Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le soldat face au clerc

 | 
Laurent Jalabert
, 
Stephano Simiz

Avant-propos

Laurent Jalabert et Stefano Simiz

Texte intégral

1Les 21 et 22 octobre 2013 s’est tenu à Nancy un colloque sur Armée et Religion (XVe-XIXe siècles), organisée par l’équipe 1 du CRULH de l’université de Lorraine, conduite par Frédéric Meyer et Christine Barralis, axée sur l’histoire des faits religieux, avec l’aide de l’équipe 2 « Politique et conflits » dirigée par François Audigier et François Cochet. Cette précision initiale illustre la volonté de faire se rencontrer deux courants de la recherche qui ont longtemps évolué de manière séparée, dont l’un, l’histoire religieuse, a une belle assise et l’autre, l’histoire militaire, connaît un renouveau actuel. L’apport considérable de travaux récents, notamment ceux – pionniers – de Xavier Boniface, d’Ariane Boltanski et d’Olivier Chaline est une invitation à prolonger nos regards sur un champ qui, en offrant d’incessants croisements, ne cesse d’évoluer et conduit à des révélations sur des liens qu’on devine assez forts. Il s’agissait donc, délibérément, de se placer au cœur de ce mouvement de convergence en proposant une réflexion autour des rapports qu’entretiennent, entre le XVe et le XIXe siècle, les hommes d’armes, les institutions militaires en constitution (armées de terre, marine), avec les confessions et les Églises, notamment chrétiennes, qui les encadrent, elles-mêmes profondément renouvelées par le jeu de leurs réformes respectives. Les choix posés d’un temps long s’expliquent non seulement par la prise en compte des évolutions du temps et des scansions guerrières si révélatrices, mais aussi par le désir de suivre pas à pas, à travers des exemples variés, la mise en œuvre et en norme de cette relation.

  • 1 Le glaive et la foi. L’Aumônerie militaire en Europe sous l’Ancien Régime, conférence organisée par (...)

2Parmi ces structures, n’en doutons pas, il y a le territoire, celui de l’Église et de l’État, celui de l’armée mais aussi des hommes et de la foi. Il ne s’agit pas d’interroger ces structures séparément mais bien conjointement afin d’entrevoir les porosités existantes entre deux institutions, l’Église et l’armée, elles-mêmes garantes d’un ordre social, deux bras de l’État. Comme l’a souligné Olivier Chaline dans la conférence inaugurale faite aux étudiants et au public curieux de Nancy peu avant le colloque1, on peut poser une question simple, comme colonne de réflexion : qu’attend-on respectivement du côté de l’État, de l’Église et du soldat de la religion dans cet « état » qu’est l’armée ? C’est bien là la quête que nous avons poursuivie.

  • 2 Nous regrettons néanmoins que les communications suivantes n’aient pu être l’objet d’une publicati (...)

3À travers ce colloque et grâce aux nombreuses contributions à découvrir, presque toutes publiées dans les pages suivantes2, auxquelles s’est ajoutée une introduction à la fois historiographique et problématique, nous avons voulu comprendre les cadres qui permettent la vie religieuse du soldat, cadres qui amènent à la construction du soldat, du militaire dont l’image change au fil des siècles, en raison des mouvements étatiques, religieux et sociétaux profonds dont la période retenue est le théâtre. Pour ce faire, plusieurs axes ont été proposés : fixer du regard les structures d’encadrement, s’arrêter sur les liens entre les Églises et l’armée, sur l’usage de la religion pour policer le comportement du soldat et le discipliner, sur l’armée confrontée à la formation des identités confessionnelles. Comme dans tout colloque, ces champs n’ont pu être entièrement investis mais des lignes de force, bien mises en évidence par Xavier Boniface dans ses conclusions, sont apparues. Que le lecteur aborde ces articles comme des passerelles vers de nouvelles recherches qui ne manqueront pas de fleurir dans les années à venir.

Notes

1 Le glaive et la foi. L’Aumônerie militaire en Europe sous l’Ancien Régime, conférence organisée par le CRULH et donnée le 2 octobre 2013 au Campus LSH de Nancy.

2 Nous regrettons néanmoins que les communications suivantes n’aient pu être l’objet d’une publication dans ce volume : Gian-Claudio Civale, « La vocation des armes : discipline, violence et religion dans les armées huguenotes des premiers troubles de France, 1562-1573 » ; Jean Martinant de réneuf, « La transmission de la religion de la Marine au cœur de la vie religieuse à l’École navale et à l’École d’application, 1830-1939 » ; Juliette Allix, « In nomine tuo semper certabo et non timebo ».

Auteurs

Maître de conférences en histoire moderne, CRULH – EA 3945, université de Lorraine. Parmi ses domaines de spécialisation : l’histoire confessionnelle des espaces rhénans aux XVIIe et XVIIIe siècles ; l’histoire sociale, spatiale et religieuse des armées. Il préside le Comité d’histoire régionale de Lorraine.
Professeur en histoire moderne, CRULH – EA 3945, université de Lorraine. Il a travaillé sur les identités et sources religieuses des espaces urbains entre le XVIe et le XVIIIe siècle (confréries, cérémonies, ego-documents) ; l’histoire des prises de parole publique et notamment celle de la prédication d’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540