Latina, XVII, 1021-1058, éd. De l’abbé Migne, Paris, 1844-1864 ; A Voragine Jacobi, Legenda aurea, T. Graesse, 3e éd. Breslau, 1890, p. 108-112 (traduction française : De Voragine Jacques, La Légende dorée, J.-B. Roze, Paris, Flammarion, 1967, p. 135-140). Voir compte rendu de l’ouvrage Sebastiaan. Martelaar of mythe, Waanders Uitgevers, 1993, Bergen-op-Zoom, 1994, Martens D., Revue belge de philologie et d’histoire, 73-4, 1995, p. 1035-1040.

82 Antony-Schmitt M.-M., Le culte de saint Sébastien en Alsace : médecine populaire et saints guérisseurs, Strasbourg, Istra, 1977, p. 8-13 et p. 40-42.

83 Schwindt F., La communauté et la foi, op. cit., t. 1, p. 47.

84 Ibid., t. 2, p. 141-142.

85 Ibid., t. 1, p. 31.

86 Forestier S. (dir.), Saint Sébastien : rituels et figures, op. cit., p. 171-174 ; Crombie L., « Honour, community and hierarchy in the feasts of the archery », art. cit., p. 102-113 ; Dompnier B. et Vismara P., « De nouvelles approches pour l’histoire des confréries », Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit., p. 415.

87 Ibid., p. 417.

88 À partir du XVe siècle, des synodes défendirent d’ériger une confrérie sans l’autorisation de l’évêque pour la région de Tournai et en Normandie. Desmette Ph., « Confréries religieuses et Réforme catholique à Soignies : persistance implicite d’un christianisme populaire », Revue du Nord, t. LXXVII, 1995, p. 516 ; Vincent C., Des charités bien ordonnées, op. cit., p. 104-108.

89 Desmette Ph., « Confréries religieuses et Réforme catholique », art. cit., p. 515.

90 Pour l’évolution de ces groupements de tir au XVIe siècle voir Desmette Ph., « Les archers de Saint-Martin à Moustier au XVIe siècle : vision de l’organisation d’une confrérie militaire au travers d’un document normatif », Revue belge d’histoire militaire, t. XXX, no 6, 1994, p. 419-439.

91 Vincent C., « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », Le mouvement confraternel, op. cit., p. 125.

92 Ibid., p. 116.

93 Van Den Neste É., Tournois, joutes, pas d’armes, op. cit., p. 171.

94 Le Bras G., Introduction aux pratiques religieuses en France, Paris, Presses universitaires de France, 1942.

95 Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, p. 270.

96 Vauchez A., Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, Cerf, 1987, p. 113-133.

Auteur

CRULH – université de Lorraine

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540