Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Troisième partie. Rituels

Affrontements de guerre froide dans un Ouest « tranquille »

Jacqueline Sainclivier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Si l’on suit l’analyse de Danielle Tartakowsky dans « La province sans Paris ou la province contre (...)

1Dans un contexte géopolitique, dominé par la droite et la gauche non communiste, a priori l’Ouest de la France pourrait sembler plus à l’abri des vifs affrontements dus à la guerre froide. Les manifestations n’y sont sans doute pas plus originales que dans le reste du pays, mais elles connaissent quelques paroxysmes liés aux événements nationaux et à quelques spécificités locales, signe peut-être d’une remise en cause de la « nationalisation » des manifestations1. Ces affrontements se manifestent par le discours, le dit et le non dit, par les attitudes lors de cérémonies de commémorations voire plus exceptionnellement par la violence comme en 1956.

  • 2 Jean-Jacques Monnier, Le comportement politique des Bretons, 1945-1994, Rennes, PUR, coll. « Des S (...)

2Après la Libération, lors des élections de 1945 et 1946, le MRP (Mouvement républicain populaire) domine l’Ouest à l’exception des Côtes-du-Nord ou encore de la Sarthe ; cette domination s’exerce avec une concurrence sur sa droite dans de nombreux départements. Là où il n’avait pas de concurrence sur sa droite en 1945 et 1946 comme en Ille-et-Vilaine, le MRP est désormais confronté à partir de 1951 à des partis de droite : le RPF (Rassemblement du peuple français), les Indépendants auxquels s’ajoutent en 1956 les poujadistes, etc. Cette forte présence du MRP et de la droite est aussi liée à un taux de pratique religieuse élevé (nettement au-delà des 45 % chers à Fernand Boulard) ; dans le monde rural, le taux est fréquemment de 65 à 70 %. Dans cet ensemble dominé par la droite, la gauche communiste et la gauche non communiste s’équilibrent dans la durée, mais avec une prédominance du PCF sur la SFIO en Bretagne. Pendant cette période, dans l’Ouest, le PCF (ou les listes qu’il patronne) recueille 12 % à 14 % des suffrages exprimés et la SFIO 9,5 % à près de 19 % en 1946 et 1945 et 14 à 15 % en 1951 et 19562 ; ces chiffres ne tiennent pas compte de l’inégale répartition géographique de ces votes, la gauche étant généralement mieux implantée dans les villes que dans les campagnes. Dans l’ensemble de la région, en 1945 et 1946, on est loin du tripartisme français et les divers courants de la droite et du centre sont fortement représentés tout au long de ces années de guerre froide.

  • 3 En Bretagne centrale par exemple.

3D’autre part, la résistance dans l’Ouest a été diversifiée, parfois dense et les organisations résistantes proches du PCF, en particulier le Front national et les FTPF (Francs-tireurs et partisans français) sont très présentes dans la clandestinité, présence qui a permis au PCF de s’implanter durablement dans certaines zones rurales3. En même temps, nombre de membres du FN et des FTPF n’étaient pas communistes et ne le sont pas devenus. La conséquence est qu’à la Libération, après la phase d’union nationale, on assiste à de rituels affrontements de mémoire entre communistes et non communistes, mais aussi entre associations certaines toujours dirigées par les communistes et d’autre part d’anciens communistes et dans ce dernier cas, la guerre froide, la volonté de sauvegarder une certaine image de la résistance conduit au maintien des affrontements jusqu’aux années 1970.

4Dans cet Ouest, le PCF est certes minoritaire, mais son implantation non négligeable dans les villes explique que les affrontements dus à la guerre froide ont pris parfois une tournure violente. Ceux-ci peuvent être examinés à travers deux objets : les commémorations et les manifestations.

Les commémorations : enjeu de guerre froide4

  • 4 Il s’agit ici de commémorations qui s’inscrivent dans la durée et non celles de 1944-1945 nées de (...)

5Les commémorations des guerres mondiales dont le rituel a été fixé pour l’essentiel lors du premier anniversaire de l’armistice de 1918, sont marquées par des affrontements parfois feutrés, parfois ouverts. À partir de 1945, le paysage des commémorations change ; si la date de la commémoration de la fin de la guerre de 1914-1918 n’a jamais posé de problème, il n’en est pas de même pour la Seconde Guerre mondiale : la date de la capitulation allemande ? Celle de la libération de la ville où l’on réside ? De facto, les commémorations se multiplient rapidement ; le 8 mai est naturellement choisi, mais s’y ajoute tout de suite la date de libération du lieu où l’on réside, des dates d’exécution massive de résistants.

L’union ?

6Dans la plupart des départements de l’Ouest, libérés entre juin et septembre 1944 (à l’exception des poches de Lorient et Saint-Nazaire), les commémorations commencent dès novembre 1944. À cette date, la guerre se poursuit, les prisonniers de guerre, les déportés, les requis du STO (Service du travail obligatoire) ne sont pas rentrés, et, avec le déroulement des combats en Allemagne même, l’inquiétude sur leur sort s’accroît, aussi l’union prévaut.

  • 5 Jacques Termeau, « Le 8 mai 1945 au Mans », dans La Mémoire…, op. cit., p. 201-212.

7La capitulation allemande est fêtée dans l’union un peu partout pendant deux, voire trois jours. À Rennes, le défilé comprend, comme au Mans5, les troupes américaines et françaises mais aussi les enfants des écoles et les associations sportives et patriotiques, les représentants des écoles laïques et des écoles libres, des mouvements catholiques (scouts, JOC, JEC…), de la CFTC, des mouvements communistes ou ouvriers (Jeunesses communistes, CGT…) et enfin des mouvements républicains espagnols. Ainsi, pour la première fois à Rennes se trouvent réunis dans un même cortège des catholiques de toutes tendances, des communistes et des républicains espagnols qui ont pris une part importante à la résistance départementale. Cette présence, ensemble, à toutes les cérémonies, y compris religieuses, est exceptionnelle et marque bien l’idée d’unité, de rassemblement qui prédomine alors.

8Mais dès novembre 1945, les fissures apparaissent ; on ne peut dire qu’il s’agisse d’un affrontement mais plutôt une volonté de marquer une différence. C’est parfois la prolongation d’une « tradition » plus ancienne puisque deux manifestations réapparaissent lors du 11 novembre. La manifestation officielle avec défilé militaire dans les villes, mais suivi, une ou deux heures plus tard d’un cortège non officiel organisé par la gauche (la CGT, le PCF et la SFIO), les radicaux-socialistes, l’UFF (Union des femmes françaises), les MUR (Mouvements unis de la résistance), le FOP (Front ouvrier et paysan), l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants). Ce cortège entend aussi affirmer la dimension internationale de la résistance et sa connotation antifasciste avec l’UGT espagnole (Union générale du travail) et le comité italien de Libération. Par son existence dès 1945 et sa composition, la nature de ce second cortège est ambivalente ; situé avant la guerre froide, était-il l’héritier du cortège pacifiste de l’entre-deux-guerres ? Oui, par sa volonté de contestation des autorités officielles, non par l’idéologie véhiculée : après 1945, il s’agit de glorifier les antifascistes et le parti des « 75 000 fusillés » et non de défendre l’idée pacifiste. Cette manifestation non officielle du 11 novembre 1945 a un caractère idéologique annonciateur de la guerre froide même si elle ne s’exprime ici qu’en creux.

L’affrontement voilé, exprimé, non dit…

  • 6 Jacqueline Sainclivier, « Le Souvenir des Rennais », dans La Mémoire…, op. cit., p. 213-221.

9De toutes les dates commémorant un événement de la Seconde Guerre mondiale, le 8 mai est sans doute la date qui a eu le plus de mal à s’installer, et dès le premier anniversaire de la capitulation allemande, se révèle le conflit de mémoire qui est aussi conflit politique et idéologique du moment comme le 8 mai 1946 à Rennes dont les discours sont conflictuels6.

  • 7 Qui, à cette date, n’existe plus en tant qu’État et est divisée en quatre zones d’occupation.

10À Rennes, le 8 mai 1946, deux ministres sont présents : Edmond Michelet, ministre des Armées, MRP, et, Laurent Casanova, ministre des Anciens combattants, communiste ; deux résistants, symboles de l’unité officiellement affirmée mais aussi des contradictions internes à la Résistance. Les cinq discours en témoignent. Ils sont prononcés par le maire Yves Milon, résistant gaulliste, le général Allard, ancien membre de l’AS (Armée secrète), commandant la région militaire, le préfet et les deux ministres. Les trois premiers évoquent le souvenir des morts, et de la déportation des résistants ; Edmond Michelet, lui, rattache l’histoire de la Résistance à celle de Jeanne d’Arc, symbole d’une France qui « ne peut vivre que dans la liberté » ; quant à Laurent Casanova, après avoir rappelé ce que furent les camps, il dénonce l’Allemagne « impérialiste7 » et la nécessité de garantir la paix à l’Est. Les références utilisées comme le vocabulaire témoignent d’une culture politique différente et surtout que les deux ministres du gouvernement du général de Gaulle n’inscrivent pas leur combat de résistant dans la même tradition ni surtout dans les mêmes perspectives d’avenir. Si la guerre froide n’est pas encore « déclarée », elle est bien présente dans les comportements et prises de position ; le conflit est encore larvé mais ne demande qu’à s’exprimer plus vigoureusement.

  • 8 Cf. l’exemple des Côtes-du-Nord analysé par Christian Bougeard dans La Mémoire…, op. cit., p. 223- (...)
  • 9 Le territoire de cette commune est imbriqué dans la ville de Rennes. Le 30 décembre 1942, 25 résis (...)

11En fait, ce sont des cérémonies plus locales qui révèlent, le mieux ces conflits avant même 1947 et surtout le dynamisme de commémoration n’est pas le même. En effet, quel que soit le lieu (Côtes-du-Nord, Ille-et-Vilaine, Mayenne8), en 1944-1945, les cérémonies en l’honneur de « nos martyrs », de « nos fusillés » sont organisées par le PCF ou les organisations de résistance de sa mouvance ; non pas que les autres mouvements de résistance n’aient pas leurs martyrs mais, moins organisés à cette date, ils n’ont pas la même capacité de mobilisation. L’occupation conflictuelle du terrain de la mémoire résistante est déjà bien présente. Révélatrice aussi est la commémoration de l’exécution des 25 fusillés de la Maltière en Saint-Jacques-de-la-Lande le 30 décembre9.

12Dès le 30 décembre 1945, deux manifestations se succèdent : l’une qui ne rassemble que la gauche (y compris la SFIO), la seconde regroupe à la fois la gauche et les officiels. Les trois discours sont le fait de représentants de la FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes), de la CGT et du PCF. Tout se passe comme si les nouvelles autorités reconnaissaient officiellement l’idée de sacrifice particulier véhiculé par le PCF et celui-ci participe alors pleinement aux manifestations officielles d’autant plus que la seule mémoire communiste s’y exprime.

13Deux ans plus tard, la rupture est consommée ; le 30 décembre 1947, deux cérémonies distinctes sont organisées, l’une le 28 décembre, l’autre le 4 janvier. La première est organisée par le PCF, la FNDIRP et la CGT, deux discours sont prononcés par deux anciens résistants, Marcel Hamon, député communiste des Côtes-du-Nord et par Emmanuel d’Astier de la Vigerie, député d’Ille-et-Vilaine, apparenté communiste. Ce sont les 25 fusillés du 30 décembre 1942 qui sont honorés parce qu’ils sont communistes. Une semaine plus tard, le 4 janvier 1948, la seconde cérémonie est organisée par la municipalité de Saint-Jacques-de-la-Lande, qui regrette « sincèrement que l’unanimité […] n’ait pas eu lieu cette année ». Placée sous le signe de l’union, elle met en exergue que « les martyrs de la butte de La Maltière n’avaient pas tous les mêmes conceptions politiques ou religieuses, mais ils avaient un idéal commun : la haine de l’envahisseur, la liberté de leur patrie, l’amour de la France heureuse ». Sans le dire ouvertement, il s’agit de se souvenir non seulement des 25 fusillés de décembre 1942, mais aussi de tous ceux qui de 1941 à 1944 ont été fusillés en cet endroit. En rendant compte de cette cérémonie, le journaliste insiste sur la présence de drapeaux uniquement tricolores, tandis que le maire comme le préfet affirment que « le souvenir des morts de la Résistance n’appartient pas à une faction partisane mais à la France entière ». L’affrontement est net. Pour éviter un nouvel étalage public de la désunion autour de la mémoire des morts, à partir de 1948, ce sont les deux municipalités de Rennes et Saint-Jacques qui organisent les cérémonies du souvenir, y associant les autorités et les familles, mais aucun discours n’est prononcé pour éviter tout conflit. Le rituel ne change plus jusqu’aux années 1980.

  • 10 Après l’attentat contre le lieutenant-colonel Hotz, commandant de la place de Nantes, le 20 octobr (...)
  • 11 Jacques Termeau, art. cit., dans La Mémoire…, op. cit.

14Le poids de la guerre froide oppose les communistes à tous les autres partis politiques mais plus spécifiquement aux gaullistes. La création du RPF (Rassemblement du peuple français) en 1947 est conçue contre les communistes comme en témoigne le discours du général de Gaulle à Rennes en juillet 1947 en voyant en eux « le parti de l’étranger ». La naissance du RPF provoque à la fois une aggravation des tensions nées de la guerre froide entre les communistes et les autres forces politiques et des recompositions, des rapprochements entre les communistes et d’autres courants politiques lorsque le RPF est perçu par d’autres que les communistes comme menaçant la République. Deux exemples permettent de prendre la mesure de cette dimension : les commémorations de l’exécution des otages de Châteaubriant10 à forte portée symbolique nationale et les deux inaugurations, à 24 heures d’intervalle, au Mans11, du monument aux morts de la résistance du département de la Sarthe dit « monument de la Résistance ».

  • 12 Henri Denis adhère au PCF en 1953.

15À l’occasion de la cérémonie à la mémoire des otages de Châteaubriant en 1948, très révélatrice est la présentation qu’en fait Ouest-Matin dans son premier numéro qui date du 30 octobre 1948. Si le sous-titre « grand quotidien régional d’information et de défense républicaine » est quasi anodin, son directeur politique Henri Denis, professeur à la faculté de droit en économie politique est chrétien progressiste et membre du Mouvement de la Paix, fort proche du PCF12. Le journal se pose en adversaire du quotidien régional Ouest-France, qui jusqu’en 1958 est un soutien fidèle du MRP. L’article de Ouest-Matin relatant la commémoration de Châteaubriant rappelle à sa manière les faits :

Le 22 octobre 1941, 27 Français étaient fusillés par les Allemands : les premiers otages choisis parmi les internés du camp par des fonctionnaires serviles […]. Aujourd’hui, Châteaubriant est devenu un des hauts lieux de la Patrie française et le souvenir du martyre de 27 Français vit dans le cœur de la nation entière […].
La mort des 27 retentit comme un appel auquel répondit l’assaut acharné des Francs Tireurs et Partisans.
Le 21 octobre 1941, la voix lamentable de la trahison, celle de Pétain, avait dit : « Je réprouve formellement les attaques contre les soldats allemands. Je ferai rechercher les coupables qui ne peuvent être que des agents de l’étranger. » Le 23 octobre 1941, une autre voix, de Londres cette fois, celle de De Gaulle qui déclare deux jours après l’assassinat des 27 : « Il faut que tous les combattants ceux du dedans, ceux du dehors, observent exactement la consigne que je donne pour le territoire occupé, c’est de ne pas y tuer d’Allemands. »
À l’un et à l’autre les FTPF répondirent : « Nous en tuerons davantage ! »
Et l’aube se leva sur la patrie.

16Cette analyse est classique de la mémoire communiste sur cette période ; en utilisant d’abord un vocabulaire relevant de la Révolution française et de la République, l’auteur de l’article s’insère dans la tradition républicaine française, puis en renvoyant dos à dos de Gaulle et Pétain, il veut discréditer la résistance « gaulliste » et au-delà l’homme politique qui a fondé le RPF.

17Si les tensions autour de la mémoire résistante communiste deviennent rituelles dans la durée, l’affrontement autour de l’inauguration du monument de la Résistance au Mans est moins habituelle.

  • 13 Il est aussi le fondateur de Libération-nord et a été plusieurs fois ministre.

18En effet, en 1949 est prévue l’inauguration de ce monument dont le projet venait du maire socialiste en 1947 ; entre-temps, les élections municipales de la fin de l’année 1947 ont fait arriver à la tête de la municipalité un maire RPF. Le monument est en plein centre-ville devant la préfecture. Très vite se déroule une controverse sur la date de l’inauguration et surtout sur la personnalité à inviter pour présider la cérémonie. Au conseil municipal, la majorité (gaulliste) vote pour que le général de Gaulle « libérateur de la Patrie et premier résistant de France » vienne inaugurer ce monument ; les élus de gauche, toutes tendances confondues, refusent. Le résultat est que deux cérémonies sont organisées. L’une, « officielle », se déroule le samedi 22 octobre 1949 en présence du préfet, des parlementaires (SFIO, PCF, MRP mais pas RPF), du président du conseil général (socialiste), des associations, mais en l’absence du maire RPF. La seconde, « solennelle » a lieu le lendemain 23 octobre en présence du général de Gaulle et il est accueilli par le maire. De Gaulle fait un discours d’union des résistants. Ni le préfet, ni Christian Pineau, député socialiste, résistant13, ni les associations FFIFTP ne sont présents ; en revanche, d’autres associations d’anciens résistants sont là : Organisation de la résistance de l’armée, Résistance-fer, Ceux de la résistance, l’association des Français libres, celle de la 2e DB. Cette fois, à l’affrontement né de la guerre froide se superpose la crainte républicaine face à un général, chef d’un mouvement politique, perçu comme menaçant par la République comme le souligne la présence du préfet lors de la première cérémonie et son absence lors de la seconde.

19Les commémorations de la Seconde Guerre mondiale ne sont que très brièvement des manifestations d’union, très tôt, la confrontation entre résistance communiste et non communiste s’exprime lors de ces cérémonies par les symboles extérieurs, les discours, le côtoiement ou non des personnes. La création du RPF renforce et brouille tout à la fois cet affrontement, mais la guerre froide se manifeste certes sur des questions de politique intérieure mais aussi extérieure.

Guerre froide et politique étrangère

20Dans un pays où il existe un puissant parti communiste, où l’Allemagne a joué un rôle central sur son devenir, les débats autour de la politique étrangère impliquent l’URSS et l’Europe. La presse quotidienne régionale prend position parfois vigoureusement. La guerre des mots n’est pas alors une simple formule, certains termes sont récurrents, quasi rituels. Ces tensions sont présentes sur la question allemande, sur l’URSS qu’il s’agisse de sa politique extérieure ou intérieure.

La question allemande

21Après la chute du nazisme et la capitulation allemande, les journaux régionaux sont longtemps attentifs au sort de l’Allemagne par crainte de la résurgence de sa puissance militaire. Sur cet arrière-plan commun, les analyses et les solutions diffèrent.

  • 14 Il est mis en place par les Soviétiques pour répondre à la création d’un mark dans les zones occid (...)

22Lorsque Ouest-Matin paraît pour la première fois, le blocus de Berlin (24 juin 1948-12 mai 1949) a déjà commencé. Les deux journaux se rejoignent sur la cause immédiate du déclenchement de ce blocus14, mais Ouest-Matin insiste sur le fait que les Soviétiques répondent à une « attaque » des Occidentaux. D’une manière générale, le journal présente toujours l’URSS comme étant « agressé » ou défendant des pays « agressés » ; fidèle au discours communiste, elle est présentée comme le pays de la paix face aux Occidentaux.

  • 15 Jean-François Déas, La guerre froide : l’œil de Ouest-France et de Ouest-Matin, mai 1947-avril 195 (...)

23L’analyse faite par les deux journaux du blocus de Berlin permet de mesurer l’état de la guerre froide… entre eux ; il faut cependant souligner qu’ils ne disposent pas des mêmes moyens puisque Ouest-France a un de ses journalistes qui est envoyé spécialement à Berlin ce que ne peut faire son concurrent. La conséquence visible – mais peut-être y a-t-il d’autres raisons ? – est que Ouest-France consacre au moins un article quotidien au blocus de Berlin alors que Ouest-Matin ne publie des articles sur le blocus que de temps en temps. En fait, Ouest-France insiste beaucoup sur les prouesses techniques du pont aérien et ainsi sur la capacité des Occidentaux à assurer l’approvisionnement de la ville (alimentation, charbon, mais aussi les produits nécessaires aux usines, aux commerces). La seule fois (sur 170 numéros) où Ouest-Matin évoque le pont aérien, c’est pour faire état « de rumeurs selon lesquelles le pont aérien s’effondrerait dans les cinq semaines à venir et que la position à Berlin serait intenable15 ». L’opposition des deux journaux est quasi caricaturale lorsqu’ils évoquent les négociations ; pour l’un les Soviétiques sont toujours en mauvaise posture, pour l’autre les négociations tournent à l’avantage des Soviétiques.

24À travers l’exemple du blocus de Berlin, la presse régionale caractérise bien ce que furent les affrontements nés de la guerre froide par les mots et les discours.

  • 16 Ouest-Matin, 23 novembre 1948.
  • 17 Céline Bodin, La vision de l’URSS dans Ouest-France et Ouest-Matin (1949-1956), Rennes 2, mémoire (...)

25En revanche sur le devenir de l’Allemagne, les inquiétudes sont les mêmes ; Ouest-Matin craint la résurrection d’un État allemand qui pourrait entraîner une troisième guerre mondiale16 et Ouest-France s’inquiète de « la reconstruction d’un Reich centralisé et unitaire17 » ; l’opposition idéologique est certes sous-jacente mais ce qui domine c’est la crainte de « l’ennemi héréditaire » même si aucun des deux ne l’exprime en ces termes.

La perception de l’URSS

  • 18 Cf. Céline Bodin, op. cit., p. 30 et suiv.

26L’Union soviétique est au cœur des controverses entre les deux journaux. Ainsi, Ouest-Matin publie en feuilleton un roman réaliste soviétique18 de Boris Polevoï ; le héros est évidemment courageux, (quand on l’ampute des deux jambes sans anesthésie, il « ne fit entendre ni un cri ni un gémissement »), patriote, amoureux, c’est le modèle de l’homme dévoué à sa patrie, à la collectivité, au parti. Commentant ce feuilleton, Ouest-France déclare que la littérature réaliste socialiste a pour objet « de composer les âmes de leur héros comme un plat de cuisine en mélangeant 50 g d’émulation sociale, 30 g de sabotage et 30 g de dispute familiale ». On ne peut pas dire que la critique donnait dans la finesse et… on pourrait retourner la formule pour la littérature à l’eau de rose « du monde capitaliste ».

27Dans le cadre de la lutte idéologique que se font les deux quotidiens sur fond de guerre froide, la place de l’homme et de la femme dans la société est symptomatique de leurs valeurs respectives. Ouest-Matin met en évidence l’égalité entre les hommes et les femmes en URSS, ces dernières exerçant tous les métiers. En 1949-1950, le déséquilibre démographique entre les hommes et les femmes contribue aussi à cette orientation, mais, effectivement, les femmes travaillent aussi bien à la voirie que comme ingénieur ce qui en France est alors soit inenvisageable, soit rarissime ; toutefois, il n’y a quasiment pas de femmes à des postes de pouvoir politique. Ouest-France ne se situe pas sur ce dernier registre mais fait référence à ses valeurs démocrates-chrétiennes. François Desgrées du Lou écrit :

  • 19 Ouest-France, 18 janvier 1949.

Ce que nous n’admettons pas, c’est que l’on utilise les iniquités du monde actuel les trop légitimes révoltes de ceux qui ont faim et soif de justice pour proposer aux peuples déçus et inquiets un régime qui détruit à la fois la stabilité familiale, la morale politique et les droits essentiels de l’homme. Il n’est pas de stabilité familiale dans une nation où le travail de la femme devient la loi générale et qui méconnaît la tâche primordiale de la mère au foyer19.

28L’auteur se place dans la tradition familiale chrétienne associée aux références issues de la Révolution française et reprises par les constitutions nées dans l’après-guerre à savoir la défense des droits de l’homme. Ces prises de position mettent en avant, l’une l’égalité, l’autre les droits de l’homme et le rôle de la famille. Or, ces thématiques sont au cœur de l’affrontement de guerre froide ; les communistes défendent l’idée d’une société égalitaire tandis que leurs adversaires prônent la défense des libertés.

L’exacerbation de l’affrontement rituel de guerre froide (1956)

  • 20 Il comprend essentiellement l’UDSR (Union démocratique et socialiste de la résistance), les radica (...)

29L’année 1956 est un tournant sur le plan international avec le rapport Khrouchtchev, la nationalisation du canal de Suez et l’insurrection de Budapest, en France même, l’année commence par des élections législatives qui amènent au pouvoir le Front républicain20 tandis que le pays est confronté à la guerre d’Algérie. Dans la région, les élections législatives et la disparition de Ouest-Matin marquent cette année 1956.

  • 21 Ouest-Matin, 9 et 10 juin 1951.

30Lors des élections de 1951, Ouest-Matin avait orienté sa campagne contre le RPF qui rassemblait certes mais en rejetant le PCF, présenté comme le « parti de l’étranger » ; pour les communistes, le général de Gaulle est dénoncé comme un général factieux, émule de Franco, préparant la guerre civile et un coup d’État, d’où l’usage du slogan « le fascisme ne passera pas21 ». En 1956, la donne a changé et les gaullistes ne sont plus les adversaires principaux, mais le parti communiste lors de la campagne électorale reste sur une ligne dure, stalinienne et use dans Ouest-Matin d’un vocabulaire de guerre froide, le présentant en outre comme seul contre tous ou dans le cadre d’unions de commande, entendons par là avec des groupes de sa mouvance, ayant une très faible influence.

  • 22 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, série 320 W.
  • 23 Un des fondateurs de Ouest-France, un des fondateurs également du MRP et ancien ministre ; il étai (...)
  • 24 Ancien ministre de l’Air dans le gouvernement Daladier de 1938, maire de Saint-Malo après la guerr (...)
  • 25 C’est en Ille-et-Vilaine que Dorgères avait créé avant la guerre les premiers Comités de défense p (...)

31Dans la région, le PCF présente des listes soit seul, soit sous le couvert d’une union républicaine et le registre lexical utilisé par le PCF emprunte aussi bien à l’histoire qu’à l’actualité comme le montre en Ille-et-Vilaine, la profession de foi de la liste d’Union républicaine présentée par l’Union progressiste et le PCF22, qui entame, après quelques lignes sur la politique française en Afrique du Nord, une véritable litanie contre les sept autres listes. Elle est contre la liste MRP menée par Pierre-Henri Teitgen23 « car c’est la liste du haut clergé, de la guerre d’Indochine, du réarmement allemand », contre celle conduite par Guy La Chambre24 « car c’est la liste du gros patronat et des féodaux de la terre avec Jean Prost et du Halgouët », contre celle des républicains sociaux (anciennement RPF) « car c’est la liste des Ultra-réactionnaires pour la mobilisation et pour la poursuite de la guerre en Afrique du Nord », contre celle de Henri Dorgères25 « car c’est la liste du conseiller national du gouvernement de Pétain qui a trahi la France, livré les patriotes aux pelotons d’exécution, déporté des Français en Allemagne, réquisitionné les denrées et les bêtes pour l’occupant », contre celle de Pierre Poujade « car c’est la liste d’un homme qui reprend à son compte les méthodes du fascisme », contre les radicaux et la SFIO car ils s’associent « avec l’extrême droite de Chaban-Delmas ». Dans cette litanie, le PCF s’en prend aux hommes qui mènent ces listes moins pour ce qu’ils sont que pour ce qu’ils représentent et les raisons du refus sont énoncées non seulement selon un registre de lutte, de guerre froide mais selon un registre historique qui emprunte aussi bien à l’histoire proche qu’à l’histoire lointaine. Faire référence dans l’Ouest aux « féodaux de la terre » n’est pas anodin puisque la guerre civile entre Bleus et Blancs persiste largement dans les esprits et que la domination dans certains cantons ou arrondissements de grands propriétaires terriens était encore une réalité ou l’était encore peu avant la guerre. En dénonçant une éventuelle « collusion » avec le haut clergé, le PCF rappelle le poids de l’Église dans la région et considère que le cardinal archevêque de Rennes, Clément Roques, intervient dans la campagne électorale. Les références historiques du PCF sont naturellement fortement marquées par le passé proche représenté par la Seconde Guerre mondiale, dès lors la candidature de Henri Dorgères ne peut que lui apparaître comme une provocation et il prend soin de décliner l’ensemble des conséquences de la collaboration (de la répression envers les résistants aux réquisitions et pénuries). Les autres termes de l’opposition du PCF relèvent de la guerre froide qu’il s’agisse de la guerre d’Indochine, de l’Afrique du Nord, du réarmement allemand, tous points sur lesquels les communistes épousent les positions de l’URSS et sont en désaccord avec les autres partis français. Les résultats électoraux marquent dans l’Ouest une baisse du nombre de voix pour le PCF.

32Si la campagne électorale de 1956 est un moment fort de cet affrontement de guerre froide, l’année 1956 est aussi marquée dans l’Ouest par la disparition du journal Ouest-Matin et la mise à sac de la permanence du PCF à Rennes, ce qui est inhabituel et marque la violence de la réaction d’une partie de la population à la répression en Hongrie.

  • 26 Il avait été question que des troupes américaines de l’OTAN stationnent dans la région.

33La disparition de Ouest-Matin, annoncée le 15 juin 1956, intervient après une nouvelle baisse des résultats électoraux en Bretagne tandis que la déstalinisation en URSS déstabilise les communistes français, a fortiori les « compagnons de route ». Dans cet ultime article, le contenu rédactionnel reste conflictuel. D’emblée, il se dit victime de « la soi disant liberté de la presse » qui à ses yeux n’existe pas puisque pour lui la presse est entre les mains du capital. Soulignant ses difficultés, il affirme que « la presse bourgeoise au contraire, Ouest-France, Le Télégramme de Brest… la presse du mensonge au service des trusts dispose de capitaux considérables, de subventions occultes des gros capitalistes et aussi des gouvernements ». En fait, financièrement il lui était impossible de tenir dans un système concurrentiel ; son lectorat est peu nombreux et les publicitaires se tournent vers les grands quotidiens régionaux pour toucher un plus grand nombre de lecteurs-consommateurs. Dans cet article-testament, il revient sur les élections législatives mais alors que les résultats électoraux du PCF étaient stagnants ou en baisse en janvier 1956 et le journal plutôt hostile au Front républicain lors de la campagne électorale, il affirme qu’ » il avait largement contribué à la victoire du Parti communiste français et des forces de gauche le 2 janvier dernier » ; à cette date, en juin, le PCF soutient encore le Front républicain. Une seconde fois, dans le même article, sans se soucier de la contradiction entre ses propos et les faits, il souligne « les progrès réalisés dans l’action commune entre socialistes et communistes en particulier dans la lutte pour le cessez-le feu en Algérie », or, l’envoi du contingent qui vient d’être décidé par les députés (dont les communistes) n’est pas a priori un signe de paix. En manifestant son opposition à l’implantation de l’OTAN en France il veut jusqu’au bout se montrer comme un facteur de paix et rappelle que « l’action engagée pour que notre Bretagne ne soit pas une nouvelle Corée, contre l’occupation américaine et ses conséquences a trouvé Ouest-Matin au service des patriotes et partisans de la paix26 ». Une dernière fois, le journal s’est positionné aux côtés du PCF et de l’URSS.

  • 27 Arch. municipales : délibérations du conseil municipal de Rennes, 21 décembre 1956.
  • 28 On retrouve des réactions de même caractère dans d’autres villes de province et à Paris à la suite (...)

34Les opposants s’en rappelèrent lors du soulèvement de Budapest, puisque le 8 novembre 1956, la permanence du PCF et les locaux de Ouest-Matin furent saccagés27, événement rare par sa violence et faisant suite à une manifestation favorable aux insurgés hongrois. C’est une des rares fois dans l’Ouest, si ce n’est la seule où le conflit de guerre froide s’est exprimé autrement que par des mots28.

35Dans l’Ouest, les affrontements nés de la guerre froide ne se singularisent guère de ceux du reste de la France. Paradoxalement, alors que les mots, les articles de Ouest-Matin usent d’une rhétorique caricaturale, rituelle, ce sont les commémorations, les silences lors de celles-ci, ou les dédoublements de cérémonies qui révèlent plus encore la force répétée des affrontements dans la mémoire résistante et les enjeux politiques de celle-ci.

Notes

1 Si l’on suit l’analyse de Danielle Tartakowsky dans « La province sans Paris ou la province contre Paris ? Manifestations parisiennes et manifestations de province de 1918 à 1968 », dans Pierre Favre, La manifestation, Presses de la FNSP, 1990, principalement p. 171 et suiv.

2 Jean-Jacques Monnier, Le comportement politique des Bretons, 1945-1994, Rennes, PUR, coll. « Des Sociétés », 1994, p. 11.

3 En Bretagne centrale par exemple.

4 Il s’agit ici de commémorations qui s’inscrivent dans la durée et non celles de 1944-1945 nées de la découverte de charniers par exemple. Nous renvoyons en particulier aux travaux de l’IHTP publiés sous le titre La Mémoire des Français. Quarante ans de commémoration de la Seconde Guerre mondiale, CNRS, 1986, 399 p.

5 Jacques Termeau, « Le 8 mai 1945 au Mans », dans La Mémoire…, op. cit., p. 201-212.

6 Jacqueline Sainclivier, « Le Souvenir des Rennais », dans La Mémoire…, op. cit., p. 213-221.

7 Qui, à cette date, n’existe plus en tant qu’État et est divisée en quatre zones d’occupation.

8 Cf. l’exemple des Côtes-du-Nord analysé par Christian Bougeard dans La Mémoire…, op. cit., p. 223-234.

9 Le territoire de cette commune est imbriqué dans la ville de Rennes. Le 30 décembre 1942, 25 résistants communistes sont fusillés après avoir été jugés par le tribunal militaire allemand de Rennes. Cf. L’Ouest-Éclair, 26-27 décembre 1942.

10 Après l’attentat contre le lieutenant-colonel Hotz, commandant de la place de Nantes, le 20 octobre 1941, le général von Stülpnagel réclama l’exécution de cinquante otages ; 27 furent exécutés au camp d’internement de Châteaubriant, la quasi-totalité était des communistes. L’exécution eut lieu le 22 octobre 1941.

11 Jacques Termeau, art. cit., dans La Mémoire…, op. cit.

12 Henri Denis adhère au PCF en 1953.

13 Il est aussi le fondateur de Libération-nord et a été plusieurs fois ministre.

14 Il est mis en place par les Soviétiques pour répondre à la création d’un mark dans les zones occidentales.

15 Jean-François Déas, La guerre froide : l’œil de Ouest-France et de Ouest-Matin, mai 1947-avril 1951, Rennes 2, mémoire de maîtrise, 1995, p. 50 et Ouest-Matin, 6 décembre 1948.

16 Ouest-Matin, 23 novembre 1948.

17 Céline Bodin, La vision de l’URSS dans Ouest-France et Ouest-Matin (1949-1956), Rennes 2, mémoire de maîtrise, 2002, p. 11 ; Ouest-France, 4 mars 1949.

18 Cf. Céline Bodin, op. cit., p. 30 et suiv.

19 Ouest-France, 18 janvier 1949.

20 Il comprend essentiellement l’UDSR (Union démocratique et socialiste de la résistance), les radicaux et les socialistes.

21 Ouest-Matin, 9 et 10 juin 1951.

22 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, série 320 W.

23 Un des fondateurs de Ouest-France, un des fondateurs également du MRP et ancien ministre ; il était ministre des Territoires d’outre-mer dans le dernier gouvernement.

24 Ancien ministre de l’Air dans le gouvernement Daladier de 1938, maire de Saint-Malo après la guerre. Il a rejoint les Indépendants et dirige leur liste en 1956.

25 C’est en Ille-et-Vilaine que Dorgères avait créé avant la guerre les premiers Comités de défense paysanne.

26 Il avait été question que des troupes américaines de l’OTAN stationnent dans la région.

27 Arch. municipales : délibérations du conseil municipal de Rennes, 21 décembre 1956.

28 On retrouve des réactions de même caractère dans d’autres villes de province et à Paris à la suite de ces manifestations de soutien aux insurgés hongrois.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site